06 juin 2016

Le ramadan est-il vraiment un jeûne spirituel ?

Le mois de ramadan commence aujourd’hui. Le jeûne rituel de l’islam doit-il être considéré comme un vrai jeûne, avec ses effets physiologiques, psychologiques, et spirituels? Ou comme un simple exercice social? Je penche pour la deuxième proposition. Voici la raison. 


jeûne,ramadan,privation,spirituel,thérapie,naturopathie,Physiologie

Le jeûne est naturel. Il se produit chez les animaux comme chez les humains, pour cause de maladie ou par nécessité. La nécessité est par exemple l’absence périodique de nourriture. Comme souligné par wikipedia, la physiologie de nombreuses espèces, dont l’espèce humaine, est adaptée aux problématiques de manque.

En effet la pénurie est le lot historique des espèces, à quoi elles doivent impérativement s’adapter pour survivre. La situation d’abondance alimentaire permanente, quotidienne, est récente dans notre histoire, et date environ du XXe siècle. 

Notre physiologie et notre psychologie sont davantage programmées pour affronter la pénurie. Par exemple, notre physiologie change en cas de jeûne: le corps transforme ses sucres et graisses de réserve pour disposer d’énergie, et préserve aussi longtemps que possible ses tissus précieux: protéines et système nerveux. Entrer dans cette gestion de la privation demande plusieurs jours. Tout repas pris à la fin d’un jour de jeûne interrompt le processus physiologique et relance les mécanismes du désir. Il n’y a physiologiquement pas d’effet cumulatif et thérapeutique et alimente le système de frustration induit par le manque, sans donner les moyens de s’en détacher (la durée).

Le jeûne est en usage traditionnellement dans les médecines douces, mais la médecine lui reconnaît aussi des qualités thérapeutiques.

Physiologiquement un jeûne court est compté entre un et trois jours d’abstinence de nourriture solide. Par expérience je dirais que trois jours est le minimum pour commencer à voir les effets bénéfiques de cette privation.

 

jeûne,ramadan,privation,spirituel,thérapie,naturopathie,

 

Psychologie

Le jeûne doit être abordé avec conscience. Le corps s’y prépare. L’esprit aussi. Il faut être déterminé à se passer de nourriture et ne plus satisfaire ses envies.

Dans les pays chrétiens le carême a été et est encore le jeûne classique d’inspiration religieuse. Il dure 40 jours. La nourriture n’est cependant pas supprimée mais allégée, et si possible sans produits animaux. Cette durée de 40 jours n’est pas si difficile à tenir car on mange, même si c’est nettement moins en quantité. Mais ce n’est pas un jeûne complet.

Par ailleurs entrer dans cette quarantaine demande d’accepter initialement la privation et de la comprendre non comme un stress, mais comme une opportunité positive. Se priver n’est pas une peine, une sentence de la nature: c’est une fête.

Au plan psychologique on a donc intérêt à pratiquer l’inversion des données et à transformer en positif ce qui habituellement est vécu comme une perte ou un drame – la mémoire des anciennes famines restant vive dans les inconscients. Le manque aiguise le besoin, la frustration, l’angoisse. C’est là le travail psychologique: désamorcer ces fonctionnements ataviques, psycho-physiologiques, stressants, au profit d’une attitude mentale d’observation de son corps et de sa manière d’être au monde.

Jeûner c’est être capable de voir le monde avec distance, de l’analyser avec lucidité – cette belle lucidité que procure le jeûne à partir du 3ème jour.

 

 

jeûne,ramadan,privation,spirituel,thérapie,naturopathie,Spirituel

Pendant les deux premiers jours de jeûne, le manque est vif et le désir de manger grand. Au troisième jour environ le corps s’apaise. L’esprit aussi. Les fatigues du début laissent place à une nouvelle énergie.

Par spirituel j’entends la capacité à prendre du recul sur soi, sur sa relation au monde, sur notre dépendance ou soumission aux besoins primaires: manger et boire.

Pour obtenir cette dimension spirituelle du lâcher-prise, de la distance à l’égard de notre part animale et dépendante, de la non-récrimination, et donc d’une plus grande liberté intérieure à l’égard du monde, les trois premiers jours sont à mon avis nécessaires. Si l’on peut aller à 7 jours, ou plus, c’est encore mieux.

Les étapes du jeûne sont connues. Ayant jeûné à plusieurs reprises, dont une fois pendant 33 jours, j’ai traversé certaines de ces étapes. Elles sont inaccessibles en 12 heures. Pourtant, médicalement, on admet la définition du jeûne comme une abstinence d’une nuit, ou de plus de 6 heures sans nourriture. Il fallait bien poser une limite inférieure.

Mais je le maintiens: ne pas manger ni boire le jour et remanger le soir, ce n’est pas un jeûne, ni physiologique ni spirituel. Dans cette cadence même ses effets psychologiques et physiologiques en sont anecdotiques. Juste de quoi rester au stade du manque, sans franchir les étapes qui nous mèneraient vers la dimension spirituelle. Et je n’évoque même pas ceux qui s’empiffrent au coucher du soleil. Ils sont passés complètement à côté de l’objectif.

De plus la privation diurne puis le repas du soir créent un système privation-récompense déséquilibré et anxiogène. Le corps, et sa psychologie, apprennent à être déstabilisés et frustrés sans être invités à entrer dans la durée, qui permet de dépasser ce stade.

Ce type de jeûne n’est pas une démarche spirituelle. C’est ce que l’on nommerait un jeûne intermittent, plutôt intéressant pour perdre un peu de poids, pour autant qu’on le maîtrise. Le vrai jeûne est une pratique plus exigeante.

 

 

 

08:52 Publié dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (91) | Tags : jeûne, ramadan, privation, spirituel, thérapie, naturopathie | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Je suis plutôt favorable aux pratiques culturelles raisonnables, qu'elles soient d'inspiration religieuse (ce qui est le cas la plupart des cas, si on tient compte de leurs origines historiques véritables) ou non. Mais tel qu'il est pratiqué par le plupart des Musulmans, le Ramadan est est très manifestement néfaste pour la santé et pourrait certainement être rendu plus compatible avec les nécessités fondamentales des corps et des esprits des croyants de cette religion.

Écrit par : Mère-Grand | 06 juin 2016

Cher hommelibre,

- « Le ramadan est-il vraiment un jeûne spirituel ? »
- « Le jeûne est naturel. »

Intéressant. Je veux dire la définition du cnrtl.fr.
http://www.cnrtl.fr/definition/je%C3%BBne

A. - Privation partielle ou totale (à l'exception, le plus souvent, d'eau), forcée ou non, de toute alimentation pendant un certain temps.

Ils parlent pas de la ... _nature_.

- « ... la distance à l’égard de notre part animale et dépendante ... »

Et ils parlent pas non plus de ... "notre part animale et dépendante".

- « ... de la non-récrimination, et donc d’une plus grande liberté intérieure à l’égard du monde ... »

Non plus.

- « Pourtant, médicalement, on admet la définition du jeûne comme une abstinence d’une nuit, ou de plus de 6 heures sans nourriture. »

Ah ! Une autre définition du "jeûne" ?

- « Il fallait bien poser une limite inférieure. »

Euh ... et pourquoi ... le "fallait"-il ? Et si c'est si important, pourquoi est-ce que ceux qui écrivent les dictionnaires ne l'ont pas ajouté à la "définition du jeûne" ? Vous croyez qu'ils ont oublié ? Ou qu'il n'y avait pas assez de place dans le dictionnaire ?

- « Ayant jeûné à plusieurs reprises, ... dont une fois pendant 33 jours ... »
- « Mais je le maintiens: ne pas manger ni boire le jour et remanger le soir, ce n’est pas un jeûne, ni physiologique ni spirituel »

Donc, ... ce n'est ni un jeûne pour des _bonnes_ raisons ... _médicales_, ... ni un jeûne pour des _bonnes_ raisons ... _religieuses_.

Je me demande ... est-ce qu'il faut avoir des _bonnes_ raisons "médicales", ... ou des _bonnes_ raisons "religieuses" pour ... jeûner ? Ou bien c'est interdit et il faut avoir une ... _permission_ ? Moralement, je veux dire ? Est-ce que, par exemple ... il y a des _mauvaises_ raisons pour jeûner ? Par exemple ... le jeûne _politique_ ? Ou bien ... le jeûne _économique_ ? Et est-ce qu'il ne pourrait pas exister une autre définition du "jeûne" ... comme le _jeûne médiatique_ ? Là où je suis pas certain, c'est la défintion à donner au ... _jeûne médiatique_. Est-ce que ... _être "privé" de télé ... c'est plutot ... Ne plus _regarder_ la télé ? Ou plutot ... Ne plus _passer à_ la télé ?

- « Ce type de jeûne n’est pas une démarche spirituelle ... »

Dans la mesure où ... le seul type de jeûne à "démarche spirituelle" que vous avez évoqué est ... "Dans les pays chrétiens le carême" ... c'est très compréhensible.

Ptet que ça vient du fait que ... "Le ramadan" ... ben c'est pas un _jeûne spirituel_ ... "chrétien" ... parce que "Le ramadan" est un jeûne spirituel _pasnous_. Ou ptet parce que c'est un _jeûne spirituel_ qui se pratique surtout ... _dans les pays musulmans_ ... et donc c'est aussi un jeûne spirituel _pasdecheznous_.

Et ptet ben que ça suffit pas ... de surtout bien se regarder soi-même ou chez soi ... pour expliquer pourquoi les gens d'ailleurs font des choses qu'on comprend pas. Mais comme ça prend vraiment trop de temps d'apprendre leur langue et leur culture pour leur demander, on préfère trouver les réponses dans notre bonne vieille culture chrétienne, la culture ÀNOUS ... puisque ca fait des siècles qu'elle nous fournit toujours les mêmes réponses _ànous_ à toutes ces mêmes questions ennuyeuses et dérangeantes qu'on nous pose, depuis presque aussi longtemps que _la bible_ existe dans les pays CHEZNOUS, ... sur les "pasnous" et les "pasdecheznous".

Et quand on comprend pas les _bonnes raisons_ pasnous pour expliquer les _choses pasnous_ que les pasnous font et qu'on ne comprend pas, ... ou qu'on a pas des _bonnes raisons_ ànous pour laisser les pasnous faire des choses pasnous, même si certaines choses pasnous on les comprend, ... ben vaut mieux alors leur interdire de faire toutes ces _choses pasnous_ ... plutôt que de les laisser faire _ces choses pasnous là_ ... pour des _mauvaises raisons_ ànous, ... surtout quand c'est des choses qu'on fait pas quand on a _que des bonnes raisons ànous_, puisqu'on est pas des _pasnous_, nous, ... et que ça pourrait donner des idées aux ànous qu'on aime pas et qui rêvent de devenir des pasnous.

