10 janvier 2017

Jean-Luc Mélenchon : vers le socialisme-national ?

«  J’en appelle à la classe ouvrière, je suis venu pour ça » annonce JLM. À ce titre il dénonce 565 morts annuels sur le poste de travail en France. Il ne mentionne toutefois pas un détail significatif: les morts sont très majoritairement de sexe masculin.


mélenchon,classe,ouvrière,femmes,accidents du travail,salaires égaux,retraite,socialisme,souverainisme,nationalisme,Morts et salaires

En 2012 par exemple, les chiffres de l’Union Européenne indiquent 3515 accidents mortels sur le lieu de travail. Précisément 3362 hommes et 153 femmes. Un rapport de 1 femme pour 22 hommes. Les hommes occupent en effet toujours les postes les plus dangereux et sont vingt-deux fois plus à risque de mourir au travail que les femmes.

Jean-Luc Mélenchon propose également de ramener la retraite à 60 ans avec 40 annuités. Pour la financer il suffirait selon lui de payer les femmes aussi bien que les hommes.

« Si vous mettez toutes les femmes qui aujourd'hui cotisent au niveau du salaire des hommes, eh bien, vous pouvez financer, euro pour euro, la retraite à 60 ans avec 40 annuités. Voilà la solution. »

Non, ce n’est pas une solution puisque les femmes ne sont pas moins payées: elles travaillent davantage à temps partiel et occupent des postes souvent moins payés mais plus dans leurs intérêts. C’est encore argumenté ici. Donc s’il veut réaliser ce point de programme il faudrait qu’il mette 50% de femmes sur les chantiers à porter des sacs de ciment. En prenant ce thème Jean-Luc Mélenchon surfe sur de la démagogie, avec des arguments erronés. Sa proposition ne peut pas fonctionner.

 

 

mélenchon,classe,ouvrière,femmes,accidents du travail,salaires égaux,retraite,socialisme,souverainisme,nationalisme,Socialisme national

Ce pourfendeur de la finance et du capitalisme sait toutefois s’en arranger. Il vient en effet d’obtenir un prêt bancaire de 8 millions d’euros pour sa campagne présidentielle. Mélenchon, c’est la France insoumise. Enfin jusqu’à un point. « La dictature des banques et de la finance » selon ses propres termes, assimilée pourtant à un cauchemar, présente soudain quelques attraits. Ainsi, alors qu’il affirme sur un de ses sites que « L’argent est un problème, le peuple la solution », il semble que le peuple ait fait défaut à ce bourgeois plutôt aisé.

Ajoutons que JLM veut refaire l’Europe et ses traités, mélangeant le socialisme traditionnel et un souverainisme moderne. En 2015 il proposait même une possible sortie de l’euro:

« S’il faut choisir entre l’indépendance de la France et l’euro, je choisis l’indépendance. S’il faut choisir entre l’euro et la souveraineté nationale, je choisis la souveraineté nationale. »

Quant à l’idée qu’il représente l’ère du peuple comme l’intitulé de son blog l’affirme, faut-il rappeler ici que le peuple, dans son acception politique, désigne ceux qui ont élu les dirigeants, tous ceux qui les ont élus, pas seulement les électeurs de gauche. S’approprier le peuple pour imposer sa propre vision du monde, c’est un classique de la première moitié du XXe siècle.

JLM: un grand écart vers une formation de gauche-droite? Ou le parfum d’un prochain socialisme-national?

 

 

 

Commentaires

Le mythe de la disparité salariale entre hommes et femmes a encore de beaux jours devant lui.

Écrit par : Toto1er | 10 janvier 2017

Les morts bien plus nombreux des hommes sur leur lieu de travail, pour des services profitant autant aux femmes qu'au hommes c'est un sujet intéressant... Probablement que les féministes diraient: "Ils auraient du choisir un boulot moins risqué !". Sauf que ces boulots, faut bien que quelqu'un les fasse...

Écrit par : Toto1er | 10 janvier 2017

Ah parce qu'il croit que les affirmations féministes sont la "vérité" comment fait t'il pour être aussi con.

Écrit par : leclercq | 10 janvier 2017

Parolé parolé parolé, encore des paroles, toujours des paroles, rien que des paroles.....qui iront à l'egout à la première pluie.

Écrit par : Patoucha | 12 janvier 2017

Cela fait vingt ans qu'il s'époumone.......

