26 février 2018

Christine Angot et le cortège des pénitents de l’occident

Cette fois la cible est Christine Angot. Chroniqueuse chez Ruquier, également écrivain, elle a eu des mots peu appréciés: « Etre artiste, c’est toujours le résultat d’un échec, d’un plan B. » C’est ce qu’elle pense.


excuses,offense,insulte,pénitent,crucifié,christine angot,laurent ruquier,onpc,pétition,Offense

Elle a bien sûr le droit de le penser, et même de le dire. On peut ne pas être d’accord. C’est la discussion. Il n’y a aucune faute morale à affirmer cela. Tout au plus une généralisation abusive:« toujours » est de trop.

Mais des culs-serrés ont lancé une pétition, déjà signée plus de 27’000 fois. Ils demandent à Christine Angot de présenter des excuses lors de la prochaine émission. On croît rêver. Mais hélas on ne rêve pas.

La raison de cette pétition est inscrite dans sa présentation:

« En prononçant cette phrase elle a insulté les rêves de millions d’entre nous qui avons eu comme premier rêve, d’être artiste. En prononçant cette phrase elle a aussi insulté toutes ces personnes qui à un moment donné se sont résignées à abandonner leurs rêves d’artiste car on le sait, la vie d’artiste est souvent terriblement difficile, et qui vivent aujourd’hui leur travail normal comme un échec. »

Cette petite phrase serait donc une insulte ou une offense. On ne devrait pas dire ça. Protégeons-nous du mal! Pourtant les professionnels qui réussissent en tant qu’artistes accomplis, pas forcément surprotégés, n’ont pas abandonné dans la difficulté. Au contraire.

 

 

excuses,offense,insulte,pénitent,crucifié,christine angot,laurent ruquier,onpc,pétition,Excuses

Toujours selon les auteurs de cette pétition:

« Mais voilà, je ne paye pas mes impôts pour être insulté librement sur le service public un samedi soir à une heure de grande écoute.

Nous tous avons dans notre entourage, proche ou lointain, quelqu’un qui a ses passions artistiques, ses rêves de danseur, réalisateur, dessinateur et autres. Certains s’épanouissent, en souffrent, d’autres en font leur hobbies ou leur carrière. Nous Artistes et amis d’artistes, nous ne pouvons pas, non, nous ne devons pas laisser cette phrase si méchante et gratuite passer. »

Dans les cas où il y a lieu de présenter des excuses, on ne le fait pas en public, pas à tout le monde: on le fait à la personne offensée uniquement.

L’excuse publique n’a pas de réelle valeur pédagogique. Elle ne sert pas à se mettre en question car elle ne permet pas de creuser jusqu’aux racines d’un comportement. Elle ne fait qu’engendrer la peur. Elle a pour fonction de se soumettre (en apparence du moins) à cette nouvelle croisade morale pour préserver son image publique et les intérêts qui vont avec.

J’espère que la chroniqueuse ne se soumettra pas. Je ne défends pas madame Angot, personnage trouble et violent, mais son droit à la parole critique. Et non, je ne pense pas qu’elle doive présenter des excuses. Je n’apprécie même pas du tout qu’on lui fasse cette demande, qui tient davantage de la volonté de lui imposer un discours moralisateur (non pertinent en l’occurrence) que du dialogue. 

 

 

excuses,offense,insulte,pénitent,crucifié,christine angot,laurent ruquier,onpc,pétition,Méchants

Il faut arrêter de fabriquer des victimes et de demander des excuses publiques. Où va-t-on ainsi? Vers une société incapable de rien supporter? Autant se flinguer directement.

Décidément, les commandeurs sont partout, même s’ils semblent parfois remplis de bonnes intentions. Ils veulent commander la chroniqueuse, la réduire à leurs mots d’excuse, la soumettre. La soumettre moralement et publiquement. Méthode barbare, ici comme ailleurs. Bullshit.

Elle, on la connaît. Trouble et violente. Alors certes, dialoguer avec cette dame est un exploit très difficile. N’empêche, elle peut dire ce qu’elle veut de l’art ou des artistes, projeter éventuellement sa propre histoire sur les autres: c’est son droit. C’est aussi ce que l’on fait quand on descend en flèche un film ou une oeuvre littéraire ou musicale. On est encore en liberté d’expression ou non?

Donc, non: pas d’excuses à demander. Mais des questions à lui poser: est-ce qu’elle parle d’elle-même en disant cela? Comment peut-elle argumenter son propos? Comment déconstruire ce propos (car des excuses ne déconstruisent rien et nous privent de notre faculté d’analyse)?

L’épidémie d’excusite et de contritionite progresse. « Repentez-vous ! », « Excusez-vous ! », entend-on de plus en plus. On pourrait presque voir le cortège des pénitents. Pénitents malmenés par une opinion anonyme et terrorisante, voire fascitoïde, qui marchent lentement vers l’estrade où ils se flagelleront avant de présenter leurs excuses Urbi et orbi.

