08 mai 2017

Macron : premières mesures en faveur des entreprises

L’annonce faite ce matin confirme les intentions du candidat devenu président. Elles concernent d’abord la loi travail. Cette loi qui avait suscité tant de résistances et miné la fin du quinquennat de François Hollande ira plus loin que l’actuelle loi El Khomri.

 


macron,libéral,loi travail,entreprise,Loi travail

De quoi faire déchanter les anti-libéraux qui ont voté pour le très-libéral Macron, mus par une grande peur collective de la plutôt-sociale Le Pen. Ils ont élu l’adversaire le plus réellement problématique pour eux. Ainsi va la vie.

En France les entreprises sont mal-aimées par l’administration et par une partie des Français, et en particulier par la gauche. Même si elles sont le moteur de l’économie et de l’emploi. Les contraintes administratives, celles autour de l’emploi ainsi que la fiscalité sont des épreuves pour les entrepreneurs.

Emmanuel Macron souhaite débloquer leur situation. Enfin! – dirais-je de mon point de vue d’indépendant. Il y a une vingtaine d’années la simple création d’une association loi de 1901 était une galère. Je n’ose imaginer le calvaire des entrepreneurs.

La loi cessera d’être l’équivalent du coran ou de l’ancien testament: elle ne fixera plus en détail chaque geste et chaque pesée d’intérêt des patrons. Elle se contentera d’énoncer les grands principes qui régissent les relations entre entrepreneurs et salariés.

 

macron,libéral,loi travail,entreprise,Administration bienveillante

Elle validera ce que Mélenchon nommait l’inversion de la hiérarchie des normes. Cela signifie que ce n’est plus l’accord de branche, plus général, qui prévaudra mais l’accord majoritaire de chaque entreprise. Ce qui permettra à chaque entrepreneur d’ajuster ses normes à son activité spécifique, sa région, sa taille, en accord avec les salariés. Le contrat qui prévaut n’est plus celui tutélaire du grand-frère. Chacun est libre. J’y vois un signe positif de désengagement de l’État.

Sur ce point j’étais en total désaccord avec Marine Le Pen, dont l’intention de retirer totalement la loi travail – proposition carrément démagogique à mon avis – allait au contraire vers plus d’État.

En ce qui concerne les licenciements sans cause réelle et sérieuse les Prud’hommes appliqueront un barème d’indemnités avec un niveau plancher, pour protéger les salariés, et un plafond pour protéger les entreprises. Ce sera la fin des indemnités parfois exorbitantes accordée par les tribunaux.

Autre point important: le référendum d’entreprise sera étendu à l’usage des employeurs. La loi El Khomri l’a prévu pour les employés au cas où un accord d’entreprise n’est pas validé à la majorité des employés. L’employeur pourra également y faire recours pour la même raison.

Le droit à l’erreur sera instauré. Cela signifie qu’un entrepreneur n’ayant pas rempli certaines obligations sera considéré, en cas de contrôle administratif, comme a priori de bonne foi. Il ne sera pas sanctionné. L’État inquisiteur et punisseur recule ici aussi, au profit d’une relation plus souple et de confiance entre l’administration et l’administré.

Serait-ce le début de la fin de l’État autoritaire en France? Si c’est le cas, j’applaudis le nouveau président, qui fait enfin ce qui aurait dû l’être depuis très longtemps: du vrai libéralisme. Il est plus Valls que Valls! Et ce n’est pas une critique: j’étais en accord sur ce point avec son projet. Ce sera plus difficile sur d’autres points. Mais il faut faire la part des choses.

 

 

 

17:49 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : macron, libéral, loi travail, entreprise | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Wait and see!

Écrit par : Patoucha | 08 mai 2017

Répondre à ce commentaire

LOL! L'UIOF était-il au courant du voyage en Israël de Macron?

- L’expérience israélienne d’Emmanuel Macron en dit long sur le nouveau président français
8 mai 2017 Extrait:|

Emmanuel Macron, alors qu’il était ministre de l’Economie de Francois Hollande s’est rendu en Israël en 2015 avec pour objectif de développer des partenariats entre la France et Israël dans l’innovation et dans la création d’entreprises. Il avait participé au Festival de l’Innovation israélienne, le DLD, de Tel-Aviv, salon de la haute technologie annuel qui réunit start-up israéliennes et investisseurs mondiaux. Retour sur un voyage qui en dit long sur l’ambition du jeune Ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique Français de l’époque….

