11 août 2016

Hillary Clinton : rapport médical accablant ou fake ?

L’entourage d’Hillary Clinton la surnomme volontiers Killary. Et n’était son ambition personnelle, elle aurait pu jouer dans Kill Bill quand son infortune matrimoniale faisait la une des journaux.


hillary clinton,killary,lisa bardack,attaque cérébrale,alzheimer,épilepsie,avc,donald,interniste,caremount,Mortifiée

Quelle femme peut accepter d’être exposée au monde entier parce que son président de mari a des besoins sexuels inassouvis qu’il comble autre part que dans son couple? Beaucoup de femmes auraient rompu, ou témoigné et peut-être livré une vraie parole sur cette situation, ne serait-ce que pour s’en dédouaner. Killary n’a rien dit. Loyauté ou ambition?

Les proches, le personnel de la Maison Blanche, parlent de l’extrême violence de ses réactions en privé. Violences physiques et morales. Possible. Nous n’y étions pas, et les témoignages des proches valent ce qu’ils valent. 

Mais il y a autre chose: la santé d’Hillary Clinton. Depuis deux jours un avis médical fait le tour d’internet. Il s’agit d’un document privé qui n’aurait pas dû être publié. La divulgation d’un document privé est toujours suspecte mais le premier amendement sur la liberté de la presse ainsi que la jurisprudence américaine dédouanent ceux qui publient s’ils n’ont pas eux-mêmes contribué au vol de l’info.

Il est donc privé. Cependant sa teneur est de nature à intéresser l’électorat américain et les observateurs étrangers. Ce rapport du 5 février 2014 a été établi par la doctoresse Lisa R. Bardack, du Groupe Médical du Mont Kisco (devenu le CareMount Medical), dans l’État de New-York. Ce centre privé est formé d’environ 500 praticiens et propose un large panel de services médicaux.

 

 

hillary clinton,killary,lisa bardack,attaque cérébrale,alzheimer,épilepsie,avc,donald,interniste,caremount,Lisa R. Bardack

Elle y dirige le département de médecine. Cette doctoresse, qui exerce depuis plus de vingt ans, fait partie des Best Doctors in America de 2011 à 2016, en plus de figurer parmi les Top Doctors recommandés par le site Castle Connolly.

Elle a même reçu en 1993, une Board Certification. C’est un document de plus haute valeur que le diplôme:

« Board certification indicates that a doctor is highly qualified in the medical field in which he or she practices. A board-certified doctor is more likely than a non-board-certified doctor to have the most current skills and knowledge about how to treat your medical condition. »

La doctoresse Lisa Bardack est interniste. Aux États-Unis comme en France, où ce praticien est considéré comme un super-généraliste, l’interniste a un statut particulier. Selon Wikipedia il:

« … s’intéresse aux pathologies frontières et de chevauchement entre les spécialités, a une compétence pour des dossiers complexes, les maladies rares, les symptômes généraux… »

Ou aussi

« L’interniste, de par son approche globale prend en charge un grand nombre de maladies auto-immunes inflammatoires ou systémiques ou de maladies dites orphelines. (…) L’interniste fait un travail d’analyse et de synthèse à la demande d’autres confrères (médecin consultant). »

 

 

hillary clinton,killary,lisa bardack,attaque cérébrale,alzheimer,épilepsie,avc,donald,interniste,caremount,Qui dit vrai?

La polémique qui suit la divulgation de ce rapport vise entre autres cette interniste. On met en cause ses compétences. Mais son CV montre une praticienne pointue qui ne saurait être réduite à un fantôme des couloirs de cliniques.

Tout récemment elle était citée par la presse au sujet de la santé de Killary, qu’elle jugeait en excellente condition physique. Une rédactrice du site Snopes n’est pas convaincue de l’authenticité du rapport de 2014 (image 3, cliquer pour agrandir).

D’une part elle observe que sa divulgation intervient après la déclaration de bonne santé de la candidate. Pourquoi pas plus tôt? Elle fait aussi remarquer que le rapport ne semble guère officiel. Une simple lettre, sans logo, peut être facilement falsifiée. Mais il doit s’agir ici d’une note interne, comme cela peut être demandé par un spécialiste à une interniste. Les libellés varient selon à qui l’on communique (image 4), ce qui est courant.

Le premier rapport date du 5 février 2014. La consultation est agendée suite à des trous noirs et des pertes de mémoire subis par la future candidate démocrate, ainsi qu’un tremblement incontrôlable. Il mentionne un diagnostic préexistant: « La patiente a été diagnostiquée au début de 2013 comme souffrant de troubles de type épileptiques (traduction possible de complex partial seizures) et d’un début de démence vasculaire sous corticale ( ndlr: ou leucoaraïose) ».

 

 

hillary clinton,killary,lisa bardack,attaque cérébrale,alzheimer,épilepsie,avc,donald,interniste,caremount,Après l’ouragan

En plus de ce diagnostic la doctoresse Bardack  lui fait passer le test de Folstein ou MMSE (mini-mental state examination). Il permet d’évaluer les fonctions cognitives immédiates et de détecter des dysfonctionnements consécutifs à des attaques cérébrales.

Un an après, le vingt mars 2015, Killary consulte à nouveau la doctoresse. Pour les mêmes raisons: mini-crises et perte de mémoire,  auxquelles s’ajoutent de la fatigue et des vertiges. On apprend qu’elle est traitée par anticoagulants (et anti-épileptiques?). On apprend aussi que la patiente déprime de plus en plus au sujet de sa santé. Elle dit subir davantage de mini-crises.

L’état de santé d’Hillary Clinton semble, selon ce rapport, proche d’Alzheimer, du petit AVC, de la maladie de Parkinson ou de l’épilepsie. Cela explique-t-il ses sautes d’humeurs et sa violence décrites par son entourage? Possiblement. Ou pas. C’est peut-être elle, simplement, caractériellement. Elle, de longue date ou suite au passage dévastateur d’un ouragan nommé Monica Lewinski.

 

 

hillary clinton,killary,lisa bardack,attaque cérébrale,alzheimer,épilepsie,avc,donald,interniste,caremount,Conclusion (provisoire)

Ce rapport est-il un fake, un de ces faux dont internet est friand? Les signes somatiques vus sur les images télévisées, dont cette crise en public déjà montrée, semblent dire le contraire. Le trouble est perceptible.

