04 août 2017

Dunkerque : la « mâlophobie » de Marie-Claire

Marie-Claire est ce magazine qui a fait de la mode (fringues, strings, colifichets, améliorants d’apparence) une grande avancée féministe. Et qui parfois se pique de culture. Ainsi le film Dunkirk est-il passé sous la plume de la chroniqueuse people Mehera Bonner.

 


dunkerke,male,virilité,guerre,hommes,mehera bonner,durocher,marie-claireCosmo

En gros la dame reproche au film de Nolan son apologie de la virilité. Extrait:

« Dunkerke semble être une excuse pour célébrer la mâlitude – la masculinité – or selon Mehera Bonner les hommes n’auraient pas vraiment besoin d’un film de plus sur cette masculinité. »

En gros ça gueule, ça brûle vivant recouvert d’huile de moteur, ça sent trop la testostérone et les couilles écrasées. Et ça crève par milliers.

Madame Bonner semble savoir mieux que les hommes ce qui serait bon pour eux.

Heureusement, dans les médias, toutes ne sont pas con-taminées. Ainsi Sophie Durocher, dans le Journal de Montréal:

« Désolée, mesdames du magazine Marie-Claire, mais on ne va pas réécrire l’Histoire pour vous faire plaisir. En mai 1940, ce sont des soldats avec des couilles qui se battaient contre les nazis. Pas des femmes manucurées qui faisaient du yoga en tenant un Cosmo d’une main et en feuilletant un magazine féminin. »

 

 

dunkerke,male,virilité,guerre,hommes,mehera bonner,durocher,marie-clairePrix

Et paf la Mehera, en pleine poire!

« Si une bataille ou un fait d’armes avait impliqué des centaines de milliers de femmes entre 1939 et 1945, je pense qu’on l’aurait su. Ce n’est pas comme si, en faisant un film sur Dunkerque, Nolan avait posé un geste sexiste, bordel ! Un coup parti, pourquoi ne pas lui reprocher de ne pas montrer de transgenres ou de femmes voilées ! »

Je vois mal le petit garçon trans, héros de la une du National Geographic en janvier 2017 et bourré d’hormones avant l’âge de 10 ans (image 2), aller risquer ses boucles d’or rose sur le front au Mali face à Daesh. Sa manucure ne le permettrait pas. D’ailleurs là encore le masculin est rejeté, dans la phrase en sous-titre de la une: « La meilleure chose en étant une fille, est que je n’ai plus à prétendre être un garçon ». On n’a pas tous l’étoffe d’un héros.

Retour à la Durocher:

« Cette critique stupide de Marie-Claire laisse entendre que Dunker­que ne fait que glorifier la « masculinité ». Mais oublie-t-elle le prix qu’ont dû payer des milliers d’hommes qui ont péri sur la plage de Dunkerque ? Il faut vraiment avoir une haine des hommes et de ce qu’ils représentent pour se plaindre d’un film qui montre des jeunes hommes en train de sauver le monde du fascisme. »

 

 

dunkerke,male,virilité,guerre,hommes,mehera bonner,durocher,marie-claireCélébration

Et, citant un commentaire d’une internaute:

« Ces hommes se battaient pour la liberté de leurs mères, de leurs sœurs, de leurs filles. »

Si pour quelque raison dont l’Histoire a le secret, le monde venait à nouveau à s’embraser, on pourrait envoyer les féministes au front. Elle mourraient avec la satisfaction qu’un film leur serait consacré 80 ans plus tard et elles arrêteraient de cultiver leurs religion victimaires et mâlophobes.

La mâlophobie est la grande affaire aujourd’hui. C’est aux hommes, et aux femmes qui les aiment et qu’ils aiment, de remettre les choses à l’endroit.

Oui Mehera (image 3), les hommes vous emmerdent et ils célébreront encore leur masculinité. Et leurs femmes danseront avec leurs hommes quand les soldats et soldates du front de la haine de l’homme brûleront dans de l’huile de moteur au Mali ou ailleurs.

Chacun son tour après tout. C’est du féminisme bien compris, non?

 

 

 

14:48 Publié dans Histoire, Philosophie, Politique | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : dunkerke, male, virilité, guerre, hommes, mehera bonner, durocher, marie-claire | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Quel est le message: nous sommes aussi cons que les hommes ?

