23 janvier 2017

Trump : le retour du mâle blanc

La chasse au grand blanc est ouverte. La cible est Donald Trump. Il personnifie l’empire du mâle, un empire dont la restauration est loin d’être acquise selon le journaliste Michel Audétat dans le Matin Dimanche. Trump représenterait la virilité perdue, dite « décomplexée », qualifiée de digne de l’âge des cavernes. Et la virilité est l’attribut du mal/mâle.


trump,amérique,sexisme,racisme,marche femmes,dignité,Virilité décomplexée

Oui, et heureusement qu’elle est décomplexée. Sans quoi les hommes n’auraient plus qu’à se soumettre, tête basse, humeur obéissante. Car pendant que les oies crient au sexisme et au racisme en dénonçant Trump, ce camp du Bien se déchaîne dans le sexisme le plus éhonté en stigmatisant les hommes, les mâles. Et dans le racisme par la formule dite de l’homme blanc.

Le Matin Dimanche plonge donc dans le populisme féministe le plus outrancier, dans le racisme et le sexisme. Dans son édito la rédactrice en chef, Ariane Dayer, écrit: « Nous allons devoir vivre avec les outrances du nouveau président américain, mais saurons-nous nous retenir de l’imiter? » À lire cet article, non, le quotidien et ses journalistes n’ont pas su se retenir. Ils font exactement pareil.

D’autres perles sont à relever dans l’article, comme « L’élection de Donald Trump, c’est le retour triomphal du viril. » Encore? Eh oui. Car la virilité n’est ni une maladie ni une tare sociale. C’est un ensemble de qualités attribuées au sexe masculin. C’est elle qui a fait des hommes des défenseurs du clan et de la famille, quitte à ce qu’ils en meurent.

 

trump,amérique,sexisme,racisme,marche femmes,dignité,Vulgus

Au fait, si c’est le retour de la virilité, doit-on considérer Barak Obama comme non viril? Obama serait alors la première femelle présidente noire des États-Unis.

Le titre en une du Matin Dimanche est en soi une déclaration de guerre: « Trump, un mâle au pouvoir ». Guerre aux hommes, bien sûr, car je doute que le quotidien eût titré Une femelle au pouvoir si Hillary avait été élue.

Je passe rapidement sur la chronique de Lionel Baier dans le même canard. Je n’en extrait que cette petite phrase à propos du nouveau président américain: « Le populisme, c’est toujours un viol de l’intime ». Si le populisme c’est tenir le discours attendu par une partie de l’opinion, alors tous les partis sont populistes.

On reproche à Donald Trump sa vulgarité. J’y reviens car le mot vulgaire vient du latin vulgus, le peuple. La vulgarité dans le langage est donc l’apanage d’un parler populaire qui rompt avec la rhétorique bourgeoise ou aristocratique, plus feutrée, plus hypocrite. Seuls les prolos de banlieue et les salauds d’ouvriers qui ont voté Trump parlent ainsi, alors que les kadors progressistes, artistes hollywoodiens richissimes craignant que leur monde doré ne soit égratigné, tiennent un beau langage convenu. 

 

trump,amérique,sexisme,racisme,marche femmes,dignité,Mondialisation

La stratégie de provocation de Trump a marché. On ne le lui pardonne pas. Un propos de vestiaire sur la manière d’attraper une chatte, quelques remarques pour déstabiliser, et le voilà enfermé pour longtemps dans une image négative. D’accord, le propos est peu présidentiable. Mais en tant que stratégie c’était efficace, un moyen fort de se démarquer du sirop Clintobama.

Sur le racisme, la xénophobie, le sexisme, non les propos de Trump ne sont pas de cet ordre, malgré la provocation à laquelle il s’est attelé pour bousculer le climat intellectuel des États-Unis. De ces provocations restent des thèmes de campagne comme le protectionnisme ou le renforcement des contrôles aux frontières contre l’immigration illégale.

Oui, on peut parler de protectionnisme, comme le fait aujourd’hui largement la gauche française – exemples: le made in France de Montebourg, le protectionnisme social de Mélenchon, le souverainisme de Chevènement. On peut réétudier la pertinence d’un libre-échange total, les conséquences de l’affaiblissement des frontières, la question migratoire qui fait vaciller l’Europe.

D’ailleurs la mondialisation sera démontée progressivement par une autre tendance forte: être maître de nos vies. Ce qui suppose plus d’implication des populations dans les décisions politiques entre autres de proximité, donc de nouveaux échelons de pouvoir insérés dans une régionalisation généralisée.

Chaque région ou ancien pays défendra ses propres productions (et ses postes de travail), sa culture locale, en sens contraire du nivellement imposé par la mondialisation.


trump,amérique,sexisme,racisme,marche femmes,dignité,Dignité

De ce point de vue Donald Trump est objectivement l’allié des altermondialistes, des écologistes et des souverainistes de tous bords. Il est au fond très normal et bien dans le mouvement actuel.

Par contre son élection révèle la haine du différent cachée dans les coeurs des progressistes. Ou les contradictions entre leur discours et la réalité. En effet on lisait samedi que la démonstration anti-Trump était une « Marche des femmes pour la dignité ».

Les femmes? La dignité? D’abord on ne saurait englober l’ensemble des femmes. Ce sont des femmes, pas toutes les femmes. Des femmes qui disent parler au nom de la dignité des femmes alors qu’elles ne font que défendre leur bord partisan.

On reconnaît cependant facilement les opposantes à Trump. Elle portent le pussy hat, le chapeau de chatte. Ce bonnet ridicule avec des sortes d’oreilles comme Mickey. Sur les enfants, ça va encore, alors que sur des adultes c’est la cata.

Mais ce doit être cela la dignité des femmes: porter un chapeau ridicule sur la tête.

Ah mais, c’est important la dignité! D’ailleurs, pourquoi des stars modèles pour jeunes, soit celles du showbiz – Miley Cyrus, Madonna, Lady gaga – ne votent-elles pas Trump? Parce qu’elles représentent la dignité de la femme, comme le montrent les images qui illustrent ce billet. Enfin, peut-être…

Je suis un mâle blanc, et je n’ai pas l’intention de me flageller de cela. Quelques chapeaux de chatte ne me feront pas douter. Il y a, heureusement, des millions de femmes états-uniennes qui ne considèrent pas qu’être mâle et blanc soit une opprobre.

Ni que Trump soit l’apôtre du Mal.

