27 août 2016

Le burkini ? Je me marre.

Cette bosse molle derrière la tête: on dirait un testicule d’éléphant. Ou un bonnet de Schtroumpf. Ou un nez de lamantin. Ou l’extrémité d’un haricot géant. Mais non: c’est le panier à cheveux du burkini. Le burkini? C’est drôlement rigolo. Je me marre.


burkini,interdit,islam,voile,liberté,féminisme,mai 68Aujourd’hui des femmes revendiquent de rallonger leurs habits alors qu'il y a 50 ans elles revendiquaient de les raccourcir. Aujourd’hui, au nom de la liberté individuelle, certaines se rhabillent plus bas que nos grand-mères!

Je me marre.

 

D’ailleurs un célèbre slogan de Mai 68 était: Il est interdit d’interdire. Aujourd’hui on croit entendre: Il est recommandé d’interdire. Signe que l’on a changé d’époque. Bien qu’appellant à une nouvelle révolution culturelle occidentale, ce n’est pas celle-là que j’attendais... 

Mais bon, je me marre.

 

Il fut un temps où, en Europe, la liberté prise avec l’habillement pouvait être considérée comme contraire aux bonnes moeurs et valoir contravention. Cette considération a heureusement été abandonnée. On croyait même en avoir fini avec des directives infantilisantes.

burkini,interdit,islam,voile,liberté,féminisme,mai 68,Alors le retour de l’État ou d’une municipalité dans les choix vestimentaires, qui plus est dans un régime libéral: je me marre.

 

La bataille du burkini est l’exact inverse de celle du monokini des années 1960. À l’époque on voulait libérer le corps en le montrant. Aujourd’hui des femmes, portées par une conviction et un sentiment identitaire forts, veulent libérer le corps des pressions sociales en le cachant.

Je me marre.

 

Des féministes occidentales disent: « Il faut libérer ces femmes musulmanes aliénées par l’oppression patriarcale! » Elles parlent des femmes portant foulard comme d’enfants incapables de s’auto-déterminer. Elles veulent leur montrer le bon chemin. Féminisme colonialiste et impérialiste. Pauvres femmes voilées, bientôt peut-être libérées par de nouvelles oppresseures!

Je me marre.

 

La classe politique s’est exprimée sur le burkini. On a eu droit à un zèle pro-féministe étonnant: « Ce sont les droits des femmes, intangibles et inaliénables ». Même Florian Philippot, numéro 2 du Front National, vient soutenir la cause des femmes. C’est la première fois que le Front fait dans le féminisme.

Ils racolent, je me marre.

 

burkini,interdit,islam,voile,liberté,féminisme,mai 68,Sarkozy ne vaut pas mieux, qui fonce dans le débat en disant qu’il faut voter une loi anti-burkini. Il recommence: à chaque crispation sociale, à chaque fait divers, il veut pondre une loi. C'est un tic.

Et je me marre.

 

 

Cet épisode hystérique sur le burkini me fait marrer – au seconde degré. La liberté française, si souvent missionnarisée et citée en exemple pour le monde, en prend un coup. Le Conseil d’État a remis temporairement les pendules à l’heure des libertés publiques. L’habillement est un choix individuel libre. Et si l’hygiène des piscines impose un règlement spécifique, on peut encore se jeter dans la mer nu, tout habillé, en burkini ou en robe de mariée si l’envie nous en prend. Sauf à Marseille où un arrêté interdit précisément de se baigner habillé. Mais qu’est-ce qui leur prend et de quoi se mêlent-ils?

Soit. Mais le port du voile et du burkini ne sont-ils pas des prises de position politiques et un rejet de notre culture et valeurs? C’est l’hypothèse, probablement vraie pour une minorité sous influence salafiste. Dès lors on peut penser que le vêtement est une forme de prosélytisme par le fait même qu’il est visible, et craindre la contamination à d’autres populations de confession musulmane. Toutefois il nous faut admettre que certaines populations musulmanes considèrent le port du voile comme réellement important dans leur culture, à titre religieux ou identitaire. Jusqu’à burkini,interdit,islam,voile,liberté,féminisme,mai 68quel point peut-on ainsi séparer, cloisonner, l’espace public et la vie privée? 

Enfin, s’il faut interdire tout signe religieux/identitaire dans l’espace public, comme si le public et le privé étaient cloisonnés de manière étanche,  il faut aussi interdire au Dalaï Lama de se produire en robe de moine. Et interdire les crucifix portés de manière visible, la kippa, le turban des Sikhs, bref tout ce qui signale une appartenance confessionnelle.

Pour ma part je ne crois pas qu’il y ait un terroriste en attente dans chaque musulman. Et je fiche la paix aux femmes qui portent le foulard et le burkini, même si je n’aime ni le port ni la signification de ces habits. Mais je considère que c’est encore leur liberté.

 

 

La question du monokini dans les années 1960:

 

 

 

20:57 Publié dans Philosophie, Politique | Lien permanent | Commentaires (53) | Tags : burkini, interdit, islam, voile, liberté, féminisme, mai 68 | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Plus de 50 ans se sont écoulés et rien n'a véritablement changé.
https://www.youtube.com/watch?v=2qg5_Y0bUzM

Écrit par : Pierre Jenni | 27 août 2016

Répondre à ce commentaire

"Sarkozy ne vaut pas mieux, qui fonce dans le débat en disant qu’il faut voter une loi anti-burkini." Un Président qui se fiche de la Constitution de son propre pays? Ou qui ne la connais pas, ou qui veut la tordre dans un sens populiste? Allons-donc. Nous sommes fiers des valeurs de la République pour laquelle des générations avant nous se sont battues. Fiers de la liberté individuelle qu'elle garantie. Et ce Monsieur Sarkozy veut donc aller à l'encontre de cette liberté individuelle telle qu'elle est stipulée dans la déclaration universelle des droits de l'homme sur laquelle la Constitution française s'appuie expressément?

Une fois cette démarche acceptée, on verra donc inscrit dans la Constitution que le port d'un tissu devant nez et bouche ou que de se baigner en vêtements autres que caleçon, bikini et monokini seront interdits. On verra aussi des exceptions fleurir, comme pour les masques de protection des médecins et des touristes japonais, les masques de plongé, les combinaisons de plongée. Et pourquoi pas interdire les Lederhosen et les Dirndl?
Je me marre. En même temps je trouve cette mode vestimentaire ridicule, aberrante, déplacés et humiliante, je l'admets. Mais tel est aussi le cas des piercings et des coiffures de cherokee. Soit, ce n'est ma vie tant que je ne suis pas obligé de socialiser avec ces personnes.

Écrit par : Ben Palmer | 27 août 2016

Répondre à ce commentaire

Des communes et les villes sur la Côte ont décidé de passer outre la décision de justice!

Écrit par : Patoucha | 28 août 2016

"Cette bosse molle......"

MDRRRR

Un monde de dingues! Les tatouages ne sont pas mieux! C'est l'asphyxie de la peau assurée. Ce sont les bikinis qui sont mal vus à côté du Burkini...... Franchement leur place est avec les pingouins..... Cet été aura eu son best seller: Burkini, le prix du ridicule!

Écrit par : Patoucha | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

En Egypte des femmes retirent leurs voiles.
Bonne nouvelle mais si on se permettait de chercher religieusement parlant dans la vie eau courante ("elle court, elle court la rivière d'amour"... ce qui serait la réponse au port du voile ou non en me fondant sur la démarche de personnes religieuses rencontrées la décision serait que "du moment que le port du foulard, du voile comme du burkini complique les choses pour rien je renonce à l'ensemble en m'habillant "à la mode de chez nous"!
Et "comme l'on m'a appris à demander au ciel de faire de moi un "artisan de paix" (François d'Assise) le ciel ne m'en voudra pas."!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

Oui Homme libre autant se marrer et depuis 50 ans rien n 'a changé!
En effet chaque génération possède l'art et la manière d'alimenter sa sauce aux rouspétances
Je me souviens du premier jour ou le pantalon pour fillette est entré dans les moeurs collectives ce qui avait délié des langues restées muettes plusieurs décennies
Comme quoi rien ne change excepté les regards posés sur le monde !

