04 février 2017

La libération ( presque discrète ) de Mossoul, « Porte de l’enfer »

Entre le 18 et le 20 janvier la moitié est de Mossoul, sur la rive gauche du Tigre, a été libérée par l’armée irakienne et la coalition militaire dirigée par les États-Unis. Comme à Alep, il y a eu d’importantes destructions – image 1, université de Mossoul le 22 janvier 2017, occupée par les djihadistes et bombardée par la coalition – et des milliers de civils ont été tués.


Cmossoul,bataille,libération,daesh,irak,guerre,alep,russie,usa,civils,omme à Alep, des forces armées nationales ont été aidées par des armées extra-nationales. Comme à Alep des couloirs humanitaires ont été proposés pour permettre aux civils de fuir les combats. Comme à Alep toujours, des milliers de civils ont été tués lors des combats, soit par des djihadistes soit par l’armée régulière ou les forces de la coalition.

Alep-Mossoul: deux situations aux grandes ressemblances, mais avec une différence de taille: la bataille d’Alep a été soutenue par la Russie et celle de Mossoul l’est par les États-Unis.

À Alep la libération fut tonitruante. La presse s’est couchée dans l’alarmisme absolu: on allait assister à des massacres et des viols de masse par les vainqueurs. Alep mossoul,bataille,libération,daesh,irak,guerre,alep,russie,usa,civils,n’était plus que ruines, un cimetière à ciel ouvert, ou une boucherie humaine. La faute aux Russes. On sait qu’il n’en fut rien et les vociférations se sont vite calmées après la victoire russo-syrienne.

La bataille de Mossoul, elle, n’est pas terminée. Seule la rive gauche du Tigre a été reprise en date du 18-19 janvier. Cette événement a glissé dans l’actu comme un clapotis feutré, entre le serment du nouveau président américain et le WEF de Davos.

La presse en a parlé, mais moins et pas sur le même ton que lors de la libération d’Alep-est. On n’a pas mis en avant les milliers de civils morts, les bombardements, la pénurie d’eau potable et de vivres. Pourtant les témoignages sont terribles. Amnesty International en parlait en décembre et dénonçait le risque de catastrophe humanitaire:

« Les enfants pris entre deux feux dans la bataille de Mossoul ont vu des choses qu’aucune personne, quel que soit son âge, ne devrait jamais voir. J’ai rencontré des enfants qui non seulement sont très grièvement blessés mais ont également vu des parents et des voisins être décapités lors de frappes de mortier, déchiquetés par des mossoul,bataille,libération,daesh,irak,guerre,alep,russie,usa,civils,voitures piégées ou des explosions de mines, ou écrasés sous les décombres de leur logement», a déclaré Donatella Rovera, conseillère principale sur la réaction aux crises à Amnesty International, qui rentre d’une mission de 17 jours dans le nord de l’Irak. »

En novembre et décembre des correspondants de presse parlaient de l’enfer de Mossoul. La même expression que pour l’enfer d’Alep. Mais depuis quelques semaines certains mots ont disparu des articles sur la bataille en cours. Les mots enfer, victimes civiles, par exemple.

Alors que la bataille d’Alep s’est déroulée et conclue dans la surenchère morbide médiatique que l’on connaît, celle de Mossoul paraît en comparaison presque propre, épurée.

À Alep la presse occidentale s’est rangée contre les libérateurs. À Mossoul, contre les djihadistes. Deux poids deux mesures.

 

 

 

10:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : mossoul, bataille, libération, daesh, irak, guerre, alep, russie, usa, civils | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Un autre différence dans la presse vendue, corrompue, mensongère: Alep est tombée, Mossoul est libérée.

Écrit par : Charles | 04 février 2017

@Homme Libre
Vous dites dans votre excellent article et à la fin:"À Alep la presse occidentale s’est rangée contre les libérateurs. À Mossoul, contre les djihadistes. Deux poids deux mesures."

Les vrais Libérateurs d Alep sont l Armée Syrienne (nationale) et l Armée Russe. De ce fait, permettez moi de dire que les "Libérateurs" cités ci dessus auraient dû être mis entre deux guillemets sinon on croirait qu ils seront aussi comme les Anti-Khaddafi appelés les "Combattants de la Liberté" et blague à part.

Bien à Vous et Merci.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 04 février 2017

@Homme Libre,
Mille excuses, j ai mal lu et j ai mélangé les pinceaux. Je vous prie sincèrement de me pardonner (et si vous seriez d accord, gicler mon texte ci dessus et loin...)
Bien à Vous.

Écrit par : Charles 05 | 04 février 2017

Hé oui merci de le souligner HL,

Cette déviation de l'information prend une très grande part de la déliquescence générale ambiante. La perte de repères fiables de notre société, par exemple celle de voir a quelle point notre société est devenue stalinienne tout en se parant de vertus brandies comme le sommet des valeurs mondiales.

Cette schizophrénie ambiante est très lourde à vivre je trouve.

