11 septembre 2017

Comment les ouragans contribuent à l’équilibre du climat

Ils font partie des phénomènes atmosphériques naturels les plus violents. Certes les vents de tornades sont plus rapides que ceux d’ouragans: on mesure au sol jusqu’à plus de 400 kmh pour les plus puissantes d’entre elles. On estime également la vitesse du vent à l’intérieur d’un tube de tornade aux alentours de 600 kmh.

 


climat,ouragans,irma,atlantique,climatisation,urbanisme,rétroaction,climat,Soupapes

Mais si leur violence est très concentrée (diamètres de 15 mètres à un kilomètre) et leur pression aussi basse que celle d’un ouragan (le baromètre peut faire une chute de 100 hPa en quelques minutes), leur puissance destructrice est limitée en surface.

Les ouragans, eux, sont des centaines ou des milliers de fois plus grands et ils ajoutent les trombes d’eau ou la marée de tempête à la puissance des vents.

Des ouragans, on voit surtout le côté destructeur. Ils font partie des grandes menaces naturelles. Ils font aussi partie de notre culture, non seulement des chansons comme montré dernièrement mais des oeuvres diverses, romans et films, comme en témoigne la liste compilée sur le site CycloneXtreme.

Quelque chose cependant se dit moins: les ouragans sont très importants pour l’équilibre climatique général de la Terre. Je cite ici La Chaîne Météo, déjà mentionnée dans mon précédent billet:

« Face à de telles catastrophes, l’Homme est vulnérable. Et pourtant, ces phénomènes météorologiques naturels ont leur utilité dans la grande machine climatique terrestre : les ouragans servent de véritable soupape de sécurité en évacuant l’excédent de chaleur accumulé dans la zone intertropicale dans la haute atmosphère puis vers les régions polaires. »

 

 

climat,ouragans,irma,atlantique,climatisation,urbanisme,rétroaction,climat,Rétroaction négative

 

« Ils rafraîchissent l’eau de mer (qui perd 1° à 3°C après le passage d’un ouragan) et réchauffent, par la même occasion, les hautes latitudes, lorsqu’ils vont se perdre au niveau des climats tempérés. Ainsi, les gigantesques nuages d’un ouragan, formés d’air humide et chaud en surface, se refroidissent jusqu’à -80°C lorsqu’ils s’élèvent à 20 000 mètres d’altitude, tel un véritable système de climatisation planétaire naturel. »

Soupapes, régulateurs, pompes à fraîcheur, climatiseurs naturels géants, crises d’élimination de la fièvre planétaire: les ouragans sont un des mécanismes régulateurs du climat. L’air chaud monte, se refroidit, l’air froid descend dans le même nuage et rafraîchit la mer, alors qu’en même temps des puissantes vagues brassent l’eau et font remonter des eaux plus fraîches des profondeurs.

C’est un système de rétroaction négative. Il affaiblit le processus de réchauffement qui l’a enclenché. Alors, une année à ouragans comme 2017, et avec trois monstres en même temps (Irma, José, Katia), c’est normal, le mécanisme régulateur fonctionne bien. Cette rétroaction pourrait être amplifiée par l’augmentation des nuages, due au surcroît d’humidité que produit la chaleur de l’océan, nuages dont l’albédo permettra de renvoyer une partie du rayonnement thermique solaire dans l’espace (image 2, cliquer pour agrandir).

Alors, vivent les ouragans! Intenses ou peu intenses, peu importe. S’ils devenaient plus intenses ils seraient encore plus utiles. Diminuer le CO2 ne les affaiblira pas: de mémoire humaine, selon les chroniques bien avant les relevés météo, ils font partie de la vie de nombreuses populations, de notre Histoire et de notre imaginaire. Des ouragans plus puissants qu’Irma (déjà redevenu tempête tropicale) ont laissé leur marque dans les mémoires.

En conséquence la prévention, les secours, l’urbanisme, les constructions des régions concernées doivent être pensés et mis en oeuvre en fonction du plus haut degré de risque.

