05 mai 2016

Ce que les hommes ne vous disent pas…

Quelques extraits d’un article – amusant ou intéressant, c’est selon – sur les hommes. Ce sont des paroles d’experts. Ceux-ci expliquent les hommes, en particulier ce que les hommes ne disent pas à leur compagne ou leur femme (ici en anglais).


 

couple,femme,homme,parole,communication,amour,sexualité,Brut

On dit souvent que les hommes parlent moins que les femmes. Ils ne sauraient pas. On va jusqu’à les considérer comme des handicapés affectifs. C’est bien sûr tout faux. 

Les hommes ont un petit coeur qui bat très fort, et une petite tête contenant quand-même quelque neurones actifs, contrairement à l’image courante du mammifère brut de décoffrage qui tire un coup plus vite que son ombre.

Simplement, les hommes, vos hommes, ne vous disent pas tout. Pourquoi? Je n’entrerai pas dans une analyse spéculative sur leurs raisons. Je suggérerai simplement de considérer qu’il s’agit de pudeur. 

Beaucoup d’hommes que je connais et ai connus sont captivés, fascinés par les femmes. Oui, bien sûr, qu’imaginiez-vous? Mais ils ne disent pas tout, pas tout de leurs besoins. Leur pudeur les retient de commettre des impairs. Ou peut-être que, forgés par des millions d’années à occuper la fonction de guerrier et de défenseur, ils restent d’instinct trop vigilants pour se montrer vulnérables et pour prendre le risque de laisser détourner leur attention. 

Il faut donc les décoder. Certains et certaines tentent ici de s’y coller. Et cela donne ces quelques pistes de réflexion (source en français ici).

 

 

1. Il n’a pas besoin de vos critiques ou de vos corrections

« Expliquez-vous constamment à votre homme comment faire les choses correctement? Si c’est le cas, arrêtez. De nombreux hommes ne supportent pas de recevoir des critiques et des ordres de la part de leur partenaire même s’ils les appréciaient au début de la relation lorsqu’ils se sentaient encore valorisés et appréciés », explique la psychologue Harriet Lerner, auteure de The Dance of Age et Marriage Rules. Vous pensez peut-être aider, mais votre mari pourrait finir à cran à cause de vos indications permanentes. Soyez là pour l’aider lorsqu’il fait couple,femme,homme,parole,communication,amour,sexualité,appel à vous, sinon surprenez-le plutôt avec des compliments, explique H. Lerner. Faites en sorte qu’il se sente valorisé et respecté, plutôt que jugé.

 

2. Il adorerait entendre merci

« Les femmes ont tendance à accomplir des tâches parce qu’elles doivent être faites. Les hommes ont tendance à accomplir des tâches car leur femme le souhaite et ils veulent la rendre heureuse », explique Anne Crowley, docteur et psychologue basée à Austin. Alors, la prochaine fois que votre mari vide le lave-vaisselle ou qu’il s’occupe des tâches sur votre liste, dites-lui merci car il le fait pour vous.

 

3. Il n’arrive pas à rester concentré quand vous parlez trop longtemps

Les hommes disent parfois qu’ils n’aiment pas parler alors qu’en réalité ils ne souhaitent tout simplement pas être pris au piège dans une longue conversation inutile. Entraînez-vous à être plus concise surtout si vous souhaitez vraiment qu’il entende votre message. Ils ne savent pas comment dire à leur femme de parler moins. Essayez d’être brève si vous êtes mariée à un homme qui ne parle pas beaucoup, explique H. Lerner. « Plus vous parlerez, moins il vous écoutera. Parfois, le nombre de mots et l’intensité de la voix sont vos ennemis ».

