31 mai 2017

Cyril Hanouna homophobe ? L’affaire prend un nouveau tour

Ça balance pas mal à Paris. L’affaire Hanouna n’en finit pas de faire des vagues. Avec un possible retour de boomerang sur les accusateurs, au vu des derniers développements. Le Refuge en a-t-il trop fait?

 


hanouna,homophobie,tpmp,le refuge,theo,humiliation,cauetCanular

Humilier c’est exister. Ce pourrait être la devise de Cyril Hanouna, l’animateur de l’émission TPMP (Touche Pas à Mon Poste). Ses chroniqueurs sont les faire-valoir de ses jeux douteux et délires de domination. Il y a un public pour cela et ce n’est pas nouveau.

Rire sur le dos des autres, par la moquerie ou par l’humiliation, est un comportement qui se manifeste dès l’enfance. S’y ajoute le besoin de faire alliance avec le faiseur de rire si celui-ci occupe une place dominante: le plus fort ou le chef de bande, ou ici le personnage public qui prétend faire la pluie et le beau temps. Soit ceux qui tirent leur force de nos faiblesses. Mais je ne juge pas: résister aux dominants, ne plus faire alliance avec eux, cela s’apprend.

Il faut parfois avoir été soi-même objet d’humiliation pour comprendre ce que cela a de blessant et d’inutilement excluant.

Les chroniqueurs d’Hanouna sont payés pour se faire humilier: obligation de révéler des détails intimes de leur vie, jeux stupides qui tendent à ridiculiser même le gagnant, mise  sur la touche temporaire comme une punition, tout cela sur la simple volonté sans discussion de l’animateur. Qu’ils y laissent des plumes sous prétexte d’humour les regarde. Après tout Harakiri ne faisait pas non plus dans la dentelle et l’on riait sans se poser de question devant les outrances du magazine.

Par contre l’utilisation d’inconnus via le téléphone pour faire de l’humour est beaucoup plus discutable.

 

 

hanouna,homophobie,tpmp,le refuge,theo,humiliation,cauetContradictions

Rappel de l’affaire. Hanouna a mis une petite annonce sur un site de rencontre. Il se faisait passer pour un homme bisexuel cherchant des partenaires hommes ou femmes. Il a pris des appels en direct dans l’émission. Des appels d’hommes. Ça ne fait pas dans la dentelle.

Un appel émanait d’un jeune homme homosexuel. Le lendemain de l’émission l’association Le Refuge (soutien aux jeunes homos rejetés par leur famille) diffusait un communiqué selon lequel ce jeune homme avait été reconnu par ses parents à sa voix, et jeté hors de chez lui. Désespéré, il aurait été recueilli par cette asso.

La polémique s’est installée et a enflé. Hanouna a été accusé d’homophobie. De grandes marques ont retiré leurs annonces sur la chaîne et la secrétaire d’État à l’égalité hommes-femmes s’en est mêlée.

Quelques jours après le quotidien Le Parisien et le site Buzzfeed mettaient en doute le témoignage du Refuge.

« Mais cette version est depuis vendredi mise en doute par plusieurs de nos confères de BuzzFeed et du Parisien. En cause ? Les «nombreuses incohérences» du récit distillé tout au long de la semaine par les responsables du Refuge, Nicolas Noguier, son président, Frédéric Gal, son directeur général, et Véronique Lesage, la coordinatrice de la ligne d’écoute d’urgence. Des contradictions auxquelles s’ajoute le refus de l’association, dont les manquements ont déjà été pointés du doigt par plusieurs enquêtes de presse, de communiquer aux médias concernés les éléments susceptibles d’accréditer ce témoignage.

 

 

hanouna,homophobie,tpmp,le refuge,theo,humiliation,cauetContre-attaque

Concernant notre affaire, selon le site BuzzFeed, «aucun des jeunes victimes de l’émission de Cyril Hanouna ne correspond» par exemple au profil décrit depuis lundi par Nicolas Noguier. Au cours de la semaine, le président-fondateur du Refuge a également plusieurs fois rendu compte d’un témoignage, dont la première version le 19 mai, au lendemain de la séquence décriée, est très différente. »

(Voir aussi l’Obs)

Depuis lors le directeur du Refuge est devenu prudent et ne communique quasiment plus.

On apprend aujourd’hui que Cyril Hanouna et sa société de production ont déposé trois plaintes pénales, selon Le Parisien:

 « Une plainte contre X pour dénonciation calomnieuse, adressée au tribunal de grande instance de Montpellier. Une autre plainte contre X pour diffusion de fausses nouvelles, devant le TGI de Paris. Et enfin une troisième plainte, pour diffamation avec constitution de partie civile, contre Nicolas Noguier, le président du Refuge ».

Est-on devant une nouvelle affaire inventée de toutes pièces, avec emballement médiatique et génération spontanée du tribunal de l’opinion? Comme l’affaire Théo?

 

 

hanouna,homophobie,tpmp,le refuge,theo,humiliation,cauetThéo

Théo? Ce jeune homme qui avait prétendu avoir été violé par la matraque d’un policier lors d’une manifestation violente à Paris. Black, il était une victime idéale. Plusieurs manifestations de soutien avaient été organisées. Le président Hollande lui avait même rendu visite à l’hôpital.

