21 octobre 2017

Hollywood : « Que ton oui soit oui, que ton non soit non »

Ils ne se protègent plus les uns les autres. Ils se mangent entre eux comme des enfants cannibales trop longtemps retenus. Pourquoi ont-ils et elles cassé le consensus maintenant, alors que tous savaient depuis longtemps?

 


hollywood-01.jpegHollywoodland

Les frasques du producteur Harvey Weinstein faisaient même l’objet de remarques humoristiques en public. Par exemple:

« Aux Oscars 2013, le comédien et auteur Seth McFarlane plaisante après l’annonce des cinq actrices nommées pour l’Oscar du meilleur second rôle féminin : « Félicitations (…), vous n’aurez plus besoin de faire semblant d’être attirées par Harvey Weinstein. »

Ou:

« En 2012, dans un épisode de la série télé 30 Rock, l’actrice Jenna Krakowski affirme n’avoir « peur de personne dans le showbusiness. J’ai refusé d’avoir des relations avec Harvey Weinstein pas moins de trois fois… sur cinq. »

On ne sait pas ce qui est vrai, faux ou amplifié dans les accusations contre Big Fat Man (Harvey Weinstein). Mais on peut imaginer qu’il ne s’agissait pas d’une simple drague même appuyée ou d’avances timides.

Pourtant à Hollywood on s’en amusait. N’y a-t-il pas une forme de complicité objective? Une adhésion au système? Auquel cas, où serait le problème?

 

Corruption01-harvey-weinstein-quentin-tarantino1.jpgCanard blond

En tous cas si vous aimez les films de Quentin Tarantino (Kill Bill, Pulp Fiction, parmi d’autres), vous devriez aimer Harvey Weinstein. Il a eu le nez fin en produisant ce réalisateur à la gueule d’adolescent postboutonneux.

Que dit-il, le petit Quentin Trottinette?

« J’en savais suffisamment pour réagir plus que ce que j’ai fait. C’était plus que les rumeurs habituelles, les ragots. J’aurais aimé avoir agi de façon responsable devant ce que j’ai entendu. Si j’avais fait ce que j’aurais dû faire, il aurait fallu que je ne travaille pas avec lui. »

Quel courage après-coup… Cela signifie-t-il que ceux et celles qui ont travaillé avec le producteur avaient intérêt à ce système? En tous cas les actrices qui ont refusé ses avances ont pu, d’après ce que l’on sait, mener de belles carrières. L’argument du prédateur solitaire auquel on ne peut résister sans mettre en danger son avenir professionnel est peu relevant.

Dans un commentaire posté sous mon précédent billet, Mère-Grand propose un angle intéressant: les stars qui ont dénoncé l’élection de Donald Trump avec la véhémence que l’on sait, n’ont jamais dénoncé Big Fat Man. « Est-ce parce que le premier ne risquait pas de nuire à leur carrière, contrairement au second, ou parce qu’ils se sentent, malgré tout, par tempérament peut-être, une certaine solidarité avec lui ? »

Pourquoi leur système implose-t-il maintenant? Est-ce un effet collatéral de l’élection du grand canard blond en 2016?

 

corruption04-meryl-streep-golden-globes-trump.jpgNombril

Les acteurs hollywoodiens sont politiquement plutôt démocrates. Les démocrates sont la gauche molle américaine reconvertie en police du Bien et du Mal. En rejetant avec autant de violence ce Donald supposé raciste et sexiste, ils devaient forcément se confronter à leur propre image morale. Une image délétère, poisseuse, dégageant une odeur de sperme ranci étalé sur des billets verts.

Hollywood la nombriliste, qui se pose en gardienne morale du Bien et du politiquement correct aux États-Unis, se vautrait dans le sordide alors que la gravité des actes reprochés à Big Fat Man, s’il sont avérés, auraient dû envoyer le producteur en prison. La contradiction n’était plus supportable.