Écrit par : Patoucha | 13 janvier 2017

Il se dit un candidat révolutionnaire, mais après le premier tour, il appellera à voter pour le candidat de la "gauche", voire pour Macron, ou même pour Fillon si c'est le seul rempart contre Lepen. Bref, circulez il n'y a rien à voir.

Écrit par : Kad | 13 janvier 2017

Lorsque les féministes des années septante ont obtenu leur célèbre "A travail égal salaire égal" elles ont précisé qu'il s'agissait d'un accord "sur le papier" et vous rencontrez encore aujourd'hui des femmes travaillant à temps complet, "à travail égal"! qui sont moins bien payées que leurs camarades ou collègues.
Pourquoi socialisme national?
Socialisme, tout court.
Humanisme.
Mais la machine s'emparant de travail de l'homme, à moins de crever si l'on ne possède rien, il faut appeler de nos vœux la rente universelle.
En Suisse, pour simple sondage, aujourd'hui, refusée une rente universelle annoncée pour un montant de 2500 francs. Si la personne doit tout payer... il manque, au minimum, mille francs.
Non sous-vivre ou survivre, vivre, simplement, légitime aspiration donc revendication.
Le travail personnel, artisanal, etc. annoncé comme complément de la rente universelle ne sera en aucun cas trouvé ou créé par chacun.
En revanche, une rente universelle suffisante et s'adaptant régulièrement au coût de la vie évitant ainsi les prestations sociales diminuant présentement de et par la volonté en tout premier lieu de Nouvel Ordre Mondial dit le NOM telle peau de chagrin...
A quand, enfin, l'indispensable refondation d'une et pour une Europe libre et indépendante tout en étant, mais sans soumission aux dictatures variées de ce moment harmonieusement reliée au reste du monde!?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13 janvier 2017

@ Myriam Belakovsky

"vous rencontrez encore aujourd'hui des femmes travaillant à temps complet, "à travail égal"! qui sont moins bien payées que leurs camarades ou collègues."

où ça ?

"Si les écarts salariaux mentionnés étaient vraiment réels, alors comment expliquer que les entreprises continuent à embaucher des hommes et ne discriminent pas davantage au profit de la main d’oeuvre féminine qui, selon les théories en question, serait 25% moins chère pour une productivité équivalente ? Une telle affirmation est illogique dans la mesure où une entreprise ne peut jamais survivre à moyen terme si elle n’optimise pas ses coûts. Il faut donc regarder dans les détails. "


@ Patoucha

"Parole parole parole, encore des paroles, toujours des paroles, rien que des paroles.....qui iront à l’égout à la première pluie."

vous soutenez ce genre de mensonges féministes ?

"« Si vous mettez toutes les femmes qui aujourd'hui cotisent au niveau du salaire des hommes, eh bien, vous pouvez financer, euro pour euro, la retraite à 60 ans avec 40 annuités. Voilà la solution. »"

il se méfier de la phrase "à Postes comparables" là réside la supercherie féministe.

Écrit par : leclercq | 13 janvier 2017

Avez-vous lu le billet en entier, ou bien vous êtes-vous arrêté au chapitre "Morts et salaires" ?

Écrit par : Patoucha | 05 mars 2017

@ Leclercq

Je ne puis pas étaler mes connaissances féminines en public

mais suis certaine que trop d'hommes confondent leur antipathie pour les féministes avec ce qui est: la réalité.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13 janvier 2017

@ Myriam Belakovsky

"vous rencontrez encore aujourd'hui des femmes travaillant à temps complet, "à travail égal"! qui sont moins bien payées que leurs camarades ou collègues."

le problème c'est quand même le mensonge féministe sur les inégalités salariale entre autre, en affirmant que dans vos connaissances il y aurait des femmes moins payées que les hommes à travail égal, (vous sous sous entendez que le mensonge féministe cité plus haut n'en serait pas un), donc ce genre de sois disant constat est quand même malvenu vu le niveau de mensonges en tout genre que nous assènent les féministes.

moi je vous affirme de mon coté qu'il y a des femmes pour un travail moindre aussi bien payées que les hommes,je l'ai constaté, mais ça les féministes en parlent pas beaucoup.

