15 juillet 2016

Putain de camion

À Nice comme à Bagdad la guerre n’a pas de lignes définies. On meurt sur un front de mer ou dans le quartier de Karada. Musulman, chrétien, juif, hindou, athée. Sous un camion, sous une bombe. What else?


nice,attentat,attaque,daesh,islamiste,camion,hollande,syrie,Il n’y a pas encore de revendication ce matin. Les médias parlent d’attentat terroriste. L’enquête, à ses débuts, ne confirme pas encore. Cependant de nombreux observateurs relèvent la signature de Daesh. 

Des pays arabes ont déjà dénoncé l’attentat: l’Arabie Saoudite, les Emirats arabes, l’Egypte. Pas les plus démocratiques selon nos coutumes occidentales. Mais il faut le souligner car ces actions terroristes provoquent, me semble-t-il, une fracture et un rejet grandissant au sein du monde musulman.

Les sociétés modernes et leurs administrations d’État doivent protéger et soutenir leurs citoyens. Cette protection a cependant des limites. Nous ne sommes plus tout-à-fait en paix et, il faut le redouter, d’autres mourront peut-être, encore, dans de pareilles circonstances.

Hier, avant cette attaque, François Hollande annonçait pourtant la fin de l’état d’urgence pour le 26 juillet. L’efficacité de cet état d’urgence est difficile à établir. Le gouvernement annonce que des projets d’attentats sont déjoués, mais le drame de Nice nous rappelle que l’on ne peut tout prévoir. 

Hier soir, après le drame, le président changeait de cap: l’état d’urgence sera prolongé pour trois mois. 

nice,attentat,attaque,daesh,islamiste,camion,hollande,syrie,À midi François Hollande voulait donc rassurer les français sur les libertés publiques et sur le niveau de danger auquel la France est exposée. Un niveau supposé moindre puisqu’on envisageait d’abandonner les mesures exceptionnelles. Le soir ce changement de cap signifiait qu’il n’en est rien. La parole de Hollande se perd une fois de plus.

Sur les attentats cependant la tâche de prévention doit être très difficile. Tout ne peut être mis au débit du tandem Hollande-Valls. De plus la France fait partie de la coalition contre Daesh en Syrie. Les attentats sont commis entre autres, comme le suggère le chroniqueur Olivier Ravanello, dans le but d’amener la France à se désengager, contrainte par son opinion publique.

Suite à cette attaque John Kerry suggère que les États-Unis collaborent plus étroitement avec Moscou dans la lutte contre Daesh en Syrie. Un début de réconciliation entre les deux géants? Ce serait, paradoxalement, un bénéfice de cette attaque. Le seul peut-être.

Une pensée enfin pour les actes héroïques commis sur la Promenade des Anglais: certains spectateurs se sont accrochés au camion pour tenter d’arrêter le conducteur.

 

 

 

13:46 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (44) | Tags : nice, attentat, attaque, daesh, islamiste, camion, hollande, syrie | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

14 juillet meurtrier à Nice: Au moins 84 morts selon un bilan encore provisoire.
Le chauffeur du camion identifié -Un Franco-tunisien de 31 ans. Tout en conduisant, il aurait tiré sur la foule. Il s’agit de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, chauffeur-livreur,
Au moins 84 morts selon un bilan encore provisoire

Au moins 84 personnes ont été tuées jeudi soir dans un attentat à Nice, lorsqu’un camion a foncé sur la foule qui assistait au feu d’artifice sur la Promenade des Anglais.

Il y aurait par ailleurs des dizaines de blessés, dont 18 “en état d’urgence absolue”. Une cinquantaine d’enfants ont notamment été hospitalisés à l’hôpital Lenval situé à proximité du lieu de l’attentat.

Selon les premières informations de Nice-Matin, l’homme aux commandes du véhicule est un Franco-tunisien de 31 ans. Tout en conduisant, il aurait tiré sur la foule.

Depuis, son identité a été confirmée. Il s’agit de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, chauffeur-livreur, père de trois enfants. Il était connu des forces de police pour des faits de violence mais n’était pas « fiché S ». Son ancien domicile (dont il a été exclu en 2012 après des violences conjugales et où vit toujours son ex-compagne), situé à Nice Nord, près du stade du Ray, a été perquisitionné ce vendredi matin.

Présent sur les lieux lors du feu d’artifice jeudi, un journaliste de l’AFP a vu le camion blanc foncer à pleine vitesse dans la foule, suscitant un mouvement de panique. “C’était le chaos absolu”, a-t-il décrit.

Le camion “a foncé sur la foule sur une longue distance, le long de la Promenade (des Anglais), ce qui explique ce bilan extrêmement lourd”, a précisé le sous-préfet : “Il y a eu des coups de feu et le chauffeur a été abattu”.

Sur i-Télé, Eric Ciotti, député et président du Conseil général des Alpes-Maritimes, affirme que le semi-remorque a heurté la foule sur 2 km. Selon lui, le chauffeur a été stoppé par des tirs de la police à proximité du Palais de la Méditerranée, un grand hôtel de la Promenade des Anglais (voir le trajet sur cette infographie interactive du New York Times).

D’après l’ancien maire de Nice, Christian Estrosi, le véhicule était “chargé d’armes et de grenades”. Ce vendredi matin, il est désormais question d’une grenade dite “inopérante” et d’“armes longues factices”.

Article publié initialement dans la nuit du 14 au 15 juillet. Il est réactualisé en fonction des dernières informations.

http://www.causeur.fr/attentat-nice-promenade-anglais-terrorisme-39235.html

Écrit par : Patoucha | 15 juillet 2016

running amok = état de folie d'individus basculant subitement dans l'action meurtrière de masse

ce terme vient de Malaysia (des occupants anglais, observant ces comportements de folie meurtrière soudaine et irraisonnée dans la minorité malaise, population inculte animiste, aujourd'hui reconvertie islamiste intégriste dominant et discriminant par la charia etc. les anciennes communautés majoritaires et l'ensemble du pays),

ce terme n'a pas sa correspondance en français mais correspond à ce qui se passe chez ces individus devenus des tueurs fous hors contrôle.

https://en.wikipedia.org/wiki/Running_amok
https://fr.wikipedia.org/wiki/Amok_(ethnologie)

Écrit par : divergente | 15 juillet 2016

En regardant les nouvelles à la télévision ce midi vue d'un camion sur lequel écrit LOCATION DE CAMIONS

ce qui revient à dire que, seul au volant, avec permis, l'auteur de l'attentat de Nice, seul au volant, avait pu sortir de chez lui tranquillement en marchant puis louer un camion.

