24 juillet 2016

Racisme à Nice : « Retournez où vous êtes née ! »

Ce cri retentit le 18 juillet sur la Promenade des anglais lors de l’hommage rendu aux victimes. Il s’adresse à un petit groupe de personnes possiblement maghrébines de souche. À quoi une femme répond: « Je suis née en France. »


nice,attentat,djihad,pieds noirs,gauche,racisme,Réadaptation

Les mots continuent: « Ça ne vous donne aucun droit, foutez le camp », ou: « Vous êtes une honte pour la France ». Réponse: « Je suis née en France, je vais où? Mon pays c’est la France. » (vidéo en bas).

Le rejet de celui qui a commis un crime est courant. Mais la généralisation de ce crime à toute une population n’est pas raisonnable. Surtout quand on sait que 30% des victimes de l’attaque au camion viennent de cette communauté.

Cela rappelle une autre population rejetée en un autre temps par les résidents de la métropole: les pieds-noirs, surnom méprisant donné aux français d’Algérie. En 1962, ce sont 700’000 français d’Algérie qui reviennent en France, dont 450’000 à Marseille. Le socialiste Gaston Defferre, alors maire de cette ville, avait déclaré:

« Qu’ils aillent se réadapter ailleurs ». Autrement dit: circulez, dégagez, je ne vous veux pas.

Socialisme et racisme ne sont donc pas antinomiques? Ou bien n’est-ce pas du racisme quand c’est la gauche qui exclut et veut jeter à la mer? (Cela rappelle aussi que les immigrés italiens furent rejetés, traités en sous-humains et parfois tués lors de pogroms dans le sud de la France).

 

 

nice,attentat,djihad,pieds noirs,gauche,racisme,Le vrai visage de la gauche

Jeter à la mer? L’intention est clairement exprimée. Par les cocos fachos, ceux qui ont voulu mettre le pays à genoux ce printemps. Les communistes de la CGT montraient le même rejet et la même violence verbale:

« Les communistes ont d'emblée affiché une forte hostilité à l'égard des rapatriés d'Algérie, collectivement accusés d'être autant de gros capitalistes, de racistes qui avaient fait «suer le burnous», et méritaient ce qui leur arrivait », explique Jean-Jacques Jordi. Sur le port, à l'été 1962, les dockers, tous encartés CGT, ont ainsi peint sur des banderoles des messages de bienvenue tels que « Pieds-noirs, rentrez chez vous » ou « Les pieds-noirs à la mer ».

Les pieds-noirs à la mer, cela me fait penser aux chrétiens jetés par-dessus bord depuis les bateaux qui les transportent vers l’Europe. CGT, PS et djihadistes montrent une étrange convergence d’idées. À côté de cela la droite française est très timide et très humaniste.

Comment la gauche a-t-elle pu ainsi brouiller les pistes et se faire passer pour la référence morale du Bien en France? C’est le monde à l’envers.

 

 

 

 

 

13:47 Publié dans Philosophie, Politique, société | Lien permanent | Commentaires (38) | Tags : nice, attentat, djihad, pieds noirs, gauche, racisme | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

@ hommelibre

"Le rejet de celui qui a commis un crime est courant. Mais la généralisation de ce crime à toute une population n’est pas raisonnable."

pas raisonnable mais compréhensible, Malika Sorel Sutter l'explique très bien.

"trêve de plaisanterie, certaines populations sont entachées d'une image d’associabilité. donc être raciste c'est tenir compte de cette image d'associabilité.

"Les populations entachées par cette image d'associabilité
doivent réaliser qu'elles prendraient les mêmes distances
vis-à-vis des Français de souche si ces derniers adoptaient
le même mode d'expression. Les Français ne connaissent
pas dans le détail, et c'est naturel, les cultures autres que la
leur. Ils ne disposent donc pas de grilles de décodage suffi-
samment fines pour leur permettre de différencier chaque
individu de son groupe d'origine et le saisir en tant qu'in-
dividualité. Aussi se protègent-ils en préférant se tenir à
l'écart de tous ceux qui appartiennent à un groupe dont les
attitudes leur apparaissent comme menaçantes.
Ces grilles de décodage s'élaborent au cours du temps,
au travers des connaissances acquises grâce aux informations
que l'on recueille par le biais d'une multitude de canaux : la
lecture, les médias, le cinéma, et bien entendu l'expérience
du vécu quotidien des contacts avec les autres. Notre propre
psychologie et notre système de valeurs, hérités en grande
partie de notre culture, sont utilisés pour situer les autres
par rapport à soi. L'autre est constamment référencé par
rapport à nos propres critères d'évaluation. Ainsi, on ne
peut pas ne pas situer l'autre par rapport à soi. Cette consta-
tation est une donnée première de la réalité interhumaine. Le
résultat de l'identification de l'autre intervient et oriente tout le
processus de la communication avec cet autrui . Ce proces-
sus n'est donc pas propre aux Français; il est spontanément
mis en branle par tous les êtres humains sur terre. Il est un
fait que les comportements et les moyens d'expression très
éloignés de ceux que valorise la culture française exposent
leurs auteurs à une réprobation unanime qui se conclut par
une sanction, cette dernière pouvant aller jusqu'au rejet pur
et simple."

elle est née en France mais n'est pas considérée comme française par les français tout le problème est là, et ça n'avancera à rien de traiter les français de racistes, ils en ont plus qu'assez d'être traités de Racistes, maintenant il serait peut-être temps de penser à eux au besoin primaire de sécurité.

""Depuis tant d'annees que des crispations se font sentir,
les gouvernements successifs ont refusé de travailler à rassu-
rer les Français. On est au contraire parti du postulat que les
Français étaient potentiellement des racistes primaires , et
on a abondé dans la création d'une panoplie de mécanismes
et d'organismes pour leur faire la guerre. Les mots qui ont
été choisis ont leur importance. On parle de Haute Auto-
rité de lutte contre les discriminations. On planifie des
campagnes de communication pour sensibiliser et encou-
rager les potentielles victimes de discriminations à por-
ter plainte. Or, dans l'imaginaire collectif, qui dit lutte
dit ennemi ; qui dit victime dit « bourreau . Ainsi, on
stigmatise les Français en les érigeant ofliciellement au rang
d'ennemis ou de bourreaux."

la femme prise à parti c'est pas la gueule qui lui manque peut-être trop l'habitude du statut de victime.

"Aujourd'hui, les Français ont peur. Ils se sentent en insé-
curité quant au respect de ce qui fonde leur identité. À
leur défense de tout ce qui participe de cette identité, on
attribue désormais l'étiquette de raciste . Les Français ne
se sentent plus protégés ni par leurs institutions, ni par leur
classe politique. Or, le premier des besoins primaires est jus-
tement la sécurité. Satisfaire ce besoin doit donc s'inscrire
dans les priorités de tous nos gouvernants, quelle que soit
leur teinte politique.
Lorsqu'ils craignent d'être inquiétés, les Français déve-
loppent pour se défendre des stratégies personnelles d'évi-
tement qui sont autant de réflexes naturels de protection.
Refuser de décrypter les causes de leur comportement et ne
pas travailler à trouver les moyens de les rassurer les pousse
à se refermer chaque jour davantage sur eux-mêmes."