Écrit par : lovejoie | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

Julien Cart, un blogueur avait démontré comment l'Australie avait accepté les femmes musulmanes voilées et ironisé pour ne pas dire critiqué avec virulence l'attitude de la France et l'attitude générale des personnes qui n'étaient pas d'accord avec le burkini.
Il a oublié de dire que cette Australie si tolérante parque les réfugiés sur l'île de Nauru comme des bêtes dans des conditions inhumaines, ainsi ils sont hors du territoire australien.
Le gouvernement australien bafoue les lois internationales, c'est vrai qu'il a une longue tradition avec la maltraitance des aborigènes.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

"Il a oublié de dire que cette Australie si tolérante parque les réfugiés sur l'île de Nauru comme des bêtes dans des conditions inhumaines, ainsi ils sont hors du territoire australien."
Malgré mon amour de l'Australie et de certains Australiens que j'ai connus, je je ne peux qu'applaudir à ce rappel. Manus, île de la Mer de Bismarck où j'ai séjourné autrefois, a aussi abrité des camps de réfugiés. Les cas de viols de la part des gardiens ont fait la une des journaux australiens et leur fermeture a été décidée.
Notons que le paradoxe que vous relevez n'est pas la seule hypocrisie qui règne dans ce pays encore très religieux. Ce dernier point explique probablement la bienveillance envers l'Islam, car pour la plupart des religions, un croyant, quelle qu'il soit et quoi qu'il fasse, vaut toujours mieux qu'un athée, même honnête.

Écrit par : Mère-Grand | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

@Noëlle Ribordy
Tarik Ramadan s'était autrefois félicité de la tolérance que vous mentionnez de la part de l'Australie et avait bénéficié d'une chronique très élogieuse de la part de Philippe Adams, un des journalistes de gauche bien connus de l'Australian.
Depuis lors les cas impliquant des Musulmans et leurs conceptions de l'humain, notamment des femmes, se sont multipliés et l'opinion publique commence à prendre conscience de l'excès de naïveté dont on a fait part envers certaines personnes et certaines manifestations liés à l'Islam dans le pays. Le vent commence donc à tourner.

Écrit par : Mère-Grand | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

Je me marre .. oui cette polémique de l'été ferait-elle oublier la faim dans le monde - là je ne ris pas, mais alors pas tout -, les barbelés, les murs existants encore dans certains pays - aussi en Europe -, les guerres de clans ou guerres tout court, les oppressions de toute sorte, emprisonnement sans jugement, les viols, la peine de mort sous toutes ces formes - lapidation, pendaison, sabre, etc... - qui existe encore au pays d'Obama et dans d'autres pays, malgré les appels de Amnesty, la pollution de l'air qui tue encore trop, les disparitions d'hommes, de femmes et d'enfants non élucidées, etc...

Est-ce que tous ces débats ne permettraient-ils pas aux gouvernements de certains pays de faire passer des lois sous silence ? On peut se poser la question !

Il y a quelque de chose de choquant dans cette demande légitime ou pas du port du burkini ainsi que du voile intégral puisque lorsque des femmes se rendent dans les pays islamiques doivent porter une tenue longue et voile pour se conformer à votre religion, comment leur expliquer ceci :

"Messieurs, lorsque nous nous rendons dans vos pays, nous nous conformons à vos coutumes et puisque vous appréciez nos pays et contrées, nous vous remercions de faire de même en acceptant les nôtres".

Oui je sais c'est très facile de l'écrire sur un clavier, mais c'est totalement autre de faire changer les mentalités.

Écrit par : Lise | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

""Messieurs, lorsque nous nous rendons dans vos pays, nous nous conformons à vos coutumes et puisque vous appréciez nos pays et contrées, nous vous remercions de faire de même en acceptant les nôtres"."

Vous prêchez dans le désert! Quand notre islamiste de service nous brandit le mot de son cru: une islamophobie et rajoute nauséabonde? Nous dit que la France s'est couverte de ridicule dans le monde entier? Mais par sa faiblesse non par sa nouvelle position! Ose: "On réclame des explications au maire de Cannes"

Ou sa démission!

Comme vous pouvez le constater, Lise, il est en territoire conquis, et le fait savoir aux islamistes en France!? Demain, ce sera au tour de la Suisse? Au nom de de la "démocratie" qu'il rejette à coup de "tapis" Cinq fois par jour? Va-t-on le laisser continuer à se fiche notre tête?
Merci à Pierre Maudet d'y mettre de l'ordre pour notre sécurité!

Il dit encore:

"....la police qu'elle fasse son travail, mais dans le bon sens cette fois : en réprimant les racistes et les islamophobes!"

Qu'attend notre police pour s'occuper de cet individu qui appelle au djihad contre les Juifs/Israël et qui encore?

Écrit par : Patoucha | 28 août 2016

Là, je ne me marre plus!

Écrit par : Patoucha | 28 août 2016

Oui Lise, changer les mentalités est un long chemin. On ne quitte pas facilement ses ancrages, quelle qu'en soit l'origine.

Sur la réciprocité, je pense comme vous que ce devrait être la base. C'est logique, respectueux et rationnel. Mais en même temps on ne peut demander à une personne de s'assimiler entièrement et rapidement, en abandonnant ses propres marques culturelles.
Et comme vous l'écrivez, il se passe des choses autrement graves dans le monde.

Écrit par : hommelibre | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

- « Julien Cart, un blogueur avait démontré ... et ironisé »

Un blogueur expert, donc ? Australien ? Musulman ?

- « Il a oublié de dire que cette Australie si tolérante ... »

Ah! Serait-ce une tentative de savoir ce que signifie d'être suisse ?

Etre, ou ne pas être ... tolérant ?
Etre, ou ne pas être ... intolérant ?
Etre, ou ne pas être ... si tolérant ?
Etre, ou ne pas être ... trop tolérant ?
Etre, ou ne pas être ... si intolérant ?
Etre, ou ne pas être ... trop intolérant ?

- « parque les réfugiés sur l'île de Nauru comme des bêtes dans des conditions inhumaines, ainsi ils sont hors du territoire australien. »

Alors qu'en suisse, les parcs à réfugiés sont ... dans le territoire suisse ?

Désolé pour la brièveté de mon commentaire, c'est l'heure de l'apéro. :-)

Écrit par : Chuck Jones | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

Ah, j'ai juste oublié une question ...

Qu'est-ce que les aborigènes ont avoir avec le bikini ? Ou le burkini ?

Ils sont musulmans ? Ou c'est pas des _vrais_ hommes ?

Écrit par : Chuck Jones | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

Ils vivent libre avec des cache-sexe! J'aimerais bien voir des burkini débarquer chez eux! D'après vous Chuck-Chuch ça donnerait quoi?
Pourquoi cette ultra sensibilité:"Ils sont musulmans ? Ou c'est pas des _vrais_ hommes ?" J'attire votre attention que seuls les islamistes fondamentalisto-intégristes, les fanatiques fous d'Allah, sont concernés!

Écrit par : Patoucha | 28 août 2016

Madame Céline Pina, une ex socialiste s'ouvre à la conscience, encore un effort Madame pour allez plus loin...

Publié le 2 Juillet 2016

Céline Pina terrifiante de vérité sur l'islam dans "Silence coupable" sur Europe 1 Soir - 25/4

https://youtu.be/_6T2uOBEtbQ

Écrit par : Patoucha | 28 août 2016

Le bikini : une vraie bombe atomique" Il me semble avoir lu un article, n'est-ce pas chez vous hommelibre?
De toute façon, la publicité du bikini qui porte le nom de l'île sur laquelle les Américains ont utilisée pour des expériences atomiques ne va pas donner des idées à la créatrice du burkini!
Bon dimanche

Écrit par : Noëlle Ribordy | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

"Alors qu'en suisse, les parcs à réfugiés sont ... dans le territoire suisse ?"
Je ne suis pas certain d'avoir compris votre sous-entendu. Mais je puis vous assurer que les centres
d'accueil de réfugiés sur les îles du Pacifique ... et en Australie même, sont infiniment pires que ceux qui existent en Suisse. Ce qui ne signifie évidemment pas que la condition des réfugiés soit enviable où que ce soit dans le monde.

Écrit par : Mère-Grand | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

ceux qui existent en Suisse.... comme une villa avec jardin, pardon, avec parc dans la banlieue genevoise.... chose vue

Écrit par : anonymous | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

Le port du burkini est un djihad, et c'est sous cet angle qu'il faut le voir.

Écrit par : K. Bereit | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

Voilà qui est dit!