Il faudra donc, désormais, surveiller étroitement entreprises et clientèle de location de camions (entre autres véhicules)!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 15 juillet 2016

MB, vous pensez bien qu'il est impossible de fliquer les échanges commerciaux,

cf. "running amok": les anglais avaient (lors de leur occupation en Malaysia) analysé les mouvements de rebelles et fait la distinction entre ceux-ci - organisés avec leaders & préparation de groupe, des actes soudains de tueries de masse commis par individus imprévisibles et donc incontrôlables.

- c'est l'individualité de la folie de l'acte, commis dans une "presque" spontanéité qui est caractéristique et qui se retrouve dans la majorité des tueries de masse de ces derniers temps, attribuée à l'influence djihadiste

- si l'influence de ISIS est possible ou confortée à posteriori, celle-ci n'est pas obligatoirement le "trigger" direct du passage à l'acte du loueur de camion kamikase.

ces actes individuels imprévisibles - sauf pour les proches

cet état d'individu au passé de délinquant agressif avec potentiel de criminel passant à l'acte est ce que je crois important de détecter, autant que le contrôle par fichage "s" d'accointances terroristes ou affiliation djihadiste

Quelle réponse de nos zélus politiciens? si une lutte par l'assistance "à vulnérables" de nos sociétés est supposée faire front à ces actes de terreur d'individus criminels devenant fous, on n'a pas fini de pleurer les morts, encore moins de payer des impôts, en vain

Écrit par : divergente | 15 juillet 2016

@ divergente

Cet "état d'individu au passé de délinquant agressif avec potentiel de criminel passant à l'acte" de plus "solitaire et silencieux" (TV) à moins de l'enfermer une fois pour toutes comment voulez-vous savoir exactement et sans arrêt ce qu'il fait, mijote ou prépare?

En revanche les entreprises ou commerces en tous genres de ce qui permet de préparer des attentats ne devraient-elles pas disposer de listes d'"individus au passé de délinquants agressifs"?

Avec interdiction, désormais, parce qu'en état de guerre, nous dit-on, de vendre quoi que ce soit à qui que ce soit sans se voir présenter par la clientèle les papiers d'identité concernés?


Sans oublier qu'en l'espace Schengen on entre comme dans un moulin or... en "état de guerre"?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 15 juillet 2016

Ils ont vécu l'enfer:

https://youtu.be/ltj48IIqsho

Le lien ci-dessous m'évite les copier/coller car j'ai les mêmes infos:

http://jrbelliard.blog.tdg.ch/archive/2016/07/15/la-france-est-en-situation-de-guerre-civile-15-juillet-2016-277649.html

Écrit par : Patoucha | 15 juillet 2016

notre société est faible accommodante, résultat les immigrés ne veulent plus faire l'effort de s'intégrer, les immigrés rejettent la société française se tournent vers l'Islam. et voilà le résultat. les cons de bobo de d'assoc n'ont pas compris qu'en nous montrant faibles et accomodant en exigeant pas le respect de nos institutions on n'aidait pas l'immigrant, mais le contraire on le met dans le désarroi. quand des gens comme Chuck Jones comprendront celà la France aura fait un grand pas.

" L’efficacité de cet état d’urgence est difficile à établir."

efficacité nulle, c'est un emplâtre sur une jambe de bois.


"Alors qu,on aurait dû aider les migrants et leurs descen-
dants à assimiler la portée des enjeux de l”insertion, on a
préféré et on continue de préférer exiger des Français des
concessions non négligeables vis-à-vis des fondamentaux de
leur société. Encouragées par l”inconscience d'associations
qui leur voulaient pourtant du bien, et parla démagogie de
partis politiques qui courtisaient leurs suffrages électoraux,
les populations issues de l'immigration ont alors commencé
à se dresser contre les Français. Cela n'a fait qu'engendrer
l`hostilité des Français de souche à leur égard. Ainsi, au lieu
de travailler à transformer les Français en alliés de l'inser-
tion, on en a petit à petit fait des résistants à l'insertion des
nouveaux arrivants. "

"La pression exercée par les associations et les collectifs
de toute nature ne laisse en effet souvent aucun choix à
nos gouvernants. Ces derniers finissent le plus souvent par
plier, car l”opinion publique est elle-même sentimentale-
ment manipulée et devient rongée par le remords et la mau-
vaise conscience. Elle exerce alors à son tour une pression
sur l'État et l'amène à des prises de décisions qui défient les
règles de bon sens et de sagesse."

" La France a pensé que la dimension
«sujet ›› pouvait être imposée de l”extérieur par l'octroi de
papiers d'identité. Le travail d'associations et d'avocats
qui se sont, tout au long des vingt dernières années, spé-
cialisés dans l'identification des failles du système social
et juridique français a sans cesse renforcé la dimension
«ayant droit ›› au détriment de la dimension «sujet ››. Loin
d'aider les migrants à appréhender l'ensemble des ques-
tions liées à une intégration, cette approche a en réalité
travaillé à leur malheur. "

"Dans cette phase de résistance, la négociation est per-
manente. Comme un enfant avec l”autorité parentale,
les migrants et leurs descendants testent régulièrement la
société d'accueil pour en éprouver les limites. Tant que les
parents ne trouvent pas comment clairement leur indiquer
les limites à ne pas franchir, les enfants connaissent un
sentiment de puissance qui grandit à chaque victoire; jus-
qu”au jour où les parents se trouvent dépassés, leurs enfants
ayant pris l'ascendant sur eux. Cette situation est certes ter-
rible pour les parents qui la vivent. Elle l°est encore bien
davantage pour leurs enfants, car ils perdent ainsi ceux qui
auraient pu, et qui auraient dû, leur servir, à l”image des
jeunes arbres, de tuteurs pour bien grandir. Cette situation,
c'est celle dans laquelle nous nous trouvons. La République
a été testée. Elle a tout accepté : son hymne a été conspué,
ses institutions, l'école et les représentants de la force publi-
que attaqués, l’enseignement d’une partie de ses program-
mes scolaires a été refusé... La République a sans cesse
reculé, signifiant ainsi sa faiblesse, et renforçant jour après
jour le sentiment de puissance de ceux qui la restaient. Elle
signifiait ainsi que tout pouvait être transgressé. Elle porte
la responsabilité d’avoir laissé les nouvelles générations de
l'immigration šengager dans une voie qui ne pouvait que
générer leur mise au ban de la société."

