18 août 2017

Statues déboulonnées aux États-Unis : un air de déjà vu

Depuis Charlottesville (Virginie) la confrontation entre factions opposées et d’idéologie radicale a pris une tournure singulière. Deux camps s’affrontent. D’un côté des organisations suprémacistes, de l’autre des progressistes.


confédérés,usa,progressistes,radicaux,talibans,Depuis la présidence Obama les tensions ethniques se sont accrues aux États-Unis. On lui reproche entre autres d’avoir pris des postures symboliques au détriment de mesures concrètes. Par exemple il a déclaré, en référence à un jeune noir tué en 2012 par un latino-américain:

« Si j'avais un fils, il ressemblerait à Trayvon Martin. »

Si une telle déclaration est destinée à le faire aimer de son électorat, elle ne sert strictement à rien. Sous Obama un mouvement d’inspiration ethnique s’est imposé comme groupe activiste politique: Black Lives Matter – les vies des noirs comptent. Ce mouvement a été créé en rapport avec les noirs tués par des policiers lors d’arrestations, . Les statistiques criminelles sont pourtant moins manichéennes que ce constat ne le fait croire.

Les États-Unis ont une histoire. Courte mais réelle. Dans cette histoire on trouve la guerre civile et la lutte entre fermiers blancs et anti-esclavagistes du Nord. Pour mémoire, les Républicains emmenés par le président Abraham Lincoln ont été le fer de lance de la lutte contre l’esclavage au XIXe siècle.

En réaction sept États du sud feront sécession et formeront les États Confédérés d’Amérique. Ils réintègreront l’Union après leur défaite et la reddition du général Lee.

Un certain nombre de villes ont gardé des traces de cette période historique, sous la forme de statues de confédérés et du drapeau. Ce sont ces traces que les progressistes détruisent maintenant.

On peut comprendre que les symboles du passé esclavagiste soient très mal perçus par la population afro-américaine. Et donc l’irruption actuelle de violence pourrait trouver une forme de légitimation à cause du passé et de l’histoire du pays.

confédérés,usa,progressistes,radicaux,talibans,En même temps cette histoire appartient au pays. Elle décrit comment celui-ci fut façonné. On ne peut pas nier l’Histoire. L’Allemagne gardera indéfiniment la mémoire de Hitler, la France celle de Napoléon ou de Pétain, la Russie celle de Staline, la Chine celle de Mao. Le passé doit nous rappeler d’où nous venons. Quel qu’il soit il ne peut être digéré par le déni.

Le déni est même plus dangereux que le mal auquel il prétend nous soustraire. Le déni refoule le passé. Ce serait si simple de vivre sans passé, dans un éternel présent ne répondant qu’à ce que nous décidons qu’il soit au fur et à mesure et à l’histoire que nous voulons raconter selon les circonstances.

La violence des progressistes est-elle déjà un signe du retour du refoulé?

Sans Histoire il n’y a plus de fil, sans fil plus de cohérence. Attaquer les suprémacistes à la barre de fer et déboulonner les statues des confédérés peut être vu sous l’angle d’une rébellion tardive contre ce qu’elles représentent. La violence des progressistes ne nous surprend pas: après l’élection de Trump ils avaient provoqué de nombreuses émeutes dans le pays. Ils refusent le réel et ne peuvent que tenter de le formater par la violence morale (exclusion et anathèmes) ou physique.

Une autre manière de comprendre ces actions est de les associer au refus de l’Histoire, spécialité des progressistes. Il y a un air de déjà vu: les Talibans ont détruit les trois statues géantes du Bouddha de Bâmiyân par le même refus de l’Histoire et du passé.

Talibans, progressistes: même combat?

Pas si surprenant quand on découvre dans une étude que les progressistes (libéraux Démocrates aux USA) sont globalement moins tolérants que les Républicains. Quoi, le camp du Bien moins tolérant que le camp du Mal?  Damned, le monde est à l’envers! À moins que ce ne soit la simple réalité, cachée derrière les apparences morales et langagières.

 

 

 

 

13:32 Publié dans Philosophie, Politique | Lien permanent | Commentaires (52) | Tags : confédérés, usa, progressistes, radicaux, talibans | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Avec Géo, nous avons commencé à parler de ce sujet à la suite du billet précédent ...

Il me semble qu'il manque une dimension à votre billet du jour, qui est celle des statistiques concernant "les attaques terroristes domestiques", celles perpétrées sur sol américain.

Voici un résumé donné par le Huffington Post du 24 juin 2017:

"There were almost twice as many terrorist incidents by right-wing extremists as by Islamist extremists in the U.S. from 2008 to 2016, according to a new report from The Nation Institute’s Investigative Fund and The Center for Investigative Reporting’s Reveal.

Looking at both plots and attacks carried out, the group tracked 201 terrorist incidents on U.S. soil from January 2008 to the end of 2016. The database shows 115 cases by right-wing extremists ― from white supremacists to militias to “sovereign citizens” ― compared to 63 cases by Islamist extremists. Incidents from left-wing extremists, which include ecoterrorists and animal rights militants, were comparatively rare, with 19 incidents. "

http://www.huffingtonpost.com/entry/domestic-terrorism-white-supremacists-islamist-extremists_us_594c46e4e4b0da2c731a84df

Selon cet article, les médias ne font pas de gros titres au sujet de ces attentats, car le terme "terroriste" est réservé aux musulmans par une sorte d'accord tacite.
Il y a une carte très intéressante à la fin de l'article.

Écrit par : Calendula | 18 août 2017

Répondre à ce commentaire

On aimerait juste savoir en quoi consistent ces "terrorist incidents by right-wing extremists"...
En Europe, nous avons aussi beaucoup d'incidents ressemblant au déboulonnage des statues de généraux ou militaires sudistes. Les Africains veulent supprimer notre littérature parce qu'ils s'y sentent très dévalorisés dans les siècles passés. "Tintin au Congo" passera au pilon dans les années qui viennent, j'en suis presque sûr. Quant aux auteurs classiques, Molière, Racine, Corneille et al., ils sont systématiquement corrigés par la faune politiquement correcte qui hante nos universités et nos maisons d'édition, pour supprimer toute allusion aux nègres, juifs ou autres...
Ce n'est pas l'attitude des Africains qui me déplaît, c'est celle des Européens dits progressistes qui rentrent dans ce jeu. Et ils sont surreprésentés dans les médias.
A ce propos, il faudra faire campagne pour donner un grand coup dans cette fourmilière et supprimer Billag et sa redevance ! Que l'extrême gauche se finance toute seule, non mais !

Écrit par : Géo | 18 août 2017

Répondre à ce commentaire

La gauche veut supprimer notre passé comme si ce n'était pas aussi le sien !

Écrit par : Maendly Norbert | 18 août 2017

Répondre à ce commentaire

C'est entièrement ça. Il y a une alliance objective entre la gauche en générale, les nazislamisme et les mouvements racistes anti-blancs.

Il n'est nul besoin d'avoir suivi de hautes écoles pour s'en rendre compte.

Mais dans tout cela, mes propos risquent encore d'être qualifiés de nauséabonds, les pires sont ceux de chez nous, de bons "Blancs" qui crachent sur leur propre culture. Je les appelle des salopards, d'autres préféreront le terme de traîtres.

Un exemple parmi d'autre, un mélanchon qui aurait horreur de se trouver au milieu de blonds aux yeux bleus ou qui, comme Hitler, regrette que les musulmans aient été battus à Poitiers.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 21 août 2017

J'adhère totalement à cet article de Jacques Guillemain :

"Pourquoi rouvrir les plaies de cette terrible guerre civile ?"

Extraits:
"La mise à bas, dans de nombreuses villes américaines, des statues et monuments évoquant soi-disant le passé esclavagiste des Etats Confédérés, est non seulement une ignominie, mais une monumentale faute politique."

"Prendre l’exemple de Baltimore, qui a retiré de nuit 4 statues confédérées, dont celles des généraux sudistes Robert Lee et Thomas Jackson, statues qui étaient là depuis 70 ans, c’est attiser les braises de la haine, c’est diviser la nation américaine, c’est cristalliser les rancœurs de ceux qui ne supportent plus qu’on fasse l’éternel procès des Blancs au nom du passé."

"Salir la mémoire des 300.000 soldats sudistes morts au cours des 4 ans de guerre, en les faisant passer pour des salopards d’esclavagistes, est donc une faute politique majeure, mais aussi un véritable coup de poignard dans le dos des descendants de ces soldats morts sur le front.