Oui c'est compliqué. Ce qui explique pourquoi c'est tellement plus simple d'interdire le pasnousïsme, convertir tous les pasnous au ànousïsme, supprimer tous les pasnous qui veulent pas, et rebaptiser les pays pasdecheznous en cheznous. Et enfin, on pourra s'occuper de ce petit village d'irréductibles ànous qui rêvent de devenir des pasnous. Ils sont fous ces ÀNOUS !

Écrit par : Chuck Jones | 06 juin 2016

"Ou comme un simple exercice social?"
Pas comme un exercice, mais comme un contrôle social. Ou si vous voulez comme un exercice de contrôle social.

"Et je n’évoque même pas ceux qui s’empiffrent au coucher du soleil."
Durant cette période, les gens mangent plus qu'en temps ordinaire. Bien souvent ils se lèvent avant le lever du soleil pour encore manger et boire. En plus comme ils dorment moins, le travail devient du n'importe quoi.

Il n'est pas possible de jeûner pendant 33 jours sans conséquences graves pour la santé.

Écrit par : Charles | 06 juin 2016

Une manière de perdre du poids pour ceux qui n'en foutent pas une la journée et veille toute la nuit et la mort pour les moins nantis qui travaillent comme des esclaves en plein soleil.

Écrit par : Cyrano | 06 juin 2016

Je me demandais qui serait le premier à tirer sur le ramadan. Bravo homme libre, vous êtes le vainqueur.
Je ne vais pas me permettre de critiquer votre article, vous jugez le jeûne sur ce que vous avez vécu.
Mais il ne vous est pas venu à l'idée, que le ramadan n'est pas qu'un jeûne alimentaire?

j'attends la suite des commentaires avec impatience,....

Écrit par : omar n'explique pas | 06 juin 2016

"Mais il ne vous est pas venu à l'idée, que le ramadan n'est pas qu'un jeûne alimentaire?"

J'ai mon idée sur ce fameux ramadan, mais j'ai pas envie de m'exprimer ici, car ce site est aussi infecte qu'un site des islamistes extrémistes.

Écrit par : Locataire | 06 juin 2016

"car ce site est aussi infecte qu'un site des islamistes extrémistes."

C'est le site de la TdG... LOL

Écrit par : Patoucha | 07 juin 2016

Le ramadan n'est qu'une série d'obligations, d'interdictions, c'est le machin des musulmans, privés de Liberté de penser et agir.

heureusement que de plus en plus d'entres-eux sortent de l'islam ou n'écoutent que leur besoin d'idéal de vie hors du concept aux croyances pourries.

Écrit par : Pierre NOËL | 06 juin 2016

Bourguiba s'en était pris au jeûne du ramadan en faisant cette déclaration aux arabes tunisiens:

Dieu a levé un doigt, les Juifs ont compris 1jour, les Chrétiens (?) et vous 1 mois.... Pourquoi pas une année? ..........

Je ne vous dis pas le tollé général soulevé par son discours!

Écrit par : Patoucha | 06 juin 2016

Le jeûne permet d'améliorer sa ligne.
Bon pour la santé mais dès qu'il devient "obligation" dite spirituelle sachant que les personnes de l'islam concernées mangent au moins le soir le double de ce qu'elle mangent habituellement en période de non jeûne de ramadan il y a de la mascarade dans l'air... mais nous n'avons pas à juger... En jeûnant, à commencer pour simple raison de ligne, on peut se laisser interpeller par la situation de personnes malades ou ailleurs mourant de faim ... solitaires, accablées, abandonnées...ce qui conduit, quant à la foi à s'interroger sur Dieu ce père qui "nourrit les petits oiseaux*...!
Les femmes musulmanes sur cet Allah qui a laissé s'installer le statut concernant les femmes que l'on sait... ce qui n'empêche nullement une femme catholique à chercher en quoi concernant les femmes et l'église... le pape François dit autre chose que ses prédécesseurs et le monde protestant sur l'évangélique dite "sclérose" du cœur.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 07 juin 2016

@ Omar: le ramadan serait-il interdit de discussion? De critique? Qui l’aurait décidé? Et ne critique-t-on pas ouvertement tel ou tel aspect du christianisme?

Pas d'interdit, pas de discours "autorisé", non, pas plus que pour le carême, dont je dis aussi que ce n’est pas un vrai jeûne. Oui je juge sur ce que j’ai vécu, sur la définition des mots, et sur la réalité décrite.

Le ramadan n’est pas qu’un jeûne alimentaire, dans l’intention en effet, mais je conteste l’usage du terme de « jeûne » et même sa dimension spirituelle – mais nous n’avons peut-être pas la même définition de « spirituel ».

J’aurais préféré des arguments.

Écrit par : hommelibre | 07 juin 2016

@ Charles: si, c’est possible. Il peut y avoir des conséquences dès le 30ème jour environ, mais surtout après le 40ème. Mais ce n’est pas automatique et c’est en partie réversible selon la durée du jeûne.

Écrit par : hommelibre | 07 juin 2016

@ Chuck:

La définition médicale est une limite inférieure. On ne parle pas de jeûne pour deux heures d’abstinence. Le matin avant le petit-déj’ on dit qu’on est « à jeun », pas que l’on jeûne.

Mais la pratique du jeune est largement documentée et le public sait que si l’on parle de jeûne il ne s’agit pas de 6 ou 12 heures. La privation de nourriture confère aux jeunes des religions un aspect physiologique indéniable. C’est même en regard de la difficulté physique que l’aspect spirituel est mesuré.

Pour que l’aspect physique entre en compte il faut au moins 36 heures: le corps entre alors en économie de survie et commence à se rebeller, par des envies difficilement répressibles de nourriture. L’inversion physiologique (nous mangeons nos propres réserves de graisse d’abord) est concomitante à l’inversion psychologique (positiver la privation) et spirituelle (le détachement intérieur).

Je parle de recul par rapport à notre nature animale et dépendante, oui, même si le cnrtl ne les mentionne pas. Les dictionnaires restent en général à des définitions « techniques », pas psychologiques ou spirituelles. Je lie l’aspect physiologique à une démarche au minimum psychologique. L’un ne va à mon avis pas sans l’autre: si l’on jeûne 24 heures on est déjà confronté au manque psychologique et le travail sur soi est enclenché.

Sur le carême je précise aussi que ce n’est pas un jeûne véritable.

La question du « pasnousïsme » est sans pertinence. La question n’est pas d’autoriser ou d’interdire quoi que ce soit à qui que ce soit, mais simplement de contester une définition et de discuter la pratique qui l’accompagne. Chacun parle de sa propre culture, et je pense que c’est une bonne façon de faire. On commence par ce que l’on connaît et pratique soi-même. Si l’on n’est pas d’accord le débat est ouvert.

Écrit par : hommelibre | 07 juin 2016

@Myriam Belakovsky après avoir lu votre commentaire je comprends mieux pourquoi ma grand maman paternelle jeunant comme de nombreux sectaires le dimanche ou partiellement puisque la tresse et le verre de vin de la Sainte Scène étaient en tous cas pour elle le seul repas dominical
Donc je comprends mieux son attrait pour les tombes et les tombes d'enfants auront été mes seules et véritables amies pendant les 5 premières années de vie
Peut-être pensait elle qu'en me laissant dialoguer de longues heures avec les tombes et leurs occupants tous du patelin que personne ne penserait à y venir me chercher
Elle n'avait pas tout tort quand on sait que les cimetières n'étaient pas encore convoités comme suivant ou pour pique-niquer /rire
Et comme j'étais trop jeune à deux ans on ne fait pas boire du vin à une enfant ,je me retrouvais avec une glace pour seul repas dominical sans doute pour ensuite mieux jeuner , mais en étant hospitalisée
Du moment que la dîme ce qui est contraire à la religion avait été payée pourquoi avoir encore faim ?
Très bonne journée

Écrit par : lovejoie | 07 juin 2016

Le mois du ramadan ne se limite pas à un jeûne,puisqu'il est interdit d'avoir des rapport sexuels. Retenir sa salive puis l'avaler, fumer, ou se brosser les dents avec du dentifrice sont des actes blâmables.....

Ce mois est imposé à tous les croyants, sauf quelques rares exceptions (jeunes enfants, malades,....). Le ramadan est basé sur le calendrier musulman qui est lunaire. Le dogme musulman reprend les croyances basées sur la divinité que représentait la lune et le jeune judaïque de Yom Kippur.

Les effets sur dans la société actuelle sont particulièrement néfastes. Les pays musulmans tournent au ralenti, les gens sont particulièrement irritables et se goinfrent pendant la nuit. C'est surtout un moyen pour les religieux de s'imposer durant un mois à la société civile.

Écrit par : Riro | 07 juin 2016

Il manque dans cette critique la vision de l'Islam sur le sens que porte ce jeûne. Sans cela, notre compréhension de peut être que superficielle.

Écrit par : archi-bald | 07 juin 2016

@homme libre
"le ramadan serait-il interdit de discussion? De critique?"
Je vous remets la phrase que j'ai écrite: "Je ne vais pas me permettre de critiquer votre article, vous jugez le jeûne sur ce que vous avez vécu."

"je conteste l’usage du terme de « jeûne » et même sa dimension spirituelle "
Le soucis est que vous lié le jeûne et la spiritualité.

Écrit par : omar | 07 juin 2016

Si nous avions pu, ados, nous rencontrer, Lovejoie, nous aurions rigolé parce que croyant aux fantômes ou autres feux follets sans en connaître l'explication je vous eusse entraînée avec mon pipeau jouer de nuit au cimetière du coin voir ce qu'il pourrait bien s'y passer et, comme il advint, non en votre compagnie, en entendant soudain en plein cimetière, de nuit, sans personne à part nous au cimetière.. en entendant soudain... se déclencher... la chasse d'eau!

Des morts nous nous serions posé la question: donc, eux aussi, de nuit, vont aux toilettes?!

Morts, vos morts, Lovejoie?

je vous aurais dit: les morts, tes morts? Ils reposent dans ton cœur, Lovie!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 07 juin 2016

@ Omar,

Votre évitement de la critique laisse implicitement apparaître votre désaccord, de même que l'entame de votre commentaire.

Lier jeûne et spiritualité n'est pas un souci. Le mot "jeûne" est utilisé par les religions et ce n'est pas un vrai jeûne.
La spiritualité passe aussi par le corps, c'est dans notre corps que nous mettons en oeuvre une vision spirituelle par des actes et des attitudes appropriés. D'ailleurs, priver le corps pour une démarche spirituelle en est la preuve: si le corps n'était pas le support et le lieu d'une démarche spirituelle il ne serait pas convoqué. Le corps et l'esprit ne sont pas séparés, cette supposée séparation est une vision grecque reprise par le christianisme et l'islam. Ce n'est pas la réalité.

