16 août 2017

Le double effet C-Star : bateau ravitaillé, ONG menacées par la Libye

L’odyssée du C-Star n’est pas terminée. On le croyait en panne au large de la Tunisie. La presse s’en moquait après la grosse exposition médiatique obtenue par le groupe qui l’affrète, Génération Identitaire. En réalité l’équipage a trouvé du ravitaillement.

 


libye,migrants,bateaux,ong,c star,generation identité,médecins sans frontières,tripoli,méditerranée,ravitaillement,Entre mer...

L’intervention de ce groupe a eu un écho international remarquable. Articles, commentaires, réactions d’ONG ont accompagné son parcours d’environ une semaine. Le bateau « anti-migrants », comme la presse le désigne, n’a pas laissé indifférent. La Méditerranée semblait une chasse gardée pour les ONG qui terminent le travail des passeurs-négriers en recueillant les migrants tout près des côtes libyennes avant de les convoyer en Italie.

La Libye ne semblait pas pouvoir endiguer le flot de migrants économiques qui échouent sur son territoire avant de partir (ou mourir) vers l’Europe. Le pouvoir est divisé entre le gouvernement d’union nationale basé à Tripoli, et les forces du maréchal Haftar dans l’est. Plusieurs milices islamistes sont également implantées dans le désert. Ces luttes de pouvoir divisent le pays et profitent aux trafiquants et négriers.

Or l’intervention du C-Star semble avoir réveillé le gouvernement d’union nationale. Celui-ci a annoncé que sa marine ne tolérera plus aucune violation de ses eaux territoriales. Cette mesure vise explicitement les bateaux d’ONG qui entraient habituellement dans le périmètre souverain du pays, comme certaines l’ont elles-mêmes reconnu. Par exemple:

« Une ONG allemande, Sea Watch, a tenté de perturber l'opération des gardes-côtes (...) dans les eaux libyennes en voulant récupérer les migrants sous prétexte que la Libye n'était pas sûre, a indiqué un porte-parole de la marine libyenne. »

 

 

libye,migrants,bateaux,ong,c star,generation identité,médecins sans frontières,tripoli,méditerranée,ravitaillement,... et plages

Les garde-côtes libyens ont explicitement repoussé certains bateaux par des menaces et des tirs.

« Plus tôt dans la semaine, l’organisation espagnole Proactiva Open Arms a publié une courte vidéo montrant des hommes armés sur un navire. L’ONG les a identifiés comme des membres des gardes-côtes libyens. Ils nous ont menacés de manière agressive et ont tiré en l’air à la hauteur de nos têtes, explique Proactiva, citée par Le Huffington Post Italie. Nous étions à 13 miles des côtes, en dehors des eaux libyennes. C’est un acte déplorable. »

Les autorités militaires de Tripoli n’ont pas le même point de vue:

« Nous avons observé vos opérations ces derniers jours, auraient affirmé les gardes-côtes, toujours selon le média italien citant un enregistrement audio. Vos activités sont suspectes, nous avons confirmation que vous avez des liens avec les trafiquants. Ne revenez pas. »

La zone d’exclusion décidée par le pouvoir de Tripoli est plus vaste que celle qui délimite les eaux territoriales. Depuis cette annonce des ONG, dont Médecins Sans Frontières, ont cessé leur activité en mer et les rotations entre la Sicile et la Libye. Le nombre de départs depuis la Tripolitaine aurait drastiquement baissé depuis le début du mois.

Il semble que Génération Identitaire ait réussi son coup à double effet. D’une part la médiatisation de son action a rempli des pages de médias et lui a permis de trouver du ravitaillement – alors que les ports grecs et tunisiens refusaient de le recevoir. D’autre part la marine libyenne, piquée au vif, reprend ses prérogatives sur l’eau. Ce qui conduit des ONG à annuler leurs interventions, et donc réduit le flux migratoire illicite.

