05 juillet 2016

Très hauts salaires : Batum, Giroud, salauds d’exploiteurs !

À 27 ans le basketteur français Nicolas Batum a signé un nouveau contrat de 5 ans aux États-Unis. Il touchera 21 millions d’euros par an, sans l’argent des sponsors. De quoi voir venir. Carlos Ghosn aurait dû devenir sportif.


battu,gons,salaire,pdg,patrons,nia,Ghosn le sauveur

Car en comparaison le PDG de Renault-Nissan ne touche que 15 millions par an, dont seulement la moitié en salaire. Que lui reste-t-il après impôt? Sensiblement moins. Pourtant Carlos Ghosn est régulièrement la cible des gauchos franchouillards. Alors même que le PDG a redressé Renault:

« Or, Carlos Ghosn a pratiquement sauvé Renault d'un désastre industriel pendant les dix dernières années en misant magnifiquement sur le développement de sa filiale japonaise Nissan sur les marchés d'Amérique et d'Orient, grâce à quoi il a pu éviter de devoir délocaliser des usines françaises ou d'y licencier du personnel pourtant en surnombre structurel. 

(…)

Rappelons au passage, en outre, que le résultat de Renault-Nissan pour l'exercice 2015 s'est affiché à un niveau historique : 2,96 milliards d'euros de bénéfice net, en augmentation de 48 % ! Une éclatante démonstration d'un génie de l'industrie automobile qui fête cette année ses 20 ans de présence dans cette grande maison française. Un prodige qu'il faudrait féliciter publiquement au lieu de le dénigrer sans cesse et auquel il faudrait élever une statue pour que d'autres aient envie, plus tard, de lui ressembler. »

 

 

battu,gons,salaire,pdg,patrons,nia,Batum le joueur

Le salaire de Batum n’a pas suscité de dénonciation rageuse dans les médias. Ceux-ci sont pourtant rapides à relayer la parole post-marxiste sur les différences de revenus, sur les petits face aux gros, sur la supposée injustice que ces différences illustreraient.

Il vaut mieux être un riche sportif qu’un riche PDG en France. L’Euro 2016 le montre encore: ces multimillionnaires qui courent sur les terrains sont adulés, aimés, admirés, ovationnés. Le fric dégouline de partout, même après impôts, en rivières gonflées, en vagues phénoménales, en pluies inouïes. 

Ces cadors au sourire télégénique comptent discrètement, hors caméra, combien de millions l’heure et demie de match vient de leur faire encaisser. Ils étudient comment ils pourront s’acheter à la fois la Bugatti Vayron, la baraque de 600 m2 sur les hauts de Malibu, et la top model la plus sexy qui soit à vendre sur le marché. La richesse s’accompagne presque toujours des plus belles femmes, mises en vitrine dans les loges VIP.

 

battu,gons,salaire,pdg,patrons,nia,Petits vs gros

Les hauts salaires tirent l’activité économique vers le haut. Ces gros poissons alimentent les caisses et génèrent de nombreuses activités annexes. Devraient-ils renoncer à leurs revenus ou en être amputés légalement à cause d’une morale fondée sur la jalousie? Les personnes de talent ne pourraient-elles un jour plus accumuler de quoi développer leurs propres affaires et créer de la richesse?

À quoi sert-il d’avoir du talent en France? Ce pays hait ses PDG, ses patrons, et tout ce qui réussit. Il culpabilise l’argent et le succès. 

Et voilà que le petit Batum, enfant du peuple, devient lui aussi un gros poisson, donc dans l’idéologie en cours il devient un exploiteur. Un nouveau salaud d’exploiteur, forcément. Quant au footballeur Olivier Giroud, qui fait le bonheur de l’équipe de France de l’Euro, il aurait touché 82 millions d’euros entre juin 2015 et juin 2016.

Un autre salaud d’exploiteur. Forcément. Il gagne sur le dos des petits spectateurs qui vont aux match avec le budget loisir que leur laisse leurs maigres revenus, ou des petits acheteurs qui croient ses publicités et achètent les produits qu’il promeut en pensant qu’ils sont meilleurs.