"Alors qu,on aurait dû aider les migrants et leurs descen-
dants à assimiler la portée des enjeux de l”insertion, on a
préféré et on continue de préférer exiger des Français des
concessions non négligeables vis-à-vis des fondamentaux de
leur société. Encouragées par l”inconscience d'associations
qui leur voulaient pourtant du bien, et parla démagogie de
partis politiques qui courtisaient leurs suffrages électoraux,
les populations issues de l'immigration ont alors commencé
à se dresser contre les Français. Cela n'a fait qu'engendrer
l`hostilité des Français de souche à leur égard. Ainsi, au lieu
de travailler à transformer les Français en alliés de l'inser-
tion, on en a petit à petit fait des résistants à l'insertion des
nouveaux arrivants. "

"La pression exercée par les associations et les collectifs
de toute nature ne laisse en effet souvent aucun choix à
nos gouvernants. Ces derniers finissent le plus souvent par
plier, car l”opinion publique est elle-même sentimentale-
ment manipulée et devient rongée par le remords et la mau-
vaise conscience. Elle exerce alors à son tour une pression
sur l'État et l'amène à des prises de décisions qui défient les
règles de bon sens et de sagesse."

" La France a pensé que la dimension
«sujet ›› pouvait être imposée de l”extérieur par l'octroi de
papiers d'identité. Le travail d'associations et d'avocats
qui se sont, tout au long des vingt dernières années, spé-
cialisés dans l'identification des failles du système social
et juridique français a sans cesse renforcé la dimension
«ayant droit ›› au détriment de la dimension «sujet ››. Loin
d'aider les migrants à appréhender l'ensemble des ques-
tions liées à une intégration, cette approche a en réalité
travaillé à leur malheur. "

"(Cela rappelle aussi que les immigrés italiens furent rejetés, traités en sous-humains et parfois tués lors de pogroms dans le sud de la France)."

à cette époque polonais, italiens, le bas peuple ne leur faisait pas de cadeaux, les deux tiers sont rentrés chez eux, ceux qui sont restés sont assimilés. maintenant tout est bonté tout est humanisme, il n'y a plus d'assimilation, ni d'intégration, ni d'insertion donc rejet total de la part des français. ces populations nos gouvernements nos associations nos institutions ne leur ont demander aucun effort d'assimilation, résultat le communautarisme le rejet. le communautarisme ne marche pas ne marche nulle part.

alors les journaleux comme à Nice qu'ils arrêtent de traiter les français de racistes, la coupe est pleine.

cette femme fait partie d'une communauté non assimilée, elle doit le savoir, quelle se taise quelle fasse profil bas.

"Cela rappelle une autre population rejetée en un autre temps par les résidents de la métropole: les pieds-noirs,"

je pense qu'il ne faut pas comparer le rejet des pieds noirs avec ce qui s'est passé à Nice, les pieds noirs étaient rejetés en tant que colonialistes exploiteurs du peuple, même attitude envers les soldats blessés rapatriés d'Indochine, c'est la bêtise crasse des communistes soutenus par tous les intellectuels de France Sartre y compris.

http://www.contre-info.com/les-communistes-francais-durant-la-guerre-dindochine#

Écrit par : leclercq | 24 juillet 2016

http://www.contre-info.com/les-communistes-francais-durant-la-guerre-dindochine#

si les musulmans étaient assimilés ont n'aurait pas d'attentat comme celui qui vient d'avoir lieu à Nice.

"Une bonne image est lente et diflicile à construire; elle
peut au contraire être fortement ternie en très peu de temps.
La délinquance de certains enfants de l'immigration a ainsi,
au fil des ans, tissé et renvoyé au reste de la population
l'image d'une inaptitude à la vie commune dans le respect
des règles de vie de la société française. Les populations des
banlieues paient chaque jour les conséquences de l'image
fortement dégradée qui leur est attachée. De plus, le fait
que les populations des quartiers sensibles, des associations
et même des élus de la République réclament aux pouvoirs
publics des moyens supplémentaires, en arguant que l'ab-
sence d'effort substantiel entraînerait de nouvelles insurrec-
tions des banlieues, renvoie une image ahurissante au reste
de la population. Ce discours est interprété comme une
sorte de chantage. Il n'a jamais été nécessaire d'être de condi-
tion sociale aisée pour apprendre à respecter les règles de la
vie commune. Il y a trop de pauvres en France aujourd'hui
qui cependant ne cassent ni ne brûlent et trop de quartiers
qui sont très loin de disposer d'autant d'attentions que les
banlieues sensibles et ne menacent pas de s'embraser ou de
défier la République. Les Français le savent, et cela ajoute à
leur incompréhension et à leur désapprobation."

Écrit par : leclercq | 24 juillet 2016

"Attribuer sys-
tématiquement le statut de victime dans le dossier qui
nous intéresse ici, c'est comme éduquer un enfant en lui
énonçant régulièrement que les autres sont à l'origine de
tous ses malheurs et qu'il lui faut lutter contre eux. Il ne
faudra alors pas être surpris de voir cet enfant adopter
un comportement général de défiance envers ces mêmes
autres et grandir avec la certitude que rien ne dépend de
lui. La conséquence directe, c'est qu'il lui sera très difficile
de cohabiter sereinement avec ceux qui apparemment lui
voudraient du mal. Il sera également enclin à ne dévelop-
per aucun sens de l'initiative et de l'effort, puisque rien
n'est de son fait."

voilà ce qui fabrique des Djihadistes.

"Lorsque des différences apparaissent
concernant des points fondamentaux, c'est-à-dire ceux qui
touchent aux valeurs profondes qui structurent la société, se
font jour des tensions beaucoup plus grandes. Les Français
encaissent et ne bronchent pas. L'ennui, c'est qu'ils inté-
riorisent et accumulent toutes ces tensions. On sait que le
peuple français est doté d'une grande qualité, celle de pou-
voir beaucoup absorber. Il peut néanmoins réserver des sur-
prises, car absorber ne signifie pas nécessairement assimiler.
Le peuple français saura-t-il un jour apprendre à s'exprimer
au fil de l'eau, sans attendre que sa frustration devienne si
insupportable qu'elle se traduise par un tsunami? "

la population de Nice en a un peu marre d’intériorisé.

"« Je suis née en France, je vais où? " et oui on en est à la 3iéme génération d'immigrés non assimilés, quelle soit née en France ne change rien à cette réalité.

Écrit par : leclercq | 24 juillet 2016

Cher hommelibre,

Après un petit muscadet à l'apéro à l'ombre des pins parasols, une spectaculaire éclade de moules fraîchement arrachées de leur tronc de vie du lagon bleu.

https://www.youtube.com/watch?v=YefrEDNK6Co

Parce que, pour une éclade, bien qu'il suffit de se baisser pour ramasser, il faut des moules très fraîches, ramassées du jour, donc beaucoup plus fraîches que les idées que mes blogueurs préférés de la TdG rangent dans leur blog à chaussures, caché dans l'armoire avec tous les autres trucs et machins moralement interdits, comme ... les gros fusils (pour adultes), les gros jouets (pour adultes), les grosses tirelires (pour adultes), les gros livres avec des grosses idées religieuses qui dérangent beaucoup (évidemment pour les adultes car y'a qu'eux qui les comprennent comme il faut), et tous les autre secrets de famille, et les idées dangereuses comme les allumettes, (pour protéger les petizenfants des PASDAMALGAMEs, vous comprenez ?), SAUF ...

... hommelibre, mon blogueur préféré, qui fait des efforts tout à fait remarquables (comme le boulanger fait ses petits ballons, pas chers, mais faut quand même les faire!) pour communiquer des idées neuves, écologiques, recyclables, pétries et cuites du jour, presque tous les jours!

Bref, ... une idée entraînant une autre, voila-t'y pas que, ... une idée jaillit de la flambée de l'éclade, et de la contemplation de toutes ces moules soigneusement rangées l'une contre en spirale, baîllant l'une après l'autre jusqu'à la dernière. Et c'est encore hommelibre et sa passion pour les statistiques et les stéréotypes, qui me "communica" (du mot "communication") une excellente idée que je recycla.

