27 mai 2016

Emmanuelle n’a pas la cosse

Surprise hier soir sur France 2. L’invité, Jean-Luc Mélenchon, débattait avec journalistes et autres invités. JLM était pareil qu’en lui-même: la moindre mise en question de ses positions vaut en réponse une envolée généraliste qui permet d’éviter de rendre des comptes précis.


france,mélenchon,emmanuelle cosse,loi travail,terreur politique,chômage,entreprise,Petit pois

JLM est un tribun, un débatteur passionné. Effets et volume de voix, doigt pointé, regard accusateur, dramatisation à outrance, sa palette de postures est bien achalandée et rodée. Mais cela reste du spectacle. Même ses indignations font l’effet d’une leçon bien apprise. Beaucoup de brassage, rien de vraiment nouveau.

Parmi ses invités, Emmanuelle Cosse. Proche de Mélenchon dans le passé, elle est aujourd’hui « dans le réel » au gouvernement, plutôt que dans la théorie ou l’idéologie abstraite, domaine où JLM se régale.

J’ai été surpris en bien par cette dame ministre et je modifie mon point de vue à son égard. Non que je partage ses vues politiques mais j’ai apprécié sa personnalité et son discours positif, net, ferme. Elle ne s’est pas laissée démonter. Elle n’a pas joué la Princesse au petit pois. Énergique, dynamique, elle n’avait pas la cosse pour relancer le débat. 

Certes elle ne montre que le positif et ce qui va dans son sens. Mais n’est-ce pas un peu normal? Être dans un camp, ne voir que d’un côté, c’est ce qui fait boiter intellectuellement.

 

france,mélenchon,emmanuelle cosse,loi travail,terreur politique,chômage,entreprise,

 

Terrorisme politique

JLM revient avec son projet de VIe Constitution. La France a-t-elle vraiment besoin de cela? Le mode de scrutin est certes étrange puisqu’il aboutit à des députations qui ne représentent pas les proportions réelles d’électeurs. Mais il y a peut-être d’autres priorités plus urgentes: l’économie, la simplification administrative, la suppression d’une couche de représentation politique (départements ou cantons), entre autres.

JLM soutient fermement la souveraineté nationale. Il participe à ce mouvement de contestation de la mondialisation. Il refuse aussi la loi travail, évidemment, parce qu’elle donne la priorité aux accords d’entreprise sur les accords de branche. 

Cette loi contient de petites avancées malgré le recul du gouvernement. Par exemple elle permettra aux petits entrepreneurs d’éviter de longues et coûteuses batailles aux Prud’hommes, ou peut-être même la faillite en cas de difficultés majeures. 

france,mélenchon,emmanuelle cosse,loi travail,terreur politique,chômage,entreprise,Il faut rappeler ici que l’entreprise est le coeur de l’économie. Laquelle économie ne peut financer le social – et il est nécessaire – que si elles produit assez de richesses.

JLM est un grigou: il soutient la CGT. Ce syndicat ne représente aujourd’hui que 2,5% des salariés, et risque de perdre encore plus d’influence avec une loi travail qui met l’accord d’entreprise au-dessus de l’accord par branches. Sans compter ses cadres qui pourraient se retrouver au chômage.

Dans un réflexe de survie désespéré, presque suicidaire, la CGT n’hésite pas à prendre le pays en otage et à appliquer une stratégie du chaos.

Il y a comme un parfum de terrorisme politique dans une partie de la classe politique française.

 

 

 

11:33 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : france, mélenchon, emmanuelle cosse, loi travail, terreur politique, chômage, entreprise | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

"Cette loi ..... permettra aux petits entrepreneurs d’éviter de longues et coûteuses batailles aux Prud’hommes, ou peut-être même la faillite en cas de difficultés majeures.
Il faut rappeler ici que l’entreprise est le coeur de l’économie. Laquelle économie ne peut financer le social – et il est nécessaire – que si elles produit assez de richesses"

C'est bien beau ! Mais je trouve que c'est vraiment une drôle d'idée que pour créer des richesses, on passe par la facilitation du licenciement.
Cela devient aussi un aveuglement idéologique. Cela ne peut que favoriser les grosses entreprises qui sont sur des marchés mondiaux, mais le plombier du coin, cela ne lui remplira pas son carnet de commandes.
N'y aurait-il pas d'autres mesures plus positive pour donner de l'oxygène aux petits entrepreneurs qui les encourageraient à embaucher ? D'où vient ce manque d'ambition pour viser le haut ?
Cela viendrait-il de la croyance qu'il est impossible de reprendre un leadership, parce que cela irait à l'encontre des "amis" de Bruxelles et de la mondialisation financière ?
Cette mondialisation dilue les leaderships politiques bien visibles et mobilisateurs, contre des pouvoirs en arrière-plan effacés derrière une épaisse nasse d'intrications.