Écrit par : Mère-Grand | 04 août 2017

Répondre à ce commentaire

dans le monde occidental, l'homme a perdu le rôle de protecteur rôle maintenant dévolu au parapluie nucléaire.

on le voit au commentaire ci-dessus "des jeunes hommes en train de sauver le monde du fascisme"

sont des cons, c'est être cons de sauver le monde selon le mode de pensée féministe.

et puis dans les films de fictions pour faire plaisir aux féministes il y a chaque fois une guerrière fluette qui démonte n'importe quel guerrier baraqué en face d'elle. c'en est lassant à force.

elles sont la moitié des médecins militaires mais elles ne veulent pas partir en opex,

http://secretdefense.blogs.liberation.fr/2010/10/26/afghanistan-les-toubibs-sexpriment-dans-le-quotidien-du-medecin/

les féministes ont exigé que dans les livres d'histoire il y est parité !!!

mais les femmes n'ont pas fait l'histoire , n'ont pas fait les guerres elles n'ont pas la force physique pour.

Écrit par : leclercq | 04 août 2017

Répondre à ce commentaire

Ahaha la réalité est tellement sexiste . Bientôt dans les films hollywoodiens on aura un quota de femmes noires dans l'armée allemande dans les films sur la seconde guerre mondiale si ça continue. Tout à fait d'accord avec Leclerc, dans tous les films d'action vous avez des femmes à talons hauts qui tirent avec des fusils de calibre 12 et qui massacrent des hommes qui pèsent 40 kilos de plus qu'elles . La fameuse "Brienne" dans game of thrones qui ne perd jamais un seul combat parce que c'est une femme, parce que "les femmes sont aussi fortes que les hommes". Dans Star Wars 7 la fameuse marie-sue Rei qui, quand son camarade lui tend la main pour l'aider à se relever, refuse parce qu'elle n'en n'a pas besoin tellement c'est une femme et tellement elle est forte, et qui bats les ennemis censés être des guerriers experimentés. Certaines femmes ont visiblement un problème d'ego et ont besoin de se faire flatter en permanence pour combler ce "creux" hahaha

Écrit par : Dyadya Vova | 05 août 2017

Répondre à ce commentaire

@ Dyadya Vova : vous avez raison, on va mettre des femmes partout ...

Ce sont aussi les mêmes femmes qui se plaignent que les hommes ne les regardent plus ...

Bon week-end

Écrit par : Lise | 05 août 2017

@ Dyadya Vova : vous avez raison, on va mettre des femmes partout ...

Ce sont aussi les mêmes femmes qui se plaignent que les hommes ne les regardent plus ...

Bon week-end

Écrit par : Lise | 05 août 2017

Je vous remercie Lise et excusez moi pour cette réponse tardive. Soit dit en passant je n'ai rien contre les femmes héroïnes dans les films, mais qu'on n'en fasse pas des "marie sue" qui sont invincibles . L'actrice d'Alien par exemple ne me pose aucun problème :)

Écrit par : Dyadya Vova | 07 août 2017

Même avec un film comme ça il faut qu'elles s'en mêlent avec leur idéologie j'ai bien aimé la réponse du journal de Montréal. C'est vrai que maintenant avec les films il faut tous penser avec représentation de femme et féminisme sans oublier l'affiche. Pour l'armée, les levées de barrière en fait deux critères différents et objectif de représentation (féminin), sont des normes récentes qui sont définit comme une égalité par les féministes et leurs critères cependant un homme avec les critères femmes et la notation ne serait pas sélectionné si ce moyen permet d'élargir le recrutement il est loin d'avoir que des avantage en plus d'être sexiste et discriminatoire sur de nombreux points. Il ne faut pas oublier qui dit féministe dit discrimination masculine et du "pour femme", l'armée étant un bastion masculin des objectifs de féminisation par arme (infanterie, l'ABC, artillerie, fusilier-marin,...) armée (l'armée de terre est généralement "mauvais élève") et grade ou spécialité (un exemple, il faut des femmes général). L'armée et une cible des féministes comme dans le civil (entreprise, école, formation) le féministe imposent ses normes souvent les mêmes méthodes elles n'ont pas par de réelles oppositions et ceux qui ne sont pas d'accord avec elles, c'est qu'ils sont sexistes et discriminants.
L'image avec le garçons trans m'a fait repenser à cet article sur les augmentations de cliniques, les traitements :
https://fabiusmaximus.com/2017/07/10/promoting-transgender-to-children/

Écrit par : Lafaux | 06 août 2017

Répondre à ce commentaire

@ Dyadya Vova

les russes ont essayé de faire combattre des femmes en premières lignes, résultat lamentable.

