29 décembre 2016

Jacqueline Sauvage : une grâce, un coup de lèche

La prérogative de la grâce présidentielle française s’applique donc depuis hier à une meurtrière condamnée deux fois, lors de deux procès fouillés, à dix ans de prison. Pourquoi cette mansuétude?


justice,grâce,présidentielle,jacqueline sauvage,meurtre,violence domestique,légitime défense,Procès de quoi?

Parce que des organisations féministes ont fait d’elle une icône des femmes battues. Pour rappel Jacqueline Sauvage a tué son mari de trois balles de fusil de chasse dans le dos parce que, disait-elle, elle craignait qu’il ne la tue avant.

Elle a été présentée comme victime de quarante-sept ans de violence conjugale. Quarante-sept ans de silence qui s’achèvent le 10 septembre 2012 au bout de son fusil. Silence de la dame, silence de ses filles.

Ce silence serait dû aux craintes de représailles de la part de ce mari et père réputé querelleur et violent. Lors du premier procès les filles disent également avoir été abusées sexuellement par leur père. Aucune d’entre elles n’en aurait parlé aux autres. Rien n’aurait jamais filtré.

Enfin, on ne sait pas. Car au premier procès: « Sylvie Marot affirme qu’une main courante a été déposée à la suite du viol de sa sœur par son père. Il n’existe pas de trace de cette main courante. » À moins que la police n’ait délibérément fait disparaître cette main courante, ce qui semble à exclure, celle-ci n’a jamais existé.

Ce sont donc des déclarations a posteriori et dans un contexte de défense de leur mère que les filles parlent de viols et de violences. On peut choisir l’option de les croire. Mais en justice croire ne suffit pas. Et puis ce n’est pas le procès de la violence conjugale ou d’un supposé inceste mais celui d’un meurtre.

 

 

justice,grâce,présidentielle,jacqueline sauvage,meurtre,violence domestique,légitime défense,Soumise ou déterminée?

Les témoignages sont d’ailleurs contradictoires sur les violences que Jacqueline Sauvage exprime. Selon Wikipedia:

« Pour expliquer qu’aucun voisin n’ait constaté la moindre trace de coup ni vu la moindre violence physique sur Jacqueline Sauvage pendant toutes ces années à La Selle-sur-le-Bied, celle-ci explique que son mari la tapait sur le cuir chevelu, ou que, lorsqu’elle avait des bleus, elle ne sortait pas pendant quinze jours. L’ancienne compagne de son fils confirme que, dans ces cas-là, elle allait faire les courses à sa place. L’avocate générale met en doute leurs paroles, en soulignant que Jacqueline Sauvage travaillait dans l’entreprise et qu’elle allait faire les courses. »

La crainte de représailles explique-t-elle tant d’années de silence? On peut en douter. Trois accusations de viol sur les filles et les coups répétés sur la mère auraient pu envoyer l’homme en prison pour de longues années. De plus le motif d’une emprise que l’homme violent aurait eu sur sa femme est difficile à soutenir, pour deux raisons.

La première est que, sauf à faire état de troubles psychologiques, l’accusation d’emprise est une interprétation subjective et non factuelle, si elle n’est pas démontrée par exemple par un isolement économique ou social. Ce qui n’était pas le cas. Madame Sauvage avait créé sa propre entreprise. En situation de grand danger répété on ne doit pas excuser ni valider une attitude aussi passive.

La deuxième raison est la personnalité de la condamnée. Elle n’est pas la femme soumise que l’on a décrit. C’est une femme au caractère bien trempé.

 

 

justice,grâce,présidentielle,jacqueline sauvage,meurtre,violence domestique,légitime défense,Pas de preuves

Le journaliste de causeur.fr, Régis de Castelnau, a étudié de près le dossier et les déclarations d’audience des deux procès. Ce qu’il souligne a été reconnu lors des audiences par l’accusée elle-même. Exemple:

« La personnalité de Madame Sauvage telle qu’elle a été cernée par les experts judiciaires et telle que l’instruction et les audiences l’ont fait apparaître n’est pas celle d’une femme soumise ayant tout enduré sans rien dire. Petite anecdote révélatrice ? Ayant appris il y a quelques années que son mari avait une maîtresse, son premier réflexe fut de se rendre chez la rivale pour la brutaliser, la courser en voiture, celle-ci ne trouvant son salut qu’en se réfugiant à la gendarmerie. »

Quant au déroulement du jour du meurtre, l’accusée a maintenu une posture victimaire que les examens biologiques ont pourtant démentie. Ainsi, après s’être disputée avec son mari au sujet de l’entreprise de la dame:

« Jacqueline Sauvage affirme que son mari l’a menacée, frappée, et qu’il lui a arraché sa chaîne. Cependant, l’expertise médicale atteste d’un coup à la lèvre, sans relever aucune autre trace de violence significative sur le reste de son corps.

Elle affirme aussi avoir pris des médicaments pour faire une sieste de cinq heures. Toutefois, l’expertise n’a pas relevé de traces de médicament dans son organisme. »

Il n’y a donc pas de preuve de la version de la défense.

 

 

justice,grâce,présidentielle,jacqueline sauvage,meurtre,violence domestique,légitime défense,Lobbying

Entre les descriptions du caractère de l’accusée, l’absence totale de preuves de violence de la part d’un homme certes déplaisant selon les descriptions, les contradictions entre l’histoire racontée par l’accusée et les éléments de l’enquête, la justice a eu à se prononcer sur des faits.

Les seuls faits sont bien le meurtre de son mari par trois balles dans le dos. Et c’est sur cette accusation qu’elle a été condamnée en premier instance et en appel.

