19 mai 2016

Bonobo attitude et affaire Baupin : des élues en désaccord avec la meute

Les vagues de l’affaire Baupin ne se ressemblent pas toutes. Le député accusé de harcèlement sexuel par des collègues du parti Les Verts reçoit indirectement un soutien inattendu. Trois autres voix tiennent un discours nettement différent de la meute.

 


 taupin,sexisme,révolution sexuelle,christine Boutin,nathalie arthaud,barbara pompili,harcèlement,bonobo,Christine et Nathalie

La première vient de Christine Boutin. Ah ça, Christine Boutin?! Quelle catastrophe, cette femme est une catho réactionnaire! diront certains, pour lesquels il est plus facile d’attaquer la personne que ses idées.

Mais qu’a-t-elle dit?

« Honte de ces anciennes anciennes ministres qui laissent entendre que les hommes sont des obsédés ! Marre, vraiment marre ! » Et encore:

« La gauloiserie fait partie de l’identité française. Je refuse ce puritanisme. (…) Je refuse que dix-sept ex-ministres laissent entendre que toute la classe politique est composée d’obsédés. »

Mais la réaction la plus surprenante vient de Nathalie Artaud (image 1), porte-parole de Lutte Ouvrière (LO) – la formation de l’ancienne pasionaria candidate à la présidence Arlette Laguiller.

Madame Arthaud a pris ses distances avec les signataires d’un appel contre le harcèlement en relation avec l’affaire Baupin. Elle leur reproche d’avoir pratiqué l’omerta, de s’être tues:

« … alors qu’elles avaient « bien des moyens de se faire entendre et de se faire respecter », contrairement aux « ouvrières » et aux « employées », selon des propos tenus sur BFM TV et rapportés par le Huffington Post. »

 

 

taupin,sexisme,révolution sexuelle,christine Boutin,nathalie arthaud,barbara pompili,harcèlement,bonobo,Barbara

Secrétaire d’État à la biodiversité et ancienne co-présidente des Verts, Barbara Pompili (image 2) a été en contact régulier avec Denis Baupin. Dans cette affaire elle a refusé de se porter témoin à charge. Selon le magazine Le Point:

« Elle raconte avoir été sollicitée, ainsi que la députée écologiste Véronique Massonneau, pour se joindre aux accusations. Mais elle a refusé. « On m’a demandé de me placer en victime de Baupin. Comme j’ai refusé, je me suis retrouvée en position d’accusée. Dans cette histoire, on est soit victime, soit complice ». Merci les féministes mononeurones…

Elle ajoute:

« Cela me met en colère! C’est assez terrible, cette injonction à être une victime. » À qui le dites-vous, chère madame. Et avec bon sens:

« On peut tirer du positif de cette histoire si ça permet à des femmes agressées de libérer leur parole. Et si certains peuvent se poser des questions sur la limite de ce qui est acceptable. Draguer, c’est acceptable. La limite dépend des personnes et de ce qu’elles ressentent. Ce n’est pas si simple. »

Elle va se faire guillotiner par ses collègues, Barbara! Elle précise enfin qu’elle a reçu certains sms charmeurs de la part du député Baupin:

« Quand je lui ai dit stop, il s’est excusé platement et a dit : Je ne veux pas que ça crée des problèmes entre nous », raconte-t-elle. Barbara Pompili explique également que ce genre de choses lui est souvent arrivé au cours de sa carrière : « J’ai souvent été sollicitée par des hommes qui me trouvaient sympathique et qui m’ont dit qu’ils voulaient aller plus loin. J’ai dit stop et ça s’est bien passé. »

 

 

taupin,sexisme,révolution sexuelle,christine Boutin,nathalie arthaud,barbara pompili,harcèlement,bonobo,Flippées

Il n’est pas seulement question de gauloiserie française. Ces personnes représentent une génération qui a vécu la révolution sexuelle des années 1970 et suivantes. Les comportements avaient radicalement changé. Une grande permissivité s’était instaurée dans les relations entre les femmes et les hommes. 

Ni les femmes ni les hommes de ces années-là n’avaient le sentiment d’une transgression pénale, mais bien plutôt celui d’une transgression sociale et culturelle, désirée par autant de femmes que d’hommes. Des murs et des cloisonnements tombaient. J’ai aussi connu cette période et j’en comprends l’émergence dans cette époque. 

Je ne dis pas que la bonobo attitude est la prochaine étape de l’humanité et sans doute la révolution sexuelle mérite-t-elle un examen attentif et contradictoire, mais on doit comprendre que cette génération a vécu et vit cette liberté de comportement comme un gain et un acquis, comme une balise majeure dans l’inéluctable marche vers l’individualisme. Dans cette sorte de révolution culturelle ce n’était plus la société qui dictait les comportements, c’était à chacun de se déterminer et de poser des limites si nécessaire. Le consentement devenait un contrat à deux. Un désaccord devait être exprimé immédiatement et clairement. 

