20 septembre 2016

Fraude à la paternité : l’Allemagne prépare une « loi de la bite »

La filiation biologique reste un marqueur à fortes conséquences. Sur elle se construit l’identité biologique puis sociale de sa descendance. Elle est une sécurité pour le père et l’enfant comme pour la mère, et une motivation à travailler et se battre pour sa progéniture. 


paternité,fraude,père biologique,père putatif,adn,enfant,La bite et la loi

Si l’origine maternelle d’un bébé est évidente, la paternité ne l’est pas. Aujourd’hui un test ADN permet cependant d’identifier à coup sûr le géniteur. Qui n’est pas toujours le père légal.

Choquant. On pourrait dire aux pères non biologiques: le plus important est l’amour et l’éducation. Le lien biologique est secondaire comme le démontrent les familles où un enfant est adopté.

Vraiment? Pourquoi alors les hommes et les femmes tiennent-ils toujours au lien biologique, à une progéniture faite maison? Si la biologie ne comptait pas on pourrait produire des enfants dans des fermes et les distribuer aux familles de manière aléatoire. Mais non. La bite et la loi se superposent ou se prolongent pour plusieurs raisons, dont:

l’héritage génétique; choisir une mère plutôt qu’une autre c’est choisir une reproductrice adéquate à soi. Un époux bien bâti et solide en santé, ne laissera pas un homme malingre et tuberculeux faire des enfants à son épouse. Il ne clamera pas ensuite, à moins d'être un peu fou: tout va bien, ce sont mes enfants. De même qu’une femme cherche inconsciemment (ou non) un bon reproducteur, l’homme aussi veut une femelle dont il pressent qu’elle offrira un bon bagage génétique et culturel aux enfants;

la retraite; dans les familles rurales les enfants étaient une sorte d’assurance vieillesse. La force des enfants ne devait pas être divisée entre plusieurs familles;

 

 

paternité,fraude,père biologique,père putatif,adn,enfant,

Papa outai?

l’héritage civil; la transmission du patrimoine doit rester dans la famille. Qui voudrait travailler et accumuler des biens pour un enfant, qui ensuite en ferait  profiter des tiers au prétexte d’un lien biologique?

Il y a donc un trouble réel à ce qu’un père légal ne soit pas le père biologique sans le savoir. C’est ce que l’on nomme la fraude à la paternité: l’attribution de cette paternité à un père qui n’est pas le géniteur.

C’est une situation étrange à mes yeux, difficile à comprendre à une époque où la contraception est devenue familière. La transparence exigée dans la société ne semble pas concerner ces mères fraudeuses. Un père reproducteur absent et un père payeur affaibli, voilà qui ressemble à un contrôle sur l’homme et à une polyandrie qui ne dit pas son nom.

Depuis quelques décennies des militants de la cause des hommes avancent le chiffre de 30% d’enfants dont le père légal ne serait pas le père biologique. Cela semble déraisonnable. La féministe Peggy Sastre démonte cette affirmation dans un article. 

C’est un chiffre malheureusement gonflé ou indémontrable, comme ceux des agressions sexuelles, des viols, du harcèlement et des violences conjugales. Il n’existe pas d’étude systématique et à large échelle pour évaluer quantitativement cette fraude. On peut faire appel aux résultats des tests génétiques effectués au hasard lors de procédures médicales particulières: dons d’organes, maladies génétiques. Ces résultats font état de 3% d’enfants issus de cette fraude. D’autres études ou méta-analyses mentionnent des chiffres variables allant en gros de 5% à 15%. Pour y voir clair il faudrait une vaste étude dédiée. Mais je doute qu’elle ait lieu un jour.

  

 

paternité,fraude,père biologique,père putatif,adn,enfant,Pas deux papas

L’Allemagne a pris la mesure de ces fraudes et étudie une loi qui contraindrait les mères fraudeuses à dévoiler l’identité de l’amant en cas de litige sur la paternité.

« Le ministre de la Justice allemand, Heiko Mass, a dévoilé un projet de loi en ce sens, lundi 29 août. Il doit être présenté mercredi en conseil des ministres avant d'être soumis au Parlement. Un texte conçu pour protéger des conjoints trompés, qui pourront exiger des dédommagements financiers. »

Le but est d’octroyer des droits aux pères abusés:

« Les époux trompés pourront, selon ce texte, exiger un remboursement des frais d'entretien de l'enfant auprès de son véritable père, sur un période allant jusqu'à deux ans. »

La place de l’enfant dans cette situation a déjà été débattue. C’est une question douloureuse puisque le lien entre un enfant et la représentation paternelle pourrait être altéré.