Impuissant à dégommer le Donald haï, à l’exclure du paysage politique, le microcosme hollywoodien s’est retourné contre lui-même et exclut l’un des siens. Le Big Fat Man est devenu le symbole de leur propre lâcheté: il fallait donc le tuer pour se refaire une bonne image.

Plusieurs voix se sont faites entendre pour saluer le courage de celles qui aujourd’hui le dénoncent. Meryl Streep, comédienne au talent exceptionnel et au parcours sans faute, assure même que ce sont des héroïnes. Mais où est l’héroïsme dans cette complicité objective et intéressée qui a duré si longtemps?

 

corruption05.jpgCunni

Même Kristen Stewart, premier rôle de Twilight, dit avoir sauvé des femmes sur des tournages: « Je ne compte pas le nombre de fois où je suis venue au secours de maquilleuses ou d’assistantes caméra qui se faisait agresser. C’est un phénomène qui dégouline dans toutes les couches de l’industrie. »

Kristen Stewart, a brisé son propre couple ainsi que la famille du réalisateur Rupert Sanders (avec le plein accord de celui-ci) pour quelques coups tirées en douce. Chacun ses contradictions et sa géométrie variable.

L’actrice tatouée Asia Argento fut l’une des premières à faire tomber le voile – que dis-je le voile: la burqa mentale – qu’arboraient les membres de cette communauté cinématographique. Fille d’actrice et de réalisateur, elle connaissait le milieu du cinéma. Elle a commencé sa carrière à 9 ans.

Dans une interview elle détaille ses relations avec Big Fat Man, en particulier une séance où elle a accepté un cunnilingus de HW:

« Avec un homme de deux mètres de haut, [qui a] un ventre comme ça, un visage comme ça, une voix qui parle comme ça... C’était impossible, je ne pouvais pas refuser. »

Déclaration difficile à prendre sans se demander pourquoi elle n’est pas sortie en courant de la chambre:

« Vêtu d’une robe de chambre, le producteur lui aurait demandé un massage, avant que l’actrice ne s’exécute, contre son gré. Peu après, le roi d’Hollywood réclame de lui faire un cunnilingus avec insistance. "Pétrifiée", Asia Argento finit par céder. Elle ira jusqu’à simuler l’entrain, pour abréger. Son regret, aujourd’hui : "Ne pas avoir eu le courage" de s’échapper. »

 

corruption02.jpgDésarroi

À sa décharge on peut invoquer son jeune âge à l’époque (21 ans). Mais pourquoi avoir eu, par la suite, d’autres relations sexuelles avec lui? « Pendant les cinq années suivantes, Asia Argento aura d’autres relations sexuelles avec Harvey Weinstein. Consenties, peut-être, mais toujours sous l’influence psychologique du producteur. »

Quand j’avais vingt ans une fille qui ne voulait pas savait dire non clairement. Je me suis parfois pris des râteaux et c’est très bien: c’est ainsi qu’on apprend les limites. Certes je n’étais pas fortuné et n’avais ni le culot ni l’insistance d’un Weinstein, mais quand-même, j’ai en mémoire des femmes qui savaient ce qu’elles voulaient ou ne voulaient pas.

Je ne juge pas madame Argento. Il y a trop d’éléments inconnus. Et de quelle autorité le ferais-je? Je ne suis meilleur que personne. Je n’aurais peut-être pas agi autrement à sa place. J’essaie de comprendre les contradictions.

Robert de Niro, le grand Bob, travaillait encore récemment avec HW sur un documentaire concernant les vaccins et l’autisme. Car Big Fat Man produisait aussi de tels documents, en plus des films à succès des grands réalisateurs. Bob, particulièrement virulent contre Trump, semble discret comme un koala avec Big Fat Man…

L’implosion du microcosme hollywoodien est-il une sorte « d’effet Trump »? Un dommage collatéral suite à la perte de leur championne, Hillary Clinton? Une expression de désarroi de voir à la présidence un homme qui n’est pas acquis aux bisounourseries et fantaisies hollywoodiennes?