La grâce présidentielle est un résidu monarchique selon lequel le président a le pouvoir de défaire ce que la justice a fait. Loin de moi l’idée que la justice soit infaillible. Mais ici, le fait criminel est établi et les circonstances également. Sur les raisons anciennes de violence avancées lors des procès, qui n’ont jamais fait l’objet de dénonciation et de jugement, rien n’est établi. La légitime défense plaidée en appel était même une stratégie abusive.

La dernière grâce dans un cas de crime de sang remonte à la libération d’Omar Raddad quatre ans après sa condamnation (Omar m’a tuer) en 1998. La grâce fut alors accordée à cause du manque d’éléments factuels pour justifier une condamnation. Dans l’affaire Sauvage au contraire, cette grâce est accordée à cause d’éléments factuels purement hypothétiques et non démontrés, le crime devenant secondaire aux yeux du chef de l’État.

Sans le lobbying d’organisations féministes qui ont fait de son affaire un exemple, Jacqueline Sauvage n’aurait intéressé personne.

 

 

justice,grâce,présidentielle,jacqueline sauvage,meurtre,violence domestique,légitime défense,Hypothétiques

Mais le thème de la violence domestique, associé à une description totalement victimaire de l’accusée, a fait mouche auprès du public. De nombreux politiciens se sont d’ailleurs fourvoyés dans ce soutien, jusqu’à Marine Le Pen.

La grâce présidentielle ne se motive pas. On est réduits à faire des hypothèses si l’on veut comprendre le geste présidentiel. Car sur le fond cette grâce n’a aucune justification. On ne peut invoquer des erreurs de procédure, des procès bâclés, ou des faits réellement troublants ayant précédé le meurtre. La seule raison est sa valeur symbolique et son impact sur l’opinion.

Le pas est dès lors très tentant de ne voir dans la décision présidentielle qu’un artifice destiné à ramener des voix féministes vers le parti socialiste. Au prix de faire passer une criminelle pour la victime. Ce serait au mort de plaider sa défense! Au point où le quotidien Le Monde affirme aujourd’hui comme des certitudes les éléments hypothétiques jamais démontrés. Même pas un conditionnel pour nuancer cette affirmation:

« Elle avait subi pendant quarante-sept ans les violences physiques, psychologiques et sexuelles d’un homme qui avait également abusé sexuellement de leurs trois filles. »

 

 

justice,grâce,présidentielle,jacqueline sauvage,meurtre,violence domestique,légitime défense,Lèche

La messe serait dite et Le Monde parachève la story telling de la victime justicière. La grâce présidentielle ne plaît cependant pas aux magistrats.

Elle fait même « … hurler l’Union syndicale des magistrats (USM). Cette décision est « consternante et lamentable », déclare Virginie Duval, présidente de ce syndicat majoritaire. A l’USM, on s’indigne d’une grâce qui « remet en cause des décisions de justice », celles des jurys populaires d’assises sur la condamnation comme celles des magistrats professionnels sur la libération conditionnelle. Et de dénoncer « une nouvelle atteinte à l’indépendance de la justice par l’exécutif ».

Consternante. Pour les féministes également, car cette victoire contre la justice confirme l’image qu’elles veulent donner des femmes: victimes, forcément victimes. Toujours victimes.

Hollande et le féminisme sont au plus bas étage du mauvais populisme, validant au passage une justice genrée. Ils ne font pas que reprendre l’opinion formatée, il lui lèchent le cul. Les élections à venir n’ont pas d’odeur.

 

Comme l’écrit le journaliste dans un nouvel article: « Et voilà que François Hollande, virtuose du contresens, tout à son besoin compulsif de laisser dans l’Histoire la trace d’un ahuri, vient d’accorder à Jacqueline Sauvage une grâce, cette fois-ci totale. »

 

 

 

Commentaires

Même en admettant qu'elle ait des circonstances atténuantes (ce qui semble être le cas quand même), le fait qu'il existe des solutions alternatives au meurtre de sang-froid justifie une peine, même minorée. Lorsque qu'un jury la déclare coupable 2 fois coupable, il est hallucinant de voir un Président gracier la coupable sans prendre connaissance du dossier, juste en cédant aux demandes d'un lobby. Comme tu le dis, la grâce est en général plutôt accordée quand il y a de sérieux doutes, que le procès ne peut pas être révisée pour diverses raisons et que le coupable ne semble pas avoir suffisamment bénéficié de la présomption ou victime d'un évident procès à charge. Bref, aucune raison d'accorder la grâce ici. Sinon c'est un permis de tuer donnés à des millions de personnes qui sont victimes des agissements d'autres. Pourquoi pas gracier les personnes exaspérées qui décident de s'occuper des dealers qui trainent en bas de leur immeuble ? Des ado qui décident de se venger de ceux qui les briment ? Des employés mobbé par leur patron ? A partir de là, tout est possible.

A part ça, l'image avec "justice patriarcale" est juste priceless. Quelle "justice patriarcale" ? Celle qui inflige des peines plus faibles aux femmes ? Effectivement, il faudrait l'égalité également dans ce domaine... A moins qu'en fait, elles demandent à être encore moins condamnées ?

Écrit par : Toto1er | 29 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

"La crainte de représailles explique-t-elle tant d’années de silence?" La crainte de plusieurs années en prison ne l'a pas empêchée de tuer son mari. Comme quoi, il y a un problème de discernement.

Écrit par : Ben Palmer | 29 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Trois balles dans le dos et plaider la légitime défense, c'est probablement ce qu'on appelle la logique féminine...
Et à part ça, trois balles dans le dos. C'était une rafale ? Ou bien les deux dernières dans le dos d'un corps couché ?

