03 janvier 2018

Policiers agressés : Balance ta racaille

Les violences contre des policiers en France font la une depuis deux jours. Pourtant cela dure depuis des décennies. La banalisation des violences semblait presque admise, comme un mal habituel auquel on consacre à peine quelques lignes. Un mal collatéral de la société française en quelque sorte, qui se développe sur fond de déni des problèmes. 


champigny01.jpgSociologie

Le sport qui consiste à bouter le feu à des voitures ne suffit pas à apaiser des délinquants de plus en plus jeunes, très souvent mineurs selon des représentants des policiers. Et cette violence ne surgit pas simplement lors de contrôles de police. N’importe quelle occasion est bonne à prendre, même quand une patrouille va sauver des enfants dans une maison en flammes. 

Dans le passage à tabac de deux policiers par une vingtaine de personnes, il n’est pas certain que celles-ci se seraient arrêtées d’elles-mêmes si des témoins n’avaient pas finalement soustrait la fliquette à ses agresseurs. Récemment un policier a frôlé la mort dans l’incendie de son véhicule. On comprend que certains demandent le droit à la légitime défense.

Les zones de droit restreint, ces territoires perdus de la République, sont toujours autant d’actualité. Le Ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, ancien maire socialiste de Lyon, voudrait en finir avec ce qu’il nomme la « société de la violence ». Volonté réelle? Bien que les socialistes soient généralement prompts à excuser la délinquance par des explications psycho-sociologiques, voyons-le à l’oeuvre. 

Logiquement la ligne que développe Emmanuel Macron devrait ramener la légalité et le cadre formel de la société au premier plan, bien avant les théories sociologiques. Mais ça ne va pas être simple. Le sentiment d’impunité ravage certains milieux. Il serait intéressant de connaître les profils des agresseurs, pour connaître l’ennemi et le nommer.

 

champigny03-mathieu-kassovitz-le-22-mai-2017-a-cannes_5997454.jpgFemme

« Refuser la société de violence » est une formule polie. Elle équivaut presque au Kärcher et à la racaille de Nicolas Sarkozy. Simple effet d’annonce? Laissons le temps, même s’il y a eu déjà beaucoup de temps. De toutes façons que faire d’autre? Payer certains délinquants pour qu’ils dénoncent les autres? Infiltrer leurs bandes pour les détruire? Que faire dans ces moments de guerre civile localisée?

La gauche anciennement socialiste (représentée ici par Gérard Collomb) aura dû être réduite à peau de chagrin pour enfin parler vrai. Cependant elle doit aller au bout de ce qui s’est exprimé suite à la diffusion des images de la jeune policière à terre. Car de nombreux commentaires soulignent la situation de la policière comme plus dramatique que celle de son collègue. Parce qu’elle est une femme. L’acteur Mathieu Kassovitz, fdp de service, pour qui la police est habituellement une ennemie (ah, le vieux standard gauchiste!…) le dit très clairement. Il ne traite pas la femme comme l’homme:

« Ces images de #Champigny sont horrible. Je n’ai pas d’insulte assez forte pour condamner ces fdp. Frapper une femme à terre dépasse toutes les lâchetés. Tout mes souhaits à la policière blessée. »

L'agression de Champigny-sur-Marne contient donc un aspect inattendu: le thème des voitures brûlées, des agressions contre les policiers et de la violence sociétale, contient un chapitre sur le genre. Elle signifie de manière implicite que l’égalitarisme c’est du pipeau

 

champigny02-Gerard-Collomb_image-gauche.jpgSexisme

La femme devrait être plus soutenue que l’homme parce que c’est plus dommage de la frapper que de frapper un homme? M6 Infos va dans le même sens:

     « Dans la nuit du réveillon, une policière a été rouée de coups alors qu’elle se trouvait au sol. Les faits ont eu lieu à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), alors que les forces de l’ordre étaient sur place pour rétablir l’ordre, après qu”une vingtaine de jeunes ont voulu s’incruster” à une soirée privée, rapporte une source policière à l’AFP. Selon cette source, Deux policiers, un capitaine et un gardien de la paix, se sont retrouvés isolés lors d’une intervention sur une soirée privée qui a dégénéré”.

