25 juin 2017

Débat sexisme (fin) : Lausanne et Bruxelles, exemples pas fiables

Je termine momentanément en reprenant les informations sur le harcèlement de rue. Le chiffre avancé de 72% des jeunes femmes de 16 à 25 ans victime de harcèlement est-il fiable? L’étude lausannoise pose question. Ou plutôt sa diffusion, car elle n’est pas, de l’aveu même de ses commanditaires, représentative de la population.

 


sexisme,harcèlement de rue,infrarouge,débat,lausanne,peeters,bruxelles,Le phénomène

La définition de l’Observatoire de la Sécurité de Lausanne, qui a réalisé l’enquête, décrit ainsi le phénomène de harcèlement:

les regards insistants

les sifflements

les commentaires sur le physique ou la tenue vestimentaire

les poursuites

les frottements

les avances sexuelles

les attouchements

Cela fait beaucoup de choses très variables et pas du tout équivalentes. Mais cela fait nombre. On doit y ajouter ce que la spécialiste invitée au débat, la députée Vert Léonore Porchet, les « compliments pas sollicités », les « demandes insistantes »,  le « regard qui déshabille », « on nous impose le désir de quelqu’un ». C’est-à-dire des attitudes masculines classiques qui expriment une tentative d’approche. Il ne reste pas grand chose pour la spontanéité.

Le questionnaire était proposé de manière à amener les interviewés progressivement sur la question du harcèlement, après les avoir mis en confiance.

 

 

sexisme,harcèlement de rue,infrarouge,débat,lausanne,peeters,bruxelles,Le questionnaire

La première tranche de questions commence ainsi de manière presque anodine:

« Vous êtes interviewé(e) dans le cadre d’une enquête mandatée par la Ville de Lausanne sur la qualité de vie à Lausanne, particulièrement sur votre sur sentiment de sécurité dans les espaces publics lausannois. (…) »

Puis la deuxième partie glisse vers le harcèlement et continue ainsi:

« Dans les lieux publics, des comportements de la part d’inconnus peuvent générer un sentiment d’insécurité. C’est le cas du harcèlement de rue. On pense ici à tout propos ou comportement inadéquat à caractère sexuel, sexiste ou homophobe, tels que des sifflements, des interpellations ou insultes sexistes ou sexuelles, des gestes obscènes, le fait d’être suivi(e), les frottements, voire les attouchements. »

Le rapport complet le dit clairement:

« Pour faciliter les contacts avec les personnes interrogées, l’enquête était présentée comme une étude sur la qualité de vie et le sentiment de sécurité à Lausanne. Le harcèlement de rue était ensuite abordé en tant que phénomène pouvant contribuer au sentiment d’insécurité. » (…)

 

 

sexisme,harcèlement de rue,infrarouge,débat,lausanne,peeters,bruxelles,Compliments criminels

Mais, problème:

« Le panel interviewé, de taille modeste, est non représentatif de la population générale, les femmes y étant volontairement surreprésentées. De plus, les personnes interrogées ayant été abordées dans l’espace public, les personnes sortant davantage sont donc également surreprésentées dans le panel. Par conséquent, cette enquête renseigne davantage sur les manifestations du harcèlement de rue envers les femmes à Lausanne que sur la prévalence du phénomène dans la population générale. »

On ne peut donc en tirer un chiffre quantitatif sur le phénomène. Pourtant, les autorités de la ville de Lausanne en 2016, et Infrarouge en 2017, annoncent ce chiffre comme représentatif de la situation surs le terrain. C’est faux et à refaire selon une méthodologie plus rigoureuse, et en séparant les différents niveaux de comportement: un compliment non demandé n’a rien à voir avec un coup de sifflet ou avec des attouchements!

N’additionnons pas gestes romantiques et propos salaces! Et désignons les auteurs par leur origine, pour savoir quelle influence cela peut avoir sur le phénomène.

Encore à propos du harcèlement de rue je rappelle que la séquence de l’émission était introduite par un petit film réalisé par Sofie Peeters et tourné en arpentant le 2 rues maghrébines de Bruxelles.

Lors du débat Léonore Porchet a évité de le mentionner. On voyait sa tension, prise en contradiction entre: il faut protéger les femmes du harcèlement de rue, et: il ne faut pas parler des immigrés à propos de harcèlement de rue. Le déni du réel, l’escamotage du discours: la matrice des aînés en politique reproduit les mêmes clones. La jeunesse n’épargne de rien et n’excuse rien. J’en ai déjà parlé ici.