Écrit par : Géo | 29 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Avec un fusil de chasse, Géo, je ne crois pas que l'on puisse tirer en rafale.......
Mais peut-être qu'il s'accrochait et qu'il fallait bien l'achever...

Écrit par : hommelibre | 29 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Remarque judicieuse Ben.

Écrit par : hommelibre | 29 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Les fusils de chasse à grenailles oui, ils ont deux coups, mais les fusils de chasse à balles peuvent avoir jusqu'à 5 ou plus de cartouches dans le magasin, comme elles était une adepte de la chasse ou en tous les cas du tir, pour réarmer il faut faire un mouvement de la culasse pour avoir une novelle balle prête, comme pour le mousqueton militaire, elle était entrainée et cela prend 1 à 2 secondes entre les coups!

Écrit par : eddie | 30 décembre 2016

A ma connaissance, les fusils de chasse sont à deux coups. Cela vous donne une idée de ce qui s'est passé. Éjecter les douilles, recharger, tirer...
Rien à voir avec "légitime défense", en tout cas...
Pour "rafale", je plaisantais et je sais que l'humour, entre nous...

Écrit par : Géo | 29 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Bonsoir John,

Ce qui me choque avant tout dans cette affaire, c'est l'entorse faite au principe de la séparation des pouvoirs, l'un des fondements de tout "Etat de droit".
Cette grâce accordée par le Président de la République est un fait du prince qui fleure bon les relents de la monarchie. C'est avant tout une mesure démagogique, mais aussi un coup de canif porté à l'institution judiciaire.
Il faut bien constater qu'une fois de plus, ce sont les clameurs de la rue qui ont eu raison d'un pouvoir institué, ici le pouvoir judiciaire. Pas de doute, nous sommes bien en France ...
François Hollande s'honorerait si il abrogeait maintenant la grâce présidentielle dans la Constitution pendant qu'il en a encore le pouvoir.

Bien à vous et mes meilleurs voeux pour 2017 !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 29 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Hollande ou l'art d'avoir tout faux jusqu'au bout...

Écrit par : Kad | 29 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Kad qui dit:"Hollande ou l'art d'avoir tout faux jusqu'au bout..."
Je ne pense pas qu il a la rt de faire tout faux. C est un gars décrit par Pasqua(qu on aime ou pas) comme ceci: François Hollande n a pas été fait pou devenir Président de la République. Il a été fait pour être la maire de Tule ou le sous chef du président du comité des Fêts Folklorqiues du Déaprtement de la Corrèze. C est tout que je puisse dire sur François Hollande".

A t il gouverné la France ? Non, ceux sont les "autres" qui tenaient le volant de la voiture pilote de la France. Lui, il dormait peinard dans le coffre de la voiture et on le sortait de temps à autre pour se dégourdir un peu les jambes et pour annoncer une guerre au Tchad, au Centrafrique ou la Syrie déjà bien préparées et au point et desquelles il n était nullement au courant. Pour l Intérieur de la France, il apprenait les nouvelles concernant le chômage, la dés-industrialisation de la France, les fermeture d usines...etc..il les apprenait chaque matin par la Radio comme M. tout le monde.

Écrit par : Charles 05 | 29 décembre 2016

On apprend aujourd'hui en France que les hommes sont des chiens. Quand ils mordent, on peut les abattre et s'en tirer à bon compte. A part ça, le PS se prépare un avenir de parti minoritaire : délaissé par le grand public, il a besoin de séduire sa minorité d'extrémistespour subsister

Écrit par : cyril | 29 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

On vient de gracier une femme qui a tué un homme de sang-froid. Mettez-vous ça dans la tête, réfléchissez-y et réalisez à quel point le lobby féministe est puissant et surtout dangereux...

Écrit par : Toto1er | 29 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

J'avais compris Géo, je continuais sur le même mode...
:-|
Pas grave.

@ Toto1er, c'est ça en résumé.

Écrit par : hommelibre | 29 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

François Hollande vient de rétablir la peine de mort ou c'est moi qui déconne ? Bon, ben la chasse à l'homme (violent) est ouverte alors. Que les féministes aient réclamé ça à corps et cri, qu'elles l'aient obtenu et s'en réjouissent me donne envie de vomir.

Écrit par : Toto1er | 29 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

La députée Valérie Boyer, fervente partisane de Jacqueline Sauvage, a profité de l’occasion pour réaffirmer sa volonté d’introduire la notion d’ « emprise » dans le droit français.

Rappelons que Mme Boyer est un soutien proche de François Fillon.

Et que la majorité actuelle est partante pour cette modification législative.

http://www.maritima.info/depeches/faits-divers/marseille/46049/boyer-jacqueline-sauvage-subissait-une-emprise-.html

Écrit par : mikhail | 30 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

La députée Valérie Boyer, fervente partisane de Jacqueline Sauvage, a réaffirmé son souhait de voir introduite la notion d'"emprise" en droit français.

Rappelons que Mme Boyer est un proche soutien de François Fillon. Elle est même sa porte-parole.

Pour ajouter à l'unanimité parlementaire sur le sujet, l'actuelle majorité semble se montrer favorable à cette notion.

On semble donc s'acheminer vers une sorte de "permis de tuer" pour femmes battues.

On imagine sans peine de nouveaux "crimes parfaits", dans lesquelles l'épouse meurtrière aura pris soin de mimer le comportement de la femme sous emprise avant d'abattre de sang-froid son époux violent.