Autre signe visuel: son regard souvent exorbité et fixe, conséquence possible entre autres d’un trouble thyroïdien déjà diagnostiqué, ainsi que la rigidité générale du comportement.

Enfin Killary n’a jamais démenti et à ce jour la Drs Lisa R. Bardack ne l’a pas fait non plus. La rédactrice du site Snopes, cité plus haut, a tenté de prendre contact avec le centre médical et la doctoresse, sans succès à ce jour.

Malgré Donald et sa trompette capillaire, la campagne présidentielle américaine ne ressemble pas à la danse des canards.

 

 

 

Commentaires

Tres intéressant article. Le mystère subsiste, mais la campagne devient enfin à la hauteur des enjeux: le poste de travail de numéro 1 du monde. Un combat à mort entre deux malsains, Killary et Donald.

Écrit par : Manuel Alonso Unica | 11 août 2016

Répondre à ce commentaire

Malade ou pas elle est tellement accro au pouvoir qu'elle serait prête à n'importe quel compromis politique pour rester au pouvoir. Elle n'aime pas l'Amérique elle aime le pouvoir que lui donne l'Amérique.

Écrit par : norbert maendly | 11 août 2016

Répondre à ce commentaire

Monsieur homme libre,

Félicitations! Je vois que vous avez très bien mis à profit les liens que je vous ai fourni hier soir et êtes allé plus loin, comme un vrai travail d'enquête journalistique en laissant toutes les options ouvertes. Bravo!

Ce qui est TRÈS inquiétant, si ce diagnostic est le bon - maladie de Binswanger, c'est que cette maladie entraîne une totale désinhibition, comme sous l'effet de l'alcool, mais ici de manière irréversible. Il se trouve que je connais très bien cette maladie, et certains de ses comportements font penser à cette désinhibition. Je vous laisse imaginer le résultat possible avec une furie désinhibée ayant à sa portée le bouton de l'arme nucléaire.

On peut penser à cette folle qui a lancé une alerte à la bombe à l'aéroport pour se venger de son mari infidèle. Quand on sait ce que Bill a fait.

"elle est traitée par anticoagulants"
Pour éviter de nouveaux AVC.
http://www.fmcoeur.com/site/c.ntJXJ8MMIqE/b.3562327/k.4AC8/AVC__Hypertension_art233rielle.htm
Vous noterez que le principal facteur de risque est l'hypertension. Or il se trouve que LA cause de la maladie de Binswanger est l'hypertension artérielle.

On peut également se poser la question du lien entre colère et hypertension.

Écrit par : Charles | 11 août 2016

Répondre à ce commentaire

C'est hallucinant, dans tous les cas de figure.

Si c'est vrai, si élue, H. Clinton ne pourra pas accomplir son mandat, puisqu'elle va décliner de façon inexorable.

Si c'est un faux, on a touché le fond.

Une chose me chiffonne en plus : Si le comportement de Bill Clinton peut être expliqué par des insuffisances de son épouse, je pense qu'on simplifie trop la complexité de l'être humain.
Je n'imagine pas une seconde, que Bill Clinton soit juste un type qui marche au sexe tout simple.
Imaginer, qu'une histoire, comme celle qu'il a pu vivre avec la jeune Monica Lewinsky serait explicable par la personne de son épouse ?
Et lui ? Il serait juste un type qui serait mal tombé, qui aurait mal choisi son épouse, mauvaise affaire au lit ?
Il n'aurait donc pas besoin de séduire, de vivre quelque chose de nouveau, d'interdit, de dangereux, de profiter de sa position ? Ensuite, il ment à la face du monde. Tout ça à cause de Hilary ???
Cette histoire dit bien davantage de choses sur Bill que sur Hillary.

Oui, Hilary aurait dû partir. Il existe beaucoup de personnes qui refont leur vie à 40, 50, 60 ans. P.ex. Donald Trump.
Elle a peut-être fait un calcul altruiste ( le divorce aurait achevé l'image de Bill), ou un calcul égoïste ( je suis arrivée là, j'y reste). On ne le saura pas et est-ce que ça nous intéresse tant ?
Mais si elle était destinée à avoir une maladie dégénérative, le divorce ne l'aurait pas sauvée pour autant.

Non vraiment, je ne comprends pas que l'on veuille devenir président(e) des USA !
A mes yeux, "la maladie" est dans l'idée même de vouloir aussi fort un job aussi ingrat.

Écrit par : Calendula | 11 août 2016

Répondre à ce commentaire

Jugez par vous-même:

http://www.infowars.com/pharmaceutical-exec-hillary-clinton-has-parkinsons-disease/

Écrit par : Jacques-André Widmer | 11 août 2016

Répondre à ce commentaire

Il s'agit probablement d'un fake. Hilary Clinton est une excellente communicante et elle sait jouer l'autodérision devant les caméras. Son mari jouait du saxo pour la faire cool. Elle préfère faire le pitre. Chacun son truc pour paraitre plus humain... Je pense que ces petits délires lui font certainement gagner des points chez les afros américains, qui aiment casser la rigidité des relations entre individus dominées par les traditions des WASP.

Après, on peut comprendre Hilary Clinton dans sa démarche de devenir la première femmes présidente, femme anciennement première dame. Elle marquerait à coup sûr l'histoire. Personnellement, je trouve qu'elle devrait laisser la place à d'autres.

Écrit par : Riro | 12 août 2016

Répondre à ce commentaire

Il s'agit probablement d'un fake. Hilary Clinton est une excellente communicante et elle sait jouer l'autodérision devant les caméras. Son mari jouait du saxo pour la faire cool. Elle préfère faire le pitre. Chacun son truc pour paraitre plus humain... Je pense que ces petits délires lui font certainement gagner des points chez les afros américains, qui aiment casser la rigidité des relations entre individus dominées par les traditions des WASP.

Après, on peut comprendre Hilary Clinton dans sa démarche de devenir la première femmes présidente, femme anciennement première dame. Elle marquerait à coup sûr l'histoire. Personnellement, je trouve qu'elle devrait laisser la place à d'autres.