Sur ce projet de loi je pense qu’il est erroné de demander au père biologique caché une contribution à l’entretien d’un enfant. Ce qui semble juste en théorie ne l’est pas forcément dans la pratique. Car plus qu’une contrainte c’est un pouvoir et une reconnaissance qui sont accordés au géniteur, pouvoir qui affaiblira encore la place du père légal.

Mais il n’est pas plus juste d’écarter totalement un géniteur au profit du père putatif, pour une raison simple: un enfant a le droit de connaître ses origines. Ledit géniteur pourrait aussi se sentir un droit et une responsabilité envers l’enfant, parce que la mère a accepté cette relation extra-conjugale et cette naissance. Pourquoi non?

Ce projet de loi est loin de régler la question. Mais il a le mérite de mettre le doigt là où cela fait mal et d’ouvrir une discussion nationale sur le sujet. En tous cas on comprend, au vu de ces situations, que les interdits sur l’adultère ont aussi des raisons sociétales et non seulement morales et individuelles.

 

 

 

08:09 Publié dans Politique, société | Lien permanent | Commentaires (32) | Tags : paternité, fraude, père biologique, père putatif, adn, enfant | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

"une loi qui contraindrait les mères fraudeuses à dévoiler l’identité de l’amant en cas de litige sur la paternité."
Contraindre, sous la torture? Et si la mère ne veut pas dévoiler l'identité ou ne connaît pas!!! elle même l'identité du père biologique. Si la mère craint non seulement de détruire un couple et une famille heureuse, mais de traumatiser son enfant. Si la mère ne veut pas ou plus entendre parler de la personne avec qui elle commis un "faux-pas" ou vécu une expérience douloureuse? Le droit à l'oubli, le droit à un nouveau départ dans la vie doit exister, le droit à prendre définitivement ses distances d'un passé douloureux.

La vie est bien trop complexe pour pouvoir la réduire à des questions d'exchange de fluides corporels.
Connaissant la mentalité allemande, je soupçonne que ce projet de loi se fonde sur un esprit de revanche à l'encontre des "fauteurs" et de revendications matérialistes. "Faites le payer, ce salaud qui a sauté ma femme!" Et si c'était la femme qui avait décidé de ne pas former un couple avec le géniteur de son enfant, contre le gré de celui-ci?

Écrit par : Ben Palmer | 20 septembre 2016

Questions pertinentes, Ben.

Écrit par : hommelibre | 20 septembre 2016

Ben, il y a eu un cas en Allemagne où un homme demandait à son ex compagne le remboursement des frais qu'il avait avancés pour un enfant qui n'est pas le sien.

Pareil au Québec, sur 4 enfants, seul 1 enfant était réel.

Un homme fraudé à la paternité s'en moque, tant qu'il est remboursé. C'est l'Allemagne qui veut que la femme donne le nom. Si elle ne veut pas, elle n'a qu'à rendre l'argent elle-même. Ou

Écrit par : Nick | 20 septembre 2016

"un homme demandait à son ex compagne le remboursement " Notez bien "ex". Un cas de litige où l'ex-compagnon débouté prend tente de "gagner" de l'argent et de se venger. Et les enfants là-dedans?

Écrit par : Ben Palmer | 20 septembre 2016

c'est pas évident pour les enfants non plus, j'ai des amis, leur fille le week-end dernier en réunissant les papiers pour se pacsé, a appris que "son père" n'était pas son père, elle aurait voulu l'apprendre autrement que par la voie administrative, depuis elle fait la gueule à sa mère.

"Si la mère craint non seulement de détruire un couple et une famille heureuse, mais de traumatiser son enfant."

le cas au-dessus est un peu différent puisque le mari actuel de cette femme savait quelle était enceinte, quand il se sont mis en couple.

"une loi qui contraindrait les mères fraudeuses à dévoiler l’identité de l’amant en cas de litige sur la paternité."

je suis contre ce type de lois, mais il faut reconnaitre que les femmes ont plus de droit que les hommes actuellement, elles décident seules de la fécondité de couple (contraception, avortement), alors qu'un couple c'est deux personnes les deux sont concernés.

Écrit par : leclercq | 20 septembre 2016

Loi de la bite...

Cette expression ne pouvait pas sortir que du cerveau malade de Goetelen. Le pauvre !

Écrit par : Allah | 20 septembre 2016

Je pense aussi qu'on peut interdire à la femme de sortir de la maison sans homme, ou... faire des tests de paternité aux enfants à la naissance.