La policière, ainsi qu’un de ses collègues, ont été blessés. Après avoir reçu de violents coups de pieds, la policière a écopé de 7 jours d’ITT, et le capitaine de police de 10 jours d’ITT, selon une source policière, citée par l’AFP. Le capitaine de police souffre d’une fracture du nez et la policière de commotions au visage. »

Le policier n’a pas été épargné et son interruption de travail est plus longue. Pourtant il passe derrière la policière dans la présentation. Pourquoi cette différence de traitement en faveur de la femme? Personnellement je m’en fiche mais ce n’est pas dans l’idéologie de l’époque.

Tiens, aucune féministe n’a pris la parole pour condamner ce standard sexiste, ce « crime caché » de l’agression de Champigny-sur-Marne, qui renvoie l’égalitarisme aux poubelles de l’Histoire.

 

 

 

00:44 | Lien permanent | Commentaires (31) | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

"Payer certains délinquants pour qu’ils dénoncent les autres? Infiltrer leurs bandes pour les détruire? Que faire dans ces moments de guerre civile localisée?"

faire ce qu'ils font en Espagne, en Algérie un ami à moi en a été le témoin à l'Aéroport d'Alger, Au Maroc un Oncle à mon épouse en a été le témoin à l'Aéroport au Maroc.

le musulman a besoin de plus d'autorité que le français de souche.

http://christinetasin.over-blog.fr/ext/http://www.bivouac-id.com/2009/05/15/un-psychologue-danois-%e2%80%9cl%e2%80%99integration-des-musulmans-dans-nos-societes-occidentales-est-impossible%c2%bb/

"Sennels : D’un point de vue psychologique et humaniste, il est très clair que des personnes de cultures différentes ont des besoins différents, quand ils ont ou quand ils créent des problèmes. Ma propre expérience est que les musulmans ne comprennent pas notre façon toute occidentale de gérer les conflits par le dialogue. Ils sont élevés dans une culture comportant des figures d’autorités et des conséquences externes à l’individu et très bien définies. La tradition occidentale, qui utilise compromis et introspections comme principaux outils pour gérer les conflits tant intérieurs qu’extérieurs, est considérée comme une faiblesse dans la culture musulmane. Dans une large mesure, ils ne comprennent tout simplement pas cette façon plus douce et plus humaniste de traiter les affaires sociales. Dans le contexte du travail social et de la politique, cela signifie que l’individu a besoin de plus de limitations et de conséquences plus sévères pour être en mesure d’adapter son comportement."

les femmes ont voulu par égalitarisme faire des métiers d'hommes, elles en subissent les revers, quand elles sont agressées physiquement elles sont incapables de se défendre, donc incapables de défendre les gens ce qui est pourtant une mission des forces de l'ordre, pourquoi les plaindre, quand c'est pour verbaliser les infractions routières elles sont intraitables.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/var-deux-femmes-gendarmes-abattues-un-suspect-interpelle-18-06-2012-2054624.php

"et alors que les deux femmes gendarmes arrivent sur les lieux. S'ensuit alors une rixe assez violente, durant laquelle, après avoir frappé et donné des coups de pied dans la tête de la gendarme mère de famille, le suspect lui subtilise son arme de service, un Sig Sauer de calibre 9 mm, et tire. L'autre gendarme s'enfuit alors, le suspect lui court après et la tue également"

