15 avril 2016

L’épilation féminine, c’est comme porter le voile

On n’arrête pas l’innovation. En particulier dans le détournement des mots et des idées. L’époque est fertile en politisations de toutes sortes, en particulier de la vie privée. La dernière en date concerne l’épilation.


épilation,voile musulman,sexe,viol,De l’épilation…

Une éditrice et collaboratrice de LaLibre.be, Marie Thibaut de Maisières, théorise sur la suppression des poils, aux aisselles et au pubis. Elle reprend à son compte la sortie récente de la chanteuse Axel Red: « Les adolescentes de nos jours ne savent plus si on a le droit d’avoir un poil. »

Madame Thibaut de Maisières continue:

« … j’ai plus de mal à accepter, sans lutter, de les voir grandir dans celui (ndlr: le monde) où les femmes peuvent réussir dans tous les domaines mais où, dans l’intimité de la chambre à coucher, il est indispensable de ressembler à une actrice de film X. »

En quoi cela la regarde-t-il? Veut-elle, en bonne féministe, contrôler et diriger la vie privée de toutes les femmes, comparées ici à des actrices porno – avec que que l’on peut entendre de méprisant dans ces propos?

Et voici à quoi serait liée l’épilation:

« Cela résume d’ailleurs bien le monde d’aujourd’hui : l’égalité homme-femme progresse dans de nombreux domaines mais on n’arrive pas à faire diminuer toutes les violences sexuelles (conjugales, harcèlement de rue, viols, etc.). »

épilation,voile musulman,sexe,viol,Mais c’est bien sûr. Les femmes qui s’épilent sont des victimes de violence sexiste. Il fallait oser. Notez, c’est si facile de coller un slogan simpliste sur n’importe quelle situation. Mais associer épilation et viol, la dame fait de la haute voltige!

 

 

… au voile

Les femmes seraient donc victimes de standards imposés pour plaire, de la mode, et en particulier de la mode porno. On l’a compris: pour une féministe une femme est incapable de décider par elle-même. Elle est forcément sous l’emprise d’un plan sexiste machiavélique et invisible et elle agit comme une marionnette.

Cet argument est utilisé régulièrement pour appuyer l’idée que les femmes restent soumises. On suppose donc que les hommes aussi sont opprimés à l’insu de leur plein gré, puisqu’ils sont de plus en plus nombreux à s’épiler ou se raser les aisselles et/ou le pubis. Mais Marie Thibaut de Maisières ne mentionne pas les hommes. Ils ne doivent pas exister pour elle. À moins qu’elle ne pense qu’avec la moitié de son cerveau.

Surtout quand elle se permet une comparaison audacieuse: 

épilation,voile musulman,sexe,viol,« … l’épilation des poils sous les bras (et plus si affinité) est pour moi le "voile" de la femme occidentale. Symbole visible de l’autoasservissement des femmes à notre société consumériste aux goûts aseptisés et standardisés encore plus violente pour les femmes que pour les hommes. »

Mesdames, vous l’avez compris: l’épilation, c’est le voile des occidentales!!! Vous ne devriez plus vous épiler, c’est un asservissement. Vous ne devriez plus tenter de plaire aux hommes, c’est le signe de votre soumission. 

Ah, ça, mais!…

Bon, chacun son délire. Mais son avis mérite une petite correction, quand elle affirme que la société est plus violente pour les femmes que pour les hommes. Je ne veux pas faire de concours victimaire, mais les chiffres disent simplement que les hommes sont majoritairement victimes dans les guerres, dans les homicides, dans les agressions, dans la pauvreté, chez les sdf, et dans les suicides. 

Ces informations reposaient sans doute dans la moitié endormie de son cerveau. Le féminisme serait alors une manière d’économiser l’énergie. L’énergie intellectuelle.

 

 

 

15:02 Publié dans Divers, Féminisme, société | Lien permanent | Commentaires (30) | Tags : épilation, voile musulman, sexe, viol | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Et vlan ! Parfois, faut que je me pince pour croire que je suis bien en train de lire les délires de plus en plus absurdes et risibles de nos « courageuses » militantes...