 

 

P.S.: D’ailleurs, quelle différence entre Trump et Madonna? Aucune:

« En effet, alors qu’elle donnait un concert à Brisbane en Australie jeudi soir, l’interprète de Like A Prayer a fait monter une spectatrice sur scène. Après avoir qualifié son invitée de “genre de fille à qui tu as envie de donner une fessée“, Madonna a ensuite arraché sa chemise pour révéler l’un de ses seins ! Le geste controversé suscite des remous sur la Toile surtout parce que la fille en question, Josephine Georgiou, n’a que 17 ans ! Encore plus choquant, la maman de la jeune fille se dit fière de l’incident. »

 

 

Hystérie à Washington pendant la prestation de serment:

 

 

 

12:24 Publié dans Féminisme, Politique | Lien permanent | Commentaires (57) | Tags : trump, amérique, sexisme, racisme, marche femmes, dignité | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

bonjour :-)

Un jour, j'ai demandé à ma compagne ce qu'était une féministe. Elle m'a répondu:

Une folle

Voilà, bonne journée !

Écrit par : absolom | 23 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Une féministe c'est une femme qui aurait voulu être un homme tel que les hommes eux même ne souhaites pas forcément être. Elle ne savent pas la chance qu'elles ont d'être différentes des hommes auxquels elles veulent ressembler.

Écrit par : norbert maendly | 23 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

@ Absolom: :-))

@ Norbert: "... voulu être un homme", c'est je trouve exactement l'attitude de Madonna en Australie.

Écrit par : hommelibre | 23 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Une féministe est donc une folle.

Les femmes féministes des années septante, à part le combat pour un système politique plus équitable s'intéressaient évidemment à mille autres choses dont la réincarnation laquelle4 si elle existe nous fait vivre parfois en tant qu'homme, parfois en tant que femme

animal

végétal


si bien que le respect qu'un homme voue au sexe faible l'attend au cas où il renaîtrait femme

et les abus variés auquels travaillerait un homme "contre" les femmes l'attendaient lorsque femme... il se réincarnerait.


Le tout au conditionnel car la réincarnation ne peut pas exister au cas où cela nous conviendrait ou ne pas exister en cas de refus de notre part.

La réincarnation existe ou n'existe pas.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 23 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

C'est quand même dingue de voir des femmes comme Madonna donner des leçons de morale à tout le monde alors qu'elle a fait carrière plus avec ses attributs féminins et ses attitudes provocatrice qu'avec son talent (car c'est une artiste assez médiocre). Quand à la "marche des femmes", c'est très révélateur d'une démarche corporatiste qui en oublie carrément la moitié de la population sans même s'en rendre compte. Un peu comme si les hommes étaient responsable de l'élection de Trump et qu'ils sont donc exclus de la protestation. L'élection de Trump risque de se solder par un fiasco, mais dans la mesure où il a été élu démocratiquement, c'est du devoir même des citoyens de lui laisser la chance d'effectuer son mandat comme il l'entend. Les démocrates ont considéré Trump avec condescendance, se disant que jamais il ne pourrait être élu, que les gens n'oseraient pas... Il fallait se réveiller avant, prendre son adversaire avec le sérieux qu'il mérite. Aux USA, tout est possible, d'ailleurs n'est-ce pas pour cela que l'on parle de "Rêve Américain" ?

Écrit par : Toto1er | 23 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

A noter dans la vidéo de Miley Cyrus un détail que j'avais déjà remarqué: elle porte un collier ressemblant à un M en alphabet gothique, mais qui peut tout aussi bien représenter 3 fois le chiffre 6 en hébreux (comme le sigle de la boisson Monster par exemple). Autrement dit, elle annonce pour les initiés être marquée par le démon, (avec le nombre de la bête 666) ce qui colle bien avec le reste de la vidéo ressemblant fortement à une évocation à peine voilée d'une orgie sataniste débridée.

Non pas que je crois à ces choses-là, mais c'est déjà bien assez qu'elle y croit elle-même. Ca explique en tout cas assez bien qu'elle ait soutenu à ce point la candidature de la sataniste...

Écrit par : Kad | 23 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Merci pour votre définition M. Maendly...elle rejoint pratiquement le solde de ce que m'a encore répondu ma compagne. Pour clore ce "compte" elle m'a aussi dit:

Trump et les chattes ? Si tu savais comment les femmes parlent des hommes, entre elles :-)))

Écrit par : absolom | 23 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Une féministe?

Ben c'est la mochetée folledingue de la vidéo! Un exemple de dignité des démocrates!

"C'est le retour triomphal du viril"

C'est vrai qu'avec l'environnement de "ses" journalistes.......
Au vu des photos dans ce billet, la virilité donne des envies aux féministes ..... Pour celles qui prônent pour le "vivre ensemble..." est de faire de l'étranger un esclave sexuel.(dernière photo)

Quel monde!

Écrit par : Patoucha | 23 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Madame Belakovsky, j'ai envie de vous conter une histoire, vieille de plus ou moins trente ans.

Un soir, Christophe de Chavanne a invité sur son plateau lors d'une émission à grande écoute une dame avec sa chatte. Donc ce petit félidé qui a deux yeux sans pareil, des oreilles qu'on a toujours envie de tirlipoter, une truffe que c'est mignon qu'on ne sait plus quoi dire, des poils plus ou moins longs, quatre pattes et une queue qui peut gonfler à vous faire mourir de rire...

Autour dudit plateau, un grand public spectateur et bien sûr, des millions de téléspectateurs...

Il a été demandé à la dame de nous parler de sa chatte dans sa vie quotidienne...à peu près 45 mn de délire total, aujourd'hui encore je me demande comment je ne suis pas mort de rire...

Alors une femme a sa chatte, un homme a son chat...?

Écrit par : absolom | 23 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Est-ce le Retour du mâle blanc ou du Mal, tout court, Blanc?
Le Nord Blanc est investi par Dieu afin de répandre la lumière non pas dans des pays du Nord qui l en ont mais bel et bien de la répandre dans des Pays du Sud, pays noirs ou métisses (Afrique, Amérique du Sud, Moyen Orient, Asie du Sud...) Aie, il y a deux entorses à cette règle: J ai oublié qu ils ont même envoyé des Combattants de LA Liberté en Ukraine qui se comportent pire que des Néo-Nazis de race Ariane...Comme quoi...Et l inverse de cela est valable aussi car ils ont soutenu des Barbus de Djihadistes qui ne sont pas tous forcément des islamistes...

Écrit par : Charles 05 | 23 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

@ Absolom

Bonjour.

La commune où j'habite qui présentait charmants magasins aujourd'hui ne compte pratiquement plus qu'une ou deux grandes surfaces,
En chaque grande surface, dont la mienne au plus proche de chez moi, il y avait six ou sept caissières.
Il y a trois jours, plus qu'une.
Les gens ne se parlent plus entre eux.
L'argent est roi.
Exactement ce en quoi la Bible nous mettait en garde: Mammon.
Déshumanisation progressive.