Mais ce flux ne cesse pas. Des bateaux arrivent également sur les plages d’Espagne, comme le montre la vidéo ci-dessous. Ces migrants-ci sont maintenant en Europe et dans la nature. Si un commando terroriste prenait le même chemin…

 

 

Le débarquement:

 

 

 

 

Commentaires

"D’une part la médiatisation de son action a rempli des pages de médias"
Oui mais : l'accent était mis dans nos médias sur le scandale que représentait ce bateau et son action anti-migrants. Parole était donnée partout aux ONG...
Mais les médias ont du comprendre aussi que leur campagne en faveur des invasions barbares risquait de déplaire fortement à la majorité de la population...

Écrit par : Géo | 17 août 2017

Répondre à ce commentaire

Je ne connais pas ce groupe, d'ailleurs je préfère le terme "identité, qui est un fait ou une quête, plutôt que "identitaire" qui suppose une revendication idéologique. Mais il a éclairé la question autrement et a rappelé aux européens que la filière libyenne ne tarit pas.

C'est vrai, l'action a été présentée comme scandaleuse. Parce que, comme souvent, il faut dénigrer et stigmatiser, pour éviter les vrais débats ou se reposer sur une sorte de fatalité. Mais on en parle. Une parole différente est introduite, et l'on sait l'importance de la guerre du langage dans notre société.

Écrit par : hommelibre | 17 août 2017

Répondre à ce commentaire

"Une parole différente est introduite, et l'on sait l'importance de la guerre du langage dans notre société."
Il va falloir essayer de démêler un écheveau un peu plus difficile :
a/ le 1er amendement de la Constitution US garantit la liberté d'expression
b/ le politiquement correct exige l'élimination des statues des héros sudistes
c/ du coup, cela mobilise l'extrême-droite (celle-la l'est vraiment, au contraire de l'UDC selon Cuénod...)
d/ l'extrême-droite a donc le droit de manifester selon la loi
e/ mais l'extrême-gauche ne le conçoit pas ainsi et attaque sa manifestation très violemment
f/ provoquant ainsi un acte de folie d'un jeune de 20 ans, qui fonce dans la foule des manifestants fascistes rouges (barres de fer, sacs de merde et autres joyeusetés...)
g/Trump décide d'affronter le consensus visant à le couper de sa base et tous les médias en profitent pour l'enfoncer.
Je n'aime pas Trump, je déteste les nazis mais décidément, ceux d'en face ne valent pas mieux...

Écrit par : Géo | 17 août 2017

Répondre à ce commentaire

"c/ du coup, cela mobilise l'extrême-droite (celle-la l'est vraiment, au contraire de l'UDC selon Cuénod...)
d/ l'extrême-droite a donc le droit de manifester selon la loi
e/ mais l'extrême-gauche ne le conçoit pas ainsi et attaque sa manifestation très violemment"

Cet article, Géo, dans la lancée.... qui confirme ce que j'ai écrit: Ces gauchistes de Démocrates, n'ont pas digéré leur défaite! Ils sont dangereux!

« Black Live Matters, Antifa, anarchistes déchaînent la violence, et ils diront que le pays est devenu violent sous Trump »
Publié par Dreuz Info le 18 août 2017

« L’extrême gauche devient violente, donc l’extrême droite devient plus violente, donc l’extrême gauche augmente la mise, et l’extrême droite aussi. Finalement il y a des morts. »

« Voilà où la nation en est arrivée. Ce n’est pas la faute de Trump, ce n’est pas la faute de la droite.

Ce qui est arrivé, c’est que la gauche a perdu une élection.

Ils croyaient tenir leur révolution et qu’ils allaient pouvoir aller très très loin – avec l’ouverture de nos frontières et avec une myriade d’autres sujets.

Ils ont perdu une élection et ils ne peuvent pas le supporter.

Alors maintenant, ils descendent dans la rue. C’est ce qu’ils font. Et ils diront que le pays est devenu violent sous Trump. Et ils diront que le pays est devenu raciste sous Trump. »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : traduction © Patrick Valois pour Dreuz.info.

http://www.breitbart.com/radio/2017/08/17/brandon-darby-antifa-resurgence-anti-war-movement-occupy-wall-street-black-lives-matter/

https://soundcloud.com/breitbart/breitbart-news-daily-brandon-darby-august-17-2017

Écrit par : Patoucha | 18 août 2017

@ Géo

super analyse merci

Écrit par : leclercq | 17 août 2017

Répondre à ce commentaire

Franchement, aller chatouiller les nazis américains et s'attendre à ce que tout se passe bien. Et les journalistes de rentrer dans ce jeu...