"l'évolution des êtres s'effectue toujours dans le sens de
la minimisation des coûts, c'est-à-dire que l'être humain
cherchera toujours à privilégier l'issue qui lui permettra de
satisfaire les commandements de celui qui exerce sur lui la
plus forte pression, cela dans l'optique de diminuer l'in-
tensité de la tension qu'il subit. Lorsqu'il est soumis à des
tensions culturelles extrêmes, le sujet construit son iden-
tité en privilégiant l'économie de moyens . Si la commu-
nauté d'origine exerce un contrôle extrêmement strict sur
ses membres, tandis que, dans le même temps, la Républi-
que se montre flexible, compréhensive, accommodante, il
est naturel que les jeunes générations de l'immigration se
raccrochent de plus en plus aux racines de leurs ancêtres
biologiques, et s'éloignent de ce fait chaque jour davantage
de l'insertion dans la société française. Ces jeunes généra-
tions risques beaucoup plus en n'observant pas le système
de valeurs et les codes de leurs groupes d'origines qu`en se
révoltant contre le modèle républicain.
Il apparaît d'ailleurs systématiquement, aux yeux des
jeunes générations issues de l’immigration, qu'il n'y a rien
à perdre en défiant les lois de la République.Cela est très
préoccupant. Si le sentiment de peur lié à l'éventualité de
la perte d'un statut ou d'avantages matériels a un effet dis-
suasif, le sentiment d'impunité n'empêche pas le passage à
l'acte délictueux, il peut même l'encourager si celui-ci pro-
cure un avantage. Ce cas extrême est illustré par l’empri-
sonnement, qui n'est plus vécu comme une sanction, mais
au contraire comme un élément de valorisation au sein du
groupe. La prison symbolise le courage d'avoir su affronter
l’adversaire «République française ››.
Tant qu'elles ne percevront pas qu'elles ont encore quel-
que chose à perdre, les jeunes générations issues de l'im-
migration continueront d'être à la merci de leurs pulsions
destructrices. Tant qu'ils ne percevront pas ce qu'ils ont à
perdre à les laisser se marginaliser en défiant la République,
leurs parents n'assumeront pas leurs responsabilités vis-à-vis
de ces dernières, ni vis-à-vis de la société. Nous voyons là
à quel point l”attitude adoptée par la République n'est pas
neutre, et va au contraire orienter la trajectoire empruntée
par les jeunes générations pour se construire, avec toutes les
conséquences que cela induira pour l’individu lui-même et
pour la société tout entière.
Pour développer les efforts et les concessions nécessaires
à l'insertion, il faut en saisir l'utilité, ou sentir que la non-
insertion revêt un caractère risqué. Pourquoi s'astreindre à
ce qui est ressenti comme une contrainte lorsque l'on sait
que la non insertion ne présente aucun risque?
Pour que les enfants des banlieues se réinvestissent à
l'école malgré l’opposition que leurs ascendants nourrissent
bien souvent à son égard, il est indispensable qu'il n'existe
plus autour d’eux aucun modèle de réussite où l'on puisse,
en particulier, gagner de l'argent sans grand effort tout en
étant protégé par une impunité quasi totale, puisque la pri-
son n'est pas une sanction efficiente. De plus, lorsque la
prison n'empêche pas le délinquant ou son entourage de
profiter du fruit de ses activités illicites, cela mérite bien d'y
séjourner un peu; «le jeu en vaut la chandelle ››. Que l, État
ait été si long à réagir face à la propagation des réseaux
d'économie souterraine, des vols à l'arraché ou des vols
à la portière a été très lourd de conséquences. Dans une
telle conjoncture, c'est un terrible fourvoiement que de
penser que le modèle de réussite par l'école républicaine,
à savoir travailler beaucoup et longtemps sur les bancs de
l'école pour recevoir plus tard un salaire, ait une quelcon-
que chance de constituer un attrait. Assécher l”économie
parallèle permettra le développement d`une motivation qui
conduira au développement des efforts incontournables
our a rendre tout métier.
J’avais au début de ce livre abordé le fait que les rêves
des parents pour leurs enfants étaient souvent déconnectés
de la réalité, et que le chemin qui devait conduire à ces
rêves n'était qu'exceptionnellement balisé par les adultes.
La méthode pour atteindre la réussite n'est donc pas tou-
jours centrale dans l’appréciation de cette réussite. De plus,
les critères d'appréciation de la réussite ne sont pas non
plus nécessairement les mêmes que dans la société française.
Pour qui est issu d’une société pauvre, réussir, c'est avoir
beaucoup d’argent. Cela ne signifie pas nécessairement
travailler, au sens classique du terme. La symbolique du
mot «travail» n’a absolument pas la même résonance dans
toutes les sociétés. C’est au demeurant celui qui réussira le
plus vite avec le moins d'efforts qui sera parfois considéré
comme le plus futé, c'est-à-dire le plus intelligent.
La société française est encore très loin du modèle de
société qui saurait être jugé acceptable par nombre de ses
migrants. Elle n'est donc qu’au début des demandes de son
adaptation. Son attitude freudienne (compréhension, jus-
tification et mansuétude) est systématiquement interpré-
tée comme un signe de faiblesse par tous ceux qui ont été
éduqués dans une culture privilégiant les attitudes et les
modes de communication basés sur l’autorité et le rapport
de force. Plus elle sera perçue comme accommodante, plus
les demandes d'accommodation afflueront, obligeant de
fait l'individu d'origine étrangère à se plier aux lois dictées
par son groupe d’origine, et non plus à celles que dicte la
République. Une République faible ne sera d’aucun secours
pour l'immigré confronté au processus d’insertion, et à plus
forte raison à celui de l’intégration.
L’engagement de la République à faire respecter ses fon-
damentaux soutient et guide, par ailleurs, ceux qui hésitent,
ceux qui titubent face aux difficultés de l'acceptation d'une
identité différente de celle de leurs ancêtres biologiques.
Plus la République sera forte, plus elle sera en mesure de
donner force et courage à ceux qui souhaitent l'intégrer, car
c'est elle qui assumera, face à son groupe d’origine, la res-
ponsabilité de l,adaptation de l'individu dans le processus
d’insertion, puis dans celui de l’intégration. Plus la Répu-
blique sera faible et le montrera, plus l”individu se trouvera
dans l’obligation de la sacrifier.
C’est à l’État qu'incombe la responsabilité de trouver le
moyen de faire triompher le respect de ses fondamentaux,
et en particulier ceux des droits de l'homme. Sans une assu-
qu incombe la responsabilité de trouver le moyen de faire
triompher le respect de ses fondamentaux, et en particulier
ceux des droits de l homme Sans une assu
rance de protection forte, incarnée par une République qui
assume ses responsabilités, beaucoup ne sauront pas fran-
chir le pas d’une insertion, et encore moins d'une intégra-
tion, dont le coût peut se révéler dissuasif. La République
ne doit plus fermer les yeux ou les détourner, pour simuler
n'avoir rien vu. Elle se doit de toujours rester aux côtés des
« faibles ››, et de les protéger en étendant sur eux le manteau
de ses valeurs fondamentales."

Écrit par : leclercq | 15 juillet 2016

Ce que l’on ne vous dit pas sur Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, le terroriste de Nice - Extraits

Le terroriste de Nice, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, 31 ans, de nationalité tunisienne, était un homme antipathique, agressif, et pieux musulman.