"Les 700.000 morts de la guerre de Sécession méritent TOUS le respect de la nation américaine. Ce sont des citoyens américains, qui ont écrit dans le sang l’histoire de leur jeune pays. Pourquoi rouvrir les plaies de cette terrible guerre civile ?"

"Plus de 150 ans après la guerre, va t-on faire des généraux Grant et Sherman des héros, tout en rejetant le général Lee dans le camp des salauds ?"

"Ces illuminés, soi-disant détenteurs de la morale, devraient supprimer dans tout le pays toute trace de George Washington, le père fondateur des Etats-Unis, puisqu’il fut l’un des plus riches planteurs de Virginie et donc propriétaire de nombreux esclaves. Car il faut être cohérent."

Si Lee est un salaud qu’il faut déboulonner, Washington est aussi un salaud.

Ils devraient changer de capitale car Washington, c’est un nom qui sent le soufre.

Ils devraient changer aussi le nom de l’Etat de Washington.

Ils devraient déboulonner des centaines de statues et supprimer les pièces de 25 cents ainsi que les billets de 1 dollar, sur lesquels figure l’effigie de George Washington.

"Cette hystérie collective anti-Trump suite aux incidents de Charlottesville est tout simplement ahurissante. Cette folie destructrice relève de la psychiatrie." (Il n'est pas le seul à le dire!)

"Ils sont les complices de l’ultra-gauche américaine et ne font qu’attiser la haine raciale en radicalisant les deux camps."

http://ripostelaique.com/les-700-000-morts-de-la-guerre-de-secession-meritent-tous-le-respect.html

Écrit par : Patoucha | 18 août 2017

Répondre à ce commentaire

J'oubliais de souligner l'excellent article John!

Écrit par : Patoucha | 18 août 2017

Répondre à ce commentaire

Calendula@ Ce samedi matin, comme tous les samedis, nous avons eu droit à un petit chapitre de catéchisme bien-pensant sur la 1ère de la RTS. Avec Anne-Laure Gannac qui nous a fait une démonstration d'ultra-mauvaise foi anti-Trump, tellement forcée que c'en est vraiment comique. A réécouter...

Écrit par : Géo | 19 août 2017

Répondre à ce commentaire

@ Géo,
J'aimerais bien écouter le passage, mais je ne sais pas à quelle heure, ni dans quelle émission passe cette journaliste !
Pouvez-vous me donner des indications ?

Écrit par : Calendula | 19 août 2017

Répondre à ce commentaire

L'émission d'aujourd'hui n'est pas encore en ligne :
https://www.rts.ch/play/radio/emission/six-heures-neuf-heures-le-samedi?id=7002223&station=a9e7621504c6959e35c3ecbe7f6bed0446cdf8da
Cela se passe juste après 7h30.

Écrit par : Géo | 19 août 2017

Répondre à ce commentaire

Merci Géo !

J'ai trouvé. Il faut cliquer sur votre lien et le passage que vous signalez est à 1.53h du début de l'émission.

C'est effectivement un peu le cœur du débat.
La chroniqueuse prend position sur la question : quel peut être le rôle du président dans un tel conflit ? Doit-il condamner les extrémistes de droite à cause des slogans proférés ou est-il judicieux de renvoyer tous les manifestants dos à dos, parce qu'au fond les "alt-left" auraient dû soit rester chez eux, soit rester de marbre. ( Je trouve qu'ils auraient dû rester très dignes, mais je sais que c'est plus simple de le dire quand on n'est pas dans la confrontation sur le terrain ...)
Dès 1.56h, Pascal Bernheim parle du documentaire de "Vice" et de la peur et de la violence que son visionnement peuvent provoquer.
Qu'en avez-vous pensé ?
Bernheim n'accuse pas Trump de quoi que ce soit, mais exprime très clairement sa désapprobation des manifestants de droite.

Nous sommes d'accord qu'il n'est pas possible de se solidariser avec une droite extrême, antisémite, ouvertement raciste et même carrément nazie, qui défile dans une ville et qui lance des slogans d'un autre temps.

Quant aux statues déboulonnées, je comprends que l'on puisse penser qu'il s'agit de révisionnisme. La situation actuelle donne l'impression que les divisions de la Guerre de Sécession ne sont pas surmontées et que certains se sentent encore très proches des Sudistes, dont l'objectif était de faire perdurer l'institution de l'esclavage.
Il n'est pas scandaleux en 2017 de s'opposer à des mouvements qui se sentent proches du général Lee.
Que faire des statues, érigées dans les années 1920 ?
Je serais en faveur d'une votation.

Écrit par : Calendula | 19 août 2017

Répondre à ce commentaire

"Que faire des statues, érigées dans les années 1920 ?
Je serais en faveur d'une votation."
Et que faire des corridas ? Seriez-vous en faveur d'une votation ? Ne pensez-vous pas que ce problème concerne les Espagnols et eux seuls ?
Que les Etasuniens se débrouillent avec leurs statues, leurs minorités, leur passé de génocidaires d'Amérindiens et leur présent de magouilleurs universels...
Ce qui m'intéressait de mettre en évidence, c'est que tout est utilisé contre Trump. Et que forcément, cela devient contraproductif. Sur le moment, j'ai trouvé que Gannac faisait une démonstration hallucinante de jésuitisme, semant d'ailleurs le doute chez ses collègues. Je vais réécouter, mais je doute avoir mal compris...

"Pascal Bernheim parle du documentaire de "Vice" et de la peur et de la violence que son visionnement peuvent provoquer." Pascal Bernheim dit à un moment donné qu'il se sent des envies de tuer. Des nazis. Mais tuer tout de même. Donc de mettre en oeuvre des méthodes de nazis...

Écrit par : Géo | 19 août 2017

Répondre à ce commentaire

@Géo,

Je pensais : des villes Américaines, qui ont des statues contestées, pourraient organiser des votations pour décider s'il faut les garder ou pas.

Concernant les paroles de Bernheim : il a dit lui - même que da réaction était mauvaise. Sa sincérité montre combien il peut être difficile de rester calme face à une situation violente ou la provocation haineuse.

Écrit par : Calendula | 19 août 2017

Répondre à ce commentaire

"combien il peut être difficile de rester calme face à une situation violente ou la provocation haineuse." Oui, mais c'est exactement ce que ressentent les extrémistes de droite ! Et ils sont sûrs d'avoir raison ou d'avoir de bonnes raisons...

"Je pensais : des villes Américaines, qui ont des statues contestées, pourraient organiser des votations pour décider s'il faut les garder ou pas."
On serait là dans le vote tribal, comme en Afrique. L'un gagne, l'autre perd et ne reconnaît pas le résultat...
Mais c'est leur problème...

Écrit par : Géo | 19 août 2017

Répondre à ce commentaire

Sont jaloux des statues des autres, voudraient n'avoir des statues qu'à l'effigie de leurs pépés.

Écrit par : Rémi Mogenet | 19 août 2017

Répondre à ce commentaire

@ Géo,

Je voyais l'idée de la votation comme une façon posée de s'exprimer sur un sujet polémique.
Sont-ce des votes tribaux, lorsque les citoyens de la Ville de Genève votent p.ex. au sujet de la rénovation du Musée d'art et d'histoire ou les Lausannois des crédits pour telle ou telle réalisation architecturale ?
A mes yeux, c'est une façon démocratique de s'exprimer à propos du domaine public.
Il est vrai que les Américains n'ont pas forcément la même vision, ni la même tradition que les Suisses, mais ils pourraient commencer à chercher des solutions pacifiques.
J'imagine que la suppression des statues a dû être discutée et votée au niveau équivalent du conseil municipal de Charlottesville.

Les combats de rue prouvent que certains ont ressenti un déficit de démocratie ou alors que la polarisation est si forte qu'on ne peut plus débattre avec des mots.
Vu d'ici, la société américaine est violente et le président n'a pas cherché à apaiser la situation particulière à Charlottesville. Il a peut-être pensé l'avoir fait ( "on both sides ..on both sides"), mais ça a été compris comme le refus de condamner des groupuscules au discours haineux.