 

 

climat,ouragans,irma,atlantique,climatisation,urbanisme,rétroaction,climat,

 

climat,ouragans,irma,atlantique,climatisation,urbanisme,rétroaction,climat,

 

 

 

15:49 Publié dans Environnement, Météo | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : climat, ouragans, irma, atlantique, climatisation, urbanisme, rétroaction | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

L'utilité des ouragans, voilà bien une question que je ne m'étais jamais posée.
Très intéressant, merci HL.

Écrit par : colette | 11 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Très bonne analyse Le cosmos à lui seul est une vraie entreprise de nettoyages Les ouragans super Mister Propre vont emporter les sacs plastic des USA pour ensuite demander aux aspirateurs cyclones de les déloger non pas de dessous le tapis mais du triangle des Bermudes pour les envoyer sur les plages d'Europe afin d'offrir aux comportementalistes une raison valable de nous taxer et de leur permettre le temps d'une illusion de se croire utiles
Rien n'a été créé à fond perdu même le loup prédit par sa seule présence la pureté de l'air
Bonne journée

Écrit par : lovejoie | 12 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour Colette,

C'est un angle rarement abordé. Je pense que dans nos esprits la violence visible supplante le sens l'utilité, et même que nous rechignons à associer violence extrême avec utile. Mais dans le cas des éléments naturels ils ont toujours un rôle à jouer.

Imaginer un ouragan comme une grande pompe aspirant de l'air chaud en bas pour le refroidir en haut, et ramenant du froid d'en haut vers le bas, dans le même nuage, je trouve cela fascinant. En plus petits les orages aussi brassent les couches d'air, et à l'intérieur des cumulonimbus les courant ascendants et descendants se côtoient avec parfois un différentiel de 300 kmh dans le nuage.

Avant d'être connus ces cisaillements ont causé la perte de planeurs qui, cherchant des ascendances, s'aventuraient dans le nuage et se trouvaient pris entre un courant ascendant de 150 kmh d'un côté et descendant de 150 kmh de l'autre côté. Le planeur casse.

La Terre est un ensemble durable et auto-régulé, ce qui suppose qu'il existe de nombreux mécanismes de rétroaction négative, sans quoi si tout était addition linéaire le moindre changement ne ferait que s'amplifier et aucun climat stable ne serait possible.

Bonne journée (qui s'annonce très fraîche ici).

Écrit par : hommelibre | 12 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Il y a aussi un facteur déséquilibrant : je viens de voir des photos-satellite d'îles des Caraïbes.
Là, où c'était tout vert, c'est devenu tout brun-beige. C'est à dire que la végétation a été emportée. Elle avait peut-être un rôle régulateur dans le micro-climat des îles. Dans ce genre de climat, j'imagine que tout repousse assez vite et tant mieux.
Malgré tout, la repousse prend bien plus de temps que la destruction par l'ouragan. Les habitants vont devoir patienter un peu, en plus de la reconstruction des maisons et infrastructures.

Pour l'humain, ces ruptures brusques sont assez difficiles à supporter et on voit que beaucoup veulent définitivement quitter les îles.
On a passé de l'image paradisiaque et de la nature idyllique à celle de la destruction donnée comme quasi totale (95 % ?).
Nous avons déjà échangé au sujet de l'attitude à adopter face aux risques naturels. Vu depuis la Suisse, la situation dans les Caraïbes est assez difficile à imaginer.
Si on est né là-bas, on va probablement envisager son avenir autrement que si on est arrivé récemment avec un projet de vie loin du stress occidental et dans un climat clément.

Écrit par : Calendula | 12 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Calendula, j’ai vu ces images ce matin. Elles montrent la lourde destruction. Mais il semble que l’on ait déjà oublié l’ouragan Matthiew (il y a un an, assez semblable à Irma), de catégorie 5, qui a touché Cuba et Haïti (entre 500 et 1’000 morts).