Aussi, quand JLM botte en touche avec le problème des migrants pour mieux remettre au centre de la scène, la complaisante aide à la guerre, cette complicité à des massacres, ces loyautés à de pseudos-amis; je lui donne parfaitement raison !

Je ne voterais pas Mélanchon, mais sur ce que j'ai vu ( pas tout) de ce qu'il a exprimé je ne peux pas lui donner tort.

Écrit par : aoki | 27 mai 2016

Cher hommelibre,

- « Il y a comme un parfum de terrorisme politique ... »

Euh ... c'est quoi la différence entre ... le "terrorisme" ... et ... le "terrorisme politique" ?

Écrit par : Chuck Jones | 28 mai 2016

MDR MDR Il ne voit pas la différence ?! J'évite d'en dire plus sous peine d'être plagiée: "Ben" "On ne peut dire qu'il(s) ne savai(en)t pas..... " N'est-ce pas Chuck Chuch!

Écrit par : Patoucha | 02 juin 2016

"Ce syndicat ne représente aujourd’hui que 2,5% des salariés,"

Faux. C'est le syndicat le plus important de France qui seul a obtenu plus de 30% des suffrages aux élections. Vous confondez nombre d'adhérents et représentativité. Le parti dit socialiste compte 6 fois moins d'adhérents et pourtant il gouverne la France. Mais quand on est de parti pris... on prend des libertés avec la réalité des chiffres.

Écrit par : Johann | 30 mai 2016

Il y a une erreur (volontaire sans doute) dans l'idéologie qui sous-tend la loi travail. J'ai souvent vu prendre l'exemple de la Suisse dont le code du travail est bien plus léger et qui a beaucoup moins de problèmes d'emploi. Mais comparaison n'est pas raison. Il est faux de penser que ce qui permet à la Suisse d'avoir une économie florissante, c'est son droit du travail. En réalité, c'est le contraire. Si le droit du travail est ce qu'il est, c'est que la protection des salariés n'est pas nécessaire. L'économie est suffisamment en forme pour permettre aux employés de se défendre sans avoir besoin de lois protectrices.

La loi travail permettra en effet aux entreprises de négocier directement avec les employés des accords qui pourront par exemple obliger les employés à travailler 60 heures par semaines pendant... 2 ans ! J'imagine les gens travaillant sur des chaînes de montage pendant 60 heures par semaine. Je ne pense pas que beaucoup tiendront 2 ans. Enfin quand je dis que l'accord oblige les employés à travailler 60 heures par semaine, c'est faux. La loi prévoit que n'importe quel employé puisse refuser l'accord. Dans ce cas... il sera licencié ! Fabuleux non ?

Effectivement, ce qui dérange la CGT dans ces accords d'entreprise c'est qu'il est évident qu'aucune entreprise fera appel à eux pour les valider. Ils passeront par des syndicats "réformistes" (selon la novlangue officielle). Autrement dit par des syndicats dont ils savent qu'ils accepteront n'importe quoi.

La loi travail, c'est une grosse arnaque. Je ne dis pas qu'on ne peut pas simplifier le droit du travail français. Mais la première priorité, c'est de redresser l'économie pour réduire le chômage. Et ça passe avant tout par une sortie de l'Euro, qui est une grosse machine à cannibaliser l'économie des pays du sud par l'Allemagne.

Au sujet de Mélanchon, c'est surtout parce qu'il refuse de dire cela que je le considère comme un plaisantin. Parce qu'il le sait, c'est une évidence.

Écrit par : Kad | 30 mai 2016

"Dans un réflexe de survie désespéré, presque suicidaire, la CGT n’hésite pas à prendre le pays en otage et à appliquer une stratégie du chaos. "

Sauf qu'un sondage a montré que 70% de la population soutient les grévistes. Dans les stations service bondées, peu de gens font la tête. La plupart disent que c'est désagréable, mais que c'est nécessaire. La population n'a pas avalé l'emploi du 49.3

Donc qui est pris en otage par qui ? Beaucoup pensent que c'est le gouvernement qui prend la population en otage.

Écrit par : Kad | 30 mai 2016

Inutile que j'en rajoute..... Mon commentaire aurait fait doublon.

Écrit par : Patoucha | 02 juin 2016

Tiens donc, John a passé mon commentaire à la trappe. Rebelote:

"Ce syndicat ne représente aujourd’hui que 2,5% des salariés"

Faux. C'est confondre le nombre d'adhérents et représentativité. C'est le syndicat le plus important de France, plus de 30% aux dernières élections. Le seul à plus de 30%. A titre de comparaison la CGT a 6 fois plus d'adhérents que le parti dit socialiste. Qui pourtant gouverne la France.


"prendre le pays en otage"

Seuls les crétins qui n'ont jamais été pris en otage usent de ce terme pour décrire une situation qui respecte la légalité. Un otage risque se vie. La pénurie de carburant bien au contraire ne peut que contribuer à sauver des vies. Plus d'essence, 300 morts de moins sur les routes françaises. Et les conducteurs rouleront moins vite pour économiser le carburant qu'il leur reste.


