19 janvier 2018

#balancetonporc : plainte en diffamation contre Sandra Muller. Qui s’excusera ?

La journaliste qui avait lancé l’expression et hashtag #balancetonporc, Sandra Muller, est aujourd’hui l’objet d’une plainte pénale pour diffamation. De victime elle devient bourreau. En voulant donner l’exemple elle semble en avoir trop fait.

 


harcèlement,balancetonporc,hommes,femmes,sandra muller,justice,pénal,eric brion,lewis hamilton,catherine deneuve,weinstein,princesse,garçonParadis

Pour illustrer le harcèlement suite aux accusations contre Harvey Weinstein, elle s’est donnée en exemple. Elle a été objet de propos chauds d’un homme lors d’une soirée très arrosée. On connaît son nom: elle l’a cité et celui-ci s’est excusé pour avoir tenu des propos de mauvais goût: « … tu as de gros seins, tu es mon type de femme, je vais te faire jouir toute la nuit. »

Voilà une promesse fort prétentieuse: un orgasme de plusieurs heures... le paradis! Mais les femmes ne sont pas idiotes. Elles savent que cela n’existe que dans quelques films sortis tout droit d’un imaginaire lubrique. C’est donc prétentieux, probablement irréaliste, et éventuellement de mauvais goût.

Des goûts et des couleurs… Certaines femmes et certains hommes aiment les déclarations bien tranchées et au message clair. D’autres préfèrent les limbes du non-dit, le rapprochement sensible et discret. Certains et certaines prennent le risque de la franchise et du rejet, d’autres se rendent indispensables sans jamais exprimer ouvertement leurs intentions. Chacun sa méthode.

En tant qu’homme je me suis demandé si je pourrais tenir de tels propos, ou si je l’ai déjà fait. En général je suis moins cru que cela. Ce n’est pas mon langage. Mais il m’est arrivé d’être très direct, particulièrement dans un contexte festif. Ou trop spontané. Et je n’ai pas l’intention de m’en excuser, ni de me sentir coupable. J’ai aussi été sollicité par des femmes, parfois de manière très insistante: je n’en ai pas fait une maladie. Une bonne attitude et des propos clairs circonscrivent en général la tentative.

 

 

harcèlement,balancetonporc,hommes,femmes,sandra muller,justice,pénal,eric brion,lewis hamilton,catherine deneuve,weinstein,princesse,garçonHéloïse

Revenons aux propos d’Éric Brion, directeur de la chaîne hippique Équidia, nommé par Sandra Muller. Il a reconnu ses propos et a présenté ses excuses publiques. Pourtant il porte plainte pour diffamation. Pourquoi? Parce que Sandra Muller l’a dénoncé comme un exemple de harcèlement.

Or monsieur Brion conteste totalement tout harcèlement. Celui-ci doit être le fait de comportements désobligeants répétés. Il n’y a pas de harcèlement, de quelque sorte qu’il soit, sans la répétition de l’action ou du comportement, et sans une intention implicite ou explicite de résultats de cette action. On ne saurait taxer de harcèlement Roméo sous le balcon de Juliette. Ni qualifier Éloïse de harceleuse ou son maître Abélard d’agresseur sexuel.

Rien n’indique que Sandra Muller ait été sollicitée lourdement, comme on dit aujourd’hui, à d’autres reprises. Alors vraie drague? Forfanterie masculine? Tentative maladroite sous l’emprise de l’alcool? Contexte facilitant? On n’en saura pas plus. Mais on verra ce que la justice en dit: l’accusation de madame Muller est-elle excessive et délictueuse, ou bien est-il permis d’accuser publiquement sans preuve ni procès?

J’en profite pour relever que l’épidémie d’excuses « à ceux qui pourraient se sentir blessés » commence à bien faire. Catherine Deneuve s’est excusée de la récente tribune des 100 femmes qui assument la sollicitation masculine. Éric Brion l’a fait.

 

 

harcèlement,balancetonporc,hommes,femmes,sandra muller,justice,pénal,eric brion,lewis hamilton,catherine deneuve,weinstein,princesse,garçonBêtise

Et Lewis Hamilton récemment. Il a posté sur son compte Twitter une courte vidéo où on l’entend hausser la voix contre son neveu à Noël. Son neveu, petit garçon de 5 ans, a reçu une robe de princesse et Hamilton déclare qu’un garçon ne s’habille pas avec une robe de princesse.

J’entends déjà l’ultra-minorité des transgenre s’indigner et réclamer le droit des garçons à s’habiller en fille. Personnellement je pense au contraire que les sexes doivent être soulignés et prolongés culturellement, et que le libre passage d’un genre/sexe à l’autre, bien qu’extrêmement  mince en volume, ne doit pas être encouragé.

Et visiblement Lewis Hamilton n’a pas envie que son neveu garçon devienne une fille. Non parce qu’il serait inapproprié d’être une fille, mais parce que c’est un garçon!

Les propos de Hamilton sont hors contexte. Et l’on ne connaît pas ce qui a pu être dit avant, par qui, ni dans quel suivi de réflexion ces propos interviennent. Peu importe. En tous cas le Lewis a dû prendre une peur bleue des mauvaises opinions.

C’est la conséquence de sa bêtise: poster une vidéo personnelle et familiale sur les réseaux dits sociaux et se livrer en pâture à tous les anonymes frustrés et jaloux.