Il y a quelques années j'aurais trouvé ce déguisement drôle! Mais là.... nous ne sommes plus dans le même contexte rien qu'à voir le billet de notre islamiste de service qui nous montre des religieuses se baigner SUR UNE PLAGE DESERTE! N'y touchez pas dit-il? Mais alors commenbt se fait-il que tant de chrétiens soient massacrés, parce que Chrétiens?

Écrit par : Patoucha | 28 août 2016

@anonymous
Vous semblez penser que je mon intention était de dénoncer les conditions d'accueil des réfugiés en Suisse étaient aussi inhumaines que celles mises en place par l'Australie, notamment dans les territoires du Pacifique sur lesquels elle a une certaine main-mise de par sa situation géographique, son passé quasi néo-colonial dans la région et les incitation financières qu'elle peut offrir.
Il n'en n'est rien. Premièrement, je répondais à Chuck Jones, qui semble vouloir dénoncer assez violemment (et de manière sibylline, comme à son habitude) la politique d'asile de notre pays, en niant l'énorme différence de celle-ci avec le traitement infligé par l'Australie à ses requérants d'asile dans l'île de Nauru. J'ai complété cette dénonciation en donnant l'exemple de Manus, qui a souvent fait la une des journaux australiens.
J'entendais aussi montrer mon accord avec Madame Ribordy lorsqu'elle s'étonne de l'attitude très critique des Australiens face aux freins que la France entend mettre à certaines revendications musulmanes, ouverture d'esprit qu'elle compare avec l'attitude intolérante qu'ils ont manifesté et manifestent encore face aux Aborigènes et aux réfugiés.
Ce sont là des sujet d'une énorme complexité et pour la part qui nous touche directement, nous ne
sommes qu'au début de difficultés et de conflits qui vont aller en croissant. Les mouvements migratoires induites par les conditions climatiques et économiques vont aller en croissant, car elles touchent surtout des populations dont les références culturelles (avant tout liées à la religion) entrent directement en conflit avec les nôtres.
C'est un des sujets le plus souvent abordé, même s'il ne l'est pas toujours directement, sur nos blogs, et Madame Ribordy, qui a lancé le débat présent, est une des personnes qui le fait avec le plus de bon sens et le moins d'hypocrisie, me semble-t-il.

Écrit par : Mère-Grand | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

On remarquera que toutes les photos de femmes en burkini représentent des créatures jeunes, jolies et minces, visiblement pour rendre la chose attrayante. On n'arrivera donc jamais à sortir de ce matraquage à l'apparence physique. Le burkini est censé "libérer la femme", pas sûr que les thons osent se balader à la plage dans ce machin.

Enfn, on parle beaucoup de la tolérance des Australiens, le contexte est forcément différent là-bas. Quand ils auront eu quelques attentats islamistes, on en reparlera. Dans le cas de la France, les pro-burkini bien-pensants ont complètement effacé le traumatisme de Nice, Bataclan etc. Evidemment, il n'y a que la sensiblité des musulmans qui compte, n'est-ce pas?

Écrit par : Arnica | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

L'islam en France et les frères musulmans

Ce que refusent de comprendre les dhimmis du Conseil d'Etat

Publié le 28 Août 2016


https://youtu.be/DeXbjBh307M

Écrit par : Patoucha | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

"Si une communauté n’est pas acceptée, c’est qu’elle ne donne pas de bons produits, sinon elle est admise sans problème. Si elle se plaint de racisme à son égard, c’est parce qu’elle est porteuse de désordre. Quand elle ne fournit que du bien, tout le monde lui ouvre les bras. Mais il ne faut pas qu’elle vienne chez nous imposer ses moeurs"

Compris l'islamiste de service?!

De Gaulle, mon père. par Philipe De Gaulle.

Écrit par : Patoucha | 28 août 2016

Mère-Grand,

Autour de la table familiale c'est wikipédia et chacun apporte des arguments, selon ses lectures, les reportages qu'il a vus, c'est la raison pour laquelle je suis attentive à tout ce qui donne de l'eau à mon moulin. Merci et bonne soirée.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

@ Lise

"Messieurs, lorsque nous nous rendons dans vos pays, nous nous conformons à vos coutumes et puisque vous appréciez nos pays et contrées, nous vous remercions de faire de même en acceptant les nôtres".

bien vu

@ hommelibre

"Mais en même temps on ne peut demander à une personne de s'assimiler entièrement et rapidement, en abandonnant ses propres marques culturelles."

mais dans les années cinquante, les musulmans étaient bien assimilés et comme par hasard ils ne le sont plus aujourd'hui chercher l'erreur.

extrait L'assimilation "La fin du modèle français" Par Michéle Tribalat.

"Ces pionniers étaient des migrants algériens venus tra-
vailler en France avant l'indépendance de l”Algérie. Leurs
enfants fréquentaient des classes où ils étaient mélangés
aux autres enfants de la métropole. l'attitude des parents
incitait alors les enfants à se conduire comme les autres
petits Français. C'est ce que raconte une étude menée au
début des années 1950 aupres de quelques familles d”A1-
gériens vivant à Champigny en région parisienne, époque
à laquelle ils étaient encore français: « l`assimilation des
enfants à la vie métropolitaine est complète. Il est pour ainsi
dire impossible de les remarquer parmi leurs camarades
Leur éducation est exclusivement française,
leurs parents ont tout entrepris en ce sens [...]. Toute la
viande de porc etait, à la maison, exclue de l'alimentation,
mais [...] certains hommes (à la cantine), et les enfants,
en mangent sans y prêter attention [...] leur mère leur
demandant de ne pas se singulariser en refusant du porc.
Les femmes pensent que chaque région, chaque pays a une
façon différente de s'habiller et qu'il est préférable de s`y
conformer pour ne pas se faire remarquer. ››1 En gros, pour
ces familles, s'adapter à la vie française revenait à aban-
donner les marqueurs religieux extérieurs et se traduisait
donc par une sécularisation très en avance sur la tendance
qui va balayer la France dans les années qui suivent.

Écrit par : leclercq | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

@ hommelibre

depuis quand les musulmanes portent elles le burkini à la plage apparemment c'est récent, du jour au lendemain elles n'ont plus pu aller à la plage en maillot une piéce où en bikini, c'est se foutre du monde, je pense que c'est comme d'habitude, L'Islam teste la tolérance de la France, attend avec impatience une marque d'autorité, rien ne vient, résultat L'Islam progresse, l'Islam est plus fort que la république, donc pourquoi faire l'effort de s'intégrer, même pas la peine de parler d'assimilation, à une république qui ne mérite pas le respect. qui les fait passer pour des victimes auprès des natifs au carré.

résultat, leurs enfants ne foutent rien à l'école, (les profs de ZEP ont bien du mérite) n'auront pas la réussite professionnelle qu'auront eu nombre de leurs ainés.

ce n'est pas rendre service aux musulmans que de dire amen à toutes leurs revendications.

d'ailleurs il y a quelques décennies les Algériennes des quelles montaient dans l'avion pour la France quittaient de suite leurs oripeaux musulmans.

Source Malika Sorel Sutter.

Écrit par : leclercq | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

@ hommelibre

"Et comme vous l'écrivez, il se passe des choses autrement graves dans le monde."

et alors quel rapport avec le sujet, aucun.

et la tolérance elle vient aussi d'où des technocrates de Bruxelles et leurs délires bobo, gens complétement déconnectés de la réalité.

extrait de "l'assimilation la fin du modèle français" de Michéle Tribalat.