"stratégie du chaos"

Remarque stupide. Comme si le pays se trouvait dans la situation de la Libye ou de la Syrie. Ou même menaçait de s'y trouver.



Excellents commentaires de Kad!

" ce qui dérange la CGT dans ces accords d'entreprise c'est qu'il est évident qu'aucune entreprise fera appel à eux pour les valider."

Pas seulement. C'est une loi voulue par Bruxelles dans les moindres détails. Et applaudie par le patronat. Nouveau slogan de fh: "Mes ennemis ce sont les salariés."

Exemple: pour les travailleurs de nuit, plus de visite médicale obligatoire tous les 6 mois. Avec les accords d'entreprise les patrons pourront faire du chantage à la fermeture ou au licenciement.

Écrit par : Johann | 30 mai 2016

@ Aoki

" C'est bien beau ! Mais je trouve que c'est vraiment une drôle d'idée que pour créer des richesses, on passe par la facilitation du licenciement.
Cela devient aussi un aveuglement idéologique. Cela ne peut que favoriser les grosses entreprises qui sont sur des marchés mondiaux, mais le plombier du coin, cela ne lui remplira pas son carnet de commandes. "

Au contraire; faciliter les licenciements profitent avant tout aux petites entreprises qui peuvent embaucher sans la crainte de ne pas pouvoir facilement licencier en cas de coup dur. Pour les multinationales les lois anti-licenciements n'est pas toujours un problème. Pour licencier ils ont l'arme de la délocalisation si la masse salariale plombent leur profit. Ce qu'un artisan plombier ne pourra pas faire.

" N'y aurait-il pas d'autres mesures plus positive pour donner de l'oxygène aux petits entrepreneurs qui les encourageraient à embaucher ? "

Tant que les licenciements sont un casse tête pour l'employeur à cause d'un code du travail trop rigide et que ce dernier réfléchi deux fois avant d'embaucher du personnel il est rationnel de commencer par facilité le droit à licencier.

@ KAD,

L'Euro a bon dos et que de s'en prendre à lui en l'accusant de plomber l'économie française est le bon prétexte des étatistes comme le FN ou l'extrême gauche pour ne rien réformer. Les problèmes économiques et le fort taux de chômage que connait la France est antérieur à l'introduction de l'Euro. C'est pareil pour les pays du sud. Ce n'est ni l'Euro et ni l'Allemagne qui mis en faillite la Grèce ou l'Espagne.

@ Johann,

" Faux. C'est confondre le nombre d'adhérents et représentativité. C'est le syndicat le plus important de France, plus de 30% aux dernières élections "

La CGT ne représente rien. Il ne vit pas des cotisations de ses adhérents mais des subvention de l'état.

" Seuls les crétins qui n'ont jamais été pris en otage usent de ce terme pour décrire une situation qui respecte la légalité. "

Le crétins sont surtout ceux qui résonnent comme vous pénard en Suisse à défaut de subir ce que subissent les français. Empêcher les français de pouvoir se déplacer pour aller travailler et d'utiliser la violence si cela est nécessaire pour imposer ces blocages c'est bel et de la prise d'otage. Surtout dans les transports publiques dont les grévistes qui n'ont aucune légitimité pour vous interdire d'utiliser le train puisque ils sont payés en grande partie avec les impôts des usagers.

" Un otage risque se vie. La pénurie de carburant bien au contraire ne peut que contribuer à sauver des vies. Plus d'essence, 300 morts de moins sur les routes françaises. "

Bloquer les trains c'est aussi très bien pour préserver des vies car on est certain qu'il vont pas dérailler ou percuter un autre train et aucun suicidaire se jettera sous les roues d'un train roulant à grande vitesse. Pareil pour les avions comme ça on préserve à coup sur plusieurs centaines de vies en étant certain qu'ils vont pas se scratcher.

Par contre Johann se fout de savoir que les pénuries d'essence vont mettre des milliers de petites entreprises en grandes difficulté avec des faillites et des chômeurs en plus à cause d'un manque de d'argent disponible pour n'avoir pas pu honorer leurs contrats avec leurs clients. En 1995 quand les syndicats avaient bloqué plusieurs semaines la France des milliers de petites entreprises ont du fermer pour cause de faillite faut d'avoir pu honorer leur client. C'est le super bilan de la légalité de la CGT et cie. Faudra surtout faire un sondage chez tout ceux qui auront perdu leur emploi à cause des grèves. Je doute qu'il y au 70% de réponses favorables aux grèves et aux blocages des raffineries d'essence.

" Remarque stupide. Comme si le pays se trouvait dans la situation de la Libye ou de la Syrie. Ou même menaçait de s'y trouver. "

C'est vrai qu'avec ce genre de raisonnement il est aussi stupide de parler de chaos quand toute la circulation est bloquée due à de forte chute de neige comme si le chaos en Libye et la Syrie étaient due aussi à de forte chute de neige.