 

 

harcèlement,balancetonporc,hommes,femmes,sandra muller,justice,pénal,eric brion,lewis hamilton,catherine deneuve,weinstein,princesse,garçonDéconfiture

Il s’est couché plus plat qu’à plat ventre pour regagner l’affection de ses juges anonymes sur internet. Voici ses propos. D’abord la critique du cadeau de son neveu:

« Je suis très triste, maintenant. Regardez mon neveu. Pourquoi portes-tu une robe de princesse ? C’est ce que tu as eu pour Noël ? Les garçons ne portent pas de robe de princesse ! »

Puis les excuses:

« Hier, je jouais avec mon neveu et j’ai réalisé que mes propos étaient inappropriés, donc je les ai effacés. Je n’avais pas l’intention de faire du mal ni de blesser quiconque. J’aime que mon neveu se sente libre de s’exprimer. »

Et encore plus bas dans la soumission à la doxa:

« Mes plus sincères excuses pour mon comportement, car je réalise que ce n’est vraiment acceptable pour personne de marginaliser quelqu’un, peu importe d’où vous venez. J’ai toujours soutenu chaque personne vivant sa vie exactement comme elle l’entend, et j’espère que je peux être pardonné pour cette erreur de jugement. »

Pardonné pour cette supposée erreur de jugement? Pas pour sa lâcheté, alors. D’ailleurs, après ses excuses publiques, on ne sait pas ce qu’il pense en lui-même, en secret. Parce que la repentance sur Twitter et dans ces conditions de pression, il faut être peu exigeant pour y croire.

C’est la déconfiture des hommes dans le Camp du Bien.

 

 

 

 

Commentaires

Très bonne réponse de M.Brion. Assumer sa balourdise et réfuter le harcèlement en justice. Mais il y a juste un très gros hic : les juges européens sont des pourris de la pire espèce et ils rendent tout sauf la justice. Un ramassis d'idiots - ou plutôt d'idiotes - incompétents, lâches et au service des criminels, pas des citoyens. Des gens capables de donner des jours de congé à Werner Ferrari pour qu'il puisse aller vite fait violer et tuer une jeune fille, au nom des grands principes chrétiens.

Écrit par : Géo | 19 janvier 2018

"Mais il m’est arrivé d’être très direct, particulièrement dans un contexte festif. Ou trop spontané. Et je n’ai pas l’intention de m’en excuser, ni de me sentir coupable. J’ai aussi été sollicité par des femmes, parfois de manière très insistante: je n’en ai pas fait une maladie."
Bienvenu au club! Il m'est même arrivé de passer à l'acte sans demander le consentement formel- et vice versa; les gestes, le regard suffisent pour s'entendre … ou non.

Écrit par : Ben Palmer | 19 janvier 2018

@ hommelibre

"C’est la déconfiture des hommes dans le Camp du Bien"

vous avez raison ça ne sert à rien de s'excuser vis à vis des femmes il passe pour une lavette, c'est comme dans un couple, la femme doit respecter l'homme elle en a besoin, et dans la société c'est pareil les femmes doivent respecter les hommes, les féministes ont mis à leur tête des tarées qui nous mentent depuis des décennies il faut que celà cesse, même les femmes normales croient à leurs mensonges, et les hommes se sont couchées, je l'ai bien vu à un billet précédent, elles en sont devenue incapables de comprendre pour qu'un délit sont condamnable, il faut des faits constatables, et comportement féminin qui ne les honore pas d'ailleurs incapables d'écrire quelles ont tort, juste capables d'ergoter. comme dans un couple quand une femme pousse le bouchon discutaille pour avoir raison, pour tester si son compagnon est un contre pouvoir pour elle, il n'y a qu'une solution monter le ton et là elle se tait.
par écran interposées, il ne faut pas lâcher, amener des arguments, en face on a droit à l'insulte, la moquerie, le changement de sujet, ça fait rien je sais très bien qu'aucune écrira, vos arguments sont bons j'ai tort je le reconnais, c'est pour ça que l'influence des tarées féministes sur les femmes est grave.

http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article119

"- Pourquoi les hommes, premiers ciblés par cette idéologie séparatiste et cette vision grimaçante de la masculinité, ne protestent-ils pas ?

Ils sont tétanisés par la bien-pensance féministe et crèvent de trouille à l’idée de passer pour des machos, donc des salauds et des réactionnaires. Au moment du débat sur la parité, quiconque disait son dissentiment était flingué par les deux grands quotidiens de gauche, Le Monde et Libération. Il faut n’avoir rien à perdre pour affronter ces outrages..."

et là les hommes commençent à se rendre compte que ça ne sert à rien de se coucher, parce que ça ne s'arrête pas, le délire le mensonge n'a pas de limites, là le temps et arrivé où c'est inacceptable.

Écrit par : leclercq | 19 janvier 2018

"C’est la conséquence de sa bêtise: poster une vidéo personnelle et familiale sur les réseaux dits sociaux et se livrer en pâture à tous les anonymes frustrés et jaloux."
Cela devrait être la plus élémentaire précaution de tous les utilisateurs des petits écrans.

Écrit par : Mère-Grand | 19 janvier 2018

L'arroseur arrosé.e .... :-)))

Au final c'est comme les hausses des primes d'assurances maladie : ça part très fort et ça retombe comme le soufflé sorti trop tôt du four !

Écrit par : Lise | 20 janvier 2018

Les commentaires sont fermés.