06 janvier 2018

Femmes : imprévisibles, comme les tempêtes ?

Je rebondis sur le billet de Sylvie Neidinger à propos de l’usage des prénoms féminins pour nommer les tempêtes. Les Carmen et Eleanor seraient mécontentes d’être associées à ces événements porteurs d’une charge négative. Charge négative: faut-il supprimer le prénom Jack à cause de Jack l’Éventreur? Non bien sûr.


tempêtes,irma,eleanor,carmen,prénom féminin,genre,féminismeHasard

Les tempêtes et ouragans sont désignés par des prénoms alternativement masculins et féminins. Une étude citée par madame Neidinger recense que les ouragans à prénom féminin laissent plus de morts derrière eux. L’idée est que les gens se protégeraient moins à l’arrivée d’un cyclone au prénom féminin, car il serait perçu comme moins violent.

Je doute des conclusions de cette statistique. Aucune preuve ne vient l’étayer. Cela n’aurait de sens que si tous les ouragans étaient de force identique et tombaient au même endroit. Les chiffres des décès sont si aléatoires qu’on ne peut certainement pas s’en servir comme preuves. Et l’on pourrait aussi alors étudier les plus dévastateurs, les plus inondants, les plus venteux, et tenter des statistiques de genre! Stupide. 

Harvey (mais pas Weinstein), par exemple, a été destructeur par ses pluies, tombées et retombées en boucle sur Houston, sur une très petite portion de territoire très bétonnée et connue pour ses risques majeurs. 100 km plus à l’ouest il passait presque inaperçu. Le hasard l’a rendu célèbre. Irma a bénéficié de conditions météo particulièrement favorables pour atteindre une telle puissance. C’est le hasard. 

Irma a été largement annoncé comme extrême et d’une dangerosité majeure, il n’a pas été sous-estimé parce qu’habillé d’un prénom féminin. D’autres ouragans, tous prénoms confondus, sont aussi extrêmes, mais ils restent sur les océans et l’on n’en parle pas tant qu’ils n’ont pas atterri sur une terre, île ou continent. 

 

 

tempêtes,irma,eleanor,carmen,prénom féminin,genre,féminismeDe l’humour

Aucune femme sensée n’ira s’identifier à un ouragan parce que le prénom qui lui est attribué est féminin. Seules les idiotes, ravissantes ou pas, en font un problème. Les femmes intelligentes en rient. Le genre n’a rien à faire ici. D’ailleurs ouragan est un mot masculin, tempête féminin, et cela n’anticipe en rien leur puissance ni une quelconque identification genre/violence. 

Ne plus pouvoir citer un prénom féminin sans levée de bouclier, ça suffit.

Je suis un homme. Je ne me sens pas en cause pour l’ouragan John de 2006 qui a laissé 4 morts. L’ouragan Bohla au Bangladesh en 1970 fut le plus meurtrier de tous: entre 300’000 et 500’000 morts. Or Bohla est un prénom 100% masculin. Andrew a aussi été l’un des plus dévastateurs aux USA: et alors?

Je n’entends jamais les hommes se plaindre des prénoms masculins des ouragans, alors que des femmes se plaignent des prénoms féminins: c’est avec ces femmes (mal dans leur peau ou à l’identification défectueuse?) qu’il y a un problème. Elles sont le problème, pas le prénom de l’ouragan. Les problématiques psychologiques individuelles sont transformées en problèmes de société. Il faut en finir avec cela et revenir aux désignations des pathologies individuelles, plus responsabilisantes, avant de courir la théorie du complot machiste.

Faire une histoire de ça, il faut vraiment n’avoir rien d’autre à faire dans sa vie. Elles en sont où dans leur tête? Quel désordre. Je suggère aux Carmen et Eleanor d’avoir un peu d’humour et de cesser de faire un caca nerveux pour tout et rien, faute de quoi on va vraiment penser que les comportements des femmes sont très imprévisibles et peu rationnels et qu’il y a un trouble dans le genre… féminin. 

 

 

PS: ne pas oubliez de signer la pétition en ligne du Groupe d'étude sur les sexismes:

https://www.change.org/p/emmanuel-macron-président-macron...

 

 

 

10:25 Publié dans Humour, Météo | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : tempêtes, irma, eleanor, carmen, prénom féminin, genre, féminisme | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Les femmes sont imprévisibles mais c'est là tout leur charme.... C'est si bon de temps en temps de ne pas être rationnelle, codée, formatée et tout et tout. Dans notre temps actuel, humour, séduction, joie... deviennent des gros mots. Restons nous, femmes si imprévisibles et si légères... avec la lourde tâche sur nos frêles épaules d'assurer la maternité,moment magique de joie d'attentes et de souffrance.
Bref, tout cela pour ne pas être grossière à l'égard de toutes ces femmes qui haïssent les hommes...