"mais suis certaine que trop d'hommes confondent leur antipathie pour les féministes avec ce qui est: la réalité."

vous croyez moi je crois pas, et ils y en a encore plus qui croient à une partie des mensonges féministes vu la fréquence à laquelle ils sont rabâchés.

Écrit par : leclercq | 13 janvier 2017

leclercq

Pourquoi parler mensonge féministe?

Les femmes qui estiment à travail égal être moins bien payées que les hommes en mesure de se dissimuler sous un pseudonyme sont parfaitement en mesure de témoigner à propos de leur situation. Je n'ai pas à parler de la vie privée ou professionnelle de mes connaissances.¨¨Féministe des années septante j'ai rencontré des femmes de milieu bourgeois parfaitement en mesure de dire à d'autres femmes de lutter pour leurs droits nouvellement acquis sans se rendre forcément compte ou accepter de réaliser qu'une femme de condition modeste, éventuellement mère célibataire, qui "doit" travailler est obligée d'accepter les conditions qui lui sont imposées.

Rejoignant ensuite le MLF mais entendant mes camarades dire qu'elles voulaient bien des ouvrières pour bosser avec elles mais non les accueillir dans leurs loisirs, je quittai définitivement le féminisme... non sans admiration pour le travail remarquable de Marie-Claude Leburgue en ce combat selon elle dixit avant tout "humaniste" : droit de vote salaires égaux et contraception, notamment.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13 janvier 2017

@ Leclercq

Je n'ai plus vingt ans et ne suis plus comme on dit dans la vie active mais trois femmes de mes proches "non féministes" ne confirmeraient en rien tant d'insinuations malveillantes.
L'une d'elles, la trentaine, qui sort beaucoup, très au courant, m'affirmait il y a encore quelques jours que les femmes ne sont pas toutes payées comme elles le mériteraient soit à travail égal salaire égal.

Il va de soi que nombre de femmes qui vivent ensemble sans enfants en partageant leurs dépenses à commencer par leur appartement ne sont pas à plaindre.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13 janvier 2017

@ Myriam Belakovsky

"mais trois femmes de mes proches "non féministes"

donc trois femmes infirment toutes les contres enquêtes sérieuses qui ont été faites sur le sujet, vous vous foutez du monde, ce tapage sur les sois disant inégalités salariales est une plaie et vous ne trouvez rien de mieux à faire que de le soutenir, et d'écrire ça

"en rien tant d'insinuations malveillantes."

mais vous n'avez pas honte quand vous voyez les affiches que j'ai cité plus haut.

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2012/06/29/egalite-salariale-faites-le-test.html

finalement vous êtes aussi menteuse que les féministes patentées.

Écrit par : leclercq | 14 janvier 2017

@ leclercq

Je n'ai honte de rien du tout,

J'ai toujours préféré le dialogue.

Je viens de vous l'écrire: que les femmes qui estiment ne pas être payées comme il convient imitent leurs aînées en repartant en un légitime combat social.

La différence, de taille, est que pas mal de femmes féministes non MLF d'hier étant femmes au foyer (non "ménagères", comme on lit dans la presse d'aujourd'hui) de milieu bourgeois s'exprimaient en toute liberté sans prendre de risques.

Nous en restons là, leclercq.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 14 janvier 2017