Un témoin a déclaré : « j’ai même eu le temps de voir son visage. Il avait une barbe, et il avait l’air de prendre du plaisir ».

Un voisin, musulman comme le terroriste, a fait courir des fausses infos sur lui destinées à exclure l’islam de toute mise en cause. Les journalistes se sont empressés de reprendre ce qu’il a dit, car eux aussi, comme les jihadistes, veulent protéger l’islam.

D’autres voisins plus fiables l’ont décrit comme solitaire, silencieux et antipathique, l’un d’entre eux a ajouté qu’il ne répondait même pas quand on lui disait bonjour.

Sa carte d’identité a été retrouvée dans le camion et montre qu’il était d’origine tunisienne, qui compte le plus grand nombre de recrues pour l’Etat islamiste.

Il était originaire de la ville saharienne de Mseken, et son père est membre du parti extrémiste islamiste tunisien Ennahda. Selon la police tunisienne, son père est un extrémiste extrêmement violent surveillé par la police de Ben Ali, et il est devenu en 2011 un chef local de Mseken.

Bouhlel a loué le camion mercredi dernier près de Nice à Saint Laurent du Var.

Il était connu de la police pour des affaires de vol, de violence et de possession illégale d’armes, sa dernière arrestation remonte à janvier. Selon la police, il a comparu devant la justice au mois de mars 2016, où il a été jugé coupable de violences et bien entendu laissé en liberté.

Il aurait réussi à passer sur la Promenade des Anglais fermée à la circulation en expliquant aux policiers qu’il livrait des crèmes glacées.

Il n’était “pas suspecté d’avoir été radicalisé et n’avait pas de fiche à son nom auprès de l’anti-terrorisme.”

Un téléphone a été retrouvé dans le camion qui est en cours d’examen pour identifier un réseau ou des complices.

La Police examine également les informations des 1 200 caméras de surveillance de la ville ainsi qu’une vidéo prise au moment où il montait dans son camion, dans les collines de Nice, avant de commettre son attentat.

Sa maison a été fouillée par la police ce matin, et plusieurs de ses proches – famille et amis – sont maintenant interrogés par la police. Les recherches continuent dans le quartier des abattoirs de Nice.

Le fait qu’il n’était pas connu des services anti-terroristes veut dire deux choses, et aucune n’est rassurante :

Les failles de la DGSI sont encore plus grandes qu’on l’imaginait.
Des individus non fichés sont capables de monter dans un camion et d’écraser pendant de très longues minutes 84 innocents, un attentat qui psychologiquement montre un état de persévérance dans la haine bien plus important que se faire exploser.

Bouhlel a été tué par une femme policier alors qu’il est sorti du camion et qu’il a commencé à tirer. Il tentait de fuir et la police l’a tué à l’intérieur ou à coté d’un restaurant.

Des armes et des munitions ainsi qu’une grenade qui s’est avéré factice, ont été découvertes à l’arrière du camion, ce qui suggère que l’attentat a été longuement prémédité, et que le trafic d’arme n’éveille en France aucun soupçon.

Au domicile du terroriste, un autre camion avec des explosifs a été découvert.

Selon une source policière, le camion a zigzagé plusieurs fois tandis qu’il se jetait sur la foule. Bouhlel a roulé pendant près de 2 km et a même accéléré alors qu’il fauchait ses victimes.

L’AFP a d’ailleurs confirmé que le “conducteur du camion a tiré au pistolet avant d’être tué.”

Selon d’autres témoins, le camion roulait environ à 50 km/h :

Le camion du terroriste a été garé pendant 9 heures dans une rue de Nice avant l’attaque. Et les policiers l’ont arrêté et questionné mais rien n’a éveillé leurs soupçons.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Écrit par : Patoucha | 15 juillet 2016

http://www.journaldequebec.com/2016/07/15/attentat-de-nice-drapeau-du-quebec-en-berne-couillard-mise-sur-davantage-dintegration

l'intégration

c'est le maitre mot il n'y a qu'a demander à Malika Sorel Sutter elle à les recettes il n'y a qu'a les appliquer avec courage.

http://www.malikasorel.fr/

Écrit par : leclercq | 15 juillet 2016

FLASH - Dreuz.info
Nice : nouveaux témoins : « On a entendu plusieurs fois Allahu akbar » | Nice : L’ex-femme du tueur est en garde à vue| Nice : procureur Molins: « Le terroriste a tiré à plusieurs reprises sur trois policiers mais à continué à rouler » | Nice : procureur Molins: « Il avait été condamné en mars à 6 mois de prison avec sursis pour violence avec arme » | Nice : procureur Molins : « L’attentat n’a pas été revendiqué mais correspond aux appels des organisations terroristes » | Nice : la Promenade des Anglais va rouvrir à 20h | Nice : dernier bilan : 84 morts dont 10 enfants, 202 blessés, 52 gravement, 25 dans le coma| Nice : le procureur de la République a délivré un communiqué étonnamment honnête et dépourvu de langue de bois Nice : le convoi présidentielle passant devant les lieux de l’attentat se fait huer | Doublement frappés : des victimes des attentats du 13 novembre ont perdu des proches à Nice |

Écrit par : Patoucha | 15 juillet 2016

message de compassion, envers les victimes survivantes et leurs proches

Écrit par : divergente | 15 juillet 2016

Myriam Belakowski, le secteur privé (dont commerces) ne peut (heureusement) en aucun cas se substituer aux tâches régaliennes de l'Etat

Écrit par : divergente | 15 juillet 2016

NB. ma réponse à Patoucha faisait partie du msg à MB précédent, qui ne passait pas tel quel (idem sur le blog de JN Cuenod). Pourtant rien de particulier dans mon commentaire à Patoucha, que j'ai retiré, et là ça passe...
ces "Désolé, erreur à l'envoi de ce commentaire
Revenir à la page d'accueil du blog" répétés, ça devient bizarre

Écrit par : divergente | 15 juillet 2016

J'ai le même message sur l'accès au blog de David Frenkel :) La vérité ne passe pas facilement divergente....

Écrit par : Patoucha | 15 juillet 2016

Turquie: tentative de coup d'Etat dans l'armée turque hier, passée à la trappe de nos médias

ISTANBUL — The prime minister of Turkey said on Friday night that factions of the military had attempted a coup.