"voir l'alinéa 33 !!!

une partie des femmes est restée dans les tranchées hystériques où prêtes à s'évanouir, d'autres à peine le talus franchi ont fait aussitôt marche arrière où plutôt se sont mises à ramper aussi vite que possible pour rejoindre un abri.

merci à l'honnêteté de Florence Farmborough.

j'ai un témoignage d'un médecin militaire qui parle du même comportement en OPEX.

ci-dessus extrait du livre de

https://monderusse.revues.org/7606

donc la réalité n'a vraiment rien à voir avec la fiction.

Écrit par : leclercq | 06 août 2017

Répondre à ce commentaire

Il aura quand même eu Ludmila Pavlichenko qui aura sauvé leur honneur en étant la femme sniper qui a abattu le plus de cibles dans l'histoire.300 cibles abattues je crois. L'homme ayant abattu le plus de cibles étant Simo Haya le finlandais "la mort blanche" plus de 700 cibles abattues. Après c'est peut être la propagande soviétique ... Sinon pour en revenir à cette histoire de films il y a environ deux ans est sorti le films "X men apocalypse" et pour faire la promo de ce film, ils avaient fait des affiches représentant le méchant du film en train d'étrangler une des héroïnes. Les féministes avaient protesté en qualifiant ça de violence envers les femmes. Donc maintenant n'oubliez pas les scénaristes, aucune femme ne peut être violentée dans vos films.

Écrit par : Dyadya Vova | 07 août 2017

@ Dyadya Vova

le type d'assaut en sortant des tranchées comme à Smorgon n'a jamais été reconduit par aucune armée, et Sniper c'est quand même autre chose, ça ressemble quand même à de l’assassinat. "j'ai fais du tir de brocard d'été, à la 222 balle au milieu du cou à 100 m, l'animal tombe d'un bloc foudroyé" c'est la même chose.

Écrit par : leclercq | 08 août 2017

Répondre à ce commentaire

@ Dyadya Vova

voir l'alinéa 33 !!!

une partie des femmes est restée dans les tranchées hystériques où prêtes à s'évanouir, d'autres à peine le talus franchi ont fait aussitôt marche arrière où plutôt se sont mises à ramper aussi vite que possible pour rejoindre un abri.

l'alinéa ne fait plus partie des partie consultables dans books !!!

https://books.google.fr/books?id=ReWvxz_4zWUC&pg=PT6&lpg=PT6&dq=Maria+Botchkareva,+Yashka.+Journal+d%27une+femme+combattante&source=bl&ots=i-MnKr6dwR&sig=Ao1X-17UNtxj06MeaXc4pnEhuEU&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiP_I_8vtLVAhUBVxoKHdWgCQM4ChDoAQgxMAI#v=onepage&q=Maria%20Botchkareva%2C%20Yashka.%20Journal%20d%27une%20femme%20combattante&f=false

mais on le retrouve dans le livre en bas de la page 23 et 24.

Cordialement Leclercq Franck

Écrit par : leclercq | 12 août 2017

Répondre à ce commentaire

suite

En témoigne cette étude commandée en 2003 par
l'armée américaine (USA WC Strategy Research Project) sur les « Femmes combattantes dans l'armée russe durant la Première Guerre mondiale », dans le but « d'éclairer le débat actuel, et particulièrement vif depuis l'engagement de nos forces en Irak, sur la question de la participation active des femmes dans toutes les unités combattantes, y compris l'infanterie ». Au terme d'une étude très fouillée, Y United States Army Officer, Susan R. Sowers n'hésite pas à affirmer que « l'analyse détaillée de l'expérience combattante des femmes russes durant le premier conflit mondial a définitivement démontré que la question : "les femmes sont-elles capables de combattre aussi bien que les hommes ?" n'a plus lieu d'être posée1...»

je ne comprends pas bien comment elle peut avoir cette conclusion, vu ce qu'a vu Florence Farmborough elle devrait lire "with the armies of the Tsar. A Nurse at the Russian Front, 1914-1918, New York, Stein and Day, 1974, p.305.

https://www.amazon.com/Armies-Tsar-Nurse-Russian-1914-18/dp/0812817931

Écrit par : leclercq | 12 août 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 08 h (Europe/Paris).