Écrit par : Estivalet Delphine | 06 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Que de grâce dans vos propos Delphine.
Merci.

Écrit par : hommelibre | 06 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Bonjour Monsieur Goetelen

Je vous remercie d'avoir l'amabilité de lire mon article dans son intégralité.
J'y ai :

1)pris le soin de faire un historique (par un lien web) pour comprendre depuis quand nomme-t-on les ouragans par des prénoms humains. ( j'en ai le droit non?)

2) observé effectivement que les féministes américaines ont fait cesser la chose. Elles sont effectivement dans leurs statistiques un peu caricaturales comme souvent tout ce qui vient des USA. Mais c'est de ce pays que vient de toutes façons cette habitude de nommer les tempêtes car cela a démarré au sein de l'armée us à l'origine.

3) Je dis ensuite que ce n'est pas une très bonne idée de donner à une tempête un prénom humain qu'il soit masculin ou féminin.

J'observe John qu'il n'y a pas que les Carmen et Eleanor qui font un caca nerveux! Vous voyez vous du complot machiste partout.

Il faut respirer et considérer que chacun blogue sur le thème qui lui plait. Cela se nomme la liberté d'expression. Merci.

Et que recevoir en retour des salves improbables surtout inexactes telles celles " gracieuses" selon vous d'une Delphine qui fait monter la mayonnaise en évoquant toutes les "femmes qui ... haïssent les hommes". Bigre.

Dire que "nommer les tempêtes par des prénoms humains dérange" ne signifie en aucune manière "hair les hommes" c'est du délire titanesque..Vous allez vite.

Soyez assuré cher Goetlen J que je ne fais pas partie des femmes qui haïssent les hommes.

En aucune manière mon article (le relire avec un petit calmant peut-être, une tisane ?) ne pose une haine des hommes ( bigre)
Il ne faut pas modifier le réel, SVP


C'est ici mon unique commentaire car je ne doute pas que cela va se déchaîner chez vous ( commentaires)
Effectivement une fois cet éclairage donné, historique , je passe à autre chose, mon prochain article.


J'ai aujourd'hui une pensée pour les cinq morts de la dernière tempête: le skieur de 21 ans qui s'est pris un sapin, le pompier noyé en secourant, les personnes âgées ensevelies de boue chez elles etc...

Et une pensée pour les Carmen et Eleanor mélangées à tout cela.
Question : pour quelle raison ?

Cordialement
Sylvie Neidinger

Écrit par : S Neidinger | 06 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Pourquoi pas un ouragan John!?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Chère Sylvie,
J’ai bien lu votre billet dans son intégralité avant d’écrire le mien. J’ai l’impression qu’il ne vous a pas plu, que vous le prenez personnellement. Je ne vous vise pourtant pas vous. Je l’ai lu comme un article, pas comme une profession de foi.

L’historique que vous reproduisez est ce que l’on trouve un peu partout, avec en particulier la mention de Clement Lindley Wraggle. Pourquoi avait-il donné des noms de politiciens (qu’il n’aimait pas, selon d’autres sources) ou de divinité aux ouragans? On ne le sait pas exactement, sinon pour que chaque événement météo soit identifié par tous les acteurs.

Détail: relisez-moi avec une aspirine, je n’ai pas écrit que vous n’auriez pas eu ce droit de chercher à faire l’historique.

Les pilotes américains ont donné les prénoms de leur petite amie ou femme. Rien n’est sûr quant à la raison de cela. Si la version est vraie, selon quoi ils voulaient montrer que celles-ci pouvaient monter les tours comme une tempête, est-ce une manière de porter une charge négative sur elles? Je ne le perçois pas ainsi. C’est une reconnaissance de leur puissance, peut-être aussi une manière de les garder près d’eux dans leur coeur. C’est peut-être aussi du second degré. De toutes façons on n’en sait rien.

Je garde sans changer une virgule ma critique de la statistique. Ce n’est pas sérieux!

Vous associez cette question au féminisme, et donc la problématique du machisme est posée. Dans le discours habituel et trop connu de ce mouvement ce peut être assimilé à un complot machiste, conscient ou non. Dès qu’il y a une soi-disante atteinte aux femmes c’est bien la vache à lait du patriarcat qui est en cause dans ces cerveaux limités.

On sait depuis lors que si les féministes considéraient les prénoms féminin négatifs pour les femmes, elles n’ont rien trouvé à redire aux prénoms masculins. Mais ça, on est habitués.