" sans
oublier les avantages inhérents à la diversité. Tout ceci est
assez bien résumé dans une brochure illustrée de 18 pages
publiées en 2009 par la Commission qui s`appelle Une
chance et un défi, l'immigration dans l'Union européennel.
On y découvre par exemple un chapitre intitulé L°im-
migration légale: notre intérêt à tous et un autre tres
volontariste au titre évocateur - Pas d'immigration sans
intégration. Découvrir les talents cachés - dont il ne fau-
drait pas conclure trop rapidement que la Commission
conditionne l'immigration à la réussite de l'intégration,
mais plutôt 1°inverse: l'immigration nous oblige. Dans ce
texte, la Commission attribue une fin au processus d`in-
'tégration (cf. PBC1), mais c'est une fin morale. Le fameux
processus à double sens doit déboucher sur le respect
et la tolérance. Personne ne s'étonnera donc de trouver
un autre chapitre intitulé Respect et tolérance mutuels
puisque c'est le but même de l'intégration afin de créer
une société caractérisée par la cohésion, dans le respect
des limites claires résultant de la législation et des valeurs
communes de l`Union européenne. On reconnaît la prose
inimitable de la bureaucratie bruxelloise. C”est beau comme
une déclaration du Comité central. Dans cette déclaration,
paradoxalement, c`est l°emploi du terme claires qui, au
lieu de rassurer, inquiète le lecteur tant il a du mal à se
figurer de quoi il est question précisément.
Mais tranquillisons-nous, même si nous ne comprenons
pas tout, la Commission a des idées sur le moyen d°y par-
venir: pour ce faire, une solution consiste à sensibi-
liser les communautés locales à la contribution précieuse
apportée par les immigrants au développement écono-
mique et social de l'UÉ et à sa diversité culturelle.
On trouvait déjà cette position dans le premier consi-
dérant du Conseil du 19 novembre 2004 qui a adopté
la définition de l'intégration valant pour l'ensemble des
pays de l'UÉ: L’immigration est une caractéristique
permanente de la société européenne. Si le flux d”immi-
grants - terme qui devrait être entendu, tout au long du
texte, comme désignant les immigrants en séjour régulier
sur le territoire des États membres - est géré correctement
et méthodiquement, les États membres seront gagnants
sur de nombreux plans. l'économie sera plus forte et la
cohésion sociale et le sentiment de sécurité seront plus
grands, sans oublier l'avantage que représente la diversité
culturelle [je soulignel. Pris dans leur ensemble et dans
tous les États membres, ces avantages contribuent à faire
avancer le processus européen et renforcent la position
de l'Union dans le monde. Dès lors, la gestion efficace
des migrations par chaque État membre est dans l'intérét
de tous.

On retrouve le même discours dans l`Agenda 2011 pour
l'intégration des ressortissants des pays tiers, une communi-
cation dela Commission européenne délivrée le 20 juillet
2011. Le texte démarre sur un titre particulierement évo-
cateur, si l'on veut bien se donner la peine d'y réfléchir:
l'intégration pour concrétiser le potentiel des migrations.
Les mots importants sont évidemment concrétiser
et potentiel . C'est aux États européens de prendre
les mesures adéquates pour que la positivité latente de
l`immigration se révèle enfin. Comme l`écrit Christopher
Caldwell, les élites européennes ont du mal à admettre
qu'un projet ait échoué en raison des maigres perspec-
tives de réussite qui étaient d”emblée les siennes. 1 Si
ça ne marche pas comme on le souhaite, c'est parce que
les sociétés européennes n'y ont pas mis du leur, qu°elles
n`ont pas adopté les bonnes politiques permettant de réa-
liser les espérances de l`UE. Selon cette logique, l'agenda
de l'Europe consiste à trouver les politiques qui permet-
tront d`incarner le désir des élites selon lequel ça doit finir
par marcher.

2.]e ne suis pas seule à voir dans la prose européenne des simili-
tudes avec la langue de bois soviétique. Theodore Dalrymple décrit
ainsi le bureaucrate européen: « après avoir regardé le monde depuis si
longtemps à travers la fenêtre d'une limousine officielle, avoir déjeuné
et dîné si copieusement pendant tant d'années [.. .1 et avoir développé
une langue de bois [en français dans le texte] spéciale dans laquelle
les flots de formes grammaticales s`apparentent à un verbiage émaillé
de mots à connotations positives censées dissuader la contradiction
il a développé la contenance grise, immobile au visage de pierre qui
était celle des anciens membres du politburo soviétique.

Notre tolérance elle vient de ce ramassis de conneries écrites plus haut, on croirait voir un texte de notre cher Chuck

Écrit par : leclercq | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

@ Leclercq : la première phrase que vous citez est une reprise de mon commentaire et non de Hommelibre.

On ne parle que de "burkini" et le reste de ce qui se passe dans le monde ne vous intéresserait-il donc pas ???

On ne voit que ce que l'on souhaite voir mais surtout ne pas voir ce qui pourrait gâcher le paysage et là je ne suis pas tout à fait d'accord : si le sujet du blog permet un débat des plus intéressant, je ne vois pas pourquoi on n'irait pas aussi regarder ce qui se passe réellement : guerre, bombardements, tremblement de terre, viols, etc... cela fait aussi partie de l'actualité.

De plus, d'ici quelques jours - les piscines et plages vont se vider -, le sujet du blog deviendra moins présent dans l'actu mais restera néanmoins un thème qui sera repris par les hommes et femmes politiques de gauche, droite et centre comme le port de la burka : les pays devront harmoniser leurs directives.

Il ne faut pas oublier qu'en légiférant - interdiction totale ou pas -, on atteint en premier les femmes : est-ce normal, logique ? Ma réponse perso est non !

Il y a deux réponses à cela : soit ces femmes portent le voile intégral par conviction et on peut difficilement le leur interdire, soit elles le font par obligation. Comment le savoir ? Imaginez les policiers leur poser la question : est-ce par conviction ou par obligation ?

Et si l'on commençait par vous Messieurs : si vous réagissiez lorsque les hommes qui accompagnent ces femmes voilées nous matent - et certains croyez-moi n'y vont pas à la légère - en leur disant ouvertement "ça suffit", tel que le préconisait dans un billet paru dans l'Hebdo signé par Mme Isabelle Falconnier ! Elle a entièrement raison et je l'approuve à 100% !

Écrit par : Lise | 29 août 2016

En Corse, des islamistes caillassent une femme seins nus sur la plage - 26 août 2016

Rixe en Corse pour des seins nus sur la plage ? Une nouvelle ligne rouge a été franchie par les islamistes. On a beaucoup écrit en France, sur la bagarre extrêmement violente sur une plage corse, pendant laquelle des musulmans qui « occupaient » une plage ont tiré au lance-harpon sur leurs opposants corse et brandissaient machettes et couteaux… Le procureur de la république a confirmé la version du journal Corse matin du 16 août:

Selon un témoin, la rixe de Sisco, aurait commencé par l’agression d’une femme qui se baignait les seins nus : « un couple de touristes » décide de s’installer pour faire trempette. « La femme avait les seins nus. Ils [les adultes d’origine maghrébine] lui ont tiré des pierres et ont commencé à insulter le couple, qui est parti. D’autres touristes se sont ensuite arrêtés pour prendre des photos du paysage au niveau de la route, avant de subir le même sort. » C’est là que la bagarre a dégénéré.
Le maire de Sisco a interdit le port du burkini dans sa commune. Les rassemblements ont été très nerveux pendant plus d'une semaine. La population corse ne tolère pas que deux des siens aient été arrêtés dans le cadre de l'enquête sur la rixe
Le maire de Sisco a interdit le port du burkini dans sa commune. Les rassemblements ont été très nerveux pendant plus d’une semaine. La population corse ne tolère pas que deux des siens aient été arrêtés dans le cadre de l’enquête sur la rixe

Le procureur de la République de Bastia confirme cette version et évoque un comportement de « caïdat », avec volonté de s’approprier la plage et d’en expulser toutes celles et ceux qui ne portent pas l’étendard de l’islam politique..

La suite: http://lepeuple.be/corse-islamistes-caillassent-femmes-seins-nus-plage/70983

Écrit par : Patoucha | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

Sondage:

Auteur : MesOpinions.com
Créé le 24/08/2016

Que pensez-vous de l'interdiction du burkini sur certaines plages françaises ?
30.894 participants.

Je suis d'accord

76 %

Je ne suis pas d'accord

23 %

Sans avis

1 %

Écrit par : Patoucha | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

Mère-Grand,

- « ... je répondais à Chuck Jones, qui semble vouloir dénoncer assez violemment (et de manière sibylline, comme à son habitude) la politique d'asile de notre pays, ... »

Du tout, du tout. Je comprenais juste pas l'intérêt (et je n'ai toujours pas compris!) de mentionner l'Australie et Nauru dans cette discussion sur le bikini, ... euuuhhh ... oh pardon, je veux dire le burkini nucléaire qui va faire tout péter dans le monde.