Écrit par : Olivier Kaestlé | 15 avril 2016

Et militer, c'est le début de l'intégrisme.

Plus sérieusement, une femme bien lisse décuple et de loin mon désir qu'une femme négligée. Désolée mais une femme qui ressemble à un primate, c'est pas du tout mon trip. Sans manquer de respect aux femmes pileuses

Écrit par : spartacus | 15 avril 2016

Ca veut rien dire, y a des mecs qu'aiment les femmes poilues. L’essentiel c'est qu'elles aient le droit de montrer leurs poils sans être stigmatisées par des beaufs barbus en robe qui ne maîtrisent pas leur sexualité.

Écrit par : norbert maendly | 15 avril 2016

Je ne crois pas que s'épiler soit se soumettre à un standard. Le succès de cette pratique montre qu'elle trouve une place dans la représentation de soi. Le porno n'est qu'un révélateur et montre une accessibilité aux images érotiques que nous pouvons avoir depuis l'adolescence.

Ce qu'il me semble aussi véhiculer c'est que tout est possible, tout est disponible et fun. Il peut y avoir de belles images, il y a aussi hélas d'autres plus que détestables. Mais c'est globalement plus une fête adolescente, à mon avis.

Écrit par : hommelibre | 15 avril 2016

Ces militantes féministes ou je ne sais quoi sont bardées de préjugés et tant qu'elles n'auront pas compris que l'amour c'est comme la natation car cela ne s'oublie jamais ,elles continueront à patauger dans leur océan de théories
En effet dès la barre franchie on continue de nager ,nager sans se retourner
Toutes ces femmes elles ,.pataugent dans leurs préjugés et sont comme les Sociologues complètement soumises aux statistiques
Toutes ces femmes ont carrément fichu ne l'air de nombreux rapports mère enfant et cela a commencé dès les amnées 70 avec la célèbre Laurence Perrenoud
Et comme c'était un nom de famille courant en Suisse Romande ,de nombreuses jeunes mères ont foncé dans le tas ,bonjour les dégâts
On doit suivre son intuition et non ce qui est écrit dans les bouquins car l'éducation c'est comme l'amour ,l'alimentation ,la médecine et la religion ce qui est bon pour un ne l'est pas forcément pout tout le monde

Écrit par : lovejoie | 16 avril 2016

@ Lovejoie : la célèbre Laurence Perrenoud qui avait écrit qu'"à chaque maternité, la femme embellissait" ... !!!

En revanche, aucune femme ayant mis au monde plusieurs enfants n'est pas devenue Miss Monde :-)))

Écrit par : Lise | 16 avril 2016

On voit très bien que des jambes poilues noires pour une femme est particulièrement moche donc on se procure une crème dépilatoire prévue à cet effet.

Plaire à celui avec qui l'on vit va de soi, l'abus, non.

Abus, qu'il s'agisse de lui en ce cas "contre" elle puisqu'il y a abus... ou abus d'elle contre lui.

Le lien d'amour se trouve au plus profond du cœur.

Il peut y avoir un dérangement physique, hirsutisme.
Consulter un médecin.
On m'accordera son pardon mais ces lignes sont signées par une féministe.
Lorsque les discussions, années 70-80 dévièrent (à mon sens) au point de savoir si dans les ébats sexuels les femmes doivent accepter d'être allongée "sous" l'homme, des femmes, moi-même, estimant que les choses déviaient ont quitté le mouvement soit le MLF.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16 avril 2016

Il manque une dimension à cette analyse épilation = soumission aux diktats, auto-asservissement :
l'émergence de l'épilation masculine ( voir photo publicitaire sur le billet "La réification du chat." ) et le concept du "métrosexuel".

