15 décembre 2016

Alep, Mossoul et les autres

Pas assez de larmes, pas assez de mots. Pas assez pour dire tout. Tokyo, 10 mars 1945: un quart de la ville de bois rasée, 100’000 civils brûlés en une nuit dans une tempête de feu (image 1 et info Wiki). Le bombardement le plus meurtrier de l’Histoire.


alep,syrie,mossoul,tokyo,dresde,daesh,irak,enfants,Dresde, 13 au 15 février 1945: ville détruite, 25’000 civils tués. Hambourg, juillet 1943: 45’000 civils tués. Guerre sino-japonaise 1937-1945: 9 millions de civils et 3’230’000 de soldats chinois tués. Et ainsi de suite.

Autour d’Alep: on ne compte plus les charniers attribués à Daesh. À Mossoul: les combattants islamistes utilisent des civils comme boucliers. Les attentats à la voiture piégée sont quotidiens et visent civils comme militaires. Selon le commandement de la coalition « La bataille est très dure ».

Mossoul, 2 millions d’habitants. 650’000 d’entre eux sans eau potable. 100’000 soldats irakiens et les avions de la coalition contre environ 6’000 combattants djihadistes. Pénurie de vivres. 70’000 habitants ont fui la ville depuis l’offensive à mi-octobre.

Comment feront les troupes irakiennes pour reprendre la ville?

À Alep: les civils seraient actuellement massacrés par l’armée. Possible. Mais pas de chiffres, ni d’images de corps amassés. À Mossoul: pas de chiffres des civils tués et peu d’images. D’ailleurs pendant que l’on parle d’Alep on ne parle pas de Mossoul. La guerre psychologique, la guerre de l’information bat son plein. Les camps sont désignés et nous, résignés. Trop de confusion pour savoir qui pleurer.

alep,syrie,mossoul,tokyo,dresde,daesh,irak,enfants,Alors, pleurer de manière globale. Pleurer les enfants. Terrible, les enfants morts ou en exil dans les histoires de grands. Comme Aylan et tous les autres. On ne compte même plus. Mais pleurer ne change rien, sauf notre degré d’indignation, mesure de notre défaite devant la guerre.

Les enfants font oublier les enjeux locaux, confessionnels, politiques, et les enjeux globaux, géostratégiques. Entre le coeur et la tête, le coeur c’est plus simple. La tête c’est trop compliqué. Qui a commencé? Qui a laissé faire? Qui combat qui (tableau Wiki, cliquer pour grandir)? Le bordel!  Et comment  stopper la guerre sans frapper plus fort que l’autre?

Tout et son contraire existe dans l’humain: la lumière et la mort.

De quelques dizaines de membres de factions locales dont on ignore les motivations au dizaines de milliers de Daesh tous sont engagés dans ce panislamisme, ou panmondialisme. Selon les médias de notre camp les modérés d’Alep sont des Frères musulmans. Pas vraiment des enfants de choeur.

Les villes détruites seront reconstruites sur le sang et la cendre. Comme toujours. Et d’autres batailles suivront, ici, là. L’Histoire n’est pas finie. Gardons des larmes, nous en aurons encore besoin.

Défaitiste? Non. Lucide d’une sombre lucidité.

 

 

15:03 Publié dans Histoire, Politique | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : alep, syrie, mossoul, tokyo, dresde, daesh, irak, enfants | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

6.000 djihadistes et on n'en n'arrive pas à bout? Même s'ils sont armés à bloc, c'est incohérent.

Comment se fait-il que cet État islamique existe encore? Soit ils ont de sacrés bons appuis ou alors "on" n'a pas vraiment envie ni intérêt à les éliminer.