Batum, salaud, le peuple aura ta peau. Giroud, grigou, le peuple te tordra le cou.

 

 

 

10:06 Publié dans Philosophie, Politique, société | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : battu, gons, salaire, pdg, patrons, nia | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Comme vous le dites, ces millions qu'ils empochent ne restent pas dans leur poche, ils sont redistribués selon la plus pure idéologie socialiste: Ces "riches" achètent des produits de luxe (ou non) et alimentent ainsi des industries avec des milliers d'employés qui y gagnent leur vie.
Contrairement aux impôts extorqués par l'Etat (le salaud le plus riche), il ne prennent que de l'argent qui leur est donné volontairement, par les spectateurs, les médias, les sponsors.

Écrit par : Ben Palmer | 05 juillet 2016

Les salaires incompréhensibles des footballeurs sont, à mes yeux, juste un aspect du phénomène-foot.
J'essaye de comprendre, pourquoi ce sport est à la fois tellement populaire ( aimé et pratiqué par le plus grand nombre, et à travers le monde, déjà par de petits enfants, qui semblent avoir le réflexe inné de shooter dans un truc un peu rond qui traîne par terre) et en même temps tellement élitiste, de par les salaires des joueurs, mais aussi parce qu'il y a ces instances nationales et supra-nationales comme la FIFA.

Il me semble qu'on manipule des foules avec tout ce ram-dam et cela même sans qu'il y ait un Eurofoot ou un Mondial, à commencer par les produits dérivés.
En Suisse, c'est moins voyant que dans d'autres pays.

On dirait que les gens ( sont-ce surtout des hommes ?) perdent tout sens critique, lorsqu'il s'agit de foot ! C'est probablement pour ça que les immenses salaires révoltent peu.
Les joueurs ont quelque part un statut de demi-dieux, même inconsciemment. Ils représentent probablement une sorte de "joker" dans l'imaginaire des gens, comme le gain du gros lot à l'Euromillions : de temps en temps, quelqu'un tombe sur le bon numéro.
Les joueurs sont souvent des frimeurs de première, comme si ce succès tant sportif que financier était forcément ingérable. Je ne crois pas que je ferais mieux à leur place ... Que je garderais mon ancienne voiture et chercherais une fille simple et pas frimeuse comme compagne ! ;-)))

De plus, si on investit des joueurs d'une mission patriotique symbolique, on nage dans l'irrationnel de toute façon. Alors les salaires ? Plus personne n'y pense, pourvu qu'on ait l'ivresse. ( voir les visages peints, les déguisements, la motivation de s'organiser pour avoir les billets et se déplacer aux matches à l'étranger - ça me fatigue, rien que d'y penser !)

Et que dire des hooligans, qui utilisent certains matches pour se défouler et casser la figure de gens qui ne leur ont probablement encore rien fait ?!?!

Non vraiment, tout ça est très bizarre.

A la fin, on peut certes regarder un match à la télé, sans tous ces chichis. En voyant les stades colorés de monde enthousiaste, je me dis que sans eux, ce ne serait pas pareil. Ils sont bien bons de se démener comme ça et d'entretenir cette sorte d'hystérie collective, qui peut aussi avoir un côté bon-enfant.
Dans ce contexte, les salaires mirobolants sont peut-être le prix à payer pour ces moments d'exaltation.
Tant que cet argent vient des seuls enthousiastes, je ne me sens pas exploitée ou dépouillée.

Écrit par : Calendula | 06 juillet 2016

@Calendula

- « Tant que cet argent vient des seuls enthousiastes, je ne me sens pas exploitée ou dépouillée. »

Vous allez bien rigoler.

C'est l'argent que les "enthousiastes" et les beaucoup moins "enthousiastes" donnent au marques qui font de la publicité, ainsi que ceux qui paient la redevance tévé, l'abonnement internet, l'abonnement TV, l'abonnement smartphone, l'abonnement Natel, ... et ceux qui donnent de l'argent aux "marques" qui font de la publicité ... à la tévé, dans votre internet, sur votre smartphone, dans votre boîte aux lettres, et partout ailleurs, ... qui permet justement à ces marques de faire de la ... publicité ... pour payer ...