Qu'est-ce que cette mise en cause du corps dans son état naturel dit de notre société ?
J'y vois en tout cas un coup de marketing formidable et la création d'emplois, de produits.
Si les hommes et les femmes peuvent être convaincus que les poils masculins sont à bannir, ça ouvre des perspectives immenses pour tout une branche économique. On double ainsi la clientèle potentielle et comme les hommes ont davantage à enlever, c'est même plus rentable.
J'ai vu à la télé, que certains se font épiler le dos, en plus de la poitrine, de jambes etc. Je les ai vraiment trouvés victimes de la pub, de la mode, de l'irrationnel. Et ça repousse tellement vite, ça doit piquer un maximum, donc il faut vite y retourner.
On vit une époque formidable !
Et on a vraiment du temps et de l'argent à perdre.

La jeune génération a effectivement intégré l'idée que n'est belle qu'une femme dont on ne voit aucun poil.
Il y a un côté tellement artificiel dans tout ça. Il faut une chevelure très fournie, mais son corollaire ( la pilosité du corps) est honni.
(Il y tous ces gags de mauvais goût sur les Portugaises. )
Je peux témoigner que l'absence naturelle de poils aux bras et aux jambes implique la quasi-absence de sourcils et de cils ( considérés eux, comme très désirables )et d'avoir des cheveux très fins et pas beaux.
Je devrais donc avoir recours à des faux cils, le tatouage de sourcils, l'implantation de faux cheveux. Il y a toujours quelque chose à faire, toujours de l'argent et du temps à investir !
Les critère de beauté actuels sont complètement contradictoires. Est considéré beau / belle celui et celle qui est affranchi de l'état naturel, dont le corps porte le témoignage d'une discipline sportive, diététique et de soins esthétiques. Le recours à tout artifice est généralement nié. Et la foule des crédules dépense des fortunes pour ressembler aux idoles pseudo-naturels !

Qu'est-ce que ça dit sur notre époque ? Non seulement se laisse-t-on influencer bêtement par des normes , mais en plus, on contribue à un gaspillage dément, en payant pour des services et des produits dont on ne peut démontrer l'utilité.
Il faut absolument ignorer ces diktats et c'est un "combat" individuel très facile à assumer, si on ne cherche pas à être top-model, actrice ou vedette des médias.
Et qu'on renonce à l'idéal de l'apparence de la jeunesse éternelle.

Écrit par : Calendula | 16 avril 2016

Pour faire suite au titre .sauf que le voile lui on peut le mettre dans la machine à laver !

Écrit par : lovejoie | 16 avril 2016

Franchement, une femme épilée, c'est aussi agréable et doux qu'une plaque de chocolat.

L'avantage, avec le chocolat, c'est que vous n'aurez jamais de poils dans la bouche.

Epilez-vous!

Écrit par : René Ribelli | 16 avril 2016

@norbert maendly

Oui mais combien honnêtement aiment les poils chez les femmes ? Pour ma part lorsque mon ex épouse se négligeait au niveau des poils j'avais moins envie de la désirer. Désolé c'est comme ça est-ce la faute à la culture ? J'en sais rien. Une chose est sûre : je ne pourrais jamais désirer une femme poilue

Écrit par : spartacus | 16 avril 2016

@ Calendula:

Est-ce vraiment l'effet de normes qui nous seraient imposées? Ou est-ce notre désir qui crée la norme?

Je constate que l'épilation est souhaitée par beaucoup de gens. Je les considère libres et responsables. Rien ne les contraints, seul le désir est la cause. Désir de plaire, se se plaire, de lui plaire, ce qui fait partie des relations humaines depuis la nuit des temps.

Aussi loin que l'on remonte il y a eu des bijoux dans les tombes de la préhistoire. La présentation des cheveux et autres accessoires corporels fait partie de l'histoire de nombreuses ethnies, dont on peut encore voir aujourd'hui les signes particuliers.

Si l'épilation pose problème à certaines, il est étonnant que le fait de se raser la barbe ne les excite pas, car c'est le même processus que l'épilation. Et puis, l'épilation est du ressort de chacun et chacune. C'est la vie privée. Si on n'y prend garde, ce genre d'intrusion banalisée dans la vie des femmes conduira aussi à vouloir régenter leur coiffure et, tôt ou tard, leur habillement. Les anciennes moeurs autoritaires renaissent dans un nouveau costume...