Écrit par : Riro | 12 août 2016

Répondre à ce commentaire

"Il s'agit probablement d'un fake. "

C'est surtout un bon test projectif. N'importe quelle personne qui accorde plus d'un sourire en passant à ce genre d'information* devrait se poser de sérieuses questions sur soi-même...


* Si l'on ose parler d'informations.

Écrit par : Plouf se réjouit de sa croisière sur la Narrenschiff | 12 août 2016

Répondre à ce commentaire

Hillary Clinton est une bête politique qui n'est plus toute jeune et qui doit faire face à un stress que peu de gens connaissent.
Ainsi elle a su mettre en place des stratégies pour camoufler ses défauts que certains tentent de dévoiler en la faisant passer pour une malade.
Oui, cette femme est dure, mais de là à la faire passer pour autiste parce qu'elle manque d'empathie, ou de névrosée qui abuse des substances, je pense que ces attaques sont juste du "business as usual" en politique et surtout en campagne électorale.
Pour revenir à cet épisode où elle secoue sa tête pendant un temps anormalement long, je le traduit ainsi :
L'agressivité des reporters qui ne lui ont pas laissé le temps de finir sa phrase l'a prise au dépourvu, mais son contrôle quasiment immédiat de sa réaction lui a suggéré d'en rajouter pour en faire un gag et justement éviter de dévoiler sa contrariété. Elle connait ses faiblesse et sait les maîtriser.
Je reste toutefois surpris que personne n'ait encore pu la faire craquer.

Écrit par : Pierre Jenni | 12 août 2016

Répondre à ce commentaire

Il semble inconcevable qu'une personne dans son état puisse prendre les rênes d'un pays.

Mais il est certain qu'il y aurait - si d'aventure les américains commettaient l'erreur d'élire Killary - plein plein plein de gentils conseillers pour lui dicter ce qu'il faut dire et ce qu'il faut faire, pour lui tenir les mains lorsqu'elle monte ou descend des escaliers, pour lui rappeler quel est son nom et pour lui apporter ses médicaments.

Je tremble à l'idée qu'une malade puisse diriger un pays ayant autant d'influence sur le monde.

Vraiment.

Écrit par : Ronny Roganit | 12 août 2016

Répondre à ce commentaire

Pour l’instant ce je que vois c'est qu'elle est toujours accompagné d'un grand noir qui a toujours dans sa main un médicament a injecté en cas d'attaque cérébral.
De même qu'elle ne peut plus monté les escaliers seule.
Ne peu pas faire plus d'un discours par jour.
Etc
Le psychique et le physique sont dans un état lamentable.
Tous le monde se tait, pour trump par contre tous les médias en aurait fait leurs gros titre durant des semaines.
Cette élection américaine sent de plus en plus la merde, les médias jusqu'au lobbys les plus pourris de la planè_te qui acclament une morte vivante.
C'est bill qui va gouverner en secret ou quoi ?

Écrit par : fer | 12 août 2016

Répondre à ce commentaire

De l'humour au second degré ou comment se moquer des complotistes.
Certain doivent se bidonner de leurs succès.

Ils étaient probablement inspiré du fait que chez certains républicains, il y a une inquiétude sur les capacités à diriger de Trump

Écrit par : polux | 12 août 2016

Répondre à ce commentaire

@Calendula

Je crois que l'affaire Lewinsky est juste un dérapage incontrôlé de Bill. Ce qui lie les deux époux relève bien plus d'une ambition partagée d'atteindre le plus haut niveau de pouvoir. Ils ont formé un tandem dans la quête du pouvoir. Elle a fait bonne figure pour préserver le mandat de son mari, en retour Bill n'a pas ménagé sa peine pour la soutenir dans sa campagne présidentielle de 2012. Pour ce qui est de leur vie privée il semble que cela fait très longtemps que chacun vivent leurs vie de leur côté.

Pour le reste, il est connu qu'après un avc, le comportement peut être un peu plus débridé, que certaines zones jusqu'alors sous contrôle peuvent se relâcher. En quelques sorte elle dissimule moins le fond de sa personne (voir son commentaire sur la Libye).

A part cela c'est vrai qu'elle présente des signes d'hyperthyroïdie , j'ai déjà vu cela chez des personnes "mangée" par leur ambition.

Enfin pour ce qui est du bashing contre les prétendants, cela semble à la mesure de la qualité des deux candidats.

Écrit par : aoki | 12 août 2016

Répondre à ce commentaire

La maladie de Binswanger cause des symptômes qui peuvent être attribuer à la maladie de Parkinson.
http://rarediseases.org/rare-diseases/binswangers-disease/
Vous noterez qu'est recommandée la prise de "warfarin to reduce thromboembolism".
Pour la "warfarin", lisez ceci:
http://www.activistpost.com/2016/08/media-lie-hillarys-severe-health-condition.html
Et il y a le garde du corps avec une seringue à la main, qui ne la quitte pas.

Madame Calendula,
Votre commentaire me désespère. Dans votre modestie, vous ne semblez pas considérer la drogue que représentent le pouvoir, l'argent et la GLOIRE.

Écrit par : Charles | 12 août 2016

Répondre à ce commentaire

Il faudrait aussi se pencher sur une série d'assassinats qui surviennent fort à propos:
http://heavy.com/news/2016/08/seth-rich-julian-assange-source-wikileaks-wiki-dnc-emails-death-murder-reward-video-interview-hillary-clinton-shawn-lucas/

Également:
"Falk Rovik · Antiterrorism Analyst at ARG Asia
Wikileaks promises a reward for those who can help to solve the murder of Seth Rich, allegedly a whistleblower. The Clinton's are "fishy", they smell bad and their critics seems to perish due to a "Deep State" pandemic.

Victor Thorn, Shawn Lucas, Seth Rich and John Ashe is the four last victims of the "Deep State" pandemic. They died during the last six weeks. More than 50 people critics of the Clintons found dead of unknown causes, suicide and unresolved murders. Who is next? Donald?"
http://sputniknews.com/columnists/20160809/1044091435/political-assassination-american-way.html
A noter qu'une des victimes a subi le sort décrit dans un épisode de l'"Inspecteur Columbo".
http://columbo.centerblog.net/4238443-Exercice-fatal-1974

Écrit par : Charles | 12 août 2016

Répondre à ce commentaire

"Je crois que l'affaire Lewinsky est juste un dérapage incontrôlé de Bill."
UN dérapage?
http://www.ranker.com/list/bill-clinton_s-loves-and-hookups/celebrityhookups

Écrit par : Charles | 12 août 2016

Répondre à ce commentaire

If you knew what she put me through after this story with Monika.
This scandal for a bad blowjob, lavished by a not beautiful woman. When I think of what Donald fucks every day, I'd rather be in his place as mine, even if it has no chance of being elected.