Vous croyez que c'est une blague des australiens ou de Greenpeace pour rappeler à la France la bonne blague qu'elle leur à faite avec le pétage du Rainbow Warrior ?
( https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_du_Rainbow_Warrior )

Mais pour en revenir à Sibylle ...
( https://fr.wikipedia.org/wiki/Sibylle )

... ne trouvez vous pas pour le moins étrange l'intérêt qu'elle suscita chez les ... "Pères de l'Église", ...
( https://fr.wikipedia.org/wiki/Sibylle#Les_sibylles.2C_.C2.AB_proph.C3.A9tesses_.C2.BB_du_Christ_.3F )

... et que l'une des 12 sibylles, la Sibylle d'Érythrées, (l'une des régions de la Turquie d'ou partent les réfugiés syriens pour gagner les îles grecques), est à l'origine des _Oracles sibyllins_ ...
( https://fr.wikipedia.org/wiki/Oracles_sibyllins)

... qui fait état de ... "Philippe l'Arabe" ... né en Syrie ...
----
Philippe l'Arabe (Imperator Caesar Marcus Iulius Philippus Pius Felix Augustus, Persicus Maximus, Parthicus Maximus, Carpicus Maximus, Germanicus Maximus) (v. 204 - 249) est empereur romain de 244 à 249.

Né au début du IIIe siècle dans la province d'Arabie, dans un district nommé Trachon (aujourd'hui le Leja, en Syrie, au sud de Damas), dans une famille de notables.
----
( https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_l%27Arabe )

Heureusement que la Suisse, contrairement à la France, est vraiment trop petite, et a vraiment trop peu de ressources, pour intéresser les empereurs.

Écrit par : Chuck Jones | 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

@Arnica,

- « Dans le cas de la France, les pro-burkini bien-pensants ont complètement effacé le traumatisme de Nice, Bataclan etc. Evidemment, il n'y a que la sensiblité des musulmans qui compte, n'est-ce pas? »

Eh oui! Faut croire (!) que les nouveaux dieux, le Dollar, l'Euro, et autres divinités du Panthéon du capitalisme, se sont alliés à Jésus Christ, et depuis, excusent tout.

( https://fr.wikipedia.org/wiki/Panth%C3%A9on )
( https://fr.wikipedia.org/wiki/Panth%C3%A9on_de_Paris_et_histoire_de_France )
( https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_des_bourses_de_valeurs#R.C3.A9volution_fran.C3.A7aise_et_Empire_:_premi.C3.A8res_r.C3.A9glementations )

Écrit par : Chuck Jones | 29 août 2016

Répondre à ce commentaire

- « Si une communauté n’est pas acceptée, c’est qu’elle ne donne pas de bons produits, ... » (Dame Patoucha)

... ou qu'elle les vend ... beaucoup trop cher, ... comme la communauté irakienne en Irak, ou la communauté lybienne en Lybie, ou la communauté iranienne en Iran, ...

Écrit par : Chuck Jones | 29 août 2016

Répondre à ce commentaire

Ben.. Sieur Chuck-Chuck, c'est tout ce que vous avez retenu? Mais bon! Vais pas vous changer... Et là ça sent le pétrole à plein nez...faudrait que vous en fassiez un rapport à Philippe De Gaulle, qui relate des paroles de son père!

Et tout ça pour une histoire de pingouinkini? J'ai trouvé la solution au problème:

Tu veux le pingouinkini? OK! Tu auras ta plage! Comme les nudistes, les religieux en Israël, les gays en Espagne, mais pas dans les piscines publiques, hygiène oblige!

Écrit par : Patoucha | 29 août 2016

A l'instar de Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire réclame une loi interdisant le port du burkini sur la plage.

Bruno Le Maire, candidat à la primaire de la droite, veut lui aussi une loi interdisant le burkini, un vêtement de bain islamique qui représente selon lui une "provocation".

Le "législateur" doit tirer "toutes les conséquences". "Le burkini est une provocation, ça doit cesser, on doit interdire le burkini sur les plages", a lancé Bruno Le Maire dimanche au "Grand Jury" RTL-LCI-Le Figaro. Le Conseil d'Etat a suspendu vendredi un des arrêtés pris par des maires cet été contre le burkini. Plusieurs dirigeants de droite, comme Nicolas Sarkozy, réclament une loi contre le burkini. Alain Juppé, lui aussi candidat à la primaire, est lui opposé à ce type de "loi de circonstances" et a appelé dimanche sur Europe 1 à ne "pas jeter d'huile sur le feu". "Je ne conteste pas la décision du Conseil d'Etat, je propose que le législateur en tire toutes les conséquences. (...) Ça veut dire une loi", a demandé le député de l'Eure. Selon lui, cette loi serait susceptible de stopper la "progression de l'islam politique" en France et de dire que les "provocations en France ne sont pas acceptées".

www.europe1.fr

Écrit par : Patoucha | 29 août 2016

Répondre à ce commentaire

une blague des australiens... ça sert à quoi de mettre des liens et de ne pas les lire soi-même... hein... Nouvelle-Zélande et pas Australie, tout le monde sait ça... sauf ceux qui se la pète...

Écrit par : anonymous | 29 août 2016

Répondre à ce commentaire

Vous semblez penser... je ne pense pas... je vois... que certains migrants se sont vu offrir une villa avec... parc... rien de plus... rien de moins...

Écrit par : anonymous | 29 août 2016

Répondre à ce commentaire

sauf ceux qui se la pète(nt)... erreur... celui qui se la pète

Écrit par : anonymous | 29 août 2016

Répondre à ce commentaire

@ Lise

"la première phrase que vous citez est une reprise de mon commentaire et non de Hommelibre."

je la cite par rapport à vous pas par rapport à hommelibre puisque c'est votre nom qui est au-dessus à gauche.

"etc... cela fait aussi partie de l'actualité."

tout à fait ça fait parti de l'actualité mais ce n'est pas le sujet du billet.

d'ailleurs avant hier j'ai lu une analyse intéressante de Camille Paglia par rapport au viol à laquelle je souscris complétement.

livre "Vamps&Tramps"

"Le crime sexuel : le viol
C”est par son appréhension du viol que le féminisme contem-
porain s”est infligé à lui-même les plus graves dommages. Ce qui
avait commencé par une sensibilisation nécessaire des officiers
de police, des procureurs et des juges envers de véritables vic-
times de viol s*est transformé en un élargissement hallucinant
de la définition du viol, qui a fini par englober toute relation
sexuelle douloureuse ou gênante. Le viol est devenu le crime
suprême, outrepassant toutes les guerres, massacres et désastres
de l°histoire mondiale. La focalisation qu”opèrent les féministes
sur le viol, considéré comme représentatif des relations hommes-
femmes, est irrationnelle et délirante. Dans le futur, cette période
de l*histoire des États-Unis apparaîtra comme un moment de
psychose à grande échelle, comparable à l”époque où l”on brûlait
les sorcières de Salem.
Le viol ne peut être compris indépendamment de la crimi-
nologie générale, que la plupart des féministes ne se sont pas
souciées d”étudier. Je me suis très tôt intéressée aux psychopatho-
logies, en raison notamment de mes propres pulsions agressives
et déviantes de garçon manqué, dans les années cinquante. Deux
ouvrages complets, analytiques et impartiaux que jiai décou-
verts dans mon adolescence m'ont fourni le cadre intellectuel
qui allait me permettre ultérieurement d°aborder les comporte-
ments anormaux: Psychopathia Sexualis (1886), de Richard von
Krafft-Ebing, et Le Suicide (1887), d'Émile Durkheim. Au cours
de mes études et pendant la préparation de mon doctorat, j”ai
réuni des informations sur le viol, Phomosexualité et sur d'autres
sujets controversés que j'ai développés dans Sexual Personae.
En 1975, au moment de la sortie du livre de Susan Brownmiller,
Le Viol, j”en savais assez pour pouvoir dire de sa grille dlanalyse
qu”elle faisait gravement fausse route. Ce livre, comme de nom-
breuses autres œuvres féministes bienintentionnées, montre les
limites de la compréhension par la classe moyenne blanche des
états émotionnels extrêmes ou des actes hors norme.
L”ignorance que trahissait le discours féministe sur le viol dans
les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix était incroyable. Ma
génération, celle des années soixante, connaissait parfaitement
les grandes œuvres littéraires qui depuis ont été marginalisées
par Faction malavisée des womenk studies: la connaissance que
nous avions de la criminalité et du mystère qui entoure les causes
de nos actes nous venait principalement de Crime et châtiment de
Dostoïevski, de L”Étranger de Camus et des Bonnes de Genet.
De même, nous avions lu « Le cœur révélateur ›› et « La barrique
d”Amontillado›› de Poe, et nous avions vu des films troublants
comme M le Maudit de Fritz Lang, Psychose d,Alfred Hitchcock
et Le Génie du mal de Richard Fleischer (dont l'intrigue s'ins-
pire de l”affaire de Leopold et Loeb). Le mélodrame outrancier
des féministes, fondé sur l”opposition homme bourreau/femme
victime, était quant à lui l”héritier direct des films à cinq sous
dans lesquels les méchants se tortillaient la moustache d”un air
mauvais et les jeunes filles hurlaient, attachées aux rails. Loin
de ces clichés, ceux qui vénèrerfi et vivent avec les arts voient en
Clytemnestre, en Médée, en Lady Macbeth et en Hedda Gabler
- conspiratrices et dispensatrices de mort à la volonté impla-
cable - les ancêtres de la femme moderne.
Le viol devrait être plus étroitement défini soit comme viol
commis par un inconnu, soit comme intrusion forcée d”actes
sexuels dans un contexte non sexuel - Penvironnement profes-
sionnel, par exemple. Cependant, même dans le contexte profes-
sionnel il reste souhaitable de conserver une certaine marge de
tolérance, car des avances sexuelles peuvent aussi y être reçues
sans déplaisir, que ce soit entre des hétérosexuels ou des homo-
sexuels. La séduction fait partie de la vie et il serait bien préfé-
rable de Pencourager plutôt que de la réprimer dans ce monde
anglo-saxon puritain qui est le nôtre. En montant en épingle le
viol d'une façon totalement déraisonnable, les féministes majori-
taires et antipornographie ont finalement abouti à une banalisa-
tion de celui-ci, elles ont porté atteinte à la crédibilité des femmes
et nous ont rendus moins solidaires des authentiques victimes
d”agressions sexuelles violentes.
Tout cela est en grande partie attribuable à ce que j'appelle
le féminisme de la ménagère idéale, dont la vision de la réalité est naïvement béate."