Écrit par : hommelibre | 07 juin 2016

"Je ne vais pas me permettre de critiquer votre article, vous jugez le jeûne sur ce que vous avez vécu."

On retombe dans l'argument (toujours le même) que les non musulmans ne "savent" pas ce qu'est l'Islam avec une belle fuite pour débattre.

Écrit par : Riro | 07 juin 2016

François,

- « ... en vous relisant j'ai du mal à comprendre où vous voulez en venir. »
- « Cela étant, ce ne sont pas affirmations gratuites, croyez bien que je ne cesse de faire des recherches depuis 5 ans. »

Ah! Vous aimez _chercher_ ? Moi aussi ! Une vértiable passion! On est vraiment fait pour s'entendre. Vous aimez les blagues ?

Oupla ... je diverge! Donc... où est-ce que je veux en venir ? ... Ah oui! ... Donc ... cherchez, ... mais cherchez bien ... dans ce que vous avez écrit ...

"Je vous parle de ma tante et de votre mère et vous me répondez homosexualité."

Un indice ? Bon, mais parce que je vous aime bien. (Mais attention! Ne confondez pas les genres, hein!)

Donc ... figurez vous que ... _je pas parlé (ou pas écrit)_ ... "d'homosexualité"!

Encore une indice ? Bon, mais c'est le dernier, hein !

Relisez moi encore une fois, mais en _vous_ relisant ... aussi ... en même temps, ... lentement, ... et aussi bien, ... si ce n'est mieux, ... que vous m'avez relu.

Etonnant, ... non ? ... Ce qu'on peut faire ... et rigoler ... sans se connaître ... et à distance !

Écrit par : Chuck Jones | 07 juin 2016

Oupla, désolé, mauvais raccourci. Ca aurait pu être pire. Par exemple sur le "Boulevard de l'islamisme". Je me serai fait censuré sans m'en apercevoir :-)

Écrit par : Chuck Jones | 07 juin 2016

Je suis très réticent quant à l'usage du mot "spirituel", qui peut recouvrir à peu près n'importe quoi. Il est vrai que le terme de "religieux" n'est pas toujours plus précis, mais on peut du moins le rattacher au substantif dont il est issu, religion, que je prends dans son acception historiquement la plus large, et qui comprend donc aussi bien les religions autrefois dites "primitives", que les polythéismes et les "grandes" religions modernes.
Ce que le jeune a sans conteste de religieux ce point de vue, c'est l'idée de "privation", ici privation de nourriture accompagné, comme on l'a remarqué de privation sexuelle. S'y rattachent toutes sortes d'autres aspects qui s'apparentent à la privation de plaisir ou de bien-être psychique ou physique, comme des isolations sensorielles, des expositions à des images terrifiantes, des flagellations et autres punitions ou même mutilations corporelles.
Certains feront le rapprochement avec les sacrifices sanglants de toutes sortes dont attestent l'histoire et, semble-t-il, même la préhistoire, pour moi l'idée générale de punition ou de privation acceptée au nom d'une soumission à une divinité et aux lois promulguées en son nom me paraît évidente et suffisante pour inclure ces comportements parmi ceux qui caractérisent la plupart ou même toutes les religions. Plus ou moins "spirituels", plus ou moins ordinaires dans leurs manifestations physiques ou mentales, ils marquent tous une différence avec la vie ordinaire (parfois elles sont décrites comme des re-naissances) et marquent donc, par un acte unique, plus souvent par la répétition de certains actes, la séparation de l'intimité ou du "fidèle" de celui qui ne l'est pas.

Écrit par : Mère-Grand | 07 juin 2016

@homme libre
Vous avez jeûné afin d'atteindre un état spirituel.
Ce qui fausse la vision que vous avez du ramadan, qui est basé selon vous sur la nourriture uniquement.

Je fait un copié-collé de wikipédia (c'est plus facile):

"En plus du jeûne, les musulmans sont encouragés à lire la totalité du Coran. Certains procèdent à la récitation, par le biais de prières spéciales appelées tarawih, qui sont effectuées dans les mosquées chaque soir, au cours duquel toute une partie du texte (juz soit un trentième du Coran) est récité. Par conséquent, la récitation de la totalité du livre est généralement achevée à la fin du mois.
Ramadan est aussi une période où les musulmans ralentissent le rythme des affaires du quotidien et se concentrent sur l'autocritique, la purification spirituelle et l'illumination, établissant un lien entre Allah et eux par la prière, la supplication, la charité, les bonnes actions, la gentillesse et l'entraide. Comme il s'agit d'un mois de don et de partage, les musulmans préparent des aliments particuliers et achètent des cadeaux pour leur famille et leurs amis, pour les pauvres et les nécessiteux qui ne peuvent pas se le permettre ; cela peut inclure l'achat de nouveaux vêtements, de chaussures ou d'autres articles. Il existe aussi un aspect social impliquant l'invitation faite pour le repas de l’iftar"

c'est tout cela que devrait être le ramadan, et tous les musulmans ne font pas tous ça, moi le premier.
La privation de nourriture est la partie visible de l'iceberg.

Écrit par : omar | 07 juin 2016

@Myriam Belakovky je n'ai jamais écris Mes morts
Quand à rigoler ensemble cela m'étonnerait beaucoup le rire étant interdit et jouer avec d'autres enfants l'était aussi
Quand à croire aux fantômes les adultes de l'époque nous ont très vite fait comprendre qu'on était venu sur terre non pas pour rêver mais pour travailler le plus vite possible pour payer notre pension aux parents
Très belle fin de journée

Écrit par : lovejoie | 07 juin 2016

@Omar: concevez-vous que des athées vivent une spiritualité

ou aucune spiritualité selon le coran / vous, ne peut exister chez le non-croyant?

Écrit par : divergente | 07 juin 2016

@ lovejoie Vous avez écrit, relisez-vous, avoir dialogué avec des tombes "seules et véritables amies" pendant les cinq premières années de votre vie (lesquelles, toutes premières années, nous marquent de leur empreinte à jamais).

En d'autres commentaires fait allusion à Madame votre mère décédée. Ayant probablement le même âge, environ, vous et moi connaissons la peine des êtres amis qui nous "quittent" alors que nous demeurons encore pour un temps.

Puis vous venez d'évoquer le souvenir de votre défunt époux.

D'où, Madame, "vos" morts... sans rire

Écrit par : Myriam Belakovsky | 07 juin 2016

@Myriam vous me faites éclater de rire ce qui peut se comprendre
Ou vous êtes de mauvaise foi ou j'écris en langue tchèque que vous ne comprenez pas!
Et vous avez de la chance car mon souper étant prêt je peux j'ai le temps de vous répondre
Il est clair qu'une fois entrée en classe enfantine d'autres intérêts se sont imposés pour me faire perdre de vue les photos montrant des enfants morts de la grippe espagnole et affichées sur chaque tombe
Mais quand on voit le monde d'aujourd'hui complètement *zombéifié* qui trouve son bonheur en nourrissant son intellect grâce à des peurs pour beaucoup inventées de toutes pièces il y a de quoi craindre pire pour les plus jeunes

Écrit par : lovejoie | 07 juin 2016

@divergente
Oui
Cela répond-il à votre question? :))

Écrit par : omar | 07 juin 2016

- « Bourguiba ... Pourquoi pas une année? ... Je ne vous dis pas le tollé général soulevé par son discours! »

Ah ben, sacré histoire. Mais le rapport entre "Pourquoi pas une année?" ... et ... "le tollé général", c'est simplement parce que c'est Bourguiba qui l'a dit ? Comme Elvis ?

Écrit par : Chuck Jones | 07 juin 2016

Hé_Chuck_Chuck_Jonas_ C_est_à_moi_que_vous_vous_adressez?

:)))))))))))))

Écrit par : Patoucha | 08 juin 2016

@ lovejpie En vous lisant (en ce qui me concerne depuis environ trois ans) nous avons appris que votre enfance, ne fut pas facile et vous-même, relisez-vous (7 juin 2016) parlant de tombes... nous avons appris que, comme nous tous, vous avez été endeuillée à plusieurs reprises.
Sans plus. Des morts on se pose la question de savoir ce qu'ils deviennent et des amis à Françoise Dolto, par exemple (qui n'a jamais écrit ni prétendu qu'il faut tout laisser faire aux enfants mais prendre le temps de leur expliquer le pourquoi d'un refus, d'une interdiction ou invitation à remettre à plus tard un cadeau demandé!) croyaient qu'une fois morts, désincarnés, donc, pour nous, invisibles, ils nous accompagnent parfois avant de reprendre leur route vers d'autres renaissances contrées ce à quoi vous pensez sans doute à l'occasion moi n'ayant rien à vous apprendre à ce sujet.
Mais en parlant de jeûne et de spiritualité le poisson du vendredi midi d'autrefois, sorte de jeûne en souvenir de la Passion du Christ, ainsi que les préparations spirituelles aux fêtes religieuses lesquelles jadis n'étaient pas que commerciales le souvenir des anciens, de nos anciens que nous fréquentions jadis refaisant surface on se prend à rêver à un monde qui mettrait la finance après l'éthique, au service de l'éthique non, comme aujourd'hui, une soi disant morale de gens corrompus au service de financiers déments à force de vénalité.

Tristesse telle que sentiment ou sensation de mort spirituelle... pourraient ou devraient s'inviter au jeûne du ramadan ce qui, en ce cas, serait une démarche salutaire pour de bon. Ce commentaire je viens de l'écrire en pensant à vous, lovejoie, ce que nous avons lu de et par vous et je ne vois pas en quoi ce commentaire comme les précédents sont signes d'incompréhension ou de mauvaise foi.

Je ne vous répondrai pas plus avant pour l'instant.
Ce qui ne signifiera en aucun cas que je partage ou non un futur éventuel nouvel aimable avis de votre part me concernant.

Bonne soirée à vous, Madame.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 07 juin 2016

Désolée de m'immiscer dans votre échange mais votre surprenante intervention m'a interpellée ayant été très touchée, et même bouleversée, par le commentaire de lovejoie.

Je résume ce que, contrairement à vous, j'ai compris: Par la faute d'une grand-mère sectaire qui "jeûnait" avec tresse et vin... - si on peut appeler cela un jeûne - dont le seul attrait était le cimetière où elle entraînait sa petite-fille, tous les dimanches, durant "ses cinq premières années de vie", au milieu de tombes habitées par des gens du patelin... Cette malheureuse enfant, au lieu de jouer à la poupée, ou tout simplement jouer avec d'autres enfants, se trouvait dans un lieu sinistre et glacial, livrée à elle même, par une grand-mère très spéciale qui aurait dû remplacer le vin par du thé car cela aurait évité à l'enfant de subir un tel calvaire!