Écrit par : aoki | 04 février 2017

J'ai essayé de comprendre ce qui se passe en allant lire plusieurs sources données sur internet.
Comprendre la situation sur le terrain est quasi-impossible, comme avec la cas d'Alep. Qui croire ? Que se passe-t-il vraiment ?
Les articles de la presse officielle sont d'accord sur le fait que ça ne se passe pas bien, les troupes irakiennes sont à la peine et épuisées, l'EI résiste bien, qu'il y a beaucoup de combats de rue et que ce sera beaucoup plus long et difficile qu'à Alep.
Sputnik fait état de toutes les difficultés, on comprend que les Américains sont inefficaces et l'armée irakienne également. Sputnik ne parler pas de bombardements aériens massifs.
Je n'arrive pas à savoir, ce qu'il en est réellement.
Une source très technique est le blog de J.R. Belliard sur cette plateforme. J'essaye de lire ses posts, car il me semble très factuel. Début janvier, il annonce que malgré des succès de l'armée irakienne, l'EI résiste.
On pourrait en conclure, que les Irakiens et leurs alliés ne mettent pas assez de forces dans la bataille.
Il serait intéressant de savoir, s'il y a moins d'avions engagés qu'à Alep.

Une des différences majeures, c'est qu'il ne semblerait pas y avoir de tweets, liaisons Skype ou de posts Facebook en provenance de Mossul. Ou alors, on nous les cache.

Si on essaye de connaître le nombre de morts, qui croire ?
J'ai trouvé plusieurs sites, mais n'arrive pas à savoir, qu'est-ce qui pourrait être correct.

https://www.middleeastmonitor.com/20161221-iraq-daesh-claims-...

www.icasualties.org/Iraq/index.aspx

www.thebaghdadpost.com/.../Iraq-civilian-deaths-from-violence-h.

Pour finir, un site qui me semble ( je dis bien : me semble) sérieux et impartial : Airwars. Ils se décrivent ainsi :

"Airwars is a collaborative, not-for-profit transparency project aimed both at tracking and archiving the international air war against so-called Islamic State and other groups in Iraq, Syria and Libya. With nine Coalition nations bombing in Syria alone – along with the air forces of Russia, Iran, Israel and the Assad regime – there is a pressing public interest need for independent, trustworthy assessments. "

Le site est très fourni, les collaborateurs sont présentés de façon qui semble transparente.

https://airwars.org/news/mosulraqqa-update/

Il est évident, que les médias ne s'intéressent pas beaucoup à ce sujet, le temps d'antenne, les premières pages sont remplies d'autres sujets...

Écrit par : Calendula | 04 février 2017

Cher hommelibre,

- « Alep-Mossoul »
- « À Alep la libération fut tonitruante. La presse s’est couchée dans l’alarmisme absolu: »
- « La bataille de Mossoul, ... La presse en a parlé, mais moins et pas sur le même ton que lors de la libération d’Alep-est. »


Monsieur Decaillet,

- « Ce qui tue la presse romande »

Ah ben. Ce qui tue la presse romande, c'est la presse romande ... commerciale.

La presse romande commerciale, ... c'est la presse romande qui croît-croît que tout le monde pense comme elle, ... et de faire croire qu'elle pense comme tout le monde, ... pour mieux vendre de la pub qui sert à vendre des trucs et des machins à tout le monde, ... ce qui constitue une excellente raison pour ne pas tenir compte de ce que disent ceux qui ne sont pas d'accord avec elle, ... la presse, donc, ... surtout ceux qui ne paient rien pour donner à la presse commerciale, ... ou à Monsieur Décaillet par exemple, ... pour être presse-publié, ... ou télé-publié, ... ou blog-publié.

Bref, c'est une presse qui parle beaucoup d'Alep, et beaucoup moins de Mossul, ... et surtout pour pas en parler de la même façon. Par exemple, ... pour faire croire que ... la bataille d'Alep lave vraiment beaucoup plus blanc que la bataille de Mossul.


- « Je suis un fou de presse, un fou d’archives, je passe des centaines d’heures à dévorer de vieux journaux, j’en avais lu des milliers pour ma Série de 1994 sur l’Affaire Dreyfus »

Ben oui. C'est exactement ça le problème. Vous êtes un journaliste qui aimez ... lire les livres d'histoire ... et les livres de religion, ... et raconter le passé.

Alors que ce que les gens trouvent intéressant dans la lecture d'un ... journal ... c'est les histoires qu'écrivent les journalistes pour raconter ... le présent, ... et éventuellement ce qui s'est passé ... hier. Mais juste hier, hein ! Pas ce qui s'est passé y'a 120 ans, ou y'a 2000 ans. Ou alors, c'est pour lire d'autres histoires que des histoires journalistiques.

Ou ptet dans ce cas, c'est pas journaliste de quotidien que vous auriez du faire, ... mais ptet ... historien ? Ou ... détective privé ? Ou ... avocat ? Ou ... prêtre ? Ou ... politicien ? Ou ... professeur ?

Bref, ... tout ça pour vous dire, ... que raconter le présent aux gens, ... et expliquer le présent, ... ou même parfois l'avenir, ... ben ... c'est vraiment deux, ... voire même trois choses ... vraiment différentes.