... les "salaires incompréhensibles des footballeurs",
... les "instances nationales et supra-nationales comme la FIFA",
... la sécurité "des foules" et de "tout ce ram-dam",
... les avocats qui s'occupent des droits de voir les matchs,

- « sans qu'il y ait un Eurofoot ou un Mondial »

... et les avocats qui s'occupent des droits des images qui disent "Eurofoot" ou "Mondial",
... et les avocats qui s'occupent des droits de vendre des ... "produits dérivés".

- « On dirait que les gens ( sont-ce surtout des hommes ?) perdent tout sens critique, ... »

C'est fait pour. C'est l'effet ... "Impulse" ... de la ... publicité :-)

"Impulse", il me semble, en français, ca veut dire ... "compulsif", ... comme "achat compulsif", non ? Ou la manifestation d'un des "signes et symptômes" du TDAH ... "Trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité"

https://fr.wikipedia.org/wiki/Trouble_du_d%C3%A9ficit_de_l'attention_avec_ou_sans_hyperactivit%C3%A9
http://www.tdahadulte.com/deficit-d-attention-adulte/symptomes-tdah-adulte/

- « C'est probablement pour ça que les immenses salaires révoltent peu. »

Oui. Un autre effet de la ... publicité :-).

Probablement parce que les gens se révoltent beaucoup moins quand ils voient que ceux qui gagnent beaucoup d'argent le montrent souvent, ... en fait, le plus souvent possible, ... parce que c'est très bon pour les banquiers, les assureurs, les vendeurs de produits de luxe, et tous ceux qui aiment l'argent et la liberté ... de l'argent, ... et la libertà de pouvoir en dépenser beaucoup. (C'est très bon pour l'économie, surtout quand on dépense à crédit comme le disent très souvent les publicités VISA/MASTERCARD.).

- « Les joueurs ont quelque part un statut de demi-dieux, même inconsciemment. »

Oui. Probablement que, en plus de pouvoir dépenser beaucoup d'argent, ca leur permet certaines choses que d'autres "gens" ne peuvent pas faire.

- « Ils représentent probablement une sorte de "joker" dans l'imaginaire des gens, comme le gain du gros lot à l'Euromillions. : de temps en temps, quelqu'un tombe sur le bon numéro. »

Oui. Il me semble que, les gens rêvent souvent d'avoir beaucoup d'argent, de gloire, et de marquer des buts, mais pas nécessairement d'être comme les joueurs sont en dehors du terrain de foot, ... probablement parce qu'on le montre beaucoup moins souvent. Et puis, ce qu'on voit sur les terrains de foot, c'est très "codifié". Comme une messe.

- « Les joueurs sont souvent des frimeurs de première, comme si ce succès tant sportif que financier était forcément ingérable. »

C'est pour ça qu'ils ont aussi des bons avocats et des bons contrats les forçant à bien se tenir .. sur le terrain de football (c'est leur contrat de club de football), ... et en dehors des terrains de foot (c'est les contrats avec les marques, mais pas nécessairement des contrats qu'ils ont signés eux-mêmes.).

- « De plus, si on investit des joueurs d'une mission patriotique symbolique, on nage dans l'irrationnel de toute façon. »

Ben oui. Tiens, je me demande quelle sorte de contrat ils ont avec la ... "patrie" ?

- « Et que dire des hooligans, qui utilisent certains matches pour se défouler et casser la figure de gens qui ne leur ont probablement encore rien fait ?!?! »

Ah ben, eux ils ont des contrats, probablement, mais pas forcément des contrats de footballeurs. Ptet qu'ils ont des contrats de ... patriotisme ?

- « Dans ce contexte, les salaires mirobolants sont peut-être le prix à payer pour ces moments d'exaltation. »
- « Tant que cet argent vient des seuls enthousiastes, je ne me sens pas exploitée ou dépouillée. »

Vous allez bien rigoler ... ;-)

Écrit par : Chuck Jones | 08 juillet 2016

@Chuck Jones,

Vous avez tout à fait raison de rebondir de façon critique sur mon idée qu'on pourrait regarder un match à la télé, sans participer au financement des salaires hallucinants. Vous avez raison : on ne peut pas, mais on peut essayer. ;-))

Il y a l'aspect "redevance" et l'aspect "pub", financement indirect par chaque téléspectateur et même habitant du pays.
J'y ai bien sûr réfléchi ...
Rigoler ? C'est la meilleure réponse dans un tel cas, parce que mieux vaut en rire...
Mais je vais malgré tout continuer mon argumentation, même si elle n'est pas super-rigolotte !