Écrit par : Patoucha | 08 juin 2016

Cher hommelibre,

- « Je parle de recul par rapport à notre nature animale et dépendante, oui, même si le cnrtl ne les mentionne pas. »

Oui mais ... quel rapport avec le "Ramadan", vraisemblablement traduit en français comme ... "le jeûne musulman" ? Vous croyez que "Ramadan" signifie "jeûne" en arabe ? Comme "Yom Kippour" signifie "jeûne" en hébreu ?

Le rapport à "notre nature animale et dépendante" c'est probablement très intéressant (tiens ... est-ce que les chasseurs du néolithique étaient "spirituels" ?), mais peut-être que pour un musulman, le Ramadan, n'a rien à voir avec cela.

Mais ce que je trouve remarquable, c'est votre "démarche" ... pour arriver à la conclusion que ... "Ce type de jeûne n’est pas une démarche spirituelle.".

Ainsi, la description que vous présentez du Ramadan, ...

... "Le jeûne rituel de l’islam."

Effectivement, comme description de la ... "spiritualité" ... du Ramadan, ... c'est un peu maigre. Mais, ... peut-être ... que nous n'avons pas la même ... _idée_ ... de la "spiritualité" ? C'est là que le dictionnaire est une ressource précieuse.

http://www.cnrtl.fr/definition/spiritualit%C3%A9

Et si nous sommes à peu près d'accord sur le mot "jeûne", ... la _bonne_ question qu'il aurait fallu poser n'est pas ...

... Quelle est la "limite inférieure" du "jeûne" ?, ou ...
... Quelle était l'avancée de la médecine à l'époque où le Ramadan est devenu un rite ?, ... mais plutôt ...

... Quel est _l'esprit_ (la racine du mot "spiritualité") ... du Ramadan ?

http://www.cnrtl.fr/definition/esprit
http://www.cnrtl.fr/etymologie/esprit

... pour pouvoir parler de "spiritualité" ... et surtout de son absence, ... puisque telle est votre conclusion ...

... "Ce type de jeûne n’est pas une démarche spirituelle.", ...

... si pour autant, ... on peut prouver l'absence de quelque chose sans avoir _admis_, ... au préalable, ... et pour soi-même évidemment ... son _existence_.

Écrit par : Chuck Jones | 07 juin 2016

"Il peut y avoir des conséquences dès le 30ème jour environ,"
Oui, vous avez raison, et ces conséquences peuvent laisser des séquelles. Cela dépend aussi de l'individu. Les habitants des Samoa sont certainement privilégiés à cet égard.

"Le corps et l'esprit ne sont pas séparés,"
+1000.
Dommage que cette réalité toute simple échappe à tant de monde...
Mais je ne suis pas sûr que tous les grecs font la séparation. Platon oui, mais pas Épicure par exemple. Les trois monothéismes insultent le corps, le martyrisent, l'enferment, surtout celui de la femme, d'ailleurs n'a pas d'"esprit" comme être inférieur.

Écrit par : Charles | 07 juin 2016

"c'est tout cela que devrait être le ramadan, et tous les musulmans ne font pas tous ça, moi le premier. "
Bref, c'est faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais. Quelle tartufferie! Bien à l'image de cette idéologie.
Les musulmans s'empiffrent pendant le ramadan durant la nuit et quand les nuits sont courtes, ils dorment - quand ils dorment - 2 ou 3 heures.

Plutôt que des définitions alambiquées, je préfère celles-ci:
http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/spiritualite/
et
http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/esprit/
Allez, du vent!

Écrit par : Charles | 07 juin 2016

Contrôle social? J'ai dit contrôle social?
http://www.blog.sami-aldeeb.com/2016/06/06/apostasie-moi-arabe-et-athee-pute-tu-ne-fais-pas-le-ramadan/
Rarement j'ai eu autant de plaisir à lire un témoignage. A tomber raide dingue de cette intelligence.

Écrit par : Charles | 08 juin 2016

@Patoucha merci pour votre complaisance .Cependant je tiens à vous rassurer il y avait pire que ce que me faisait vivre cette grand maman devenue veuve et qui n'avait que la secte et ses habitudes secondaires sans doute en rapport avec 14 -18
De toutes manières il y avait les tickets de rationnement et presque tout le monde sectaire ou pas était au méme régime
Et ne dit on pas que la faim justifie les moyens ce qui avait permis à de nombreuses sectes d'étendre leurs tentacules pour enrôler de nombreux estomacs affamés ,même Dieu s'y serait perdu en voyant combien il était devenu plus que punisseur puisque il n'y avait qu'à parler de l'enfer pour obliger l'enfant à la presque totale soumission
Beaucoup surtout parmi les Pentecôtistes se sont d'ailleurs suicidés
quand à ma pauvre grand maman que j'ai toujours respecté malgré l'austérité éducative quasi générale il faut l'avoir vécu pour s'en rendre compte surtout quand on a vécu au pas de charge militaire ,l'Armée étant présente à l'année,je n'ai pu que remercier le ciel qu'elle ait bien voulu s'occuper de moi car encore aujourd'hui j'ai des doutes quand à ma mère biologique
Et quand on a un fils et une belle fille vrais ouragans que le diable lui même ne parvient pas à dompter ,on met la fillettes en lieux sûr et au choix j'ai préféré observé ces regards d'enfants morts plutôt que me retrouver encore plus seule dans une famille habitant la canton de Vaud avec qui je n'avais aucun lien de parenté et qui détestait les gosses sauf le mari/ bien évidemment / et je me comprends
Finalement le ciel m'offrait les bases de ce qi me permettrait ensuite de faire une école en soins psychiatriques ! en vivant ainsi on apprend très vite à analyser l'autre
Je comprends votre réaction mais quand à savoir vraiment ce qu'on aurait fait à la place de l'autre il faut aussi se remettre dans le contexte du vécu de l'époque sinon cela ne sert à rien
Et quand on arrive à en parler sans amertume ni regrets on est heureux tout simplement de témoigner de choses qui semblent incompréhensibles d'autant plus que le 80 pour cent n'a été et ne sera jamais relaté
Très belle journée pour Vous

Écrit par : lovejoie | 08 juin 2016

"@Patoucha merci pour votre complaisance"

Compassion serait plus juste lovejoie, et ce commentaire me bouleverse tout autant. Désolée de ne pas vous suivre malgré vos explications. Un enfant, c'est fait pour être préservé, et le pire n'excuse en rien ce que vous avez subi. C'est incompréhensible et j'arrête là!

Très belle fin d'après-midi.

Écrit par : Patoucha | 08 juin 2016

@Charles vous avez raison corps et esprit ne faisant qu'un !
on a la preuve avec le second cerveau c'est à dire l'intestin qui aura conduit de nombreuses fillettes à devenir dépendantes de médicaments purgatifs pour noyer les douleurs et surtout le souvenir de la pénétration du sexe masculin

Écrit par : lovejoie | 08 juin 2016

@Myriam Belakovsky mais je suis obligée de rire en voyant tout le mal que vous vous donnez pour développer des théories sur la spiritualité
Pauvre monde qui ne sait même plus rire et je dois admettre qu'ayant connu le cachot j'ai d'autant plus de plaisir à rire même de ma propre vie
Avoir été proche aidant permet de voir la vie sous un autre ange alors si vraiment vous vous êtes sentie bousculée par ma pomme je vous présente mes plus plates excuses
Le veuvage en conduit beaucoup à jeûner /rire
Quand à jeûner vraiment à chacun sa propre expérience ,du moment qu'on se sent bien avec soi et qu'on ne cherche pas à imposer à d'autres ce qui nous convient ,c'est le plus important
Quand on compare le passé avec le présent on voit qu'une mutation s'est faite au niveau cérébral de l'humain zinzin on est passé au stade d'humains blinblins ce qui aurait fait rire d'anciens psychiatres et qui les aurait conforté dans l'idée que le monde ne change jamais ,ce sont nos propres expériences qui font toute la différence et qui permettre de voir en blanc ce que l'autre verra tout en noir ou inversement
Très belle journée pour Vous

Écrit par : lovejoie | 08 juin 2016

@Patoucha

- « Hé_Chuck_Chuck_Jonas_ C_est_à_moi_que_vous_vous_adressez? »

Voui! Comme vous aimez bien MDR et LOL, j'ai fait une blague ... spécialement ... pour _vous_. :-)

Écrit par : Chuck Jones | 08 juin 2016

MDR MDRRRR Une_ réponse_ digne_ des_ _ _ _ Chuck, Chuck:

"Voui! Comme vous aimez bien MDR et LOL, j'ai fait une blague ... spécialement ... pour _vous_. :-)

Merci! LOL! C'est que je n'arrête plus de rire aux larmes à vous lire - pas seulement de la blague spécialement concoctée pour moi - mais aussi dans toutes celles que vous faites aux autres, comme ci-dessous (dans le billet) que je ne reprends pas ici, craignant de tomber à la renverse.... MDR MDR MDRRRRR Je vais finir par vous apprécier Chuck, Chuck! :)

Écrit par : Patoucha | 08 juin 2016

Je tiens tout de même à préciser ceci pour éviter aux mauvaises langues d'en rajouter que grâce à la présence constante de l'Arme de nombreux drames ont été évités
Ils éclataient sitôt que l'uniforme quittait l'endroit!
Ce qui fait dire encore aujourd'hui ,mais ou sont passé les hommes ,les vrais ceux qui n'avaient pas peur des regards et des remarques à faire fuir même un troupeau d'éléphants
Il faut reconnaitre que la religion étant d'ordre féminin beaucoup de filles sont devenues anti féministes et je reste toujours étonnée du nombre grandissant de femmes qui le sont tout autant que nous

Écrit par : lovejoie | 08 juin 2016

@ lovejoie On ne développe jamais de "théories sur la spiritualité".

Vous écrivez être "obligée" de rire (8 juin 2018)!
Rire, qui vous y oblige?

Me concernant vous vous adressez à quelqu'un qui se présente sous son propre nom.

Vous empruntez un pseudonyme
ce qui fait de vous comme tant d'autres personnes par leurs pseudonymes masquées ou dissimulées des personnes porteuses de formes de "burka".

Afin d'éviter de votre part une prévisible confusion.
Depuis mon adolescence je puis être connue, si telle est mon intention! en me contentant de porter, célibataire comme une fois mariée... en second le nom de famille de mon père

le tout sans me donner,comme vous écririez, le "moindre mal"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08 juin 2016

@Omar, ahah! v/réponse 2 en 1! donc "aucune spiritualité selon le coran / vous, ne peut exister chez le non-croyant?"

cf prêche/extraits du fondateur des frères musulmans, plébiscité par son petit-fils Hani Ramadan sur son blog tdg: ces messieurs excluent les non-croyants d'1 islam,
du monde spirituel.