Écrit par : mikhail | 30 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Ce qui est très peu "drôle" dans cette affaire de conflit d "idée" est qu il y ait un fosse entre les Magistrats et Hollande. Néanmoins, on sait bien que M. le Président déclare détester ce que font les Magistrats, chose inimaginable dans un Etat de "droit". Il l avait même dit clairement dans le Livre récent d "un Président ne doit pas dire ça" bien qu il devrait, logiquement parlant, se plier à leurs décisions. Se plier est surtout important pour donner l exemple que même Monsieur le Premier Citoyen, M. le Président, est comme M. lambda et M. tout le monde!

La deuxième des choses est que Hollande n a commencé à remonter dans les sondages de l opinion publique que depuis qu il a renoncé à se présenter aux Présidentielles de mai 2017. Et il couronne cette re-montée par "sa" grâce dans l affaire Sauvage. Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ce pays surtout que nous avons appris depuis le Brexit, Trump, Anti Poutine et Fillion que ces sondages (chiens de poche comme les médias) disaient le contraire de la vérité. Donc, en somme, il remonte dans les sondages mais au fond il baisse à long terme et il perd des plumes et un petit "Dafalgan" pour la route pour comprendre?!

In fine, je dirais que cette affaire de grâce montre une fois de plus que le poisson commence à pourrir par la tête. Déjà, on le savait dans des affaires plus bien plus graves, entre autres, et que le Régime de Hollande aime le "bon boulot" d Al Qayda/Al Nosra en Syrie selon les dires de Fabius. Je ne mélange pas les pinceaux mais entre gracier Mme Sauvage ou devenir être un pays pro-terroriste voire carrément terroriste, il n y a pas de liaison entre les deux certes mais ça montre que la France continue à aller indéniablement à sa perte.

Écrit par : Charles 05 | 30 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

"on sait bien que M. le Président déclare détester ce que font les Magistrats, chose inimaginable dans un Etat de "droit""
Très franchement, il ne doit pas être le seul à détester de manière générale les juges, qui sont de plus en plus du côté des criminels plutôt que des victimes.
Et s'il y a un point faible dans nos systèmes démocrates, c'est la question des relations du pouvoir judiciaire avec les deux autres. Il n'y a pas un seul pays au monde où on peut déclarer qu'elle est résolue. Aucun juge n'est indépendant politiquement, aucune justice rendue non plus...
Le meilleur exemple : le jugement autour de l'affaire Tapie/Crédit lyonnais et celui de C.Lagarde. Mais là, on est carrément dans la caricature...

Écrit par : Géo | 30 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

"Aucun juge n'est indépendant politiquement, aucune justice rendue non plus..."
Et le Conseil Constitutionnel n est il pas le Haut lieu Juridique? Sinon il serait inimaginable d aller demander à l ONU voire à la TPI à La Haye de départager entre le Pouvoir Politique du Pouvoir Judiciaire français. Ceci pourrait ou devrait être appliqué sur Sarkosy pour ce qu il a fait en Libye, pour Hollande pour son soutien au "bon boulot" d Al Qayda en Syrie...

D accord avec vous que le pouvoir judiciaire est parfois du côté des criminels élites comme Mme C. Lagarde qui n a pas fait garde et elle s est prise les pieds dans le tapis. Néanmoins, Cahuzac n a pas été félicité et blanchi bien qu on attendait que la main de la justice soit plus lourde dans son cas puisque ceux sont les citoyens et les contribuables français qui ont payé les 40 millions sauf si le Qatar-Saoudie ferait un don à la France d une somme équivalente mais donnant-donnant!

Écrit par : Charles 05 | 30 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Juste avant de quitter Matignon Valls a signé un décret mettant la Cour de Cassation sous contrôle gouvernemental.

www.huffingtonpost.fr/2016/12/07/en-quittant-matignon-manuel-valls-a-laisse-une-mauvaise-surpris/

Après la loi liberticide visant certains sites sur l'IVG et la loi Egalité-Citoyenneté, la gauche au pouvoir renforce l'arsenal punitif de tout ce qui concerne le mode de vie et de penser des français.

Qu'une collaboratrice de Fillon soit en phase avec cette gauche n'est pas encourageant.

Écrit par : hommelibre | 30 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Il est pratiquement impossible d'imaginer que cette dame avait peur des représailles de son mari au point de se taire aussi longtemps mais j'apprécie et tiens à le souligner la liberté de parole accordée aux commentateurs car un autre blog, sur le même thème, cette liberté de parole la refuse.

Un ou deux autres blogs pour un thème, sujet ou un autre.

Les auteurs des blogs journalistes ou non qui censurent certains commentaires empêchent l'accès à une réflexion approfondie... tout en acceptant de publier Dieu sait quoi feraient bien de choisir ce temps de saines résolutions pour évoluer en leur pratique.
Bonne année.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 30 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Cher hommelibre,

- « Hollande et le féminisme sont au plus bas étage du mauvais populisme, validant au passage une justice genrée. »

Ah ben ! Oh la la ! Décidément, vous n'avez vraiment pas de chance !

Cette fois ci là do, ... votre billet politico-justistique en circuit fermé rétréci a dérapé cette fois sur une traîtresse plaque de verglas de saison et s'est terminé en sortie de route dans le décor. Si si !

Incroyabe mais vrai, ... Hollande a gagné les élections "Sauvage" politiques françaises à la "quasi-unanimité". Si si si !

Voyez vous-même ...

---
"La décision de François Hollande a été saluée à la quasi-unanimité par les politiques de gauche comme de droite. De Jean-Luc Mélenchon à Marine Le Pen en passant par Nathalie Kosciusko-Morizet, de nombreuses personnalités s’étaient mobilisées pour demander sa grâce."