S'il existe des gens sincèrement attachés à l'Histoire et donc aux statues en question pour des raisons de conservation du patrimoine, ils pouvaient mener leur action séparément et ne pas se compromettre avec des extrémistes.
Si vous lisez les commentaires des lecteurs du ne York Times, vous verrez qu'il n'y a pas besoin d'être noir pour trouver que ces statues ont fait leur temps. Plusieurs descendants de soldats sudistes s'expriment dans ce sens, donc je pense qu'ils sont blancs.
Il est absolument clair que c'est bien aux Américains eux-même de décider de ce qu'il advient de ces statues.
Si elles sont en quelque sorte prises en otage par des groupuscules violemment racistes, c'est que quelque chose n'a pas fonctionné en amont. Et bien sûr qu'elles représentent quelque chose à quoi le KKK, les néo-Nazis et les suprémacistes tiennent plus particulièrement.

Donald Trump a tenu à dire ce qu'il pense vraiment, en tant qu'individu ( dimanche et mardi)et n'a pas véritablement endossé le rôle du rassembleur que ses conseillers lui ont dicté le lundi.
Ses prises de parole successives ( dimanche-lundi-mardi) montrent qu'il n'a pas de ligne fiable. C'est comme s'il y avait une lutte entre la personne privée qui tient à donner son opinion personnelle et le chef d'état qui devrait penser au grand tout.
S'il était le président d'un petit pays, ça n'aurait probablement pas tant d'importance. Mais puisqu'il préside une des plus grandes nations et une des plus complexes, et qu'en tant que chef il a des responsabilités immenses, on est en droit d'être un peu inquiet et de ne pas verser dans l'admiration.
Son discours pouvant changer d'un jour à l'autre, il me n'inspire pas confiance. Mais ce sont surtout ses collaborateurs qui doivent être inquiets, puisqu'après avoir essayé d'arranger les pots cassés, ils peuvent se retrouver "remerciés".

Écrit par : Calendula | 20 août 2017

Répondre à ce commentaire

Calendula@ Je ne vois pas d'autres moyens que de répondre point par point. C'est un style particulièrement illisible et désagréable mais je ne vois pas d'autre solution.

"Sont-ce des votes tribaux, lorsque les citoyens de la Ville de Genève votent p.ex. au sujet de la rénovation du Musée d'art et d'histoire ou les Lausannois des crédits pour telle ou telle réalisation architecturale ?"

Oui, le tribal a refait surface dans notre monde. Par tribal, on entend des gens qui votent par automatisme et non par réflexion personnelle. Les exemples sont tellement nombreux autour de nous...

"Il est vrai que les Américains n'ont pas forcément la même vision, ni la même tradition que les Suisses, mais ils pourraient commencer à chercher des solutions pacifiques."

Ce n'est pas la culture étasunienne. Tous les films américains ne sont qu'une longue succession de types qui se tirent dessus avec des armes automatiques. Il n'y a rien d'autre dans la culture américaine.

"Vu d'ici, la société américaine est violente et le président n'a pas cherché à apaiser la situation particulière à Charlottesville."

C'est le contraire de ce que vous avancez. Le président a justement voulu faire remarquer que la solution n'était pas de s'attaquer à l'opposition au lance-flammes. Vos pacifistes veulent exterminer les extrémistes de droite, comme Pascal Bernheim. (Bernheim a une excuse, il a sûrement une partie de sa famille qui a disparu dans les camps nazis. Cela rend peu tolérant...).

"S'il existe des gens sincèrement attachés à l'Histoire et donc aux statues en question pour des raisons de conservation du patrimoine, ils pouvaient mener leur action séparément et ne pas se compromettre avec des extrémistes."

Mais que racontez-vous là ? Ils ont manifesté contre la suppression de ces statues, c'est permis par le 1er amendement. Point barre.

"vous verrez qu'il n'y a pas besoin d'être noir pour trouver que ces statues ont fait leur temps. Plusieurs descendants de soldats sudistes s'expriment dans ce sens, donc je pense qu'ils sont blancs."

C'est un phénomène courant qui se déroule sous vos yeux : les pires extrémistes ne sont pas les premiers concernés. Lisez le blog de Topo Thévoz, vous comprendrez très vite. Ce n'est donc pas un argument, au contraire. La société occidentale est remplie de jeunes crétins qui ont des problèmes avec leur pater et du coup haïssent leur patrie. Le débat sur la Suisse durant la dernière guerre est exemplaire dans ce domaine...

"Si elles sont en quelque sorte prises en otage par des groupuscules violemment racistes, c'est que quelque chose n'a pas fonctionné en amont. Et bien sûr qu'elles représentent quelque chose à quoi le KKK, les néo-Nazis et les suprémacistes tiennent plus particulièrement."

Sur ce point, je suis d'accord avec vous. On peut imaginer déboulonner ces statues, mais cela aurait demandé un long travail d'explication et d'argumentation. Cela a été conçu très différemment, sur le ton : "on vous enc.le, sales racistes !" Vous devez comprendre que ceux qui ont été concernés par l'insulte se sont sentis en droit de réagir...

"Donald Trump a tenu à dire ce qu'il pense vraiment, en tant qu'individu (...) le chef d'état qui devrait penser au grand tout."

J'ai expliqué plus haut que je ne suis pas d'accord et pourquoi. Il cherche au contraire à tenir compte de la brutalité extrême de l'attaque envers les sudistes consistant à déboulonner les statues...

S'il était le président d'un petit pays, ça n'aurait probablement pas tant d'importance.(...) ils peuvent se retrouver "remerciés".

Là on n'est plus dans le sujet. Pour ma part, j'ai plus peur des faucons qui entourent Trump et profitent de ses faiblesses que de Trump lui-même...
cf. la Russie, la Syrie, l'Iran, etc, etc. Bref, tous ceux qui gênent de près ou de loin Israël, qui visiblement dicte leur conduite à l'entourage félon de Trump. La même trilogie que du temps de Bush : les peuples baptistes du sud des USA, les Afrikaners et les Israéliens sont des peuples élus de dieu, d'où un certain devoir de solidarité entre eux...

Écrit par : Géo | 20 août 2017

Répondre à ce commentaire

" Bref, tous ceux qui gênent de près ou de loin Israël, qui visiblement dicte leur conduite à l'entourage félon de Trump."

Rien que ça! Un petit rappel de votre antisémisme chez Pascal Décaillet: Bergier on a donné Merci! en 2013

Michel Sommer& Johann@ Si l'on entre dans vos logiques, alors allons-y jusqu'au bout: il faudra bien un jour aborder la question de ce que l'on appelle à tort l'antisémitisme : les Juifs sont membres d'une religion et ne sont pas une race. Les Arabes sont aussi sémites que les Israélites.
Pourquoi les Juifs sont-ils haïs si profondément par tous les peuples d’Europe au début du 20ème siècle ?
Juste parce que les Juifs ont le droit de faire de l'argent avec l'argent, contrairement aux catholiques et aux musulmans ? (la Réforme n'est rien d'autre que le passage d'une religion de féodaux arriérés catholiques à celle de bourgeois banquiers qui voulaient vivre leur christianisme à eux)
Je me permets d'en douter...
Les moeurs extrêmement élitistes régissant la filiation, l'exclusion de tout mélange avec les goys, ce communautarisme exacerbé...
Exemple récent : Pourquoi tous les millionnaires juifs socialistes parisiens se sont-ils rué à la défense du camarade DSK forcément injustement attaqué par cette ignoble pauvre immigrée guinéenne Nafissatou Diallo ? Même Élisabeth Lévy, journaliste faisant normalement preuve d'un excellent esprit critique est tombée dans ce jeu-là !
Vous voulez ouvrir la boîte de Pandore ? Libre à vous...
Écrit par : Géo | 30/01/2013

"Des Allemands n'étaient pas d'accord avec Hitler et ont même tenté de l'assassiner. Moralité: L'un n'empêche pas l'autre....

Le commentaire de Géo à Michel Sommer& Johann@ s'approche plus du vomi qu'autre chose. Il aurait fait sûrement comme son père:
"Le problème, c'est que ces réfugiés étaient remis à la police."

Cela n'est pas tombé dans l'oreille d'une sourde Géo le pas antisémite! Et, pour votre gouverne, antisémite, ne s'adresse pas aux arabes musulmans quand bien même ce sont des sémites.
Écrit par : Patoucha | 31/01/2013

Il m'attaque... mais pas Johann qui a écrit: "Le problème, c'est que ces réfugiés étaient remis à la police."

"Comme ça, votre père pouvait dormir tranquille, il avait fait son devoir. En bon Suisse. Contrairement à Paul Grüninger. Contrairement à mon grand-père."
Ni Michel Sommer: "On peut être un bon Suisse sans avoir une fierté exacerbée de son pays."