Écrit par : Bill Clinton | 12 août 2016

Répondre à ce commentaire

@Charles,
Il ne faut pas vous désespérer ainsi !
La GLOIRE ? Il me semble que les présidents américains sont surtout critiqués et mis en échec en permanence. Plusieurs ont été assassinés. Hillary n'a d'ailleurs qu'à bien se tenir ! "Killary" pourrait devenir celle, qui aura payé de sa vie son possible opposition au lobby des armes. (Mais une fois de plus, on aura mal compris le très bon candidat Trump, qui décidément énonce toujours de façon claire le fond de sa pensée...)

Oui, il paraît que le pouvoir est comme une drogue, mais encore faut-il se débrouiller drôlement bien pour y avoir accès. Beaucoup d'appelés, peu d'élus. Celui ou celle qui arrive à établir des alliances vraiment solides ou à éliminer ("tuer") ses rivaux, arrive à obténir une dose conséquente.
Hillary est une "tueuse" et accro au pouvoir politique. Donald a d'abord été puissant au niveau business et médias, maintenant il tente la politique.
Tous deux ont réussi leur nomination de façons différentes.
Hillary y travaille depuis de nombreuses années, elle a blanchi sous le harnais et fait le vide autour d'elle. L'appareil lui était acquis.
Donald arrive, et anéantit tous les autres Républicains, qui rêvaient de cette candidature depuis des années, en travaillant dans leurs postes de politiciens traditionnels. L'appareil de son parti ne lui était pas acquis et semble l'être de moins en moins.

Je comprends bien, que ces deux personnes ont des motivations et une énergie hors du commun et qu'elles ne peuvent pas envisager autre chose que la présidence. Mais il me semble que leurs cas démontrent, combien on peut devenir bizarre et donner l'impression de fonctionner sur une orbite très éloignée du commun des mortels.
Hillary me semble très artificielle, comme si elle s'était crée un personnage censé être toujours à 150 % de joie de vivre et d'énergie, alors qu'Obama semble être "lui-même", il n'en fait pas trop. Hillary, elle veut ce pouvoir trop fort, c'est cela qui me semble "malade".
La " maladie" de Donald est également d'un type comportemental, il a quelque chose de mégalo, comme un gamin mal élevé, un enfant-roi qui pense qu'il est admirable. Son succès auprès d'une partie des militants républicains doit le confirmer dans sa bonne opinion de lui-même, ces acclamations doivent justement faire l'effet-drogue.
Je ne comprends pas, pourquoi il a autant besoin de rabaisser les autres, avec autant de hargne. N'a-t-il pas confiance dans le fait que son excellence suffise à elle seule à le faire valoir ?
Toutefois, s'il n'a pas de programme cohérent, ni d'équipe solide, ni de parti derrière lui, c'est vrai qu'il y a du souci à se faire. Sa fortune ne suffit pas à compenser des lacunes structurelles, si j'ai bien compris.

Écrit par : Calendula | 12 août 2016

Répondre à ce commentaire

Je partage votre analyse Calendula. Le personnage surjoué et rigide est un repoussoir pour moi. Elle illustre le "volontarisme du Bien" qui selon moi dénature le Bien même. Ou en tous les cas qui me fait prendre une distance très marquée. Elle ne cesse de mettre en avant tous les signes du "Bien", c'en est irrespirable. Il n'y a aucun espace, ça c'est un problème. Est-elle boostée à des produits?

Trump? Je ne saisis pas sa motivation. Je vois quelques déclarations plus sérieuses au milieu du cirque médiatique, comme celle que j'ai relevée sur la Russie. Lui est au faîte de sa carrière, plus puissant qu'un président, de quoi a-t-il besoin de plus? Je me dis, à tort ou à raison, qu'ayant moins de besoins personnels, moins à prouver, avec pas mal de recul, il est moins "dangereux" qu'une idéologue survoltée qui n'arrête pas de faire les gros yeux au monde... Il n'est pas missionnaire, par bonheur.

Écrit par : hommelibre | 12 août 2016

Répondre à ce commentaire

@ hommelibre,

Pour moi, Donald Trump est illisible.
Il ne m'est pas possible de le voir comme un chevalier blanc, qui viendrait sauver son pays par idéalisme et en renonçant à sa vie confortable pour se mettre à disposition de son pays, afin de le rendre grand à nouveau.

Pour le moment, je me dis que le succès de son émission de télé-réalité lui est monté à la tête. Il a dû se sentir tellement fort, puissant et efficace, qu'il en a conclu qu'il était capable de gérer le pays tout entier. C'est si simple, si on est vraiment grande gueule et qu'on ne s'embarrasse pas de chichis inutiles.
Les bistrots sont pleins de gens qui savent, ce qu'il faut faire, mais ils n'ont pas l'argent pour se lancer en politique ;-)))

J'écris ça, en étant bien consciente qu'il est difficile de faire de la psychologie et des diagnostics sérieux depuis derrière mon ordinateur.
Le fait que Trump soit très riche et sans besoins personnels n'est pas un facteur rassurant. N'ayant de comptes à rendre à personne, il peut se sentir tout-puissant et mépriser les institutions ainsi que toute personne qui viendrait le contredire, et cela pas forcément à bon escient.
Il trouve toujours moyen de trouver les autres "faibles" ( p.ex. le sénateur McCaine, parce qu'il a été capturé par l'ennemi au Vietnam, alors que lui, D.Trump a réussi à échapper à la conscription), et à attirer l'attention sur les échecs, alors que lui-même n'a pas réussi tout ce qu'il a entrepris.
Comme il est tout neuf en politique, il n'a pas encore d'ardoise, sauf un florilège de "sorties" iconoclastes. La belle affaire !