Écrit par : Géo | 17 août 2017

Répondre à ce commentaire

@ Géo,

Votre commentaire pourrait faire penser que la bonne solution serait d'avoir peur des nazis américains et les laisser s'exprimer tranquillement, afin que tout se passe bien et ainsi leur céder le territoire.
Par gain de paix.

Pourtant dans de tels cas, il y a probablement assez de personnes motivées pour prendre le risque de la confrontation, au nom de leurs convictions.

La liberté d'expression est beaucoup plus grande aux USA qu'en Europe, ai-je appris en lisant et écoutant les médias.
Il n'est pas du tout illégal d'être nazi et de le faire savoir en manifestant. De même, il est parfaitement légal de manifester contre une manifestation, quelle qu'elle soit.
La police est censée assurer le maintien de la paix dans de telles circonstances.
Il semblerait qu'a Charlottesville, elle ait été insuffisante, vu l'ampleur des foules respectives et les enjeux explosifs liés à la notion de "race" ( à lire dans le sens américain).

Je me demande comment nous réagirions, si des groupuscules du type KKK, des suprémacistes et des néo-nazis venaient de tout le pays pour défendre tel ou tel symbole de la ville ou du village, dans lequel nous habitons, et qui leur tient à cœur.
C'est aussi une sorte de lutte pour le territoire.
Faudrait-il laisser faire en silence et laisser planer le doute, selon l'adage : qui ne dit mot, consent.

Il faudrait évidemment arriver à protester pacifiquement, pour être cohérent avec les idées que l'on veut défendre, mais visiblement ce n'est que rarement réalisé.

Je ne pense pas que quiconque ait pensé que ça se passerait bien. La confrontation était à prévoir et les forces de l'ordre devaient être renforcés.

Écrit par : Calendula | 18 août 2017

Répondre à ce commentaire

"si des groupuscules du type KKK, des suprémacistes et des néo-nazis venaient de tout le pays pour défendre tel ou tel symbole de la ville ou du village"
Nos extrémistes de droite sont beaucoup moins nombreux qu'aux USA mais il est arrivé qu'ils envahissent la prairie du Rütli. Avec saluts nazis, mais pas de croix gammées...
Il n'y a eu aucune contre-manifestation, heureusement, et le soufflé est retombé.
Cette extrême-droite américaine me paraît - depuis longtemps...- assez folklorique. Pas complétement, il est vrai : on ne lynche plus les nègres pour un oui ou un non mais on travaille à la police et on tire sans trop de respect pour la vie de ceux qui ont la peau foncée. Il faut dire à la décharge de la police que c'est assez réciproque...
Je ne dis pas qu'il faut "abandonner le terrain face aux nazis", je prétends que la manière d'agir de ceux qui s'y sont opposé à Charlottesville est la pire qui soit. Si vous voulez faire quelque chose sur ce sujet, je crois qu'il faut avoir le courage de le faire en essayant de discuter, et donc ne pas avoir peur d'y aller seul et sans armes porter une parole contraire à l'opinion générale. Comme un conseiller fédéral socialiste va expliquer dans un silence glacial à l'Albisgütli la politique qu'il voudrait voir se faire en Suisse. Mais aller chatouiller des extrémistes de droite ou de gauche avec une barre de fer, cela ne peut que mal se terminer.
Et puis, ce démontage des symboles sudistes se fait d'une manière assez peu démocratique, peu respectueuse des valeurs d'une certaine couche de la population. On impose un rapport de forces ? OK, mais on accepte d'en payer le prix. Nous avons en Suisse le même phénomène avec l'analyse du comportement de notre pays durant la dernière guerre et l'épisode honteux du rapport de la commission Bergier, un acte de soumission envers la puissance financière des USA et le chantage qu'elle exerçait sur notre pays. Ce mouvement s'est poursuivi par la mise en valeur par la presse d'historiens extrémistes de gauche dont le but premier est de nuire le plus possible à l'image de la Suisse, probablement pour l'affaiblir par rapport à l'Europe. La Suisse est en soi une construction haïe en tant que telle par la majorité des Européens. Nous ne nous sommes pas (encore) soumis à leur loi...