@ Leclercq
En mentant, en ne comptabilisant plus les personnes, hommes et femmes, arrivées en fin de droit sans avoir retrouveé un emploi on annonçait remarquable baisse du chômage (je sais de quoi je parle puisque j'étais à l'époque responsable d'une permanence d'accueil pour les personnes en recherche d'emploi). Mais par ma formation la question est d'abord de la différence entre les salaires non comme cause mais comme conséquence des problèmes hommes-femmes/femmes-hommes.
J'ai noté qu'un sondage à propos de la rente universelle, en Suisse, présentait une mensualité insuffisante de 2500 francs pour tous sans différencier hommes ou femmes. Pour l'instant.
Mais, toujours par ma formation, j'ai vécu une rencontre à la radio à l'époque où les femmes non mariées étaient encore appelées Mademoiselle.
Un monsieur très vieille France était l'invité d'une femme de radio extrêmement autorisée- J'étais plus jeune qu'elle de dix ans et mariée. Comme il se doit côté vieille France l'invité baise la main de la femme mariée, non celle de la femme célibataire qui, en l'occurrence, devient pâle, livide de rage.
Ce qui m'a fait retourner à mes études qui remontent jusque dans la Bible tout en passant par des sages qui disent que pour vivre heureux et libres il ne faut pas comparer! Voir l'histoire de mendiants invités à travailler dans une vigne et qui se font en quelques heures payer ainsi bien que les autres plein temps.
Les femmes féministes dont j'ai parlé. indépendantes, en âge d'être les mères des plus jeunes femmes du MLF ne luttaient pas pour l'augmentation de leurs propres salaires mais pour la "cause féminine" ce qui est toute la différence entre elles et la plupart des femmes du MLF. A l'époque, bruit de tôle froissée? "Une femme au volant, sans doute, Encore une!" Une mayonnaise ratée? "Femme indisposée"!
A un petit garçon? "Ne pas pleurer comme une femmelette, voyons!"
Un numéro de Marianne très récent (mais qui chez moi a déjà passé aux vieux papiers évoquait la cause des femmes à ce jour.
Permettez-moi de vous dire, Leclercq, que ce qui frappe au maximum est l'entente et respect entre hommes et femmes aujourd'hui.
On dit que le communautarisme conduit à la guerre civile.
Faut-il, dans la consternation, imaginer ou redouter une guerre entre hommes et femmes et vice versa pour demain?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 15 janvier 2017

"A un petit garçon? "Ne pas pleurer comme une femmelette, voyons!"

et alors, c'est normal qu'on valorise chez les garçons les comportement masculins, au diable l'indifférenciation.

même la guerrière russe maria botchareva, les a retrouver ses comportements féminins au moment d'être exécutée une balle dans la nuque.

https://books.google.fr/books?id=ReWvxz_4zWUC&pg=PT17&lpg=PT17&dq=florence+farmborough+maria+botchareva&source=bl&ots=i_UpKl2eqR&sig=ZoqVnMejAjwBtPsY9p5EHAckaEo&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjhxcq84cTRAhVMnBoKHdX6A0YQ6AEIHTAA#v=onepage&q=florence%20farmborough%20maria%20botchareva&f=false

lire à la fin de l'extrait.

"au point qu'un général doit la relever en lui rappelant le devoir de mourir avec vaillance"

donc continuons à dire aux petits garçons de ne pas pleurer comme des femmelette ne vous en déplaise.

"que ce qui frappe au maximum est l'entente et respect entre hommes et femmes aujourd'hui"

respect oui, où plutôt soumission des hommes envers le mode éducatif des femmes envers les enfants, les femmes en ont fait des mères bis, au lieu quelles confortent et légitiment l'autorité et le rôle de poseurs de limites des pères.

http://www.zemmour.fr/video/ca-se-dispute/une-loi-contre-la-fessee-il-y-a-des-claques-qui-se-perdent/

Écrit par : leclercq | 15 janvier 2017

@ Lafaux

une perle.

https://books.google.fr/books?id=ReWvxz_4zWUC&pg=PT17&lpg=PT17&dq=florence+farmborough+maria+botchareva&source=bl&ots=i_UpKl2eqR&sig=ZoqVnMejAjwBtPsY9p5EHAckaEo&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjhxcq84cTRAhVMnBoKHdX6A0YQ6AEIHTAA#v=onepage&q=florence%20farmborough%20maria%20botchareva&f=false

"Près d'un siècle après le début du premier conflit mondial, l'histoire du « Bataillon féminin de la mort » dirigé par Maria Botchkareva continue d'intriguer les milieux militaires. En témoigne cette étude commandée en 2003 par l'armée américaine (USA WC Strategy Research Project) sur les « Femmes combattantes dans l'armée russe durant la Première Guerre mondiale », dans le but « d'éclairer le débat actuel, et particulièrement vif depuis l'engagement de nos forces en Irak, sur la question de la participation active des femmes dans toutes les unités combattantes, y compris l'infanterie ». Au terme d'une étude très fouillée, VUnited States Army Qfficer, Susan R. Sowers n'hésite pas à affirmer que « l'analyse détaillée de l'expérience combattante des femmes russes durant le premier conflit mondial a définitivement démontré que la question : "les femmes sont-elles capables de combattre aussi bien que les hommes ?" n'a plus lieu d'être posée*... »"

voir l'alinéa 33 !!!

une partie des femmes est restée dans les tranchées hystériques où prêtes à s'évanouir, d'autres à peine le talus franchi ont fait aussitôt marche arrière où plutôt se sont mises à ramper aussi vite que possible pour rejoindre un abri.

merci à l'honnêteté de Florence Farmborough.

comme par hasard l'alinéa 33, visible récemment ne l'ai plus, conclusion comment les américains peuvent t'ils être aussi inféodés aux délires féministes, pour être incapable d'effectuer une analyse correcte de la réalité.

euh cette conclusion vient d'une femme"Susan R. Sowers", encore une saloperie de menteuse patentée.