La petite ville de Baracoa avait pris l’ouragan en plein. Résultat:

http://cdn.havanatimes.org/wp-content/uploads/2016/10/Mike-Theiss.jpg

www.efeverde.com/wp-content/uploads/2016/10/Cuba-Hurac%C3%A1n-Baracoa-destrozos.jpg

La même ville un an après:

https://img.holidayplace.co.uk/gallery/content/117550/responsive/01-700.jpg

https://www.thestar.com/content/dam/thestar/life/travel/2017/02/22/off-the-beaten-tourist-track-in-baracoa-cuba/ferry-ridecouplebaracoa.jpg.size.custom.crop.1086x782.jpg


J’ai trouvé un forum où l’on parle de cette petite ville cubaine quelques mois plus tard (6 mai 2017):

https://voyageforum.com/discussion/baracoa-apres-ouragan-d8121039/

« L'effet de cyclone Matthew est encore visible, des bananiers sont entrain de repousser, des palmiers ont été touché, mais la nature a vite repris le dessus.

Il y a peu de trace dans la ville, les immeubles du bord de mer qui avaient été lourdement touchés sont réparés et repeints. Il faut savoir que ce qui a souffert ce sont les toitures des vieilles maisons car pour permettre ne ventilation naturelle elles sont séparées d'un trentaine de cm des murs, le vent s'engouffre dedans et les emportes. Les brigades et les matériaux venus de tous les coins du pays ont vitre réparés cela. Les maisons neuves n'ont pas souffert les toits étant des terrasses solidaires des murs. »

Je n’ai par contre pas trouvé d’info sur la repousse des palmiers: survivent-ils? Sont-ils replantés? Il semble que la couverture végétale ne soit pas très longue à refaire. D’ailleurs les ouragans du passé n’ont pas laissé de désert derrière eux.


J’ai regardé cette question de la repousse végétale après un feu de foret: la forêt met 10 à 15 ans à se régénérer, en général seule en Provence. Mais près d’Aix en Provence des replantations avec d’autres arbres ont donné de bons résultats:

www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Environnement/Feux-foret-comment-vie-reconstitue-2017-07-31-1200866810

Écrit par : hommelibre | 12 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Calendula, j’ai vu ces images ce matin. Elles montrent la lourde destruction. Mais il semble que l’on ait déjà oublié l’ouragan Matthiew (il y a un an, assez semblable à Irma), de catégorie 5, qui a touché Cuba et Haïti (entre 500 et 1’000 morts).

La petite ville de Baracoa avait pris l’ouragan en plein. Résultat:

http://cdn.havanatimes.org/wp-content/uploads/2016/10/Mike-Theiss.jpg

www.efeverde.com/wp-content/uploads/2016/10/Cuba-Hurac%C3%A1n-Baracoa-destrozos.jpg

La même ville un an après:

https://img.holidayplace.co.uk/gallery/content/117550/responsive/01-700.jpg

https://www.thestar.com/content/dam/thestar/life/travel/2017/02/22/off-the-beaten-tourist-track-in-baracoa-cuba/ferry-ridecouplebaracoa.jpg.size.custom.crop.1086x782.jpg


J’ai trouvé un forum où l’on parle de cette petite ville cubaine quelques mois plus tard (6 mai 2017):

https://voyageforum.com/discussion/baracoa-apres-ouragan-d8121039/

« L'effet de cyclone Matthew est encore visible, des bananiers sont entrain de repousser, des palmiers ont été touché, mais la nature a vite repris le dessus.

Il y a peu de trace dans la ville, les immeubles du bord de mer qui avaient été lourdement touchés sont réparés et repeints. Il faut savoir que ce qui a souffert ce sont les toitures des vieilles maisons car pour permettre ne ventilation naturelle elles sont séparées d'un trentaine de cm des murs, le vent s'engouffre dedans et les emportes. Les brigades et les matériaux venus de tous les coins du pays ont vitre réparés cela. Les maisons neuves n'ont pas souffert les toits étant des terrasses solidaires des murs. »

Je n’ai par contre pas trouvé d’info sur la repousse des palmiers: survivent-ils? Sont-ils replantés? Il semble que la couverture végétale ne soit pas très longue à refaire. D’ailleurs les ouragans du passé n’ont pas laissé de désert derrière eux.


