09 décembre 2016

Pif ! Paf ! Youp la boum !

Sérieusement: est-ce bien utile que certaines universités mettent à leur programme des études de genre? Parce qu’on trouve sur le net de courtes vidéos qui sont autant d’expériences de sociologie en direct. Bourdieu en devient ringard. (Euh, il l’était déjà).


 

homme,femme,expérience de rue,violence,serge ferrand,féministes,harcèlement,En quatre minutes ces vidéos en montrent autant que des années d’études théoriques et de lecture fastidieuse de Simone de Beauvoir.

Voici. À force de vider, laver et reformater le cerveau un réflexe pavlovien s’installe chez certains humains. À moins que cela ne soit le plus vieux stéréotype du monde: l’homme doit protéger la femme, plus faible. Ce qui est juste: les femmes en ont moins. Je veux dire de muscles, en moyenne. Seuls les hommes queers sont encore plus faibles qu’elles.

Ayant une bonne opinion des femmes je suis souvent disapointed par la victimisation féministe, aussi hypnotique qu’une musique de Mike Oldfield ou qu’un chant traditionnel amérindien.

 

homme,femme,expérience de rue,violence,serge ferrand,féministes,harcèlement,J’ai déjà passé une vidéo « d’expérience sociologique ». Les deux qui suivent sont encore plus intéressantes. L’acteur a pris des risques.

Le commentaire est en anglais mais pas besoin de traduire, les images parlent d’elles-mêmes. Tout le monde veut sauver la femme, mais pour l’homme personne.

Bouuuhhh...

 

Le scénario: un homme et une femme se disputent dans la rue. C’est d’abord l’homme qui tape la femme, puis rebelote avec la femme qui tape l’homme. Et on observe les réactions des passants. Jolie démonstration. Comme quoi  l’égalité, c’est relatif.

La seconde vidéo est dans la même veine avec cette fois du harcèlement sexuel. Là encore démonstration de la différence. Ou résultat d’années de matraquage accusateur féministe. Pif! Paf! Youp la boum!

Funny, isn-t it?

 

Remarque: il n’y a que des hommes qui se lèvent pour défendre la femme. Pas d’autre femme. C’est biologique, docteur?

Re-remarque: images BD de Serge Ferrand extraite des Vaginocrates – cliquer dessus pour lire. Toujours en vente dans les bonnes bédéthèques. Je ne sais pas si on peut payer en bite-coins.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16:23 Publié dans Humour, société | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : homme, femme, expérience de rue, violence, serge ferrand, féministes, harcèlement, sociologie | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Tout est dit, très bien résumé, il n' y a rien à ajouté.

Écrit par : djézouy | 09 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Je saute sur un sujet qui n'a que vaguement rapport avec l'article, mais il me vient l'idée que le plus gros succès du féminisme, et sa plus solide défense aujourd'hui, est d'avoir imposé sa lecture caricaturale de l'Histoire, au point que la plupart des antiféministes que j'ai lu ou rencontré la partagent, même s'ils la défendent au lieu de la condamner. De ce point de vue, ce blog est un vrai soulagement.
Il faudrait qu'une contre histoire des hommes soit largement diffusée pour que la critique du féminisme ne soit plus assimilée à la défense du viol ou de la servitude. (Au fait, j'ai trouvé un débutr de réponse à ma propre question de la dernière fois : A Nantes, pour la manif du 25 novembre, ils étaient 400... Je suis même pas sûr qu'ils étaient 10 000 dans la France entière. A leur place, j'aurais honte) http://www.europe1.fr/societe/manifestations-a-paris-et-a-nantes-contre-les-violences-faites-aux-femmes-2911352

Écrit par : Cyril | 09 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

@ Cyril,

Merci pour le lien.
La relecture de l'Histoire est en effet une base de l'idéologie. Il y a encore beaucoup d'hommes prisonniers de cette manipulation. Il faudrait qu'un historien connu et solide écrive sur ce thème. La bataille des idées sera encore longue!

Écrit par : hommelibre | 09 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Les femmes auraient tout autant à y gagner puisque, si la majorité des jeunes garçons prisonniers de ces clichés vivent dans la repentance et la honte de leur sexe, d'autres se conforment à l'image caricaturale que l'on fait d'eux pour se sentir hommes, et deviennent des dangers publics.