elles ne sont sont pas mieux comportées que les soldats femmes Russes à Smorgon

Écrit par : leclercq | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Lorsqu'on évoque les Socialistes français comme laxistes en matière de répression, il ne faut pas oublier un certain Manuel Valls, qui est certes atypique, mais qui était connu pour avoir une philosophie très sécuritaire.
Par ailleurs " la police de proximité" ( voulue par L. Jospin) a été supprimée par la gouvernement Sarkozy, avec l'idée que c'était du pipeau.
L'idée de l'infiltration du milieu délinquant et violent n'est pas mauvaise idée et il me semble qu'on comprend aisément le rôle qu' une police de proximité peut jouer. Les habitants des quartiers difficiles, qui en ont assez de cette ambiance délétère peuvent discrètement donner de précieuses informations.
Il n'y a pas une seule solution à un tel problème qui n'a pas une seule cause. D'après ce que j'ai compris, l'engorgement du système judiciaire et la surpopulation des prisons permet à plein de condamnés de ne pas être incarcérés. L'impunité règne non seulement en ce qui concerne les agresseurs de policiers, mais au-delà.

Écrit par : Calendula | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

En effet Calendula, il y a des partisans de la sécurité chez les socialistes. Joffre aussi à son époque, ou Chevènement. Collomb s'inscrit un peu dans cette tendance à mon avis. Malgré ces quelques figures, l'idéologie issue de la gauche post 68 était de comprendre plus que de juger (en résumé), et un culte du héros maudit et forcément flamboyant s'il s'opposait à l'ordre établi (Guevara). Le résultat est une confusion, en particulier avec la violence ayant des acteurs d'origines culturelle différentes. Il faut profondément réviser les 50 dernières années.

Je me souviens des anciennes polémiques où l'on opposait sécurité et liberté! Je pense que l'on peut rapprocher les deux, car sans sécurité la liberté est un peu vaine.

La police de sécurité de Jospin n'a pas empêché le déploiement de la violence des régions sensibles. En effet il n'y a pas de réponse unique mais un ensemble de moyens. Vu l'ancienneté du problème et une certaine culture d'impunité qui l'accompagne ce sera un très gros boulot pour le gouvernement. Au vu des chiffres des violences contre les policiers (C dans l'air d'hier était intéressante entre autres sur ce point) l'ampleur du désordre en impressionnante.

Écrit par : hommelibre | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

@hommelibre,

J'ai aussi regardé "C dans l'air" hier, où on a eu effectivement une description du vaste chantier.
Les constats sont là et les maçons sont au pied du mur.

Comme vous, je pense que la sécurité est un des prérequis de la liberté, parce que l'homme ( et bien sûr la femme, mais je n'ose utiliser le terme "être humain" ;-)) n'est pas naturellement bon en toute circonstance.
La surveillance de la cour de récré m'a appris plein de choses et en tant que représentante du règlement scolaire, j'ai eu fort à faire. Je me sens donc forcément solidaire des policiers dans des cas comme ceux dont nous parlons !
S'il n'y a pas de sanction, il n'y a pas de raison de contenir son agressivité et son envie d'être le plus fort (ou la plus forte), mais la présence des adultes ( et donc p.ex. d'une police de proximité) peut empêcher le passage à l'acte ou en cas de problème, ou d'être appelé au secours immédiatement. Généralement, on arrive à arrêter les violences, aussi parce qu'on connaît les enfants-adolescents et ça aide énormément. En les appelant par leur prénom, on obtient l'effet du lancer du seau d'eau froide.
(Il peut arriver qu'un enseignant soit agressé physiquement dans l'exercice du maintien de l'ordre, aussi par des personnes venant de l'extérieur. Ces incidents sont répertoriés et il existe des statistiques précises.)

Écrit par : Calendula | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Vous insistez sur cette police de proximité, et peut-être avez-vous raison. Peut-être que je n'en vois pas assez l'importance.

Mais il faudra aussi un changement psychologique fort. Le jeune homme qui a protégé la policière, interviewé dans un des reportages de C dans l'air, avait je trouve une attitude claire. Ni soutien forcené à l'ordre, ni opposition systématique au système. Il a choisi son camp et en parle naturellement.

Il faut accepter de soutenir la police, elle protège les personnes et les biens, elle n'est pas une ennemie.