"C”est àla suite d”une conférence houleuse à Brown University
en mars 1992 que j”ai véritablement pu constater la gravité de ce
phénomène de répression culturelle. Répondant à des questions
lors de la réception qui la suivait, j”ai dû être protégée par un
Vigile afro-américain contre plusieurs centaines d”étudiants qui
se pressaient, furieux, autour de moi. Ceux qui mettent en doute
l°existence du politiquement correct n°ont jamais vu les redouta-
bles Gardes rouges en action, comme moi je les ai vus dans toutes
les universités que j°ai fréquentées. Pendant vingt ans, tout débat
sérieux sur des questions sexuelles ou raciales controversées a été
étouffé par un processus d°intimidation directe ou indirecte.
Tout en observant une demi-douzaine de jeunes bourgeoises
blanches chouchoutées, aux joues lisses et rebondies crispées par
la colère, qui me hurlaient à la figure leurs idées sur le viol, je me
suis dit deux choses. La première était que les États-Unis man-
quaient à leurs engagements envers les jeunes filles. Celles que
j°avais devant moi étaient infantiles, émotionnellement et intel-
lectuellement inabouties. La deuxième était que ce n'était pas le
viol qui les faisait hurler. Le viol n'est qu'une manifestation des
abominations et des mystères du corps, que dans leur éducation
on n”évoque jamais, dont on se refuse même à reconnaître l°exis-
tence. Ce fut pour moi une révélation à la manière de William
Blake: tout à coup, jiavais vu la peur et le désespoir de ces êtres
perdus, débarrassés des anciennes croyances mais n”ayant rien
de solide pour les remplacer. Le féminisme avait construit un
enfer sexuel spectral qu*étaient venues peupler ces jeunes filles.
Il constituait la totalité de leur monde culturel, une nouvelle
religion sans dieu animée par la fureur et le fanatisme. Deux
mois plus tard, alors que je me trouvais à Londres, débattant
tranquillement avec des jeunes femmes de Puniversité de Cam-
bridge posées, cultivées et intelligentes, du même âge que celles
de Brown, ma colère avait redoublé contre le simulacre d”éduca-
tion qui était dispensé par les grandesuniversités américaines.
Ce ne sont pas les femmes elles-mêmes qui contrôlent leur
corps, mais la nature. "

Écrit par : leclercq | 29 août 2016

Répondre à ce commentaire

@ Lise

"Il ne faut pas oublier qu'en légiférant - interdiction totale ou pas -, on atteint en premier les femmes : est-ce normal, logique ? Ma réponse perso est non !

Il y a deux réponses à cela : soit ces femmes portent le voile intégral par conviction et on peut difficilement le leur interdire, soit elles le font par obligation. Comment le savoir ? Imaginez les policiers leur poser la question : est-ce par conviction ou par obligation ? "

obligation où conviction.

par rapport au burkini, je rejoint la Position d'élisabeth Badinter sur la Burqua

http://www.media-web.fr/elizabeth-badinter-et-le-port-volontaire-du-voile-integral-78-104-1167.html

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2009/07/27/elisabeth-badinter-s-exprime-sur-la-burqa.html

http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?rubrique76

" soit il est imposé par l’entourage (et pas seulement par "les hommes" ; dans le cas des mineures, les mères, les tantes, les grand-mères font aussi pression), et c’est un acte de violence misogyne (corps de femme=tentation qu’il faut dissimuler aux hommes / femme=danger)

- soit il est choisi, et c’est un signe ostensible de misandrie (homme=prédateur, incapable de voir le corps d’une femme sans s’en emparer de force).

Dans le deuxième cas, on peut constater qu’il y a coïncidence parfaite avec la conception des hommes véhiculée par la misandrie victimaire (tous de violeurs !). C’est entre autres pour cela que les misandres ne se pressent pas pour se positionner. Il est vrai aussi qu’on est en plein mois d’août. Nous étudierons ci-après les prises de position au fur et à mesure de leur publication :"

Écrit par : leclercq | 29 août 2016

Répondre à ce commentaire

@ Lise

suite

extrait de "décomposition française" de Malika Sorel Sutter.

"Le voile n'est pas anodin. Il n”est pas un simple «bout
de tissu ››, comme je l”ai entendu de la bouche de poli-
tiques ou d'intellectuels qui, de toute façon, ne croyaient
pas eux-mêmes à leurs propos. Simplement, une fois
encore, l'idéologie du relativisme permet d'esquiver à
bon compte la responsabilité politique ou intellectuelle.
Le génie stratège de ceux qui ont introduit la burqa sur
le territoire national aura été de banaliser le voile, de le
faire apparaître comme un foulard anodin, un simple
bout de tissu. Or, là aussi, comme a tenu à le préciser
Abdelwahab Meddeb lors des débats autour de la loi
sur la burqa à l'Assemblée ~ scrutin auquel le groupe
socialiste a refusé de participer - : «La burqa procède
de la prescription du voile et la radicalise. Il n”y a pas
de diiïérence de nature ni de structure mais de degré
et d°intensité entre burqa et hijâb, lequel est rien qu'en
lui-même une atteinte au principe de Pégalité et de la
dignité partagées entre les sexes. ››
Voici ce qu'en pense de son côté Pécrivain Salman
Rushdie : «Mon grand-père avait fait le pèlerinage à
La Mecque, ma grand-mère était très conservatrice et
beaucoup de mes tantes et cousines se décrivaient elles-
mêmes comme des musulmanes pratiquantes. Mais
aucune de ces femmes n'aurait jamais consenti à porter
aucune forme de voile! Elles considéraient toutes que
c'était l'un des instruments d”oppression de la femme
dans le monde musulman, qui renvoie aux autres inter-
dictions : de conduire, de rencontrer des hommes en
public, etc. Le hidjab, le niqab, la burqa, le tchador
font partie d°un même projet de réduire la population
féminine en esclavagel. ››
L'avion n”avait pas encore quitté le tarmac de l°aéro-
port d”Alger que les femmes voilées se levaient déjà pour
rouler leur voile et le ranger. S'envoler pour la France,
c'était déjà se retrouver en liberté. Je les revois arranger
ensuite leur coiiïure avec leurs mains, un sourire accro-
ché aux lèvres. C°était hier.
France, que t°est-il arrivé en si peu de temps? En
France, le port du voile s”est répandu à grande vitesse;
Pexplication nous est fournie par Gilles Kepel, à propos
de l°affaire du voile de Creil en 1989 : «Les dirigeants
des organisations islamiques politiques issues des Frères
musulmans, focalisés sur la controverse du hijab à l”école
qui leur paraissait la plus propice à faire émerger en
France une communauté militante sous leur houlette, ne
montraient pas d°intérêt pour les enjeux trop complexes
du halalz. ›› Son expression « communauté militante ›› n'est
pas anodine. Toute femme qui se voile ouvre, malgré
elle, la voie à l'exercice d'une pression du groupe sur
toutes les autres, car elle incarne un modèle de dignité
et de pureté. Elle devient pour les autres une leçon de
morale ambulante. "