@Charles, "Le corps et l'esprit ne sont pas séparés" ? fallait pas zapper les cours de philo!
les philosophes occidentaux dont cathos ont une littérature historiquement longue & touffue sur l'âme & la dématérialisation de l'esprit.
De Platon (discours, & reprenant Socrate) en passant par Spinoza ou Rudolf Steiner (pour varier), le jeune est un outil, dans la quête de l'humain ou de par sa conscience d'être animé par une âme / concept de dématérialisation ou séparation corps-esprit, à son élévation spirituelle: leur dénominateur commun est ce besoin intrinsèque - seul paramètre qui distingue l'humain des créatures du monde vivant.

sinon, le jeûne est une pratique spirituelle depuis au moins 4000 ans. Des textes sanskrits des Vedas.

En comparaison du pack de jeûne selon les Vedas -ses concepts-préceptes-enseignements-véganisme-& so on

le Ramadan -ses rites-son jeûne- sont une joyeuseté de fidèles
(comprendre croyants musulmans obéissant au seul coran bien sûr) consommateurs en mode commercial "fêtes de noël".

Écrit par : divergente | 08 juin 2016

@divergente
Comme par hasard vous prenez la réponse qui vous convient.
Je dois vous dire que je m'en doutais fortement.

Écrit par : OMAR | 08 juin 2016

@Charles

- « Plutôt que des définitions alambiquées, je préfère celles-ci: ... www.linternaute.com ... spiritualite ... esprit ... Allez, du vent! »

Oui mais ... mais dans le dictionnaire de l'internaute, ... "spiritualite" souffle dans 3 _sens_ ... différents, ... et "esprit" souffle dans 4!
Bref ... ça n'a pas "l'air" ... très clair ... dans votre "esprit".

Écrit par : Chuck Jones | 08 juin 2016

Vous me voyez désolée Myriam Belakovski mais ils sont nombreux ceux qui ont des blogs à pouvoir vous affirmer que je leur ai téléphoné à tous avec adresse exacte pour me situer
Quand à la spiritualité ¨à chacun la sienne pour autant qu'elle n'interfère pas avec la mienne,la religion n'ayant jamais interdit le rire
Excepté pour les lutte pour rien ou Luthériens et voyez vous ayant vécu dans un milieu plus que pastoral quand je vois leurs manques de contacts avec la famille que je ne réclame pas Dieu m'en garde ,je me dis que la religion c'est comme la prière une aide mais ne sera jamais la solution
La preuve vous m'écrivez à nouveau /rire
Voilà pour aujourd'hui, Scheuermann mon amant depuis toujours réclamant toute mon attention

Écrit par : lovejoie | 08 juin 2016

@Omar. à jouer sur l'ambiguïté - 1 standard des manip de négo / méthode d'entourloupe habituelle dans certaines cultures,
ça fausse la donne. forcément.

ensuite faire semblant de s'étonner des résultats faussés, en faire porter la responsabilité sur l'interlocuteur
fait partie des mêmes standards.

Écrit par : divergente | 08 juin 2016

@Omar
- « @divergente ... Comme par hasard vous prenez la réponse qui vous convient. »

Ben ... Il/Elle ... "prend la réponse" que vous lui _laissez_. Pour qu'il ou elle ait une ... _liberté_ ... de choisir, ... ptet que c'est mieux de lui ... "laisser" ... un _choix_. Et pour qu'il ou elle ait une ... _possibilité_ ... de choisir, ... ptet que c'est mieux de lui ... "donner" ... plusieurs "possibilités" de réponses, ... au cas où ... il n'en connaît pas et réponde autre chose que ce à quoi vous attendez, ... ou au cas où il n'en connaît qu'une seule et c'est pas celle à laquelle vous vous attendez, ... ou au cas où il en connaît plusieurs mais pas celle que vous voulez entendre de lui.

Écrit par : Chuck Jones | 08 juin 2016

Chuck Jones: trop de choix de croix à mettre en case oui ou non ?

Écrit par : divergente | 08 juin 2016

Il est bien difficile de parler d'une chose aussi immatérielle que la spiritualité et, partant, de l'esprit.
La définition du dictionnaire ne donne qu'un infime aperçu d'un sujet aussi vaste et profond. Essayer de distinguer entre les différents courants religieux ( au sens large) attestés sur notre terre représente déjà un pensum qui doit occuper un temps plein pendant plusieurs années. Et cela juste pour la partie historico-théorique.
Ensuite: que dire de l'expérience individuelle ?
Comment parler du vécu spirituel de l'autre, si on a déjà de la peine à décrire sa propre expérience ? Avec quels mots ?
Les différentes langues ont des mots particuliers à disposition.

Une des traductions anglaises du mot "esprit" est le mot "mind", qui me semble infiniment intéressant dans ce contexte.
Il permet, à mon sens, d'aller vers une spiritualité qui ne soit pas religieuse ou liée à une ou des divinités.

Je choisis de partir sur des pistes non-religieuses, pour échapper aux jugements de valeur sur les pratiques ou sur les expériences d’autrui.

"La méditation de pleine conscience", très en vogue actuellement, s'appelle "mindfullness" en anglais.
Pas très portée sur ce genre de chose, je ne l'ai jamais pratiquée, mais ai lu, vu entendu un certain nombre de choses à son sujet.
Nous savons aussi, que le cerveau du moine bouddhiste Matthieu Ricard a été examiné pendant des séances de méditation et qu'on a pu mettre en évidence des phénomènes significatifs.
Arriver à des états de conscience au-delà de notre état quotidien et éveillé est possible par plusieurs voies.
Il y a l'entrainement du type buddhiste-méditatif, il y a des psychotropes (usage chamanique ou récréatif), et il pourrait y avoir le jeûne, qui mettrait en route des substances en quelque sorte dopantes. On peut avoir la tête qui tourne, une sensation de légèreté et tous les symptômes provoqués par le remue-ménage hormonal et métabolique...

Il me semble évident, qu'un "jeûne" ritualisé est une démarche qui est censée resserrer les liens d'une communauté. Et cela d'autant plus, s'il y a banquet après! Il est fort probable, que le repas communautaire soit un facteur de connivence plus puissant que le jeûne, mais que le jeûne renforce le plaisir du repas. En définitive, il y aurait quelque chose de très hédoniste, dans cette pratique.

Je crois que notre culture chrétienne associe le jeûne à une ascèse endurée avec discipline et abnégation et en maîtrisant son corps, on accède à une qualité supérieure de spiritualité.
Il m'est difficile de ne pas voir des réminiscences de cet état d'esprit dans le culte contemporain de la minceur. Tout le marketing de la détox, de la chirurgie esthétique, des produits minceur fait appel à l'idée, que la personne rondelette manque de discipline et de bonne motivation. Il serait socialement plus désirable d'avoir une silhouette sportive, attestant d'efforts sérieux.
Ainsi, l'ascèse spirituelle est devenue physique, avec un but esthétique. Donc très matérialiste et terre à terre ;-)))
Toutefois, il est bien possible que pour certains, cette pratique puisse aboutir à des expériences d'états de conscience inédits, simplement grâce à l'adrénaline ou aux endorphines. Tout ça à l'insu de leur plein gré.

Écrit par : Calendula | 08 juin 2016

@ lovjoie

"Vous me voyez désolée MB...

D'abord, je ne vous "vois" pas

et, en second, ne vous crois pas "désolée" car, en ce cas, vous vous abstiendriez


Il est indispensable de réaliser que, si, au départ, quelqu'un, non moi, n'est pas de langue française la traduction de sa propre pensée en français, ou autres langues, ne donne pas forcément le même sens aux mots "choisis"... ce qui est la raison pour laquelle les psys autorisés au premier jour à l'anamnèse demande au futur analysant quelle est sa langue maternelle

Je n'ai pas à porter un jugement sur le fait que les pseudonymes sont admis mais chacun est en mesure de noter que le pseudonyme, avec assurance de confidentialité, donne la possibilité d'accuser autrui à volonté sachant qui est le personne la personne, elle, ne sachant pas qui est un éventuel calomniateurs/trice à l'abri, d'une part, et, de l'autre, sachant qu'il ou elle ne sera pas reconnu... d'écrire ce que ne signant pas de son nom ce qu'il/elle ne se permettrait pas: d'écrire tout et/ou n'importe quoi parfois (mais plus en principes maintenant que les auteurs des blogs ont décidé de "serrer la vis") jusqu'à "dégueuler" par écrit en public

Nous reprochons à nos gouvernants de pratiquer une réelle opacité.
Commençons, pour ceux qui le voudraient bien, par donner l'exemple dit de "transparence"!

Il n'est pas agréable, Madame, d'être nommé/e par quelqu'un qui ne pratique pas la réciprocité.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08 juin 2016

Le débat qui émerge derrière le débat annoncé, est la définition du mot "spirituel" et des objectifs attendus des pratiques associées. Dans les religions le bénéfice est hélas trop présent. On pratique pour plaire à Dieu, comme un enfant à ses parents et non comme un adulte responsable de soi, y compris de ses erreurs éventuelle. La désobéissance conduit au risque de l'exclusion ou de la punition divine – l'un des grands trucs inventés par d'anciens tortionnaires!!!...

En religion le spirituel relie à la notion de Dieu. Vu le nombre de non-croyants et les différentes approches de la notion de dieu selon les religions, c'est déjà un vaste champ d'étude qui s'ouvre si l'on veut une définition fine et consensuelle de la spiritualité.

Spirituel vient autant des religions orientales, de l'animisme, etc, que des religions monothéistes. La sagesse n'est pas forcément issue d'une religion mais pour moi elle est spirituelle. "Spirituel" est lié au mot esprit, qui représente l'abstraction par rapport à la matière. Le spirituel a trait au sens et à la finalité de la vie sur terre et de notre existence individuelle. De ce point du vue le mot spirituel n'est le monopole de personne ni d'aucun groupe.

Après, sur la manière de pratiquer, je garde mon discours critique, Omar, en vous remerciant d'avoir proposé une définition. Je reste dans le doute de la valeur spirituelle du jeûne pratiqué de cette manière.

Écrit par : hommelibre | 08 juin 2016

@Calendula, "Tout ça à l'insu de leur plein gré."
pas vraiment, bien au contraire

"il est bien possible que pour certains, cette pratique puisse aboutir à des expériences d'états de conscience inédits, simplement grâce à l'adrénaline ou aux endorphines"

c/o vies d'ascèse, pratiquants etc. De dizaines d'années de pratique voire au-delà, les niveaux atteints le sont en volonté consciente, (entre autres) dépassant en puissance (quantique..) le concept de "réalité augmentée",
ce mode virtuel actuellement vendu dans tous domaines électroniques, utilisé dans la numérisation (quantique..) de robots & autres apps.

vous pouvez faire voyager votre conscience dans tous endroits choisis, à commencer par la faire passer de votre crâne à l'un de vos doigts & la/vous propulser au-dessus du toit de votre habitat. ou sur une planète.

le cerveau, cette unité centrale, a de ces capacités...