Je ne suis les infos qu'en diagonale, parce que j'ai l'impression que tout ce qu'on nous raconte n'est que du bullshit (pardon my French;-))

Écrit par : Arnica | 15 décembre 2016

Arnica,

La difficulté vient possiblement de leur immersion dans la population civile. Qui est qui? Le récent reportage présenté par la RTS montre qu'un adulte anodin, voire un enfant, peuvent devenir des armes et les militaires doivent se méfier de tout le monde.
On l'a vu dans la bataille d'Alep.
J'ai vu le chiffre de 465 civils tués pendant cette bataille d'Alep. Si c'est exact, c'est très peu au final au vu de la violence des combats.

Écrit par : hommelibre | 15 décembre 2016

Certains vont dire que c'est de la propagande, tant pis!
Il faut apprécier ce discours net et concis à après une question d'un journaliste.
La réponse l'a laissé un peu cake !


https://www.youtube.com/watch?v=0DZSPy5KkWg

Écrit par : aoki | 15 décembre 2016

La population civile se fait massacrer. Ça signifierait donc que les armées russes et syriennes bombardent à gogo en évitant soigneusement de toucher des djihadistes? Selon les lois de Darwin, l'EI mérite vachement de survivre et de perdurer puisque rien n'arrive à les éliminer. Pire que les punaises de lit ma parole!

Écrit par : Arnica | 15 décembre 2016

Aoki:

Réponse nette en effet! Pourtant le journaliste avait l'air sûr de lui, du bon côté...

Écrit par : hommelibre | 15 décembre 2016

Arnica, il est de plus en plus difficile de croire les médias. La vidéo postée par Aoki est révélatrice de l'ambiance et d'une rigueur aux abonnés absents chez les journalistes.

Écrit par : hommelibre | 15 décembre 2016

et sur ce site, un florilège de liens qui démontent cette vaste vague de mensonge des médias. A ce stade cela devient surréaliste

http://reseauinternational.net/les-medias-creent-une-tempete-de-fausses-nouvelles-autour-de-leffondrement-de-la-partie-rebelle-dalep/


Autrement voir les contributions de Contribution sur le site de J. Gowrié

Écrit par : aoki | 15 décembre 2016

«Selon les lois de Darwin, l'EI mérite vachement de survivre et de perdurer puisque rien n'arrive à les éliminer.»

Oui, c'est curieux ces milliers de civils autochtones innocents tués et ces combattants de l'EI que l'on n'arrive pas à attraper mais qui se déplacent sans souci pour revenir frapper en Europe...

Écrit par : petard | 15 décembre 2016

Ici, Causeur liste les erreurs de la France dans la guerre de Syrie. Cette liste est longue:

www.causeur.fr/lemonde-alep-syrie-assad-france-41633.html

Il critique avec arguments un article du Monde sur le même thème:

www.lemonde.fr/idees/article/2016/12/13/alep-ou-l-honneur-perdu-de-l-occident_5048228_3232.html

À noter que sur cette page du Monde ni l'article ni les chapeaux vers d'autres articles liés, plus bas, ne mentionnent une seule fois le mot "islamisme" (seulement 1 x Etat islamique), et seulement deux fois le mot "djihad". Les mots utilisés sont "révolution syrienne", "insurrection", etc. Il y a volonté d'évitement des mots qui dérangent. On lit aussi ceci:
« la mobilisation kurde d’une part et djihadiste d’autre part ont peu à peu borné leurs agendas syriens respectifs. C’est donc sur l’autel de l’irrédentisme kurde et du djihadisme transnational que la révolution populaire syrienne a été très égoïstement sacrifiée »

Écrit par : hommelibre | 15 décembre 2016

Cher hommelibre,

- « il est de plus en plus difficile de croire les médias. »

Ben ... oui.

Remarquez, on pourrait aussi tourner ça dans l'autre sens ...

... "il est de plus en plus difficile de convaincre les consommateurs de médias."

Ptet que c'est à cause de la consommation des médias ... par la pub.

Surtout à la pub du père Noël !

Vous croyez encore au père Noël, vous ?

Écrit par : Chuck Jones | 16 décembre 2016

Les commentaires sont fermés.