09 mai 2018

Maurane ~ Sur un prélude de Bach

Sa voix est comme un instrument. Timbre chaud, clarté du ton, précision admirable. Un fleuve d’humanité roule dans ses variations. Maurane, une voix à part, l’une des plus généreuses parmi les chanteuses françaises.


maurane,prélude,bachCette chanson est ma préférée. Pas pour Bach, que je n’aime pas trop, mais pour sa voix, sa musicalité et son paysage sonore. Par sa voix j’en viens à aimer ce Prélude.

Dès les premières notes elle nous embarque pour ne plus quitter le navire. Et après la dernière note, l’écho de sa voix demeure encore en nous.

Fascinante, envoûtante Maurane. Une artiste qui donne au divertissement des lettres de noblesse.

maurane,prélude,bachL’écriture de cette chanson contraste avec la musique. Celle-ci est lumineuse, en forme d’évidence, alors que le texte parle de flaques, de gasoil, de port et d’amours qui se détraquent. Les mots sont noirs quand la musique est claire.

Ces mots sonnent et claquent à souhait.

J’apprécie aussi l’exercice de style de n’avoir écrit que deux rimes: en ak et en ol. J’ai également une chanson bâtie sur ce principe de deux rimes, que je publierai prochainement.

Le voici, ce texte, et plus bas le clip officiel de la chanson. La qualité est défraîchie mais j’aime la manière dont elle se met en scène.

 

Farewell, Maurane.

 

 

maurane,prélude,bach"Sur un prélude de Bach

 

Lorsque j´entends ce prélude de Bach 

Par Glen Gould, ma raison s´envole 

Vers le port du Havre et les baraques 

Et les cargos lourds que l´on rafistole 

Et les torchères, les grues patraques 

Les citernes de gasoil 

Toi qui courais dans les flaques 

Moi et ma tête à claques 

Moi qui te croyais ma chose, ma bestiole 

Moi je n´étais qu´un pot de colle 

 

Lorsque j´entends ce prélude de Bach 

Par Glen Gould, ma raison s´envole 

Et toutes ces amours qui se détraquent 

Et les chagrins lourds, les peines qu´on bricole 

Et toutes mes erreurs de zodiaque 

Et mes sautes de boussole 

Toi, les pieds dans les flaques 

Moi, et ma tête à claques 

J´ai pris les remorqueurs pour des gondoles 

Et moi, moi je traîne ma casserole 

 

maurane,prélude,bachDans cette décharge de rêves en pack 

Qu´on bazarde au prix du pétrole 

Pour des cols-blancs et des corbacs 

Qui se foutent de Mozart, de Bach 

J´donnerais Ray Charles, Mozart en vrac 

La vie en rose, le rock´n roll 

Tous ces bémols et tous ces couacs 

Pour Glen Gould dans c´prélude de Bach"

 

 

 

 maurane,prélude,bach

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

08:44 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : maurane, prélude, bach | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

"l’une des plus généreuses parmi les chanteuses françaises."
Plus belge que Maurane, tu meurs. Les Belges, les Suisses, les Français, ce n'est vraiment pas la même chose. Alors pourquoi écrire "chanteuses françaises" ?

Écrit par : Géo | 09 mai 2018

Répondre à ce commentaire

Pour la langue, pas pour la nationalité.

Écrit par : hommelibre | 09 mai 2018

Répondre à ce commentaire

Ce prélude est aussi ma chanson préférée d'elle.

Une belle âme qui s'en est allée un peu vite.

Écrit par : Gislebert | 09 mai 2018

Répondre à ce commentaire

Usurpation de pseudo ou homonymie fâcheuse... Ne connais ni la chanteuse, ni son répertoire, désolé pour moi, à découvrir les rimes riches, ai dû rater quelque chose...

Toi, les pieds dans les flaques
Moi, et ma tête à claques

Moi et ma meute de braques aurait convenu aussi non ?