Écrit par : hommelibre | 17 avril 2016

@hommelibre,

Dans mon commentaire, je ne crois pas dire essentiellement autre chose que vous. P.ex. :
"Il faut absolument ignorer ces diktats et c'est un "combat" individuel très facile à assumer, si on ne cherche pas à être top-model, actrice ou vedette des médias. "

Mon idée de base était de dire qu'on essaye d'induire l'idée qu'hommes et femmes devraient aller encore plus loin dans la recherche d'une beauté travaillée, d'une beauté disciplinée.
Le marché de la beauté masculine est un vaste terrain à exploiter, car pour les femmes, on peut penser qu'à ce stade, il y a comme une saturation.
La multiplication des marques pour femmes ne peut continuer à l'infini, on est déjà à un stade de pléthore d'offre.
Mon propos n'est pas du tout de contester ou nier le fait qu'on cherche à plaire et à se plaire. Que le soin apporté à notre apparence extérieure est un élément majeur de la réussite de l'interaction sociale.
Tout le problème, s'il y en a un ?, c'est de savoir comment on veut se laisser envahir par la recherche de la perfection.
Le voile intégral permet de neutraliser cette dimension sociale, en résumant la femme à une masse plus ou moins noire, dont parfois même les yeux sont cachés. Le foulard permet d'échapper au problème capillaire, qui nous préoccupe tant ! Que de teintures, shampoings miracles et autres sprays et mousses ;-)))

Quel peut être l'intérêt ou l'utilité de se prononcer publiquement sur l'épilation féminine ( ou masculine ) ? Dans le meilleur des cas, c'est de faire réfléchir à ce qu'on fait et pourquoi on le fait. On ne pourra jamais obliger les autres à faire selon notre désir. Que de plus difficile à traquer dans la vraie vie que l'épilation d'autrui !!?!???
A mes yeux, il n'y a pas davantage d'intrusion dans la vie des gens, que quand on leur dit dans la pub, image et slogan à l'appui:"Si tu t'épiles, tu sera plus beau ou belle et plus désirable. Si tu ne le fais pas, ce sera de ta faute de ne pas réussir à séduire. Fais tout pour ressembler à cette belle jeune femme ou ce bel homme tout lisse."
Le discours publicitaire est juste plus fréquent et probablement donc plus efficace. Ce discours a un objectif réel : vendre des produits et ds services, au-delà du rêve.
Le discours féministe est effectivement normatif, mais est-ce qu'il porte vraiment ? Je ne l'ai perçu que grâce à vous.
En revanche, j'ai entendu Axelle Red sur le plateau de ONPC. C'était une situation très bizarre, inattendue. On peut certes lui faire un procès d'intention, mais il faut malgré tout savoir que le sujet a été amené par L.Ruquier, qui a dégotté une interview, dans laquelle A. Red avait exprimé cette opinion. C'était typiquement le sujet rigolo un peu scabreux, dont ce genre d'émission est friand. Axelle Red devait en quelque sorte se justifier et ne pas se ... dérober !

Écrit par : Calendula | 17 avril 2016

Je rejoins Calendula dans ses deux commentaires, principalement sur la "recherche de la perfection" que l'on peut surtout attribuer à du marketing à outrance et à de la communication bien rôdée, à rendre certaines femmes complices de cette publicité de plus en plus féroce !

Mai approchant avec l'ouverture des piscines, les magazines commencent à nous parler régime - perdre 3 kg sans se priver - maillots de bain et épilation parfaite, produits pour bronzer sous la douche ... Il est évident que pour certaines jeunes femmes, l'épilation fait partie de l'arsenal pour être la plus belle et se sentir désirée par la gente masculine.