Plutôt que de définir mes propres stéréotypes, et si j'utilisais les stéréotypes de Mister Google (le grand spécialiste du stéréotype par Big Data, qui aime beaucoup deviner les secrets, pour vendre de la pub, surtout celle qu'ils arrivent pas à vendre, celle qui agace et énerve, vous comprenez ?) pour voir ce que tout le monde (ceux qu'on appelle "ON", ou les ONs, ou "ces ONs-là", à cause des "onneries" qu'ils disent) croit voir dans les blogs des sacrés blogueurs de la TdG ?

Après le café, mais avant l'armagnac quand même, pour éviter les fôtes d'ortogaffes, adossé sous un pin sur la plage, muni de ma tablette android (les gamins veulent pas me prêter leur ipad parce qu'ils regardent le dernier Disney dans leur bac à sable de course ferrari-gucci de luxe), je frotte alors ma tablette magique comme Alladin sa lampe, et la secoua 2, 3 fois (pas à cause du sable, mais à cause du génie. Il est très paresseux et il dort beaucoup, vous savez!) et le Google se reveille, sort de sa lampe et demande ...

http://www.google.ch

"Vas'y Google-llah!", lui dis-je, "Montre moi les images préférées de Mireille" ...

http://www.google.ch/search?q=site:boulevarddelislamisme.blog.tdg.ch&source=lnms&tbm=isch

Ouah! Décoiffant! Tiens, Mireille porte aussi un foulard ? Mais pas comme les autres femmes qu'elle montre. Ca doit être une coiffure ou un foulard à la mode, vraiment pas cher, pas cher, pour payer moins de taxes très chères ...

www.aliexpress.com/item/Free-shipping-Fashion-Women-Arab-Shemagh-Keffiyeh-Palestine-Scarf-Shawl-Kafiya-Hot-13-Colors/32599757053.html

Mais, ... à la mode de quand ? D'il y a 10 ans, 20 ans, 30 ans ? Ou à la mode de Caen ? Où à la mode de qui ? A la mode de chez nous, d'ici ? Ou à la mode d'ailleurs, mais pas de là-bas ? Et, d'ici, où ça d'ici ?

Ou ptet qu'elle s'est convertie à une autre religion que celle qu'elle montre. Ou ptet que c'est politique. Pour montrer qu'elle est anti-foulard, ou pro-palestinienne.

Ou ptet que ce qu'il faut regarder dans son foulard c'est la couleur, la race du foulard. Ou les motifs. Ou ptet que le secret (parce qu'on voit pas très bien dans la photo) c'est dans le tissu. Ou dans l'odeur. Ou ptet que c'est un foulard radioactif !!! Qui brille dans le noir ! Ou ptet que c'est un foulard pour choquer. Ou pour séduire. Parce que quand on veut pas séduire, on met le foulard ... _sur_ la tête, ... et pas _sous_ la tête. C'est très logique, puisque c'est simple, et bipolaire comme "oui-non", "pour-contre", "Like!-Troll!" (On a pas encore trouvé le contraire de "clic". C'est ptet pour ça qu'on a pas encore inventé de nom pour ça!).

Ou bien, ... porter le foulard sous la tête, ... ça veut dire autre chose. Par exemple, qu'on ne veut pas séduire le diable. Parce que le diable, ben ... c'est bien connu ... il regarde les gens depuis en bas, puisque le dieu regarde les gens d'en haut. Mais essayer de prouver ça, il faudrait trouver un livre qui parle d'en bas.

Ah ben. C'est rigolo. Il paraît que Dieu c'est le même pour tout le monde. Vous croyez que le diable, c'est aussi le même pour tout le monde ? Ou tout le monde a son propre diable à lui ? Parce que, comment il sait, le diable, qu'est-ce qui fait peur aux gens ?

Ca y est, les diables du bac à sable ferrari-gucci de luxe qui se disputent l'ipad, et sa lancent du sable dessus, et crient "Maman!", et pleurent et ... intervention dictatoriale divine très bruyante qui claque comme le tonnerre ... "A la sieste! Couché! Maintenant! Ou ca va faire plusse mal qu'une poignée de sable!"

Bon, ou en étais-je zalors ? Ah oui! Le génie Google ...

... "Google-ine! Montre moi les images préférées d'Hélène!" ...

http://www.google.ch/search?q=site:voix.blog.tdg.ch&source=lnms&tbm=isch

Hou laaa! Ca devient sérieux!


... "Très Saint père Google-lus, ... Jean-Noël!" ...

http://www.google.ch/search?q=site:jncuenod.blog.tdg.ch&source=lnms&tbm=isch

Pas digne! Pas assez digne pour voir ça!


Allez, un petit dernier avant de lâcher la tablette, avant de devenir un robot android ... "Président-Exécuteur-Général Big MacGoogle-rak-ator! Dominique!" ...

http://www.google.ch/search?q=site:leblogdjetliberte.blog.tdg.ch&source=lnms&tbm=isch

..o
o.o
o.O
O.O
^.^

MDRRRR! ROTMOFOFLOL LLOOOOLL! C'est vraiment beaucoup plus rigolo que Facebook et Disney ! Et après ce dur-dur très dur travail rondement mené et accompli, une sieste bien méritée.

Et ce sera tout pour aujourd'hui.

Écrit par : Chuck Jones | 24 juillet 2016

"cette femme fait partie d'une communauté non assimilée, elle doit le savoir, quelle se taise quelle fasse profil bas."

pour traiter les français de racistes elle n'a pas de problèmes, les associations anti-racistes lui ont bien donner la marche à suivre.

"extrait du livre de Philippe Nemo "la régression intellectuelle de la France"
par elle seule, un délit. Et si elle n’est pas un délit, comment le
fait d’y «provoquer» pourrait-il l’être? Constituer la haine en
délit revenait donc à faire sanctionner par le droit pénal des faits
plus ou moins inconsistants et indémontrables. Cela constituait
un glissement fâcheux par rapport à la notion d’« incitation à la
violence››. La violence, elle, est un acte visible et extérieur, et
si l’on peut montrer que le violent a agi après avoir entendu ou
lu certains propos, on pourra soutenir que 1'auteur des propos
porte une part de responsabilité dans le délit lui-même. Mais,
étant donné que la haine n’est pas visible tant qu’elle ne s’est pas
traduite en actes, l’incitation à la haine ›› ne pourra être elle-
même que supposée, supputée, de façon essentiellement subjec-
tive et arbitraire.
Un rappel historique s’impose ici. Les sentiments intimes ont
été placés hors de portée du droit pénal depuis le me siècle quand
Pierre Abélard, dans sa fameuse Éthique, a distingué péché et
crime. Le péché est évidemment très grave, puisqu’il peut être
puni des peines de l’enfer. Mais il n’est connu que de Dieu qui,
seul, «sonde les cœurs et les reins ››. Il est donc hors du ressort
des tribunaux humains qui ne peuvent juger que les actes qui
troublent l’ordre public de façon visible, objective et mesurable.
En faisant cette distinction, Abélard, un des premiers grands maî-
tres de l’Université française, faisait accomplir aux Européens
du Moyen Âge un pas en avant considérable et rendait possible,
à terme, le développement des libertés intellectuelles modernes
et donc de la science. En effet, c’est grâce à cette distinction que
les universités furent autorisées à développer les savoirs nou-
veaux -toujours suspects aux conformismes et orthodoxies de
la société extérieure - dès lors qu”il n'en résultait pas de troubles
manifestes à l'ordre public. _
Par cet article de la loi Pleven, le droit pénal revenait donc en
deçà d’Abélard. Il était somme de punir des propos n’ayant encore
causé de tort à personne et dont personne n’était en mesure de
démontrer qu’ils en causeraient. Il était invité à agir en amont
des actes, au niveau de la pensée. Il commençait à devenir une
police de la pensée.
La notion de «provocation à la discrimination» comportait
des dangers d’arbitraire encore plus redoutables, mais nous ne
pourrons en parler adéquatement que lorsque nous examinerons
les lois récentes faisant un usage extensif de cette notion.