Si le fait de s'auto-financer devenait un facteur de crédibilité, cela signifierait que seuls les milliardaires seraient de bons leaders politiques.
Si la démocratie devait aboutir à cette ploutocratie, ce serait vraiment le monde à l'envers. Et une catastrophe, car ce serait la victoire définitive de l'économie sur la politique.

Écrit par : Calendula | 12 août 2016

Répondre à ce commentaire

Ben, Calendula..... Vous voulez dire éligible ?!

Écrit par : Patoucha de mon iPad | 13 août 2016

Madame Calendula,

" Plusieurs ont été assassinés. Hillary n'a d'ailleurs qu'à bien se tenir ! "Killary" pourrait devenir celle, qui aura payé de sa vie son possible opposition au lobby des armes."
Ce commentaire me désespère encore davantage. Le dernier président assassiné l'a été justement pour son opposition au lobby militaro-industriel et à l'acquisition de l'arme nucléaire par Israël. Hillary Clinton n'est nullement opposée au "lobby des armes", c'est même tout le contraire. Elle veut répéter en Syrie ce qu'elle a contribué à faire en Libye. Et tout est à craindre si elle est élue. Je compte sur Trump pour la disqualifier comme il a disqualifié Jeb Bush et les autre Républicains. A moins que ce soit lui qui soit "disqualifié" si vous avez lu un des liens ci-dessus.

Écrit par : Charles | 12 août 2016

Répondre à ce commentaire

@ aoki,

L'épisode M.Lewinsky-Bill Clinton aurait dû rester secret, comme toute histoire du même genre.
Un dérapage ? Il n'est pas le premier président américain, ni le premier président tout court à avoir cédé à la tentation, car il semblerait qu'il y ait beaucoup de tentations. Jusqu'à récemment, les infidélités présidentielles étaient gardées secrètes
Ca ne regarde personne, tout comme l'histoire J.Gayet-F.Hollande.
Mais voilà, de nos jours, ces histoires deviennent publiques et sont jetées en pâture de l'opinion publique.
L'attitude de V. Trierweiler a été très différente de celle de H.Clinton et il n'est pas difficile de décider, qui a été la plus digne et la plus pragmatique.
Les Clinton ont un enfant, il fallait aussi protéger leur fille d'un gros déballage. Il y avait ce projet de réussite commun, qui était peut-être plus important que l'honneur conjugal.
J'attends avec curiosité la première révélation d'une aventure extra-conjugale d'une politicienne de haut niveau. Est-ce qu'on en conclura, que son mari est "insuffisant " ou qu'elle est une idiote ? Ecrira-t-il un brûlot pour se venger ? Divorcera-t-il ?

Écrit par : Calendula | 12 août 2016

Répondre à ce commentaire

@ Charles,

Il est clair, que je ne ferai jamais autre chose que vous désespérer. Autant s'en accommoder une fois pour toutes.
En fait, je ne cherche pas à vous convaincre de quoi que ce soit et ne cherche pas non plus votre approbation. Ce serait vraiment du temps et de l'énergie perdus. Je n'arriverai jamais à dire un truc sensé. C'est OK, je vis avec ça.
Comme je l'ai déjà fait, je vous suggère de ne pas lire mes commentaires, pour moins désespérer. Ou alors, cela vous plaît de désespérer à mon sujet !
As you like.

Dans mon commentaire, je faisais allusion à des déclarations de D. Trump, datées du 10 août, difficiles à interpréter. Il soupçonne H. Clinton de vouloir supprimer le "second amendement" et d'ainsi vouloir limiter le droit au port d'armes à l'intérieur des USA.

"The Guardian" résume la chose ainsi :
"Donald Trump hints at assassination of Hillary Clinton by gun rights supporters.
Republican presidential nominee says ‘second amendment people’ could stop Democrat choosing undesirable supreme court justices if she is elected."

L'article est assez long et cite beaucoup de réactions à cette déclaration.
Lire ici :
www.theguardian.com › US News › Donald Trump

Ou ici :
www.huffingtonpost.com/.../trump-clinton-shoot_us...

Si j'ai bien compris, H.C. ne cherche pas à abolir l'amendement en question, mais à trouver des solutions pour éviter que n'importe qui puisse acheter n'importe quoi. (Un peu ce que beaucoup de gouvernements européens cherchent à faire, même si ça semble assez impossible...)

Si jamais, voici un site d'information sur le programme de H. Clinton :
https://www.hillaryclinton.com/.../gun-violence-pre...

Et un site en faveur du port d'armes et le second amendement et tout le bien qu'ils pensent de H.C. :

bearingarms.com/.../heres-hillary-really-mind-guns-..

H.C. fait un lien entre le nombre de morts par armes à feu ( des chiffres sur lesquels pas tout le monde est d'accord, mais on peut arriver à env. 30 000 par année, tous incidents confondus : meurtre, accidents, tirs par des déséquilibrés, etc ) et le nombre d'armes en circulation et une certaine facilité à en détenir des quantités non négligeables.

Le problème des armes américaines utilisées en-dehors du pays est un autre sujet.

Écrit par : Calendula | 13 août 2016

Répondre à ce commentaire

@ Patoucha,

Voulez-vous dire "éligible " à la place d"illisible " ?

Si c'est cela, non ! Je voulais dire que je n'arrive pas à lire le programme de D. Trump en le comprenant, en lui donnant un sens cohérent.
Je ne comprends pas non plus que l'on puisse se comporter comme lui.
Pour moi, c'est comme un code ou un alphabet que je ne maîtrise pas.

Écrit par : Calendula | 13 août 2016

Répondre à ce commentaire

Ou lala Calendula, que de plans sur la comète pour les Clinton et tout cela pour une histoire qui ne l'a pas empêché de continuer son mandat et de marier sa fille.
Y aurait-il un prix de sainteté à la tdg?.
Je préfère nettement Bill à sa dingue de femme. C'est fou comme vous pouvez changer de parti selon les politiciens. Les démocrates devraient réfléchir à deux fois avant de voter.

Allez! Je vais m'emerveiller à regarder les feux.

Bonne soirée

Écrit par : Patoucha de son iPad | 13 août 2016

Répondre à ce commentaire

Si l'Amérique - plus grande démocratie du monde - n'a trouvé QUE ces deux candidats pour sa gouvernance suprême, c'est que vraiment c'est la fin des haricots. Les potentats de tout poil peuvent se frotter les mains.