" Excellents commentaires de Kad!

" ce qui dérange la CGT dans ces accords d'entreprise c'est qu'il est évident qu'aucune entreprise fera appel à eux pour les valider."

Quand on a esprit totalitaire comme Johann vaut mieux avoir une CGT qui ne veut rien négocier ( sauf si l'on se plie à toutes leur revendications ) et qui préfèrent déclencher des grève interminables tant qu'ils auront pas été satisfait.

" Avec les accords d'entreprise les patrons pourront faire du chantage à la fermeture ou au licenciement. "

Au contraire les accords d'entreprises sont souvent des accords ou tout le monde peut se mettre d'accords pour éviter une fermeture et des licenciements. C'est ce qui se fait en Suisse ou en Allemagne. La CGT préfère rester dans une logique révolutionnaire quitte à mettre les entreprises sur la paille. Ce n'est pas l'intérêt des travailleurs que défend la CGT mais ces intérêts idéologiques.

D.j

Écrit par : D.J | 30 mai 2016

@DJ
merci pour ces jolies leçons, mais j'avais bien compris le mécanise qui était recherché.
Ce que je sous-entendais, c'est que c'est mortifère, car si vous attendez que des chômeurs consomment pour relancer l'économie locale, vous pouvez toujours attendre !
J'apprécie plus la proposition de faire des cadeaux fiscaux aux entreprises qui réinvestissent en France afin de créer de l'emploi. Cela me semble d'une logique bien plus positive !

Écrit par : aoki | 31 mai 2016

@ Johann:

pas sucré, non, mais absent du net pendant quelques jours. Je viens de le valider.

La proportion de la CGT sur l'ensemble des travailleurs est celle que j'écris, précisément 2,6% selon le Nouvel Obs:

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/reforme-code-travail-el-khomri/20160525.OBS1197/mobilisation-contre-la-loi-travail-que-pese-vraiment-la-cgt-en-france.html

Vos chiffres montrent la force des syndicats comparés entre eux, mais pas le pourcentage global, si j'en crois l'Obs.

Écrit par : hommelibre | 02 juin 2016

@DJ@hommelibre

Soutiendrez-vous ce gouvernement d'ayatollah socialiste alors qu'une bonne majorité, même ceux qui ont voté pour lui, le rejettent et sont pour ces grèves ? Je ne crois pas que tous ces grévistes soient assujettis à la CGT. Mélenchon - ancien socialiste, communiste devenu vert.... - pourrait créer des surprises en 2017 (sic) Il dit ce que veut bien entendre la rue en colère et ses arguments, lors de ce débat, n'ont pas été démontés loin s'en faut. Personnellement je ne vois aucune différence entre les Verts et les socialistes!

Écrit par : Patoucha | 02 juin 2016

Pour DJ: http://www.robert-schuman.eu/images/questions/qe-149-14-fr.gif

La différence de la balance commerciale entre la France et l'Allemagne se creuse. Et le point de pivotement est l'introduction de l'Euro. Un pays y gagne, l'autre y perd. La raison, c'est qu'on ne peut pas être dans un même espace monétaire si on n'a pas la même productivité. L'Allemagne a une économie très productive ce qui n'est pas le cas de la France. L'Allemagne a tout intérêt à avoir une faible inflation, la France non. Avec une faible inflation, les produits français deviennent trop chers par rapport à leur qualité. Alors que ceux de l'Allemagne qui ont une réputation de haute qualité ne risquent rien à être plus chers.

Le résultat d'une telle perte de compétitivité, c'est un PIB en baisse, c'est la fermeture d'usines ou d'exploitations agricoles. C'est donc la montée du chômage. Et aussi la dette publique, parce que moins il y a de gens pour payer des impôts, moins il y a d'argent pour l'état.

Je ne dis pas que l'Euro est le seul problème de la France, mais c'est le premier de ces problèmes. Il faut donc procéder logiquement et sortir de l'Euro avant d'envisager d'autres solutions.

Autre chose d'intéressant à propos de l'Euro:
https://mishgea.files.wordpress.com/2016/04/target-2-balances-2016-04-01.png

Peu de monde a entendu parler du système target2 alors que c'est la base de l'Euro. Il faut savoir que l'Euro n'est pas comme on le croit une monnaie unique, mais c'est autant de monnaies qu'il y a de banques centrales en Europe, qui portent toutes le même nom, utilisent des pièces et des billets presque identiques et tous valables dans tous les pays membres et ont un taux de change de 1 pour 1.

Pour ce qui est des liquidités, cela ne fait pas une grande différence. Mais comme on le sait, les liquidités ne représentent qu'une infime part de la monnaie en circulation. La plupart de la monnaie circule sous forme électronique. Et avoir un compte auprès d'une banque grecque, ce n'est pas la même chose qu'avoir un compte auprès d'une banque allemande. Car si on a un compte auprès d'une banque allemande, il s'agit d'une créance sur la Bundesbank. Alors que si on a un compte auprès d'une banque grecque, il s'agit d'une créance auprès de la banque centrale grecque. Donc si on transfère de l'argent d'un compte d'une banque grecque sur une banque allemande, on transforme sa créance sur la banque centrale grecque en créance sur la banque centrale allemande.