( http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/12/29/la-grace-de-jacqueline-sauvage-irrite-les-magistrats_5055185_3224.html )

Écrit par : Chuck Jones | 30 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

"La décision de François Hollande a été saluée à la quasi-unanimité par les politiques de gauche comme de droite." Personne ne les à vu à l'unanimité. Hollande avait aussi été élu à la quasi-unanimité en 2012, quelle déception, 5 ans après.
Hollande a agi comme un monarque et violé les principes de la constitution de séparation des pouvoirs.

Écrit par : Ben Palmer | 30 décembre 2016

Monsieur Géo,

- « Pour "rafale", je plaisantais et je sais que l'humour, entre nous... »

C'est difficile ... l'humoûûûr ... sur internet.

Surtout l'humoûûûr ... fin.

Aussi difficile que ... l'amoûûûr.

Il faut bien connaître à qui on fait ... l'humoûûûr.

Alors pour être être certain de pas trop rater l'humoûûûr, mieux vaut rester dans l'humoûûûr classique, à la papa. Le bon gros humoûûûr pôpû, bien gros, comme du bon cochon, bien gras, comme des bonnes frites.

Parce que tous le monde n'a pas les moyens de se payer de l'humoûûûr fin, pour comprendre la finesse, et comprendre la différence entre la finesse et le gras.

Ou alors, il faut prévénir à l'avance. Dire ... "Attention: c'est pas de l'humoûûûr gras, c'est de l'humoûûûr fin !"

Pour prévénir qu'il faut faire attention à la différence entre l'humoûûûr que l'on connaît vraiment bien, très bien même, ennuyeusement bien, pour l'avoir pratiqué longtemps, tout le temps, et cet humoûûûr tout nouveau nouveau, tout frétillant et excitant, comme une truite bien glissante et sautante dans l'eau !

Elle a vraiment pas de chance Jacqueline Sauvage. Si elle aurait eu de la chance, son mari aurait été pêcheur au lieu de chasseur, et il lui aurait appris à attraper des belles truites au lieu de tirer des gros sangliers.

https://www.youtube.com/watch?v=yrtG9nUk5WM

Écrit par : Chuck Jones | 30 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Monsieur Ben Palmer,

- « Hollande a agi comme un monarque et violé les principes de la constitution de séparation des pouvoirs. »

"comme un monarque" ... il me semble avoir déjà entendu ça.

Mais ... "la constitution de séparation des pouvoirs" ? Quel est donc cette étrange animal ?

Écrit par : Chuck Jones | 30 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

"comme Mme C. Lagarde qui n a pas fait garde et elle s est prise les pieds dans le tapis." C'est marrant, je pensais juste le contraire...
Chuck Jones @ On ne vous a pas sonné et vous n'apportez rien. A la niche !

Écrit par : Géo | 30 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

@Géo,
Vous écrivez en reprenant mon texte"""comme Mme C. Lagarde qui n a pas fait garde et elle s est prise les pieds dans le tapis." C'est marrant, je pensais juste le contraire...

Vous avez le droit de penser le contraire sans vous marrer. De même pour moi quand je le pense autrement. Sachez que la finalité est la même. On pourrait pinailler autant qu on veut mais ceci n avancerait trop pas le Schlimblick.

Écrit par : Charles 05 | 30 décembre 2016

Monsieur Géo,

- « Chuck Jones @ On ne vous a pas sonné et vous n'apportez rien. A la niche ! »

Ah ! Vous êtes aussi un peu chasseur ?

Figurez vous qu'un ami chasseur m'a dit récemment que ... "Tout chien chachant tchatcher ..." ... euh non, je crois que j'ai raté une manche!

Je recommence ... "Toutou chien savant chanter doit savoir danser sans son ..." ... houuuuu lou la la la la. C'est vraiment une histoire difficile à raconter sur internet, ... ou qui ne rapporte rien parce qu'elle est vraiment trop fine :-)

Écrit par : Chuck Jones | 30 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Je suis plutôt méfiante face aux interprétations diverses qui ont été et sont faites des "faits" qui ont conduit Mme Sauvage à assassiner son conjoint pour une raison très simple : les personnes qui jugent et/ou se permettent de juger - je ne parle pas des tribunaux, ni des juges qui ont instruits - ont-elles été en contact direct avec la famille Sauvage, ont-elles assisté aux violences conjugales ???

Comme le disent très justement les avocats : je ne juge pas n'ayant ni les tenants ni les aboutissants en mains !!!

Les filles Sauvage en intervenant auprès du Président de la République n'ont fait qu'utiliser ce que la loi permet et je les approuve : il faut un certain courage pour le faire, elles sont eu raison.

Ceci dit, Mme Sauvage restera pour toujours une meurtrière, la grâce, contrairement à l'amnistie, n'enlève pas la mention inscrite au casier judiciaire.

Écrit par : Lise | 30 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Chuck Jones @ A-la-niche. Zuka. Go to the hell.

Écrit par : Géo | 30 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

« n'enlève pas la mention inscrite au casier judiciaire.»

Boof, m'étonnerait qu'elle se cherche un boulot dans l'administration.