MAIS: Patoucha@ Il n'est pas certain qu'il vaille la peine de répondre à quelqu'un d'aussi mauvaise foi, qui répand sa haine de la Suisse et de son peuple depuis si longtemps. Vous êtes juive et extrémiste et à vous seule, vous justifieriez que les historiens se penchent sur les raisons de ce pseudo antisémitisme, que l'on devrait plutôt appeler anti-judaïsme (?). Tout au long des blogs de cette plateforme, vous défendez avec le plus de mauvaise foi possible tous les actes d'Israël, jusqu'à la dernière bombe au phosphore sur Gaza, ce qui est un crime en droit international.

Vous traitez mon père d'anti-sémite parce que capitaine à l'armée, il remettait à la police les Juifs et les autres réfugiés que sa compagnie accueillait au col de Cou, qui fait frontière avec la France du côté de Champéry. Rien que cela montre que vous vous complaisez dans les excès. Vous êtes d'une mauvaise foi à toute épreuve et vous haïssez les Suisses. Et il faudrait ne pas se poser ces questions sur vos comportements ?
Écrit par : Géo | 01/02/2013

"J'aimerais bien entendre ce que ces personnes ont à dire à propos du rapport de la commission des droits de l'homme qui a été publié aujourd'hui!"

A voir QUI chapeaute cette commission, on prend cela d'où ça vient! Comme vos propos du reste!

"Patoucha@ Il n'est pas certain qu'il vaille la peine de répondre à quelqu'un d'aussi mauvaise foi, qui répand sa haine de la Suisse et de son peuple depuis si longtemps"

Alors taisez-vous si c'est pour proférer, en plus de votre antisémitisme avéré, des mensonges. Vous êtes si petit! Et moi une Juive suisse qui vous emm... et vous rappelle que les premiers chrétiens étaient juifs!

". Et il faudrait ne pas se poser ces questions sur vos comportements ?"

Comme par exemple:

".... il faudra relire "Mein Kampf" avec un autre regard..."

Écrit par : Géo | 19 janvier 2013

J'apporte des preuves avec vos propres écrits, quand je dis les choses, autrement c'est de la diffamation. Et vous faites dans la diffamation.... A votre place je pèserai mes mots car vous relevez du pénal!

Merci Monsieur Decaillet de me donner ce droit de réponse aux diatribes de ce commentateur qui dépasse les bornes!
Écrit par : Patoucha | 02/02/2013

A l'attention des Karl Grünberg, Patoucha et autres du même bord :

http://www.lepoint.fr/monde/israel-ne-veut-plus-d-africains-19-06-2012-1475352_24.php***
Écrit par : Géo 03/02/2013

***Lepointfr, dont le directeur est Étienne Gernelle........

https://jssnews.com/.../quand-armin-arefi-le-point-crache-a-la-gueule-des-enfants-otag...
24 juin 2014 - Bravo Armin Arefi (qui écrit cet article avec l'AFP), journaliste d'origine iranienne d'à peine 30 ans, qui, au détour d'un article lambda, défonce ...
Cette mise au point John, parce que marre des bullshits proférés par Géo sur Israël!

https://www.dreuz.info/2017/08/19/la-gauche-juive-americaine-a-eu-la-peau-du-plus-pro-israelien-des-conseillers-de-trump-steve-bannon/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

Écrit par : Patoucha | 20 août 2017

Répondre à ce commentaire

Ah ça, le débat maudit n'est pas fini. Il n'est même pas commencé ouvertement. En attendant, pour ce que j'en vois, il tourne au désavantage d'Israël et cela ne me réjouit pas du tout, contrairement à ce que vous pensez, Patoucha. Les Israéliens devraient m'engager comme conseiller...

Écrit par : Géo | 20 août 2017

Répondre à ce commentaire

"Ah ça, le débat maudit n'est pas fini. Il n'est même pas commencé ouvertement."

Curieuse de voir ce que vous allez encore nous éructer, après "L'histoire d'Arosa m'a beaucoup amusé, cela dit."
Arosa, fera avec une "autre clientèle"... Booking.com supprime l'hôtel suisse!

"En attendant, pour ce que j'en vois, il tourne au désavantage d'Israël"

Changez de lunettes!

"et cela ne me réjouit pas du tout, contrairement à ce que vous pensez, Patoucha."

Rhooooooo STOP!

"Les Israéliens devraient m'engager comme conseiller..."

Pour qui vous prenez-vous Géo?! Vous n'êtes au courant de RIEN DU TOUT de ce qu'est Israël! Comme vous n'êtes au courant de RIEN DU TOUT concernant Donald TRUMP, que ce qu'en disent les médias gauchistes! Quel paradoxe pour un nationaliste "d'extrême droite" - pour reprendre ce qu'en disent les médias gauchistes des personne comme vous!

Dormez bien Géo, avec les amitiés d'un "Arabe de "Palestine"

Abbas félicite la Corée du Nord

Dans un climat d'extrême tension entre les États-Unis et la Corée du Nord qui s'échangent des propos menaçants, le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas a envoyé un télégramme de félicitations au dictateur Kim Jong-un en lui souhaitant «santé et bonheur»…

Écrit par : Patoucha | 20 août 2017

En gros, Patoucha, la situation est la suivante. Notre monde n'a toujours pas, de loin pas, digéré la 2ème guerre mondiale ou crise mondiale de 1939-1945. Pour moi, je vois que les générations actuelles parlent beaucoup des bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki et abordent cette question avec une hypocrisie incroyable. Aurait-il fallu que les Américains sacrifient deux millions de jeunes de leurs pays pour arriver à soumettre la puissance fasciste japonaise au lieu d'envoyer ces bombes ? Pour les petits bobos trentenaires, bien au chaud dans leurs minables certitudes de crétins formatés à l'idéologie correcte, oui, bien sûr. Pour moi non. Les Japonais se sont comporté comme d'abominables criminels de guerre et ces bombes ont été leur punition. Ils ont juste de la chance de ne pas s'en être pris une troisième sur la gueule.
Mais ces bombes, qui ont fait quelques centaines de milliers de victimes civiles, que sont-elles en rapport à la destruction industrielle sur six ans ou plus, savamment pensée par des cerveaux dits rationnels de six millions de personnes ? On est loin du compte. J'ai déjà mis en ligne ce texte de CG.Jung qui met bien en perspective ce que cela signifie non seulement pour les Allemands, ou pour les Juifs, mais pour tout le monde ce désastre total. Je le mettrai en ligne dans un commentaire suivant, il faut se répéter dans les blogs.
Mais face à cette mise en question, il faut aussi questionner le côté juif. Comment tous les peuples européens ont-ils fait une réaction envers les communautés juives ? Se comportaient-elles comme les communautés arabo-musulmanes, qui poussent des hauts cris quand on ose se questionner sur la relation de leur religion avec notre mode de vie, à nous populations européennes ? J'ai bien peur que oui, voyez-vous. Les peuples européens ne sont pas mauvais par nature, le peuple juif n'est pas bon par nature non plus. Il faudra aborder cette question maudite. L'histoire d'Arosa m'a beaucoup amusé, cela dit.

Écrit par : Géo | 20 août 2017

Répondre à ce commentaire

C.G Jung, 1945, Aspects du drame contemporain
(Article paru dans la « Neue Schweizer Rundschau »)

« Les événements qui se sont déroulés en Allemagne et la dévastation morale de toute une génération d’un peuple qui compte 80 millions d’habitants constituent pour tout Européen un rude coup. On pouvait jadis reléguer de telles horreurs dans la lointaine Asie… Qu’un membre de la famille culturelle européenne ait pu en arriver aux camps de concentration, jette sur tous les autres une lumière troublante. Car enfin, qui sommes –nous pour nous imaginer qu’une chose pareille soit absolument impossible chez nous ? Multiplions pour un instant la population suisse par vingt, et nous voilà 80 millions d’âmes. Du même coup, l’intelligence de notre opinion publique et notre morale civique s’en trouveraient divisées d’autant, en raison de l’influence catastrophique qu’a, au point de vue spirituel et moral, toute accumulation grégaire, toute agglutination en masses.