 

oui-mais-non-adwords-300x300.pngCorruption

Les liens entre Hollywood, Weinstein, les démocrates et les Clinton – il était ami avec Hillary et soutenait financièrement le parti depuis vingt ans – maintenaient possiblement debout le système du Big Fat Man. La perte de la Maison Blanche a-t-elle contribué à faire craquer ces arrangements et complicités?

Les millionnaires d’Hollywood ne sont plus les gardiens moraux de l’Amérique. Ils sont autant imparfaits, lâches, pleutres, opportunistes, vénaux, claniques que tout le monde, et enclins à la honte et l’autoflagellation devant leurs petits arrangements avec eux-mêmes.

Je ne suis pas sûr qu’Hollywood sorte grandie de cette sorte de pogrom numérique. Si cette affaire provoquait la chute de la Mecque du cinéma – surnom donné par l’écrivain Blaise Cendrars à ce quartier nord de Los Angeles – et de son personnel artistique, cela m’en toucherait une sans faire bouger l’autre.

En conclusion je souhaite citer cette petite phrase qui montre que la question était déjà brûlante il y a deux mille ans: que ton oui soit oui, que ton non soit non ; ce qu’on y ajoute vient du mauvais (Matthieu 5:37). Le oui ou le non durent une petite seconde et préservent notre intégrité et clarté. La corruption de l’esprit nous jette dans la confusion et sa réparation dure des années.

La corruption? Elle vient quand nous disons oui en pensant non. Quand nous disons oui le soir et que nous nous renions le lendemain. C’est là où je mets le curseur moral. En ce sens l’affaire Weinstein est un bon support de réflexion sur nous-mêmes: que notre oui soit oui, que notre non soit non.

 

 

 

 

14:44 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

"Ils sont autant imparfaits, lâches, pleutres, opportunistes, vénaux, claniques que tout le monde" Vous rêvez ! Ils le sont beaucoup plus que tout le monde. Tout le monde ne "couche" pas pour réussir, que je sache.

Écrit par : Géo | 21 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

"Tout le monde ne "couche" pas pour réussir, que je sache."
Et tout le monde ne couche pas non plus pour faire réussir (sic).

Écrit par : Mère-Grand | 21 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Savez-vous le surnom de la TSR il y a quelques années:?

Écrit par : Patoucha | 28 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Malheureusement, les jeux de pouvoir à Hollywood ne peuvent pas se résumer à des histoires de "promotion canapé" entre gens qui, après tout, "connaissent les règles du jeu" et son plus ou moins consentants, au moins dans un but carriériste.

Il s'avère que Hollywood est également un marigot de pédophiles, comme en a témoigné un documentaire par un réalisatrice primée, Amy Berg, "An Open Secret". Ceux qui ont le coeur bien accroché peuvent le regarder sur Youtube.
En ce moment, un acteur victime subit des menaces de mort parce qu'il se dit prêt à révéler des noms. Tous les détails sont dans la presse grand public des USA.

Donc, personnellement, si j'étais un homme, je me garderais bien de trouver la moindre excuse à ces porcs (désolée, les autres mots que je pourrais trouver sont encore pires). Hommes et femmes ensemble doivent lutter contre ces déviants qui salissent TOUS les hommes en dégradant affreusement l'image de la virilité. Surtout, surtout, hommes, n'ayez pas de pitié pour les violeurs.

Écrit par : Léa | 02 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

"Hommes et femmes ensemble doivent lutter contre ces déviants qui salissent TOUS les hommes en dégradant affreusement l'image de la virilité."
Non. Tous les Allemands ne sont pas des nazis. Toutes les femmes ne sont pas des salopes vénales qui ne s'intéressent aux hommes que pour leur fric. Tous les gens du N de la France ne sont pas des alcooliques, selon une banderole du PSG. Etc, etc...
Et il ne s'agit pas d'avoir de la pitié pour les violeurs. Je n'ai JAMAIS rencontré quiconque ayant de la pitié pour les violeurs...

Écrit par : Géo | 02 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 08 h (Europe/Paris).