J'ai rencontré une femme qui voulait coucher avec moi, alors que son copain était en déploiement. Il y a des personnes qui ne respectent pas leur contrat. Si la femme ne veut pas respecter sa part du contrat, l'homme aussi devrait être dégagé de sa part du contrat.

Écrit par : Nick | 20 septembre 2016

Je vois ça plutôt comme une demande de contribution financière de la part du père biologique de l'enfant. Comme un arriéré de pension alimentaire dans le cas d'une mère célibataire. Ce n'est pas forcément une question de revanche.
Ce n'est pas forcément une mauvaise idée.
Sinon, ba la meilleure façon de ne pas se faire tromper, c'est une bonne communication dans le couple, de la compréhension et du pardon, de l'attirance physique et émotionnelle à fond, de la négociation.. (même si rien n'est infallible)
Bref, si un homme veut s'assurer que les enfants seront bien les siens, il doit mettre toutes les chances de son côté.

Écrit par : Granny Spoth | 20 septembre 2016

Ben Palmer, comment pouvez-vous être aussi biasé contre un homme qui défend ses intérêts? A chaque fois qu'on parle des droits des hommes, vous revenez sur les droits des enfants?

Et les droits des hommes? Ca compte pour quoi? Il ne s'agit pas de vengeance, mais de justice! Un peu de bon sens, bordel!

Imaginez que vous restez dans un emploi que vous détestez pendant des années, vous allez travailler blessé... vous vous sacrifiez... et ce n'est même pas votre famille!

Vous travaillez pour RIEN!

L'homme qui a protesté n'a pas protesté contre la pension alimentaire pour se venger, mais parce qu'il n'est pas le père véritable des 4 enfants.

Les femmes peuvent assumer les conséquences de leurs actes. Elles peuvent être fidèles, ou elles peuvent payer de leur poche. Moi, le nom du vrai père, je m'en fous. De toutes façons, je ferai des tests de paternité à la naissance à mes enfants, quitte à violer la loi.

Si c'est pas les miens, je paye pas!

Écrit par : Nick | 20 septembre 2016

Nick. "comment pouvez-vous être aussi biasé contre un homme qui défend ses intérêts?" Dans ce cas, si j'étais ça femme je foutrait dehors sans hésiter. Quels intérêts donc? S'il était le père génétique, il devrait aussi payer pour son enfant. Et si c'était un enfant adopté ou en enfant issu de procréation artificielle avec le sperme d'un autre homme?

Écrit par : Ben Palmer | 20 septembre 2016

"Si j'étais sa femme, je le foutrais dehors!". Encore une fois, vous répondez à côté, et vous n'en avez rien à foutre du vrai problème.

Il y a une différence entre un enfant adopté et l'enfant du facteur. Vous le faites exprès? Vous êtes idiot ou malhonnête?

La femme a menti à l'homme. C'est donc LUI qui a le droit d'être indigné et pas elle.

Dans son cas, - et pas dans un cas hypothétique dont il n'est pas question dans l'article- c'est lui qui a le droit de demander réparations.

Est-ce que vous arrivez à comprendre ça, ou c'est trop difficile pour un esprit malhonnête comme le votre?

Écrit par : Nick | 20 septembre 2016

Il y a une énorme différence entre une adoption (volontaire!), un don de sperme (volontaire!) et une duperie et arnaque de sa compagne qui couche avec le facteur et qui te fait supporter toute la charge financière d'élever un gamin alors que le père biologique ne paie rien.
Ca ne veut pas dire que tu n'aimes pas l'enfant du facteur. Ca veut dire que,
1. tu détestes ta compagne de t'avoir trompé et dupé.
2. tu penses qu'il n'y a aucune raison que tu prennes en charge seul un gamin qui, même si tu l'aime beaucoup, n'est pas ton fils et a déjà un père biologique qui se trimbale dans la nature et une mère qui doivent tous deux prendre leurs responsabilités.

Écrit par : Granny Spoth | 20 septembre 2016

@ Nick : pas si simple les tests de paternité !!!

Test de paternité avec consentement :

En Suisse, un test génétique visant à déterminer un lien de parenté peut être effectué uniquement dans le respect de l'intérêt de l’enfant concerné qui doit donc être consentant s'il est capable de discernement. S’il est mineur, le consentement de ses parents est indispensable. S’il est incapable de discernement, il faudra l’accord de son tuteur/représentant légal. Tout test clandestin est irrecevable devant un tribunal et pénalement punissable.