Écrit par : hommelibre | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

A aucun moment ça n'a été dit mais tout le monde comprend et devine que les auteurs de cette violence sont des "racailles de banlieue", sans doute français mais certainement musulmans.
A quoi sert-il d'épargner ces population de la stigmatisation? Ca ne fait que leur donner un sentiment d'impunité. Ils se savent entourés d'un halo "d'intouchables" parce que venant "des quartiers sensibles".

Le sens de la tribu est très fort parmi ce groupe social et personne ne dénoncera jamais les auteurs d'un lynchage, surtout si la victime appartient à la tribu des mécréants. C'est un fonctionnement paléolithique.

Il est encourageant de voir que Matthieu Kassovitz se réveille. En tant que modèle pour la jeunesse rebelle, il parviendra peut-être à leur faire comprendre que "l'amour et la tolérance", c'est pour tout le monde et que celui qui donne des coups de pieds dans la tête des gens - homme ou femme - mérite vraiment le qualificatif de racaille et de salaud.

Écrit par : Arnica | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

@ Leclercq:

Une femme policière à terre, incapable de se défendre: c'est l'image donnée dans la vidéo de l'agression. Je ne dis pas que tous les hommes sauraient se défendre, mais le symbole est corrosif pour les théories égalitaristes. Adieu Lara Croft et autres héroïnes invincibles...

Écrit par : hommelibre | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

@ Arnica:

Problème: si un policier se défend, il risque d'y avoir des morts. Et l'on accusera les policiers.

Écrit par : hommelibre | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

D`ou vous vient cette histilité pour les femmes que vous tentez de (vous?) cacher par des rationalisations? Sans vouloir aucunement vous agresser, vous etes-vous déja posé la question?

Écrit par : JJ | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Je veux dire "hostilité" bien-sur mais mon clavier fait des siennes depuis que mon chat l`utilise en catimini pour se faire les griffes.

Écrit par : JJ | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

@ JJ: de quelle hostilité parlez-vous? Je ne vois pas d'hostilité contre les femmes dans mon propos. Une hostilité que je n'ai pas non plus en d'autres occasions. Si vous pouviez éclairer ma lanterne...

Écrit par : hommelibre | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Hm.. bien-sur, bien-sur. Disons alors ce parti-pris de présenter les hommes comme les victimes d`un grand complot féministe.

Écrit par : JJ | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Si je vous dis par exemple "la femme est l`avenir de l`homme", est-ce que ca vous gratouille ou est-ce que ca vous chatouille?

Écrit par : JJ | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Hm... un peu léger comme explication. Pas de quoi plancher sur une réponse. Surtout que vous avez déjà votre réponse, donnée par votre "bien sûr, bien sûr". Je ne réponds pas à cette question fermée.

Quant à "La femme est l'avenir de l'homme", non, rien, c'est juste une posture démagogique et idiote.

Écrit par : hommelibre | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Entièrement d'accord avec Hommelibre. On a plein des maximes un peu bêtes dans ce ce sens, p. ex.,"derrière un grand homme il y a une grande femme", les Russes disent que dans un couple l'homme est la tête et la femme le cou ... pour diriger la tête dans la bonne direction. Louis Aragon qui a dit que la femme est l'avenir de l'homme s'est déclaré être attiré par les hommes peu après le décès de sa femme, comme quoi ...
amb

Écrit par : amb | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

@ hommelibre

faire ce qu'ils font en Espagne, en Algérie un ami à moi en a été le témoin à l'Aéroport d'Alger, Au Maroc un Oncle à mon épouse en a été le témoin à l'Aéroport au Maroc.

j'ai oublié utilisation copieuse de la matraque, et le stade D’après comme à Marseille quand Zizou était Ado, passage à tabac dans les sous sol de la gendarmerie tout "jeune" qui fait une connerie, c'est très efficace et ça marchait très bien. j'usqu'a ce qu'un préfet femme s'en offusque.