Souffrances psychiques réelles.

Et chacun d'accepter comme allant de soi l'aliénation croissante contemporaine.

Pour moi, relativement seule, désormais, pas née d'hier la mort de mon chat, Moïse, me fut à cœur fendu.

Je crois avoir surpassé la dame dont vous parlez (sans le vouloir).
Etant donné mon âge il n'est plus question de reprendre un chat (que deviendrait-il moi disparue?)

J'ai donc créé ou engendré moi-même un nouveau chat fictif:

Le médium Paimpolet Les Entrechats Forêt de Brocéliande.

Bonne journée.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 24 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour Madame Belakovsky

Convenez que si M. Dechavanne vous avait invité, vous et votre chat Moïse, l'entretien aurait été plus austère, voir biblique...:-)

Ce que j'ai essayé de faire passer comme message ci-dessus, maladroitement peut-être, est que de s'attaquer au mot "chatte" ou à son homologue anglais "pussy" or "pussycat" relève de mission impossible...un peu à l'image de ces féministes qui tendent obstinément vers un but qu'elles n'atteindront jamais.

Or insister à vouloir faire quelque chose que l'on ne pourra pas faire est une forme de folie. Douce peut-être, mais folie toujours :-)

Défendre l'homosexualité relève également de l'aliénation. Imaginez que Dieu aie plaçé Adam et Adam au paradis...combien de temps aurait duré cette aventure qu'est l'humanité ?

Écrit par : absolom | 24 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

@ absolom

On comprend que l'histoire d'Adam et d'Eve, GE, a été glanée en cours de route (tradition littéraire la même que celle du héros Gilgamesh).
Laissons-nous inspirer.

Le paradis, l'Eden, en un monde d'ici ou d'ailleurs, scientifique, est un labo.
Les nouveaux arrivés laborantins ont l'interrrdiction d'entrer dans un labo privé. Le Directeur manifeste un grand intérêt concernant Adam qu'il a tiré de rien ("glèbe") sa ravissante épouse, Eve.
Le sous-directeur "serpent" biblique bras droit du directeur comme dirait Monsieur de Lapalisse voit l'amitié naissante patron/Adam d'un fort mauvais oeil... Que faire, comment intervenir pour faire virer Adam et Evw du labo?
Semer le doute, monter Adam et Eve, en passant par Eve plus vulnérable (propos du "serpent" à Eve) contre le patron.

Eux, virés.

Pas le serpent sous-directeur qui, désormais, "rampera"... traderidera...

Les Adam et Eve désormais "revêtus de peaux de bêtes"... de spirituels, de par ce qu'il ne fallait pas actionner en labo, devenus êtres humains en "chair et en os!

absolom, je ne suis pas "austère" et, sans en avoir la beauté, mon sourire est... Jocondien.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 24 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Question austérité, je parlais de l'entretien Mme Belakovsky, et non de vous...mais je vois que vous avez quelque peine à grimper à ma fenêtre ou alors ne le voulez-vous pas, simplement :-)

cordialement,

Écrit par : absolom | 24 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

"......à grimper à ma fenêtre "

Accrochez une échelle :)))))))

Écrit par : Patoucha | 24 janvier 2017

"C’est elle qui a fait des hommes des défenseurs du clan et de la famille, quitte à ce qu’ils en meurent"

Apparemment vous n'arrivez pas à vous accrochez à ce siècle.

M'enfin si vous trouver une femme qui épouse ces idées archaïques pourquoi pas.

Sinon, à moins de vouloir rester célibataire au nom de la virilité, il faudra bien s'acclimater à notre époque.

Le temps des muscles touche à sa fin, celui des neurones commence, et avec ça, la notion virilité tombe en ridicule.

Écrit par : motus | 24 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

"Le temps des muscles touche à sa fin, celui des neurones commence, et avec ça, la notion virilité tombe en ridicule."

LOL! À en déduire que les "neurones" ôtent toute virilité à un homme?!! Et que seuls les muscles s'en prévalent? Quel âge avez-vous "motus" pour sortir de telles inepties!

Allez, assez lu de bêtises pour aujourd'hui! Bonne journée

Écrit par : Patoucha | 25 janvier 2017

@ absolom

Si vous écrivez, à moi, "vous et votre chat Moïse (...) et que si M. Dechavanne m'avait invitée l'entretien "aurait été plus austère, voir biblique"... comment, absolom, ne parliez-vous pas par écrit à moi de moi?

Je n'ai plus tant l'âge de grimper aux fenêtres... et puis je n'apprécie guère les jeux de mots tels "chatte"... remonter jusqu'aux atroces représentations dégradantes en portail du blog...

L'histoire d'Adam et d'Eve telle que je la présente me semble plus utile car psychopédagogique à propos de ceux, tel le serpent, qui sèment le doute pour diviser.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 24 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Nous y voilà Mme Belakovsky...il en aura fallu du temps :-)

Écrit par : absolom | 24 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

@ absolom,

Ce matin, absolom j'avais chez moi une amie dont la fille a quatorze ans.

Je ne sais si vous êtes père de famille et si vous avez des enfants.
Si oui, souhaiteriez-vous qu'ils, surtout jeunes ou ados, fassent une telle rencontre telle qu' en début de ce blog, cet article?

La sexualité. oui, disait un psy, Christophe Baroni, mais avec amour!

Y a-t-il amour en ces représentations?

On dit tellement de mal des femmes féministes en ces lieux mais qui a choisi ces représentations, une femme... "féministe"!?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 24 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Tout le "mal" qui est dit sur les féministes est à la hauteur de leur bêtise!

Écrit par : Patoucha | 24 janvier 2017

@ motus

" il faudra bien s'acclimater à notre époque."

vous appelez acclimater dire amen à tous les mensonges féministes.

"celui des neurones commence"

l'époque du mensonge féministe, vous appelez ça le temps des neurones, je comprends pas tout expliquez moi.

Écrit par : leclercq | 24 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

@ motus

http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article365

lis la pensée d'une vraie féministe ça t'évitera d'écrire des conneries.

Écrit par : leclercq | 24 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Madame Belakovsky...

Permettez-moi de vous dire que les féministes manquent d'humour. D'humour gras voyez-vous?

Parfois et même souvent il faut savoir rire de soi, rire de rien, rire de tout...avec tout le respect que j'ai pour votre vie ainsi que votre âge, reconnaissez tout de même qu'il n'est de plus beau compliment pour votre sexe que le mot Chatte...