Écrit par : petard | 30 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Il n'y a aucune, absolument aucune preuve de violence! Il faut croire, croire que le mari de mme sauvage était violent! Croire ses filles, comme croire que jesus à marcher sur l'eau!
Comme le rappelle l'article rien ne le prouve, c'est même le contraire! Trois coup de fusil dans le dos pour museler un homme dans la tombe!
Il faut le savoir lorsqu'une femme vous accuse de violence! De simple affirmation suffise! Pour que vous fassiez au mieux une GAV au pire avec la moindre faille, le moindre début de commencement de preuve de la prison! Pour cela il suffit parfois que vous perdiez votre sang froid fasse à trois femmes agent de police qui vous assaillent en dehors de toute logique! Je l'ai vécu! Et la seule chose qui m'a permis de sortir au bout de 4 heures interminable face à 3 feminazi, a été de garder mon sang froid de ne pas ceder à la colère légitime, face au non sens de mon ex, non sens repris par les policières! Et plus je les renvoyais à leur contre sens plus elles étaient farouches!
Messieurs nous sommes en grand danger dans une société où nous avons accueilli l'égalité dès sexe comme une évidence! Nous nous retrouvons bizarrement toujours plus stigmatisés, caricaturé comme de vils Salopars violents!
En attendant, des hommes meurent dès coup de leur conjointe, frappé humilié... au mieux dans l'indifférence ou au pire dans la dérision!
Je me demande qu'elle aurait été la réaction si au lieu de Jacqueline, un Jacques s'en serait sortis à si bon compte!

Écrit par : Zitouni | 31 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Techniquement parlant, cette grâce ne repose sur rien. Absolument RIEN. L'affaire a été jugée, 2 fois de surcroît, la peine infligée était finalement plutôt légère pour un meurtre (la préméditation n'a pas été retenue je crois, sinon elle risquait la perpétuité). Il n'y aucune "ombre du doute" qui puisse profiter à madame Sauvage, les faits sont avérés. D'ailleurs la défense n'a même pas demandé l’acquittement pour manque de preuve ou autre. Il l'a demandé pour des motifs "humanistes". Sa grâce est donc un "cadeau" offert au lobby féministe, un cadeau de Noël de très mauvais goût d'ailleurs. Elle a été graciée parce que c'est une femme et on tente même de faire passer son acte pour un geste héroïque. On aime voir les "minorités opprimées" se rebeller contre leur bourreaux, réels ou fantasmés. Cette grâce ne veut ni plus ni moins dire: "Si votre mari vous tape, vous avez l'accord pour descendre ce fumier, on vous défendra". Les féministes acquiescent. Cette affaire me plonge dans une colère noire. Cela fait pas mal de temps que je pense que le féminisme est dangereux, cette histoire me conforte dans ma pensée: les féministes ne voient aucun problème a cautionner un meurtre perpétré par une femme (tant que ce n'est "que" sur un homme).

Écrit par : Toto1er | 31 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Pour mémoire le président François Hollande avait accordé à Madame Sauvage une grâce partielle dite "gracieuse" le 31 janvier 2016 qui devait lui valoir l'accessibilité à la liberté à mi-avril 2016 ce qui fut par la suite annulé.
Par conséquent on devrait hésiter avant de traiter François Hollande de tous les noms.

Pour le reste, déjà écrit ne croyant pas que cette dame ne pouvait se défendre en se plaçant sous tout ce qui existe en France concernant les mauvais traitements réservés aux femmes il m'est impossible, sans rien affirmer, de ne pas me demander s'il ne se serait pas agi d'un drame passionnel de jalousie... SANS RIEN AFFIRMER!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 31 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Personnellement je trouve plutôt réconfortant que la Constitution de la République accorde à son président un droit de grâce qui est loin d'être utilisé à la légère.

Si la France ne veut plus de ce droit qu'elle l'abroge.C'est vraiment faire un mauvais procès au président que d'avoir pris une mauvaise décision. Que devrait-on dire dans le cas d'un refus de grâce présidentielle lorsque le condamné est vraiment innocent ?

Et qui sont donc ces magistrats qui hurlent que la séparation des pouvoirs est menacée, eux qui, souvent, fondent leur jugement non pas sur des preuves mais sur une intime conviction. Est-il réellement raisonnable d'embastiller une personne pendant 20 ans sur la base d'une intime conviction ?

Alors de grâce (oui, je sais...) qu'on laisse les présidents français accorder ou non leur grâce lorsqu’on la leur demande. Quelle que soit la décision présidentielle, il y aura toujours une partie de l'opinion pour la déplorer.

Écrit par : Michel Sommer | 31 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

quels bandes d'hypocrites ces juges, quels lâches derrière cette magistrate visiblement accro à son truc, d'une corporation qui a su accorder leurs grâces tour à tour à Bernard Tapie, au Crédit Lyonnais, à Christine Lagarde, à Sarkozy et François Fillon -facture de 4 milliards versée aux contribuables - pour liquider une seule affaire de pertes des potes à Sarko du CL dues à emprunts toxiques

sont bien forts, ces hauts-cris de magistrats qui n'ont pipé mot sur le décret de Manuel Valls du 6 décembre dernier (le mec a décidé en solo en catimini avant son départ de mettre la Cour de Cassation sous le contrôle du gouvernement), acte totalement anti-constitutionnel et mettant à terre l'un- si ce n'est le dernier des piliers de leur Ve République

ici aussi, la loi ne s'applique plus dans les mêmes sens, va falloir savoir tirer à l'envers les civils, bien du plaisir aux français pour 2017

Écrit par : divergente | 31 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Voici qui est beaucoup plus compromettant que la grâce de cette pauvre dame qui a passé quatre ans en prison.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marc_Rich

Écrit par : Charles | 31 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Je maintiens mes propos. A lire la très grande majorité des "posts" sur votre blog, il ressort que l'on discute bien davantage de la culpabilité ou non culpabilité de la personne condamnée puis graciée que du principe même du droit de grâce. Encadrer le droit de grâce reviendrait au fond à lui enlever toute signification. Il suffit dans ces conditions de "faire appel". Si les juges sont habilités à s'appuyer sur une "intime conviction", pourquoi le président de la République ne serait-il pas capable de s'appuyer sur la sienne ? Je ne sache pas en outre que la grâce soit accordée systématiquement. Il est admis qu'un jugement en appel contredise le jugement d'une juridiction inférieure sans que cela choque et il ne serait pas admissible que le droit de grâce reconnu au président de la République soit considéré comme un désaveu de la justice ? Non juste une intime conviction...