A qui s’adresser

Si vous avez le consentement des parties concernées, vous pouvez déposer la demande de test ADN en vous adressant à un institut de médecine légale ou à un laboratoire autorisé par la Confédération. Les tests de paternité disponibles sur Internet sont irrecevables devant un tribunal. L’envoi d’échantillons à l’étranger est également condamnable.

Puis vous devrez ouvrir action en désaveu de paternité devant les tribunaux.

Écrit par : Lise | 21 septembre 2016

MDRRRR Excellent titre et quelles photos Lollll

Un projet de loi qui se retournera contre L'Allemagne qui devra dédommager les femmes violées par les migrants...... Le fraudeur là est l'Etat!

Écrit par : Patoucha | 20 septembre 2016

Nick, vous droit à votre opinion mais rien ne vous permet de m'insulté. Discussion close.

Écrit par : Ben Palmer | 20 septembre 2016

J'ai pris vos réponses à côté pour de la moquerie ou du foutage de gueule, alors qu'il s'agit d'un sujet sérieux. Vous semblez prendre l'intérêt des hommes à la légère! Un peu oui, ça m'a agacé!

Écrit par : Nick | 20 septembre 2016

On devrait secrètement proposer aux hommes des tests de paternité à la naissance.

Écrit par : Nick | 20 septembre 2016

"Un projet de loi qui se retournera contre L'Allemagne qui devra dédommager les femmes violées par les migrants...... Le fraudeur là est l'Etat!"

Quelle gourde! On voit bien qu'elle n'a rien compris à l'article.

Écrit par : Dominique | 20 septembre 2016

Dominique/Moshe/Allah et + encore!

C'est trop subtil pour les trolls analphabètes!

Écrit par : Patoucha | 21 septembre 2016

L'occident en voulant "libérer" la femme, a permis a cette dernière d'écarter les cuisses au premier minet venu, tandis qu'elle a une responsabilité en tant qu'épouse. "Libération" qui n'est acception de faire tout et n'importe quoi dans sa vie, d'entraver les règles mutuelles injustement(c'est d'ailleurs pas normal que les femmes aient trois fois plus de chance d'être embauchées en entreprises, si ce n'est pas de l'injustice celà enfin !), de s'envoyer en l'air insouciemment, fuyant lachement (qui a dit que seuls les hommes étaient lâches !) leur responsabilité.
Maintenant il n'est pas rare qu'une ménagère de 35 à 40 balais se tape un amant pour "échapper" à la routine, parce que le Jules l'aurait "délaissé" (c'est vrai que bosser sans relâche pour payer le confort de Madame et préparer l'avenir des gniards à venir)
Il faut arrêter de se cacher derrière un sacro-saint pardon, l'adultère est un acte très grave, déshonorant autant pour celui/celle qui le commet que pour la "victime", c'est encore une forme de lacheté déresponsabilisant complètement la personne en faute.
Nous ne sommes plus des enfants bon sang ! Serions nous devenus des animaux incapables de contrôler nos pulsions , occidentaux qui veulent donner des leçons de valeurs humaines au reste du monde ??
De toute façon il y a de moins en moins de mariage et davantage de divorces, il n' y a pas de fumée sans feu.
Que les gens arrêtent de se marier pour se donner un prestige, car c'est justement en se mariant qu'on risque de perdre de notre prestige et estime en angoissant de savoir si la personne à nos côtés ne fantasment pas sur le voisin d'en face assis sur le siège de la rame de métro.

Écrit par : le misanthrope | 20 septembre 2016

Proposer un test de paternité à la naissance est envisageable à moins que les techniques évoluant on soit en mesure d'effectuer le test au moment ou peu après le début de la grossesse

Il s'agit, comme de tout, désormais, non de morale ou d'amour mais de finances

toutefois se dire que l'on ne s'entend plus, s'avouer un ami/e immédiatement

dédramatiser l'union laquelle de mariage deviendrait compagnonnage

Il y a les divertissements sexuels dits échangisme...

Le géniteur d'un enfant l'est sans qu'il possède forcément le talent qu'il faut pour être un papa (de même les mères


Mais mon interprétation du mythe d'Œdipe pris trop à la légère par les psys quant à son début: le père d'OEdipe craint d'être détrôné ou dépassé par son fils et le traite pratiquement de manière criminelle ce qui explique non pas qu'OEdipe ne peut reconnaître son père en un "étranger" avec lequel il se dispute mais son "papa" c'est-à-dire quelqu'un sur qui enfant il pouvait compter en fait son meilleur ami

quant à sa mère qui laisse agir le père d'Œdipe en ses décisions violentes, lâche, indifférente ou couarde il ne peut non plus reconnaître non sa génitrice mais sa maman une "maman"!