Une bitte d'amarrage, une queue de billard, un service trois pièce, un braquemard (on sait même pas ce que c'est), une trique un truc...j'en passe et un paquet...voici l'homme...un chat, chez l'homme, ça veut dire quoi ?

Alors vous miaulez pourquoi, les féministes ? Pas trouvé le matou ?

Écrit par : absolom | 24 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Elles ne recherchent pas le matou mais des chattes ....... (voir Vulgus ci-dessus)

Écrit par : Patoucha | 24 janvier 2017

Serait-ce l'exception qui confirme la règle Patoucha ?

Madame Belakovsky, qu'en pensez-vous ? Je précise que si je vous dérange, je cesse...pour moi, cela reste une discussion de bistrot...et si j'offence, hop je m'en vais :-)

Écrit par : absolom | 24 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Exception? Si elle se permet une telle exhibition, alors là oui, c'est qu'elle confirme la règle!

Écrit par : Patoucha | 25 janvier 2017

@ Motus:

Vous croyez que la virilité n'a plus sa place? Croyance déconnectée du réel.
Quant aux neurones, boostez les vôtres car ils sont employés, en parallèle ou complément au muscles, depuis quelques milliers d'années au moins...

Écrit par : hommelibre | 25 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

@ absolom

Oublions mon âge: le plus beau compliment pour femme ou homme, homme ou femme: queue ou chatte ou amour et solidarité?

L'humour risque de tarir en une époque telle que la nôtre selon que nous nous sentons concernés ou non, ne croyez-vous pas?

J'en reviens aux années septante.

Justice sociale en même temps qu'un certain ras le bol exprimé par les féministes bien souvent "soutenues en silence et discrétion, motus et bouche cousue par de nombreuses et "courageuses"! femmes par ailleurs de leur avis":

Femmes bonniches expertes ménagères (de par les lois du Marché, publicité) "perles" indispensables!

Femmes potiches flattant l'ego masculin

Femmes pots de chambre en rapport avec le dit "devoir conjugal" (à ne pas oublier que, parfois, il y a quelques siècles, la jeune fille non "casée" c'est-à-dire non mariée on s'en débarrassait en la fourrant au couvent).

Betty Friedan a justement titrés un ou deux ouvrages siens par "La femme mystifiée": ménagères obsédées du sexe la déshumanisation progressive la trahison de soi réorganiser sa vie

Travaillant ne dépendant plus du mâle et plaisir parlant si n'attirant pas ou attirant sans être attirée ou attirée sans attirer se débrouillant par elle-même

Selon Emma Jung en correspondance avec Freud malgré la brouille des deux Freud et Jung: autoérotisme (plutôt que "masturbation")

Françoise Dolto: masturbation non faute ou péché mais leurre

Yoga en passant par le cœur: toucher tact doigté délicatesse courtoisie

bon sens, bonne direction: bon vent, bon souffle (selon les évangiles un "démon" est un souffle (une forme d'esprit) "mauvais"!

En observant la déshumanisation croissante, sans oublier la souffrance animale et l'environnement comment voulez vous, absolom, que le rire ne tarisse pas: chaque chose en son temps.
Quand tout ira mieux ce qui ne signifie pas qu'à l'occasion le rire, même de nos jours, ne l'emporte sur la consternation: on repartira dans les rires joyeux et fous rires à en crever!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 25 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Un malade de milliardaire qui ne supporte pas un autre milliardaire à la présidence des Etats-Unis!

La Marche de la haine des femmes de Soros
La fureur de la gauche se déchaîna dans les rues de Washington.
23 janvier 2017 - Par: Matthew Vadum - Extrait:

Samedi, la capitale de la nation a été inondée par des masses de femmes haineuses, odieuses et de mauvaise bouche (et quelques hommes) à ce qui a été annoncé à la «Marche des femmes à Washington». The Guardian a qualifié l'événement d'action "spontanée" pour les droits des femmes, alors que Vox a parlé d'un «énorme et spontané" brassage de la marche.

Alors que les médias traditionnels bombardaient les consommateurs de nouvelles en disant que peu d'Américains étaient intéressés par les festivités d'inauguration, les notes télévisées pour l'inauguration du président Donald Trump étaient le deuxième plus haut Nielsen a enregistré en 36 ans, attirant 30,6 millions de téléspectateurs sur 12 réseaux. L'affacturage des flux en direct fournis par les réseaux, YouTube, Facebook, Twitter et autres portails en ligne ajoute des millions de téléspectateurs au total. Mais ce qui s'est passé samedi à la «Marche des Femmes» n'était pas spontané. Pas de rassemblements de masse, surtout sur la gauche.

Cette soi-disant «protestation», comme les attaques violentes orchestrées par la coalition DisruptJ20 sur des événements pro-Trump tels que le "DeploraBall" du vendredi au National Press Club, n'était pas une démonstration organique.

Les coupables habituels ont été impliqués dans les coulisses en utilisant la même tactique fasciste qu'ils ont utilisé pour arrêter le rassemblement massif de campagne Trump à l'Université de l'Illinois à Chicago en Mars l'année dernière.

Les groupes qui ont organisé la Marche des Femmes à Washington le samedi ont été souscrits par le spéculateur de devises radical George Soros, le même homme qui dit que le système de la Chine Communiste de gouvernement est supérieur à la nôtre et que les États-Unis est le principal obstacle à la paix mondiale.

Le peuple de Soros a apporté des manifestants de partout dans le pays pour exprimer leur mécontentement avec Donald Trump lors de sa première journée complète en tant que président des États-Unis. Ces gauchistes n'acceptent pas les votes des 63 millions d'Américains dans 3 084 des 3 141 comtés ou équivalents de comté qui ont choisi Trump comme président. Ils continuent à se dire le mensonge encore et encore que Trump n'est en quelque sorte pas un président légitime, même si il a reçu une majorité des votes du collège électoral, comme la Constitution l'exige.

Écrivant dans le New York Times, Asra Q. Nomani écrit que «la marche n'est pas vraiment une« marche des femmes ». C'est une marche pour les femmes qui sont anti-Trump. "
Nomani est une ancienne professeure de journalisme de Georgetown et journaliste de Wall Street Journal qui se décrit comme «une féministe libérale de toute la vie qui a voté pour Donald Trump pour le président.

Elle poursuit:

Comme quelqu'un qui a voté pour Trump, je ne me sens pas bienvenue, pas plus que beaucoup d'autres femmes qui rejettent l'identité libérale - la politique qui est le fondement de la marche, jusqu'à présent, rendant les femmes blanches se sentent importunes, nixing femmes qui s'opposent à l'avortement et Détournant l'ordre du jour.
Nomani a brûlé le pétrole de minuit, en parlant de «le financement, la politique et les points de discussion des quelques groupes qui sont« partenaires »de la marche.