  

couple,femme,homme,parole,communication,amour,sexualité,4. Il souhaite que vous appréciiez le sexe

« Pour les hommes, de bonnes relations sexuelles ne se limitent pas à un orgasme. Les hommes sont particulièrement excités lorsqu’ils voient leur femme profiter des relations sexuelles », explique la thérapeute Angela Skurtu, auteure de Pre-Marital Couseling: a guide for clinicians, et propriétaire de St Louis Marriage Therapy LLC. Un homme sait bien lorsque sa partenaire apprécie les relations sexuelles, et est dévasté lorsqu’elle ne s’investit pas vraiment dans la vie sexuelle du couple. Alors impliquez-vous. Trouvez une manière de rendre le sexe agréable pour tous les deux et votre homme vous en remerciera.

  

5. Il n’a pas besoin que vous gériez ses relations

Vous arrive-t-il de vous incruster et de clarifier les idées de votre partenaire comme si vous étiez sa traductrice lorsqu’il discute avec d’autres personnes? David Murrow, auteur de What your husband isn’t telling you, explique comment cela a influencé ses relations avec les autres: « Ma femme était quasiment devenue mon porte-parole, mon interprète aux yeux du monde. Cela me gênait inconsciemment et je luttais en me renfermant sur moi-même ». Ne devenez pas le porte-parole de votre mari. Vous êtes tombée amoureuse de lui à cause de ce qu’il a à dire, après tout.

  

couple,femme,homme,parole,communication,amour,sexualité,6. Il déteste deviner ce que vous voulez

Votre homme ne sait pas lire dans les pensées alors ne jouez pas avec lui, qu’il s’agisse de votre cadeau d’anniversaire ou du restaurant pour la soirée. « Dites-lui clairement ce que vous ressentez, ce que vous voulez. Ne vous attendez pas à ce qu’il devine. Et ne le punissez pas s’il ne parvient pas à lire dans vos pensées », explique D. Murrow dans son livre What your husband isn’t telling you. Dites-lui que vous voulez des fleurs cette semaine et soyez heureuse lorsqu’elles arrivent. Les bons maris ne naissent pas comme ça, ils sont formés. A. Skurtu est d’accord et suggère de dire cela à votre mari la prochaine fois que vous vous sentez déconnectée de lui: « J’adorerais qu’on se fasse une petite soirée ce week-end. Ça te dit de nous organiser ça? »

  

7. Il est plus sensible qu’il n’y paraît, surtout au lit

« L’image macho pourrait vous faire croire que les hommes sont prêts à faire l’amour à tout moment », explique I. Helfand. En réalité, si un homme ne se sent pas séduisant ou désiré par sa partenaire, cela a un impact sur ses envies et ses capacités sexuelles.

  

couple,femme,homme,parole,communication,amour,sexualité,8. Il souhaite entendre Je t’aime plus souvent

Ne partez pas du principe qu’il le sait déjà. Dites-lui tous les jours, explique C. Schmitz. Nous avons appris beaucoup de choses sur les milliers de couples que nous avons interviewés à travers le monde. Et ce qui ressort le plus de ces interviews, c’est que les gens qui sont amoureux le disent! A. Crowley est d’accord et ajoute que les maris souhaitent se sentir importants aux yeux de leur femme. « Dites-lui et montrez-lui à quel point il compte dans votre vie ».

 

 

 

Tous les hommes et tous les couples ne se reconnaîtront pas dans l’ensemble de ces observations. Mais il y a des pistes intéressantes à creuser.

 

 

 

 

 

10:00 Publié dans Psychologie, société | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : couple, femme, homme, parole, communication, amour, sexualité | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Est-ce du second degré ?!?!
Les pages "psycho" des journaux féminins sont à la psychologie ce que la barbe à papa est au moelleux au chocolat ;-)))

Les femmes éduquent donc d'autres femmes, afin que les hommes puissent rester tels qu'ils sont. En gros.
C'est un grand encouragement au maternage, je trouve que ces psychologues font comme si les hommes n'étaient pas des adultes:

-"Soyez là pour l’aider lorsqu’il fait appel à vous, sinon surprenez-le
plutôt avec des compliments"

- "Entraînez-vous à être plus concise surtout si vous souhaitez vraiment qu’il entende votre message. Ils ne savent pas comment dire à leur femme de parler moins. "