Le rôle concédé aux associations
La loi Pleven introduisait dans le droit français une dernière
bombe à retardement. Elle autorisait le déclenchement de l'ac-
tion judiciaire en matière de racisme et d’antisémitisme non plus
seulement par la ou les victimes et par le ministère public, mais
par des tiers, à savoir «toute association, régulièrement déclarée
depuis au moins cinq ans à la date des faits, se proposant, par
ses statuts, de combattre le racisme ›› (article 5).
C’était une rupture par rapport à des principes remontant au
droit romain. Lorsqu’un mal est commis, la personne la mieux
placée pour le constater est celle qui en est victime, c'est donc à
elle - ou, si elle est empêchée, à sa famille et autres ayant droits -
de se plaindre. Lorsque les agissements incriminés portent tort
non pas seulement à cette victime, mais plus généralement à l'or-
dre public, c’est au ministère public, seul représentant légitime
de la collectivité, qu'il revient de prendre l’initiative des poursui-
tes. À ces deux cas fondés en justice et en raison, la loi ajoutait
maintenant une étrange chimère: elle autorisait à agir des tiers
qui, d'un côté, ne sont pas directement concernés ni lésés, et qui,
d’autre part, en tant que groupes privés, ne peuvent, par construc-
tion, avoir en vue le seul intérêt général. D'autant que l’associa-
tion n’a pas à démontrer que son action est approuvée par une
majorité, ou une partie notable, ou même une partie quelconque
de la communauté ethnique ou religieuse qu’elle prétend défen-
dre. Il suffit qu’elle ait inscrit unilatéralement dans ses statuts
qu”elle veut «lutter contre le racisme››, démarche qui dépend de
sa seule volonté. Ainsi, n’importe quel groupe d’individus, éven-
tuels sous-marins de partis politiques, d’associations militantes
ou de sectes, peut désormais s’auto attribuer la capacité juridi-
que d’attaquer autrui pour ses opinions. On croyait pourtant que,
depuis la séparation de l’Église et de l'État, les groupes idéolo-
giques n’avaient d’autre moyen de propager leurs idées qu’en les
proposant au public dans le cadre d’un libre débat; voici que,
désormais, certains d’entre eux étaient investis du singulier pri-
vilège de pouvoir livrer au bras séculier les personnes ne pensant
pas comme eux. On vit naître alors des officines spécialisées, de
véritables polices privées de la pensée pouvant instrumentaliser
la justice au profit d’intérêts idéologiques partisans ou d’intérêts
catégoriels."

"On est au contraire parti du postulat que les
Français étaient potentiellement des racistes primaires , et
on a abondé dans la création d'une panoplie de mécanismes
et d'organismes pour leur faire la guerre. Les mots qui ont
été choisis ont leur importance. On parle de Haute Auto-
rité de lutte contre les discriminations. On planifie des
campagnes de communication pour sensibiliser et encou-
rager les potentielles victimes de discriminations à por-
ter plainte."

cette femme a manifestement l'habitude d'être une victime potentielle, elle est en celà fortement encouragée par les associations. et là son cirque les Niçois lui font comprendre qu'ils en ont assez.

si les crispations continuent avec d'autres attentats, ce types de personnes trop habituées à traiter les français de racistes se feront lynchées et là ça leur fera peut-être comprendre qu'il est grand temps de faire profil bas.

ce type d'affichage les français en ont assez.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/03/20/01016-20160320ARTFIG00199-tousuniscontrelahaine-une-campagne-choc-pour-lutter-contre-le-racisme.php

les commentateurs n'apprécient pas marre d'être insultés.

Écrit par : leclercq | 24 juillet 2016

"Surtout quand on sait que 30% des victimes de l’attaque au camion viennent de cette communauté."

http://www.europe-israel.org/2016/07/30-musulmans-tues-a-nice-une-intox-mediatique/

Quel est donc le véritable chiffre des victimes musulmanes ?

Otmane Aïssaoui, le recteur de la grande mosquée de la ville, n’était pas joignable dans l’immédiat. Une membre de l’Union des Musulmans des Alpes Maritimes a confirmé le chiffre de 30 victimes musulmanes, dont 8 de Nice même.

Malgré cette déclaration, il suffit de voir le profil des 78 victimes identifiées pour se rendre compte que, sur ces victimes, seules 12 étaient vraisemblablement musulmanes.

Fatima Charrihi, 62 ans, originaire du Maroc, venue en France rejoindre son mari maçon.
Medhi Hachadi, 12 ans, fils d’un arbitre de foot dont la jumelle est grièvement blessée.
Fatima Marzouk, 44 ans, sa tante
Mohamed Toukabri, 50 ans, mécanicien originaire de Tunisie.
Kylian (4 ans) et Olfa Ben Souayah Khalfallah (sa mère), venus de Lyon.
Bilal Labaoui, 29 ans, tunisien
Selma, 18 ans, Allemande d’origine turque
Silan Aydin, 19 ans
Laurence Sahraoui, 49 ans (convertie à l’Islam pour épouser son mari)
Aldjia Bouzaouit, 42 ans, Algérienne
Zahia Rahmouni, 72 ans, retraitée algérienne
Conclusion

Même si les 6 victimes encore non-identifiées étaient musulmanes, on serait toujours loin des 30 personnes annoncées par Otmane Aïssaoui, le recteur de la Grande Mosquée de la ville. Les journalistes français, trop heureux de reprendre une information qui leur plaisait ont donc vraisemblablement omis de vérifier la véracité de celle-ci.

Écrit par : leclercq | 24 juillet 2016

Allemagne: un mort et deux blessés dans une « attaque à la machette » commise par un réfugié syrien de 21 ans (presse anglo-saxonne) - Les photos sont incroyables!

Allemagne: un mort et deux blessés dans une
Un réfugié syrien muni d’une machette a attaqué trois personnes dans une rue de Reutlingen, près de Stuttgart en Allemagne, tuant une femme et blessant deux autres personnes, ont rapporté le journal Bild. Selon les médias allemands, citant des témoins oculaires, l’assaillant a été maîtrisé par la police. Une image montrant un homme, vraisemblablement l’homme à la machette, maintenu au sol par un policier a en effet circulé sur Twitter. Le « réfugié » était déjà impliqué dans d’autres incidents répétitifs, causant déjà des blessures à d’autres.

"Un homme de 21 ans a tué dimanche une femme et blessé deux autres personnes à la machette dans le centre de la ville de Reutlingen en Allemagne (sud-ouest) avant d’être interpellé, a indiqué la police locale. Cet homme « a eu une dispute » avec cette femme et l’a tuée « avec une machette« , avant de blesser une deuxième femme et une homme, a souligné la police dans un communiqué, sans pouvoir donner immédiatement d’explication sur les motifs de l’agression."

- Cette attaque intervient deux jours après la fusillade de Munich qui a fait neuf morts, la plupart des adolescents ou de jeunes adultes, ainsi que 35 blessés dont 11 graves et une semaine après une attaque à Wurzbourg où un jeune homme avait sauvagement attaqué à la hache les passagers d’un train. Cinq personnes avaient été blessés: quatre touristes chinois de Hong Kong dans un train et une passante.