Cela est la base même des crimes collectifs, et il ne faut rien moins qu'un miracle qu'il ne s'en produise point. Croyons-nous sérieusement que nous en aurions été préservés, nous qui avons parmi nous bon nombre de traîtres et de psychopathes politiques ?
Avec horreur nous avons pris conscience de tout ce dont l'homme est capable et de ce dont nous aurions été capables aussi. Depuis lors, un affreux doute en l'humanité nous tenaille, en cette humanité dont nous sommes faits et dont nous sommes une parcelle. Certes pareille dégénérescence suppose la réalisation de certaines conditions préalables, dont la principale est l'accumulation de masses citadines, industrialisées, c'est-à-dire occupées à des travaux spécialisés et monotones, masses humaines déracinées qui ont perdu les instincts les plus sains, jusqu'à l'instinct de conservation.

En effet, dans la mesure où l'on attend de l'Etat protection et sollicitude, l'instinct de conservation se perd, ce qui est un symptôme alarmant. Tout attendre de l’Etat,cela signifie qu’on attend tout des « autres » au lieu de compter sur soi. Chacun s’appuie sur l’autre, dans un faux sentiment de sécurité. Car pour être dix mille à s’accrocher les uns aux autres, on n’en est pas moins suspendu dans les airs, avec la seule différence que l’on ne ressent plus l’insécurité qui vous entoure. Compter toujours davantage sur la protection de l’Etat n’est pas de bon augure, car cela signifie que le peuple est en train de se transformer en un troupeau de moutons, qui escomptent toujours que les bergers les conduiront sur de gras pâturages. Mais bientôt la houlette devient règle de fer et les bergers se changent en loups. Ce fut un spectacle pénible que d’assister au soupir de soulagement que poussa l’Allemagne tout entière lorsqu’un psychopathe atteint de la folie des grandeurs lui déclara : « Je prends sur moi l’entière responsabilité ». Quiconque a encore en apanage un instinct de conservation intact sent parfaitement que seul un imposteur peut prétendre vouloir le soulager de toute sa responsabilité. Un homme sain d’esprit songera-t-il à prendre la responsabilité de l’existence d’autrui ? Quiconque promet tout ne tiendra rien, et quiconque promet trop court le danger d’en venir aux expédients pour tenir ses promesses, ce qui le met sur la pente de la catastrophe. L’extension continuelle de la prévoyance étatisante est, certes, en un sens très belle, mais elle donne d’autre part fort à penser, car elle escamote la responsabilité individuelle et produit des caractères infantiles et moutonniers. Elle s’accompagne en outre du danger que les gens irresponsables n’exploitent finalement les hommes capables, comme cela s’est produit en Allemagne sur une vaste échelle. Il faut veiller, coûte que coûte, à ce que soit préservé l’instinct de conservation du citoyen ; car l’homme privé des racines nourricières de ses instincts devient la proie des vents. Il n’est plus qu’un animal malade, démoralisé et dégénéré, et ce n’est qu’à travers une catastrophe qu’il a une chance de recouvrer la santé.

Écrit par : Géo | 20 août 2017

Répondre à ce commentaire

" Les peuples européens ne sont pas mauvais par nature, le peuple juif n'est pas bon par nature non plus. Il faudra aborder cette question maudite"

Mais avant, allez vous faire soigner Géo! Peut-être qu'un séjour en Israël pourra y remédier.....

Et pour vous: http://forum.psychologies.com/psychologiescom/psychanalyse/nazisme-jung-sujet_395_1.htm

"Bonjour.
Je colle ce texte de Jung en vous demandant comment vous le prenez et comment est-il défendable ou explicable aujourd'hui .
Je précise le nom de l'auteur à la fin. Il est paru en 1934 dans le journal officiel de la psychothérapie allemande."

« Les Juifs ont en commun avec les femmes cette particularité .- étant physiquement plus faibles, ils doivent chercher les défauts de l'armure de leurs adversaires, et grâce à cette technique qui leur a été imposée tout au long des siècles, ils sont mieux protégés là où les autres sont plus vulnérables. En sa qualité de membre d'une race dont la culture est vieille de plus de trois mille ans, le Juif est psychologiquement plus conscient de lui-même que nous ne le sommes. C'est pourquoi, d'une manière générale, il est moins dangereux pour le Juif de déprécier son inconscient. En revanche, l'inconscient "aryen" contient des forces explosives et la semence d'un avenir encore à naître. Étant encore jeunes, les peuples germaniques sont parfaitement capables de produire de nouvelles formes de culture et cet avenir a son siège dans l'obscurité de l'inconscient de chaque individu où reposent des semences gorgées d'énergie et capables d'un éclat puissant. Le Juif, qui a quelque chose du nomade, n'a jamais produit et ne produira jamais une culture qui lui soit propre, car tous ses instincts et ses dons exigent pour se développer un peuple hôte, plus ou moins civilisé.
La race juive, dans son ensemble, possède - c'est du moins mon expérience - un inconscient qui ne peut être comparé à l'inconscient "aryen" que sous certaines réserves. À l'exception de quelques individus créateurs, le Juif moyen est déjà bien trop conscient et différencié pour porter en lui les tensions d'un avenir encore à naître. L'inconscient "aryen" a un potentiel supérieur à l'inconscient juif ; tel est l'avantage et le désavantage d'une jeunesse pas encore complètement sevrée de la barbarie. À mon avis, cela a été une grande erreur de la psychologie médicale d'appliquer sans discrimination des catégories juives- qui ne sont même pas valables pour tous les Juifs - à la chrétienté allemande et slave.
Citation :

Du coup, on est venu à qualifier le secret le plus précieux des peuples germaniques - leur profondeur d'âme créatrice et intuitive - de marécages banals et puérils
tandis que mes avertissements se voyaient soupçonnés d'antisémitisme. Ce soupçon émanait de Freud. Or Freud ne comprenait pas la psyché allemande, pas plus d'ailleurs que ses épigones germaniques. Le grandiose phénomène du national-socialisme que le monde entier contemple étonné les a-t-il éclairés ? » (1).

J'adore les copier/coller! Allez-vous encore me maudire?!!

Écrit par : Patoucha | 20 août 2017

Répondre à ce commentaire

@Géo,

Je ne vais pas vous répondre point par point, ça deviendrait effectivement fastidieux.

Quelques remarques seulement.

D'abord, je constate que nous ne sommes pas en désaccord sur tout et j'arrive à ce constat parce que nous restons dans le sujet, au lieu de nous accuser de ci ou de ça. J'apprécie la patience dont vous faites preuve à mon égard.

Vous pensez que la versatilité de D. Trump et sa façon de congédier ses collaborateurs est un autre sujet que Charlottesville.
A mes yeux, la structure de base est la même : un jour il condamne, le lendemain il revient à la première version. Un jour il encense quelqu'un, quelques jours plus tard, il renvoie cette même personne.

Quant à la révolte contre le père:
Il n'est pas malsain de vouloir se distancier d'un parent, quel que soit l'idéologie de celui-ci. On n'est pas condamné à une loyauté totale envers ses ancêtres. Il n'est pas scandaleux de se démarquer, même si notre père n'a pas été un nazi, un meurtrier ou un escroc.
Si la loyauté était une exigence incontournable, l'enfant serait lié à tout jamais aux valeurs de ses parents, à leur horizon, à leur vision du monde.

Le libre arbitre est un principe intangible.
Si des descendants de soldats Sudistes arrivent à la conclusion, en 2017, que l'enjeu la guerre de Sécession est d'un autre âge et qu'il n'y a pas à célébrer la cause esclavagiste par des statues, cela me semble acceptable.

Beaucoup d'Américains disent ne plus remarquer ces statues qui se fondent dans le décor citadin et que c'est pour cela qu'ils ne sont pas choqués par leur disparition et que l'Histoire est à préserver par l'enseignement et les livres. D'autres, au contraire, trouvent que les statues sont essentielles et indéboulonnables, que sans elles, on oublierait le passé.

Ces deux positions semblent irréconciliables et c'est pour cela qu'une votation populaire pourrait trancher le litige.
Mais voilà : ce n'est pas une solution à l'américaine. On est d'accord sur cela !