Écrit par : Lise | 17 avril 2016

Hommelibre, pour avoir dit "Ce type me rase" un ami belge m'interpelle gentiment... Surprise , je lui réponds que cela n'a rien à voir avec "raser" et lui demande le pourquoi de cette intervention? Et là! Tenez-vous bien:
"Parce que les femmes chez nous se rasent une fois l'an....à une fête donnée? Que toute l'année j'ai un singe à mes côtés....."

Il n'y a donc rien d'étonnant, pour moi, que cela vienne d'une journaliste belge!

Écrit par : Patoucha | 17 avril 2016

J'oubliais cette précision:

"l’épilation des poils sous les bras (et plus si affinité) est pour moi le "voile" de la femme occidentale......"

Le voile de la femme arabo-musulmane ne l'empêche de s'épiler! Et elles s'épilent!

Écrit par : Patoucha | 17 avril 2016

La majorité des hommes s'exprimant ici préfère les femmes épilées ( sans que l'on ait précisé jusqu'à quel point).
Ce n'est pas encore un standard, ce n'est même pas un sondage.
Peut-on éventuellement parler d'une préférence marquée ?
On sent l'expression d'une sorte de dégoût, l'impression que la femme non épilée serait pas soignée ou aurait quelque chose d'animal, non-désirable.
On est vraiment très loin de l'esthétique Woodstock ! ;-)))

Comme je préfère les hommes poilus ( même George Clooney me semble plus beau avec une barbe !) et que je serais dégoûtée par un épilé du torse, des épaules, du dos, ou des jambes, je peux seulement conclure que ces préférences-là ne se discutent pas.

Simplement, je trouverais incroyable qu'un couple puisse se briser sur le récif d'un refus d'épilation de la femme.
On en apprend tous les jours, même à mon âge.

Écrit par : Calendula | 18 avril 2016

"Simplement, je trouverais incroyable qu'un couple puisse se briser sur le récif d'un refus d'épilation de la femme.
On en apprend tous les jours, même à mon âge."

Vous savez Calendula, le désir est un phénomène mystérieux, et le fait qu'une personne néglige le désir de son partenaire suffit à rendre la personne indésirable aux yeux de ce dernier. Donc le/la partenaire en question finira par aller voir ailleurs une personne qui ne néglige pas son désir, où plutôt qui répond à son désir.
C'est un peu comme l'impuissance sexuelle chez un conjoint, ça finit souvent en divorce.
Eh oui, le désir aussi banal et futile est moteur dans un couple, il n'y a pas uniquement l'union de deux personnes.

Écrit par : spartacus | 19 avril 2016

@spartacus,

J'hésite à vous répondre, car il faut savoir terminer une discussion...

D'autant plus que le désir, ses débuts et sa fin sont d'une subtilité infinie.

Je pourrais m'en sortir avec une pirouette dans le style " quand ça ne tient plus que par l'absence de poils, il est temps de couper".

Vous placez le problème sur le terrain de la négligence du désir de son partenaire. Je crois que la revendication de ce respect est présent des deux côtés et alors, il faut beaucoup d'amour et d'écoute, pour ne pas prendre mal des "exigences" p.ex. de modifications de son physique.

Heureusement, les poils, c'est encore jouable, du moins je l'imagine. C'est donc à la femme de faire l'effort, pour ne pas tuer le désir.
C'est à elle de gérer.

Un des moments plus difficiles peut être la phase post-accouchement, où la femme peut avoir grossi ou simplement trop changé par rapport à son corps d'avant la maternité. Et là, c'est beaucoup plus compliqué.
Certains hommes apprécient, d'autres pas. Dans ce cas, "l'union de deux personnes" prend tout son sens, car si on entre dans la parentalité, il faut être prêt à renoncer à certains acquis, qui finiront de toute façon par se dégrader, l'âge venant et cela des deux côtés ! (N'oublions pas que les femmes peuvent également avoir quelques problèmes de désir ;-)))

En ce moment, le grand gimmick des stars, c'est de retrouver son corps mince et juvénile dans les 3 mois maxi après l'accouchement et de le documenter sur les réseaux sociaux par des photos - attestations.
J'ai lu quelque part l'opinion d'un médecin, qui pense qu'elles simulent la grossesse, font porter leur bébé par une mère porteuse et leur silhouette impeccable est en réalité indemne de maternité.
Les femmes "normales" doivent absolument résister à ce type de propagande, mais les hommes également ! Il n'est pas très réaliste d'exiger de son conjoint / de sa conjointe d'être au niveau de stars du grand, du petit écran et de toutes sortes de productions cinématographiques et photographiques !!! Le désir de star rend malheureux, je crois.