Ensuite, elles font comme si les femmes qui lisent ces articles ou livres ne pouvaient pas s'imaginer que les hommes aient les mêmes besoins basiques qu'elles ( les femmes). La relation de couple se base sur la réciprocité ( quel truisme !).
Ou alors, c'est peut-être du pur recyclage ?
Pour avoir lu des tonnes de magazines féminins, je reconnais des phrases entières de bons conseils, p.ex. pour la communication avec son ado, sa belle-mère ou avec ses vieux parents. Il me semble même avoir vu de tels conseils adressés aux hommes, qui liraient le journal de leur femme ( annoncé de façon sensationnelle en couverture : "Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les désirs de votre épouse !")

Pour moi, ce conseil tombe totalement à plat :

- "Alors, la prochaine fois que votre mari vide le lave-vaisselle ou qu’il s’occupe des tâches sur votre liste, dites-lui merci car il le fait pour vous."

Mon mari ne dit jamais "merci" à quiconque, au point que ses enfants ( éduquées à remercier par ma modeste personne !) le lui font remarquer à des moments particulièrement bien choisis. Moi, j'ai abandonné depuis longtemps l'attente des remerciements, même si je continue à le remercier à chaque fois. D'accord : Çà ressemble à un réflexe pavolovien, mais c'est quand-même mieux que rien. C'est une sorte d'accusé de réception.
On pourrait bien sûr admettre qu'il y ait une règle tacite qui voudrait qu'à l'homme on dise "merci", mais que la femme ne doive en aucun cas s'attendre à cela.

- "Trouvez une manière de rendre le sexe agréable pour tous les deux et votre homme vous en remerciera."
Je comprends bien, qu'ici il ne s'agit pas de dire "Merci", mais de communiquer positivement ( pour le dire d'une manière pudique). Il s'agit d'une situation de réciprocité par excellence et ce bon conseil n'est pas réservé aux seules femmes. Même s'il est prodigué par une femme certainement bien intentionnée.

- "Ne devenez pas le porte-parole de votre mari. Vous êtes tombée amoureuse de lui à cause de ce qu’il a à dire, après tout."

Arrgh ! Mais on vient de dire tout ce qu'il ne sait pas dire ! Une chatte n'y retrouverait pas ses petits. De quoi parle-ton ??
Peut-être qu'on est tombée amoureuse de ses beaux yeux, de son intelligence pratique, de son intelligence tout court, de son savoir, son savoir-faire, de sa capacité à être lui-même, de son portemonnaie et de ses perspectives de carrière ( comme on le soupçonne si souvent ici ;-))).

- "Il souhaite entendre Je t’aime plus souvent. Ne partez pas du principe qu’il le sait déjà. Dites-lui tous les jours, explique C. Schmitz. "

C'est drôle d'expliquer ça à des femmes ! J'imagine mal une femme, à qui son homme dit "je t'aime" tourner les talons, pour aller vider le lave-vaisselle. Elle risque bien de répondre, au minimum : "Moi non plus", et au maximum faire une déclaration très longue en retour, puisqu'elle parle, par définition( voir plus haut), davantage que l'homme !
C'est donc à elle de prendre l'initiative ( voir plus haut : principe du maternage)et ne pas avoir l'idée saugrenue qu'elle est dans une relation, dans laquelle il y a un être mystérieux et plein de ressources inattendues en face d'elle, à hauteur d'yeux.

Un jour, il y a très longtemps, j'ai dit à mon mari : "Je suis horrifiée par la façon dont mon amie Telle-et- telle traite son mari devant nous. Je ne sais pas quoi faire !"
Mon mari m'a répondu : "Tu n'as rien à faire, c'est à lui de se défendre !"
Çà m'a scotchée et j'étais pleine d'admiration devant tant de bon sens et de justesse. J'ai exprimé cette admiration de façon réitérée depuis plus de 30 ans, je repense à cette anecdote très souvent.
Et une fois de plus, elle tombe à pic !