Pour rééquilibrer cela, il faut que la banque centrale allemande fasse une créance sur la banque centrale grecque. C'est ces créances qui sont réglées par le système Target2. Sur le graphique, on voit que tout s'est à peu près bien passé jusqu'en 2008. Les créances s'annulaient et la balance des divers pays restait à peu près à zéro. Mais la crise financière est passée par là. Et les investisseurs se sont mis à paniquer. Ils ont déplacé leur argent des pays pauvres vers les pays riches. Pourquoi ? Ca peut paraître idiot puisque la valeur de leur argent ne change pas.

Le problème c'est qu'il y a une situation dans laquelle ça n'est pas équivalent d'avoir son argent dans une banque grecque ou une banque allemande. C'est en cas d'éclatement de l'Euro ! L'argent placé en Grèce redeviendra des drachmes alors que celui placé en Allemagne se transformera en Deutschemark ! C'est mieux que de l'alchimie, on transforme des pièces en chocolat en pièces d'or ! Entre une somme en Euro se transformant en drachmes ou la même somme se transformant en marks, on peut s'attendre à peu près à une différence de valeur de 50%, ça vaut le coup non ?

Autrement dit, les investisseurs européens spéculent sur la fin de l'Euro. N'est-ce pas une preuve que l'Euro est condamné ? Si les déficits du système target2 continuent à se creuser et rien ne pourra les en empêcher, l'Euro est condamné à 5 ou 10 ans. Le mieux serait donc d'en sortir avant cette catastrophe.

Écrit par : Kad | 03 juin 2016

aoki: "J'apprécie plus la proposition de faire des cadeaux fiscaux aux entreprises qui réinvestissent en France afin de créer de l'emploi. Cela me semble d'une logique bien plus positive !"

Bonne idée, sauf que... c'est interdit par les traités européens, en particulier par l'article 107 du TFUE (traité sur le fonctionnement de l'Union Européenne) qui règle les questions des avantages fiscaux faits aux entreprises et qui interdit toute utilisation d'une fiscalité différenciée. (entre autres pour empêcher le protectionnisme)

Écrit par : Kad | 03 juin 2016

à Kad:
"l'article 107 du TFUE (traité sur le fonctionnement de l'Union Européenne) qui règle les questions des avantages fiscaux faits aux entreprises et qui interdit toute utilisation d'une fiscalité différenciée. (entre autres pour empêcher le protectionnisme)"

Quand on sait que le président de la commission en a fait un système de prospérité au Luxembourg (Luxleaks) lorsqu'il était à sa tête; cet article 107 du TFUE ne fait plus trop sérieux et la commission européenne aussi du même coup !

Écrit par : aoki | 03 juin 2016

" La différence de la balance commerciale entre la France et l'Allemagne se creuse. Et le point de pivotement est l'introduction de l'Euro. "

Ce point de pivot correspond aussi avec l'introduction des 35 heures qui a plombé la compétitivité de la France face à des pays comme l'Allemagne. Le déclin économique Français date d'avant l'introduction de l'Euro.

" c'est qu'on ne peut pas être dans un même espace monétaire si on n'a pas la même productivité. "

Ce qui est faux. En prenant un espace économique de taille comparable que la zone euro comme les Etats-Unis ces derniers sont aussi sous un même espace monétaire dont les états qui la composent ont des politiques économiques qui leur sont propre avec des taux de productivité, de croissance et de chômage qui peuvent aller du simple au double entre état. Ce serait comme d'accuser le dollars d'être responsable de la faillit de la Californie ou de Détroit.

" L'Allemagne a une économie très productive ce qui n'est pas le cas de la France "

En matière de productivité la France est tout autant productive que l'Allemagne si ce n'est plus. La productivité française est l'une des plus élevée du monde. Si cette productivité ne rend pas la France tout autant compétitive c'est avant tout que sa politique économique et son model sociale plombe sa croissance. Le déclin économique Français s'est amorcé dés le début des années 80 et c'est accéléré sous Mitterrand.

" L'Allemagne a tout intérêt à avoir une faible inflation, la France non. Avec une faible inflation, les produits français deviennent trop chers par rapport à leur qualité. Alors que ceux de l'Allemagne qui ont une réputation de haute qualité ne risquent rien à être plus chers. "

La France auraient tout intérêt à avoir une inflation forte? Mais l'inflation c'est aussi une hausse général des prix qui plombe l'économie intérieur. Et dévaluer sa monnaie pour exporter rend les importations comme le pétrole et autres matières premières plus cher. La France pourrait devenir compétitive en exploitant son propre gaz de shiste pour réduire sa facture énergétique. C'est ce qu'a fait la Caroline du nord et cela a permis à une usine chinoise de textile de venir ouvrir une usine. Là aussi si la France rate ce virage énergétique qui la rendrait plus compétitive n'est de la faute à l'Euro mais à l'intégrisme rouge-vert.