Écrit par : cyril | 09 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Certainement. En plus ceux qui vivent dans la repentance et la honte de leur sexe pourraient un jour ne plus supporter cette pression et négation d'eux et entrer dans une révolte violente parce qu'ils n'auraient pas les mots pour la canaliser. Ce pourrait aussi à l'occasion d'une crise mondiale où les tréfonds ressortiraient. Un retour de bâton à la mesure de l'oppression vécue n'est à mon avis pas à exclure.

Écrit par : hommelibre | 09 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Intéressant comme vidéo. En plus dans la première, la femme est encore plus violente avec l'homme que ce dernier avec elle. Lui s'est contente de la pousser, etc. Tandis que la femme lui fout carrément des coups. Voir les gens rire doucement est quand même assez gênant... Les gens en général sont plus protecteurs avec les femmes, c'est un fait vérifiable dans tellement de domaine. On les pense plus faibles, moins aptes à se défendre, alors il se trouvent beaucoup de "chevaliers blancs". Les gens doivent aussi se dire que la nana qui tape son mec doit avoir un bonne raison de le faire, tandis que le gars est juste vu comme un connard qui respecte pas sa copine.

Écrit par : Toto1er | 10 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

En passant il faut pas mal de courage pour faire ça en publique dans le cadre d'une expérience, surtout pour l'homme qui est plus susceptible de se faire casser la gueule. Et ils sont assez brillants.

Écrit par : Toto1er | 10 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

@ Toto1er:

Les rires pourraient être considérés comme une gêne, mais cela ne tient pas devant la violence. Ils suggèrent même une certaine jubilation ou une sorte de revanche, dont on peut aisément imaginer la raison dans le discours général sur les femmes victimes.

"Les gens doivent aussi se dire que la nana qui tape son mec doit avoir un bonne raison de le faire, tandis que le gars est juste vu comme un connard qui respecte pas sa copine." :

exactement. C'est le résultat de ce discours et du stéréotype misandre instauré par le féminisme.

La violence jouée de la femme est en effet nettement plus marquée, j'ai même cru qu'elle lui arrachait réellement des cheveux quand elle le jette à terre.

Oui ils sont brillants.

PS: je vous ai répondu que je n'avais pas vu passer le message dont vous me parlez dans un précédent post.

Écrit par : hommelibre | 10 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Mail envoyé à nouveau, cette fois via le mail d'une université publique (la première fois que je l'avais envoyé via une adresse yahoo).

Écrit par : Toto1er | 10 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Reçu, vais le lire tranquillement. Merci.

Écrit par : hommelibre | 10 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Cher hommelibre,

- « Sérieusement: est-ce bien utile que certaines universités mettent à leur programme des études de genre? »

Ben ... les universités, ... ben elles mettent pas des études à leur programme par utilité. L'utilité ... c'est le rôle des écoles professionnelles.

Le rôle des universités, c'est d'essayer de comprendre le monde. Pour faire des différences. C'est pour ça que les universitaires aiment bien faire des expériences. Pour vérifier qu'ils ont bien compris les différences et qu'ils ne confondent pas les choses. Comme les différences entre les écoles professionnelles et les universités.


- « En quatre minutes ces vidéos en montrent autant que des années d’études théoriques et de lecture fastidieuse de Simone de Beauvoir. »

Ah! Vous avez étudié Simone de Beauvoir pendant des années ? Parce que Simone de Beauvoir, elle n'est pas vraiment connue pour ses théories.


- « Ayant une bonne opinion des femmes ... »

Vous allez bien rigoler.

A voir vos fotos fétiches de femmes dont vous semblez avoir une bonne opinion, ... certaines femmes pourraient en douter.

Surtout les femmes libres, bien trop libres pour faire des concours d'élevage.


- « J’ai déjà passé une vidéo « d’expérience sociologique ». Les deux qui suivent sont encore plus intéressantes. L’acteur a pris des risques. »
- « Tout le monde veut sauver la femme, mais pour l’homme personne. Bouuuhhh... Le scénario: ... »

Euh ... quelle différence avec le cinéma, où y'a pas non plus de pénétration ?

Ou c'est pour dire que Marlou Brandon a pris aussi des risques ?


- « Et on observe les réactions des passants. Jolie démonstration. Comme quoi l’égalité, c’est relatif. »

Je comprends pas. L'égalité de quoi ? Dans le scénario, les passants y doivent aussi taper ? Pour donner le même nombre égal de coups à la femme et à l'homme ?


- « La seconde vidéo est dans la même veine avec cette fois du harcèlement sexuel. »

Même chose. Je comprend pas. C'est un concours de quoi ?