Écrit par : Calendula | 20 avril 2016

Cher hommelibre,

- « L’épilation féminine, c’est comme porter le voile »
- « Je constate que l'épilation est souhaitée par beaucoup de gens. Je les considère libres et responsables. Rien ne les contraints, seul le désir est la cause. Désir de plaire, se se plaire, de lui plaire, ce qui fait partie des relations humaines depuis la nuit des temps. »

Ben oui.
Mais vous, savez vous comment plaire ?
Comment savez vous si vous plaisez ou ne plaisez pas ?
Comment avez vous appris à plaire ? Tout seul, sur une île déserte ?

Il fut un temps où, pour plaire, les hommes se battaient (physiquement, je précise), en duel, jusqu'à ce que l'un reste sur le tapis, souvent mort ... pour plaire.
Refuser de vous battre contre quelqu'un qui vous lance un défi, c'était abandonner votre honneur.
Abandonner votre honneur, c'était ne plus être digne de la société dans laquelle vous viviez, et vous faire bannir.
Abandonner votre honneur, c'était renoncer au droit de simplement parler à celle à qui vous vouliez plaire.
C'est quand la dernière fois que vous vous êtes battu en duel ... pour plaire ?

Ce qui semble vous échapper c'est que, la lutte de Marie Thibaut de Maisières ne vise pas l'épilation.
L'objet de _SA_ lutte, c'est le fait que _SA_ société, celle dans laquelle _ELLE_ vit, et les gens qui la composent, croient que ... les femmes DOIVENT s'épiler ... comme lorsque les hommes DEVAIENT se battre entre eux en duel.

Aujourd'hui, cette croyance que les femmes doivent s'épiler est très largement SOUTENUE aujourd'hui par les publicitaires, le cinéma et autres vendeurs d'images et de bonnes manières. Montrez moi une seule publicité pour un produit de grande consommation montrant une femme avec des poils sous les bras.

Alors, vous me direz ... "mais c'est que des poils".

- "Mais c’est bien sûr. Les femmes qui s’épilent sont des victimes de violence sexiste. Il fallait oser."

Euh ... non homelibre. C'est VOUS qui osez.

Ce que vous refusez de considérer, c'est que ... aujourd'hui, des jeunes filles se croient OBLIGEES de s'épiler pour plaire. Tout comme d'antan, le mignon boulanger mesurant à peine 1m60 se croyait OBLIGE de se battre contre une brute de 2 mètres.

Pourtant, Marie Thibaut de Maisières à qui vous faites référence précise bien dans son article ...

... "Bref, je me suis dit qu’il était temps de se (re) poser la question des poils et de l’intolérance grandissante à leur égard."

Incidemment, les mots "EPILATION" et "EPILER" apparaisse 9 fois dans VOTRE billet, et "INTOLERANCE" aucune fois.

Écrit par : Chuck Jones | 20 avril 2016

Hommelibre perso j'ai trouvé le truc sans le vouloir mais à ne pas imiter
En effet beaucoup de notre générations étant les enfants chéris pour les médecins ,nous suivions aveuglément leurs conseils
Pour beaucoup ils représentaient des parents de substitution
Mais le cordon ombilical nous reliant à eux devait une fois ou l'autre disparaitre et j'ai cessé après 25 de traitement hormonal ce qui transformait mes fesses en vrai gruyère
Et vlan tous les poils ont disparu d'un coup et sur la secousse je me suis retrouvée avec une âme de gamine jamais rassasiée de ses propres bêtises qui elles sont le dernier rempart contre la stupidité humaine
Très bonne soirée