Écrit par : leclercq | 29 août 2016

Répondre à ce commentaire

@ Lise

"Et si l'on commençait par vous Messieurs : si vous réagissiez lorsque les hommes qui accompagnent ces femmes voilées nous matent"

des gens comme toi défendent une religion d'un autre âge, qui ont un regard différent des occidentaux sur la femme, vous avez tout fait pour tabassé du mâle, vous avez fait voter des lois pour que le gouvernement devienne votre substitut conjugal, et vous voudriez que ces mêmes mâles vous défendent et en plus vous vous permettez de les insulter s'ils ne vous défendent pas, mais vous avez tout fait pour qu'ils n'aient plus envie de vous défendre.

"La femme constitue l'enjeu le plus important du
groupe, et même de tout groupe. C'est ainsi que le voile
se retrouve utilisé pour susciter les vocations et recruter
d°autres voiles. On voit là comment Particle 9 de la
Convention de sauvegarde des droits de Phomme et des
libertés fondamentales, qui a été pensée à Porigine pour
protéger les individus en leur garantissant «la liberté de
manifester [leur] religion ou [leur] conviction individuel-
lement ou collectivement, en public ou en privé, par le
culte, Penseignement, les pratiques et Paccomplissement
des rites ››, est détoumé, dans les faits, en moyen légal
de placement sous tutelle d'êtres humains.
Je me souviens d'une période en Algérie - cela n'a
pas du tout toujours été le cas _ où porter dans la rue
un simple décolleté pouvait déclencher des insultes dans
le meilleur des cas, et même parfois des jets de pierres.
Le port d'un jean ou de tout pantalon qui pouvait être
jugé serré, a fanion' lorsqu”il n'était pas dissimulé sous
une longue chemise, mettait la pauvre malheureuse à la
merci de mains baladeuses, en pleine rue. L'agression
était perçue comme normale. «Fallait pas chercher» :
cette sentence, on l'entend désormais sur le territoire
français.
Toute prérogative identifiée par le groupe, selon ses 'l
usages, comme appartenant aux hommes fait courir '
aux femmes qui se Parrogent le risque d'être prises r
pour des « putes ››. Entrer dans un café; fumer une
cigarette; aller au ciné... Ces situations banales sont
réservées aux hommes. À moins de revendiquer le
statut d°adulte, les femmes, si elles souhaitent avoir la
paix, doivent se soumettre. D'où le slogan «Ni putes, *'
ni soumises ››, qui ne signale absolument pas une évo-
lution interne à la société française comme cela a été
souvent dit, mais les conséquences de l'importation
en France de modalités sociales d'autres sociétés. La }
!
société française ne vit plus à une telle heure, si tant
est qu'elle y ait jamais vécu.
Ce qui est à bien des égards surréaliste, c'est que *
certains territoires français soient désormais tenus
sous cette loi ségrégationniste : « Monique, ensei-
gnante à la retraite, avait voulu y prendre un café :
“Il n”y avait que des hommes qui me regardaient,
comme si je n°étais pas à ma place. ]'ai trouvé ça
insupportable. Sur le trajet du métro, je me suis
aperçue que toutes les terrasses étaient mascu-
lines*.” ›› Ou encore : « C'est parfois difficile d'oser
entrer et s'asseoir, c'est un vrai engagement. ›› Il
faut bien se rendre compte de ce à quoi certaines
femmes en sont rendues en France : oser entrer dans
un café! Les situations décrites dans cet article, je
les ai touchées du doigt, mais de l'autre côté de la
Méditerranée. .
Lorsque j'étais lycéenne, sitôt les portes du bus
ouvertes, nous nous ruions contre les parois pour y
plaquer nos fesses, tandis que nous posions très vite
nos cartables devant nous pour protéger notre inti-
mité. C”était un cauchemar que de se vivre continuel-
lement comme une proie potentielle. Il y a quatre ans,
tandis que les images des yeux fiévreux de beaucoup
d°hommes massés sur la place Tahrir, au Caire, défi-
laient sur nos écrans, à l'heure des journaux télé-
visés, ce sont ces images qui sont remontées à ma
mémoire. Cela créait un douloureux contraste avec les
propos creux que déversaient journalistes, politiques et
pseudo-experts au sujet d°une prétendue quête éper-
due de liberté. Selon eux, nous assistions en direct à
l'éclosion des bourgeons du printemps. La suite est connue
Les mères contre la femme
Ce qui peut parfois sembler incompréhensible,
c'est le rôle que les mères jouent dans l°asservisse-
ment de leurs filles, ce qui perpétue le processus. Là
aussi, de nombreuses études existent qui permettent
de mieux comprendre. Les mères jouent leur place
au sein du groupe. Elles ne sont pas nécessairement
les alliées de leurs filles, qui représentent un dan-
ger pour la position sociale de leur mère. Pour les
sociologues Horia Kebabza et Daniel Welzer-Lang,
les mères assurent un rôle de dressage : «La question
du contrôle des femmes par les hommes n'est pas seu-
lement une affaire privée, c'est un acte social dont les
hommes ont à répondre devant leur communauté tout
entière. Il existe une pression sociale sur les hommes
qui ne savent pas “tenir leurs femmes", et par ricochet
sur les mères qui ne savent pas “tenir leurs filles”. Ce
sont les mères, véritables agents de “dressage”, qui
sont chargées de ce travail. ››
C'est pourquoi, là aussi, les approches simplistes
qui se focalisent sur la seule aide aux femmes, laissant
de côté les pères et leurs fils, étaient d”avance vouées
à l'échec. C'est dans le rôle attribué aux garçons,
donc dans la question culturelle et identitaire, qu'il
convient de chercher l'une des principales sources
de l'écart extrêmement important que l°on observe
entre la réussite scolaire des filles et celle des garçons,
qui se reflète sur les taux de chômage. Se focaliser
sur des conséquences tout en refusant systématique-
ment d'analyser les sources est on ne peut plus stérile.
Si ce sont des hommes qui sont les gardiens du temple,
les geôliers se trouvent être en l'occurrence le plus sou-
vent des geôlières. On en trouve une bonne illustration
dans les cérémonies de mariage, où les femmes dansent
ensemble avec le drap maculé du sang de l°hymen de la
mariée qui vient d”être déflorée. Tout le monde attend le
drap, dans un moment de tension, sachant exactement
ce qui en cet instant est en train de se dérouler derrière
la porte ; et c'est cette même société qui considère simul-
tanément que la femme doit se voiler pour des raisons
qui ont trait à la pudeur et à la dignité.
Les normes culturelles ont ceci de puissant qu'elles
échappent à toute jauge universelle, pour la simple raison
que la rationalité n'est pas absolue. Adolescente, j'étais
choquée par ce spectacle. Mes copines et les femmes
riaient à gorge déployée. Tout leur semblait normal. En
effet, tandis que je pensais aux individus, elles pensaient
au regard du groupe. L'honneur était sauf. Il convenait
donc de rire et de danser. Plus tard, certaines de mes
amies ont, elles aussi, sacrifié au rite alors que je savais
pertinemment qu”elles avaient, comme nous disions à
l”époque, fait les quatre cents coups 5 mais peu importe, à
leurs yeux, l'essentiel n'était pas de s'assumer, de devenir
libres, mais de continuer dӐtre admises par le groupe.
Alors, celles qui en avaient les moyens s'offraient un
voyage à l'étranger pour se faire reconstruire un hymen.
Pour les autres, les discussions allaient bon train quant
aux subterfuges auxquels elles avaient bien pu recourir.
Aujourd’hui, sur le territoire français, des structures et
associations aident des filles de l'immigration à continuer
de perpétuer la mascarade au lieu d°assumer leur choix
de vie. Lors d'une réunion, une collègue demande à une
responsable d'association venant en aide aux femmes de
s°exp1iquer sur ce point précis. Alors que nous avions
affaire à une Française de souche inscrite dans la lignée
des mouvements féministes de libération de la femme
de Mai 1968, elle répondit qu”il fallait bien aider ces
filles, faute de quoi elles subiraient les foudres de leur
famille. Ces féministes auraient aussi bien pu choisir
d'aider ces filles à assumer leur vie plutôt que de tricher,
ce que les Occidentales ont su faire. Beaucoup des fémi-
nistes d”aujourd'hui se sont muées en idiotes utiles d”une
machine infermale qui lamine les progrès et conquêtes, ô
combien salutaires, de leurs aînées. Ces femmes ne sont
plus l'avenir de l'homme - ne serait-il qu'occidental -
que chantait Jean Ferrat; elles en sont les fossoyeuses.
L'ethnologue Camille Lacoste-Dujardin a étudié de
près le rôle joué par les mères, et en particulier par
les mères de garçons, au sein du modèle familial du
Maghreb. Son analyse' est sans appel; être mère d°un
garçon permet non seulement de posséder affectivement
et de régenter son fils, mais aussi d°assujettir ensuite la
femme qu°il prendra pour épouse. Ce phénomène est des
plus classiques au Maghreb. Les filles sont étroitement
surveillées et dominées d”abord par leur mère, avant de
passer sous L'autorité de leur belle-mère. Il existe une
véritable terreur de la belle-mère. La dimension de mère
cannibalise celle de femme. Nous sommes bien dans une
situation où ce sont les femmes qui participent active-
ment au malheur des femmes."