" Alors que ceux de l'Allemagne qui ont une réputation de haute qualité ne risquent rien à être plus chers. "

Ils n'ont pas non plis été épargnés par les délocalisations en direction de l'Europe de l'est.

" Je ne dis pas que l'Euro est le seul problème de la France, mais c'est le premier de ces problèmes. "

Le problème c'est la succession de dirigeants qui n'ont jamais été capable de réformer la France. C'est le socialisme le problème français. Encore une fois quand la France a adapté l'Euro son économie n'était pas bonne depuis plus de 20 ans.

" Sur le graphique, on voit que tout s'est à peu près bien passé jusqu'en 2008. Les créances s'annulaient et la balance des divers pays restait à peu près à zéro. Mais la crise financière est passée par là. Et les investisseurs se sont mis à paniquer. Ils ont déplacé leur argent des pays pauvres vers les pays riches. Pourquoi ? Ca peut paraître idiot puisque la valeur de leur argent ne change pas. "

il y a eu aussi un événement lié à la Grèce suite aux manipulations comptables de l'état grec qu'un euro grec n'avait plus la même valeur qu'un Euro allemand. C'est en fait le spéculateurs qui auraient ceux qui ont mis à jour ce poteau rose.

" Bonne idée, sauf que... c'est interdit par les traités européens, en particulier par l'article 107 du TFUE (traité sur le fonctionnement de l'Union Européenne) qui règle les questions des avantages fiscaux faits aux entreprises et qui interdit toute utilisation d'une fiscalité différenciée. (entre autres pour empêcher le protectionnisme) "

Pourtant des pays comme l'Irlande ou la GB ont des fiscalités avantageuses par rapport à des pays comme la France ou la Belgique et s'en privent pas pour y attirer des entreprises étrangères.

D.J

Écrit par : D.J | 03 juin 2016

DJ: "Ce point de pivot correspond aussi avec l'introduction des 35 heures qui a plombé la compétitivité de la France face à des pays comme l'Allemagne."

Sauf qu'on voit la même chose pour d'autres pays du Sud, (Grèce, Italie, Espagne, Portugal) qui eux n'ont pas eu les 35 heures. Et puis dans certaines grandes entreprises allemandes, comme VW par exemple, on travaille moins de 35 heures! Cela n'empêche pas cette entreprise d'être en bien meilleure forme que ses concurrents français. La raison, c'est que les marques du groupe VW ont une tellement bonne réputation qu'elles peuvent vendre des poubelles sur roulettes pour un prix exorbitant et elles continueront à vendre ! On a bien vu par exemple que le scandales des valeurs de pollution truquées n'a même pas entamé la réputation du groupe. Les marques françaises par contre ont bien tenté de monter en gamme avec des modèles cherchant à concurrencer les berlines allemandes, mais cela reste des voitures françaises dans l'esprit des gens. Et elles sont beaucoup trop chères pour des voitures françaises.

"Ce qui est faux. En prenant un espace économique de taille comparable que la zone euro comme les Etats-Unis ces derniers sont aussi sous un même espace monétaire dont les états qui la composent ont des politiques économiques qui leur sont propre avec des taux de productivité, de croissance et de chômage qui peuvent aller du simple au double entre état. Ce serait comme d'accuser le dollars d'être responsable de la faillit de la Californie ou de Détroit."

La grosse différence entre l'Europe et les Etats-Unis, c'est que ce pays s'est construit par extension d'un même peuple dans un grand territoire, alors qu'en Europe il n'y a pas de peuple européen. Un Californien n'aura aucune peine à accepter qu'une partie de ses impôts ou de ses prélèvements sociaux serve à financer des chômeurs de l'Iowa, car c'est son compatriote et il veut qu'il puisse vivre correctement. Par contre, un Allemand refusera toujours que son argent serve à nourrir des Grecs. C'est en cela que l'utopie européenne n'a aucune chance de fonctionner.

"Et dévaluer sa monnaie pour exporter rend les importations comme le pétrole et autres matières premières plus cher"

C'est vrai, mais mieux vaut des travailleurs payant leur carburant plus cher que des chômeurs n'ayant pas assez d'argent pour payer leur carburant. Quant aux prix à l'exportation, ils sont un peu grevés par un prix d'achat des matières premières plus élevé, mais globalement, le prix reste plus intéressant que dans le cas d'une inflation faible. Cela permet donc de booster la consommation locale et les exportations.

Et pour le gaz de schiste, je ne suis pas tout à fait convaincu de son intérêt. Certaines études montre que le prix de son extraction en France serait prohibitif. Mais en tout cas, il a plus de chances d'être intéressant avec une forte inflation et donc un prix des importations de pétrole plus élevé.