Si un nouveau puritanisme s’instaure contre le libertinage à la française, et l’on y court, il faudra quand-même faire l’inventaire objectif de cette révolution sexuelle et relationnelle dont les femmes ont bénéficié autant que les hommes. Les femmes n’en étaient pas victimes. 

Si les féministes veulent régresser culturellement cela les regarde – après tout il y a bien des couvents de nones – mais qu’elles n’entraînent pas l’ensemble de la société dans leur trip de flippées. Flip confirmé par ces propos délirants et paranoïaques d’une autre Verte:

« Ces violences à caractère sexuel manifestent de manière particulièrement ignominieuse un système de pouvoir des hommes sur les femmes bien plus global et séculier dans notre société. »

Cette arrogante surfe sur le fond de commerce victimaire. La déraison s’est bel et bien installée dans notre culture.

 

 

Images:

1: Nathalie Arthaud; 2: Barbara Pompili; 3: Jean-Honoré Fragonard, Conversation galante dans un parc (1754).

 

 

 

Commentaires

Cher hommelibre,

- « la bonobo attitude »

Le Larousse me dit ce qu'est ... un "bonobo". Donc je crois savoir ce que c'est.
Le Larousse me dit ce qu'est ... une "attitude". Donc je crois savoir ce que c'est.

Mais "La bonobo attitude" ? Quel est donc ce nouvel animal qui ne demande qu'à figurer dans le Larousse et de passer à la télé ?

Écrit par : Chuck Jones | 20 mai 2016

Les Bonobos sont réputés pour se serrer les sexe en guise de salut. Les femelles écartent les jambes à la demande ce qui contribue à la paix sociale...

Écrit par : François ALLINE | 03 juin 2016

Bonjour Homme libre,
Vous avez aussi dans "CAUSEUR" un florilège d'articles critiques sur le féminisme actuel, en particulier sur l'affaire Baupin, et des Elisabeth Levy ou autres journalistes ne sont pas tendres avec ces hystériques.

Écrit par : ALLINE | 03 juin 2016

Franchement, du "jouir sans entraves " du MLF au "Osez le clitoris" de Caroclito, je ne vois pas de quoi elles se plaignent...

Écrit par : François ALLINE | 03 juin 2016

Ben.. Elles préfèrent être draguées par des femmes que par des hommes....

Écrit par : Patoucha | 05 juin 2016

C'est pour ça que je leur avais proposé de s'associer à mon association "Osez le pénis"...

Écrit par : François ALLINE | 05 juin 2016

- « Les Bonobos sont réputés pour ... Les femelles ... »

Voui. Faut croire que les mâles contribuent alors ... au désordre social. Et si, pour préserver la paix sociale, ... les bonobos femelles n'auraient pas trouvé ... plus facile ... d'épuiser les mâles ... au lieu de les laisser semer le désordre ? Qui c'est qui _bande_ ... "à la demande", ... alors, hmmmm ?

Écrit par : Chuck Jones | 03 juin 2016

Evidemment que les mâles contribuent. Dans l'espèce humaine (c'est valable pour les Bonobos) sils n'étaient pas désirant il n'y aurait pas de vie. Uniquement de la survie. Pour combien de temps ?
Quel désordre y-a-t'il a vouloir "tirer son coup" cet impératif qu'a imposé MÈRE nature.Elle n'est pas folle, elle connaît la limite des capacités de son genre sexué puisque c'est elle qui l'a établi.
Qui bande ? Ben l'homme évidemment. Normal, c'est lui qui donne la vie et a construit civilisation et culture labourant et ensemençant ce champ infertile qu'est la femme sans qu'il ne se dévoue. Elle a pensé à tout, ça s'appelle le DÉSIR.
Chuck, arrêtez de vous détester, sans le masculin rien ne serait. n'existerait.
Chuck, êtes vous bien certain qu'en matière de plaisir, le masculin est essentiellement besoin du féminin ?
Aujourd'hui, les garçons Japonais s'en passent très bien. 76% des 18/34 ans s'en désintéressent. En France, 40% du même âge préfèrent leur console de jeu.
Alors, vous croyez que le masculin va éternellement "bander" pour un genre sexué qui lui casse les Cou..." ?
Cela étant, votre dévotion à la déesse vagin unique est touchante...