Écrit par : leclercq | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

A votre maniere, vous avez répondu. Plus exactement vous m`avez répondu car vous ne vous répondez pas a vous-meme tant que vous refusez de vous poser la question. Certains pensent qu`un blog peut etre un bon moyen développement personnel mais je crois que, le plus souvent, c`est un bon moyen d`éviter de se remettre en question. Vous ne m`en voulez pas, j`espere?

Écrit par : JJ | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Une intervention policière sur une racaille islamisée d'une banlieuse suédoise me revient en tête. Trois policières pour essayer de maitriser l'individu sans succès. C'est tellement beau l'égalité dans tous les domaines.

Écrit par : Laurent Lefort | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

JJ: non, je ne vous ai pas répondu, même pas à ma manière, puisque je refuse de vous répondre. S'il vous plaît, ne parlez pas à ma place, ne changez pas ce que je dis comme si vous le saviez mieux que moi.

Vous m'attribuez ce que VOUS pensez. C'est un classique de la communication autoritaire, et une forme d'esquive assez habituelle dans la psychologie héritée du passé: on parle de l'autre et à sa place tout en demeurant soi-même opaque. Exercice classique que certains maîtrisent bien. Et pour cela, désigner l'autre est souvent efficace. Mais pas avec moi.

Rien ne vous permet d'ailleurs de supposer que je ne me pose pas la question. Mais je choisis à qui je réponds. En tous cas je ne prends pas vos projections. Tant que vous parlerez pour moi ce sera mal engagé. On ne m'enferme pas si facilement dans ce genre de biais. Vous n'avez pas de question ou d'observation ouverte?


Bon, allez, je suis magnanime et vous réponds: non, je ne cultive pas d'hostilité à l'encontre des femmes.

Point. C'0est tout. Rien d'autre à dire ou à justifier.

Mais si vous en voulez plus, alors donnez plus de vous-même, élaborez votre commentaire, donnez-moi des éléments qui justifieraient cette question. Car je ne vois pas de quoi vous voulez parler. Vous n'avez pas d'élément concret, précis, à faire valoir?


Vous ne m'en voulez pas, j'espère...

Écrit par : hommelibre | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

En effet Laurent.

Écrit par : hommelibre | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

" non, je ne cultive pas d'hostilité à l'encontre des femmes. "
Mais à l'encontre des féministes, c'est carrément la haine.
Comme à l'encontre des socialistes depuis qu'un certain magistrat socialiste a fait alliance avec les féministes.

Écrit par : Ben voyons | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

@ Ben Voyons:

oh les grands mots! La haine! C'est bien, on l'entend sonner. Ça vous déclasse quelqu'un, ça, de le qualifier de haineux, puisque ses propos n'auraient d'autre raison qu'une animosité extrême personnelle.

Haine est très souvent utilisé, actuellement, comme mot d'évitement du débat. Il est donc inintéressant et plutôt peu signifiant. Il serait intéressant s'il semblait coller à la réalité, mais ce n'est pas le cas. Je ne prends pas. Par contre, je suis certainement très opposé au féminisme et à nombre de féministes (mais même pas à toutes), et ma critique peut être virulente. Il y a une guerre des concepts, et j'y participe.

Guerre? Oui. Lisez par exemple le tweet d'une éditrice du Huffpost:

"Résolution de la nouvelle année: tuer tous les hommes".

https://www.inc.com/suzanne-lucas/huffpost-editor-says-new-years-resolution-is-to-kill-all-men.html

Par ailleurs, je ne suis pas fort pour les devinettes: de quel magistrat parlez-vous?

PS: merci cependant de faire la distinction entre "les femmes" et "les féministes", distinction qui est également mienne.