"Le problème c'est la succession de dirigeants qui n'ont jamais été capable de réformer la France. C'est le socialisme le problème français. Encore une fois quand la France a adapté l'Euro son économie n'était pas bonne depuis plus de 20 ans."

Lorsque l'Euro a remplacé le Franc, la France avait un Président de droite depuis 7 ans.

Le problème ça n'est pas de savoir si le gouvernement est de gauche ou de droite. Le problème c'est que le gouvernement français ne décide plus de rien en matière économique. C'est Bruxelles (commission européenne) et Francfort (BCE) qui prennent toutes les décisions. Donc quel que soit le gouvernement, il y a la même politique. Et comme les Français ne sont pas un peuple qui aime ce type de politique, il y a des grèves et des blocages. Résultat, la France ne peut pas avancer.

"Pourtant des pays comme l'Irlande ou la GB ont des fiscalités avantageuses par rapport à des pays comme la France ou la Belgique et s'en privent pas pour y attirer des entreprises étrangères."

Parce que leur fiscalité n'est pas protectionniste. Elle n'encourage pas le marché local par rapport au marché européen et international comme ce qu'a proposé aoki. La fiscalité de l'UE n'est pas harmonisée, mais elle suit des règles au niveau de la concurrence uniquement.

Par contre, je suis d'accord avec vous que la fiscalité française est un gros problème au niveau de la compétitivité. Mais elle représente bien la fuite en avant que représente le payement des intérêts d'une dette colossale dans une économie qui refuse l'inflation. La dette se creuse d'année en année. Pour tenter de payer les intérêts, les impôts augmentent sans cesse, grévant les budgets des consommateurs et des entreprises. Finalement, les entreprises licencient pour augmenter la productivité. (comme vous le dites, la productivité française est très élevée, mais c'est avant tout dû à des charges énormes forçant les entreprises à diminuer les dépenses salariales et donc à licencier) Et les chômeurs payent moins d'impôts, ce qui fait qu'au final, l'Etat ne gagne même pas beaucoup plus d'argent, mais fait plus de dépenses sociales...

Il faut savoir qu'en France, la TVA dont le taux est pourtant élevé ne suffit même pas à payer les seuls intérêts de la dette publique. L'inflation serait un moyen de maintenir la dette dans des proportions acceptables. (sachant que d'une certaine manière, on peut considérer l'inflation comme un impôt caché, mais un impôt qui taxe le capital plutôt que le travail) Mais ça n'est possible qu'en ayant le contrôle de sa monnaie.

Pour être complet, il faut dire que les taux d'intérêts sont plus élevés avec une forte inflation car leur calcul en tient compte. Donc ça n'est pas une solution miracle. Mais je pense toujours qu'il vaut mieux un pays qui travaille et rapporte des impôts qu'un pays au chômage.

Écrit par : Kad | 06 juin 2016

" Sauf qu'on voit la même chose pour d'autres pays du Sud, (Grèce, Italie, Espagne, Portugal) qui eux n'ont pas eu les 35 heures. "

Ces pays se sont sur endettés et on fait faillite ou comme l'Espagne qui s'est en plus crée lui-même une crise immobilière à cause des crédits facile et une corruption endémique. Ces pays sont responsable de leur propre politique économique. Tout les pays de la zone Euro n'ont pas connu cela. Luxembourg, Autriche, Finlande, Pays-bas etc...

" Et puis dans certaines grandes entreprises allemandes, comme VW par exemple, on travaille moins de 35 heures! Cela n'empêche pas cette entreprise d'être en bien meilleure forme que ses concurrents français. "

C'est parce que ces entreprises ont eu la liberté de négocier une baisse des heures travaillées avec des contre-parties favorables à l'entreprise comme l’acceptation d'une diminution des salaires. Contrairement à la France dont les 35 heures ont été imposée sans aucune négociation avec les patrons.

" Lorsque l'Euro a remplacé le Franc, la France avait un Président de droite depuis 7 ans. "

Les président et les gouvernements de droite en France sont autant étatiste et dépensiers que la gauche. L'économie socialiste en France socialisme est tradition autant à gauche qu'à droite.

" Le problème ça n'est pas de savoir si le gouvernement est de gauche ou de droite. Le problème c'est que le gouvernement français ne décide plus de rien en matière économique. C'est Bruxelles (commission européenne) et Francfort (BCE) qui prennent toutes les décisions. Donc quel que soit le gouvernement, il y a la même politique. "

Ce qui est faux. La preuve c'est que plusieurs pays membre de l'UE n'ont pas intégré la zone euro. Le code du travail en France qui est un boulet pour l'emploi est une politique de la France. Il n'y a pas un code du travail unique comme il n'y a pas de politique fiscale commune puisqu'il y a autant de taux fiscales différentesqu'il y a de pays membres. La plupart des pays de l'UE ont aboli l 'impôt sur la fortune alors que la France non. Ce n'est pas l'UE qui a imposé à la France de le conserver. L'UE n'impose pas non plus à tout ses membres le nombre d'heures travaillée par semaine. Il y a bien des directives communes en matière de politique économique comme celle qui consistent à libéraliser les services publiques. Mais dire qu'en matière d'économie c'est tout l'UE qui décide c'est archi-faux. La politique économique de la France n'a rien à voir avec celle de la GB ou de l'Allemagne. Ce n'est pas un hasard si la France à une croissance molle un chômage et une dette élevé comparé à d'autre membres de l'UE.