Écrit par : François ALLINE | 03 juin 2016

- « ... cet impératif qu'a imposé MÈRE nature.Elle n'est pas folle, elle connaît la limite des capacités de son genre sexué puisque c'est elle qui l'a établi. »

- « ... Elle a pensé à tout, ça s'appelle le DÉSIR. »

Ca a l'air vachement rigolo comme religion ... je veux dire à étudier, bien sûr.
Cest quoi le livre sacré qui contient les vérités fondamentales de "MERE nature" ?

Écrit par : Chuck Jones | 05 juin 2016

Si c'était une religion, ce serait l'animisme...et son église le femelisme (contraction du féminisme radical et du maternalisme gluant)ce poison dont crèvent à petit feu nos sociétés occidentales parasitées, vampirisées et gangrènes par ce pouvoir ayant détrôné le patriarcat (ancestralement oppresseur, vous êtes au courant ?)

Écrit par : François ALLINE | 05 juin 2016

"... vous êtes au courant ?)"

Non! Mais au "Quran" :)

Écrit par : Patoucha | 05 juin 2016

Voire au "Coran"....

Écrit par : François ALLINE | 05 juin 2016

Voire au "Coran"....

Écrit par : François ALLINE | 05 juin 2016

Lol Quran est l'anglais de Coran!

Écrit par : Patoucha | 06 juin 2016

- « Si c'était une religion, ce serait l'animisme. »

Vous êtes sûr ? Parce que si on était à la télé dans un jeu où on pose des questions très difficiles et que Julien demande ...

... "Elle" ... se cache derrière le pseudo "MERE nature",
... "Elle" ... "n'est pas folle",
... "Elle" ... "connaît la limite des capacités de son genre sexué puisque c'est elle qui l'a établi",
... "Elle" ... "a pensé à tout".
... Qui est "Elle" ?

... eh ben, moi, je saurai pas quoi répondre d'autre que, et très sérieusement, ...

... "Elle", benhhh ... c'est Dieu!

Écrit par : Chuck Jones | 05 juin 2016

Si on était dans un jeu télé, je vous répondrais : Mère Nature, aussi appelée Dame Nature ou simplement la Nature, est une des allégories de la nature ; c'est une représentation anthropomorphique de la nature qui se fixe sur le don de la vie et les caractéristiques nourricières de la Nature en les incarnant sous la forme de la Mère.

Les images de femmes représentant notre Terre, et Mère Nature, sont présentes dans un large nombre de cultures, depuis très longtemps ect...

Elle a accouché de Dieu sans faire gaffe....

Écrit par : François ALLINE | 05 juin 2016

- « Si c'était une religion, ce serait l'animisme. »
- « Si on était dans un jeu télé, je vous répondrais : Mère Nature, ... est une des allégories de la nature ... »
- « Elle a accouché de Dieu sans faire gaffe.... »

C'est pour ca que je trouve cette religion très intéressante ! C'est une religion qui raconte des blagues et j'aime bien les bonnes blagues !

Mais pour en revenir au temps présent, ... et à ce que vous disiez ...

- « Evidemment que les mâles contribuent. »
- « ... l'homme ... lui qui donne la vie et a construit civilisation ... »
- « "tirer son coup" cet impératif qu'a imposé MÈRE nature ... »

... _si c'est PAS une croyance religieuse _, "MÈRE nature" ... c'est quoi alors ? Une croyance scientifique ?

Écrit par : Chuck Jones | 06 juin 2016

Cela relève plus de l'évidence que de la croyance. La Nature nourrit "ses enfants". Puis l'homme a inventé la transcendance et Dieu est arrivé hé hé sans s'presser hé hé...
On peut considérer que le féminin est nature et la masculin culture, donc civilisation. Il n'est que de voir les sociétés de femmes millénaires existant encore de nos jours, elles en sont restés à l'âge de pierre... Les MOSO en parfait exemple, mais pas que.
Le "tirer son coup" est une conséquence logique du désir sans lequel il n'y aurait pas de vie animales.
D'ailleurs dans les sociétés où il est combattu par l'actuel femelisme c'est une démographie qui s'effondre (Japon pour l'exemple) Cette civilisation détruite par le femelisme occidental (américain) en train de redevenir une société sans éthique autre que le MATER-nalisme et MATER-ialiste.
Un gynocentrisme absolu en nouvelle règle de vie.
http://www.courrierinternational.com/article/2013/05/15/ces-japonais-qui-ne-veulent-plus-etre-des-hommes

Écrit par : François ALLINE | 06 juin 2016

- « Cela relève plus de l'évidence que de la croyance. »

Donc si c'est "plus" une "évidence" qu'une "croyance", c'est parce que c'est bien une "croyance", ... mais une "croyance" ... "plus" ... _forte_, ... ou ... "plus" _grande_ ?

Écrit par : Chuck Jones | 06 juin 2016

Oui Chuck et si ma tante en avait, ce serait mon oncle....