Écrit par : divergente | 08 juin 2016

@hommelibre
c'est peut être sur ce point là que pose le problème: le jeune spirituel. Vous avez observé un jeune afin d'atteindre un degré de spiritualité. Dans mon cas le but est différent, le jeune n'est qu'un accompagnement d'un tout (le ramadan). L'un sans l'autre n'a pas de valeur ou d'intérêt. On pourrait plus l'approcher d'une privation que d'un jeune.

J'aimerais revenir sur un point "On pratique pour plaire à Dieu,etc...La désobéissance conduit au risque de l'exclusion ou de la punition divine"
Vous avez raison, et en quoi cela est il différent de la vie en société? Nous sommes tous libre de nos actes, il faut juste savoir que nos actes entraînent quelques choses.
Prenons un exemple: j'ai décidé de ne plus payer mes impôts. Que va-t-il se passer? Rappels, poursuites, risque d'emprisonnement. Qu'est ce qui m'oblige à payer les impôts? La loi, la société? Pourtant je suis libre de mes actes mais je connais les conséquences.
C'est la même chose avec la religion: il y a des règles à suivre, libre à nous de les suivrent ou pas.

Écrit par : Omar | 08 juin 2016

Omar,

J'entends votre point de vue, ok. La mise en avant de la privation lors du ramadan présente celui-ci comme LE point central et comme un jeûne. Ce que vous souligniez déjà plus haut.

Sur la désobéissance, je fais une distinction entre l'obéissance civile, dont je peux analyser et comprendre les raisons, de l'obéissance à un dieu présenté comme un juge impitoyable et dont l'existence même est si incertaine, du moins sous la forme d'une conscience juge-arbitre. Si cela ne vient pas par ma propre conscience, je suis plutôt revêche à obéir à cause d'une peur hypothétique!... :-)

C'est encore un débat dans le débat.

Écrit par : hommelibre | 08 juin 2016

@divergente
Je ne faisais que tester vos préconceptions

Écrit par : omar | 08 juin 2016

Cher hommelibre,

- « En religion le spirituel relie à la notion de Dieu. »

Euh ... pour les religions chrétiennes, peut-être, ... mais _toutes_ les religions ... ne sont pas ... chrétiennes.

Écrit par : Chuck Jones | 08 juin 2016

@Hommelibre la dernière phrase de votre dernier commentaire résume assez bien ce qui fait dire à beaucoup ,les punitions divines ont été inventées pas des gens qui préféraient fuir leurs propres responsabilités
C'était facile de faire des pénitents à vie en les obligeant à vivre avec des peurs au ventre dd mal faire
^Toujours refouler conduit à l'implosion avec de nombreux dégâts à la clé ce qui peut-être aussi considéré comme punition divine mais créée par Soi
Dès la primaire je suis devenue Protestante et j'ai de suite compris que chez les Catholiques il suffisait de se confesser pour aussitôt recommencer de* pêcher* et quand nous ados Protestants avons réalisé cela c'est je dois dire que c'est vraiment à ce moment là qu'on s'est rendu compte Que Dieu avaient fait de nous des êtres libres et que nous étions assez grands pour nous punir nous même
D'ailleurs on a tous une conscience ,vous savez cette petite voix qui parfois impérativement vous fait comprendre qu'il ne faut pas ou plus répondre à ceci ou cela afin de calmer le jeu/rire
Très bonne soirée

Écrit par : lovejoie | 08 juin 2016

@divergente,

Je ne me suis pas exprimée assez clairement, donc je reformule :

Quelqu'un qui fait du sport intensivement a pour but d'améliorer sa santé, d'avoir un corps musclé et / ou de se sentir bien. Mais il se peut que par l'action des endorphines ou de l'adrénaline, ou par le dépassement de limites corporelles, des déblocages physiques, cette personne vive des expériences d'états de conscience inédites et qu'elle les qualifie ensuite de "spirituelles".
Elle aura l'effet sans forcément l'avoir cherché consciemment. En partant d'une démarche très concrète et corporelle, on peut aboutir dans des recoins inconnus de son "esprit".
( Là, je parle d'expériences personnelles. Je me suis retrouvée dans des "états seconds" sans l'avoir cherché, donc à l'insu de mon plein gré.)

Écrit par : Calendula | 08 juin 2016

@Calendula, tout à fait! quoique je n'y ai jamais eu recours :-))
l'une de mes meilleures copines US m'avoua son addiction à cet effet / ex-championne olympique (ski) pro dans les combattants du feu (Californie, Texas etc) reconvertie au marathon, elle courrait par périodes, des 48km/jr! histoire de dépasser ce seuil, bien connu des sportifs de haut-niveau, et connaître des heures de cette jouissance produite d'endorphines



au vu de décades de ramadan pack complet pratiqué stricto sensu tel en Malaysie

par la minorité des 3 minorités historiques du pays, les métisses malais généralement cantonnés dans la survivance agricole, n'aimant pas le scolaire, aux traditions animistes, sans énergie pro-active pour ne pas dire passifs, mais colériques, amers, jaloux, frustrés face au successful business people que sont les 2 autres minorités, chinoise & hindoue,

les malais n'est plus une minorité musulmane, est devenue une dominante confiscatoire - cette population passive obéissante s'est facilement convertie à l'islam au cours du XXe s. appliquant les directives d'imams, les musulmans ont infiltré les institutions puis le pouvoir -charia incorporated- dès fin 20me siècle

ces croyants musulmans si respectueux de l'islam & du coran

pratiquent le tri religieux (exit les chrétiens de tout poste important; les enfants chrétiens doivent aller pisser dans des toilettes séparées à l'école - tant pis si inexistantes)

interdisent aux non-croyants de prononcer le mot "allah"
sous peine d'amendes ou autre type de confiscation (terres) pouvant servir aux "croyants"


la Malaysie a pu ainsi très vite évoluer, grâce à une pratique rigoureuse du ramadan.
on y voit sa population musulmane grandie par une telle élévation spirituelle.
comme ailleurs.

que de bien-faits connus dans le monde! grâce à ce jeûne-Ramadan.

Écrit par : divergente | 08 juin 2016

@divergente

- « Chuck Jones: trop de choix de croix à mettre en case oui ou non ? »

Ca dépend si "on demande une question" que les gens comprennent, ou si "on demande une question" que les gens ne comprennent pas.

Écrit par : Chuck Jones | 08 juin 2016

"- « Chuck Jones: trop de choix de croix à mettre en case oui ou non ? »"

LOLLLLLL Une réponse/blague.... :))))))))

Écrit par : Patoucha | 08 juin 2016

@Patoucha

- « LOLLLLLL Une réponse/blague.... :)))))))) »

Voui. Maintenant il faut trouver la question/blague qui va avec. :-)

Écrit par : Chuck Jones | 08 juin 2016

Je l'ai trouvée mais elle n'est pas passée.... :)

J'ai fait un saut chez "MONSANTO".... Monsieur Singh, n'était pas d'humeur à comprendre votre humour au point où il a fermé la discussion.

MDR MDR MDRRRRR Merci pour ce moment! Si vous n'existiez pas, il faudrait vous inventer Chuck-Chuck :)))))))

Écrit par : Patoucha | 09 juin 2016

A propos du jeûne spirituel (retour au portail du blog et thème présenté) il est possible d'aller au-delà des antagonismes.

Dans les évangiles évoquant le jeûne il est demandé de faire en sorte de ne pas faire remarquer que l'on jeûne notamment en se parfumant.
Or le nom de Jésus apparaissant à plusieurs reprises dans le coran on ne peut que déplorer que les évangiles sous leur forme d'enseignement n'y figurent nullement.

Il se trouve qu'au temps du Christ une forme de yoga se pratiquait dans tous les centres initiatiques y compris au temple de Jérusalem. Yoga qui passionna Jung lequel publia sur ce thème: Yoga d'éveil de Kundalini (énergie vitale).

Toute personne qui a pris la peine de lire par elle-même les évangiles en s'en laissant influencer arrive ou aboutit à une forme d'impasse (très important pour les musulmans se tournant désormais davantage du côté des évangiles... pour gagner du temps!) En lisant attentivement les évangiles Jésus n'est pas toujours comme on s'y attend (Mohammed ne répondant pas non plus en tout aux attentes)
Pour finir, contrairement à ce qu'il annoncé Jésus n'est pas assis à la droite du Père en compagnon du bon larron puisque pas encore retourné auprès de Lui (à Marie-Madeleine, au cimetière: "Ne me touche pas je ne suis pas encore retourné auprès du père"!

On doit avoir le droit de commenter sur le thème d'un blog sans se faire remettre en place par quiconque sinon par l'auteur du blog maître chez lui.

Une dame de rééception fit si bien qu'un an plus tard elle se retrouva sans employeur, sans emploi et sans l'ami en question.

Mais une patiente de ce défunt médecin poursuivit en la démarche entreprise avec lui.

Cette patiente est celle à laquelle, lovejoie, vous vous adressez régulièrement comme on sait.

Ce médecin avait premièrement appris la... théologie.

C'est en acceptant les lacunes chez nous en l'occurrence jusqu'en les évangiles que nous dépasserons nos problèmes d'entente entre communautés tout en respectant nos différences d'origine, de culture comme de ressentis... bien heureusement variés.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09 juin 2016

On ne peut qu'être du même avis que Patoucha à propos de ce M. Singh qui appelle charabia le commentaire de Chuck Jones!

On m'a dit que si l'on achète des graines chez Monsanto l'année suivante ce qui en repousse appartiendrait à... Monsanto!

Si vrai, qui dit mieux?

Quant aux OGM jusqu'à mieux informés pas forcément pas à hauts risques! attendons sans doute futurs résultats fiables apportés par les consommateurs eux-mêmes ce qui en cas de maladies dégénératives déclarées fera le bonheur c'est-à-dire encore mieux gagner, toujours plus! mondes médical, pharma et chimique.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09 juin 2016

@Patoucha je vois que la plaisanterie fait aussi partie de vos mœurs et coutumes et vous m'en voyez ravie
D'ailleurs j'ai aussi réagi en plaisantant sur le site en question
Rire ne coute rien et protége aussi contre nombre de maux incurables
Je me souviens d'un médecin généraliste encore regretté et qui à chaque fois qu'il ouvrait la porte de la salle d'attente disait soit en riant ou en colère
-mais qu'est-ce que la télévision a encore diffusé comme invention médicale pour que vous soyez aussi nombreux à venir aujourd'hui ?
Tous ceux qui passaient leur temps à écouter religieusement les conseils sur ce qui n'est que modes comme l'alimentaire ou autres tous sans exception sont décédés du CA
le médecin un jour leur dit à tous,il vous suffit de manger chaque jour un peu de tout et avec plaisir et vous vous porterez mieux
Mais non tous une fois embobinés ont continuer d'écouter des conseils de pacotille puisque une mode chasse l'autre depuis toujours
Pour en revenir à Monsanto puisque vous en parlez, j'aimerais bien savoir comment les gens on réagi avec la toute première poudre de lait Nestlé
Mais à cette époque les gens avaient faim et le virtuel n'existait pas et quand on a connu ce genre de manque en voyant le monde actuel on ne peut pas dire que le monde relationnel ait vraiment progressé
Très bonne journée pour Vous

Écrit par : lovejoie | 10 juin 2016

"Patoucha je vois que la plaisanterie......"