Plus d’informations dans les minutes à venir.

Publié le 24 juillet 2016 à 18h07

En savoir plus sur http://jforum.fr/allemagne-un-refugie-syrien-tue-une-femme-et-blesse-2-autres-a-la-machette.html#Cmv4Aswog2VHuVpv.99

Écrit par : Patoucha | 24 juillet 2016

@hommelibre,

Là, j'ai un problème à vous suivre.

L'article sur Gaston Deferre est très intéressant, mais en quoi les "socialistes" d'aujourd'hui doivent-ils répondre des paroles d'un des leurs , paroles incroyables prononcées en 1962 ?
Avec le recul, tout prend une autre valeur et on est effectivement abasourdi d'apprendre que ce genre d'attitude s'affichait publiquement et non au bistrot du coin à l'apéro. Et cela de la part d'un responsable politique.
Ne peut-on pas supposer que le discours majoritaire du parti ait évolué en 54 ans ? Le rappel d'une époque, où le politiquement correct n'existait pas et où toute la société fonctionnait avec d'autres normes nous permet de mesurer l'ampleur de cette évolution.
L'article est un vrai document historique. Les temps ont quand même changé et le discours politique aussi.
Il est vrai qu'une partie de nos contemporains réclament des paroles du type de Deferre et ont l'impression que les autres parlent la langue de bois. Donald Trump surfe justement sur cette vague-là, mais il n'est pas socialiste.
L'article de 1962 révèle-t-il réellement le vrai visage du socialisme actuel, qui serait au fond celui d'un rejet primaire de tout ce qui vient de l'extérieur, même s'il s'agit de Français ?
Peut-on imaginer que la personne qui a agressé verbalement la personne d'aspect maghrébin à Nice soit une socialiste ou communiste ?
A ce que nous pouvons constater au quotidien, les socialistes français ne fonctionnent pas ainsi, ou alors, ils le cachent bien ;-)))

A présent, beaucoup de nos contemporains trouvent le discours de la gauche et des Verts totalement indigeste et trop plein de bons sentiments.
L'anti-racisme ( prôné par la gauche) est généralement perçu comme un mensonge et le "pasdamalgame" comme une façon de vouloir masquer la vérité.
Si on découvre, que les socialistes et communistes de 2016 sont au fond de vrais racistes, puisque Deferre était un responsable de gauche en 62, on va vers un bouleversement total du paysage politique de la France...

Écrit par : Calendula | 25 juillet 2016

@Hommelibre à force d'incitation à la haine grâce à l'arrosage en continu par les médias le racisme s'introduit même entre membres de la même famille voir entre amis de longue date
Ceux qui ont a cœur de prendre contact avec d'autres vivant leur vie en couple ou autre mais ne vivant pas seuls en ont marre d'entendre ,t'as vu les attentats ,tous ces morts ?
Ceux qui aimeraient entendre parler d'autres choses surtout s'ils ne peuvent plus sortir à se replient sur eux ne désirant plus participer à ce qui ressemble ni plus ni moins à l'époque de Vichy
On connait des parents qui invités pour Pâques ont eut la surprise de se voir éconduits comme des malpropres par leurs enfants et toute la famille est pourtant Suisse
La haine et e racisme sont entrain d'envahir de nombreux cerveaux et le virtuel faisant perdre toutes notions de savoir vivre il ne faut s'étonner de plus rien
Ce monde du virtuel qui était sensé rapprocher les gens en conduit et de plus en plus certains à imiter des comportements qu'on croyait éliminés pour toujours ou du moins à ne jamais revivre comme l'exil forcés des grands parents venus des pays de l'Est obligés de retourner chez eux en lissant leurs enfants chez nous tandis que de plus en plus de maux organiques se développeront ,le contact humain est une nourriture essentielle pour le cerveau
Cheleur humaine et tendresse sont toutes deux remplacées par des clics et des claques à l'égard de parents regrettant d'avoir obéi au sacro saint règlement, faut jamais gifler l'enfant
Ah il va être beau le monde de demain ,dommage ou heureusement on ne sera plus présents pour contempler les dégâts psychologiques qui sont en jachères mais le jour ou tout explose y'en a pour tout le monde y compris pour ceux qui n'ont que des morts ou attentats pour meubler leurs discussions
Très bonne journée

Écrit par : lovejoie | 25 juillet 2016

@Calendula

- « Si on découvre, que les socialistes et communistes de 2016 sont au fond de vrais racistes, puisque Deferre était un responsable de gauche en 62, on va vers un bouleversement total du paysage politique de la France... »

"Si on découvre" ?

C'est une invitation pour les surfeurs d'argent d'internet, champions et combattants de la justice et de la "vraie" façon de penser, pour vous "prouver" que les socialistes et les communistes de 2016 sont de "vrais racistes", comme Deferre, parce que c'est dans leur idéologie, dans leur religion, et dans leur gènes, au moins depuis la création des mots ... "socialiste" et "communiste".

https://fr.wikipedia.org/wiki/Surfer_d'argent

Remarquez, ... c'est bien ce que les blogueurs "libres" de la TdG se tuent à répéter dans leur blog, en s'époumenant à force de souffler dans leur sifflet de Whistleblower depuis ... l'intérieur de l'internet, et que les commentateurs très avenants peignent dans la section commentaire à grands coups de lancers de pots de peinture de copiés-collés pour être certains de donner des "bonnes" idées.

Le problème avec les habitudes, c'est que ca rend peureux, ... ou insensible.

Écrit par : Chuck Jones | 25 juillet 2016

Tout-à-fait d'accord avec vous Chuck-Chuck, mais comment rester insensibles devant ces attentats dont la cible sont des ados?:

Merkel ne doit plus dormir:

EN IMAGES. Bavière : la police mobilisée après l'explosion près d'un festival
|Z.L. |25 juillet 2016, 8h43|3

Un festival de musique pop a été évacué dimanche soir à Ansbach en Bavière (Allemagne), après qu'un réfugié syrien de 27 ans a fait exploser une bombe qu'il avait caché dans son sac à dos. Le festival qui accueillait plus de 2500 personnes a été évacué.

Le centre-ville a été investi par les secours et ses accès bloqués par la police. Ansbach est une ville de 40000 habitants située près de Nuremberg.

leparisien.fr

Et son copain Obama: " « pas un acte de terrorisme » Ben voyons, sans doute par crainte de la réaction de D Trump?!

Fusillade dans une boîte en Floride : deux morts, « pas un acte de terrorisme »
Z.L. |25 juillet 2016, 11h09 | MAJ : 25 juillet 2016, 16h52|18

La fusillade a eu lieu vers 1 heure du matin dans une boite de nuit à Fort Myers en Floride. (CAPTURE GOOGLE MAPS.) Z.L.

Au moins deux personnes sont décédées très tôt ce lundi matin dans une fusillade à Fort Myers en Floride (Etats-Unis). Les victimes, dont une quinzaine de blessés, sont âgées de 12 à 27 ans. Ce « n'est pas un acte de terrorisme » affirme la police de la ville dans un communiqué ce lundi. La fusillade a éclaté vers 1 heure du matin (7 heures en France) sur le parking d'une boîte de nuit, le Club Blu, qui accueillait une soirée pour adolescents, rapportent les médias américains.

Sean Archilles, 14 ans, et Ste'fan Strawder, 18 ans, sont les deux jeunes garçons tués lors de la fusillade. Entre 14 et 16 personnes ont été blessées, dont certaines grièvement, selon la police de la ville.

