18 août 2016

Cinquante nuances d’innocence

Celle-ci vient de Grande-Bretagne. Elle est rapportée par plusieurs médias et par Cathy Macculloch, l’avocate de l’accusé, sur son blog. Voici l’affaire.


femme,homme,fausse accusation,viol,mensonge,mccullochUne adolescente britannique dénonce un jour à la police les viols que son père lui aurait fait subir pendant six ans. Elle réussit à convaincre les policiers. L’homme est arrêté.

Au premier jour du procès, la jeune fille est questionnée. Elle décrit les sévices qu’elle dit avoir subi. L’avocate tique. Certains mots semblent peu à leur place dans son langage d’adolescente. 

Le soir elle a une intuition. Elle va acheter le best-seller érotique 50 nuances de gris. Elle fouille les chapitres et trouve dix-sept passages similaires aux propos de l’adolescente.

Le lendemain elle questionne l’accusatrice de manière incisive. Celle-ci craque et avoue. Elle a menti. Rien n’est vrai. Elle a tout inventé et repris les scènes du best-seller. Pour punir son père trop sévère selon elle. Le tribunal n’a plus qu’à lever les charges et à prononcer l’acquittement de l’accusé.

Cette fausse accusation rappelle que ces affaires doivent être traitées avec une très grande rigueur, tant les conséquences peuvent être graves. On ne peut pas croire sur parole. Dès les premières déclarations il faut vérifier, et analyser le langage verbal et postural. Il y a des signes, des mots, des tournures, des postures, qui sont révélateurs d’une possible invention.

J’imagine la dose de culot qu’il faut pour se lancer dans une fausse accusation et la soutenir jusqu’au procès. 

Et le désarroi de l’homme, au procès, accusé faussement par sa propre fille.

 

 

20:10 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : femme, homme, fausse accusation, viol, mensonge, mcculloch | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Eh oui, l'occident qui se permet de donner des leçons au reste du monde sur les droits de l'homme, alors que dans ses propres terres, un homme peut être tué par son épouse ce n'est ni plus ni moins de la "justice" rendue pour la juridiction occidentale. Un homme peut être accusée faussement, c'est pas grave, c'est juste un "oppresseur patriarcal"

La décadence occidentale n'a donc aucune limite ...

Écrit par : indignation | 21 août 2016

Répondre à ce commentaire

L'adolescente avait menti pour se venger de son père.

Mais les pères, ou mères, incestueux existent.

Faut-il tellement se demander qui accuser l'occident ou l'orient ou prendre enfin l'habitude de remonter des conséquences aux causes, en l'occurrence, pourquoi le père de l'adolescente était-il, selon elle, trop sévère?

En l'accusant d'une excessive sévérité, la jeune femme disait-elle la vérité ou mentait-elle

- si elle mentait, pourquoi?

Et si, en vérité, son père était trop sévère... pourquoi?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 21 août 2016

Répondre à ce commentaire

Coooool trop bon article. T'es au courant que les "fausses accusations" (c'est à dire les plaintes qui ne vont pas au tribunal parce que 1)la victime est choquée et produit un témoignage incohérent mais a été violée quand même 2)les flics font mal leur boulot et la victime se décourage mais elle a été violée quand même 3)la victime retire sa plainte par crainte de représailles mais elle a été violée quand même 4)la victime se trompe d'agresseur mais elle a été violée quand même 5)la victime a menti) c'est estimé entre 2% et 8% de tous les cas de viols REPORTES (inutile de dire que c'est un crime largement sous-estimé en occident, et ne parlons pas de la pédophilie). Et donc toi tu nous ponds un article pour nous dire "faites gaffe les femmes elles peuvent mentiiiiir au tribunal", hihihi quelle grosse marrade (au passage : la proportion de gamins victimes de pédophilie est estimée à environ 1 gamins sur 4 en France, avec un ratio de 1 garçon pour 3 filles).

Donc ouais ouais t'inquiètes pas, y'a plus souvent des plaintes légitimes pas classés que l'inverse hein dans les faits, on est couillées par le système parce que bon c'est bien connu qu'on a que ça à foutre d'accuser à tort des hommes de viol pour faire les malines ou que de toutes façons on l'avait forcément un peu cherché. Au passage, des fois une victime, surtout si elle est jeune et victime d'inceste pédophile, peut ne pas directement accuser son agresseur mais quelqu'un d'autre qui lui porte du tort parce qu'elle ne peut pas directement s'en prendre à son agresseur (position de puissance, chantage affectif, culpabilité ressentie de la victime instillée par son agresseur, peur de représailles ou tout simplement amnésie).

Tu sais quoi, le plus drôle dans tout ça c'est que toi en tant qu'homme si tu te fais violer (statistiquement beaucoup moins probable que si t'étais une femme, sauf si tu es en taule aux états unis), tu seras d'autant moins pris au sérieux. Merci de retourner dans le camp des gens pas nazes GROS NAZE

Écrit par : Anna | 30 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 08 h (Europe/Paris).