Il faut en avoir une couche bien épaisse pour s’identifier à un ouragan à cause de son prénom! Et le fait que cette affaire m’amuse ne m’empêche pas de garder l’esprit critique.

Par ailleurs, je ne comprends pas votre évocation de la liberté d’expression. Est-elle en cause ici? Je ne vois pas comment.

Pour « les femmes qui haïssent les hommes », je vous laisse vous adresser à son auteur, qui n’est pas moi. Je ne saurais donc vous viser, et je ne me suis jamais permis de penser un d’écrire une telle chose. J’apprécie la grâce avec laquelle cette personne parle d’elle en tant que femme.

Carmen meurt dans l’opéra. On peut recenser toute la littérature et trouver les hommes et les femmes morts sur scène. Mais dans quel but? Franchement, associer Carmen avec la tempête est culotté et un détournement peu crédible.

Les morts, je les laisse à leurs famille. Si c’était un attentat je serais concerné, ici pas, quelle que soit la tristesse des familles que je respecte.

Les ouragans, tempêtes, calamités naturelles, accompagnent l’histoire humaine depuis la nuit des temps. Ils sont nécessaire à la circulation de l’atmosphère, de l’eau, de l’air. Les inondations ont participé à rendre la terre habitable et productive, sans quoi elle ne serait qu’un amas de rochers stériles.

Moi je ne mélange pas les Carmen et la météo, malgré le prénom. Il faut être un peu sérieux et ne pas faire un procès de toute intention. Celles qui se sentent visées par ces prénoms, je ne peux rien pour elles, ce n’est pas de l’ordre de la simple discussion de blog.

De même pour les voitures, ou les parfums (Gabrielle par exemple). Tout semble bon pour imposer un délire paranoïaque et victimaire, comme l’imaginaire inégalité salariale.

Je sais que nous ne sommes pas en accord sur ces questions, et comme je ne risque pas de modifier mon analyse, nous en resterons là.

Écrit par : hommelibre | 06 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Chère Myriam,

si vous m'avez bien lu je l'ai écrit: il existe des ouragans au prénom de John. Il y en aura encore. Et je m'en fiche comme de ma première chemise. Je trouve même cela amusant. Question de disposition d'esprit.

Écrit par : hommelibre | 06 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

hommelibre,

Oui mais moi après votre ouf! d'il y a quelques mois parce que j'avais écrit ne plus m'exprimer sur votre blog, pas du tout en rapport avec vous ou vous reprochant quelques chose... je suis heureuse, de votre aimable chère Myriam.

Bienheureuse mienne en l'occurrence lecture peu ou prou inattentive.

Écrit par : Myriam | 06 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Bonjour John

Vous avez pris votre tisane et moi la mienne, suite au "mini clash"
24h après...tout va bien.

Je vous souhaite une excellente année 2018 pleine d'articles qui expriment votre point de vue comme les miens expriment le mien et que fort heureusement nous ne pensons pas la même chose.


Et surtout que nous ne modifions rien. Signe de nos assurances respectives dans nos choix éditoriaux..

Il faut avoir de la personnalité pour bloguer. Vous n'en manquez pas et... moi non plus.
Nous avons d'ailleurs toujours toujours eu du respect mutuel malgré des articles reflétant quelquefois des positions différentes.

Respect pour l'engagement dans une position publique, respect pour l'originalité, respect pour tout le travail de réflexion en amont.

J'ai réagi car votre article... réagissait à mon article, selon moi avec une lecture qui chaussait les lunettes d'une focale hyper particulière.

En tous cas, cette diversité des points de vue est la richesse des blogs TDG puisque le principe TDG est de laisser les blogueurs maîtres de leurs écrits.

La variété des points de vue est spécifique aux blogs en général qui n'ont pas à suivre une ligne éditoriale comme le font les journalistes d'un média traditionnel

Alors bonne suite @hommelibre. Au plaisir de vous lire.
et même en contradiction...


Signé @femmelibre , indépendante du #blogneidinger

Écrit par : Sylvie Neidinger | 07 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Je souris... en lisant le blog et les commentaires parce qu'il y a de quoi le faire !

Lorsque certaines femmes ont utilisé le "#dénoncetonporc", elles l'ont assimilé un "animal de rente" à tous les hommes sans aucune distinction, animal que je trouve très sympathique et qu'on assimile également au temps qu'il fait, alors qu'il n'en est pas responsable : je n'ai jamais lu un blog/article pour le défendre !

Écrit par : Lise | 07 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 08 h (Europe/Paris).