Écrit par : Jean Troillet | 13 août 2016

Répondre à ce commentaire

Madame Calendula,

Vous avez écrit:
"Hillary n'a d'ailleurs qu'à bien se tenir ! "Killary" pourrait devenir celle, qui aura payé de sa vie son possible opposition au lobby des armes."
et
"Dans mon commentaire, je faisais allusion à des déclarations de D. Trump, datées du 10 août, difficiles à interpréter. Il soupçonne H. Clinton de vouloir supprimer le "second amendement" et d'ainsi vouloir limiter le droit au port d'armes à l'intérieur des USA."
Dans le premier commentaire vous n'avez mentionné ni le deuxième amendement, ni Trump. Et vous avez écrit "Killary". Mais peut-être ne savez-vous pas d'où lui vient ce surnom? "Killary" + "armes" font directement référence à la politique étrangère de la dame. Quant à la promesse de modifier le deuxième amendement, je me permettrai de vous rappeler que les promesses rendent les fous joyeux.

Et j'en rajoute une couche:
"Si le fait de s'auto-financer devenait un facteur de crédibilité, cela signifierait que seuls les milliardaires seraient de bons leaders politiques."
Vous savez comment se passent les élections US, n'est-ce pas? Vous savez que c'est celui qui récolte le plus de fonds qui est élu, n'est-ce pas? Vous savez que les "donateurs" sont en fait des "investisseurs", n'est-ce pas? Maintenant expliquez-moi comment il est possible d'être un "bon leader" quand on est redevable de tant dettes.

"Si la démocratie devait aboutir à cette ploutocratie, ce serait vraiment le monde à l'envers. Et une catastrophe, car ce serait la victoire définitive de l'économie sur la politique."
Ca y est, votre commentaire touche le fond: vous n'avez toujours pas compris que l'"économie" est victorieuse sur le "politique" depuis belle lurette. Tous nos régimes sont des ploutocraties oligarchiques.


"L'épisode M.Lewinsky-Bill Clinton aurait dû rester secret, comme toute histoire du même genre."
Alors pourquoi rédiger un commentaire de 14 lignes sur le sujet?
et

Écrit par : Charles | 14 août 2016

Répondre à ce commentaire

@ Charles,

Ma méfiance envers Trump ne signifie pas que je suis une fan de H. Clinton.
Depuis le début de mes interventions, je me félicite de ne pas devoir voter pour l'un des deux et donc de ne pas être citoyenne d'un pays, où on se retrouve avec un tel choix.
Je suis complètement d'accord avec Jean Troillet.

Tout ceci devrait rester à un niveau de débats d'idées, à moins que vous n'ayez le droit de vote aux USA ? Dans ce cas, vous vous trouvez devant un choix cornélien. Ou alors, votre choix est déjà fait et dans ce cas, tout ceci est une perte de temps.
Je n'ai effectivement pas nommé le second amendement dans le commentaire, où je reprends le "Killary" utilisé par hommelibre dans son billet.
J'ai écrit ce passage en présupposant que tout le monde était au courant de la dernière controverse :
"Killary" pourrait devenir celle, qui aura payé de sa vie son possible opposition au lobby des armes. (Mais une fois de plus, on aura mal compris le très bon candidat Trump, qui décidément énonce toujours de façon claire le fond de sa pensée...)."

Le financement des campagnes électorales et des partis politiques est un sujet très épineux et âprement débattu, aussi en Europe et en Suisse.
L'influence des divers lobbys est un sujet qui devrait nous préoccuper bien davantage. Nous savons également que certains partis bénéficient davantage de fonds que d'autres, selon leur accointances avec l'économie ou des personnes très riches.
(Vous aimez beaucoup me faire porter l'habit de l'ahurie, cela a un côté amusant, parce que vous me faites un peu des procès d'intention. Vous vous êtes mis dans la tête que je suis une personne désespérante de naïveté et d'ignorance. Je ne comprends pas, pourquoi vous ne me laissez pas dans ma misère. Je vous lis, je vais donc bien finir par avoir trois idées qui se suivent, mais ce n'est pas très pédagogique de m'enfoncer à répétition, même si c'est jubilatoire, je vous le concède! ;-)))))

Les procédures américaines ont toujours été critiquables et les sommes nécessaires à une campagne sont hallucinantes.
H. Clinton n'a pas inventé le système du fund-raising, il pré-existait depuis longtemps et il est compliqué d'y échapper. Je ne la défends pas, je sais qu'elle et Bill sont impliquée dans des combines financières pas très nettes. Et je ne défends pas le système américain, je dis seulement que Trump étant très riche, il n'a effectivement pas de comptes à rendre à qui que ce soit. Même s'il a été dit, qu'il a désormais besoin d'argent frais.
N'est réellement indépendant qu'un milliardaire ? C'est donc tout le système qui est tordu. A mes yeux, il ne sert à rien d'entériner le système en votant pour un ploutocrate, il faut plutôt travailler à faire changer le système . ( Ce que B. Sanders a tenté, avec les dons du type "crowd-funding".)
Cela étant, je ne sais pas, si les sponsors peuvent réclamer leur argent en retour, si le président élu n'a pas favorisé tel ou tel secteur de l'économie, tel ou tel réseau.

Les campagnes présidentielles ont un côté incantatoire, il est possible de répéter des trucs irréalisables et plein de gens sont prêts à y croire. Plus dure est la chute.
On va probablement bientôt avoir des bilans des 8 ans d'Obama, des comparaisons entre ce qu'il a promis et ce qu'il a réalisé. Ce sera,une fois de plus, assez décevant.

Oui, pourquoi écrire au sujet de Lewinsky-Clinton ? Parce que c'est malheureusement sorti à l'époque et que ça ressort à nouveau.
Cette histoire est à nouveau utilisée contre H. Clinton. Ça fait partie de son "ardoise". Si ça ne tenait qu'à moi, on n'en parlerait pas, mais puisqu'on en parle, je me permets de donner un autre point de vue.

Écrit par : Calendula | 14 août 2016

Répondre à ce commentaire

"mais ce n'est pas très pédagogique de m'enfoncer à répétition, même si c'est jubilatoire, je vous le concède! ;-)))))"
Ce N'est PAS "jubilatoire", c'est triste et désespérant.