Écrit par : Calendula | 06 mai 2016

"Un jour, il y a très longtemps, j'ai dit à mon mari : "Je suis horrifiée par la façon dont mon amie Telle-et- telle traite son mari devant nous. Je ne sais pas quoi faire !"
Mon mari m'a répondu : "Tu n'as rien à faire, c'est à lui de se défendre !"

Parfois on trouve des femmes qui n'ont aucune vergogne à morigéner systématiquement leurs compagnons en public. Si l'homme se défend, c'est pris comme une agression par la harpie et les démonstrations prennent l'escalade.
C'est une sorte de "communication", on prend à parti le public présent. Ou une manipulation pour prendre le dessus. Là le public sert comme objet de pression pour celui qui préfère une attitude pudique.
J'aurais envie de dire que la désapprobation des témoins pris à partie aurait en tous cas une valeur éducative.

Écrit par : aoki | 06 mai 2016

@aoki,

Evidemment, je suis d'accord avec vous sur le fait qu'il est impardonnable de morigéner son conjoint en public. Cela met tout le monde mal à l'aise, sauf la morigéneuse ou le morigéneur.
C'est d'ailleurs plutôt rare. Vous écrivez "parfois on trouve...", mais c'est tellement pénible qu'on se souvient bien des occurrences.

La personne prise ainsi à parti peut se défendre entre quatre yeux, elle n'a pas absolument besoin d'en faire une affaire publique et prendre les autres en otage ou à témoin, à son tour. Moi je dirais : "Ne me refais plus jamais ça devant nos amis !" Car c'est bien de cela qu'il s'agit.

Depuis cet épisode, j'ai souvent réfléchi à cette situation ( qui a perduré pendant quelque temps, mais s'est petit à petit arrangée avec les ans, plus de 30 également) et je continue à être dans l'incompréhension face aux personnes qui ne se rebellent pas, d'une façon ou d'une autre, ou qui ne se font pas aider dans les cas de terreur psychologique ou physique.

(P.S. Malgré mon approbation de l'idée de mon mari, j'ai quand-même été en parler à mon amie, il me semblait qu'elle devait savoir que je n'étais pas d'accord d'être témoin de ça. Je me suis dit que ça ne pouvait pas être contreproductif, même si le gros du boulot restait à faire, de leur côté.)

Écrit par : Calendula | 06 mai 2016

@Hommelibre le billet est reflète bien la réalité , l'homme est un rébus à lui tout seul ,même mort on arrive encore à se poser certaines questions le concernant
Surtout ceux nés dans les familles les plus étouffantes styles cancer et scorpion ,là les secrets seront enfouis sur plusieurs générations et vouloir trouver les réponses autant chercher une aiguille dans une meule de foin
Vous ne ferez jamais parler un homme s'il ne veut pas .Certains sont déjà des tombes de leur vivant
Mais au fait les enfants connaissent ils vraiment leurs parents ?combien sont ils et de plus en plus avec les nouvelle technologie a répéter ce que d'autres avant eux ont prononcé ? pourquoi n'a t'on pas parlé plus souvent à papa ou maman ?
Et pour en revenir au sujet du jour, il y a trois rôles que les femmes joueront malgré elles une fois mariées -le premier :la maitresse le plus facile,le second l'épouse pour autant qu'un clan ne se forme pas entre le mari et sa sœur et le troisième le plus difficile proche du sacerdoce re-devenir Maman pour l'homme tombé malade
Quand on a tenu les trois rôles sans trop faiblir c'est comme pour l'école de recrues , celle-ci une fois terminée le côté masculin de la femme doit prendre les rênes de sa propre vie et toutes alors seront blindées pour tenir tête aux féministes même les plus ultra et même aux plus entêtés des misogynes
Très bonne journée

Écrit par : lovejoie | 07 mai 2016

Enfin des défauts version mâle ... :-)))

Pourquoi devrions-nous nous mettre "en mode merci" chaque fois que l'homme fait quelque chose spontanément ?