Triste spectacle que cette nouvelle et hypocrite croisade morale. On avait déjà perdu nos bons héros californiens: Weinstein le gros cochon rigolard, Cristina Garcia la petite truie et accessoirement députée latino, les actrices, allumeuses et ambiguës, vénales et millionnaires, et les réalisateurs lâches façon Tarentino. Le camp du Bien, quoi.

Maintenant il y a un gros risque sur nos héros méchants. Ça craint.

 

 

 

 

 

Commentaires

En tant qu'artiste (qui vit et a vécu de son art, bien que je déteste le mot "art", car personne ne sait vraiment si ça en est ou pas) je ne me ses pas vraiment en demande d'excuses. Ce ne fut pas une remarque très maligne, mais qui attend des torrents d'intelligence d'une (ou d'un)chroniqueur? Le nombre de gens qui ont un avis sur tout et n'importe quoi et qui l'expriment alors qu'ils ne connaissent pas le sujet est impressionnant. Et ce n'est pas parce qu'on est devant une caméra qu'on acquiert soudain le label de qualité neuronal...

Si on est créateur, Madame Angot fait rire. Bon c'est beaucoup dire: sourire avec un peu de commisération serait plus exact. Parce qu'on a tout de même autre chose à faire que de demander des excuses: notre "art" nous attend, pas la peine de perdre du temps avec elle!

Écrit par : PDO | 27 février 2018

Répondre à ce commentaire

Je n'aime pas cette bonne femme, et c'est peu dire... mais là, effectivement, elle n'a pas à s'excuser. Je suis partisan de la liberté d'expression absolue.

Je pense que les calomnies et les injures n'effleurent pas les innocents. En revanche, ceux qui râlent doivent avoir quelque chose sur la conscience.

Écrit par : petard | 27 février 2018

Répondre à ce commentaire

Je ne l'aimais pas, aujourd'hui je l'apprécie de plus en plus, sa profondeur et son intelligence apporte beaucoup à la réflexion je trouve. Même Yann Moix s'est amélioré à son contact. Les deux meilleurs chroniqueurs d'ont n'est pas couché depuis les débuts en 2006. J'ai bizarrement tourné ma veste avec ces deux- là. Pour la pétition.. ridicule, oui HL ça craint.

Écrit par : Paul | 27 février 2018

Répondre à ce commentaire

Idem PDO:-)) l'artiste l'est s'il créée une oeuvre d'art; avant ça il vit sa vie. tous les artistes savent ça.

Pétition lancée valant droit: voilà un nouveau réflexe du tout-venant d'égotiques à l'égo sensible évoluant d'un microcosme de valeurs calculées sur le nombre de clics récoltés par vidéos de salle de bain.

A la clé, excuses exigées dans l'objectif, non pas réparation d'un dol fallacieux, mais récolte d'applaus et production d'un Ruf (fame, célébrité?) au sein de communautés.

S'agit-il d'un maccarthyisme 2.0 dans ce microcosme exclusif de bobos parisiens, ou d'un communautarisme qui n'oeuvre en soutien que de son infantilisme, au fonctionnement en mode "ouvert à la diversité"?

Si en l'écoutant affirmer ce point de vue, me semblait que Christine Angot devait se préparer à un tollé de réactions, cette exigence d'excuses pétitionnée est extrême (à l'opposé du droit à la liberté d'expression) et signe d'une dangereuse évolution en France. ça c'est produit sur un média public: quid du CSA français aux manettes.

Grave cette pétition, ça pue. On est tous d'accord. Que représentent ces signataires?

Écrit par : divergente | 27 février 2018

Répondre à ce commentaire

Je vais être plus dur que vous. Il y a pas mal de racisme dans l'air, sur ce sujet, à l'exception de Bastiat...

J'ai une amie qui a produit un livre sur la sculpture macondé avec cette contradiction que l'art africain n'est jamais considéré être réalisé par des artistes. Leurs noms n'est jamais cité ni connu. En conséquence de quoi, elle a construit son livre avec les portraits des artistes :
Makonde Masters
Encontros com Artistas de Cabo Delgado, Moçambique
Encounter with Artists of Cabo Delgado, Mozambique
Editora Ndjira 2004 Maputo
Nedjma Kacimi (1% du travail)
Astrid Sulger (99%)

Écrit par : Géo | 27 février 2018

Répondre à ce commentaire

Quel délire! Ces intellectuels et artistes français, hors quelques dizaines, sont complètement barjo! Il faudra bientôt dresser la liste de ce qu’il est autorisé de dire dans cette République bananière.

Écrit par : Mireille Vallette | 27 février 2018

Répondre à ce commentaire

Vu le niveau, doit s'agir d'artistes adoubés par Hanouna.

Écrit par : divergente | 27 février 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.