Idéalement serait que les mères entretiennent financièrement leurs enfants...!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 21 septembre 2016

Dans cette histoire, la femme est de toute façon suspecte, forcément fautive et doit des comptes. Dans la constellation en cause, il y aune femme, deux hommes et un ou plusieurs enfants. Au centre de tous les regards : la femme ! l'Eve mitochondriale ;-)))
Afin de permettre aux femmes d'échapper à la suspicion, je suis en faveur du test de paternité obligatoire.
Afin d'éviter aux femmes de passer pour des arnaqueuses, je leur conseille d'exiger le port du préservatif en toutes circonstances et de doubler cette précaution en soignant leur contraception personnelle. Elles peuvent être tenues responsables pour la transmission de maladies, si l'homme ne met pas de préservatif.

Puisque notre capacité à enfanter ou pas peut être perçu comme un abus de pouvoir, il faut aller jusqu'au bout de la logique : aider les hommes à ne pas perdre le contrôle.
L'expérience montre que l'amour n'est pas un sentiment perenne et toute histoire merveilleuse peut se terminer en fiasco absolu, avec calculs d'épicier garantis.

En quelques années, l'évolution scientifique change complètement la donne et apporte de nouvelles responsabilités à tous et à toutes.
Sans la contraception, le droit à l'avortement et les tests ADN, nous n'aurions pas cette discussion.

Il y a encore très peu de temps, la femme tombée enceinte d'un rapport hétérosexuel (donc avec un homme, qui avait une responsabilité de 50%) se retrouvait souvent totalement seule avec la honte et l'enfant.
L'enfant devait vivre avec ce statut particulier, si la mère était célibataire ou alors, le mari légitime pouvait élever l'enfant comme le sien dans l'ignorance ou le soupçon, si l'enfant ne lui ressemblait pas.

La femme avait certes la possibilité de se débrouiller pour se faire avorter de façon illégale et artisanale, avec tous les risques que cela comportait, soit trouver l'argent pour se rendre à l'étranger, s'il existait des lieux plus favorables.
Cela lui sauvait la face et aussi au père biologique. Le problème de l'enfant non-désiré n'existait plus.
Autrefois, la femme supportait l'entier des effets négatifs de la grossesse, si elle était célibataire. Si elle était mariée, le mari devenait papa-coucou, sans aucune possibilité d'en avoir la certitude, sauf si le timing ne laissait aucun doute (p.ex. absence prolongée).

Mon grand-père maternel était un "enfant naturel". Ma mère cherche encore maintenant (à l'âge de 87 ans) à savoir, qui pouvait être son grand-père à elle. Le secret sur le géniteur a été absolu et total à l'époque et il l'est d'autant plus à l'heure actuelle.
Un homme a été protégé par mon arrière-grand-mère.
Un autre homme a épousé la mère célibataire, a élevé le petit Edouard, l'a considéré comme son enfant. La situation avait le mérite d'être en partie très claire. On a vécu avec le secret sur le père biologique.
Dans une société rurale, un fils était un atout majeur et je crois que l'on était en définitive assez pragmatiques. Edouard est devenu un homme estimé et débrouillard. Il existe encore des photos et des lettres de sa main, écrites pendant la guerre, et il est évident qu'il était non seulement intelligent, mais aussi le chef et propriétaire de l'exploitation familiale.

Je pense, qu'encore pendant la première moitié du XXème siècle, la famille nucléaire n'était pas aussi importante que de nos jours, on n'en faisait pas un enjeu majeur. Les individus et leurs affres étaient moins importants que survie de l'exploitation agricole ou la survie tout court.
On n'avait pas le luxe, ni même la capacité de se poser certaines questions et surtout pas d'y répondre !
Les nouvelles techniques apportent leur lot de nouveaux défis et de responsabilités. Et je ne parle même pas de l'évolution de la psychologie .
Nous nous retrouvons à faire des calculs savants, pour savoir, qui est plus favorisé, qui abuse, qui doit rendre des comptes. Des batailles de chiffres, des accusations et des cachotteries.
Tout ça pour ça !
Idéalement, nous pourrions essayer de réfléchir à la nouvelle donne et trouver des procédures, qui rassurent tout le monde. En attendant que les enfants soient produits sous contrôle notarial dans des éprouvettes scellés
et des utérus artificiels, afin de mettre tout le monde à pied d'égalité absolue et totale.