Trois personnes ont été interpellées non loin des scènes de fusillade et sont actuellement interrogées par la police qui recherche toujours de nouveaux suspects. Les circonstances du drame restaient incertaines lundi matin. La police locale a annoncé à l'aube que les lieux avaient été sécurisés, les enquêteurs tentant encore de « déterminer les motivations » des assaillants. Plusieurs rues restaient fermées à la circulation lundi matin.

Tirs depuis un 4x4

Des témoins décrivent les scènes de chaos : les hurlements, la panique, des adolescents terrifiés quittant les lieux. Une riveraine raconte à 10 News qu'elle a entendu près de 30 coups de feu. « Il y avait des enfants. Le petit que je tenais sur les genoux, il avait 14 ans, il a été touché par balle », a témoigné un habitant du quartier, Tatian Nouhaioi, sur la chaîne ABC News. « Et puis il y avait aussi cette petite fille qui a reçu une balle et elle avait 13 ans. La fille d'un des vigiles a été touchée par balle, c'était des enfants de 13,14, 15, 16 ans », a-t-il déploré.

Selon Fox4, le ou les tireurs tiraient depuis une voiture sur le parking de la boîte de nuit. Ils auraient continué leur chemin en tirant sur les maisons et les voitures : la police a relevé deux autres scènes de crime à Fort Myers. Une personne a été blessée. Selon un témoin, le ou les meurtriers conduisaient un véhicule de type 4X4 noir et tiraient au hasard le long de la route sur les maisons. Sur les lieux des fusillades, les journalistes de Fox4 ont relevé une trentaine de cartouches d'arme à feu au sol. Et les médias rapportent que des centaines de coups de feu ont été tirés.

Une vingtaine de policiers est arrivée sur les lieux, expliquent les journalistes sur place.

Une soirée réservée aux adolescents

Dans un message posté sur Facebook, la boîte de nuit Club Blu a expliqué pourquoi son établissement avait été ouvert à des adolescents ce soir là et les circonstances de la fusillade : « La soirée était terminée et les ado partaient. Aucune carte d'identité ne leur avait été demandé parce qu'il s'agissait d'une soirée réservée aux collégiens et lycéens (...) Des membres du staff adultes étaient présents, ainsi que des parents venus récupérer leurs ados ».

« Nous sommes terriblement désolés pour tous ceux qui ont été touchés », a renchérit l'établissement, en précisant qu'« il y avait des vigiles armés ainsi qu'une sécurité complète à l'intérieur et devant » la boîte. « Nous voulions offrir aux adolescents ce que nous pensions être un endroit sûr pour s'amuser. »

http://www.leparisien.fr/faits-divers/fusillade-en-floride-au-moins-2-morts-et-une-dizaine-de-blesses-pres-d-une-boite-de-nuit-25-07-2016-5993231.php

Écrit par : Patoucha | 25 juillet 2016

ces "retournez chez vous!" "Vous n'avez rien à faire ici" sont des standards français

Dans tous pays où j'ai travaillé et vécu, sur plusieurs continents, jamais je n'ai entendu ces propos

qui en France et pire qu'au bistro, sont utilisés de façon agressive mais dans des échanges lambdas

qui reviennent périodiquement, sont rà- entendus à chaque occasion depuis l'époque des collabos, dans la bouche des français... et de leur enfants

Années post-45: nom suisse = être collabos, "foutez-le camp d'ici" (jalousie peut-être, vis à vis d'1 famille employeurs de nombreux français et italiens - mais fiche de renseignement, d'accusation de collaboration, conservée par la préfecture, qui me vaudra l'annulation de ma carte de séjour d'étudiante en F)
Années soixante: les harkis de retour = 1 physique différent suffit pour les écoliers français
Années septante, en école privée en France, avec une variante: "foutez le camp, vous les suisses et votre fric":
guerre civile au Liban: mon nez "juif" = j'étais donc libanaise

Une génération plus tard, internet & portables
Années nonante et 2000: mêmes propos & variantes, cette fois à l'encontre de mon fils, en internat à Lyon et Annecy, avec l'insistance: "tu fais quoi chez nous? casses-toi tu nous prends nos places"

De générations en générations, rien n'a changé. Faut pas être étranger en France.

A l'inverse, dans tous autres pays, pas grand monde n'a envie de côtoyer ces français en attitude post-coloniale (Berlin: français incapables de ne pas s'afficher franco-français ou parler un allemand correct après 10 ans de séjour. Australie, sud-pacifique, même retrait vis-à-vis de ces franco-français, idem sur le continent américain).

Au vu de ce listing, tout ça ne sont que des postures: donc je me fiche de ce racisme ou xénophobisme français indécrottables,

qu'ils n'ont pu s'empêcher d'importer en Suisse, au seul motif de se dégotter des jobs à fric: qu'ils se gardent leurs problèmes identitaires et nous foutent la paix.

Écrit par : divergente | 25 juillet 2016

"les commentateurs très avenants peignent dans la section commentaire à grands coups de lancers de pots de peinture de copiés-collés pour être certains de donner des "bonnes" idées"

textes objectifs et lucides pas ta merde.

Écrit par : leclercq | 26 juillet 2016

@Patoucha

. « Tout-à-fait d'accord avec vous Chuck-Chuck, mais comment rester insensibles devant ces attentats dont la cible sont des ados? »

Parce que pour gagner de l'argent (ou pour plaire aux adaptes de l'efficacité, comme un machin à moustache autrichien ou un machin qui Trump énormément, ), "être sensible", c'est pas efficace.

La meilleur façon de rester insensible c'est de trouver d'excellentes raisons dans les titres de la presse. Par exemple, ... "Attentat islamiste.". Ainsi on sait que tout ce qui arrive de mal dans le monde, c'est à cause des musulmans. Parce qu'ils sont ... ou très faciles, ou très sournois. Vous êtes bien d'accord, n'est-ce pas ?

Une fois qu'on a lu le titre, pourquoi continuer à lire le reste et s'embêter avec de la sensibilité de "petite chose fragile" pas efficace ?

Ou c'est que vous ne rien de sérieux à faire ... de votre temps, ... et alors le temps est pour vous ... un luxe, ... puisque vous en avez beaucoup trop pour savoir quoi en faire ... d'efficace.

Écrit par : Chuck Jones | 26 juillet 2016

"Une fois qu'on a lu le titre, pourquoi continuer à lire le reste et s'embêter avec de la sensibilité de "petite chose fragile" pas efficace ?"

Ben... faudrait savoir Chuck-Chuck vous "êtes pour ou contre les "copier/coller"!? Hé non, je ne me contente pas des titres. Je laisse cela aux imbéciles de tous poils.

"... Par exemple, ... "Attentat islamiste.". Ainsi on sait que tout ce qui arrive de mal dans le monde, c'est à cause des musulmans. Parce qu'ils sont ... ou très faciles, ou très sournois. Vous êtes bien d'accord, n'est-ce pas ?"

Et vous vous l'êtes?

Pour votre gouverne, les nouvelles viennent à moi et, justement, cet article afin de vous éclairer sur quoi nous sommes confrontés. Je dois sortir, donc pas trop le temps de m'attarder... et répondrai plus tard à vos dernières lignes sur "l'emploi de mon temps"....

"Soyons terribles pour éviter au peuple de l’être"

http://www.causeur.fr/attentat-nice-terrorisme-djihadisme-islamisme-musulmans-39355.html

Écrit par : Patoucha | 26 juillet 2016

@ Calendula,

Je comprends votre questionnement et vos remarques.
Les socialistes d'aujourd'hui n'ont pas à répondre des propos de G. Deferre d'il y a 50 ans, pas plus que les populations blanches d'aujourd'hui n'ont à répondre du racisme anti-noir, ni les jeunes beurs d'ailleurs puisque le monstrueux esclavagisme oriental est aujourd'hui terminé.