 

 

sexisme,harcèlement de rue,infrarouge,débat,lausanne,peeters,bruxelles,Immigration

Or que ce soit dans ces rues de Bruxelles, que ce soit le 31 décembre à Cologne, ou par la montée des agressions sexuelles commises par des migrants en Suède, entre autres, il semble que des immigrés soient en partie responsable de ce que l’on nomme le harcèlement de rue.

Est-il possible d’en parler? De lier partiellement le harcèlement de rue au comportement de personnes originaires de pays dont la culture est très différente de la nôtre? Et comment va-t-on dire cette chose-là, quand la Verte Léonore Porchet montre son talent de contorsionniste en évitant de les nommer?

Pour finir, je maintiens qu’il n’y a pas de lien, d’escalade, entre la drague de rue et le viol, pas plus qu’entre fumer du cannabis et prendre du crack, pas plus qu’entre un joueur de jeux vidéos violents et un assassin. Il n’y a pas de système d’oppression ou de violence systémique des hommes contre les femmes. J’ai une bonne opinion des femmes, je ne vois pas en elles cette caricature que le féminisme, plus misogyne que certains mâles, propose d’elles: fragiles, infantilisées, irresponsables, jamais satisfaites, en guerre contre l'homme.

Je constate, que les hommes et les femmes savent en général très tôt ce qu’est le consentement (même si un invité d’Infrarouge l’a appris incroyablement tard à l’âge adulte). On l’apprend spontanément, par l’éducation, par la réciprocité naturelle des situations, par la littérature, la loi. Donc les hommes qui insistent ne sont pas pour autant des délinquants en puissance: ils connaissent les limites du jeu.

Personnellement je n’aime pas entendre un homme siffler vers une femme. Mais je ne suis pas pour en faire un problème judiciaire. On ne va pas mettre un policier derrière chaque homme! Ni culpabiliser et criminaliser chaque comportement masculin.

 

Hommes, écartez les jambes dans les bus s’il y a de la place. Offrez des compliments pas demandés à des femmes qui vous inspirent. Ne laissez pas la glaciation néo-calviniste prendre le pouvoir sur les esprits.

 

 

 

 

 

19:11 Publié dans Féminisme, Philosophie, Politique, société | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : sexisme, harcèlement de rue, infrarouge, débat, lausanne, peeters, bruxelles | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Dans quelques années, les femmes se plaindront que les hommes ne les regardent plus !!!

Quant aux attitudes masculines qui dérangent Mme Porchet, oublierait-elle que son avis n'est sans doute pas représentatif de l'ensemble de la gente féminine ?

Écrit par : Lise | 25 juin 2017

Répondre à ce commentaire

@ Lise

"Dans quelques années, les femmes se plaindront que les hommes ne les regardent plus !!! "

c'est déjà le cas aux états unis, des européennes en voyage la bas s'en sont plainte.

Écrit par : leclercq | 25 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Ici un commentaire lu sur FB. Ecrit par une femme sous un billet concernant le débat et les commentaires désobligeants:

"Je dois dire que je suis assez stupéfaite de la tournure qu'ont pris ces commentaires. Je pense que chacun a le droit de s'exprimer sans qu'on le traite de tous les noms d'oiseaux ou qu'on suggère que s'il écrit ce qu'il écrit c'est parce qu'il est limité : intellectuellement ou émotionnellement. Au départ, ce post n'était pas un post sur la violence mais un poste sur le sexisme, qui est devenu un post sur la violence suite au commentaire d'Antonietta. Pour, donc, retourner au sexisme et à la violence de rue, je trouve dommage qu'on suggère de tout légiférer. Personnellement, même si ça choquera sûrement certain-e-s ici, me faire siffler dans la rue m'a toujours plu, ainsi qu' (j'en ai discuté avec elles) à la plupart de mes copines. Siffler ou faire un compliment, quand il est dit poliment, c'est mettre les échanges sur le mode de la séduction et la séduction n'est pas le diable... "

https://www.facebook.com/alexandre.terrettaz/posts/10209337183203284?comment_id=10209353327446880&reply_comment_id=10209353394248550¬if_t=mentions_comment¬if_id=1498468880286173

Écrit par : hommelibre | 27 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Les femmes qui détestent être sifflées dans la rue par des hommes admiratifs ou qui n'apprécient pas qu'on leur adresse des compliments n'ont qu'à se revêtir d'une burqa ou d'un niqab. Tranquillité assurée.

Écrit par : Mario Jelmini | 27 juin 2017

Répondre à ce commentaire

du délire féministe

https://www.youtube.com/watch?v=a-fZxV7EhHI

Écrit par : leclercq | 09 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 08 h (Europe/Paris).