20 juillet 2017

Macron, le général et l’autorité

On l’a compris: le chef des armées françaises est le président de la République. Il l’a dit sans ménager le général Pierre de Villiers et les cadres militaires. Après le quinquennat mou de Fanfrelande, le nouveau président veut montrer ses muscles.

 


macron,france,budget militaire, général de villiers,Chef des armées

Hier sur C dans l’air, les commentateurs analysaient le bras de fer. Le général a dénoncé la réduction du budget des armées, arguant que le matériel en particulier souffre de vétusté faute d’avoir les moyens de le remplacer. Au Mali le désert use rapidement les engins.

Le jeune Emmanuel a montré qui était le chef, le seul vrai chef. Il a renvoyé le général à ses autochenilles et ses hélicos. Pas de négociations avec un gradé, fût-il le plus haut d’entre tous. Seul le ministère est habilité à demander des sous – sous qui seront de toutes façons plus rares si le pouvoir actuel réduit les dépenses de l’État comme il en montre l’intention.

Le procès médiatique n’a pas tardé. Entre autorité et autoritarisme, Mic-Macron ferait confusion.. Un invité de C dans l’air disait même que l’autorité ne se décrète pas, elle se gagne. Pourtant selon la loi il a raison: le président est bien le chef des armées. Il n’a pas besoin de démontrer son autorité, il l’a de fait.

Toutefois la méthode Mic-Macron est cavalière. En effet les budgets militaires font l’objet d’une loi de programmation pluri-annuelle et ne peuvent pas être modifiés en cours de route sans que cela ne retarde la mise en oeuvre des programmes.

 

macron,france,budget militaire, général de villiers,... et patron de la France

D’autre part ledit budget fait depuis longtemps l’objet d’un examen conjoint entre le ministère et la hiérarchie militaire. Macron veut changer cela sans concertation. J’avais prévu dès le 4 mai qu’il serait autoritaire

Mais mieux vaut un élu qui annonce clairement la couleur et qui n’en change pas plutôt qu’un obscur tâcheron à géométrie variable.

Cependant la méthode n’est pas très élégante. Remettre en place publiquement le numéro 1 de l’armée, ce n’est pas très fair play. En faire un enjeu public montre que le jeune Emmanuel a profité des propos du militaire pour tourner le débat en question personnelle sur l’autorité.

Qu’un homme habité de la volonté d’être le chef préside la France n’est pas un problème. La question est: comment se montrer un bon chef? C’est parfois en s’imposant dans un bras de fer si la situation l’exige, parfois en laissant à ses subordonnés la place de décision que leur fonction les autorise à revendiquer.

Ici il n’est pas certain que le bras de fer ait été nécessaire. À moins de lire chez Macron le besoin d’un coup d’éclat public pour se renforcer psychologiquement. Ou de montrer les dents face à tout écart par rapport à la ligne qu’il veut tracer.

Macron est le patron et se comporte en patron. Reste à voir si les français lui laisseront longtemps cette liberté de ton et de comportement.

 

 

 

12:21 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : macron, france, budget militaire, général de villiers | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Macron est avant tout un acteur de théâtre, et d'ailleurs il a épousé sa prof, qui visiblement continue à le mettre en scène. Mais parfois, cela tourne à l'histrionnade...

Écrit par : Géo | 20 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

La notion de "chef" est incompatible avec la démocratie. Le roi était élu avant que la monarchie devienne héréditaire. Il a un parlement paillasson, godillot dirait un certain général qui avait au moins une idée de la France, lui n'a qu'une idée de la finance, et c'est du Holladouille force 10. Voire l'excellent commentaire de M. Cuénod.
http://jncuenod.blog.tdg.ch/archive/2017/07/20/macron-centralisator-met-au-pas-les-manants-elus-285210.html

Écrit par : Daniel | 20 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Les militaires savent pourtant ce que la discipline signifie. Et certains officiers ne mettent pas toujours des gants avec les hommes. Donc sur le fond, il n'y a pas "d'affaire".

Sur la forme, on peut toujours discuter. Mais en attendant, la France a des problèmes plus importants à résoudre que celui de savoir comment il fallait parler à un général...fut-il d'armée.

Donc si la France est juste préoccupée par le langage militaire, il me semble qu'on va dans la bonne direction.

Qu'est-ce qui vaut mieux : un président qui fait plier les képis ou un président en scooter la tête sous un casque ?

Écrit par : Michel Sommer | 20 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

M'as-tu vu dans mon joli uniforme d'aviateur ?

Écrit par : Géo | 20 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Macron face aux militaires : « Je suis votre chef ! »

La leçon de leadership à hauts risques de Monsieur Macron.

http://tinyurl.com/y8xnmv74

Écrit par : Jacques-Andre WIDMER | 20 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Très intéressant l'article de Contrepoints.

Écrit par : hommelibre | 20 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Il a beau jeux de rappeler un devoir de réserve, alors qu'il brise cette valeur en la jetant à ses subordonnés en public !

Apparemment, le lien entre le Président et le chef des Etats-Majors des armées se situe sur un lien de confiance et non sur la monocratie, comme celle démontrée par Macron.
Qu'il se méfie à continuer ainsi de renverser les codes, on ne badine pas avec l'armée!

Écrit par : aoki | 21 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Il est évident qu'après cinq années de présidence normale, le changement est plutôt brutal !

Ce rappel à l'ordre présidentiel signifie "je commande et vous vous taisez" n'est pas nouveau puisque le Président Chirac l'avait fait savoir à Nicolas Sarkozy par "je décide et il exécute" en 2004 !

Sarkozy s'en était inspiré envers François Fillon quelques années plus tard !

Il faut interpréter cette remise à l'ordre comme un avertissement à l'encontre des syndicats quels qu'ils soient, dont certains auraient des projets de manifestations, grèves, etc...

Écrit par : Lise | 21 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Au vu de ce qui se passe en France et ailleurs dans le monde sauf qu'en année du Coq la f-race reflète vraiment ce que chantait déjà en 1973 Guy Béart à savoir *c'est la M.... * ou chanson du porte bonheur ,on voit que rien ou presque n'a changé
Quand à se dire chef des armées sans aucun jour de service à son actif cela me fait marrer
Macron doit sans doute comme beaucoup de sa génération a t'il flashé sur la série ,les Têtes Brûlées mais entre le rêve et la réalité y'a l'expérience de la vie et à 39 ans laissez nous rire
C'est une gentille petite marionnette qui fait déjà des projets pour 2025
Qu'il fait bon pouvoir vivre en Suisse

Écrit par : lovejoie | 21 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

@ Lovejoie : le Président français est automatiquement chef des armées et Macron n'en est pas responsable !

Hollande n'avait pratiquement aucune autorité, on le lui a reproché pendant cinq ans, Macron a choisi de l'être et on le lui reproche également !

Curieux dilemme !!!

Écrit par : Lise | 21 juillet 2017

@Lise merci de cette précision!

Écrit par : lovejoie | 21 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Les gens qui ont voté pour lui parce qu'ils ont aimé ses promesses doivent commencer à déchanter. Et bientôt ça va être bien pire et il mettra la France dans la rue. D'autant que les gens qui ont voté pour Macron par conviction sont une infime minorité. Tous les autres l'attendent au tournant.

Écrit par : Kad | 22 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 08 h (Europe/Paris).