Néanmoins, à une époque pas si lointaine, la gauche tenait un discours aujourd'hui davantage attribué à la droite. Le souverainisme de gauche, de Mélanchon à Chevènement, est dans la même ligne.

L'antiracisme actuel me paraît être une autre forme d'exclusion et d'anathème, sans débat mais avec des certitudes dramatiques, comme un racisme. Le refus de mentionner l'esclavage oriental, la traite arabe-musulmane, dans l'histoire du racisme, montre de quelle manière perverse la gauche est profondément raciste. Son sentiment de supériorité morale n'est rien d'autre qu'un racisme et une impossibilité à tenir un vrai débat et à parler de tout.

En tous cas sa posture morale et son camp du bien sont un bluff incroyable, incroyable parce qu'il a fonctionné jusque là.

Écrit par : hommelibre | 26 juillet 2016

Tous les jours son lot d'assassinat! Vous avez dit racisme?

France: prise d'otages dans une église par deux hommes armés de couteaux

Les deux terroristes tués non sans avoir au préalable égorgé le curé et un otage.

Écrit par : Patoucha | 26 juillet 2016

Les «Deux terroristes se réclamant de Daech», affirme Hollande

Écrit par : Patoucha | 26 juillet 2016

Cher hommelibre,

- « Le refus de mentionner l'esclavage oriental, la traite arabe-musulmane, dans l'histoire du racisme, montre de quelle manière perverse la gauche est profondément raciste. »

Euh, ... comment est-ce que ... la _non-mention_ de ... quoi que ce soit ... "montre" ... quoi que ce soit ?

Serait-ce une ... "perversion" ... des "stéréotypes" (dans lesquels les gens sont emprisonnés), ... ou des "valeurs" qui rendent les "descendants" responsables de ce qu'ont fait ou dit leurs ancêtres (dans lesquelles les gens sont emprisonnés), ... ou de la _faiblesse "bipolaire"_ des gens (dans laquelle les gens sont emprisonnés), ... pour essayer de leur vendre une idée ?

Écrit par : Chuck Jones | 26 juillet 2016

Il n'est pas question de racisme mais de rejet bien carré, face à ces individus au cursus de dealers virés djihadistes, qui un sale jour sont de ces tueurs les plus barbares.

je laisse aux politiques leurs débats stériles pour se positionner "politiquement correctement" et exiger des "pasdamalgame" de la population

face à ces barbares qui au nom de leur secte prônant tous barbarismes, vont assassiner une foule anonyme, ou dans une église pour égorger un prêtre, une personne âgée et réputée pour sa bonté


- Ordre public et Sécurité des citoyens: obligations régaliennes fondamentales de tous Etats

ces types "de retour du djihad" en Syrie, n'avaient pas même été fichés "S", bien que dealers etc. condamnés à de l'emprisonnement, mais ont été laissés en liberté 'surveillée' sous bracelet / à l'encontre de la volonté du parquet.

Écrit par : divergente | 26 juillet 2016

Dame Patoucha!

- « répondrai plus tard à vos dernières lignes sur "l'emploi de mon temps".... »

Ou la la! Non non. Je me suis mêlé les pinceaux et me suis très mal exprimé! Avec mes très sincères et mes très humbles excuses!

Je voulais dire ... "Quand on n'a rien de sérieux à faire ...".

Voyez! Moi aussi je peux prendre des mauvaises habitudes!

Pardonnez moi! Je vous écrirai un autre beau poème!

Écrit par : Chuck Jones | 26 juillet 2016

Bonsoir Chuck-Chuck,

Branchez-vous sur France2 ou regarder en différé l'émission "Faites entrer l'accusé que je suis.

Á plus tard

Écrit par : Patoucha | 26 juillet 2016

Ok Chuck-Chuck, j'en prends bonne note! Tout comme moi vous en avez ras-le-bol de lire certaines personnes qui commentent pour se lire etveulent à tout prix nous imposer des articles douteux de site comme par ex celui du négationniste pd (employé par les homos pour désigner les "homos" par vice) planqué chez l'assassin de son peuple, le syrien Assad - meurtriers de leur peuple de père en fils - et d'autres liens aussi megalos.

J'attends mon poème :)

Je ne m'attarde pas. Á +

Écrit par : Patoucha | 28 juillet 2016

@ hommelibre,

Réponse intéressante.

Le camp du bien et posture morale à gauche ?

Je pense que les catholiques de droite ne seraient pas d'accord avec vous !
Certes, je sais bien qu'il y a morale et morale, bien et bien.

Même s'il y a eu une sorte de "hold-up" de la bienpensance, on sent, que tout est en train de bouger.
Tous vont devoir revoir leurs principes.

Écrit par : Calendula | 26 juillet 2016

@ Chuck:

Dans la "non-mention" il y a un choix délibéré, d'ailleurs revendiqué par la Christiane Taubira à l'époque. Ne pas mentionner un fait historique grave pour éviter aux descendants d'une population d'avoir à se déterminer justement en fonction de leur appartenance, et donc distinguer deux origines ethniques et culturelles en privilégiant l'une par rapport à l'autre, n'est-ce pas la posture intellectuelle qui a permis de produire le racisme et l'esclavage? Je pense que oui, même si le vrai racisme est autre chose que les escarmouches récentes et que l'abus de ce mot lui fait peu à peu perdre son sens.

Déferre, c'était il y a longtemps. Taubira c'est bien plus récent.

Écrit par : hommelibre | 27 juillet 2016

@ Chuck Jones

vous me faites penser à ça

• « Vous êtes de la merde dans un bas de soie ! »

L’injure suprême prononcée par un Napoléon Bonaparte très en colère, comme « in cauda venenum » d’ une longue série de reproches contre un dignitaire de l’ Empire compromis à comploter la succession de son maitre affaibli, lors de l’ algarade aux Tuileries le 28 janvier 1809 .
Cette formule faisait écho à deux jugements du début de sa carrière publique qui mentionnaient déjà le lien que Talleyrand conserve avec les excréments dans notre mémoire nationale, dans notre subconscient politique, répondant à l’ invocation de Flaubert , grand collecteur des lieux communs de la bourgeoisie bien pensante :

Écrit par : leclercq | 27 juillet 2016

Si je vous suis bien hommelibre, les manifestants contre la loi El Khomri sont des racistes ? C'est bien l’amalgame que vous cherchez à faire ?

Écrit par : Kad | 28 juillet 2016

Kad, je pense qu'on utilise aujourd'hui le terme de racisme à trop de propos, et parfois de manière non pertinente. Si la critique d'une religion ou d'une culture peut être taxée facilement de racisme, alors Taubira et Defferre ne doivent pas y échapper.

On peut aussi dire que la gauche CGT est ségrégationniste, elle sépare la société en classes opposées et conflictuelles.

Écrit par : hommelibre | 28 juillet 2016

Socialisme et racisme sont antinomiques!
Par contre on fait partie d'un parti socialiste pas parce que l'on est socialiste mais par opportunisme.
Tant qu'au ségégationnisme, vous avez raison. Mais la société entière est comme cela dès lors nous ne pouvons etre différent de ce que nous mettons en place.

Écrit par : plumenoire | 28 juillet 2016

Socialisme et racisme sont antinomiques!
Par contre on fait partie d'un parti socialiste pas parce que l'on est socialiste mais par opportunisme.
Tant qu'au ségégationnisme, vous avez raison. Mais la société entière est comme cela dès lors nous ne pouvons etre différent de ce que nous mettons en place.

Écrit par : plumenoire | 28 juillet 2016

Ben, socialisme et opportunisme ne font qu'un!