Écrit par : leclercq | 15 janvier 2017

@ Myriam Belakovsky

"Mais par ma formation la question est d'abord de la différence entre les salaires non comme cause mais comme conséquence des problèmes hommes-femmes/femmes-hommes."

la différence de salaire entre hommes et femmes est négligeable, avec les variables non mesurables "genre expérience réelle" et d'autres on est au alentours de 6%, et les chercheuses de L'INSEE affirment que le problème n'est manifestement pas dans la discrimination mais dans la ségrégation"eh oui les hommes et les femmes ne font pas les mêmes métiers.

Myriam Belakovsky votre négation de la réalité commence à être pesante, la mauvaise foi, ça va cinq minutes, un peu d’honnêteté que diable.

pas étonnant vu ton fonctionnement, on comprend mieux la mauvaise endémique de beaucoup de femmes, moi qui voyait en toi une personne honnête, je suis sincèrement déçu, quelque qu'il vous faut un contre pouvoir pour que vous arrêtiez vos mensonges et votre mauvaise foi, où quoi.

"Les femmes qui estiment à travail égal être moins bien payées que les hommes en mesure de se dissimuler"

qui estiment parce qu'en plus elles ne sont mêmes pas sure de ce quelles affirment le tapage sur les sois distants inégalités salariales ne leur serait pas monter à la tête des fois.

et ça va finir comment cette nouvelle loi d'interdiction de la "fessée", il va falloir qu'on se révolte qu'on prenne les services de l'enfance à coup de fusil pour que nos droits de pères d'éduquer nos enfants selon notre bon vouloir soit respecter.

Écrit par : leclercq | 15 janvier 2017

voilà dans quel état la dictature féministe a mis le peuple suédois.

https://www.youtube.com/watch?v=g0dTKLvqIdo

qu'on prenne nos féministes à coup de fusil avant d'en arriver là

Écrit par : leclercq | 15 janvier 2017

Leclercq

Si vous avez lu mes dernières lignes il s'agissait, désormais, du rapport entre hommes et femmes

Pour ma part, en effet pesante la moindre, j'entrai en féminisme misogyne en me demandant si la raison de cette attitude soupçonneuse n'était pas une homosexualité rampante

- j'ai néanmoins corrigé à plusieurs reprises quelques calomnies concernant sans nuance le féminisme -

que je quittai encore plus misogyne qu'en y arrivant parce que déçue vu que je n'ai pas vu et ne vois toujours pas en quoi les femmes ont ou auraient humanisé la politique autrement dit manifesté le souci du bien-être d'autrui à commencer par les moins bien lotis d'entre nous.









ce qui ne change rien au légitime combat loyal, celui auquel je pense, combat des femmes.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 15 janvier 2017

@ Myriam Belakovsky

intéressant honnête votre post.

"ce qui ne change rien au légitime combat loyal, celui auquel je pense, combat des femmes."

Combat pour obtenir quoi quelles n'auraient pas déjà je ne vois pas, actuellement ce sont plutôt les hommes victimes d'inégalités je pense, leur rôle de poseurs de limites plus soutenu par l'état entre autre.

Écrit par : leclercq | 15 janvier 2017

@ Leclercq

Dès 1980 en Courriers de lecteurs puis commentaires blogs TDG j'ai signalé un roman de Françoise D'Eaubonne: Bergères de l'apocalypse.

L'auteure en sa préface signale qu'il s'agit d'une sorte de divagation, certes, mais fondée sur un fait historique concernant des temps anciens où des femmes de manière ignoble domestiquèrent des hommes.