Je ne pars pas de l'idée que le foot devrait être gratuit, il est "normal" qu'on paie quelque chose.
La question posée par le billet est : pourquoi les médias ou l'opinion publique ne se révoltent-ils pas davantage, puisqu'ils s'offusquent des très hauts salaires des grands patrons ?
Ma réponse est : tout ce qui concerne le foot se passe dans une certaine irrationalité et on pardonne tout, pour avoir l'occasion de vibrer.

La redevance, comme tout impôt, est une source de mauvais sang assuré. Il suffit de lire et écouter tout ce qui se dit à ce sujet. Je considère toutefois, que les env. 500fr/ annuels me permettent l'accès à 365 jours d'offres diverses et variées, dont le foot ne représente qu'une toute petite partie. Attention : je ne dis pas que je trouve la redevance tout à fait adéquate, je veux simplement relever le fait que le foot fait partie d'un tout.
Si les chaînes publiques renonçaient à diffuser le foot (ou tout autre sport), pour faire baisser la redevance, les fans ( pas toujours fortunés), devraient s'abonner à des chaînes privées spécialisées.

Ensuite la pub à la télé : j'arrive à l'ignorer presque en entier, mais ça a un prix, puisqu' avec les nouvelles technologies, on peut arrêter l'émission en cours, aller faire autre chose, revenir, sauter la pub et continuer à regarder comme si de rien n'était.
Ce système fait partie d'un tout plus vaste, au delà du foot, qui permet de choisir tout ce que je veux enregistrer, regarder en différé etc. C'est cher et je ne suis pas en train de faire de la pub ;-))), mais je préfère payer ça et ne pas acheter un smartphone tous les 3 ans.
C'est tout ça que j'appelle " regarder à la télé sans chichis" - mais il y a effectivement un prix à payer. Cet argent-là ne va pas en grande quantité aux requins du foot.

Le fond de mon propos était d'affirmer que l'aspect salaire n'est qu'un aspect de tout un phénomène assez irrationnel.
Les supporters enthousiastes ont une sorte de "culture" et la logique du non-supporter ne fonctionne pas face à cette culture-là.
L'aspect patriotique ou clanique ne se décrète pas, ça marche ou ça ne marche pas. En France, on voit bien que le contrat de patriotisme est compliqué !! On ne supporte qu'une équipe qui se comporte selon un certain code d'honneur et surtout : qui gagne ...
Cet univers-là repose probablement sur le sentiment d'appartenance et à un niveau très simple. Il y a une bannière, des gens qui se "battent" physiquement et des spectateurs qui vivent quelque chose par procuration et en groupe.
Je comprends ça sans aucun problème. Lorsque l'équipe suisse joue, je suis tellement crispée, que je ne peux presque pas regarder. J'ai tellement envie qu'elle gagne ... Je sais que c'est ridicule, mais c'est plus fort que la raison. Ainsi, je regarde plutôt des matches qui ne me font pas d'effet personnel.

Écrit par : Calendula | 09 juillet 2016

@Calendula

Pardonnez, s'il vous plaît, ma "violence symbolique", (Le poids de la raison, le choc des idées ;-)) comme le dit une autre blogueuse TdG. Profitant de notre dialogue à peu près rationel, c'est pour en faire jaillir des idées que j'entrevois, mais que je n'arrive pas à saisir seul. Pas du tout pour vous nuire. ;-)

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/07/08/mourir-d-aimer-le-football.html

- « Ma réponse est : tout ce qui concerne le foot se passe dans une certaine irrationalité et on pardonne tout, pour avoir l'occasion de vibrer. »

Comme la guerre (le droit ou l'obligation de se défendre) et l'industrie de l'armement ?