Elle a découvert que «Soros a financé, ou a des relations étroites avec, au moins 56 des« partenaires »de la marche, y compris les partenaires clés Planned Parenthood, qui s'oppose à la politique anti-avortement de Trump, et le National Resource Defense Council, Politiques environnementales ".

- Selon Nomani, parmi les bénéficiaires de Soros désignés comme «partenaires» à la Marche des femmes à Washington, il y a MoveOn, l'Union des libertés civiles américaines (ACLU), le Centre pour les droits constitutionnels, Amnesty International et Human Rights Watch.

Dans une feuille de calcul, elle joint à son article, elle identifie beaucoup plus d'organisations qui sont des partenaires dans la marche qui ont reçu des subventions à travers les deux principales philanthropies Soros, l'Open Society Institute et la Fondation pour promouvoir la société ouverte.

Parmi les autres groupes de gauche financés par Soros qui ont participé à l'événement pour les femmes, on peut citer: Projet d'avancement; Société de Constitution américaine; Voix de l'Amérique; Association arabe américaine de New York; Américains d'origine asiatique Améliorer la justice; Centre pour les droits reproductifs; Couleur du changement; Communautés Unies pour la réforme de la police; Demos; Institut de politique économique; Chaque Voix; Vert pour tous; Ligue des femmes électeurs; Faites la route New York; Changement de MPower; NAACP; NARAL Pro-Choice America Fund; Forum national des femmes de l'Asie et du Pacifique; Conseil national des femmes juives; Alliance nationale des travailleurs domestiques; Réseau national pour les communautés arabo-américaines; Conseil national de La Raza; PEN Amérique; Psychologues pour la responsabilité sociale; Public Citizen; Unis Nous rêvons; Et le Centre de participation électorale.

La sympathisante musulmane Linda Sarsour, présidente de l'Association arabe américaine de New York, a participé activement à la planification d'événements liés à la marche. Sarsour a des liens familiaux avec HAMAS et collabore avec le groupe terroriste Front Council on American-Islamic Relations (CAIR).

Suite: © Copyright 2016, HorowitzFreedomCenter.org

Écrit par : Patoucha | 25 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Ca ne doit pas être bien rigolo chez vous Madame Belakovsky :-(

Écrit par : absolom | 25 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Je voulais dire...votre problème est incroyable :-)

Écrit par : absolom | 25 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Mon interrogation plus que problème est celui de personnes qui se demandent, vu leur âge, s'il y a une suite ou non

une nouvelle feuille de route en préparation

ou si l'on se fane, simplement.

Plus rien à voir avec le féminisme mais non indifférente aux problèmes du moment tels que Nouvel Ordre Mondial, multinationales et lobbys, climat, écologie, etc.

avec petites "pousses d'espoir" apportées par ces jeunes qui refusant chasse, pêche, etc. sont végétariens.

Faut-il véritablement supprimer également lait et œufs?

Il serait intéressant pour vous, absolom, de vous poser la question de sa- voir pourquoi exactement vous faites allusion à l'ambiance chez moi suivi du mot problème?

Nous en restons là.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 25 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Vous m'avez répondu Madame, merci :-)

Écrit par : absolom | 25 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

ouf

une journaliste ose contester les affirmations féministes, espérons que ce n'est que le début, il serait temps de mettre au pli ces pourritures.

Écrit par : leclercq | 26 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour hommelibre...

Chassez le naturel, il revient au galop...heureusement :-)

http://lesobservateurs.ch/2017/01/27/marion-marechal-le-pen-sur-les-feministes-du-gouvernement-socialiste-video-3-a-ne-pas-manquer/

Écrit par : absolom | 27 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

J'ai l'impression que la virilité des bloggeur se trouve mis en danger par les féministes.
Cet acharnement montre finalement que la "virilité" se trouve chez les féministes !

La proie se soucie du prédateur pendant que celui-ci vaque à ses occupations

Vous ne croyez pas que l'obsession des féministes, à force,ça devient franchement ridicule ?

Écrit par : motus | 27 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Ce commentaire n'a rien à envier au néant. Grotesque!

Écrit par : Patoucha | 27 janvier 2017

Ce commentaire n'a rien à envier au néant. Grotesque!

Écrit par : Patoucha | 27 janvier 2017

Motus...

Un "billet" de blog est en principe fait dans le but d'être lu...et parfois, d'être commenté...

L'ensemble des médias nous font chier à longueur de journée, de semaine et d'année sur les théories du genre, le féminisme etc...

Ca vous dérange que l'on parle de ça dans l'autre sens, de temps à autre ?

Si oui...filez ailleurs :-)

Écrit par : absolom | 27 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Vous êtes plagié par une personne qui excelle dans cette pratique.

Écrit par : Patoucha | 28 janvier 2017

Vous êtes plagié par une personne qui excelle dans cette pratique.

Écrit par : Patoucha | 28 janvier 2017

En partant de l'idée que le " mâle blanc" est un homme respectable et attirant par définition, j'aurais aimé que son "retour" soit plus séduisant au niveau de la forme et du fond.
Car faut-il être âgé, en costard noir-cravate brillante, coiffé selon le look de années 1960, tenir un discours lapidaire, utiliser la rhétorique du "nous sommes les plus forts et nous tous le serons encore plus " pour que ce soit considéré comme l'archétype de l'homme blanc ?
L'idée que les USA devraient devenir encore plus forts me semble tellement étrange et je ne comprends pas que ça passe comme une lettre à la poste !
Les femmes vulgaires montrées ici n'ont pas les mêmes responsabilités politiques qu'un président et leur show lamentable fait pitié. Chez nous, on ne les met pas en prison, mais elles ne méritent pas de publicité.
Le jour, où elles présenteront leur candidature à des élections, on verra quelle est l'ampleur de leur base populaire.
D. Trump a été élu, je ne conteste pas un instant son élection. On le jugera sur son bilan et il est trop tôt pour se prononcer. Pour le moment, il signe plein de documents et on verra bien, ce que ces images donneront dans la réalité.
Je ne me sens pas proche de l'idée, selon laquelle il représenterait la cause de l'homme blanc en général. Il est l'exemple d'une sorte d'homme blanc. Et peut-être même d'une sorte d'homme blanc américain.
Nous sommes tous entourés d'hommes blancs inventifs, intelligents, forts physiquement, artistiquement créatifs, bien formés et capables de réfléchir et de s'exprimer avec nuances et pondération. Très différents de D.Trump.
Ils ne sont jamais partis, ils sont là, à faire un sacré boulot au quotidien.
Regardez autour de vous !
De penser qu'il y avait besoin de D. Trump pour les valoriser ne me convient pas.
J'aimerais savoir, combien d'hommes américains "blancs" ont l'impression que D. Trump est leur champion, le genre d'homme qui va dorer le blason de "l'homme blanc", en tant qu'archétype. L'opinion des femmes ou des non-blancs me semble secondaire.
Mon opinion aussi est secondaire à ce sujet, puisque je suis une femme. Mon propos était surtout de dire, que à mes yeux, les hommes blancs sont en principe bien plus que des D.Trump.