Écrit par : hommelibre | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

@ ben voyons
Est-ce qu'il faut "aimer" les féministes? Je suis une femme et en aucun cas je ne veux pas être associée aux féministes. J'ai jamais compris pourquoi il faut être groupé pour se défendre dans sa vie quotidienne de telle ou telle autre inégalité de traitement laquelle n'est pas toujours liée du reste au fait d'être une femme. Pour moi, désolée, c'est plutôt l'aveu d'une certaine faiblesse. Et de toute façon parler de ses problèmes à régler avec une groupe de femmes vous assure que votre entourage va être vite au courant. J'ai fait de l'expérience, donc je sais de quoi je parle. Désormais si je besoin d'un conseil, je m'adresse à un ami homme.
amb

Écrit par : amb | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Calmez-vous, l`homme libre, pas la peine de vous braquer comme ca. Vous etes jeune, vous avez encore du temps pour accepter de vous remettre en question et, de toute maniere, cela n`a d`importance que pour vous-meme. Autrement dit, que cela vous plaise ou non, les revendications que certains qualifient de "féministes" seront considérées de plus en plus comme allant de soi et justice sera enfin rendue a celles qui sont nos meres et nos compagnes dans l`existence. Naturellement, je ne vous en veux pas et, pour vous le prouver, je bois un verre a votre santé, tchin-tchin!

Écrit par : JJ | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

JJ,

je ne vous demande pas vos conseils. Je vous vois encore une fois parler de moi, mais toujours pas de questions précises. Je ne joue pas votre jeu de pouvoir.
Je vous laisse donc dans votre bulle.

Écrit par : hommelibre | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

@ amb: pour les mêmes raisons je rechigne à former à des groupes d'hommes.

Écrit par : hommelibre | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

"Calmez-vous, l`homme libre, pas la peine de vous braquer comme ca."
Quel culot, ce JJ. Et quelle médiocrité dans les leçons qu'il veut donner.
"Alors écoutez moi un peu,
Les pousse-mégots et les nez-d'boeux,
Les ringards, les folkeux, les journaleux.
Depuis qu'y' a mon nom dans vos journaux,
Qu'on voit ma tronche à la télé,
Où j' vends ma soupe empoisonnée,
Vous m'avez un peu trop gonflé.
J' suis pas chanteur pour mes copains,
Et j' peux être teigneux comme un chien.
J' déclare pas, avec Aragon,
Qu' le poète a toujours raison.
La femme est l'avenir des cons,
Et l'homme n'est l'avenir de rien."

Écrit par : Géo | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

En tous cas, il a un sérieux problème JJ, pour avancer de manière si perfide.
Mais sa franche exhortation doucereuse et venimeuse à faire son autocritique est typique du style stalinien ou maoïste.

Écrit par : aoki | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

@ hommelibre

"aucune féministe n’a pris la parole pour condamner ce standard sexiste"

ça va même au-delà évoquer que les agresseurs sont des jeunes de banlieue est déjà du racisme pour elles.

elles n'en sont pas à une contradiction prés.

déjà par rapport aux événements de Cologne, elles sont outrées quand on évoque l'origine ethnique des agresseurs.

https://www.youtube.com/watch?v=dgL8cdGObgI

Écrit par : leclercq | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

La femme qui est l'avenir de l'homme, Aragon/Triolet repris par le féminisme n'est pas d'aujourd'hui.

Vivant grâce à l'homme, ne travaillant pas au dehors les femmes étaient un peu des parasites qui par le fait atteignaient leurs hommes... après avoir épousé un "brave" garçon! comme on disait alors ainsi que le "pas touche à mon homme" non seulement sentimentalement parlant mais, pour elles, en cas de rupture, péril en la demeure soit retour chez les parents, trottoir, etc. parce que pour la plupart sans formation professionnelle.

S'assumant par son travail, cessant de mettre le grappin sur lui (y compris par le moyen des enfants!) la femme cessait son parasitage en rendant l'homme à lui-même selon ressenti masculin sortie de pénitencier, véritable résurrection... donc, si on veut, avenir-

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

@ jj

"et justice sera enfin rendue a celles qui sont nos meres et nos compagnes dans l`existence"

Ah parce que d’après elles seraient victimes d'injustices prouvez le ?

Écrit par : leclercq | 03 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 08 h (Europe/Paris).