Parce que ... pour raconter le présent ... et expliquer le présent ... il faut du temps ... pour comprendre ... ce qui se passe, ... pour faire des bonnes explications, ... avec les bonnes relations ... de cause ... à effet ...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Causalit%C3%A9

Mais pour ça, pour raconter une bonne histoire journalistique, par exemple pour décrire l'effet d'une relation entre ... une cause ... et un effet, il faut se donner le temps d'observer un effet entre le début de l'effet, ... et la fin du même effet, ... au lieu de sauter tout de suite à des conclusions tout à fait personnelles.

Alors quand on est fou de presse, ... on est forcément pressé, ... et on a un peu tendence à oublier, ... et à utiliser beaucoup de raccourcis reçus des idées reçues de cause à effet de la publicité, et de la religion, et de l'école, et du cinéma, et de séries américaines, et de jeux vidéos, et d'hommes qui ont entendu des hommes qui ont vu un ours, en vrai, ou en photo, ou dans la press, ou sur youtube, ... bref ...

... ce qu'on appelle ... l'effet Impulse (en français ... Compulsion)

( https://fr.wikipedia.org/wiki/Compulsion#Troubles_de_la_pens.C3.A9e )

... bref, des relations de cause-à-effet faites ... de tas et des tas et des tas de raccourcis, ou si vous préférez, des tas et des tas et des tas de ... synapses.

( https://fr.wikipedia.org/wiki/Synapses )

Et quand on est fou d'histoires de faits du présent, ... ou si on est fou d'histoires, de mythes, de légendes, et de rêves du passé, ... ou si on est fou de promesses du présent pour vendre des idées au futur, ... ou si on est fou de promesses du passé pour vendre le salut promis dans un futur plus ou moins éloigné, ... ben ... eh ben ... on a un peu tendance à oublier ... les différence entre les promesses ...

... du journalisme, ...
... de l'histoire, ...
... de la propagande, ...
... de la publicité, ...
... et du ... prosélytisme, ...


... ce qui arrive plus souvent que l'on croît-croît, ... quand l'on croit savoir mieux que les autres ... ce qui est bon pour eux, ... en racontant comment on voit le monde à travers des verres de lecture du passé, ... au lieu de de le raconter comme on le voit avec des verres d'aujourd'hui, ... ce qui arrive fréquemment lorsque l'on continue de regarder le futur, depuis sa propre tour d'espoir des éléphants que nous sommes, que l'on a construit quand on était jeune, dans le passé, donc, ... au lieu de le regarder, ce futur, depuis les tours que les genérations suivantes ont déjà construites par eux-mêmes, ... sans vous, ... ni moi.

Ou comment ... le journalisme romand peut dire ... non pas "La presse romande m'a tuer", ... mais ... "La presse romande m'a venduer", ... ou quand la presse romande peut dire ... "La presse romande m'a suicider".


"Sa devise, inventée par H.-P. Gassier en 1915, est : « Tu auras mes plumes, tu n’auras pas ma peau ». Le Canard enchaîné n'accepte pas de publicité, cherchant à éviter l'influence des annonceurs sur le contenu de ses informationsn 3 dans ses colonnes. De plus, il ne cache pas l'état des finances du journal ainsi que leurs provenances, et publie son bilan financier dans le journal chaque année."

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Canard_encha%C3%AEn%C3%A9#Origine

Écrit par : Chuck Jones | 05 février 2017

Pour ceux que ces deux batailles ont intéressés et intéressent encore.

https://blogs.mediapart.fr/djordje-kuzmanovic/blog/201216/alep-plaidoyer-pour-la-liberte-d-analyse-et-une-geopolitique-coherente-de-la-france

Écrit par : Beatrix | 11 février 2017

Merci pour ce lien Beatrix.

Je retiens entre autres:

"La prise d’une ville – moment particulièrement sanglant dans tout conflit armé – est toujours une catastrophe pour les civils, otages et cibles – volontaires ou non – des belligérants, qui risquent de manquer de nourriture, d’être blessés, violentés ou tués."

Ainsi que l'aspect orwellien d'un éternel présent (ce qui est devenu un marqueur de notre époque trop connectée sur la seule émotion et pas assez sur l'Histoire).

Écrit par : hommelibre | 11 février 2017

Les Djihadistes (Al Qayda/Daech/Rebelles Modérés/ASL...) virés ou transportés vivants de Mossoul et d Alep, vont ils se trouver et se recycler où après coup?

En Tunisie? où les dirigeants Pro-Islamistes disent aujourd hui ne pas pouvoir les emprisonner faute d assez de prison (sic),alors ils les laissent circuler librement ?

Ou en Novorussiya? où 90 000 soldats ont été injectés ces derniers jours pour massacrer les pro-russes?

Et les 800-1200 de nationalité Française, où iront ils? C est là la question sauf si les Les Oligarches français nous avouent quelles étaient leurs réelles alliances contre nature avec les Viviers de ce terrorisme?

Écrit par : Charles 05 | 11 février 2017

Les commentaires sont fermés.