Or on apprenait par la suite, vidéo de surveillance à l’appui, que les premières déclarations du jeune homme étaient, disons, erronées… Il a ensuite changé de version, avant que l’affaire ne sombre dans l’oubli. Sans qu’aucune excuse ne soit exprimée envers la police, ni par la presse ni par Fanfrelande.

Que l’on humilie gratuitement pour faire rire ses auditeurs est éminemment exécrable. Mais dans ce domaine Hanouna n’est pas le seul. Cauet l’a fait avec des canulars téléphoniques que l’on peut trouver sur le net. Et autour de Cauet les rieurs se lâchent. Mais voilà, il n’y a personne pour parler de vieux-phobie ou d’alcoolo-phobie. D’ailleurs les mots en -phobie sont impropres. J’y reviendrai une autre fois.

Les canulars téléphoniques sont anciens. Comme les Bonjour chez vous de Francis Blanche. Rire des autres parce qu’on les piège dans une situation inconfortable est un classique. Les caméras cachées fonctionnent aussi sur ce principe.

Le spectateur-voyeur-rieur n’a pas conscience de la position dans laquelle il est mis par l’amuseur (Hanouna ou n’importe qui fait l'affaire, le mécanisme est toujours le même). À lui, spectateur, de se débrouiller avec le fait d’être mis dans une position de pouvoir sur une victime réelle et inconsciente de l’être, et dont il rit à gorge déployée. À lui de savoir que son rire est le combustible dont l’amuseur se sert, ainsi qu’une forme de pouvoir de celui qui sait sur la victime qui ne sait pas.

Notez, le pouvoir pose moins problème quand on l’a que quand on le subit.

 

 

 

 

 

 

 

22:20 Publié dans Divers, société | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : hanouna, homophobie, tpmp, le refuge, theo, humiliation, cauet | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

L'affaire théo se dégonfle ? C'est quoi vos source pour affirmer cela ?

Écrit par : El Cap | 01 juin 2017

Ben.... vous devriez plus dans le vent pour les infos! Cela a fait la UNE dans les médias. Ainsi que les démêlés de sa famille avec la justice.

Écrit par : Patoucha | 01 juin 2017

ça c'est les miennes.

http://resistancerepublicaine.eu/2017/03/07/theo-avait-il-cache-dans-son-anus-un-tube-de-verre-contenant-de-la-drogue/

Celtillos
8 mars 2017 at 5 h 32 min

depuis le début de cette histoire, toutes personne avec au moins deux neurones savait que c’était de l’intox, et que le fameux theo n’était qu’une petite frappe qui méritait plus une bonne raclée que des excuses ou des lamentations!
moralité: presenter a la famille de cette sous merde la facture totale des degats…

Écrit par : leclercq | 01 juin 2017

Lire: Vous devriez être plus...

Désolée mais l'iPad me joue des tours :)

Écrit par : Patoucha | 02 juin 2017

Les sources sont ce que la presse a montré au fur et à mesure de l'enquête.

Tant la version du passage à tabac gratuit que la thèse du slip écarté délibérément et le pantalon baissé volontairement sont aujourd’hui contestés suite à l’analyse de différentes vidéo de la scène de son arrestations. Théo lui-même a modifié ses déclarations.

"Sur la vidéo, on voit que vous marchez en approchant des lieux, vous remontez votre jogging, et que vous le portez très bas. Est-ce exact ? », demande la juge d’instruction à Théo, lors de sa nouvelle audition le 3 mars dernier, un mois après la première. « Si tu ne serres pas ton pantalon avec le cordon, logiquement il se descend tout seul. Et puis je prends mes pantalons en XL, ce n’est pas ma vraie taille », répond Théo. Il poursuit : « Quand l’un des policiers m’a attrapé, mon pantalon a glissé. « Ils tiraient vers le bas quand même, mais je ne pense pas que c’était volontaire. Ils essayaient de me maitriser. Et comme mon pantalon n’était pas bien attaché, il tombait. »

La nouvelle audition de Théo n’enlève rien à la gravité de la blessure qu’il a subi. A la suite de cette interpellation violente, quatre policiers ont été mis en examen, dont l’un pour viol. Mais ces nouveaux éléments pourraient relativiser l’hypothèse d’un viol volontaire, dans la mesure où le pantalon n’a pas été volontairement arraché par un policier. Le caleçon n’a pu être écarté au préalable non plus, puisqu’il apparaît que le sous-vêtement de Théo avait été percé par coup de matraque. Reste à déterminer si le policier mis en cause a volontairement enfoncé sa matraque, comme l’affirme Théo, ou si le coup a dérapé alors qu'il visait en réalité la cuisse du jeune homme pour lui faire plier la jambe, comme l’évoque le rapport de l’IGPN. »

www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/03/21/97001-20170321FILWWW00137-aulnay-sous-bois-une-nouvelle-audition-de-theo-met-a-jour-des-contradictions.php

Écrit par : hommelibre | 01 juin 2017

C'est du n'importe quoi! Il faudrait arrêter avec ces réseaux sociaux à qui on donne trop d'importance? Le monde va-t-il se laisser diriger par cette horde qui s'y déchaîne pour un oui pour un non! Qui sont-ils?

Écrit par : Patoucha | 01 juin 2017

@Patoucha ,on ne saurait mieux dire

Écrit par : lovejoie | 02 juin 2017

@lovejoie

Heureuse de vous revoir lovejoie :)

Écrit par : Patoucha | 08 juin 2017

Les commentaires sont fermés.