"Étonné du jeune âge de Macron (à l’époque 37 ans), Yossi Vardi l’avait interrogé sur ses ambitions pour les prochaines 40 années. Ce à quoi Macron avait répondu :
» Beaucoup de politiques sont victimes de leurs propres ambitions».

Suite: http://www.tel-avivre.com/2017/05/08/lexperience-israelienne-demmanuel-macron-en-dit-long-sur-le-nouveau-president-francais/

Écrit par : Patoucha | 08 mai 2017

Répondre à ce commentaire

macron, comme hollande se croit très au dessus de toutes contingences! Ces prochains mois vont lui permettre de reposer ces 2 pieds sur la terre ferme!

Écrit par : dominique degoumois | 09 mai 2017

surtout première manifestation d'ouvriers à Paris ce jour! Les ouvriers macron devra les entendre assez vite sans ça gare à lui!!

Écrit par : dominique degoumois | 09 mai 2017

Répondre à ce commentaire

En France, c'est la rue qui gouverne.

Écrit par : Riro | 09 mai 2017

Répondre à ce commentaire

"En France, c'est la rue qui gouverne." Comme c'est une affirmation quasiment fasciste, ce serait assez simple à résoudre :
- les organisateurs sont responsables de tout ce qui advient de leur manifestation. Il leur appartient d'en assurer le bon déroulement. En conséquence, ils doivent soit en assumer toutes les conséquences financièrement parlant, soit s'assurer du soutien de la police pour écarter et neutraliser les casseurs qui cherchent à parasiter leur manifestation.
- expliquer aux Français, qui ne sont pas plus cons que les autres, que la démocratie, ce n'est pas cent mille personnes dans la rue qui imposent leur opinion à 46 millions d'électeurs. En conséquence, organiser des référendums sur les sujets qui fâchent, après les explications d'usage. Ceux qui ne respectent pas l'avis de la majorité peuvent manifester tant que cela leur plaît, mais toute casse est à leur charge...
- les casseurs seront poursuivis. Ceux qui lancent des cocktails molotovs sur les flics seront poursuivis pour ce qu'ils sont : des assassins, ou des gens qui ont tenté un assassinat. 20 ans de prison minimum.

On parie que la situation de la France s'améliorerait rapidement ?
Bon, on est dans un blog genevois, donc dans une ville où les fonctionnaires vont balancer de l'huile de vidange contre les bâtiments publics. Je ne m'attends pas à une approbation générale...

Écrit par : Géo | 09 mai 2017

Répondre à ce commentaire

@ Géo

Oui, je suis d'accord avec vous.

Mais en France, il existe des zones de non-droit. Dans ces dernières, ce n'est plus la police qui fait la lois. C'est ceux qui contrôlent la rue qui la gouvernent.

Au niveaux des manifs, c'est la culture française du rapport de force. Le principe de grève préventive, c'est du made in France by CGT-SNCF. La traditionnelle manif lycéenne organisée tous les 4-5 ans permet aux mouvements de gauche de se régénérer. La manif c'est le culte ou la messe de la gauche française.

Le phénomène des casseurs est international. C'est la violence de l’extrême gauche digne héritière des Brigades Rouges, Action directe et Bande à Bader.... en plus soft. Mais tout de même, en France tout attroupement attire soit des casseurs, soit des jeunes de banlieues venus faire du racket. Ceux dont la lois républicaine n'existe plus dans leurs quartiers.

Pour sortir de ces blocages, il faut utiliser à dose homéopathique le 49.3 et tenter de trouver des solutions pour faire voter le peuple régulièrement.

Écrit par : Riro | 09 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Le référendum populaire serait un minimum pour rendre les contestations utiles sans casser la baraque. Cela commencerait peut-être à nuancer la culture politique française. Je le souhaite pour eux.

Témoignage d'un des policiers blessés le 1er mai à Paris: ils ont reçu des consignes de ne pas arrêter les quelque 150 casseurs. Pourquoi?

www.bfmtv.com/police-justice/l-un-des-crs-blesses-le-1er-mai-denonce-les-tueurs-de-flics-1155508.html

Écrit par : hommelibre | 09 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Par ailleurs, oui, pourquoi pas le 49.3? Si l'on veut vraiment réformer la France il faut des mesures audacieuses et énergiques.

Écrit par : hommelibre | 09 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 08 h (Europe/Paris).