Il serait aussi très intéressant de savoir, combien de femmes approuvent les contorsions des femmes données en photo ici. Combien d'entre nous ont l'impression que ça apporte quelque chose d'autre que du voyeurisme mercantile ou une propagande de pacotille ? Le fait de vouloir provoquer par des comportements extravagants peut faire avancer des débats, mais ça peut aussi cliver et radicaliser des positions, faire monter en symétrie.

Plus que jamais, on serait bien avisé de considérer les faits. La politique n'est pas un spectacle, c'est vraiment sérieux. Les paroles et les décisions des leaders des plus grandes nations ont des répercussions sur nous tous.

Écrit par : Calendula | 28 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Trump, le mâle Blanc ou plutôt Orange, c est autre chose!

Il est malin l Orange Trump. C est un commerçant puissant qui a une main de fer et d arrogance et si cela ne vous va pas cassez vous et allez chi.. ailleurs.

Voici 3 exemples à venir:

1--Il voudrait sous peu annuler les sanctions et embargos contre la Russie et il prendra tout le monde de court inclus les Européens surtout la France "des Mistrals!". Je trouve très juste et honorable ce qu il dit et ce qu il fera dans ce sens méritant un Grand Bravo. Mais, commerçant comme il est et il l affiche:""Je reprendrai des échanges de commerce avec la Russie qui valent 17 milliards de $ par an d'échange ce que l Europe avaient perdu en somme et surtout la perte des milliers d'emplois européens et les entreprises US auront la part belle et Bingo! Néanmoins, si le seuropéens le suivent, ils vont mettre une année de retard à dire et à faire ce que lui, il appliquera demain matin à l aube...

2--Il va titiller l Iran et après coup j arrête de te titiller mais tu me donnes des contrats pour les entreprises USA et rebelote...

3--En Syrie, il continuera à combattre Daech qui a été crée depuis 2006 par les USA et Bravo Trump sur ce point... Zones sécrisées en Syrie afin que l immigration cesse mais pour cela ce n est pas Bravo Trump car USA vont continuer à voler ce qui appartient à un Syrien, ou à un Indien, à un Irakien, etc... et ensuite les USA vont leur vendre entre autres leurs pétroles à eux et sous condition...

Écrit par : Charles 05 | 28 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Les Mé(r)dias et Trump!
-------------------------
Extrait de :
http://guymettan.blog.tdg.ch/archive/2017/01/18/les-causes-de-la-guerre-2-0-281476.html#more
(...)
L autre raison de la "folie" de l Orange Trump est sa haine légitime aux médias qui sont contestés sur leurs propres terres, par leurs lecteurs et auditeurs, qui ont perdu toute confiance en eux depuis que, par des partis pris contraires à leur propre déontologie, ils ont calamiteusement échoué à anticiper le Brexit, Trump, Fillon et la capacité du Peuple Syrien à résister au terrorisme islamique.

Le storytelling du bon démocrate respectueux des droits de l’homme et attaché à la liberté d’expression ne prend plus dès qu’on sort des cercles étroits du pouvoir européen et nord-américain. Le New York Times, le Washington Post, la BBC, le Monde et leurs affiliés ne donnent plus le la. Devoir s’incliner devant le succès d’audience de Russia Today, c’est la honte suprême, l’affront ultime, celui que le Parlement européen a cru bon devoir laver en adoptant une résolution qui rétablit la censure en Europe !
Pour l’establishment de Washington, habitué à dominer la planète sans partage depuis vingt ans, on comprend que la pilule soit amère.
(...)
-------------------------

Voilà ce qui nous reste à faire :)

Bien à Vous.

Écrit par : Charles 05 | 28 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

- « La politique n'est pas un spectacle » ( Calendula )

Mais c'est vraiment mieux quand la politique n'est plus que spectacle. Ca signifie que le seul pouvoir des politiciens c'est de distraire.


- « Les paroles et les décisions des leaders des plus grandes nations ont des répercussions sur nous tous. » ( Calendula )

Et sur les autres "nous", ... ou si vous préférez ...

... les nous-les-autres, ... les ... autres-comme-nous, ... les ... elles-comme-nous et les eux-comme-nous, ... et les ... pas-comme-nous (les panous) ...

... qui ont tous le tort d'avoir toujours des défauts en plus que les "nous" croient ne pas avoir, ... et qui donne des super droits humains naturels supplémentaires des "nous" sur les autres, ... comme le droit de tuer les autres quand ils rigolent, ou quand ils quittent la salle avant la fin du spectacle.

Écrit par : Chuck Jones | 28 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

@ Chuck Jones,

Votre méditation ou séquence d'associations libres sur le mot "nous" me fait penser au "nosotros" espagnol. Qui peut être décomposé en nous + autres = nous autres

Quand on dit "nous" est-ce que ça exclut forcément d'autres gens, en français ? Quand on dit "nous tous", ça signifie nous tous !
Mon idée, en disant "nous tous" était d'éviter des termes grandiloquents comme "tous les habitants de la Terre".

En français, il y a la chance de pouvoir recourir au pronom "on". Cela permet d'éviter de se positionner en tant que "je" et d'entrer dans des réflexions sur le contenu du nous !
Ouf !
;-)))

Écrit par : Calendula | 28 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Hommelibre, le commentaire passé caviardé même en double?

Suis pas la seule "grippée"......... :)

Écrit par : Patoucha | 28 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Madame Calendula,

- « Mon idée, en disant "nous tous" était d'éviter des termes grandiloquents comme "tous les habitants de la Terre". »

Sauf que ça ne rend pas le pronom "on" moins grandiloquent ... dans la mesure où, ... à moins de connaître "tous les habitants de la Terre.", ... tout ce que le pronom "on" transmet, ... c'est ... bien la certitude de croire que ça veut dire ... "nous tous".