Écrit par : Calendula | 21 septembre 2016

Calendula,

La suspicion généralisée ne me plaît guère, pas plus envers les mères ou compagnes qu'envers les hommes supposés généralement agresseurs.
La généralisation du test ADN à la naissance, pourquoi pas, cela aurait le mérite de poser une situation claire et sans spéculation. Mais cela veut dire implicitement qu'il y a possibilité de fraude avec chaque femme, ce que je ne peux me résoudre à penser.

Votre histoire familiale est intéressante, elle montre beaucoup de résilience. On est loin des comptes d'épicier.


D'accord avec vous:

"Je pense, qu'encore pendant la première moitié du XXème siècle, la famille nucléaire n'était pas aussi importante que de nos jours, on n'en faisait pas un enjeu majeur. Les individus et leurs affres étaient moins importants que survie de l'exploitation agricole ou la survie tout court."

Écrit par : hommelibre | 21 septembre 2016

Si on se dit la vérité et que le papa d'un/e enfant qui n'est pas le sien/ne est au courant, connaît la vérité avec décision commune de garder l'enfant ce père, payant à la place d'un autre, comme j'ai eu l'occasion de la constater, peut recevoir et se voir accorder par cet enfant spirituel plus qu'il n'en reçoit ou recevrait d'un rejeton parfaitement naturel et légitime... à condition, entre conjoints ou compagnons, de s'être dit la vérité.

La vérification "discrète" de paternité, sans en parler à la mère, par exemple, est tellement éloignée de l'amour que je préférerais renoncer à jamais à la joie, femmes, de mettre des enfants au monde.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 21 septembre 2016

@ hommelibre,

Je ne peux qu'être d'accord que la suspicion généralisée est lourde à porter, mais les tests de paternité systématiques pourraient avoir un effet dissuasif par rapport à la dissimulation et en fin de compte, cela pourrait bénéficier à l'enfant.

On doit bien faire des tests HIV.

Dans nos pays, on est arrivé à un point de non-retour quant à la judiciarisation, la souscription à des assurances obligatoires et volontaires, à des cotisations pour si possible trois piliers de prévoyance vieillesse et à encore d'autres prescriptions de diététique ( voir billet précédent ;-))) et de principes de précaution.

Quant à moi, j'aimerais surtout voir cette histoire du point de vue de l'enfant. Il serait simpliste de dire, qu'il n'a pas demandé à naître. Mais au moins aurait-il droit à un traitement digne de la part de ses deux/trois parents. Si le test de paternité est automatique, on protège probablement l'enfant le moins mal possible.
Puisque la contraception n'est pas maîtrisée par tous ( hommes et femmes), il faut empoigner le problème autrement.

Avec notre modernité, on est dans une confusion maximale, puisque certains réclament le droit à l'enfant, par tous les moyens et d'autres se retrouvent encore de nos jours, avec des enfants non-désirés ou des enfants de père incertain.
A chaque fois, je me dis que les hommes ont la possibilité simple de contrôler le destin de leurs gamètes. Pourquoi ne le font-ils pas ?!?!
L'histoire de Christophe Darbellay est tellement étonnante. Comment un événement pareil est-il possible, d'autant plus avec une personnalité politique, qui a encore tant à gagner et donc à perdre sur la place publique ?
Et je pense à l'enfant.

Écrit par : Calendula | 21 septembre 2016

Je ne vois pas pourquoi une femme "adultère" ne serait pas contrainte de dévoiler le nom du père biologique de son enfant, cela me paraît tout à fait logique, n'en déplaise aux féministes qui pensent qu'une fois encore que la vie sexuelle de la femme est dévoilée sur la place publique.

Le mari devrait payer pour un "coup d'un soir" de sa femme et tout accepter, alors que la femme pourrait ne rien dire et ainsi passer sous silence son écart, ce jusqu'à quand ?

Il ne faut pas oublier qu'une femme célibataire réclamera sans sourciller une contribution d'entretien au père biologique et d'autres frais, tels que ceux de la grossesse proprement dite (déménagement si nécessaire, frais de garde soit crèche, maman de jour, transports, etc... ). De plus, un tuteur sera attribué à l'enfant avec pour mission d'assurer la partie financière de l'éducation en plus de régler un droit de visite.

L'égalité homme/femme doit fonctionner dans les deux sens.

Dans tous les cas, il faut aussi penser en premier à l'enfant : doit-il oui ou non découvrir la réalité adolescent, adulte ou pas, avec toutes les conséquences psychologiques que cela pourraient entraîner ?

Hier soir, le film "Marion 13 ans pour toujours" a parfaitement démontré les dégâts psychologiques des réseaux sociaux sur le harcèlement, les moqueries, etc... sur une adolescente prise pour cible : on peut largement supposer qu'un/qu'une ado dans cette classe d'âge soit pris/se pour cible parce qu'il/elle "a les cheveux roux" alors que le père a les "cheveux noirs" et la mère "châtain/blond" !