Comme le port d'armes et l'industrie de l'armement (L'équivalent du port du voile et l'industrie islamique du voile dans les pays musulmans) ?

- « Ce système fait partie d'un tout plus vaste, au delà du foot, qui permet de choisir tout ce que je veux ... »

Comme les gens en Europe pouvaient choisir ce qu'ils voulaient entre 1939 et 1945 ?

Comme les vietnamiens morts ont pu choisir entre l'indépendence et la mort entre la colonisation et le communisme ?

Comme les irakiens morts ont pu choisir comment mourir entre Saddam et George I et George II, et entre avoir ou ne pas avoir de pétrole ?

Comme les afgans ont pu choisir entre être musulmans, talibans ou guantanamoéens ?


- « Cet argent-là ne va pas en grande quantité aux requins du foot. »


Quand vous parlez de "grande quantité", à quelles quantité pensez vous ?

Quand vous parlez de "requins du foot", à quels "requins" précisément pensez vous ?

Le principe n'est il pas que tout le monde paie, un peu, même si tout le monde ne veut pas ? Par exemple, pour l'industrie de l'armement ?

Ou pour la publicité pour les élections, comme la campagne publicitaire pour Donald Trump ?

La publicité pour les choses simples, et faciles à comprendre, pour pas cher, gratuit, comme des images, et les pubs qui communiquent par images et des idées simples, exprimées simplement, bref, l'obsolence de l'écriture, non pour montrer des différences, mais pour les éliminer, ... par "efficacité" ... financière ... et politique ?

Par exemple pour voter des lois instaurant des monopoles, comme les ... droits d'auteur ... ou ... la "propriété intellectuelle" (PI), prétextant la ... "protection des investissements" ... pour créer un droit de protéger ... le "capital", le capitalisme, et son véhicule contemporain ... le dollar, mais surtout le pouvoir que son contrôle confère, sur les monnaies des autres pays ?

Mais peut-être est-ce à cause du mythe que le dollar a été créé pour les pauvres ou pour les esclaves, même si ceux qui contrôlent le dollar, (les piles de dollars, et ceux qui doivent utiliser le dollar), leur laissent croire que la révolution américaine et le dollar les a libérés, et que pour défendre leur liberté, les pauvres et les anciens esclaves et leurs enfants doivent tuer ou se faire tuer s'il veulent rester ... libres ... d'utiliser le ... dollar.


- « Les supporters enthousiastes ont une sorte de "culture" et la logique du non-supporter ne fonctionne pas face à cette culture-là. »

Comme les supporters de Donald Trump ?

- « L'aspect patriotique ou clanique ne se décrète pas, ça marche ou ça ne marche pas. »

Pourtant ça a l'air de bien marcher pour Trump et certains banquiers qui travaillent en ... dollars ?

- « Cet univers-là repose probablement sur le sentiment d'appartenance et à un niveau très simple. »

Oui. Avec des images et des idées, très simples, et beaucoup, beaucoup de publicité ... vraiment très simple, mais surtout vraiment pas cher.

Et ceux qui ne peuvent pas payer, seront privés de foot (PI, droits de diffusion devenant des droits de voir via le principe d'un abonnement), et de livres (PI, droits de lire via les droits d'auteur), et d'éducation (école privée) et de paysages (réservés à des détenteurs de propriété privée) et d'arbres, de fleurs, de fruits, d'animaux (PI, OGM, brevets sur le vivant) puisque grâce à la publicité simplifiée, les idées même de ... réalité ... et de ... nature ... se confondent avec la réalité virtuelle et la retouche des images.

Bref ... la culture du faux, qui progressivement substitue la question existentielle d'identité ... "Qui suis-je ?", par ... "A quoi je sers ?", ... ce qui est tout à fait normal à l'heure où les robots remplacent les salariés, et où, avec l'appauvrissement de l'éducation, les mots commencent à manquer dans la conscience collective pour dire que les hommes ne sont pas vraiment des animaux ... d'élevage, ... comme des moutons, ou des cochons, ou des boeufs ou des chevaux, ou des chiens, ou des tas d'autres animaux ... vraiment très utiles, ou très appréciés en cuisine, ... quand ils ne sont pas tout simplement ... nuisibles.