Écrit par : Michel Sommer | 05 janvier 2017

@ Michel:

Admettre la grâce c'est admettre que le civil soit au final plus haut que le judiciaire. Et aussi qu'un individu dispose d'un droit d'exception hors de tout contrôle. S'il faut admettre la notion de grâce elle devrait être étroitement cadrée pour des cas où l'on soupçonne un traitement inique par exemple.

Ici en plus les raisons de la grâce sont fondées sur la présomption de culpabilité et sur le procès d'un homme mort.

Écrit par : hommelibre | 31 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

"Marc Rich a émigré aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Il cumule les nationalités américaine, espagnole, israélienne, belge et suisse."
Et dire que c'est légal ! Enfin, probablement...
Déjà que la double nationalité est parfaitement inique, des citoyens ayant de facto et de jure deux fois plus de droits civiques que les autres...

Écrit par : Géo | 01 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

On profite de cette situation de Mme Sauvage pour repartir contre le féminisme.

Humaniste il visait à la justice sociale.

Mais des hommes, contre féminisme misogyne refusèrent toujours et d'ors et déjà ce féminisme social (un exemple, ensuite).

Pour eux la croissance de l'islamisme en nos pays apporte une réponse.

Nous avons impulsé l'idée d'un planning familial à CH Renens, localité près de Lausanne sans gynécologue à l'époque. Pour éviter les avortements avec accès é la pilule (années 70-80. Il s'agissait de joindre les autorités locales puis la population.
Mission accomplie nous nous sommes retirées.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 01 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

"Au XXIème siècle, il faut encore passer par un instrument aussi dépassé, royaliste et contestable que la grâce présidentielle pour que justice soit rendue à une femme battue. Comment est-ce possible ?"
De la femme la plus détestable de Suisse (romande, en tout cas), à laquelle des fous irresponsables ont confié la responsabilité de rédactrice en chef du Matin-dimanche. P.16 du journal d'aujourd'hui...

Écrit par : Géo | 01 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

- « "Marc Rich a émigré aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale." »

Oui. Un grand patriote, selon wikipedia.


- « "Il cumule les nationalités américaine, espagnole, israélienne, belge et suisse." Et dire que c'est légal ! » (Géo)

Ben oui. C'est la loi de la multi-nationalité. Une loi d'immigration libéro-libérale très appréciée pour son grand pouvoir d'attraction de nouveaux talents prometteurs très doués car très convaincants.

Écrit par : Chuck Jones | 01 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

@ Lise

"ont-elles été en contact direct avec la famille Sauvage, ont-elles assisté aux violences conjugales ??? "

effectivement, de quoi se mêlent ces personnes en faisant des pétitions en faveur de jacqueline Sauvage.

Écrit par : leclercq | 01 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Géo, j'ai lu l'article d'Arianne Dayer. Elle rajoute au bruit ambiant mais ne fait pas son boulot de journaliste. je l'ai déjà vue mieux inspirée.

Écrit par : hommelibre | 04 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Homme libre@ "mais ne fait pas son boulot de journaliste" Vous êtes dans l'euphémisme. Ce qu'il y a de fou, c'est que hier soir dans l'émission de Anne-Sophie Lapix "C à voir" (pas sûr du titre, because surabondance de C...), les avocates de Sauvage revendiquent la légitime défense en même temps que les gendarmes français ont mis en garde à vue un garagiste qui a mis en fuite 4 malfrats dans son domicile, dont trois s'occupaient de sa femme, en tuant celui qui s'occupait de lui...
Garde à vue pour être coupable de défendre sa femme vs légitime défense pour trois balles dans le dos. Voilà l'état de la France actuelle...

Écrit par : Géo | 04 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Cela dit, je sors d'une discussion avec une ancienne juge. Qui a traité beaucoup d'affaires dans le genre "plainte de femme battue contre son mari".
1. Dame portugaise, qui affirme que son mari la bat. La juge se tourne vers le mari et demande sa réaction : "Oui, je la bats, mais je m'arrange pour ne pas laisser de traces..."
2. Autre dame, qui affirme que son mari la bat et qu'il a violé sa fille de 13 ans. La juge se tourne vers le mari et demande sa réaction : " Ben oui, ma femme ne voulait plus baiser alors comment voulez-vous que je fasse ?"
Arrestation séance tenante et signature du procès-verbal des aveux de viol.

Le problème des femmes, c'est qu'elles ont un peu tendance à épouser n'importe quoi. La réciproque est vraie aussi. Bref, le monde va mal et ce n'est pas nouveau.

PS. La juge est ma belle-soeur, inutile de vouloir remettre en doute ses histoires...

Écrit par : Géo | 04 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

@Géo, vous terminez votre texte ci dessus et intéressant en ajoutant ce PS:

"PS. La juge est ma belle-soeur, inutile de vouloir remettre en doute ses histoires..."".

Écrit par : Géo | 04 janvier 2017

Pour moi:Il n y a aucune raison de mettre en doute les histoires de Mme la Juge, votre belle soeur...
-------------
Par contre, vous dites un peu plus haut ceci:

""(...)Très franchement, il ne doit pas être le seul à détester de manière générale les juges, qui sont de plus en plus du côté des criminels plutôt que des victimes.(...)Il n'y a pas un seul pays au monde où on peut déclarer qu'elle est résolue. Aucun juge n'est indépendant politiquement, aucune justice rendue non plus...""