C'est ma tasse de thé avec un zest d'humour :)

lovejoie, vous nous faites partager tant de choses émouvantes et intéressantes, qu'avec un peu de chance, cela intéresserait un éditeur s'il vous venait l'idée de les rassembler dans un livre. Ceci dit en toute sincérité.

Bonne journée!

Écrit par : Patoucha | 11 juin 2016

@Patoucha

- « Je l'ai trouvée mais elle n'est pas passée.... :) »

Mince alors ! Vous croyez que c'est la bonne ?

- « J'ai fait un saut chez "MONSANTO".... Monsieur Singh, n'était pas d'humeur à comprendre votre humour au point où il a fermé la discussion. »

Ptet Monsieur Singh était avec des amis qui aiment pas trop voir leur ami rigoler. Ptet que ca fait pas assez sérieux. Surtout la blague sur les spermatozoides OGM. :-) Pourtant ca fait rigoler les paysans! C'est vrai que les paysans ils aiment bien rigoler, par exemple pour essayer d'oublier leur banquier.

- « MDR MDR MDRRRRR Merci pour ce moment! Si vous n'existiez pas, il faudrait vous inventer Chuck-Chuck :))))))) »

C'est gentil ça! Ca fait plaisir de savoir qu'on est pas là par erreur et qu'on risque pas d'être CTRL-Z ou click:Edit->click:Undo. :-) LOL

Écrit par : Chuck Jones | 10 juin 2016

"Mince alors ! Vous croyez que c'est la bonne ?"

Je le croyais... P'têtre faudrait-il le demander à hommelibre :)

"qu'on risque pas d'être CTRL-Z ou click:Edit->click:Undo"

Débordant d'esprit! :))))))))))))

Quelle révélation Chuck-Chuck!

Écrit par : Patoucha | 10 juin 2016

Bravo pour ce billet de santé publique.
Il fallait évidemment s'attendre au déferlement car, lorsqu'on parle d'islam aujourd'hui, on réveille la bête.
Plus jeune, dans ma période macrobiotique, j'ai pratiqué une journée de jeune par semaine durant environ un an.
Au début c'était vraiment spectaculaire. Le repos imposé à l'organisme lui permettait de se reconnecter avec ses réels besoins et la nourriture du lendemain de cette journée d'abstinence était beaucoup plus instinctive et les quantités moindres.
Seulement voilà, avec la routine, la répétition d'un acte devenu presque automatique, ça a commencé à dégénérer. Je me suis mis à boire de la bière pour tromper la faim et pour jouir mieux de l'ivresse et je me ruais sur la nourriture dès minuit.
C'est à mon avis un des risques majeurs de ces règles qu'on s'impose sans discernement, sans pesée d'intérêts, de manière aussi systématique et un peu bornée.
C'est dommage et dommageable.

Écrit par : Pierre Jenni | 10 juin 2016

Etonnant de réaliser à quel point on ne parle pas à proprement parler, qu'il soit musulman ou chrétien du jeûne spirituel thème abordé par l'auteur de l'article lequel à mon avis est risque à la longue d'être bien plus affaire de tradition que de grand-chose d'autre.

En revanche en cas d'abondance de nouvelles du monde plus affligeantes les unes que les autres... notre appétit par le fait coupé... je crois qu'un tel jeûne involontaire, si Dieu existe, doit lui être éventuellement agréable parce que signe de conscience et de cœur.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10 juin 2016

Il y a une autre forme de jeûne sans le vouloirqui fait suite à des nouvelles qui nous parviennent s'agissant d'injustice, de violences, mensonges ou autres qui non seulement nous coupent l'appétit mais nous font nous demander comment un Dieu d'amour, de justice et de paix pourrait exister?!
Puisque ce Dieu on nous l'a appris "omniscient", "omniprésent" et "omnipotent"!

En référence à la Passion on note que Jésus ne met pas en doute l'existence de Dieu mais lui demande, à ce Dieu, pourquoi il l'a abandonné.

L'histoire de cet homme Jésus est étonnante car lui présenté notre médiateur donc s'adressant à Dieu en notre nom: lui étant "nous"! demande donc à Dieu pourquoi il nous a abandonnés! Qui jurerait ne pas entendre une fois ou l'autre, de la part de par qui de droit... présenté "vieux ou grand barbu"! avec la réponse suivante à nous accordée: à savoir qui aurait abandonné l'autre en premier: Dieu/nous ou nous/ Dieu?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10 juin 2016

"Puisque ce Dieu on nous l'a appris "omniscient", "omniprésent" et "omnipotent"!"

MDR MDR MDRRRRRRR Excellent!

Omni soit-il! :))))))))

Écrit par : Patoucha | 11 juin 2016

@Patoucha je vous remercie je l'ai déjà fait lors de l'anniversaire de la mort du Général Guisan et comme j'habite à 20 m d'une rue aussi animée que la Francilienne ce qui m'oblige à me lever dès l'aube pour écrire avant le gros de la circulation ,écrire ressemble parfois à un combat pour savoir qui du bruit ou ma pomme sera gagnant
Je ne l'ai pas fait éditer pour x raisons ,je laisse ce soin à d'autres
car j'ai une occupation autre qui m'occupe presque à temps complet surtout depuis que notre village s'est peu à peu transformé en nature morte
Très belle journée pour Vous

Écrit par : lovejoie | 11 juin 2016

Patoucha, on rigole mais...

Il n'allait pas de soi que Jésus non fils de Joseph ait le moindre rapport avec le roi David dont Joseph était un descendant... et puis cette étrange naissance de "par le souffle du Seigneur dans son ventre" de ladite vierge Marie affirmant qu'elle ne "connaissait" (acte sexuel de pénétration) pas d'homme). Dans les années "1969" et quelques il se passa deux événements authentiques bien qu'étonnants. Une jeune femme obtint un avortement pour quelques jours plus tard mais en rentrant chez elle mais de nuit elle fit un rêve où elle entendait une petite vois cristalline lui demander de pouvoir vivre... puis elle vit un visage de poupon qu'elle aims sur le champ. Se réveillant en sursaut réalisant qu'elle ne pourrait garder l'enfant elle sanglote. S'éveille son mari qui lui demande ce qu'il se passe. Elle lui raconte le rêve. Ils gardent l'enfant et au moment de la naissance la maman constate que le visage du poupon qu'elle tient tout contre elle dans ses bras est celui du rêve. La théologie juive enseigne qu'un ange peut être une pensée, un rêve, une rencontre ce qui advint.

Cette jeune femme avait une amie qui lui demanda l'adresse de son gynécologue à cause d'un retard de ses règles. Le gynéco, après l'avoir examinée, lui apprend qu'il n'y a pas retard de ses règles mais grossesse.
"Impossible, je suis vierge!"

Au cours de l'entretien qui s'ensuit la jeune femme apprend (qui de nous est au courant?) qu'il suffit d'attouchements mais sans pénétration avec le sexe pour provoquer une grossesse.Tout dépend ensuite de la date, du jour, des heures en question... parce que si , par caresses intimes un peu de sperme s'infiltre "vu que l'hymen n'est pas forcément totalement étanche" une grossesse peut suivre.

De sorte que si telle était la vraie histoire de Jésus la généalogie (Joseph, au conditionnel, certes, mais non impossible! qui aurait eu rapports amoureux avec Marie puisqu'allant l'épouser tous deux fiancés par attouchements amoureux ...Jésus serait bel et bien fils de Joseph "Ya'aqov engendre Yosséph, l'homme de Miryam dont naît Yéshoua' dit le messie: Yéshoua, par Joseph (in Matthieu consulter la généalogie tout au début de cet évangile) était, comme annoncé s'agissant du messie, était descendant du roi David. Selon les travaux de Chouraqui Les 4 annor lepéché contre l'Esprit Saint serait de ne pas respecter l'esprit tant de la Bible que des évangiles esprit de Justice, de Paix et d'Amour non... l'autre, hélas, de nuisance en général comme en particulier.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11 juin 2016

Une correction: dans le ventre de Marie non souffle du Seigneur mais souffle de sainteté.
Traduction Chouraqui au maximum traduction du grec, de l'hébreu et du substrat
araméen Matthieu chapitre un, verset 18: de Marie (...) "elle l'a dans le ventre, du souffle de sainteté."

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11 juin 2016

Wep, Je ne suis pas très versée dans les livres religieux, mais ce que je sais de Jésus, est dans la même lignée que la réponse ci-dessous:

Question : Est-ce que Jésus était juif ou chrétien? (Nicolas de Montréal)

Réponse : La religion de ceux qui suivent Jésus se nomme christianisme. Pourtant, Jésus était bel et bien Juif. Ses parents, Marie et Joseph étaient des Juifs. Lorsque Jésus était petit, sa famille allait au Temple de Jérusalem, le lieu le plus important pour les Juifs. Plus tard, il commence à parler de Dieu à la synagogue, le lieu de rassemblement des Juifs de son village. Ceux qui le suivent, les disciples et les apôtres, étaient aussi des Juifs.

En fait, Jésus ne voulait pas nécessairement fonder une nouvelle religion. Son message était bien ancré dans la foi de son peuple. Souvent lorsqu’il parle, Jésus reprend les idées de Moïse ou des prophètes qui sont au cœur de la foi juive. Jésus va résumer l’essentiel de la foi juive par cette phrase : aime Dieu, ton prochain, comme toi-même. Mais, Jésus apporte aussi de nouveaux éléments par rapport au judaïsme. Par exemple, lorsqu’il parle de Dieu, il va utiliser le mot « papa » pour parler d’un Dieu qui nous aime et s’occupe de nous comme un père. C’était nouveau, car Dieu était plutôt perçu à l’époque comme quelqu’un de distant.

Après la mort et la résurrection de Jésus, ces disciples vont comprendre qu’il est le Messie, l’envoyé de Dieu attendu par les Juifs. C’est alors qu’on commence à l’appeler Jésus le Christ parce que « Christ » veut dire « Messie » en grec. Les disciples de Jésus (qui étaient juifs) continuent à aller à la synagogue et au Temple le jour du sabbat tout en célébrant leur foi en Jésus Christ en partageant le repas du Seigneur le dimanche.
Quelques années plus tard, un conflit grandit : certains juifs croient que Jésus est le Messie et d’autres non. C’est à ce moment qu’il y a séparation. Ceux qui croient en Jésus Christ deviennent des chrétiens. Ils développent leurs propres rituels et écrivent leurs propres textes sacrés. Le judaïsme et le christianisme deviennent alors deux religions différentes, mais elles resteront toujours liées. Une preuve de ce lien est la Bible. C’est le livre sacré des chrétiens dont la première partie est l’Ancien Testament qui correspond aux textes sacrés juifs.