Écrit par : François ALLINE | 06 juin 2016

Probablement, et là ce serait la compagne transgenre de votre maman, ce qui nous ferait un lien de parenté, un vrai régal...
(Moins de ... et autres signes, vous êtes en rémission ?)

Écrit par : François ALLINE | 06 juin 2016

Et si votre tante en avait encore "plus", ce serait King Kong ?

Écrit par : Chuck Jones | 06 juin 2016

Mince alors! "MÈRE nature", qui pourtant "n'est pas folle", "a pensé à tout", sauf que votre oncle pouvait aimer les hommes ? Pas étonnant alors qu'elle lui ait "imposé" de "tirer son coup". Comme à l'armée ! Affirmatif, mon Colon ! C'est vraiment une religion très drôle.

Écrit par : Chuck Jones | 06 juin 2016

Chuck, vous vous égarez. Il faudrait peut-être penser à consulter. Je vous parle de ma tante et de votre mère et vous me répondez homosexualité.
C'est une projection ?
Souvenirs d'enfant de chœur ou de militaire ?

Écrit par : François ALLINE | 06 juin 2016

- « C'est une projection ? Souvenirs d'enfant de chœur ou de militaire ? »

Euh ... non. J'ai juste essayé de vous lire et de comprendre ce que vous avez écrit, ... puisque ce n'était pas vraiment ... tout-à-fait ... "évident".

En cas de doute, vaut toujours mieux demander pour être sûr, quand on le peut (évidemment), que de se fier à ses "croyances" pas toujours bien fondées, par exemple celle qui dit que ... Tout le monde pense la même chose (comme des robots). Evidemment, c'est pas ... tout-à-fait ... "évident", ... mais c'est ptet pour ça qu'on a bien rigolé!

Écrit par : Chuck Jones | 07 juin 2016

Chck, a part tout critiquer (peut-être ne croyez vous en rien ni personne) en vous relisant j'ai du mal à comprendre où vous voulez en venir.
Je pourrais aussi vous faire la liste de mes "sources" et de fait, si je suis un peu péremptoire c'est qu'à moins de faire des post de 3000 mots, il n'est guère facile de creuser.
Cela étant, ce ne sont pas affirmations gratuites, croyez bien que je ne cesse de faire des recherches depuis 5 ans.
Quant à ce "tout le monde", en effet ce n'est pas le cas, n'en demeure pas moins que chaque société génère ses vérités dont Richelieu disait : "Ce n'est qu'une question d'époque"

Écrit par : François ALLINE | 07 juin 2016

François,

- « ... en vous relisant j'ai du mal à comprendre où vous voulez en venir. »
- « Cela étant, ce ne sont pas affirmations gratuites, croyez bien que je ne cesse de faire des recherches depuis 5 ans. »

Ah! Vous aimez _chercher_ ? Moi aussi ! Une vértiable passion! On est vraiment fait pour s'entendre. Vous aimez les blagues ?

Oupla ... je diverge! Donc... où est-ce que je veux en venir ? ... Ah oui! ... Donc ... cherchez, ... mais cherchez bien ... dans ce que vous avez écrit ...

"Je vous parle de ma tante et de votre mère et vous me répondez homosexualité."

Un indice ? Bon, mais parce que je vous aime bien. (Mais attention! Ne confondez pas les genres, hein!)

Donc ... figurez vous que ... _je pas parlé (ou pas écrit)_ ... "d'homosexualité"!

Encore une indice ? Bon, mais c'est le dernier, hein !

Relisez moi encore une fois, mais en _vous_ relisant ... aussi ... en même temps, ... lentement, ... et aussi bien, ... si ce n'est mieux, ... que vous m'avez relu.

Etonnant, ... non ? ... Ce qu'on peut faire ... et rigoler ... sans se connaître ... et à distance !

Écrit par : Chuck Jones | 07 juin 2016

Chuck Jones me fait un peu penser à Negan dans The Walking Dead .... en moins intello !

Écrit par : rhooo | 07 juin 2016

@ François ALLINE

"On peut considérer que le féminin est nature et la masculin culture, donc civilisation. Il n'est que de voir les sociétés de femmes millénaires existant encore de nos jours, elles en sont restés à l'âge de pierre... Les MOSO en parfait exemple, mais pas que."

tout à fait exact, une féministe américaine fait le même constat.

https://jcdurbant.wordpress.com/2014/01/01/camille-paglia-si-la-civilisation-avait-ete-laissee-aux-mains-des-femmes-nous-vivrions-encore-dans-des-cases-en-paille-how-ignoring-biological-differences-undermines-western-civilization/

Écrit par : leclercq | 07 juin 2016

Les commentaires sont fermés.