Écrit par : Patoucha | 28 juillet 2016

Les manifestants qui se sont regroupés sous les bannières de la CGT mais aussi de FO l'ont fait, la plupart du temps en abandonnant leur salaire, parce qu'ils croient vraiment que cette loi est mauvaise. Il n'y a pas plus d'idéologie dans leur tête que dans celle de ceux qui veulent imposer des diktats neo-conservateurs à l'ensemble des travailleurs. Maintenant on peut ne pas être d'accord, mais on ne peut pas les traiter de racistes ou de ségrégationnistes.

Parler de Gaston Defferre ou de la CGT de l'époque pour démontrer qu'ils sont racistes, c'est tout aussi abusif. C'est oublier totalement que le Général De Gaulle lui même avait dit que "La France est un pays de race blanche." Propos repris bien mal à propos par Nadine Morano, qui a cru bon de reprendre l'une des pires citations du Général en oubliant que l'époque n'est plus la même. Cela n'enlève rien à la grandeur de cet homme d'état, mais l'utilisation de cette citation montre bien ce que Nadine Morano a dans la tête ou, pire, dans quelle partie de l'électorat elle cherche à puiser. (disons qu'elle ne rechignerait pas à être élue par les imbéciles qui apostrophent cette pauvre dame)

La France n'est pas un pays de race blanche, mais un pays de brassage culturel. Le peuple français est le résultat de nombreux mouvements de population: celtes, latins, germaniques, nordiques et plus récemment maghrébins et africains. Elle est par contre une terre chrétienne depuis de nombreux siècles. Mais cela n'empêche pas qu'il puisse être possible de vivre en harmonie, pour autant qu'on accepte les grands principes que sont la laïcité et l'état de droit et qu'on accepte leur primauté sur tous les dogmes. Je pense que la grande majorité des musulmans de France sont dans ce cas. Il faut donc cesser de les catégoriser comme musulmans alors qu'ils sont avant tout des citoyens.

Les terroristes sont par contre des criminels qui refusent cette primauté de l'état de droit sur leur religion. Cela n'est pas pour autant une raison de catégoriser l'ensemble des musulmans avec eux. Il y a les criminels, peu nombreux, et tous les autres.

Écrit par : Kad | 28 juillet 2016

Il me semble Homme Libre que vous auriez du trempez sept fois votre plume dans l'encrier avant de vous lancer dans ce qui ressemble à un parti pris basé sur l'ignorance:
"les pieds-noirs, surnom méprisant donné aux français d’Algérie."
Sans doute aurait-il fallu que vous vous interrogiez d'abord sur l'origine du terme pieds noirs, car il n'est nullement méprisant. Au point d'être revendiqué par les personnes en question.
"Le vrai visage de la gauche"
Pourquoi si ce n'est par un parti pris anti-gauche ne mentionnez vous pas le vrai visage de la droite:
« Les pieds-noirs vont inoculer le fascisme en France. Dans beaucoup de cas, il n’est pas souhaitable qu’ils retournent en Algérie ni qu’ils s’installent en France. Il vaudrait mieux qu’ils aillent en Argentine, au Brésil ou en Australie. » Louis Joxe
« Pourquoi ne pas demander aux Affaires étrangères de proposer des immigrants aux pays d’Amérique du Sud ou à l’Australie ? Ils représenteraient la France et la culture française. » Pompidou, premier ministre
« Mais non ! Plutôt en Nouvelle-Calédonie ! Ou bien en Guyane, qui est sous peuplée et où on demande des défricheurs et des pionniers ! » De Gaule
Et toutes prises de position antérieures à celle de Defferre, ce qui ne l'excuse pas. Je me demande aussi ce que vous diriez si du jour au lendemain 100.000 personnes débarquaient à Genève.
Enfin il serait judicieux de comprendre pourquoi tant de personnes ont dû fuir l'Algérie. Mais là c'est silence de votre part. Comme est passée sous silence la position de la majorité de la population métropolitaine à l'égard des pieds noirs.
Et pourquoi donc passez-vous sous silence le sort des harkis? Bien plus terrible que le sort des pieds noirs. C'est bien la droite qui est au pouvoir et qui les laisse tomber. Le vrai visage de la droite. Parti pris et on peut supposer le racisme quand on ne s'intéresse qu'au sort des pieds noirs.

Écrit par : Charles | 29 juillet 2016

@ Charles,

Votre contextualisation documentée des paroles de Gaston Deferre est
vraiment intéressante et utile.
On peut ainsi vérifier qu'à une époque pas si lointaine, ce genre de prise de position était possible, au plus haut niveau de l’État. Faut-il le regretter et se dire que " le politiquement correct " est un poison, qu'il sert à masquer la réalité ?

Le choix moral entre le bien et le mal est un phare dans la nuit et je crois qu'aucun politicien ou parti politique ne voudrait renoncer à l'idée que leur action est placée sous le signe du Bien, qu'ils sont désintéressés et ne travaillent que pour le bien du pays et de ses habitants.
Nous ne sommes pas dupes et savons qu'au nom du Bien, on peut commettre des actes terribles.
Je me demande si on ne devrait pas adjoindre à l'idée du Bien, celui de Juste.
Est-il ( était-il ) juste de refuser l'accès de la Métropole ou de Marseille à des Français ( ou des Harkis) chassés par des événements politiques et des changements radicaux ?

Si on observe l'histoire de l'intégration des "Pieds noirs" en France, on peut au moins dire que leur apport à fini par enrichir le melting-pot de la France. L'Histoire a donné tort aux politiciens méfiants, ainsi qu'à la partie de la population ayant décidé de stigmatiser les Pieds noirs.

Mais les Harkis ? Là, il y a un tout gros problème et l'Histoire donne à nouveau tort aux politiciens et aux Français en général.

Cela étant, les Français ne sont pas les seuls à avoir de la peine avec un accueil massif de compatriotes. Je connais de très près des situations analogues dans d'autres pays.
Dans mon pays de naissance, la Finlande, l'arrivée des 500 000 Caréliens évacués de chez eux en l'hiver 1939 n'a pas été une histoire d'amour sans bornes.
La Carélie était une province au Sud-Est du pays, pas une colonie éloignée et séparée par une mer, c'était même le berceau d'une très riche tradition orale à la base de tout le mouvement national, qui a mené à l'indépendance.
Ma mère et mon oncle étaient enfants à cette époque et ils se souviennent encore parfaitement de leur malheur et mal-être, l'impression d'être de trop, d'être coupables de déranger parce que le pays n'avait pas réussi à s'imposer face à l'armée soviétique mieux que par le cessez-le -feu ...
Avec le recul, cela semble insensé, mais on doit constater qu'il y a des "patterns".
La peur de l'invasion ( même par des compatriotes) et le besoin de sauvegarder son espace intact, de conserver le statut-quo, sont là, malgré des explications et les "bonnes raisons" de faire de la place.

Écrit par : Calendula | 29 juillet 2016

@ Leclerk « Vous êtes de la merde dans un bas de soie ! » (votre comm. du 27 juillet 2016)
> en ce qui vous concerne on peut faire abstraction de la soie, compte tenu de vos innombrables éructations d'ivrogne sur ce blog (ainsi que bien d'autres)... SÉRIEUSEMENT ALLEZ VOUS FAIRE SOIGNER!!!!!

Écrit par : marcel weiss | 05 août 2016

@ marcel weiss

"vos innombrables éructations d'ivrogne".

pauvre rigolo, juste capable d'insulter, sans aucun argument, ce serait plutôt vous à vous faire soigner.

Écrit par : leclercq | 05 août 2016

Les commentaires sont fermés.