Reuters reported in a short series of bulletins that the military had issued a statement saying it had “taken over” for “democratic order” and that “all existing foreign relations will continue.”

http://www.nytimes.com/2016/07/16/world/europe/military-attempts-coup-in-turkey-prime-minister-says.html?_r=0

Écrit par : divergente | 15 juillet 2016

Avorté! En revanche:

Tentative de coup d'État en Turquie: des vidéos montrent des lynchages de putschistes

internet@lesoir.be (Avec les rédactions du Soir en ligne, du Soir, d’AFP, d’AP et de Belga)

Dans une vidéo prise sur un pont sur le Bosphore, à Istanbul, apparaît notamment le cadavre d’un soldat couvert de sang. « Nous en avons tué quatre, nous sommes occupés à tuer le cinquième », déclare l’auteur de la vidéo. Des cris de « Dieu est grand » et « mécréant » peuvent également être entendus. Selon le journal local Sozcu, une foule a par ailleurs tranché la gorge d’un militaire. Des photos présentent aussi des soldats roués de coups. La conscience que les soldats avaient de participer à un coup d’État n’est pas encore claire.

Écrit par : Patoucha | 16 juillet 2016

@ divergente


La Confédération en état d'alerte (TDG de ce 16.07.2016 vérifiez!)
concernant les "manifestations sportives et culturelles" de cet été.

Sans oublier le Ier août feux, pétards et fusées en principe allant de soi.
En l'occurrence, aucun danger?

A l'Etat seul de tout savoir, prévoir ou "voir"?

En état d'alerte signifie présence, disponibilité, RASSEMBLEMENT non de quelques-uns responsables "nommés et payés pour" mais de tous!
Vivants dont petits enfants sur le terrain comme "offerts" aux coups?!

divergente, avez-vous connu la guerre?
Moi, si.

On regarderait désormais avec immense suspicion un paquet sur un banc tout en laissant pour le Ier août, par exemple, acheter partout tout et n'importe quoi?

Nazis, hier, néo-nazis au Grütli.

Islamisme radical aujourd'hui avec appel au massacre partout!?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16 juillet 2016

@MB, "A l'Etat seul de tout savoir, prévoir ou "voir"?" : mais qui demande ce totalitarisme étatique?

pour ma part, la méfiance est passée à l'orange dès déclaration du statut "d'état d'urgence", et le rouge clignote face aux déclarations "d'état de guerre"

"état d'alerte signifie présence, disponibilité, RASSEMBLEMENT non de quelques-uns responsables "nommés et payés pour" mais de tous!"

votre appel à la vigilance citoyenne est l'approche largement partagée dans le monde - reste néanmoins du ressort de la liberté de conscience individuelle

Écrit par : divergente | 16 juillet 2016

@ divergente Pas question de totalitarisme (toujours ces étiquettes en "isme")!

Vous le savez, divergente, dés qu'il y a attentat on s'en prend à l'Etat immédiatement accusé de n'être pas en mesure d'assurer la sécurité des habitants concernés. Or, je le redis: comment Etats et habitants, sans "totalitarisme"! tout savoir, voir, prévoir?!

Mais en état d'alerte faut-il, je vous pose la question, divergente, interdire les feux (ventes de ces multiples produits et accessoires dangereux) du Ier août?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16 juillet 2016

Myriam Belakovsky, n'ai pas d'info suppl, en resterai là/dois m'affairer ailleurs. Bon w-e :-)

Écrit par : divergente | 16 juillet 2016

@ ben palmer

pour vous qui préférer les liens que les textes.

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Malika-Sorel-Sur-l-integration-la-France-fait-trop-de-concessions-6311.html

"J’insiste aussi sur la responsabilité des parents vis-à-vis de l’école. L’enseignant ne peut pas tout, il est souvent désarmé face aux incivilités qu’il subit dans sa classe. Aujourd’hui, l’école n’est plus en mesure d’assumer sa mission et, pour moi, c’est un problème de fond. Il est impératif que les pouvoirs publics la préservent des revendications communautaires et sanctionnent les parents des élèves qui ne respectent pas leur maître.

Nous devons rompre avec l’idéologie victimaire qui inspire toute notre politique d’intégration, et qui a échoué. Remettons les choses à l’endroit : le point de départ de cette politique, ce doit être la France, ce qu’elle exige, et non les immigrés, ce qu’ils revendiquent. On ne la fera pas respecter en méprisant son histoire.

La France fait beaucoup pour les étrangers qu’elle accueille. Les Français ne sont pas racistes ! Finissons-en avec la repentance ! On demande aux peuples européens de disparaître ; c’est une entreprise terrifiante !



"Il serait temps que nos dirigeants politiques s’en rendent compte avant que des troubles majeurs n’éclatent. « Dieu, a écrit Bossuet, rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. »"

Écrit par : leclercq | 16 juillet 2016

Le socialiste de service titre son billet par:

- "Daech a bon dos" - Il n'est pas l'ennemi.....

Attentat de Nice : les djihadistes de Daech revendiquent l'attaque

Depuis la course folle du camion de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, qui a tué 84 personnesà Nice jeudi soir sur la Promenade des Anglais, la question se pose. S'agit-il d'un dépressif solitaire inspiré par les méthodes djihadistes ou d'un «agent dormant» de Daech ? L'organisation terroriste a apporté un élément de réponse ce samedi en revendiquant l'attaque dans un communiqué.

Via son agence de presse Amaaq, Daech (ou groupe Etat islamique) affirme que le tueur de Nice « était un soldat de l'Etat islamique. » L'organisation se targue d'un « nouveau » mode opératoire, cette tuerie ayant été menée à l'aide d'un poids lourd lancé sur la foule.

Le groupe terroriste affirme que l'attaque vient « en réponse aux appels de l'Etat islamique à prendre pour cible les pays faisant partie de la coalition » qui le combattent en Irak et en Syrie. Daech prévient les « Etats croisés » qu'il poursuivra ses attaques peu importe leur degré de mobilisation sécuritaire.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/attentat-de-nice-les-djihadistes-de-daech-revendiquent-l-attaque-16-07-2016-5972563.php

Écrit par : Patoucha | 16 juillet 2016

" Seulement il faut aussi donner le droit de parler à des musulmans et musulmanes sans les menacer de mort et du châtiment d'Allah..."

Écrit par : pachakmac | 16/07/2016

Pachakmac, ils ne s'en privent pas sur les services sociaux: Vous avez dit "sans les menacer de mort..."

"Beaucoup de pro-#EI se félicitent du massacre de #Nice sur les réseaux sociaux"

Pouvez-vous me dire de QUI il s'agit? Qui sont ces "musulmans"? Et c'est nous qui les menaçons de mort?! Vous en êtes où Pachakmac?
--------

Feu d'artifice du 14 juillet à Paris : 700 000 euros pour en "mettre plein la vue -

Et combattre sans doute le terrorisme façon socialistes?: "Même pas peur"..? Nice l'a vécu autrement!