Est-ce qu'ils nous disent merci parce qu'on recoud un bouton à leur veste en catastrophe, parce qu'on fait le ménage, lave, repasse, préparons les repas, etc... ?

Il ne faut pas oublier que certains hommes ne parlent pas mais communiquent pour être bien sûrs que nous ayons tout compris ... ce qu'ils veulent, ce qui n'est pas la même chose !

Je pense tout simplement que les parents sont aussi responsables de l'éducation que l'on donne à nos enfants. Il y a des mères qui font tout à leur fils et la fille c'est "débrouille-toi", là est le problème de base.

Écrit par : Lise | 07 mai 2016

@ Calendula

Nous avons tous peu ou prou nos petites névroses, mais cela ne gère pas dans l'intimité d'un couple.
Le regard sans enjeu d'un ami ou d'une amie peut parfois être bien utile.

Écrit par : aoki | 07 mai 2016

@aoki,

Nos petites névroses ? Ça, c'est bien vrai!
Et la vie en couple exige non seulement d'essayer d'identifier et de juguler ses propres névroses, mais aussi de vivre avec celles de l'autre.

Les 8 conseils-psy ci-dessus ont un aspect positif :
On nous dit de changer quelque chose chez nous-même et ne pas attendre de l'autre qu'il change d'abord.
Le côté périlleux : si la femme se dit qu'elle devrait changer trois-quatre-six ou même huit choses dans son comportement, elle va se plier en quatre et chercher la perfection selon les psys du journal féminin et se retrouver à anticiper et gommer les problèmes possibles avec diligence.
L'homme serait dans une sorte de cocon douillet, grâce à cette prévenance bienveillante.

Imaginez la femme parfaite qui observe bien les huit points ! J'ai l'impression de me trouver face à une sorte de Barbie de la relation de couple, a living doll.
L'idéal est dépeint par des femmes pour des femmes, une fois de plus, comme avec les prescriptions d'objectifs-minceur, objectifs-jeunesse ou objectifs-beauté.
Mais pourquoi la perfection ne serait-elle pas de ce monde ?

Écrit par : Calendula | 07 mai 2016

J'ai cru à un canular à la première lecture. Ou bien à des conseils donnés à ma grand-mère pour "garder son mari".
C'est fou de lire ça au XXIº siècle, mais merci d'en avoir fait écho HL, ça me donne en effet beaucoup à penser ;-))

Écrit par : colette | 08 mai 2016

Les 8 points sont intéressants si cela permet des études plus larges et moins "féministes"

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/204206-la-difference-entre-hommes-et-femmes-est-elle-une-question-d-education.html

Écrit par : Lafaux | 09 mai 2016

@Lafaux,

Article très intéressant.
C'est effectivement qu'un jalon, mais permet de constater, combien la réalité d'autrui peut nous être étrange et inconnue, même si on vit au même endroit au même moment. Selon notre sexe, notre âge, notre origine, on va donner un sens différent à des situations données.
Dans un autre registre, je m'en suis rendue compte en écoutant et lisant des réactions au livre de Marie Maurisse, concernant le "racisme" anti-français des Suisses.
Un exemple de compte-rendu, mais il y en a eu beaucoup ces dernières semaines:

www.tdg.ch/suisse/Une-journaliste-francaise-chez-les.../story/31100576

Je devrais lire le livre pour pouvoir en parler de façon honnête.
Toutefois, en écoutant M. Maurisse, et en prenant au sérieux ce qu'elle dit,je crois comprendre qu'elle ne peut pas percevoir une dimension essentielle du problème : le grand et le petit.
C'est pourtant simple !
Aux Suisses-romands, le réservoir de travailleurs d'origine française semble infini. D'autre part, les Romands ont déjà une impression de perte de pouvoir, puisqu'ils font partie d'une minorité linguistique, mais aussi culturelle dans le pays.
On peut observer un fait et ne pas arriver à lui donner un sens vraiment juste ou du moins nuancé. La seule façon que je peux imaginer consiste à intégrer le point de vue de l'Autre.
Ainsi, toute la discussion de l'évolution des rôles des hommes et des femmes ne peut se concevoir selon le chablon : les femmes n'ont pas à réclamer quoi que ce soit, la revendication est forcément une agression ou une tentative de culpabilisation.
Il est difficile de faire des demandes d'une façon qui puisse être entendue.