Écrit par : Gislebert | 09 mai 2018

Pour moi, Maurane c'est simplement la plus belle voix de la chanson française qui s'est éteinte.
Pour chacun, il y a forcément un artiste qui endosse le rôle de porte-parole, de porte-voix. Pour moi, c'était elle, Maurane.
Son silence me rend triste.
Flip St-Ourak

Écrit par : Paul Kristof | 11 mai 2018

Répondre à ce commentaire

"Alors pourquoi écrire "chanteuses françaises" ?
"Pour la langue, pas pour la nationalité."
Je me demande comment Maurane aurait réagi face à une telle assertion. Je pense qu'elle vous aurait envoyé une vraie beigne sur le pif. C'est marrant, parce que j'éprouve beaucoup de respect face à votre décision relative à la bi-nationalité, qui semble démontrer que vous avez compris que ces choses-là existent...

Écrit par : Géo | 13 mai 2018

Répondre à ce commentaire

Voire même la tri-nationalité, ex-femme d'un comédien espagnol.

Écrit par : passepartout | 13 mai 2018

Répondre à ce commentaire

Non, je ne crois pas qu'elle enverrait une beigne. Elle remercierait, et ajouterait "Belge" avec un sourire, peut-être.

Je pense qu'ici l'identité par la langue est supérieure à la nationalité. Johnny était Belge mais il a fait sa arrière principalement en France, comme Maurane. Encore heureux qu'ils n'étaient pas Flamands.
Cela se discute, je suis d'accord, j'aurais pu écrire "francophone", mais ce n'est pas comme être binational, à mon sens.

Écrit par : hommelibre | 13 mai 2018

Répondre à ce commentaire

Diriez-vous Brel grand chanteur français ? Hergé, inventeur de la bande dessinée française, la ligne claire ? Magritte, grand peintre français ?
Parfois, il faut reconnaître qu'on a tort. La culture belge existe, vous le savez mieux que moi et il faut la respecter.

Écrit par : Géo | 13 mai 2018

Répondre à ce commentaire

Il y a tout de même un certain contentieux entre culture belge et française. Jamais entendu parler de "pauvre Belgique" de Baudelaire ?

Écrit par : Géo | 13 mai 2018

Répondre à ce commentaire

Ouais, quand même difficile de prendre très au sérieux ces Amoenitates belgicae, jamais publiées du vivant de l’auteur. La Belgique, bâton merdeux de l’Europe, vraiment ? Faut remettre tout cela dans le contexte, Baudelaire aigri de ses déconvenues à Bruxelles avec le public pour ses conférences et avec les éditeurs.

La charge hénaurme permet un bon éclat de rire… parfois jaune peut-être pour nos amis belges…

https://www.huffingtonpost.fr/pierre-menard/belgique-baton-merdeux-europe_b_6024222.html

Écrit par : Gislebert (l'original) | 13 mai 2018

Répondre à ce commentaire

@ Gislebert (l'original): c'est gratiné!...
Je ne connaissais pas ces textes de Bau-Bau. Les "pires méchants" d'aujourd'hui sont à peine des enfants de choeur à côté de lui. Mais en effet il faut en rire, avec le recul.

PS: pas d'usurpation à mon avis, plutôt une simple erreur.

Écrit par : hommelibre | 14 mai 2018

Répondre à ce commentaire

@ Géo:

De Brel je dirais qu'il est classé dans la chanson française, terme consacré (plus que "francophone").
La référence à la Belgique est très pertinente chez Brel, qui a chanté ce pays et ses habitants de nombreuses fois. Son Plat pays a été le tremplin du succès, mais il y a Mon père disait, Les flamandes, Les flamingants, Marieke, Brussels. Les Bonbons se passent sur la Grand Place de Bruxelles. Etc. Il participe à une culture spécifique, comme il y a Maeterlink ou Ghelderode.

Chaque cas est différent et je n'ai pas cette même mémoire de "belgitude" chez Maurane.

Écrit par : hommelibre | 14 mai 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.