" La raison, c'est que les marques du groupe VW ont une tellement bonne réputation qu'elles peuvent vendre des poubelles sur roulettes pour un prix exorbitant et elles continueront à vendre ! On a bien vu par exemple que le scandales des valeurs de pollution truquées n'a même pas entamé la réputation du groupe. "

Ils ont trichés sur des normes anti-pollution étatiques qui ne sont que finalement des normes subjectifs. Ce n'est pas ici que l'on peut affirmer qu'un model de voiture est de bonne oud e mauvaise qualité.

" La grosse différence entre l'Europe et les Etats-Unis, c'est que ce pays s'est construit par extension d'un même peuple dans un grand territoire "

Pas du tout ce pays s'est construit avec des immigrés venant de toute l'Europe de pays différents. Cette Europe dont vous venez d'affirmer qu'il n'y a pas un seul peuple européen. Je ne parle pas non plus des asiatiques qui sont aussi une composante de l'immigration des débuts.

" Un Californien n'aura aucune peine à accepter qu'une partie de ses impôts ou de ses prélèvements sociaux serve à financer des chômeurs de l'Iowa, car c'est son compatriote et il veut qu'il puisse vivre correctement. Par contre, un Allemand refusera toujours que son argent serve à nourrir des Grecs. C'est en cela que l'utopie européenne n'a aucune chance de fonctionner. "

En quoi être d'accord ou non des transfères de richesses change quelque chose économiquement. Vous affirmiez que l'ont ne peut pas avoir une même monnaie dans un espace ou la productivité n'est pas la même. Les USA prouve le contraire sur ce point précis que vous avez affirmez.

" C'est vrai, mais mieux vaut des travailleurs payant leur carburant plus cher que des chômeurs n'ayant pas assez d'argent pour payer leur carburant. "

Toute l'économie dépend du prix des matières premières. Cela rend rend aussi le coût des charges pour les entreprises plus importantes. Je ne crois pas que cette politique soit favorable à l'emplois.

" le prix reste plus intéressant que dans le cas d'une inflation faible. "

" Quant aux prix à l'exportation, ils sont un peu grevés par un prix d'achat des matières premières plus élevé, mais globalement, le prix reste plus intéressant que dans le cas d'une inflation faible. Cela permet donc de booster la consommation locale et les exportations. "

Vous croyez qu'une inflation forte qui est synonyme d'augmentation général des prix va boosté la consommation locale? Rendre une monnaie plus faible pour plus exporter ne vous garantit pas que vous serez compétitif sur la scène internationale. C'est même souvent le contraire à moins d'avoir d'avoir une monnaie comme le dollar qui est une valeur sur très prisés par les investisseurs du monde entier. La Suisse à toujours eu une monnaie forte et une faible inflation et un endettement relativement bas en comparaison internationale. Elle a bénéficie d'un plein emploi et reste depuis des années l'un des pays les plus compétitifs de la planète.

" Par contre, je suis d'accord avec vous que la fiscalité française est un gros problème au niveau de la compétitivité. Mais elle représente bien la fuite en avant que représente le payement des intérêts d'une dette colossale dans une économie qui refuse l'inflation. "

Ce n'est pas que la fiscalité c'est tout son model sociale qui est à revoir. Payer ses dettes par de l'inflation est encore une fois une mauvaise idées. Non seulement vous augmenté tout les prix à la consommation ( ce qui revient à une sorte d'impôt déguisé payé par le consommateur ) mais en plus c'est un prétexte pour ne pas faire des économies. C'est le risque d'enter dans une spirale inflationniste qui rend de plus en plus difficile une issue favorable à l'économie.

" L'inflation serait un moyen de maintenir la dette dans des proportions acceptables. (sachant que d'une certaine manière, on peut considérer l'inflation comme un impôt caché, mais un impôt qui taxe le capital plutôt que le travail) Mais ça n'est possible qu'en ayant le contrôle de sa monnaie. "

Mais pourquoi vouloir en revenir à des systèmes économiques inflationnistes qui ont fini par montrer leur limite. Pourquoi les pays les plus performants économiquement n'ont pas d'inflation et de chômage élevé? Et pourquoi le Venezuela qui a une sur-inflation coule à pic ou la Russie qui malgré une forte inflation est en récessions?

D.J

Écrit par : D.J | 06 juin 2016

Les commentaires sont fermés.