Écrit par : Patoucha | 16 juillet 2016

Israël a connu 43 attaques « comme celles de Nice » en 8 mois… Mais le dites pas à France 2 !
Publié le : 15 juillet 2016

Dans un reportage sur les attaques à la voiture bélier, comme celle qui a fait au moins 84 morts à Nice, un journaliste donne l’exemple de ces attaques: « il y en a eu au Canada… Il y en a eu à Londres… » et rien, pas un mot, sur Israël…

Denis Ducarme, chef de groupe d’un parti de droite à la Chambre et membre de la commission terrorisme (en Belgique) a affirmé, pour sa part, qu’il faut maintenant prendre en compte la nouvelle donne concernant la menace terroriste afin d’anticiper des modes attaques qui évoluent sans cesse: « Par rapport aux véhicules béliers, des mesures ont déjà été prises en Belgique pour protéger certaines cibles à la veille de la fête nationale. Nous devons élargir les possibilités et prendre un certains nombres de décisions pour anticiper et ne pas subir puis réagir par après« .
Denis Ducarme

Et en dehors de la collaboration déjà poussée avec les services français depuis les attentats deParis et de Bruxelles, Denis Ducarme plaide pour des liens renforcés avec des pays qui vivent depuis longtemps avec une menace permanente: « Des pays comme les Etats-Unis ou Israël ont l’expérience que nous n’avons pas vu qu’il vivent sous la menace de terroristes depuis parfois 20 ou 30 ans. Israël a connu 43 attaques de ce type en 8 mois. L’Etat islamique préconise ce type d’attaque (à la voiture ou au camion bélier). Nous devons anticiper ce type d’attaque plutôt que subir et ensuite seulement réagir« .

« Horrifié comme plusieurs fois par an depuis 2014 et l’attentat au musée juif« , Denis Ducarme n’est pourtant pas dépité face à l’enchaînement des actes terroristes chez nous ou à nos portes: « Nous devons intégrer ces nouveaux schémas opérationnels utilisé par les terroristes. On échange avec les Français sur les méthodes de lutte pour élever le niveau de sécurité. Si nous n’avions pas relevé le niveau de sécurité, n’aurions nous pas connus plus d’attaques? C’est ce que nous allons faire pour les prochains événements comme la fête nationale. Des mesures supplémentaires qui vont être prises« .

Par Cyril Berthier – avec la RTBF – JSSNews
-------

"Dépasser les bassesses d’après l’attentat de Nice
Laurent Cantamessi"

- Valls: C'est l'acte d'un déséquilibré.... -

Dans un deuxième temps, après avoir évité le plus longtemps possible de relever l’identité de l’auteur de l’attentat, on évoquera un homme « normal », sans signe religieux particulier, condamné certes, mais pour de simples violences, inconnu des services de renseignement. Sa citoyenneté passera également par toutes les couleurs : Français, d’origine tunisienne, possédant la double nationalité, puis simple résident, ayant obtenu une carte de séjour en dépit de son passé délinquant. On évitera soigneusement de relever les acclamations de soutien de personnes de son milieu sur les réseaux sociaux, et on dénoncera les menaces de dérives d’extrême droite et d’islamophobie.

Car le camp du Bien est celui du déni…

http://www.causeur.fr/attentat-nice-photo-enfant-poupee-39270.html

Écrit par : Patoucha | 16 juillet 2016

J'ai tout de même une remarque à faire sur la police sur les lieux qui aurait dû être plus que vigilante vu les alertes aux attentats, et me pose des questions:

Elle voit le camionneur... dans un 19 tonnes, lui dire qu'il vient livrer des glaces à une heure tardive... le laisse passer comme une fleur sans aucune vérification: Identité, fouille du camion? C'est là une négligence IMPARDONNABLE!

Écrit par : Patoucha | 17 juillet 2016

Myriam Belakowski, le secteur privé (dont commerces) ne peut (heureusement) en aucun cas se substituer aux tâches régaliennes étatiques

Patoucha, si vos informations se vérifient, il y a répétition de défaillances multiples

cf plaintes déposées contre l'Etat pour non assistance à personne en danger etc. de victimes des attentats précédents

Écrit par : divergente | 18 juillet 2016

Myriam Belakowski, le secteur privé (dont commerces) ne peut (heureusement) en aucun cas se substituer aux tâches régaliennes étatiques

Patoucha, si vos informations se vérifient : il y a répétition de défaillances multiples dans la surveillance et obligations régaliennes de "l'état de droit" français

cf plaintes déposées contre l'Etat pour non assistance à personne en danger etc. de victimes des attentats précédents

Écrit par : divergente | 18 juillet 2016

Myriam Belakowski, le secteur privé (dont commerces) ne peut (heureusement) en aucun cas se substituer aux tâches régaliennes de l'Etat

Patoucha, si vos informations se vérifient : il y a répétition de défaillances multiples dans la surveillance et obligations régaliennes de "l'Etat de droit" français

cf plaintes déposées contre l'Etat pour non assistance à personne en danger etc. de victimes des attentats précédents


réactions à craindre: les dérives par les services de l'Etat français (ou d'autres), de contrôles numériques et fiscaux, à défaut d'efficacité policières & judiciaires, dans ce qui va être pondu comme "mesures d'urgences", en France mais aussi ici dans la foulée d'influences

quelles mesures-prétextes de lutte contre le terrorisme vont tomber sur la société civile ? ne peut-on pas apprendre, aux niveaux étatiques, des désastreuses réactions étatiques US post Sept 2001?

Écrit par : divergente | 18 juillet 2016

test. 20h03 blog HL 15 juillet 2016 Putain de camion

Désolé, erreur à l'envoi de ce commentaire

Revenir à la page d'accueil du blog.


Myriam Belakowski, le secteur privé (dont commerces) ne peut (heureusement) en aucun cas se substituer aux tâches régaliennes de l'Etat

Patoucha, si vos informations se vérifient : il y a répétition de défaillances multiples dans la surveillance et obligations de "l'Etat de droit" français

cf plaintes déposées contre l'Etat pour non assistance à personne en danger etc. de victimes des attentats précédents

Écrit par : divergente | 18 juillet 2016

Myriam Belakowski, le secteur privé (dont commerces) ne peut (heureusement) en aucun cas se substituer aux tâches régaliennes de l'Etat

Patoucha, si vos informations se vérifient : il y a répétition de défaillances multiples dans la surveillance et obligations de "l'Etat de droit" français

cf plaintes déposées contre l'Etat pour non assistance à personne en danger etc. de victimes des attentats précédents

à craindre, les dérives par les services de l'Etat français, de contrôles numériques et fiscaux, à défaut d'efficacité policières & judiciaires, dans ce qui va être pondu comme "mesures d'urgences", en France mais aussi ici dans la foulée d'influences

quelles mesures-prétextes de lutte contre le terrorisme vont tomber sur la société civile (les français n'apprennent donc jamais de leurs expériences? encore moins de celles des US post-Guantanamo)

Écrit par : divergente | 18 juillet 2016

Myriam Belakowski, le secteur privé (dont commerces) ne peut (heureusement) en aucun cas se substituer aux tâches régaliennes de l'Etat

Patoucha, si vos informations se vérifient : il y a répétition de défaillances multiples dans la surveillance et obligations de "l'Etat de droit" français

cf plaintes déposées contre l'Etat pour non assistance à personne en danger etc. de victimes des attentats précédents

je crains les dérives de contrôles numériques et fiscaux à défaut d'efficacité policières & judiciaires, dans ce qui va être pondu comme "mesures d'urgences", en France mais aussi ici dans la foulée d'influences


quelles mesures-prétextes de lutte contre le terrorisme vont tomber sur la société civile (les français n'apprennent donc jamais de leurs expériences? encore moins de celles des US post-Guantanamo)

Écrit par : divergente | 18 juillet 2016

divergente,

votre message, en premier le 15 juillet 2016 puis à répétition.
Y aurait-il comme un petit problème?