Écrit par : Géo | 18 août 2017

Répondre à ce commentaire

@ Géo,

Votre réponse apporte de la perspective à votre premier commentaire et le rend plus intéressant.
Il me semble que nous sommes face à deux univers très différents, lorsque nous comparons les USA et la Suisse.
C'est une évidence de dire cela, mais je vais me permettre de mettre des passages en copié-collé concernant les groupuscules présents à Charlottesville, pour illustrer concrètement les différences.

Beaucoup de journaux européens font référence à un documentaire de 22 minutes, réalisé par une journaliste de "Vice" à Charlottesville. Voici ce qu'en dit Le Monde.fr:

"Le documentaire s’ouvre sur des images de néonazis tenant des torches en scandant « Jews will not replace us ! » (« les juifs ne nous remplaceront pas »). Ils font face à des manifestants antiracistes répétant « No nazi ! No KKK ! No fascist USA ! » Des membres de l’extrême droite, suréquipés et munis de casques et de boucliers, frappent leurs opposants non armés à coups de bâton.
(...)
Christopher Cantwell est le protagoniste principal du documentaire. Celui qui voudrait un président « bien plus raciste » que Donald Trump, à qui il reproche d’avoir « donné sa fille à un juif », est le fondateur de l’Agenda Radical, une web-émission aux tendances fascistes qu’il tourne dans son studio du New Hampshire.
A la fin du reportage, Elle Reeve le rencontre dans sa chambre d’hôtel, le lendemain du drame de Charlottesville. Le suprémaciste montre ses quatre armes à feu, dont une Kalachnikov, avant de déclarer que le rassemblement a été un succès. « Le fait que personne ne soit mort de notre côté est un bon point pour nous. » Et quand la journaliste lui demande si le meurtre de la jeune fille était justifié, il répond : « Ça va être difficile de faire mieux [que samedi]. Je pense que beaucoup plus de gens vont mourir. »

http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2017/08/16/charlottesville-le-documentaire-glacant-de-vice-news-dans-les-rangs-des-supremacistes-americains_5173089_4832693.html#2RJK18e75GM0uCHe.99


Quant à la problématique de ces symboles sudistes, c'est un débat visiblement très animé aux USA.
Le gros argument contre leur maintien étant : en Europe, il n'y a pas de statues de Mussolini ou de Hitler.
Les personnes qui sont en faveur de leur démolition argumentent qu'ils ont été mis en place dans les années 1920, afin d'intimider les Noirs, pour qu'ils ne se lancent pas dans la lutte pour l'égalité des droits.
La figure de proue de ces mouvements pro- Sudiste s'appelle Jim Crow.
De mettre sur piédestal des personnages historiques qui se sont battus pour que l'esclavage perdure était un signal très explicite.

Si cela vous intéresse, cet article du New York Times donne lieu à plus de 1600 commentaires de lecteurs. Entre autres, des descendants de combattants sudistes prennent position et parlent de leur non-besoin de maintenir ces statues sur leur piédestal.
Il y a aussi des gens qui défendent leur valeur "pédagogique".
C'est un débat fondamental, mais qui ne devrait pas se tenir avec des armes à la main ...

https://www.nytimes.com/2017/08/17/us/politics/trump-charlottesville-confederate-statues.html

Écrit par : Calendula | 18 août 2017

Répondre à ce commentaire

Très franchement, je ne vois pas beaucoup de points communs entre le général Lee et Hitler ou Mussolini. Lee n'était pas à la tête d'un parti politique mais se battait au nom des Etats sudistes...
Cela me fait aussi penser à la problématique de la guerre civile en Espagne où le juge Garzon voulait réouvrir les fosses communes et donc les plaies de cette guerre...
Cela dit, il est clair qu'il y a de vrais cinglés chez les extrémistes de droite, je n'en doute pas aussi. Déjà se réclamer du nazisme, faut passablement grésiller du trolley...