Écrit par : Géo | 30 décembre 2016
------------------------------
Ai je loupé un wagon?



Écrit par : Géo | 30 décembre 2016

Écrit par : Charles 05 | 04 janvier 2017

@Géo,

Pour la femme qui ne voulait plus baiser... il n'y a pas si longtemps que l'on parlait du "devoir conjugal"

et cet homme, a priori, n'avait sans doute pas les moyens voire l'idée de consulter psys ou sexologues

en même temps qu'ignorant que l'appétit sexuel diminue comme peau de chagrin au fur et à mesure qu'entre couple les conflits ne sont pas plus abordés que réglés.

Aller bien plus loin dès l'école dans l'apprentissage de ce qu'est la sexualité, d'une part, l'amour, de l'autre?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 04 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

- « Le problème des femmes, c'est qu'elles ont un peu tendance à épouser n'importe quoi. La réciproque est vraie aussi. Bref, le monde va mal et ce n'est pas nouveau. » (Géo)

- « PS. La juge est ma belle-soeur, inutile de vouloir remettre en doute ses histoires... » (Géo)


Pourtant, ... quand on parle de sa belle-soeur, ... ne parle-t-on pas ... d'une femme ?

Écrit par : Chuck Jones | 04 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Ben en tout cas, ça va être de plus en plus difficile de se mettre en couple avec une meurtrière potentielle.
Pour ma part je passe mon tour

Écrit par : ban de morue | 05 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

« et cet homme, a priori, n'avait sans doute pas les moyens voire l'idée de consulter psys ou sexologues»

Je pense plutôt que cet homme n'avait pas les moyens de se payer dame Lulu, même une fois par semaine. Remarquez que la FRC tout comme «À bon entendeur» ne sont jamais penché sur les prix surfaits pratiqués par le "milieu" envers ces messieurs en détresse.

Enfin, c'est à espérer qu'un jour la physio-péripatétithérapie sera remboursée par l'assurance de base.

Écrit par : petard | 05 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Charles 05@ Il n'empêche qu'aucune justice rendue n'échappe à la politique ! Politique ne veut pas dire mensonger ou injuste...
Il est plus que probable par ailleurs qu'un juge masculin d'avant 68 aurait haussé les épaules face aux plaintes de ces dames. Qui d'ailleurs n'auraient jamais osé porter plainte...

Écrit par : Géo | 05 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

- « Il n'empêche qu'aucune justice rendue n'échappe à la politique ! » (Géo)

Ptet ben parce que ... malgré les bonnes intentions démocrates énoncées à travers le principe de la "_séparation_ des pouvoirs", ... la justice est bien une ... _arme_ ... (à double tranchant, alors attention à ne pas tomber et à ne pas s'asseoir dessus), ... lorsque ... les politiques ... s'en servent pour légitimer leur ... utilité ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Justice_(all%C3%A9gorie)#Le_glaive

https://fr.wikipedia.org/wiki/Justice_(all%C3%A9gorie)

Critique de la justice comme idéal
( https://fr.wikipedia.org/wiki/Justice#Critique_de_la_justice_comme_id.C3.A9al )

La justice, la morale et la société
( https://fr.wikipedia.org/wiki/Justice#La_justice.2C_la_morale_et_la_soci.C3.A9t.C3.A9 )

De la nature de la justice dans l’individu
( https://fr.wikipedia.org/wiki/La_R%C3%A9publique#Livre_IV )

La classification des régimes politiques
( https://fr.wikipedia.org/wiki/La_R%C3%A9publique#Livre_VII )

La République
( https://fr.wikipedia.org/wiki/La_R%C3%A9publique )

Écrit par : Chuck Jones | 05 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

"Pourtant, ... quand on parle de sa belle-soeur, ... ne parle-t-on pas ... d'une femme ?"
Chuck Jones@ Si vous vouliez prouver que vous étiez aussi con que Vincent Strohbach, bravo, c'est gagné. Que dire d'autre ?
Sur la justice, vous n'avez pas lu mon commentaire. Vous ne lisez ou ne comprenez jamais les commentaires des autres : "Et s'il y a un point faible dans nos systèmes démocrates, c'est la question des relations du pouvoir judiciaire avec les deux autres. Il n'y a pas un seul pays au monde où on peut déclarer qu'elle est résolue."

Écrit par : Géo | 05 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Monsieur Géo

- « Sur la justice, vous n'avez pas lu mon commentaire. Vous ne lisez ... »

Me croiriez vous si je vous dis ... "Oh, que si !" ?

- « ... ou ne comprenez jamais les commentaires des autres »

C'est pour ça que je vous pose des questions. Mais de toute évidence, ça ne vous intéresse vraiment pas d'y répondre.

Dans ce cas précis, j'essaie de comprendre ce que ... les "femmes" ... ont à avoir avec ce fameux ... "point faible dans nos systèmes démocrates", ... pour que vous croyiez si naturel, si évident, ... d'évoquer ce que vous appelez, très pudiquement ... "Le problème des femmes".

Ou est-ce que vous-même, ne lisez jamais ce que vous écrivez, vous-même, ne voyant pas du tout de raison de l'être, ... _bien compris_ ?

Écrit par : Chuck Jones | 05 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

L'intégralité de la France n'a pas le sens moral et l'intelligence au niveau du caniveau. Ouf.

Écrit par : Quentin | 10 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 08 h (Europe/Paris).