Si relever des lacunes dans le raisonnement ou l'analyse est enfoncer quelqu'un...

Par exemple vous semblez manifestement ignorer cette dame:
http://www.lesechos.fr/monde/elections-americaines/0211196083996-jill-stein-la-candidate-ecologiste-qui-monte-aux-etats-unis-2019926.php

Si le choix se limite à Clinton et Trump, la question se résume à celle-ci: voulez-vous prendre le risque d'une guerre nucléaire avec la Russie et la Chine? Ou au contraire choisir la voie d'un dialogue avec la Russie et la Chine.

"C'est donc tout le système qui est tordu."
Je ne vous le fais pas dire. Bienvenue dans le monde de la corruption. Et des assassinats dont la presse corrompue ne parle pas.

" il faut plutôt travailler à faire changer le système ."
Cette option n'est fort malheureusement pas sur la table. Nulle part. Cela s'appelle une utopie.

"si les sponsors peuvent réclamer leur argent en retour, "
Disons que le mot "réclamer" n'est pas le bon. Comment pouvez-vous penser que c'est de l'ordre de la "réclamation"? C'est moi qui suis "ahuri".

"je me permets de donner un autre point de vue."
Oui, celui de dire qu'il ne faudrait pas en parler tout en en parlant.

Écrit par : Charles | 14 août 2016

Répondre à ce commentaire

@Charles,

Pour éviter des souffrances inutiles, je ne peux que vous conseiller de ne plus me lire ou alors, si vous décidez malgré tout d'aller vérifier encore et encore que je ne choisis pas les bon mots pour exprimer des idées erronées, vous pouvez proposer les vôtres.
Vous avez toute la place pour vous exprimer, sans passer tant d'énergie avec moi.
Vous pouvez combattre mes idées sans entrer dans des considérations sur ma personne.
Vous êtes sûr d'être dans le vrai, donc restez sur votre ligne.
Car au fond, nous sommes lus par d'autres personnes et l'objectif est de susciter un débat plus large, pas de se concentrer sur les défauts d'une personne sous pseudo.
Il est difficile pour les autres d'intervenir, si on se cantonne dans un désespoir me concernant.
Ceci dit, si c'est nécessaire pour amener des informations ou arguments, j'ai le cuir épais, mais regrette d'être dans un dialogue au lieu d'un débat plus large.

La candidate écologiste existe, oui.
Mais n'est-ce pas utopique de penser qu'elle est une réelle alternative aux deux candidats des grands partis ?

Quels mots utiliseriez-vous au lieu de " réclamer leur argent en retour" ?
Comment diriez vous ceci :
Si une entreprise ou un particulier a contribué financièrement à faire élire un candidat, en attendant de lui des faveurs en retour et si ces faveurs n'ont pas été données, quel moyen a-t-il de faire connaître son mécontentement ?
Nous savons bien que cet argent ne peut pas être réclamé en retour ! Ma question était rhétorique et ironique.
Comment le diriez-vous ?
L'idée est : lorsqu'un contributeur met de l'argent dans une campagne, il n'a pas de garantie d'avoir des faveurs en retour. C'est une sorte de "pari".
En Suisse, il arrive souvent que le vote populaire anéantisse les efforts de politiciens travaillant pour un lobby ou un milieu économique.
Je connais moins bien les détails du système américain, contrairement à vous. Toutefois, il est assez clair que p.ex. le lobby des armes (NRA) a beaucoup d'influence dans le Parti Républicain.

Le dialogue avec la Russie et la Chine ? Bien sûr, je suis totalement en faveur de cela.
Dois-je comprendre que vous pensez que D. Trump serait le plus apte à entretenir ce dialogue ?
Je ne le trouve pas très bon dans le domaine de la négociation, de l'acceptation de quelque critique ou le besoin de compromis.
Car dans un dialogue entre grandes nations, il s'agit bien de pouvoir négocier, de faire de la diplomatie et de trouver des solutions acceptables par tous.
Je ne dis pas que H. Clinton serait très compétente, mais pour le moment D.Trump ne me semble pas posséder des qualités diplomatiques convaincantes. D'où le mot " illisible".
Parier qu'il serait différent, une fois élu, me semble un pari risqué.
Certes, il reste la candidate écologiste ...

Écrit par : Calendula | 15 août 2016

Répondre à ce commentaire

Décidément...

Donc selon vous il faut choisir Clinton au risque d'avoir une 3me guerre mondiale?!
Que savez-vous de Trump et de ses capacités de négociation? Il est tellement prêt à discuter avec la Russie qu'il est présenté par les va-t-en-guerre comme une marionnette de Poutine ou à peu près. Comment négocier avec des gens qui mentent tout le temps comme c'est le cas actuellement?

Actuellement les USA sont dans les derniers mois avant l'élection. Vous croyez que quelqu'un peut être élu en faisant de la diplomatie? C'est sidérant. Et la diplomatie de Clinton, vous l'appréciez mieux que celle de Trump? Elle qui n'a jamais manqué de déclencher une guerre? Et qui s'est réjouie de la mort de Kadhafi. Très, très diplomatique en effet.

Des morts tout aussi diplomatiques:
http://csglobe.com/public-demand-investigation-six-anti-clinton-activist-murders/

Écrit par : Charles | 18 août 2016

Répondre à ce commentaire

Réponse à votre question:

https://youtu.be/642aovqKzjc

Écrit par : Johann | 11 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

J'étais toute retournée à voir l'état dans lequel se trouvait Hillary Clinton! J'ai franchement cru au pire. Je suis tout-à-fait d'accord avec cet article de JPG, avec cependant un bémol sur son élection qui ne semble plus évidente. Ce malaise ressemblait plus à une attaque cérébrale qu'à autre chose! Il n'est pas permis de mentir aux gens à ce point!

Ce que révèle le malaise de Hillary Clinton lors de la cérémonie du 11 septembre

15th Anniversary Of 9/11 Attacks Commemorated At World Trade Center Memorial Site
Hier matin, lors de la cérémonie du 11 septembre à New York, à Ground Zero, Hillary Clinton a fait un malaise et elle a dû être évacuée d’urgence.