Sébastien Doane doctorant
Faculté de théologie et de sciences religieuses
Université Laval (Québec)

"Impossible, je suis vierge!"

Cela a-il été confirmé par le gynéco?.....

"....nuit elle fit un rêve...."

Je pense que cette femme n'était pas prête pour avorter et le remord a fait le reste....Le subconscient joue un rôle important dans les rêves.

Merci Myriam car là j'ai souri :)

Écrit par : Patoucha | 12 juin 2016

Honni Ramdam

Écrit par : snobbish | 11 juin 2016

Très bon! :D

Écrit par : Patoucha | 12 juin 2016

@Patoucha je me permets de rajouter ceci. pour mieux expliquer ce qui peut ressembler à une boulimie de textes suivis d'écrits
C'est un réflex inscrit dans les génes suite au remariage de mon père car privée de rire et de la parole dés la naissance j'ai dû apprendre l'interdiction d'écrire hors de l'école
Aussi le réveil du nom Guisan a été un formidable détonateur pour me faire écrire ce qui depuis ne peut plus se faire ayant repris l'habitude de jeter tous mes écrits au fur et à mesure à la poubelle ce qui a fait réagir un ancien de la Commune par un sévère,mais pourquoi jetez vous tout?
C'est simple à comprendre car lorsqu'on a le vécu des anciens bien accroché à nos basques et qu'on nous fait reculer dans le temps pour imiter des gestes datant de l'époque à Monsieur Poubelle on en revient à imiter même des gestes qui ont été les mêmes de la part d'un ancien pour cacher les secrets de famille
Alors j'écris sur le Net par réflexe pour ne pas perdre complètement le nord
Sur le Net ils ne pourront pas subir le même sort c'est à dire finir en tas de cendres comme ce fut pour les papiers de ma naissance trouvés par d'autres et qui les ont brûlé ni plus ni moins ,là au moins mes écrits ne peuvent tomber aux mains de gens qui ont cru pouvoir me voler même l'amour de ma grand mère paternelle et surtout le respect envers tout l'amour qu'elle aura su et pu me donner
Grâce à vous et je vous en remercie j'ai retrouvé une pièce du puzzle égarée suite à un très grave choc émotionnel resté lui aussi endormi plus de 60ans
Toute belle journée

Écrit par : lovejoie | 12 juin 2016

Merci pour ce témoignage.

Je vous suggère de sauvegarder les billets dans lesquels vous commentez vos souvenirs, de faire des copier/coller et de les rassembler dans une page, l'imprimer et ainsi de suite pour ne pas les perdre dans le cas oú votre ordinateur vous lâche. Mais la décision vous revient et, je reste persuasée, qu'un livre serait une révélation d'une époque insoupçonnée......

Une bonne fin de journée à vous aussi malgré ce temps digne d'un mois de mars.

Écrit par : Patoucha | 12 juin 2016

@Patoucha un rand merci à vous pour les conseils car j'y ai réfléchi et le copié collé m'a complètement échappé
Très belle fin de journée pour Vous

Écrit par : lovejoie | 12 juin 2016

@Patoucha j'aurais mieux fait d'écrire *immense merci* la lettre G ne m'aurait pas échappé /rire

Écrit par : lovejoie | 12 juin 2016

John, Si le jeûne de Yom Kippour n'est pas un jeûne spirituel, c'est que je n'y connais rien en spiritualité!

Yom Kippour 2016 : origine, rites et signification du "jour du Grand pardon"

KIPPOUR - Yom Kippour, jour du "Grand Pardon" chez les juifs, est consacré à la repentance et à la réconciliation. Il est considéré comme le jour le plus saint du calendrier religieux. Les fidèles célèbrent cette fête religieuse par un jeûne et divers rites et traditions.

Yom Kippour 2016 aura lieu en octobre. "Le jour du grand pardon" ou Yom Kippour est la fête juive la plus suivie. Elle a lieu chaque année le 10 du mois de Tichri dans le calendrier hébraïque, mais commence en réalité la veille au soir. Cette date correspondait en 2015 au mercredi 23 septembre dans le calendrier grégorien imposé dans la majeure partie du monde pour les usages civils. Il s'agit d'une journée très importante pour les juifs du monde entier, car considérée comme la plus sainte et solennelle de l'année : les croyants observent un jeûne et une inactivité complète afin de marquer l'expiation des péchés et de se consacrer à la repentance tout comme à la réconciliation. Les croyants se livrent à plusieurs rites, de la prière à l'observation de certaines règles vestimentaires ou à l'imposition de certaines interdictions.

D'où Yom Kippour tire-t-il son origine ? Quel est le sens des célébrations liée à cette journée, comme la privation de nourriture, l'abstention de boisson ou l'interdiction de se baigner ? Quelle est la signification religieuse et philosophique de ce "jour du grand pardon", appelé parfois le "chabbat des chabbats" ? Linternaute.com vous donne les clés pour mieux comprendre pourquoi cette date est, pour l'ensemble des juifs, des plus croyants aux laïcs, au coeur de leur identité
(..)
Si Yom Kippour n'est pas célébré à la même date d'une année sur l'autre, c'est parce que celle-ci dépend du calendrier hébraïque, qui se réfère à la Genèse de la Bible.(...)

Yom Kippour signifie "jour de l'expiation". Durant ce jour de ferveur, les juifs s'abstiennent de travailler et s'affligent le jeûne. La privation de nourriture et de boisson commence la veille de Yom Kippour, soit mardi 22 septembre en 2015, une demi-heure avant le coucher du soleil ("tossefet Yom Kippour") et s'achève après le coucher du soleil le lendemain. Le jeûne dure au total 25 heures, il est obligatoire pour tout juif pour les hommes dès qu'ils ont 13 ans et pour les femmes dès l'âge de 12 ans. Cependant, le jeûne n'est pas autorisé pour les personnes susceptibles d'en souffrir, comme les personnes malades, les personnes souffrant de diabète et les femmes venant d'accoucher dans les trois derniers jours.

De manière plus générale, cinq interdictions sont à observer pour se détacher du monde matériel : l'interdiction de boire et de manger, l'interdiction d'avoir des relations conjugales, l'interdiction de se laver, l'interdiction de s'oindre le corps avec des huiles et des lotions (qui symbolisent les plaisirs superficiels), l'interdiction de porter des chaussures en cuir (qui symbolise les biens matériels et le confort).**

Il est également interdit de travailler, les juifs doivent se rendre longuement à la synagogue pour y prier et demander pardon à Dieu pour leurs fautes et celles de la communauté. Les croyants demandent pardon individuellement à toute personne qu'ils auraient pu blesser et s'excusent des offenses commises envers elle. Yom Kippour requiert cinq prières obligatoires tout au long de la journée. La célébration de Yom Kippour varie selon les communautés. Les séfarades se vêtissent par exemple de blanc afin d'affirmer leur volonté de se libérer de leurs pêchés.

La fin du jeûne est signifié dans les synagogues par la sonnerie du shofar, un instrument de musique à vent fabriqué à partir d'une corne de bélier. Les croyants se réunissent alors en famille ou au sein de leur communauté pour "casser le jeûne". Les mets préparés pour célébrer la fin de la fête diffèrent selon les traditions : les séfarades ont pour habitude de manger des gâteaux secs accompagnés d'une citronnade alors que les ashkénazes préfèrent en général une boisson chaude et du fromage ou du poisson fumé. Après un repas léger, on sert un plat au poulet ou un bouillon.
Origine de Yom Kippour

"Le jour du grand pardon" est une fête religieuse. Il commémore le jour où Dieu a pardonné au peuple juif pour la faute du Veau d'Or, relatée dans le livre biblique de l'Exode. Selon ces écrits, lorsque Moïse est monté sur le mont Sinaï pour recevoir les Tables de la Loi, les Hébreux ont créé une idole en forme de veau à partir des bijoux fondus des femmes et des enfants. Le prophète, découvrant l'adoration de l'idole, que le troisième Commandement interdit, aurait brisé alors les Tables de la Loi de colère. Moïse passa alors deux fois 40 jours au sommet de la montagne pour obtenir le pardon de son peuple auprès de Dieu. Le dixième jour du mois de Tichri, il fut accordé.

Yom Kippour constitue pour les juifs le dixième jour des dix jours de pénitence. Cette période allant de Roch Hachana à Yom Kippour, "Techouva", est consacrée à l'instropection et à la repentance. Durant ces dix jours, il est recommandé de faire son possible pour rectifier les torts commis envers les autres.

**Tout est interdit sauf, d'aller à la synagogue ou de rester chez soi à ne rien faire et, grande torture, sans TV, radio, portable, ni ordinateur. Mais bon, pas pour tout le monde.. Je n'éteins pas la télé... :)

"l'interdiction de porter des chaussures en cuir"

J'ignorais cette interdiction!? Petite, j'avais des vêtements et chaussures neuves à chaque Yom Kippour....

http://www.linternaute.com/actualite/societe/1246390-yom-kippour-2015-horaires-debut-fin-jeune-du-grand-pardon-horaire-date-signification/

Écrit par : Patoucha | 12 juin 2016

@ Patoucha

Comme Jésus a dit que ce n'est pas ceux qui disent Seigneur! Seigneur! qui sont agréables à Dieu mais ceux qui font sa volonté il n'y a donc pas lieu de vous tourmenter parce que vous disant ou imaginant peu versée dans les livres religieux.

Le péché contre le Saint-Esprit qui serait selon les évangiles le seul qui n'obtiendrait pas de pardon consisterait (voir les évangiles traduits par exemple par André Chouraqui parce que sa traduction passe du français au grec, du grec à la langue hébraïque et d'elle à l'araméen) à ne pas respecter l'invitation évangélique à cultiver entre nous la Justice, la Paix et l'Amour.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13 juin 2016

Il semble que j'ai mal adressé la précision suivante par l'auteur des 4 annonces Evangiles.

"Si le péché contre l'esprit existe (...) il faut le trouver peut-être dans le fait que ces textes rédempteurs aient servi de prétexte à tant de guerres,, de luttes implacables entre sectes, confessions, religions et nations, qu'ils aient servi d'armes aux déviations de toute espèce que Jésus lui-même dénonçait en termes cinglants."

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13 juin 2016

L'auteur d'Evangiles Les 4 annonces a signé ces lignes

André Chouraqui
Jérusalem 1975

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13 juin 2016

Les commentaires sont fermés.