Ce roman qui pouvait être entendu en tant que mise en garde aujourd'hui s'avère avoir été une prophétie.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16 janvier 2017

@ leclercq
C'est bien une perle, je ne savais pas qu'il avait fait des "études" sur le sujet en conclusion il aurait mieux fait de marquer tout ce que la féministe réclame il l'obtient il faut dire également quand une étude dit : prenons exemple des forces armées dit que les femmes c'est bien dans les forces armées elles font tout mieux, courent plus vite aucun aménagement nécessaire elles font exactement pareil que les hommes aucune discrimination masculine c'est sérieux, un progrès quand vous en avez une qui dit qu'avec les femmes ont et obligés de faire deux barèmes deux notations (parmi les aménagements pour faire tomber "les barrières") ne passent pas les tests des hommes, moins résistante, que l'on doit reflichir en terme de pourcentage de femme sans compter toutes les autres adaptations c'est sexiste ne savent pas évoluer c'est malheureusement un exemple de la pensée féministe sur toutes les décisions. Il faut dire que pour elles l'important c'est d'avoir des femmes ou du "pour femme" les méthodes, l'égalité de traitement elles s'en foutent elle veulent un égalitarisme, le fait de ne pas avoir de femme ou un pourcentage de femme faible et une discrimination directe et indirecte et une inégalité.

Récemment il y a eu une consultation citoyenne de l'Assemblé National sur certaines dispositions de la loi du 8 aout 2014 dont je désapprouve, je serai plutôt pour la suppression certains textes (parité,quota,...) ou leur réécriture (congé parental, violence,CSA,...). Mais j'ai participé à l'enquête voici parmi les résultats de l'enquête ce que l'on pouvait lire à une réponse de question : plus largement le thème des discriminations à l’égard des hommes il y avait également dans une moindre mesure, le rôle et la place de l’école en matière d’égalité entre les femmes et les hommes. Voici l'analyse : Par conséquent, si Mme Hélène Périvier peut à bon droit estimer que ces dernières réponses tendent à faire ressortir des préoccupations d’hommes d’une manière qui lui paraît excessive au regard de l’état des inégalités entre les femmes et les hommes dans notre société, on peut lui répondre que, d’une part, ces préoccupations ne pèsent que de façon marginale dans le total des réponses, et que d’autre part, le choix de demander aux internautes d’indiquer leur sexe permet justement d’affiner l’analyse des réponses en fonction de ce critère. Mme Périvier semble soufrir d'un féministe discrimitaoire et sexiste très prononcés et pour le l'école le féministe ou la discrimination règne avec des "collectif Égalité Enseignement" sens compter les méthodes d'ailleur c'est encore intéréssant avec le féministe c'est pour les mathématiques :" A court terme, il pourrait s’averer utile pour changer l’etat d’esprit des filles de rendre les mathematiques plus interessantes a leurs yeux, d’identifier et de supprimer les stereotypes sexistes dans les manuels scolaires, de promouvoir des modeles feminins et d’utiliser du materiel pedagogique attirant pour elles" si il existent des méthodes pour les filles c'est qu'il en existent pour les garçons, quand à la parité en plus du corps enseignant parceque une fille n'a pas de modèle y compris très grande il faut la parité même quand les filières sont féminiser à 60 % elles sont victimes de patriacat et sont soumise. Dans la vidéo que vous avez posté sur mr Zemmour quand il dit qu'elles veulent tout controler il n'a pas tort. Franchement on peut regretter l'absence d'association masculine pour montrer les exemples du féministe discriminatoire,sexiste, leur mensonge, sa me ferait plaisir de voir des dessins de sensibilisation, des fiches thématiques de l'égalité, une enquête avec un classement il fait bon d'être un homme avec nos critères pas de quotas, de répartition sexués, bon à l'école, ça serait amusant. Quant au "droit des femmes", "combat des femmes", "guerre des sexes", pour les deux premiers quand on connaît l'argumentaire et le féminsite vous risquez d'amener le "droit des hommes" et le "combat des hommes" pour la "guerre des sexes" c'est le féministe sans limite qui l'alimente comme toute idéologie ce n'est pas de sa faute c'est les hommes il se passe quelque chose c'est que des hommes commencent à s'interroger sur le féministe qui ne connaissent pas encore et bien maintenant cela peut "vite" changer encore un exemple sur femme et ingénieur vous pouvez lire "Les écoles d'ingénieurs souffrent d'un mâle dominant" la réponse il n'y a pas que dans les écoles d'ingénieurs que l'on souffre du féministe ou d'un féminin dominant.

Écrit par : Lafaux | 17 janvier 2017

Les commentaires sont fermés.