J’ai regardé cette question de la repousse végétale après un feu de foret: la forêt met 10 à 15 ans à se régénérer, en général seule en Provence. Mais près d’Aix en Provence des replantations avec d’autres arbres ont donné de bons résultats:

www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Environnement/Feux-foret-comment-vie-reconstitue-2017-07-31-1200866810

Écrit par : hommelibre | 12 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

La foudre de Jupiter ou les ouragans, même combat cela détruit tout sur son passage. Vous ferez ce que vous voulez de ce commentaire, mais je vais aussi y mettre aussi mon petit éclair...age!

Cela fait longtemps que vincent joue double jeu et se permet des commentaires perso sur les e-mails. J'en ai été "victime" il y a longtemps, tout comme radiée de son blog. Ce qui fait qu'aujourd'hui il n'a plus d'auditoire et se replie sur les autres blogs pour faire parler de lui...encore!
Pour ma part, je trouve que Mme SN fait bien son job sur son blog, (même si elle m'a aussi refusé des commentaires) comme sur celui-ci, et ceux des deux autres femmes sur la TDG. Les autres ne m'intéressent plus.

On sent parfaitement que les blogs sont aussi manipulés, comme l'information et c'est dommage, mais c'est le "pouvoir" qui veut ça.
Moi je n'y perds plus mon temps, d'autres choses intéressantes à faire.
Mais je le regrette pour les blogueurs vertueux que j'ai mentionnés.

Que les quelques rayons de soleil, vous apportent à tous de lumineuses et profondes pensées du style :
" Si une communauté n'est pas acceptée, c'est qu'elle ne donne pas de bons produits, sinon elle est admise sans problème. Si elle se plaint de racisme à son égard, c'est parce qu'elle est porteuse de désordre. Quand elle ne fournit que du bien, tout le monde lui ouvre les bras!
Dixit, Général Charles de Gaulle.

Écrit par : Corélande | 13 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Je vois qu'un courant d'air est passé par là...presque dommage :-))

Écrit par : absolom | 13 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

"Je vois qu'un courant d'air est passé par là...presque dommage :-))"

Plutôt un nettoyage par le vide!

Que vous arrive-t-il John? On verse dans le politiquement correcte!?

Écrit par : Patoucha | 13 septembre 2017

Merci, Absolom.
Et merci Patoucha, vous avez bien résumé mon sentiment.
Je n'ose pas en dire plus, de crainte d'être censuré.

Écrit par : Mario Jelmini | 13 septembre 2017

Merci pour le courant d'air. Le soleil revient. Le calme aussi. Belle journée SN

Écrit par : Sylvie Neidinger | 13 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Non Patoucha. C'est ma politique depuis longtemps. Je mets des limites. J'ai conclu de ma propre expérience que les limites sont parfois nécessaires. Je protège mon blog et ceux qui y viennent, autant que possible, tout en laissant un large espace de liberté.

Écrit par : hommelibre | 13 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Vous devriez préciser que le commentaire qui insultait Mario Jelmini n'était pas de Sylvie Neidinger mais de Daniel, alias Charles 05!

Écrit par : Patoucha | 13 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Bonsoir hommelibre

En principe, je n'agis pas comme ça, mais...vous parliez de débat utile. Et comme les ouragans contribuent à l'équilibre du climat...ça aurait pû être franchement marrant :-)

Vous êtes Maître à bord, qu'il en soit ainsi !

Écrit par : absolom | 13 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

D'accord avec absolom!

"Vous êtes Maître à bord, qu'il en soit ainsi"

Amen!

:))))))

À tous

Je viens de tomber sur ce lien, que je vous recommande bien vivement:

http://studylibfr.com/doc/4632315/psychologie-de-l-islamisme

Écrit par : Patoucha | 13 septembre 2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 08 h (Europe/Paris).