Écrit par : leclercq | 29 août 2016

Répondre à ce commentaire

Pour en revenir pour une fois à ce qui semble ne pas avoir à paraître, la religion... les trois religions du Livre représentent la foi, l'islam
l'espérance, le judaïsme et la charité, le christianisme

Pas plus foi, espérance que christianisme ne signifient "identité"!

Foi, espérance et charité: quel costume?, quel "uniforme" adopter?

"Voyez comme ils s'aiment" (christianisme) se tiennent par la main en se solidarisant.

Le coran fait dire à Dieu qu'il est inutile de se tourner vers la Mecque par rite si la démarche de bienveillance envers tous les hommes est absente.

Le christianisme que "ce ne sont pas ceux qui me disent Seigneur! Seigneur! qui entreront dans le royaume mais ceux qui font la volonté divine"

Le royaume, voir les évangiles, où le chercher?

En nous-même

Nous portons en nous l'enfant que nous fûmes, certes, mais ce qui n'est pas encore connu au temps de l'Apôtre Paul est que l'adulte que nous sommes porte en lui les empreintes non seulement de notre enfance mais d'avant notre naissance: accueil de la bonne ou non bonne nouvelle d'une grossesse

le temps de cette grossesse: dialogue de chair mère-enfant ou pas

la souffrance effarante du bébé (EMPREINTE, Arthur Janov) en son trajet jusqu'à la sortie de l'utérus puis son sentiment d'isolement une fois bien contrôlé et soigné dès la naissance en son berceau: souffrances qui influenceront nos comportements tout au long de notre vie

ce qui donne que, de Jésus, prendre sa croix, sa charge (en fait, comme nous l'apprenons aujourd'hui) l'ensemble de ces empreintes conséquences de traumatismes variés: cette globale EMPREINTE est à dépister pour s'y reconnecter afin de pouvoir revivre en les évacuant l'ensemble de ces traumatismes.

Descendants des "disciples du Christ" pourquoi pas possiblement psys, médecins, thérapeutes?

Plus utile que voile intégrale ou burqa, non?

Les évangiles font dire à Jésus de le chercher parmi les vivants.

Vivants d'hier (fossiles, ectoplasmes) ou Vivant... du Vivant!

Vivants de MAIN tenant de main tenir de maintenir en vie, amour et joie

Si tous les gars du monde... trop tard?

Jamais... "trop tard"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 29 août 2016

Répondre à ce commentaire

Et les provoations commence! Merci qui?

Vous tendez la main, on vous bouffe le bras!

Gironde : une bagarre éclate entre nudistes et «textiles»

http://www.leparisien.fr/faits-divers/gironde-une-bagarre-eclate-entre-nudistes-et-textiles-29-08-2016-6078123.php

Au Japon on se faisait hara kiri en France on vous fait hara kiri! Une liste impressionnante de personnes poignardées cet été, dont ce jeune homme de 20 ans, aujourd'hui, à Montparnasse/Paris!

Écrit par : Patoucha | 30 août 2016

Répondre à ce commentaire

https://ns2017.wordpress.com/2016/08/29/les-corses-ne-veulent-pas-de-lecons-de-morale-antiraciste-2/

La vraie raison de la non-intervention de l’Etat hollandais est la peur. L’Etat hollandais a peur des troubles qui pourraient s’ensuivre si les fonctionnaires de police faisaient respecter la loi à Marseille, à Roubaix ou en Seine-Saint-Denis. En Corse, cette faiblesse de l’Etat est très mal perçue. Les Corses n’ont pas envie de recevoir des leçons de morale antiraciste et des cours de valeurs républicaines venant de gens qui ferment les yeux depuis si longtemps sur ce qui se passe dans ces quartiers où les salafistes sont comme des poissons dans l’eau. Et l’on comprend, du coup, pourquoi le récent communiqué du FLNC

Écrit par : leclercq | 30 août 2016

Répondre à ce commentaire

@leclerecq
Vous avez sans doute raison. La même peur a autrefois poussé les pays d'Europe à laisser Hitler agir à sa guise: une peur de la violence accompagnée d'amour du confort, de naïveté et parfois de simple lâcheté.
Cette peur est évidemment louable lorsqu'elle est stratégie de survie, fondée sur un calcul du risque, comme c'est le cas lorsque des animaux dangereux évitent l'affrontement et le remplacent par des rituels d'évitement.
Elle peut aussi être source de d'affrontements encore plus violents est même de défaites face à un adversaire à la détermination totale, non entravé par les considérations sécuritaires ou morales évoquées.
Lorsque le combat devient inévitable il entraîne alors des violences et des sacrifices sans commune mesure avec ceux qu'aurait exigé une réponse ferme dès le début.
C'est donc un sorte de jeu de poker, sauf que nous devrons savoir d'avance dans certains cas, comme ceux où les motivations sont celles de la religion ou d'une idéologie politique hégémonique, souvent nationaliste, que les chances de maintien de la paix et de l'équilibre sont infimes.
Dans le cas des motivations religieuses, elles sont en général portées par des croyants dont la peur se limite à celle de ne pas avoir accès à leur paradis, peur face à laquelle toutes les autres sont dérisoires. On peut alors dire que ces combattants n'ont pas peur au sens que nous donnons à cette émotion.

Écrit par : Mère-Grand | 30 août 2016

Répondre à ce commentaire

bref. interdire de fumer en public: c'est faisable - question de santé publique.

Santé! à ces dépendants toxiques.

Écrit par : divergente | 30 août 2016

Répondre à ce commentaire

IL N y a pas que la France qui a subi les attentats mais bizarrement il n y a qu en FRANCE qu' on fait tout un foin avec cette histoire de burkini sous prétexte qu' il y a eu des attentats allez chercher le rapport? A moins de soupçonner les femmes en burkini de cacher des bombes ce qui aurait eu au moins le mérite d être un argument plus percutant ou du moins qu' on peut entendre ... plutôt que d interdire le Burkini sur les plages sous prétexte de bonnes moeurs et d hygiène. Les français sont toujours très narcissiques quand il s agît de leurs moeurs a eux . Je vois pas des français se balader tout le temps en djellabah au Maroc non plus. Mais bon c typiquement français de faire toujours des faux procès d intention aux autres cultures des lors qu' elle est différente de la leur...

Écrit par : Cyannajeph | 31 août 2016

Répondre à ce commentaire

"Et les provoations commence! Merci qui? " Merci Ipad :)

Et les provocations commencent! :)

Écrit par : Patoucha | 01 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

unau modèle de burkini vient d'apparaitre sur le marché, en espérant que les ventes vont exploser l'été prochain.

http://fr.sex.com/picture/52348172-clinging-dress/

Écrit par : leclercq | 21 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 08 h (Europe/Paris).