Écrit par : Calendula | 21 août 2017

Répondre à ce commentaire

"Allez-vous encore me maudire?!!" Non, pas sur ce coup-là...Cela dit, je trouve l'approche de Jung fascinante et il est dommage qu'il ait perdu toute influence. A négliger les influences profondes, on ne leur laisse que plus de place.
Votre extrait à mettre en relation avec les suivants toujours tirés de
"Aspects du drame contemporain" (1936):
"...il nous faut avouer que Wotan, pris en tant qu'hypothèse causale, est assez bien venu. J'ose même formuler l'affirmation sacrilège que le vieux Wotan, avec son caractère insondable et inépuisable, explique davantage du national-socialisme qu'ensemble les trois facteurs rationnels ci-dessus mentionnés (note: économiques, politiques et psychologiques)(...)
Wotan est une donnée germanique originelle, l'expression suprêmement vraie et la personnification inégalable d'une donnée fondamentale du peuple allemand en particulier.(...)La race germanique(couramment, aryenne), la communauté populaire germanique, le sol et le sang, les chants de Wagalaweia, les chevauchées des Walkyries, un Seigneur Jésus transformé en héros blond aux yeux bleus, la mère grecque de saint Paul, le diable devenu un Alberich international, réédité sous les traits des Juifs et des Francs-maçons, les aurores boréales d'une culture nordique, les races méditerranéennes inférieures... Tout cela constitue une mise en scène indispensable et traduit au fond un même état d'âme, la prise de possession par un dieu des Allemands, dont la demeure est hantée par un souffle puissant."

Plus loin :
"Le dieu national a attaqué le christianisme sur un large front, qu'il s'appelle en Russie "Technique et science", en Italie "Duce", en Allemagne "Croyance allemande" ou encore "Etat"

Plus loin :
"Si nous appliquons avec conséquence nos considérations, il nous faudrait conclure que Wotan devrait extérioriser non seulement son caractère fébrile, agité, brutal et tempétueux, mais aussi sa nature toute différente, extatique et divinatoire. Si cette conclusion se vérifie, le national-socialisme ne serait pas, et de loin, le dernier mot; il faudrait s'attendre, dans les prochaines années et décades, à ce que surviennent des événements procédant d'arrière-plans obscurs, et desquels, d'ailleurs, nous pouvons encore mal nous faire une idée à l'heure actuelle. Le réveil de Wotan est un recul et une régression; le flot, se heurtant à un barrage venu l'obstruer, a de nouveau fait irruption dans son ancien lit. Mais l'accumulation des eaux ne peut durer éternellement; elle constitue un "recul pour mieux sauter" et les flots finiront par déborder par-dessus l'obstacle. Alors se manifestera ce que Wotan "murmurait à la tête de Mimir".

Écrit par : Géo | 21 août 2017

Répondre à ce commentaire

Sur la question juive, l'avis de Zemmour :
"Depuis l’exclusion des Juifs d’Israël par les armées de Titus en 70 après J-C, le droit hébraïque avait servi de ciment législatif et national à un peuple en exil sans Etat. Comme le remarque Schlomo Trigano dans son livre « Politique du peuple juif », « le Sanhédrin substituait l’Empire napoléonien au royaume de David et le peuple français au peuple d’Israël, ce qui se traduit par l’exclusion du droit hébraïque du champ public ». Les lois nationales et politiques du peuple juif étaient abolies ; les lois religieuses se transformaient en lois confessionnelles d’individus libres de les respecter ou pas ; les Juifs n’étaient plus en « exil », mais s’agrégeaient au « corps du peuple français ». Les Juifs devenaient Israélites. Napoléon ne fut pas ingrat : partout où la Grande Armée passa, les ghettos s’ouvrirent, et les Juifs furent invités à devenir citoyens de l’Empire.
Mais Napoléon fut vaincu. Le sort des Juifs en fut de nouveau bouleversé. Dans les pays libérés du joug français, comme en Allemagne, ils sont agressés comme « collaborateurs ». On rouvre le ghetto de Venise.
Les Rotschild, installés à Paris, sont devenus les patrons emblématiques des Juifs français, traitant avec le roi Louis-Philippe, puis avec Napoléon III. Or, les Rotschild furent les banquiers de l’Angleterre, qui finança toutes les coalitions contre Napoléon. On raconte même que leur fortune crût et embellit grâce aux informations qu’ils obtinrent avant tout le monde sur la défaite de Waterloo.
Les Rotschild sont un des liens majeurs – à l’instar de Talleyrand – entre la France vaincue et l’Empire britannique. En 1860, ils fondent à Paris l’Alliance israélite universelle. Cette organisation mène une véritable diplomatie parallèle, frayant avec les Etats étrangers, en lien avec le Quai d’Orsay, défendant les Juifs persécutés dans le monde. Les Israélites français se retrouvent ainsi dans une situation ambivalente, membres du « peuple juif » dans le monde et citoyens français à l’intérieur de l’Hexagone. Cette schizophrénie fut dénoncée par les mouvements antisémites, lorsqu’une France, battue en 1870 par la seule armée prussienne, prit conscience de son déclin historique et chercha des coupables.

Écrit par : Géo | 21 août 2017

Répondre à ce commentaire

Et voici un extrait du livre de Jacques Demougin, "les mensonges de la guerre d'Algérie" qui met bien en évidence par contraste avec ce que décrit Zemmour le passé de ce qui se passe avec les musulmans ici et maintenant en Europe :

"Il est notable que pour échapper à cette situation (surcharges d’impôts, ndr), les Musulmans n’aient pas eu recours à la naturalisation, qui leur avait été offerte par le sénatus-consulte du 14 juillet 1865 : « L’indigène musulman est français ; néanmoins il continuera d’être régi par la loi musulmane. Il peut sur demande être admis à jouir des droits de citoyen français ; et dans ce cas, il est régi par les lois civiles et politiques de la France. » Alors que les Européens, qui avaient triomphé de la politique du « royaume arabe », voyaient dans cette mesure le spectre d’une « république arabe », il n’y eut, en vingt-cinq ans, de 1865 à 1890, que 783 naturalisations. Pour un Musulman, la naturalisation, qui impliquait l’abandon de son statut personnel, équivalait à une apostasie. Parmi les causes de la révolte kabyle de 1871, on place souvent la déception des Musulmans de n’avoir pas obtenu les mêmes avantages que les Juifs, devenus l’année précédente citoyens français de plein droit. Rien n’est plus faux : les Musulmans craignaient au contraire de voir la même naturalisation collective imposée à tous les indigènes. A deux reprises, en 1887 et en 1890, un projet de cette nature sera repoussé à l’unanimité par les Musulmans et les colons. Entre 1920 et 1940, l’Association des oulémas d’Algérie, animée par Abdelhamid Ben Badis, défendra un nationalisme culturel et religieux et refusera en 1936 le projet de naturalisation des indigènes du gouvernement Blum. Les oulémas réclamaient une « nationalité ethnique » préservant les caractéristiques fondamentales de la « personnalité algérienne » : la sauvegarde de l’islam avait partie liée avec l’autonomie, voire l’indépendance."

Écrit par : Géo | 21 août 2017

Répondre à ce commentaire

Maudits copier/coller!

D'où vous vient cette hantise des juifs Géo?

Voici des vidéos qui vous feront vomir....

https://www.youtube.com/watch?v=JJpykkXpJOM, - , https://www.youtube.com/watch?v=JJpykkXpJOM

Bonne soirée!

Écrit par : Patoucha | 21 août 2017

Répondre à ce commentaire

Je ne regarde pas les vidéos qui font vomir. Il me semble avoir été suffisamment clair dans mes commentaires précédents sur ce que vous appelez "hantise des Juifs". J'ai vécu moi-même sous influence d'une idéologie très prégnante de 20 à 25 ans, le communisme, qui a fait pas mal de morts aussi. Et aujourd'hui, l'idéologie qui se pose en contre relativement au mode de vie européen, c'est l'islam. Est-ce qu'il va se passer avec les musulmans ce qui est arrivé aux Juifs dans les années trente ? Connaissant l'humanité, cela ne m'étonnerait pas.

Écrit par : Géo | 21 août 2017

Répondre à ce commentaire

Ohhhhh parce que les juifs étaient des terroristes? Idéologie ? Allez donc vous reposer Géo!
Mais visionnez d'abord les vidéos des "Juifs" qui auraient fait se retourner l'antisémite et repoussant
jung, qui vous fascine parce que vous vous retrouvez en lui.......

Désolée, mais ce que dit Zemmour, et ce qu'écrit Jacques Demougin, c'est du réchauffé! Ils ne m'ont rien appris!

Au lieu de vous focaliser sur les Juifs, prenez-vous en à ceux qui nous gouvernent! Il n'y a pas de Conseillers fédéraux juifs à Berne......

