25 mai 2016

Papounet 1er, prends-les pour des enfants mais guide-les !

Le pouvoir français n’a pas la gaule. Seul Denis Baupin semble encore capable d’érection. Ce pouvoir a atteint une zone de grande souffrance. Il oscille entre les zombies et les raptors. Emmanuel Macron par exemple, raptor parmi d’autres, contredit systématiquement et publiquement le président et le premier ministre. Ça fait super désordre.


hollande,vallaud belkacem,père,nation,gauche,stéréotype,genderStéréotypes de retour

Un nouveau pas a été franchi, celui du reniement. On le sait, ce gouvernement soutient sans faille l’idéologie indifférencialiste du gender. Madame le ministre Najat Vallaud Belkacem n’a de plaisir qu’à voir une petite fille jouer au foot et un petit garçon baigner sa poupée à la crèche. Les stéréotypes et leurs déterminismes seraient le diable, l’ennemi de la liberté. Même si de son côté le ministre se maquille comme les filles alors qu’aucun collègue masculin ne le fait.

Pourtant Najat semble s’être réconciliée avec les stéréotypes à fort taux de déterminisme. À moins qu’elle ne se soit reniée. En effet elle vient de déclarer:

« … un responsable politique au sommet de l’État, qui préside aux destinées d’un pays, d’une certaine façon il a un peu un rôle équivalent à ce que peut avoir un père de famille ou une mère de famille à l’égard de ses enfants. »

 

Ah, ça! En appeler au père de famille, ce pur produit du patriarcat honni, cet abuseur potentiel, ce gardien des pires déterminismes, ce stéréotype de la domination selon la doxa gorgonesque, pour tenter de sauver sa place, il fallait le faire. Elle a dû en avaler son foulard Hermès collection spéciale prolo. 

 

 

hollande,vallaud belkacem,père,nation,gauche,stéréotype,genderL’émergence de Papounet 1er

Mais cherchons la bébête: comparer le président à un père de famille (beurk! – les pères, les hommes, la famille…), et donc voir les citoyens et citoyennes comme des enfants, n’est-ce pas un peu bateau? Voire paternaliste? Elle ajoute:

« N’est-il pas utile que de temps en temps, vous leur donniez confiance en eux-mêmes, vous leur disiez où on va et comment on y va ? Parce que vous, vous avez l’ensemble des informations utiles pour éclairer, justement, leur chemin. »

 

Les citoyens sont donc considérés comme des enfants ignares et perdus, que le papa (ou grand-papa) Hollande doit guider, éclairer, mener sur le bon chemin. Papounet, prends-les pour des enfants mais guide-les! 

Mais pourquoi, pourquoi la gauche en général ne peut-elle se contenter de parler politique? Pourquoi ajoute-t-elle des métadonnées, comme ici l’image affectueuse et rassurante du père de la nation? Elle est presque toujours dans l’affect, la manipulation, le jugement de valeur, la contrainte morale. C’en est insupportable.

Papounet 1er, icône paternelle de la nation sans identité fixe: quelle situation surréaliste pour un président qui avait annoncé se refuser à tout jeu politicien. On y est pourtant en plein. Signe que la bête de gauche flippe dur pour 2017.

 

 

09:33 Publié dans Humour, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : hollande, vallaud belkacem, père, nation, gauche, stéréotype, gender | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Stéréotypes encore: Najat-Barbie jouant à "Martine va au secours de son papy", c'est tellement smart...

Écrit par : hommelibre | 25 mai 2016

Les commentaires sont fermés.