Écrit par : Géo | 18 août 2017

Répondre à ce commentaire

Calendula@ A propos des nazis : "En Suisse, des centaines de Confédérés ont dû rendre des comptes à la justice militaire pour des actes d'espionnage ou de trahison contre la défense nationale. Plus de trente d'entre eux ont encouru la réclusion à perpétuité, des dizaines des peines privatives de liberté de plus de cinq ans et dix-neuf ont été condamnés à la fusillade. Tous ont mérité leur triste sort."
"La chasse aux espions en Suisse", colonel R.Jaquillard.

Écrit par : Géo | 18 août 2017

Répondre à ce commentaire

@ Calendula

"... cet article du New York Times ..."

Le New York Times, mène une campagne sous la ceinture contre Trump, mais soutient un nazi, très dangereux, toujours en fonction... véritable semeur de ce qui arrive actuellement dans le monde: "George Soros, Satan du Capitalisme"

"Quand on examine en profondeur la vie de tous les lieutenants qui relaient la famille Soros sur le terrain et les résultats de leurs actions, on constate que sous couvert d’ « humanisme » et de « limitation des pouvoirs », leur entreprise n’a qu’un seul but, semer le désordre dans la société où qu’elle soit, au profit de l’enrichissement de George Soros et la propagation de ses idées d’avant-garde nauséabondes."

- Quoi de plus satanique …. !

- Né Garry Schwartz le 12/08/30 en Hongrie, George Soros est le fils d’un juif assimilé, adepte de l’esperanto. .(suite dans le PS)
Après la guerre, il étudie à Londres à la « London School of Economics » où le professeur viennois d’origine hongroise, Karl Popper, devient son mentor pour un demi-siècle. (...)
En un demi-siècle d’interventions sur le marché, à la limite de la légalité, il amasse une fortune telle qu’il devient un puissant et dangereux agent du marché financier mondial.
En 1992, il spécule contre le sterling et gagne son premier milliard de dollars, ruinant l’économie anglaise. Entre 1994 et 1999, il ruine l’économie libre naissante russe.
En 1997, il ruine les économies de la Thaïlande et de la Malaisie. On l’appelle « le Dracula qui suce le sang du peuple » - Soros a sans vergogne sérieusement perturbé les économies de la Yougoslavie, Géorgie, Ukraine, Birmanie…
Le site SorosWatch.com donne de nombreux exemples montrant les opérations financières amorales, destructrices et à la limite de la légalité de George Soros.
- Aux Etats-Unis, il a profité de sa connivence avec le président Barack Obama pour s’enrichir :
- avant qu’on n’annonce un prêt américain de 10 milliards $ .....
- une spéculation du même genre a été faite autour de sociétés exploitant le charbon dont les actions se sont effondrées, Soros les rachetant à bas prix. Nous avions signalé il y a un an qu’Obama avait mené une gigantesque campagne contre le réchauffement climatique, financée par le milliardaire George Soros, spécialiste des causes "gauche-caviar". Celui-ci a acheté, à très bas prix, des actions de sociétés minières de charbon (Peabody Energy et Arch Coal) dont les cours se sont effondrés à Wall Street, profitant de la campagne écologique menée par le président
- Il faut savoir aussi qu’en 2008, Soros a investi indirectement 5 milliards $ pour aider Obama à devenir président des Etats-Unis (voir Networks.org)(..)
- Pour affaiblir le lobby officiel juif Aipac, Soros a aidé à la création avec Obama de JStreet, un contre lobby voué à la destruction de la solution « Israël, état juif » et à la propagande anti-israélienne et pro-palestinienne au sein du parti démocrate. (http://www.ngo-monitor.org/soros.pdf). (...)
- Par ailleurs, à travers ses nombreuses « œuvres philanthropiques » (DiscoverTheNetworks.org : MoveOn.org, Apollo Alliance, Media Matters for America, Tides Foundation, ACLU, ACORN, PDIA ou Project on Death In America, La Raza …), il intervient dans la politique de nombreux pays pour aider « ses amis » à prendre le pouvoir. Il commence par créer un « gouvernement de l’ombre » en exil, avant de financer un coup d’état local. (Slovaquie, Croatie, Georgie, Yougoslavie…).
- De même, à travers ses Ong qui drainent 5 milliards $, à travers 14 fondations régies par une tutelle, la « Open Society Foundation », il finance des entreprises sociales radicales qui n’ont qu’un seul but, détruire la société existante : euthanasie, féminisme, contrôle des armes, globalisation, immigration de masse, mariage gay, réchauffement climatique…. Ses actions sont réalisées sous la désignation de « Société ouverte », ouverte à tous les vents de tempête…
- Il faut ajouter à cela une trentaine de fondations et une quarantaine d’initiatives en Europe, Afrique et au Moyen Orient.
- En France, George Soros finance le CCIF (Collectif Contre l’Islamophobie en France), les « Femen » (troupes d’Ukrainiennes anarchistes), JCall (association vouée à détruire Israël en agissant auprès des juifs assimilés) et « le cercle de la philanthropie familiale », une fondation qui a pour but de semer le désordre.
http://www.nuitdorient.com/n3647.htm