Écrit par : Lise | 21 septembre 2016

@ Lise

"les dégâts psychologiques des réseaux sociaux sur le harcèlement"

si c'est ce que expliquer ce film il occulte la vérité, la vérité c'est l’impunité à l'école des enfants de l'immigration.

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2013/11/19/marion-13-ans-harcelee-au-college-suicidee-249972.html


http://www.medialibre.eu/france/marion-13-ans-assassinee-au-college-par-la-gauchiasse-et-la-racaille-video/13961

voilà à quoi même les lois de censure, merci le MRAP et SOS racisme d'avoir assassiné Marion, voilà le résultat de l'antiracisme au forceps.

http://lci.tf1.fr/france/societe/suicide-d-une-adolescente-harcellee-les-parents-portent-plainte-8311431.html

"Je dis aux harceleurs : ce que vous avez fait est intolérable, inadmissible, inexcusable. Ca doit être sanctionné de manière très sévère. Il n'y a pas d'excuse de minorité.

cette phrase a une lourde signification !!!!

Écrit par : leclercq | 20 novembre 2013

http://www.contrepoints.org/2012/12/06/106207-racisme-anti-blancs-2-negation-universitaire-du-phenomene

les média se taisent parce que selon nos universitaires le racisme ant-blanc n'existe pas.

Écrit par : leclercq | 20 novembre 2013

Merci pour ces compléments, Leclercq. Je n'avais pas trouvé ces précisions. Elles doivent être dites en effet. Il n'y a pas d'excuse de minorité.

Écrit par : hommelibre | 20 novembre 2013

bonjour
ma fille Samantha a été aussi agresser par un groupe d'africain musulman. soit disant elle aurait insulter des jeunes qui ont un age compris entre 13 ans et 15 ans alors que ma fille n'a que 11 ans. comme l’école s'est retourner contre Samantha ont a préférer prendre la fuite. et donc je fais cour a ma fille.
y'a pas de solution. ils promettent la protection de nos enfants? non ils content les laisser crever!!!
je suis maghrébine Samantha est issu de père français et mère d'origine maghrébine née en France
rien a voir avec tout ce que l'on entend
les blancs sont autant en danger que nos amis les juifs malheureusement!!
j'ai honte d'etre maghrébine et honte d'etre française !!
je poursuit mon combat dans le silence toute les porte se sont fermer sur ma pepette. tout ces droit ont ete bafouer

Écrit par : ferrandier | 24 janvier 2015

Écrit par : leclercq | 21 septembre 2016

@ Leclerq : Marion n'était pas issue de l'immigration !

De plus, le film a été réalisé à partir du livre écrit par la mère de cette adolescente, il n'y a rien d'inventé. La mère veut savoir ce qui s'est réellement passé pour que sa fille passe à l'acte. Elle tente de rentrer en contact avec les parents des autres élèves, mais ceux-ci lui font comprendre qu'il faut continuer à vivre, ce qui paraît effectivement juste.

Écrit par : Lise | 22 septembre 2016

@ Lise

"Marion n'était pas issue de l'immigration !

" réveillez vous !!! comment faites vous pour écrire une phrase aussi idiote.

là c'est la mère de Marion qui parle.

"Je dis aux harceleurs : ce que vous avez fait est intolérable, inadmissible, inexcusable. Çà doit être sanctionné de manière très sévère. Il n'y a pas d'excuse de minorité."

vous me semblez ne pas avoir compris.

" La mère veut savoir ce qui s'est réellement passé pour que sa fille passe à l'acte."

elle a compris où était le problème vu la phrase quelle a dit ci-dessus. mais dans le monde actuel, les enfants d'immigrés sont intouchables, lisez le livre de Tariq yildiz le racisme anti-blanc et les territoires perdus de la république.

