16 janvier 2017

Emmanuel Macron : micro ou macro ?

L’Emmanuel voit sa cote d’amour grimper. Il est devenu la personnalité politique préférée des français. Au point d’inquiéter le parti socialiste: selon Le Parisien, la primaire pourrait sonner le glas de la présence socialiste lors de l’élection présidentielle même au premier tour.


emmanuel macron,élection,présidentielle,france,primaire,gauche,socialiste,Tout se joue sur la primaire:

« En off, des responsables du PS l’admettent : si cette compétition n’attire qu'un petit million de votants et si son vainqueur est distancé dans les sondages par Macron, il faudra se poser la question du retrait. »

En effet Emmanuel Macron est aujourd’hui crédité de 19% des voix, en hausse constante. Cette progression le met en troisième position du premier tour de la présidentielle. Surprenant pour un candidat très peu connu, n’ayant pas encore vraiment fait ses preuves en politique, presque solitaire, du moins sans parti ni groupe ancien constitué pour préparer et relayer sa candidature.

Après sa controversée envolée lyrique de Versailles, qu’il a terminé en crucifixion orgasmique, j’imaginais que sa cote d’amour baisserait. À mon avis il n’a pas la voix, pas l’aplomb, pas le parcours d’expérience pour incarner cette dimension par ailleurs dangereuse. On sait où l’exaltation peut conduire en politique.

Au contraire, sa cote a monté. À qui cette exaltation peut-elle plaire? Apparemment à nombre de socialistes qui le soutiennent de près ou de loin. Ségolène Royal elle-même avoue se tâter en pensant à lui. Selon l’un de ses proches mentionné par Le Parisien  elle pousserait à une recomposition autour de Macron.

emmanuel macron,élection,présidentielle,france,primaire,gauche,socialiste,La primaire de la gauche laissera probablement un parti socialiste déchiré. Les tendances centristes (Valls) et gauchistes (Montebourg, Hamon, Peillon) se combattent: pourront-elles à nouveau fonctionner ensemble à l’avenir? Ou va-t-on assister à une nouveau découpage entre deux gauches, l’une sociale-libérale, mondialiste et voulant gouverner, l’autre, dans l’opposition par principe, préférant rêver à un impossible grand soir et à un souverainisme réhabilité plutôt qu’à prendre des mandats devant le pays?

Macron, le micro garçon lisse et bien sur lui, deviendra-t-il un macrocéphale politique, refondateur de la gauche sociale-libérale? Ceux et celles qui le soutiennent rêvent-ils – encore – à un homme providentiel capable de sauver leur camp et de gagner?

Je ne miserais pas sur l’Emmanuel. À le voir, à l’entendre, je doute qu’il ait l’épaisseur pour tenir le rôle et l’autorité pour diriger un grand parti, à plus forte raison pour diriger le pays.

Quelle que soit son attrait – et c’est un séducteur de talent – la maigreur de sa personnalité devrait logiquement apparaître aux électeurs et aux électrices. Wait and see...

 

 

 

16:02 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : emmanuel macron, élection, présidentielle, france, primaire, gauche, socialiste | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Macron est le candidat des mass médias. Ces derniers roulent pour la haute finance. Du Macron on en a à plus finir et à toutes les sauces. On l’aperçoit en meeting à haranguer la "foule". Voter Macron, c'est enterrer la gauche. J'ai également peur qu'il capte l’électorat "Belle au bois dormant".... C'est à dire un électorat composé de gens qui se foutent de la politique, et qui donne surtout de l'importance au paraître et à la belle gueule des politiques. C'est un électorat à ne pas sous-estimer.

A l'opposée de cette médiatisation, on trouve Mélanchon qui cartonne sur youtube. Le gars balance une ou deux vidéos par jour où il met en avant ses arguments. Ses meeting font le plein. Il vise les indécis, les absentéistes, les déçus du système ou même ceux qui auraient honte de voter Le Pen.

Et puis au milieux, on a le PS avec sa primaire ennuyeuse. Valls vs Hammond, avec un Montebourg à peine motivé, c'est pas sexy! Eux sembles viser la clientèle habituelle du PS: femmes, fonctionnaires et petits retraités issus du monde ouvrier.

Écrit par : Riro | 17 janvier 2017

Le PS français a besoin de mourir pour renaître. Les gens en ont marre de ces dinosaures grassement payés à rien foutre et qui leur donnent des leçons de moral.

Écrit par : Toto1er | 17 janvier 2017

"Ségolène Royal elle-même avoue se tâter en pensant à lui."
Elle devrait arrêter de fantasmer ! Il est marié ! :-D

Écrit par : Kad | 17 janvier 2017

Les français ne sont pas dupes de son cinéma de pauvre .....

Écrit par : Fiess | 19 février 2017

Il a une clientèle : les bobos. Au 2ème tour, face à MLP, cela risque d'être douloureux. Les sondages qui donnent 30% MLP, 70% Macron ne donnent qu'une indication : leur manque de sérieux...
Cela va être tradition contre progressisme, sentiment national contre internationalisme, provinces et ruralité contre villes et urbanité (pas forcément un pléonasme), chasseurs/pêcheurs contre écolos, Français français contre Français de partout ailleurs (surtout depuis le coup de "colonisation = crime contre l'humanité"), et surtout authenticité contre frime...

Écrit par : Géo | 19 février 2017

Les commentaires sont fermés.