24 novembre 2016

Tornade à Saint-Martin-de-Londres : le réchauffement en cause ?

Pause dans le débat politique. Mais pause courte car comme le dit le slogan (détourné) de mai 68: « Ce n’est qu’un début, continuons le débat! »

Saint-Martin-de-Londres. Le nom seul fait rêver. C’est une commune rurale au nord de Montpelier, au coeur d’un vallon, près des premières collines cévenoles et de la grotte des Demoiselles. Un village au charme délicieux, comme beaucoup dans le sud ensoleillé.

 


tornade,languedoc,réchauffement,climatSud

Cette nuit du 23 au 24 novembre ce fut plutôt la tempête. Une tornade même, dit la presse. Arbres arrachés, toits éventrés, voitures retournées. Des vents à 150 kmh concentrés sur une aire restreinte.

Violent et spectaculaire. Mais pas vraiment dramatique. De plus c’est loin de nous, limité dans la durée et la surface touchée ainsi que dans les dégâts relevés. Ce n’est pas exceptionnel. Alors pourquoi en parler?

Parce que de nombreux commentaires sur des forums d’infos ont immédiatement incriminé le réchauffement climatique et, partant, les humains. Quelques exemples sur m6info:

« merci à tous les konards qui polluent la planète et qui pensent avant tout à leur porte feuille plutôt qu'à la vie humaine »

« Continuons de déforester, polluer sans voir les prémices d'une catastrophe annoncée »

« et trump dit que le réchauffement climatique n'existe pas »

etc. 

  

tornade,languedoc,réchauffement,climatRafale

Selon le quotidien le Midi Libre, c’est du jamais vu. Vous connaissez ma passion pour la météo. J’ai donc creusé. Premier élément: les arbres n’ont pas été vrillés et les voitures retournées sont restées sur place, comme si elles avaient faut un petit saut de crêpe.

Christophe Ferré, président de Météo Languedoc, pense qu’il s’agit plutôt d’un phénomène de rafales descendantes, comme il en arrive habituellement sous les orages. Les vents ont soufflé à environ 150 kmh en s’écrasant sur une petite surface (600m sur 200m).

« En réalité, le phénomène est différent d’une tornade puisque les vents vont s’écraser au sol à la manière d’un coup de poing. Les arbres déracinés et les tuiles projetées au sol confirment cette analyse. Dans le cas d’une tornade, les arbres auraient vrillé et les toitures auraient été déplacées sur plusieurs mètres. »

 

 

tornade,languedoc,réchauffement,climatRéchauffement?

Et si c’est quand-même une tornade, elle est de force F1 ou F2 sur l’échelle de Fujita, qui va jusqu’à F5. L’image 2 (cliquer pour agrandir) décrit ces catégories de force avec les dégâts associés à la force du vent.

Mais peut-on écarter le fait que la hausse de température du globe soit en cause? Si le Midi Libre dit que c’est du jamais vu c’est que quelque chose de nouveau s’est produit.

Eh bien non, rien de nouveau dans la région et en France. Le site français keraunos.org recense les tornades et orages violents depuis plusieurs siècles. Il n’y a pas plus de tornades et pas plus puissantes aujourd’hui que par le passé.

La plus meurtrière a été constatée à Sète le 22 octobre 1844, soit vers la sortie du petit âge glaciaire. Elle est estimée de force F4. Les dégâts furent d’une autre ampleur:

« embarcations soulevées, emmenées à distance ou détruites ; très nombreux débris portés à des distances considérables (20 km) ; toitures enlevées et transportées à grande distance ; arbres (feuillus) arrachés ou brisés ; pavillon du Génie renversé (façade écroulée jusqu'au sol, seuls quelques portions de murs on subsisté) ainsi que 2 maisons voisines ; clocher (en construction) de l'église écroulé ; une maison de quatre étages littéralement rasée ».

La même ville de Sète a subi une autre tornade de force F3 cinquante ans plus tard. Le 29 juillet 1779 c’est Froville, en Meurthe-et-Moselle, qui subit une tornade F3:

« un homme jeté à une vingtaine de mètres ; gros arbres déracinés ou brisés, dont l'un emporté à plus de 100 mètres ; vingt toitures arrachées à Froville ; devant d'une maison rasé jusqu'à terre ».

 

Les médias aiment en rajouter dans le sensationnel. Et internet permettant parfois d’amplifier les angoisses et de rendre virales des informations incertaines, je trouvais utile de recadrer celle-ci.

 

 

19:45 Publié dans Météo | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : tornade, languedoc, réchauffement, climat | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Bonsoir

Il suffit de comparer le bétobitugoudronnage de 1800 à celui de 2016 :-)

Écrit par : absolom | 24 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Absolom,

Le bétonnage joue un rôle en effet, dans les conséquences des épisodes extrêmes, mais plus dans les risques d'inondations. L'épisode cévenol actuel, qui parfois prend d'autres départements méditerranéens sous le nom d'épisode méditerranéens, est incontrôlable pas l'urbanisme. Il est typique de l'automne et est connu de longue date.

Les tornades dans cette région sont connues de longue date, comme le site kéraunos le montre, et les plus violentes ne sont pas les plus récentes. La France n'est pas un pays à tornade d'où le fait qu'elle surprennent plus qu'aux USA par exemple. Mais on en rencontre sur presque tout le pays. Il est vrai que la rareté dans ce domaine impressionne, comme la tornade sur le Léman il y a quelques temps.

Écrit par : hommelibre | 24 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

L'Humain a toujours cherché à incriminer ses propres actes pour expliquer les catastrophes qui le touchaient...

Auparavant, lorsqu'une catastrophe naturelle quelconque se produisait (tremblement de terre, inondation, etc...), c'était sans doute parce que les dieux (ou Dieu tout court) avaient pris ombrage de nos péchés.

Il fallait bien souvent trouver un bouc émissaire, et le sacrifier à titre de rédemption.

Cette explication ne tenant plus avec le développement des connaissances scientifiques, il a bien fallu trouver, plus récemment, d'autres motifs pour faire porter à nos comportements déviants le poids de tous nos maux... d'où la grande popularité des thèses de l'origine humaine du réchauffement climatique. Sans compter les théories du complot (essais d'armes secrètes pour expliquer certains tremblements de terre, par exemple).

L'Humain, au fond, ne change guère qu'en surface.

Écrit par : mikhail | 25 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Bonjour Hommelibre qui ne se souvient pas des inondations de Nimes et de Vaison la Romaine et pourtant c'est pas

Écrit par : lovejoie | 25 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Bonjour hommelibre

Je m'y suis mal pris hier soir, fumette excessive peut-être ?

Je voulais de fait donner raison à votre billet. Les différentes "forces" naturelles n'ont probablement guère changé depuis le temps. Par contre les différents obstacles (créations humaines) rencontrés par ces dernières ont certainement augmenté...et lorsque l'on connaît l'incompressibilité de l'air ou de l'eau...

Et maintenant je file sur votre dernier billet :-)

Écrit par : absolom | 25 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Ok Absolom.
:-))

Écrit par : hommelibre | 25 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

"Parce que de nombreux commentaires sur des forums d’infos"

Quand on ne parlera plus de ces guignols qui se lâchent derrière leur ordi, ils tomberont dans l'oubli!

Écrit par : Patoucha | 25 novembre 2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 08 h (Europe/Paris).