- « Il y a une bannière, des gens qui se "battent" physiquement et des spectateurs qui vivent quelque chose par procuration et en groupe.
Je comprends ça sans aucun problème. »

Comme la guerre des temps anciens ? Ou le hooliganisme ?


- « Lorsque l'équipe suisse joue, je suis tellement crispée, que je ne peux presque pas regarder. J'ai tellement envie qu'elle gagne ... Je sais que c'est ridicule, mais c'est plus fort que la raison. Ainsi, je regarde plutôt des matches qui ne me font pas d'effet personnel. »

Trop violent quand c'est la Suisse qui fait la guerre ? Ou vous n'avez pas assez confiance ? Quand l'issue est vraiment ... certaine ... ou incertaine ? Comme un billet gagnant d'Euromillions ?

Ou ptet parce que la Suisse ne fait pas souvent la guerre, alors on croit que c'est violent et alors on a peur ... que la Suisse gagne, parce qu'on n'a pas _l'habitude_ de la guerre, ... ou de gagner des guerres de foot ?

Parce que la USA, elle a _l'habitude_ de gagner des guerres, tellement l'habitude que quand elle perd, ben ca lui fait un choc ... violent. Et quand ca arrive, avec la publicité et l'argent qu'a recolté ceux qui font de la publicité, ben ils répètent très souvent que la USA, elle a gagné la coupe du Vietnam, la guerre contre l'indépendence, celle des Vietnamiens. 2 fois. Puisque la USA ont éliminé l'indépendence des vietnamiens puisqu'ils sont devenus prisonniers des communistes, et quand la USA a gagné la guerre contre le communisme.

Vous croyez que la USA avec Captain Donald "Un deal avec moi ou contre moi" Trump, va gagner la coupe de Dallas ?

Écrit par : Chuck Jones | 09 juillet 2016

@ Chuck Jones,
Là, je déclare forfait. C'est trop compliqué, trop long, trop disparate, trop chronophage.
Je découvre ça après avoir essayé de répondre au sujet de l'article de "Die Welt" . Je ne veux surtout pas me dérober lâchement, mais il m'est impossible d'entrer en matière en détail.

Mes choix télévisuels ne sont pas à mettre en rapport avec 39-45. Elles ne le méritent pas.
Les requins du foot, ce sont tous les gens que vous citez dans votre commentaire qui précède le mien : avocats, communicants, pontes de la FIFA et de l'UEFA.
Je suis réfractaire à la pub, je m'en méfie totalement et il est clair que c'est une sorte d'opium du peuple.
Trump : je pense qu'il va dire plein d'horreurs et déclarer que toute critique de sa prose est un complot. Il se sabordera, ne sera pas élu et pourra ainsi continuer à jouer au génie incompris. Sa non-élection sera la preuve qu'il a raison: tout le monde est con et corrompu sauf lui.

J'échange volontiers, mais à une échelle moins vaste, svp !

Écrit par : Calendula | 09 juillet 2016

@Calendula:

- « Mes choix télévisuels ne sont pas à mettre en rapport avec 39-45. »

Oui. Je comprends. Pardonnez-moi. Je cherchais juste à comprendre le sens de vos propos. Par exemple ...

... "Ce système fait partie d'un tout plus vaste, au delà du foot, qui permet de choisir tout ce que je veux ..."

Quand je faisais allusion à "39-45", je me demandais si le "système" en question n'était pas ... la publicité, ... ou plutôt la propagande employée par les nazis pour convaincre les allemands à aller refaire la guerre et causer la mort de plusieurs millions d'entre eux, allemands, dont beaucoup n'étaient pas nazis.

Et quand vous dites ... "tout plus vaste, au delà du foot" ... je me demandais si vous faisiez allusion à la politique, ou aux fabricants/investisseurs de biens de consommation, grands clients de publicité.

- « J'échange volontiers, mais à une échelle moins vaste, svp ! »

Oui, je comprends tout à fait. Merci beaucoup pour cet intéressant échange d'idées.

Écrit par : Chuck Jones | 09 juillet 2016

Les commentaires sont fermés.