- « En français, il y a la chance de pouvoir recourir au pronom "on". Cela permet d'éviter de se positionner en tant que "je" et d'entrer dans des réflexions sur le contenu du nous ! »

Eh ben ... voila notre point de désaccord. Parce que quand vous prenez la liberté de partager votre "réflexion" au nom de "nous", tout le monde comprend effectivement que vous parlez ... de vous, ... et peut-être ... d'autres.

Mais les "autres", ... d'abord, ...

... qui sont-ils ? et les connaissez vous ... personnellement ?

... comment savez vous ce qui se passe dans leur tête sans les connaître ?

... quelle garantie avez vous que vous répétez bien ce que eux ils ont dit, et non pas ce que quelqu'un essaie de vous faire croire, ou a cru comprendre, ou a inventé ... à dessein ?

Écrit par : Chuck Jones | 28 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

@ Monsieur Jones,

C'est quand-même compliqué, si à chaque fois qu'on utilise "nous", ça devient une histoire de "connaître personnellement " !

Ma modeste contribution avait pour but de dire, que si un président américain prend des décisions drastiques (p.ex. en se mettant en mode protectionniste ou en pétard avec la Chine), cela va avoir des répercussions sur beaucoup de gens. Et oui, vous avez raison : je ne pourrai pas vérifier si les Papous ou les Inuits seront impactés par des décisions concernant l'écologie, le non-subventionnement des ONG soutenant l'avortement. You win ! ;-)))
Si p.ex. la Suisse se met en mode protectionniste, ça ne touchera pas grand monde.
Alors, afin de vous donner raison, disons que : pas tout le monde sur la planète sera impacté, parce que je ne connais pas personnellement tout le monde !
Est-ce que cela vous convient ?
Cela étant, je ne peux pas jurer, que je ne rechuterai pas et me permettrai malgré tout d'énoncer quelques généralités. Vous serez là, pour me rappeler, combien c'est imprudent.
Chiche ?!?!
Comme vous utilisez très rarement le "je" , je commence à comprendre une structure de base : l'attention portée aux pronoms personnels.

Écrit par : Calendula | 28 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Madame Calendula,

- « Cela étant, je ne peux pas jurer, que je ne rechuterai pas et me permettrai malgré tout d'énoncer quelques généralités. Vous serez là, pour me rappeler, combien c'est imprudent. »

Ou la la la. La vie est beaucoup trop courte pour être toujours là, Madame Calendula. Je ne fais que passer, vous savez.

Quant aux généralités, ce n'est pas de les voir, ou les entendre qui m'interpelle, mais leur nature. Aucun problème quand il s'agit d'une généralité sur la cuisine, ou sur le sport. C'est le genre de généralités qui me préoccupe autant qu'une mouche qui vient me tourner autour.

Par contre les généralités qui s'appliquent aux relations humaines, piquent toujours ma curiosité comme une publicité de vérité qui me tourne autour.

Et moi, je suis un acheteur compulsif de publicités et un grand mineur de généralités. Donc, je m'intéresse, et je m'interroge sur les valeurs cachées par les publicités et les généralités, et puis je commence à gratter un peu, par ci, et par là, des fois qu'il y aurait pas un filon de publicités ou de généralités caché en dessous.

- « Comme vous utilisez très rarement le "je" , je commence à comprendre une structure de base : l'attention portée aux pronoms personnels. »

Ben oui. Ce qui fait la fortune d'un prospecteur, c'est pas ce qu'il dit qui il est, ou ce qu'il fait, ou ce qu'il pense, ... c'est ce qu'il trouve.

Écrit par : Chuck Jones | 28 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

@ Chuck Jones,

Intéressant tout ça ! C'est toujours plus intéressant, lorsque vous donnez votre point de vue et que vous ne disséquez pas seulement les écrits des autres.

Alors retournons au sujet du billet et dites-moi, ce que vous pensez de Trump comme emblème du "retour du mâle blanc." C'est un peu un slogan publicitaire ...

Car à moi, il me semble, que "le mâle blanc" n'est pas une typologie très homogène. Les hommes américains sont déjà très divers, selon leur domicile, éducation, classe sociale, âge.
En Europe, nous ( attention !) sommes généralement considérés comme "blancs", et ici aussi, les différences de génération, pays d'origine,culture, classe sociale peuvent être très marquées.

Ceux qui pensent que Trump serait l'incarnation du retour du mâle blanc prennent un peu le même risque que ceux, qui ont décerné le prix Nobel de la paix à Obama bien trop tôt.
Cela étant, il peuvent bien sûr avoir raison !
Il se pourrait que D. Trump et son équipe (composée majoritairement d'hommes blancs d'un certain âge et d'un certain milieu social) prennent franchement et complètement le pouvoir, modifient entièrement la société américaine avec des décisions courageuses et en définitive positives.
A ce stade, je ne comprends pas encore, si le système politique américain permet une telle puissance présidentielle, l'avenir nous le dira.
La rigueur de la législation et du système judiciaire américain est connue et je n'imagine pas un instant que des décisions majeures puissent être prises sans une certaine procédure du type démocratique.
Beaucoup d'Européens espèrent que le mandat de Donald Trump nous ( attention ! ) sera bénéfique et que nous vivrons une libération d'un joug contraignant, d'une soumission aux diktats des USA.
D'autres craignent que l'Allemagne ne devienne trop forte, ou que cela marque la fin de l'UE. On a également compris, que D. Trump compte avec l'éclatement de l'UE et qu'il préfère ne pas avoir un bloc face à lui, mais seulement des nations isolées.
Tout cela, c'est de la prospective et de la spéculation. C'est au moins aussi osé que la généralisation abusive ! ;-)))

Écrit par : Calendula | 29 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Madame Calendula,

- « Alors retournons au sujet du billet et dites-moi, ce que vous pensez de Trump comme emblème du "retour du mâle blanc." C'est un peu un slogan publicitaire ... »

Ah! Pas tout à fait d'accord avec vous, Madame Calendula.

"Le retour du mâle blanc", c'est ...

... une enveloppe publicitaire, ... un vecteur, ... pour transporter et injecter ... le vrai message publicitaire, ... un message subtile, ... suggestif, ... bref ... sub-bli-mi-nal.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Message_subliminal
https://fr.wikipedia.org/wiki/Publicit%C3%A9_subliminale


Ou un prétexte propagandiste, ... une excuse, ... pour délivrer une enveloppe propagandiste, ... un vecteur, ... pour ouvrir un canal de communication privé entre le vendeur et l'acheteur de propagande, ... et transporter le vrai message propagandiste, ... un message moins subtile, ... donc plus visible, ... pour espérer que les victimes comprennent le message propagandiste, ... pour qu'ils puissent s'y reconnaître ... et se sentir bien, ... reconfortés ... d'avoir été enfin reconnus, ... bref ... que quelqu'un ait remarqué qu'ils existent ... dans leur solitude.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Hypnose
https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tat_modifi%C3%A9_de_conscience


Comme lorsque le serpent suggéra à la méchante sorcière Eve de refiler une pomme à ce grand bénêt de mâle blanc comme neige, Adam. En tout cas, c'est ce que Adam à dit.

https://s28.postimg.org/6tq4iuebh/Kaa.gif

Écrit par : Chuck Jones | 29 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

@Monsieur Jones,

C'est vraiment très subtil, trop peut-être pour moi.