Passons à autre chose.

Nous fûmes plusieurs à quitter le MLF de Lausanne pas d'accord avec le soutien par l'alors Ligue Marxiste Révolutionnaire à nous "accordé".

Mais nous apprîmes de nos amis camarades que le terrorisme n'est en aucun cas un but mais un moyen.

Une fois obtenu ce que visé ou convoité ou trouvé "justifié" cessent immédiatement les attentats raison pour laquelle je dis qu'il faut entrer en communication avec le pire, c'est-à-dire EI Daesch voire califat pour trouver des solutions... influencée par les enseignements du Dalaï Lama bien placé pour savoir de quoi il parle... non faire la guerre, dit-il, la guerre, jamais.
Il serait bon, en l'occurrence, de connaître son avis et d'entendre ses suggestions.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 18 juillet 2016

@ Myriam Belakovsky

" je dis qu'il faut entrer en communication avec le pire, c'est-à-dire EI Daesch voire califat pour trouver des solutions..."

on a des sociétés occidentales faibles, alors là, des solutions comme ça c'est plus de la faiblesse, c'est en dessous.

arrêtons le maternage, on voit où ça nous mêne.

Écrit par : leclercq | 18 juillet 2016

Il me semble qu'avant d'entrer en dialogue avec qui que ce soit, il faut comprendre ses intentions, ses codes et son langage. Sans cela, ce sera un monologue stérile.

Or, de touts les analyste et autres commentateurs précieux de l'actualité, je n'en ai pas entendu beaucoup qui se préoccupaient de comprendre l'autre, au point de pouvoir raisonner dans sa tête. Pas beaucoup mieux au niveau des politiques, quoi que souvent, il existe un grand écart entre ce qu'ils savent (car leurs services leur expliquent avec professionnalisme) et la posture politique qu'ils adoptent.

Écrit par : Archi-Bald | 18 juillet 2016

Myriam Belakovski: vrai, 1 seul msg posté le 15, ré-édition répétée hors ma volonté - ça bugge parfois. absente des blogs ce w-e jusqu'à maintenant + réponse à v/question.

Écrit par : divergente | 18 juillet 2016

@ Leclercq

Maternage (bien que mère) n'est pas dans mes cordes sauf tout petits enfants.

Quand on part en guerre (ce que l'on nous dit et veut nous faire entrer sous le bonnet): "nous sommes en guerre"! on est en mesure de nommer l'ennemi
.
Maintenant nous avons appris que l'ennemi se trouve aussi bien à Paris qu'à Nice ou ailleurs... sous une sous-tasse comme sous un oreiller à l'affût!

L'ennemi a essaimé, l'ennemi, nous dit-on. est partout.
Nous ne tenons donc pas actuellement le couteau par le manche.

Tout attentat se fait au nom d'Allah.

Le clergé catholique est depuis toujours, pour le dire ainsi, plus qu'ouvert à l'islam (sans oublier le statut inférieur des femmes qui peut tenter également des hommes, voire des femmes, opposés au féminisme).

La pastorale, en Romandie, est également proche de l'islam... en aucune manière avec désintéressement... tant il est vrai que nos autorités sont elles à tu et à toi avec les plus riches musulmans tels, par exemple, Qatar ou Arabie saoudite aux contrats juteux.

A choix massacre général ou médiation?

Passons à l'islam?
Tels prisonniers... sans "fatalisme"! se taire tout en observant.

Bruno Bettelheim fait prisonnier en camps allemands destinés aux citoyens récalcitrants qui voyaient d'un fort mauvais œil croître et multiplier les nazis a noté que les prisonniers "fatalistes" (surnommés "muslims") ne s'en sortirent pas.

Vigilance

Même si Dieu n'existe pas le fait de s'adresser à une force d'amour surpassant toutes les autres est un peu comme un support (repère) tremplin permettant sursaut comme "ressort"! résilience

Bouddhisme: "C'est ce que tu redoutes qui arrive!"

Bonne soirée.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 18 juillet 2016

Dans un tran, un réfugié Afghan de 17 ans a attaqué 21 personnes à la hache:

WATCH: Axe attack on train in Germany injures at least 21

German media has reported that at least 21 people were injured, come critically, by a man who attacked them with an axe on a passenger train that was traveling between Würzburg and Ochsenfurt, Germany. The assailant was shot dead by police.

Joachim Herrmann, Bavaria’s interior minister, said the attacker was a 17-year-old Afghan citizen who arrived in Germany as a refugee. This latest rampage of violence in Europe comes just a few days after a man who pledged allegiance to ISIS killed 84 people by ramming a truck into a crowd in southern France.

Écrit par : Patoucha | 19 juillet 2016

Heureusement que ce putain de camion a existé quand on voit els nombreux commentaires ce qui prouve qu'une mauvaise chose peut avoir de très bonnes choses en retour /rire
@Myriam Belakovsky cette phrase plus vous craindrez quelque chose plus elle se manifestera est une parole en or
La peur revient toujours sur celui qui l'exerce pour son seul profit ou son Ego
C'est la seule force des lâches et grâce a au numérique il y en a une sacré légion
Pour autant qu'on connaisse vraiment les gens du bled mais pour cela il faut y être né c'est incroyable le nombre de pépins qui se sont abattus sur la tête des gens qui dénonçaient le moindre pet de travers
En astro on dit que l'eau représente les émotions ,on peut dire que celles ressenties injustement de la part de leurs délateurs sont revenues à leur point de départ tous ayant dû appeler ,les plombiers voir même les pompiers
Très belles journée pour Vous

Écrit par : lovejoie | 19 juillet 2016

@ lovejoie

"Pour autant qu'on connaisse vraiment les gens du bled mais pour cela il faut y être né"

il ne semble que "Nicolai Sennels", les a très bien compris les gens du bled pourtant il n'y est pas né.

http://www.debriefing.org/31511.html

http://marie-masson-gaechter.over-blog.com/article-le-musulman-est-une-eternelle-victime-interview-du-psychologue-danois-nicolai-sennels-83439492.html

http://www.postedeveille.ca/2010/06/musulmans-et-occidentaux-les-diff%C3%A9rences-psychologiques.html

@ Myriam Belakovsky

"Maternage (bien que mère) n'est pas dans mes cordes, la société est maternante fonctionne sur des valeurs féminines. BIG MOTHER

"Quand on part en guerre (ce que l'on nous dit et veut nous faire entrer sous le bonnet): "nous sommes en guerre"! on est en mesure de nommer l'ennemi
.
Maintenant nous avons appris que l'ennemi se trouve aussi bien à Paris qu'à Nice ou ailleurs... sous une sous-tasse comme sous un oreiller à l'affût! "

l’ennemi le maternage le fabrique.