Écrit par : Patoucha | 22 août 2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour Patoucha quel courage et détermination si je pense aux nombreux commentaires ou vous avez dû tenir têtes aux troll
Si je ne n'ai pas répondu c'est que ne sachant pas qui était qui vraiment j'ai préféré m'en abstenir
Ceci étant on oublie trop souvent qu'en Suisse ailleurs je ne sais pas il y avait une pique souvent adressée aux hommes qui n'étaient pas juifs mais radins comme pas possible , sale juif !
Elle se disait dans les années 40 ensuite elle disparu du langage courant mais la pingrerie masculine existe bel et bien toujours ,nette différence
Bonne journée à vous

Écrit par : lovejoie | 22 août 2017

Répondre à ce commentaire

Bonsoir lovejoie,

Bonjour Patoucha quel courage et détermination si je pense aux nombreux commentaires ou vous avez dû tenir têtes aux troll
Si je ne n'ai pas répondu c'est que ne sachant pas qui était qui vraiment j'ai préféré m'en abstenir

Allez-y lire les insanités de certaines personnes qui se croient autorisés à m'insulter, parce que juive, lovejoie! Cela va barder pour leur matricule!

Mais sous la houlette de "peuple élu" - Ce qui n'est écrit nulle part dans la Bible - Cela est bien un sous-entendu de "sale juif".....

Bonne soirée. Je quitte!

Écrit par : Patoucha | 22 août 2017

Vous auriez quelques tendances à la caricature que cela ne m'étonnerait pas, Patoucha...
"jung, qui vous fascine parce que vous vous retrouvez en lui..." Je n'ai pas cette prétention, n'ayant pas le millième de sa culture et de son expérience de l'âme humaine...

Calendula @ "Vous pensez que la versatilité de D. Trump et sa façon de congédier ses collaborateurs est un autre sujet que Charlottesville."

L'épisode Charlottesville est lié à la situation générale en ce sens que cela sert aussi de levier pour les Républicains pour coincer Trump dans leurs pattes. Et aujourd'hui, on apprend que "ses généraux" (ses patrons...) l'ont convaincu d'augmenter les effectifs US en Afghanistan "dans l'intérêt de la patrie"...
On dira plutôt dans l'intérêt du lobby militaro industriel qui est depuis toujours derrière les Républicains...

Écrit par : Géo | 22 août 2017

Répondre à ce commentaire

""jung, qui vous fascine parce que vous vous retrouvez en lui..." Je n'ai pas cette prétention, n'ayant pas le millième de sa culture et de son expérience de l'âme humaine..."

.... Mais le même degré d'antisémitisme!

.... âme humaine? LOLLLLL

Désolée, Géo, mais vous ne me ferez pas changer d'avis, car cela transpire dans tout ce que vous écrivez!

Écrit par : Patoucha | 22 août 2017

A propos du général Lee: source wikipedia "Lorsque la Virginie fait sécession de l'Union en avril 1861, Lee choisit de combattre pour son État d'origine, en dépit de son souhait de voir le pays rester intact et malgré l'offre d'un commandement dans l'Union."

Il est intéressant aussi de constater qu'il n'y a aucun problème avec une autre grande figure américaine: Georges Washington. "En 1754, lorsque George Washington épousa Martha, il possédait 28 esclaves et elle 109. Le nombre d'esclaves travaillant sur le domaine de Mount Vernon augmenta par la suite. ... "

Écrit par : OMAR | 22 août 2017

Répondre à ce commentaire

Omar@ A propos de Lee et votre commentaire : et alors, qu'est-ce que vous en déduisez ?
Le dilemme à propos de Washington a déjà maintes fois été mentionné...
Vous savez, le sujet principal, c'est d'attaquer Trump. Les démocrates n'ont pas encore pu réaliser qu'il avait gagné les élections présidentielles. cf. Laure Mandeville, correspondante du Figaro aux USA, C dans l'air il y a quelques temps...

Écrit par : Géo | 22 août 2017

Répondre à ce commentaire

@ Géo,

D.Trump a nommé lui-même des généraux à des postes-clé de son gouvernement ou de la Maison Blanche, à des postes civils, en plus de ceux logiquement occupés par des généraux dans l'armée.
Sont-ils dans ce cas "ses patrons" ? Je crois que Trump apprécie le discours des militaires et leur façon d'appréhender le monde et il décide de son plein gré d'entendre et d'épouser leur point de vue.

En renforçant la présences des troupes américaines en Afghanistan, il change d'avis sur une de ses promesses de campagne. A moins qu'il ne change soudainement d'avis à nouveau ?
Il n'y a que l'imprévisibilité qui soit prévisible.

Écrit par : Calendula | 22 août 2017

Répondre à ce commentaire

Je préfère mon analyse. Trump s'est fait élire CONTRE le parti républicain, celui-ci reprend petit à petit les rênes en profitant des bêtises de l'éléphant dans son magasin de porcelaine...
Et alors, que pensez-vous de l'affaire Washington ? Les Américains doivent-ils changer le nom de leur capitale, qui est une véritable insulte à l'honneur des citoyens noirs ? Quand on commence à gratouiller, faut le courage d'aller jusqu'au bout. Par respect pour la politicaillerie correcte, je propose la dissolution des USA, le renvoi des blancs en Europe et des noirs en Afrique. L'Amérique aux Américains, comme disait Monroe. Et donc aux Amérindiens...

Écrit par : Géo | 22 août 2017

Répondre à ce commentaire

@ Géo,
Le scénario du renvoi de chacun dans son pays d'origine est originale. Et assez difficile à mettre en oeuvre. L'arrivée de millions d'étrangers aux moeurs de yankees serait difficile à accepter. :-)))
Que faire des métis, ou même des gens dont un parent est d'origine irlandaise et l'autre italienne ? Etc etc
C'est une utopie.

Je suis tout à fait d'accord que les supremaciste blancs qui crient :" Rendez - nous notre pays !" ont un petit problème de logique, si on considère qu'il y a 200 ans, la plupart de leurs ancêtres n'étaient pas encore là, ni même à l'époque de la Guerre de Sécession. Ce continent appartenait effectivement aux autochtones amérindiens.
Washington ? Je me déclaré incompétente pour décider. J'ai lu des opinions d'Américains, qui disent que l'important c'est l'Union, c'est à dire
que l'idée de la division du pays est inconcevable. Washington avait une vision pour la nation, son objectif était de la rendre meilleure.
C'est aux Américains d'avoir ce débat.
Il est vrai que certains Californiens songent à faire sécession...

Écrit par : Calendula | 22 août 2017

Répondre à ce commentaire

Calendula@ Sur France 24, il y a deux minutes : Bannon s'insurge contre ce revirement sur l'Afghanistan sur son site Breitbart...

Et décidément, on n'a pas le même humour. Cela ne m'étonne pas.

Écrit par : Géo | 22 août 2017

Répondre à ce commentaire

Ok! C'etait de l'humour :-))))
De vive voix, il n'y aurait pas moyen de se tromper sur l'intention.
Mais ce n'est effectivement pas la première fois qu'on ne se comprend pas intuitivement sur le mode humoristique.
Mieux vaut en rire.

Bannon : ce n'est pas étonnant. Son départ de la Maison Blanche était probablement motivée par le revirement représenté par l'arrivée du général Kelly.

Écrit par : Calendula | 22 août 2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour Patoucha ainsi donc je ne m'étais point trompée pour autant que vous soyez vraiment juive
Remarquez avec les comportementalistes il s'en faut peu pour que nous soyons nombreux à devoir porter l'étoile jaune ou un truc similaire Car si vous ne faites pas ce que la majorité à décidé et cela sans tenir compte de votre vécu personnel gare aux représailles ,quel monde de ploucs
On se croirait revenu aux années 50 !
J'ai eu beaucoup d'amis Israélites ,hélas aujourd'hui tous décédés
Quand à ce que nous avons en commun ce sont les camps de concentration puisque des membres de nos familles y ont malheureusement été exterminés
Mais au fait le tout connecté n'est il pas lui aussi synonyme de ,enfermement ou internement ?
Très bonne journée

Écrit par : lovejoie | 23 août 2017

Répondre à ce commentaire

".... Mais le même degré d'antisémitisme!" Patoucha, j'ai publié assez d'extraits de C.G. Jung pour penser avoir démontré que le faire passer pour antisémite est un fantasme de cerveaux dérangés qui voient de l'antisémitisme partout. Ou plutôt de l'anti-judaïsme, les ashkénazes étant juifs mais pas sémites...

Écrit par : Géo | 23 août 2017

Répondre à ce commentaire

" j'ai publié assez d'extraits de C.G. Jung..."