Nous ne serions pas vraiment d'accord.

"Le retour du mâle blanc" serait un message subliminal pour s'adresser à des hommes qui se seraient sentis délaissés jusqu'à là.
Mais je le trouve très explicite, ce message. Pas subliminal du tout.
On ne nous mettra pas d'accord là-dessus.

Il est intéressant de parler de pub en relation avec Donald Trump et d'observer sa façon de se profiler ( de se "vendre" comme candidat) et de gérer sa communication.
Il est un excellent vendeur, un businessman très talentueux, qui sait affirmer des choses de telle sorte, qu'à un moment donné certains se mettent à croire que c'est lui qui a raison. On ne connaît toujours pas sa feuille d'impôts, ses échecs avérés ne pèsent pas dans la balance. Il est seulement le gars génial, à qui tout réussit.
Il y a probablement un côté hypnotique dans les affirmations répétées de faits alternatifs.
Un bon exemple récent, c'est son affirmation, concernant le nombre de personnes présentes à Washington à son investiture.
Nous avons eu droit à ça :
"«Ce fut la plus grande foule jamais vue lors d'une investiture, point barre», a-t-il affirmé, sans fournir d'éléments concrets pour appuyer ses dires." (tiré de www.lapresse.ca 21.01.2017)
Le plus drôle, c'est qu'il y avait effectivement beaucoup de monde, mais certes pas autant que pour Obama, il y a 8 ans.
Sans être un grand enquêteur, on pouvait vérifier cette réalité de ses propres yeux : il y avait beaucoup de monde, mais ce n'était pas la plus grande foule. Et en quoi serait-ce tellement important que ce le soit ?

C'est ça, qui me semble tellement intéressant : il a besoin que ce soit la plus grande foule, alors il affirme que ça l'était. Fin de la discussion.
Que faut-il conclure du fait qu'il veuille absolument avoir raison, malgré l'évidence ?
Ça ne m'hypnotise pas du tout ! Et je ne comprends pas qu'il mette sa propre crédibilité en doute pour une telle histoire.
On verra bien, si ses décisions futures seront prises dans cet état d'esprit, qui consiste à vouloir ignorer les faits et à se lancer dans le "wishful thinking", c'est à dire à vouloir prendre ses désirs pour des réalités.

Écrit par : Calendula | 29 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Ahhh Madame Calendula,

- « Il est un excellent vendeur, un businessman très talentueux »

- « "Ce fut la plus grande foule jamais vue lors d'une investiture, point barre", a-t-il affirmé ... »,

- « C'est ça, qui me semble tellement intéressant : il a besoin que ce soit la plus grande foule, alors il affirme que ça l'était. Fin de la discussion. Que faut-il conclure du fait qu'il veuille absolument avoir raison, malgré l'évidence ? »

Mais quelle excellente question ! Mais difficile à répondre en l'état, sans répondre à quelques autres questions, ... disons, ... intermédiaires ? ... une conclusion étant pour le moment, ... disons, ... prématurée ?

Par exemple, vérifions l'idée que Donald a bien ce ... "besoin" ... à satisfaire.

Ainsi, si lui a ce besoin que vous décrivez, c'est que, dans tout bon marché libéral qui se respecte, Donald n'est pas le vendeur qui offre, mais ... l'acheteur qui demande, ... l'acheteur qui appelle ... une offre.

Ou est-ce que Donald est effectivement en train d'exercer son talent surnaturel de vendeur, et que c'est les grandes soldes aux Etats-Unis, et que pour être sûr de tout liquider, Donald a besoin d'une bonne pub pour dire ... "Dépeĉhez vous, y'en aura pas pour tout le monde.", ... parce qu'il ose pas dire ... "Désolé, y'en a pas pour tout le monde.", ... de peur de décevoir ses fidèles clients ?

Alors, on sait que Donald est bon vendeur. Mais, ... une question tout à fait ... stratégique, ... pour savoir dans combien de temps les américains vont devoir se passer ... d'espoir "Made in USA" ... et de rêves américains, ... Donald, ... ben ... rusé comme il est, ... est-ce qu'il est plutôt ... bon acheteur ... ou bon voleur ?

https://www.youtube.com/watch?v=TNwVwfZI8kI

Parce que quand il dit "Nous on fait du commerce", ... veut-il dire ... "Nous on vend." ... ou veut-il dire ... "Nous on achète." ?

https://s30.postimg.org/siub0hkk1/Donald2.jpg


Et si c'est pour vendre ... qu'est-ce que c'est donc qu'il a à vendre ?

https://s28.postimg.org/o0sjvvin1/Donald3.jpg


Et vous aurez certainement remarqué l'emploi du pronom ... "nous".

Donc, ... selon l'une de nos discussion précédentes sur les pronoms "nous" et "ons", ... quand il dit ... "Nous on fait du commerce" ... veut-il dire aussi ... "nous tous" ? Ou autre chose ?

https://s24.postimg.org/v64ge56j9/Donald4.jpg

Écrit par : Chuck Jones | 29 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour C. Jones,

Je suis larguée. j'ai de la peine à comprendre quand c'est drôle et quand est-ce sérieux et à quel niveau je peux répondre.
Après Picsou et Donald Duck, nous et on.

Je garde l'idée de l'offre et de la demande.
Il est certain, que D. Trump est arrivé au bon moment. Il pouvait offrir quelque chose d'intéressant à une demande de l'électorat.
On peut p.ex. penser, que l'évangélisme très rigide de beaucoup d'autres candidats républicains était too much pour être "acheté" par les votants aux primaires, même s'il a fallu équilibrer le ticket avec Mike Pence.

D. Trump est-il l'emblème du retour du mâle blanc, emblème positif ou qui inspire l'espoir et dont le leadership fera taire les féministes enragées et les stars en mal de publicité ?
A ce stade, j'en doute, mais l'avenir me donnera peut-être tort.

Je propose que nous suspendions cet échange à ce stade. Pour mieux le reprendre, si hommelibre est d'accord d'héberger tout ça ! ;-)))

Écrit par : Calendula | 30 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 08 h (Europe/Paris).