PS: "La principale organisation juive de Hongrie, Mazsihisz, avait demandé le retrait de ces affiches géantes risquant, selon elle, d'attiser des sentiments antisémites."
Il en est l'instigateur! Je n'aurais pas ôter ces affiches mais aurais ajouté ces lignes:
" A 14 ans, il se distingue en se mettant sous la coupe d’« un protecteur » qui le charge de désigner tous les Juifs du coin, parents comme amis compris, afin que leurs biens soient confisqués. George considère cette année 1944 comme la plus belle de sa vie, ayant gardé le souvenir non pas d’une culpabilité, mais d’un pouvoir absolu - et rappelé qu'en 1944, 70% des Juifs de Hongrie avaient été éliminés."
Cela aurait évité les graffitis antisémites, dénoncés!
https://www.tdg.ch/monde/La-Hongrie-met-fin-a-sa-campagne-contre-Soros/story/25387580

Écrit par : Patoucha | 18 août 2017

Répondre à ce commentaire

@ Patoucha,

Si Le NYT soutien Soros, ça ne veut pas dire que les personnes qui commentent des articles au sujet de Charlottesville et qui sont horrifiés par les slogans des Néo-Nazis, des membres de KKK ou des suprémacistes blancs sont des gens qui soutiennent Soros.

La problématique de Charlottesville n'est pas Soros, mais le fait que l’extrême-droite se sent comprise et soutenue par le président des USA. Ça leur donne des ailes. Est-ce une bonne nouvelle ?
Lire le NYT et les commentaires des lecteurs n'est pas un soutien implicite à G. Soros.
Il y aurait le soupçon qu'il dicte à lui seul la ligne éditoriale de ce journal et que les journalistes new-yorkais, qui connaissent D. Trump depuis des années, seraient des marionnettes incapables de se faire une opinion à eux seuls et dépourvus de mémoire ?
On est libre de le penser, bien sûr. Mais je n'y suis pas encore prête.

Soutenir Donald Trump est un droit absolu, tout comme s'opposer à lui.
Trump est assez fort pour nuire lui-même à sa cause par ses tweets et sa gestion de son équipe. Les Américains sont capables de réfléchir sans le NYT et sans Soros, puisque D.Trump s'adresse à eux directement par ses tweets. Il contourne la presse et les gens qui ont envie de le suivre ne lisent pas les médias défavorables.
Ici aussi, il n'est pas nécessaire de lire l'article du NYT, ni les commentaires des lecteurs américains. On est totalement libre de choisir ses sources.
Au fond, il n'y a pas de quoi se faire de souci.

Écrit par : Calendula | 19 août 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 08 h (Europe/Paris).