- Carl Jung et la question de l'antisémitisme

"En évaluant les attitudes de Jung envers les juifs, il faut considérer la culture de l'antisémitisme qui était omniprésente en Europe à l'époque. Les juifs étaient largement représentés comme dépourvus de spiritualité et étant matérialistes par nature. Ce stéréotype a non seulement permis une hostilité ouverte envers les Juifs, mais aussi lui a rendu la respectabilité sociale. La représentation négative des juifs était répandue et existait parmi toutes les couches de la société européenne. Il a traversé les limites culturelles et géographiques, et il n'est pas exagéré de penser que Jung a eu des vues similaires en même temps. En effet, dans l' Histoire du Mouvement psychanalytique de Freud, Freud note que Jung «semblait abandonner certains préjugés raciaux qu'il s'était précédemment permis». Peut-être après sa rupture avec Freud, confronté à l'hostilité de nombreux Freudiens juifs, les préjugés de Jung ont refait surface.

Ce qui m'a dérangé et de nombreux jungiens tout au long de la vie a été l'absence d'une déclaration publique claire et distincte de Jung traitant de ses actions et des déclarations plus douteuses au cours des années 1930. Alors qu'il se dissociait du nazisme, et à la fin des années 1930, il s'agissait d'articles mordants et incisifs interprétant l'hystérie de masse qui s'était emparée en Allemagne, même dans les années ultérieures, il n'a pas exprimé de regrets sans équivoque sur ses attitudes naïves. Jung a personnellement admis au rabbin Leo Baeck qu'il avait «glissé», mais il n'a jamais rien dit qui nous amènerait à croire qu'il avait accepté sa propre «ombre juive» des années précédentes. CA Meier m'a dit que cela était attribuable à l'entêtement personnel "à tête de bois" de Jung qui, sur cette et d'autres questions que Jung savait qu'il avait mal traitées, l'empêchait d'admettre qu'il était en faute. Quelle que soit la cause, Jung s'est fait lui-même et la communauté jungienne - y compris les jungiens juifs - un grand manque de respect en ne parlant ni en écrivant sur le nuage autour de son prétendu antisémitisme. Les déclarations privées, même pour les dirigeants juifs, qu'il «ont glissé» ne suffisaient pas, et les critiques de ce contexte sont méritées.

Jung a endommagé sa crédibilité et a accepté ses propres contributions magnifiques au domaine de la psychologie de la profondeur en choisissant un moment inapproprié dans l'histoire pour discuter de la psyché juive ou, comme il l'a dit, «forme culturelle». Le fait que beaucoup continuent à dénigrer Ces contributions, attribuer et utiliser les accusations d'antisémitisme comme excuse, témoigne du fait que les ombres persistent - ce qui, à mon avis, est un mauvais service aux contributions authentiques qu'il a faites au domaine de la psychologie de la profondeur.

jewishcurrents.org/carl-jung-and-the-question-of-anti-semitism/

"est un fantasme de cerveaux dérangés qui voient de l'antisémitisme partout. Ou plutôt de l'anti-judaïsme,"

Ah! Parce que les antisémites/anti-juifs/anti-judaïques - QUI EST UN TOUT - ont l'esprit bien en "place"? La haine, étant une "qualité...!? Votre esprit stagne de l'époque avant 1965!

"les ashkénazes étant juifs mais pas sémites..."

Même souche de Juifs pas de sémites!
Le mot "antisémite" n'a jamais ciblé les sémites qui ne sont pas une "race" mais des gens parlant des langues sémitiques. Le terme fut utilisé pour la première fois en 1860 par l'intellectuel juif autrichien Moritz Steinschneider dans l'expression « préjugés antisémites ». Le terme "antisémite" est venu se substituer à "anti-judaisme" durant le siècle des lumières, époque oùl'hostilité à l'égard d'une religion n'était plus une hostilité "rationnelle". A cette époque, la tendance était de définir les gens selon "leur race". De peuple spirituel, les juifs sont devenus "une race" (pour leur détracteur).

http://www.cicad.ch/fr/anti-semitism-history/lantijuda%C3%AFsme-des-p%C3%A8res-de-leglise.html

Vous devriez vous intéresser aux premiers chrétiens.... Vous êtes le seul à nous bassiner les oreilles avec les "Juifs"!?

Je vais m'aérer l'esprit! Bonne après-midi

Écrit par : Patoucha | 23 août 2017

informez-vous objectivement en ayant les deux versions. Pour cela voir réinformation.tv et vous verrez qui cherchent à foutre la m......aux states.

Écrit par : Corélande | 23 août 2017

Répondre à ce commentaire

informez-vous de manière multiple et diversifiée. Réinformation.tv et vous aurez d'autres informations sur ce qui c'est passé à Charlottesville.

Écrit par : Corélande | 23 août 2017

Répondre à ce commentaire

Pour ceux qui veulent avoir les vraies informations sur ce qui c'est passé à Charlottesville, allez voir sur -réinformation.tv!

Y'en a marre de se faire gaver d'infos à sens unique.

Prenez votre courage à deux mains, et informez-vous de manière multiples et diversifiées.

Écrit par : Corélande | 23 août 2017

Répondre à ce commentaire

Calendula@ Vous n'avez pas compris, une fois de plus.
"Sur France 24, il y a deux minutes : Bannon s'insurge contre ce revirement sur l'Afghanistan sur son site Breitbart..."
cela veut dire :
"Trump s'est fait élire CONTRE le parti républicain, celui-ci reprend petit à petit les rênes en profitant des bêtises de l'éléphant dans son magasin de porcelaine..."
Je crois qu'on va arrêter là l'effort de compréhension entre deux cultures totalement antagoniques et irréconciliables jusqu'à la fin des temps : vous femme et moi homme. Adios !

Écrit par : Géo | 23 août 2017

Répondre à ce commentaire

Et à propos de statues déboulonnées, le CAS a refusé de déboulonner Louis Agassiz, grand scientifique suisse - américain selon Wiki, qui n'est pas suisse...- comme membre d'honneur du dit club, contrairement à la demande de 2500 c...ards politiquement corrects. La Suisse, dernier îlot contre la stupidité américaine, résiste encore. Jusqu'à quand ?
https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Agassiz

Écrit par : Géo | 23 août 2017

Répondre à ce commentaire

Vous devriez lire ce billet, Calendula. Il explique mieux que moi...
http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2017/08/22/la-fin-de-la-presidence-trump.html

Écrit par : Géo | 23 août 2017

Répondre à ce commentaire

@Géo,


C'est vrai, nous écrivons la même langue, mais ne nous comprenons pas.

Et je dirais même plus : expliquons tout ceci par le fait que le français n'est pas ma langue maternelle.

Adios donc ! ;-)))

(Mais il se pourrait que ce ne soit qu'un "au revoir".)

Écrit par : Calendula | 23 août 2017

Répondre à ce commentaire

"Jung a endommagé sa crédibilité et a accepté ses propres contributions magnifiques au domaine de la psychologie de la profondeur en choisissant un moment inapproprié dans l'histoire pour discuter de la psyché juive ou, comme il l'a dit, «forme culturelle». Le fait que beaucoup continuent à dénigrer Ces contributions, attribuer et utiliser les accusations d'antisémitisme comme excuse, témoigne du fait que les ombres persistent - ce qui, à mon avis, est un mauvais service aux contributions authentiques qu'il a faites au domaine de la psychologie de la profondeur."
Bon, très bien.
1.- Qui a écrit cela, vous ne l'indiquez pas ?
2.- Amenez-nous les preuves, les textes où Jung se serait révélé anti-judaïque.
Puisque, comme vous le citez, antisémitisme est une formule de racistes...
"Le terme "antisémite" est venu se substituer à "anti-judaisme" durant le siècle des lumières, époque où l'hostilité à l'égard d'une religion n'était plus une hostilité "rationnelle". A cette époque, la tendance était de définir les gens selon "leur race". De peuple spirituel, les juifs sont devenus "une race" (pour leur détracteur)."

Écrit par : Géo | 23 août 2017

Répondre à ce commentaire

Sur le même thème : je revendique d'écrire "nègre", parce qu'ergoter sur ce mot revient à accepter la logique des racistes. Nègre vient de niger, mot latin signifiant noir. En portugais, traiter qqn de "noir" au lieu de "negro" est une insulte...

Écrit par : Géo | 23 août 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 08 h (Europe/Paris).