Ce billet m'a fait comprendre ceci : les hommes qui ne s'expriment pas, sont dans la logique ( tout à fait respectable) de dire : on ne se plaint pas, on ne réclame pas, on serre les mâchoires et on se tient droit. Tous ceux qui se plaignent sont des chiffe-molles et je ne veux pas en être une.
Ainsi, ils sont un peu dans la logique du point 6 : il faudrait que les femme devinent ce qu'ils veulent ...

Écrit par : Calendula | 10 mai 2016

Avant de faire un listing sur les comportements a adopter. Faudrait déjà qu'il y ait un minimum de loyauté dans les couples

Écrit par : rhoop | 12 mai 2016

@ Colette
@ Calendula

Sur la qualité des avis et de leurs auteurs, serait-ce de l’ordre d’une page psycho d’un journal féminin? Est-ce de l’ordre du canular?

Moi j’y lis des observations intéressantes sur les hommes et sur la communication femmes-hommes. Ces points peuvent peut-être s’appliquer, en partie au moins, à d’autres situations, mais ici il s’agit de proposer aux femmes un embryon de « mode d’emploi » des hommes.

Pourquoi pas? Ne lit-on pas à longueur d’année des explications sur les besoins des femmes et sur ce que nous hommes ne comprenons pas, et pas seulement dans Cosmo? J’admets pour ma part que j’aie besoin de comprendre certains comportement féminins et je suis content quand on me les explique. Si l’on me donne une recommandation sur comment faire, je ne sais pas si j’en tiendrai compte, mais je n'en suis pas choqué.

Le mieux est que chacun exprime ses besoins, prenne la parole et se défende seul (Calendula, bien vu de la part de votre compagnon). Mais cela ne couvre pas toute la vie d’un individu, les montées progressives de ses propres besoins à la conscience, le dépassement des peurs que l’on peut avoir de l’autre, etc.

J’adhère au paradigme que femmes et hommes sont asymétriques et différents et que par nature ou culture leur approche de la vie puisse contenir quelques particularité de part et d’autre. Et cela il faut en prendre conscience personnellement et l’apprendre chez l’autre.

Tenir compte des particularités est normal. On n’est pas obligé mais si cela peut faciliter la communication, c’est bienvenu. Par exemple je pense que les garçons doivent être éduqués en tenant compte des différences des filles, en particularité par exemple le risque de grossesse non désirée et tout ce qui s’en suit.


« J'imagine mal une femme, à qui son homme dit "je t'aime" tourner les talons, pour aller vider le lave-vaisselle. »

si, si, ça existe… par indisponibilité, par pudeur, par humour, par taquinerie, que sais-je!

Oui, nous sommes d’accord sur le deuxième « merci », qui est une simple marque de respect et une confirmation vers l’autre que son geste a été apprécié. Un accusé de réception comme vous le dites. Le premier, c’est un peu poussé, on fait beaucoup de choses pour l’autre dans un couple, sans attendre de remerciement à chaque fois.

Sur le côté adulte ou non des hommes, votre remarque est pertinente, mais avec le bémol qu’un homme, pas plus qu’une femme, n’est accompli à la naissance et qu’il lui faut de nombreuses années pour se déployer. Beaucoup d’hommes ne se sentent enfin libre intérieurement et intellectuellement, émotionnellement, qu’en fin de vie.


Bref, si certains points peuvent paraître recyclés ou bateau, de mon point de vue masculin je me reconnais en partie dans ces quelques points. Si les conseils ont une tonalité générale, les points qu’ils soulignent n’en restent pas moins intéressants à mes yeux.

Écrit par : hommelibre | 12 mai 2016

Les commentaires sont fermés.