05 août 2016

Les deux loups

C’est une courte histoire. Un petit conte cheyenne que m’a raconté un couple d’amis, il y a trois semaines, dans leur jardin, en prenant l’apéritif. Un jardin plutôt petit, planté d’arbres et de fleurs. C’était un soir délicieux comme l’été sait en offrir.


cherokee,sagesse,amérindien,loups,Voici le conte:

 

« Les deux loups

Un soir d’hiver, un vieil homme de la nation Cherokee se réchauffe doucement au coin du feu alors qu’entre brusquement Tempête-de-vent, son petit-fils. Il est de nouveau très en colère. Son jeune frère s’est montré encore injuste envers lui.

– Il m’arrive aussi, parfois, dit le vieillard, de ressentir de la haine contre ceux qui se conduisent mal et surtout qui n’expriment aucun regret. Mais la haine m’épuise, et à bien y penser ne blesse pas celui qui s’est mal conduit envers moi. C’est comme avaler du poison et désirer que ton ennemi en meure. J’ai souvent combattu ce sentiment, car j’ai appris que la bataille entre deux frères, comme à l’intérieur d’une même nation, est toujours une bataille entre deux loups à l’intérieur de soi.

Le premier est bon et ne fait aucun tort. Il vit en harmonie avec tout ce qui l’entoure  et ne s’offense pas lorsqu'il n’y a pas lieu de s’offenser. Il combat uniquement lorsque c’est juste de le faire, et il le fait de manière juste.

Mais l’autre loup, hum…. celui-là est plein de colère. La plus petite chose le précipite dans des accès de rage. Il se bat contre n’importe qui, tout le temps et sans raison. Il est incapable de penser parce que sa colère et sa haine prennent toute la place. Il est désespérément en colère, et pourtant sa colère ne change rien.

Et je peux t’avouer, Tempête-de-vent, qu’il m’est encore parfois difficile de vivre avec ces deux loups à l’intérieur de moi, parce que tous deux veulent avoir le dessus.

Le petit-fils regarde attentivement et longuement son grand-père dans les yeux et demande :

– Et lequel des deux loups va gagner, grand-père ?

Le grand-père cherokee sourit et répond simplement :

Celui que je nourris. »

 

 

(Légende transcrite par Gilles-Claude Thériault à partir de diverses versions orales et écrites, en langue française et anglaise)

 

 

 

11:15 Publié dans Art et culture, Bestiaire, Philosophie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : cherokee, sagesse, amérindien, loups | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Excellent ! Parfois une petite histoire courte en dit beaucoup plus long que le développement en profondeur d'un sujet.

Écrit par : PIerre Jenni | 05 août 2016

Répondre à ce commentaire

Superbe, vraiment!
Je garde précieusement ce texte et le ferai lire, parfois traduire, à mes élèves et étudiants, merci.

Écrit par : colette | 05 août 2016

Répondre à ce commentaire

Ce conte est si imagé et archétypal, qu'on se sent forcément interpellé.

Ne pas "nourrir" la colère est une chose, mais elle a une petite soeur, la rancune ...

N'est-il pas moins compliqué de contrôler sa colère, que d'éviter la rancune !

La rancune est plus discrète, mais peut être aussi destructrice que la colère répétitive. Et elle est l'alliée de la vengeance, ennemie redoutable.

Il existe peut-être d'autres contes à ces sujets si tragiquement actuels ?

Écrit par : Calendula | 08 août 2016

Répondre à ce commentaire

Merci pour cet article :)

Écrit par : film streming | 22 octobre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 08 h (Europe/Paris).