"De plus, le film a été réalisé à partir du livre écrit par la mère de cette adolescente, il n'y a rien d'inventé."

c'est pas parce qu'il y a eu un livre et un film fait à partir de ce livre que la vérité n'est pas occultée, nos cinéastes sont tous des anti-racistes patentés, il ne faut pas compter sur eux pour être objectifs, vous n'avez pas encore compris ça !!!

votre post au dessus me fait penser à une donneuse de leçon qui a toujours raison, il donne même l'impression que vous n'avez pas lu mon post, et le billet d'hommelibre de 2013, où le lien est au-dessus.

si je que j'avais écrit à l'époque était faux cette commentatrice aurait réécrit.

vous derapez quand vous dit /les petits jeunes issus de l'immigration sonts pires /
QUI VOUS DIT QUE LES HARCELEURS NE SONT PAS DES FRANCAIS DE PURS SOUCHES?
JE SUIS MOI MEME FILLE DE L IMMIGARTION ET JE NE CAUTIONNE PAS CE QUI S EST PASSE
CE PETIT ANGE PARTIT TROPS TOT A CAUSE DE LA MECHANCETE D AUTRES ENFANTS C EST INTOLERABLE ET JE SUIS DE TOUT COEUR AVEC LES PARENTS DANS CETTE DOULEUR ET DANS LE COMBANT QU IL ONT DESCIDE DE MENER JE LEUR DIT RESPECT§
MAIS NE DEVIONS PAS DU SUJET LES ENFANST SONT MECHANTS ENTRES EUX ; IL Y A UN LAXISME AU NIVEAU DE L ENCADREMENT ENSEIGNANT QUI A LAISSE CETTE VILOENCE VERBALE ET PHYSIQUE S 'INSTALLER, UNE CARENCE EDUCATIVE AU NIVEAU DES FAMILLES DES HARCELEURS QUI N ON PAS DONNE OU VU QUE LES VALEURS HUMAINES N ETAIENT PAS ASSIMILEES PAR LEURS ENFANTS, LES ENFANTS TOUT COURT DE N IMPORTE QUEL ORIGINES!
merci

Écrit par : riahi | 20 novembre 2013

Écrit par : leclercq | 22 septembre 2016

suite

http://www.europe1.fr/france/harcelement-a-l-ecole-sa-fille-se-suicide-elle-demande-justice-1708231

"Je dis aux harceleurs : ce que vous avez fait est intolérable, inadmissible, inexcusable. Ca doit être sanctionné de manière très sévère. Il n'y a pas d'excuse de minorité."

"Il faut donner un signal fort aux harceleurs que ce qu'ils ont fait est sanction nable par la loi. Et sera sanctionné, j'en suis certaine".

elle en est certaine moi beaucoup moins !!!

http://www.bfmtv.com/societe/affaire-marion-parents-portent-plainte-a-nouveau-645714.html

http://www.elle.fr/Societe/News/Harcelement-scolaire-le-bouleversant-temoignage-de-la-mere-de-Marion-2886750

A ce jour, aucun des harceleurs évoqués dans la lettre de Marion n’a été sanctionné.

Écrit par : leclercq | 22 septembre 2016

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/marion-harcelee-a-en-mourir_1779738.html

(1) Les prénoms des mineurs ont été modifiés.

https://www.facebook.com/marionlamaintendue/

Julien Noland
Julien Noland Choppez les caïds, mettez leurs une bonne correction ( chose que leurs parents auraient surement dus faire ), si les soit disant parents qui n'ont pas éduqués leurs gosses viennent faire les fous, accrochez les derriere la voiture et faites leurs faire le tour du boulevard ( ça devrais détendre tout le monde )

que voilà une bonne solution !!! la justice n'existe plus, premier devoir d'un état, à quoi servent nos impôts alors !!! donc il va falloir par faire justice sois même.

Écrit par : leclercq | 22 septembre 2016

Je trouve cette loi bien complaisante avec les femmes qui ont ramené l'enfant d'un autre etc c'est pas anodin.
Car au final la loi une fois décryptée:
Soit elle ne dit rien (il n'y a aucune contrainte en réalité) et dédommage l'homme abusé au nom du vrai géniteur ( en fait elle ne devra surement payé qu'une partie).
Soit elle dénonce le vrai géniteur qui en toute probabilité n'est au courant de rien, le géniteur payant au faux père 2 ans de frais (au maximum)pour l'enfant.
La femme sans sort sans rien, malgré l’imposition d'un enfant d'une autre personne.
La femme doit elle payé des dommages et intérêts au faux père? Non.
La femme malgré ses mensonges, sa violence a le droit de se soustraire de ses responsabilités, elle a le droit inouïe de ne pas assumer ses responsabilités.

La procédure égalitaire normal doit être la suivante.
Le faux géniteur est en droit de ne pas reconnaitre l'enfant. (acquis)
La femme doit payer des dommages et intérêt au faux géniteur, il a subie un préjudice il doit être dédommagé. (non acquis)
Et le vrai géniteur est en droit d'accepter ou de refuser de reconnaitre l'enfant. (non acquis)

Écrit par : derb | 04 octobre 2016

Les commentaires sont fermés.