"Il ne fait aucun doute que les accommodements ont fait que les musulmans se sont sentis encore plus forts et qu’ils se sont dit qu’ils avaient raison de les demander. En cédant à leurs exigences, nous leur sommes apparus faibles. Leur mentalité de victimes est devenue encore plus grandes à chaque fois qu’un accommodement leur était fait. Dans la culture occidentale, en retour d’un compromis, nous attendons naturellement de la part des musulmans d’être remerciés et qu’ils fassent un effort de leur côté pour résoudre un problème. Mais les musulmans ne fonctionnent pas comme cela. Dans leur culture, c’est celui qui crie le plus fort qui devient le chef."

Écrit par : leclercq | 19 juillet 2016

suite

http://www.dreuz.info/2015/01/06/nicolai-sennels-psychologue-danois-la-charia-peut-elle-arriver/

"Nos sociétés pacifiques, avec des valeurs sociales et un haut niveau de moralité, ont été exploitées à un degré dévastateur sans précédent, économiquement, culturellement et démographiquement, par des « myriades » d’immigrés musulmans et de réfugiés.

L’Etat providence et des décennies de paix ont mis notre instinct de survie en hibernation, il nous est, dès lors, difficile de comprendre que nous ne surmonterons pas ce défit historique sans avoir recours à la force.

Une approche gentille, qui aurait pu réussir dans des conditions démographiques saines, devient suicidaire quand nous sommes confrontés à une arme de destruction massive comme l’islam. Nous en sommes arrivés là, car trop longtemps nous avons considéré notre liberté comme acquise"

https://www.cairn.info/revue-che-vuoi-2005-1-page-219.htm

" Les politiques se sont crus - ou l’ont fait croire - investis de la mission de délivrer les hommes, non seulement du mal, mais du malheur qui en est le substitut : « Comme ces mères qui préviennent tout désir en calant une tétine entre les lèvres de leurs petits pourtant grands, histoire qu’ils ne fassent pas d’histoires, qu’ils se taisent et s’endorment, leurs besoins repus. »"

"L’auteur ne peut s’empêcher de faire un lien entre cette maternisation du pouvoir et la présence des femmes, non pas réellement dans les sphères du pouvoir, mais dans les instances où l’humain et sa conscience se forment : santé, travail social, enseignement, justice - elles y sont les plus nombreuses. Il dénonce aussi l’appel systématique aux valeurs « féminines » (générosité, sensibilité, douceur…) pour rénover la politique."

http://archives.polemia.com/article.php?id=2045

4/ Féminisation des professions et maternisation du pouvoir.

Michel Schneider, l'auteur de « Big Mother », établit un lien entre la maternisation du pouvoir et la présence croissante des femmes dans « toutes les professions sociales pour la reproduction des individus et de la société : l'école, la justice (des affaires familiales), la médecine » (p. 53).
Michel Schneider met ainsi en perspectives l'importance prise par les femmes dans l'éducation nationale et la justice : importance d'autant plus grande d'ailleurs que, d'une part, l'école tend à se substituer à la famille dans le rôle d'éducation et de formation et que, d'autre part, la révolution judiciaire qui s'est opérée tend à faire du pouvoir judiciaire le premier pouvoir avant même le législatif et l'exécutif. Ajoutons qu'en marge de l'éducation et de la justice on trouve aussi tous ceux qu'on appelle des acteurs sociaux et qui sont souvent les assistantes sociales.
Il résulte de tout cela « la substitution d'un mode donné de contrôle social à l'ancien mode autoritaire, le traitement du déviant en malade, le remplacement de la punition par la réhabilitation médicale, l'emprise des professions d'assistance sur la famille et la société, tous ces traits s'inscrivent dans la croyance que tous les conflits peuvent se résoudre par une assistance maternelle publique qui absout l'individu de toute responsabilité amorale et le traite comme une victime des conditions sociales » (p. 63)."

Écrit par : leclercq | 19 juillet 2016

@Leclercq ne vous en déplaise Monsieur je parle de faits précis auxquels j'ai assisté en direct et non rapportés par la rumeur qui montrent bien l'importance du virus de la blablatomanie actuelle et de ses nombreuses
séquelles cérébrales
Vous aurez aussi remarqué que je n'utilise pas le copié collé,moa!rire
et quand on voit dans quel état se porte le relationnel depuis l'arrivée d'Internet on ne peut que regretter le temps ou les gens meublaient les bistrots grâce à leurs rires et tutti quanti
Et comme l'ordi ne me sert qu'à répondre aux commentaires je pars en courant rejoindre les nombreux non internautes avec qui nous construisons un autre monde qui lui ne se construit pas sur et grâce à l'irrationnel

Écrit par : lovejoie | 20 juillet 2016

@Leclercq je crois que le fait d'avoir prêté allégeance très jeunes au Général Guisan nous permet a nous les derniers survivants de nous différencier du monde actuel
De plus nous pouvons affirmer que la décadence actuel remonte à la première émission TV depuis tout se meurt à petit feu
Ce dernier s'était calmé mais à repris de plus belle avec 'arrivée d'internet seul moyen pour les lâches de faire croire qu'un conflit peut se régler sans se rencontrer et dialoguer ouvertement
Avec les actus en boucle c'est tellement facile de reprendre des infos ou elles étaient restées grâce au balayage instantané de nouveaux faits divers qui eux une fois ayant été cliqués tant de fois seront remplacés par ce qui était resté en jachère journalistique !
C'est vraiment un monde de ploucs /rire

Écrit par : lovejoie | 20 juillet 2016

"seul moyen pour les lâches de faire croire qu'un conflit peut se régler sans se rencontrer et dialoguer ouvertement"

vous voulez dialoguer avec qui avec Daesch !!!

Écrit par : leclercq | 20 juillet 2016

"Vous aurez aussi remarqué que je n'utilise pas le copié collé"

comme ça ça vous évite de chercher et de réfléchir.

Écrit par : leclercq | 20 juillet 2016

Les commentaires sont fermés.