On la voit perdre plusieurs fois l’équilibre, tenant à peine debout, puis s’effondrer avant de monter dans un van noir.

Le premier communiqué disait qu’elle a eu un coup de chaleur. Le second qu’elle a trébuché après avoir perdu un soulier. Le troisième venait de ses docteurs, et affirmait qu’elle est déshydratée, le quatrième qu’elle s’est rendue chez sa fille et qu’elle allait maintenant très bien, et le cinquième « révélait » que vendredi comme par hasard, son médecin lui a diagnostiqué une pneumonie.

5 mensonges en 1 heure !

Voir cette dame chanceler, je dois le dire, m’a fait mal au cœur. Je lui souhaite bon rétablissement. Elle est politiquement du mauvais côté de l’histoire, du côté d’une idéologie qui a tenté de se débarrasser de ce qu’il y a de meilleur dans la nature humaine — pour exploiter ce qu’il y a de pire : son côté obscur : la jalousie, le ressentiment, la haine, la paresse, la cupidité, le mensonge et la perversion, et qui pour cela disparaîtra, mais difficilement. C’est loin d’être suffisant pour que je lui veuille du mal.

Les organes de propagande rapportent donc que vendredi, Hillary Clinton a été diagnostiquée avec une pneumonie, et cela expliquerait ses nombreuses et interminables quintes de toux, et son malaise d’hier.

Sauf qu’il y a quelques jours — et avec internet nous n’avons plus la mémoire courte — sa directrice de campagne affirmait que sa quinte de toux était due à des allergies, et la machine à propagande — le New York Times, CNN, MSNBC, USA Today, la liste est longue, avait relayé sans poser de question.
Son malaise révèle un profond malaise

Aucun journaliste ne peut dire si sa pneumonie est sa maladie. Aucun ne peut dire si le diagnostic remonte à vendredi. Aucun.

Après sa dernière grosse crise de toux, qui a duré deux minutes lors de son intervention publique, aucun journaliste n’a posé de question sur son état de santé. Voilà à quoi ressembleront les 4 années à venir : une serial menteuse à la Maison-Blanche, protégée par les serials menteurs de la presse bien rôdés à enfouir les faits.

Plus le mensonge est gros plus il passe

Sa toux a commencé il y a des mois, et l’on voudrait nous faire croire que son médecin a attendu vendredi pour l’examiner ?

Par la plus formidable coïncidence, juste après que devant des millions de téléspectateurs elle s’écroule, son staff nous apprend qu’elle a été diagnostiquée avec une pneumonie ?

Le pigeon qui gobe cette couleuvre me déclenche des roucoulements. Celui qui diffuse et sait que c’est faux, des mugissements.

Voilà la monstruosité que 40 ans de gauchisme ont fabriquée : le rejet de la réalité. Chaque fois que la réalité ne correspond pas à la doctrine, elle est jugée politiquement incorrecte, et la rapporter fait de vous un fasciste.

Dans une chaise roulante avec des tuyaux lui sortant de partout, Hillary Clinton annoncerait encore être en parfaite santé ; les médias se féliciteraient d’avoir une candidate en pleine forme ; et ses électeurs applaudiraient. Si vous demandez pourquoi toutes ces perfusions, vous êtes un affreux sexiste d’extrême droite ennemi de l’égalité entre hommes et femmes et vous appartenez au « panier abject » des électeurs de Donald Trump, selon les mots de Hillary Clinton (pour lesquels elle s’est depuis excusée).

Si Hillary Clinton devient présidente, nous devrons vivre avec 4 ans de mensonges, et des gros, très gros mensonges, sur des sujets graves.

Oui, la plupart des politiciens sont menteurs. Mais ce relativisme est vicieux : comme si nous n’avions plus le droit de faire référence à notre expérience et notre intelligence pour savoir qu’il y a mensonge et mensonge, comme si nous n’avions plus le droit de savoir qu’il existe des gros menteurs et des petits mensonges, et que si toute chose n’est pas bonne à dire, cela n’inclut pas le mensonge qui cache le crime et la corruption.

Rien n’est plus abject — sauf pour les menteurs et les journalistes — que de fréquenter des menteurs, et constamment douter qu’ils disent vrai.

Et la menteuse va devenir présidente…

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Écrit par : Patoucha | 12 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

Si Mme Clinton est sérieusement malade, personne ne pourrait lui en vouloir de finir en beauté. Sauf que... la mission de service public risque de passer au second plan. Parfois, se rendre disponible, c'est aussi laisser la place.
Seulement voilà, Bernie n'aura aucune chance contre Trump.
Je suppose donc que Mme Clinton se dévoue pour les démocrates en espérant qu'elle pourra mener à bien sa mission dans le délai qui lui est imparti.

Écrit par : Pierre Jenni | 12 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

@PJ

Pas au détriment de sa santé. Avez-vous regardé la vidéo? De dos déjà le raideur de sa tête et du corps était frappante. Cela m'a bouleversée. J'ai vu dans sa démarche un pantin désarticulé. Son cas est bien plus grave qu'on veut nous faire croire. Une pneumonie s'accompagne d'une forte fièvre et vous cloue au lit illico et non quelques jours après...... Elle sera obligée de laisser sa place qu'elle le veuille ou non. Dans le cas d'un retour.... Un examen de santé complet et sérieux s'impose en dehors de son médecin car la confiance est tarie et les médias américains ne cessent d'en parler.

Écrit par : Patoucha | 13 septembre 2016

Tells des hommes d'Etat qui passèrent premièrement pour êtres malades avant qu'on ne parle poison avec assassinat... Mme Clinton ne serait-elle pas en train d'être assassinée "médicalement" ce de manière imperceptiblement progressive?

Cette idée se propageant, sait-on jamais, à lire la presse comme les réseaux sociaux, on commencera par savoir qui aurait intérêt à la voir disparaître, ou vengeance, ou jalousie (calculs, intentions, bref, stratégie) ou cruauté sournoise gratuite.

Puis, selon cette hypothèse, si on la soigne en la "désempoisonnant" si oui par qui?

enfin "comment"?


alors qu'il faudrait immédiatement commencer par le troisième point visant à la soigner tant qu'il en est temps puis, ensuite, mais ensuite, seulement, voir qui et pourquoi!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 08 h (Europe/Paris).