Écrit par : Chuck Jones | 10 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Bonjour Hommelibre au sujet de l'égalité femmes hommes il y a un domaine ou tous sont égaux c'est à dire par devant caméra pour alimenter la virtuelle
Comme par exemple jouer aux trappeurs de l'Alaska et tous payés en tant que comédiens
Ce qui ne m'étonne guère quand on sait que les premiers pionniers partis n'avaient aucune caméra collée à leurs basques pour leur faire dire ou aller afin de mieux mystifier les téléphages , surtout attirés par la beauté des paysages et de la faune
On sait pertinemment qu'il a suffit d'une série sur les poubelles mises en scène par des comédiens Canadiens pour que la taxe au sac soit imposée à chaque citoyen Suisse
Très bon dimanche pour Vous

Écrit par : lovejoie | 11 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Bonjour Lovejoie,

En effet les trappeurs modernes sont suivis par une équipe de tournage vidéo. Amusant! Surtout pour le commentaire, qui dramatise pour créer le suspens. Quand on les voit perdus, près de perdre peut-être la vie, je me dis toujours: pas de problème, puisque la caméra est là ce n'est qu'un scénario, il s'en sortira forcément!!!

Ici dans ces deux vidéos il y a aussi un scénario mis en place par les acteurs, mais on ne sait pas d'avance la conclusion, et surtout le message qui en sort n'est pas celui du politiquement correct.

Bon dimanche à vous!

Écrit par : hommelibre | 11 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Chuck,

Ces vidéos montrent que les réactions du public sont différentes selon qu’une femme tape un homme ou qu’un homme tape une femme. Le premier cas de figure ne suscite aucune réaction de défense de l’homme et personne ne tente de maîtriser la femme; on voit même des sourires. Le deuxième cas montre des sauveurs prêts à en découdre avec l’homme.

On peut donc impunément agresser un homme quand on est une femme, on suscite même des sourires voire une forme de complicité, alors que l’inverse suscite une réprobation rapide et de l’agressivité.

Femmes et hommes ne sont pas considérés comme égaux face à la violence. La violence est considérée comme différente selon quel sexe l’exerce. Donc inégalité, et même sexisme misandre.

La seconde vidéo montre la même chose, non plus en situation de violence directe mais de harcèlement sexuel. Une femme harcelant un homme n’est pas empêchée, un homme harcelant une femme l’est. Pas d’égalité de traitement.

Vous n’aviez donc rien compris? Ou vous le faites exprès?

Pareil pour mes photos « fétiches » de femmes. Desquelles parlez-vous, pour en détailler le contexte et l’intention? Certaines d’entre elles font le pendant aux accusations unilatérales contre les hommes en général. Vous généralisez et semblez ne pas avoir bien vu ni lu l’ensemble des mes billets sur ces questions. Pour un lecteur assidu, soit vos lunettes sont voilées, soit vous avez la mémoire courte et très sélective.

Quant au concours d’élevage, je ne vois pas de quoi vous parlez. Mais je découvre que vous êtes le porte-parole des « femmes libres ». J’ignorais qu’elles eussent besoin d’un porte-parole, qui plus est masculin… Vous draguez par flagornerie ou vous cherchez un job?


Enfin sur les universités: « Le rôle des universités, c'est d'essayer de comprendre le monde. Pour faire des différences. »

On se demande dès lors pourquoi les études de genre concluent à des différences au préjudice des hommes et soutiennent des théories misandres.

Bonne journée.

Écrit par : hommelibre | 11 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

@Hommelibre merci pour la réponse mais j'ai une question concernant les chaines TV qui ne peuvent soi disant pas offrir des films de meilleures qualité que ces séries Américaines montrant certes tout ce qu'on peut faire avec les nouvelles technologies pour arrêter des criminels mais qui sont usantes à force d'être vues et revues
Alors voici la question ,d'ou viennent les millions accordés aux gagnants des jeux télévisés
Si quelqu'un par hasard peut me renseigner sur ce qui intéresse aussi de nombreux non internautes tous nous vous en serions gré !

Écrit par : lovejoie | 11 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

@ Lovejoie,

Je crois que cela vient en partie des sms surtaxés, ou de sponsors qui paient plus cher pour une exposition plus forte. Mais peut-être aussi de fonds propres aux chaînes qui par ces concours fidélisent des spectateurs.

Écrit par : hommelibre | 11 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 08 h (Europe/Paris).