Écrit par : lovejoie | 20 avril 2016

@Calendula
"(N'oublions pas que les femmes peuvent également avoir quelques problèmes de désir ;-)))"
Mais bien évidemment ! Mon ex épouse par exemple me faisait du chantage (et c'est légitime!). Si tu te rase la barbe (elle aimait la barbe), je ne m'épile pas. Si tu te rase la tête; je me coupe les cheveux en mode dégradé.
Bon effectivement c'est loin d'être une tâche simple: il faut composer avec les propres attentes du/de la conjoint(e) ainsi que ce que l'on veut être. Il faut trouver une sorte d'équilibre et de compromis, et j'avoue qu'il s'agit là de quelque chose de complexe à mettre en oeuvre. Personnellement je n'aime pas les femmes poilues d'un point de vue désir, mais je ne cherche pas non plus à ce qu'une partenaire s'épile jusqu'aux poils pubiens.

" Le désir de star rend malheureux, je crois."
Je le crois également, quand je vois toutes ces stars (notamment la relève) ressemblant à une barbie vivante, je dirais même que le désir de star est laid et monstrueux.

Écrit par : spartacus | 21 avril 2016

Chuck Jones: "Il fut un temps où, pour plaire, les hommes se battaient (physiquement, je précise), en duel, jusqu'à ce que l'un reste sur le tapis, souvent mort ... pour plaire."

MDR MDR MDRRRRRR!

spartacus: "Mais bien évidemment ! Mon ex épouse par exemple me faisait du chantage (et c'est légitime!). Si tu te rase la barbe (elle aimait la barbe), je ne m'épile pas. Si tu te rase la tête; je me coupe les cheveux en mode dégradé."

Et il est toujours marié? Chantage quand tu nous tiens...:D

Écrit par : Patoucha | 22 avril 2016

Patoucha:

- "MDR MDR MDRRRRRR!"

Meuuuuhh ?

Écrit par : Chuck Jones | 22 avril 2016

Dans un couple, qu'est-ce le plus important ? l'envie de se plaire mutuellement ou tout simplement l'un décide et l'autre exécute ?

L'épilation, la barbe, etc ... c'est tellement personnel que cela devient quelque peu compliqué à gérer :-)))

Il y a des hommes qui adorent les femmes avec des talons hauts, d'autres les préfères en ballerines, etc ...

Écrit par : Lise | 22 avril 2016

Chère(?) Madame(?) Lise,

- « L'épilation, la barbe, etc ... c'est tellement personnel que cela devient quelque peu compliqué à gérer :-))) »
- « Il y a des hommes qui adorent les femmes avec des talons hauts, d'autres les préfères en ballerines, etc ... »

Ben justement, ...

... vu le nombre de paires de ballerines que l'on peut trouver à la rue de Berne, vous croyez que les personnes qui s'y promènent ... justement pour plaire ... croient avoir un choix à faire ? C'est tellement dur de choisir, vous devez savoir Madame Lise, choisir entre deux paires de chaussures ? Un vrai casse-tête ! Talons hauts ou ballerines ? Ballerines ou talons hauts ?

D'ailleurs demandez à ceux qui y vont justement pour _trouver_ ce qui leur plaît le plus ... la blonde ou la brune ? la brune ou la rousse ? ...

Écrit par : Chuck Jones | 22 avril 2016

@ Chuck Jones : achetez les deux , soit les ballerines et les talons hauts !!!

C'est aussi simple que cela ....

Je ne me promène pas à la rue de Berne, n'habitant plus Genève !!!

Écrit par : Lise | 22 avril 2016

Chère Madame Lise,

- « @ Chuck Jones : achetez les deux , soit les ballerines et les talons hauts !!! »

En somme, ce que vous dites, c'est que ... ramené aux poils ... ces dames qui se promènent à la rue de Berne pour plaire, doivent être parées à toute éventualité, et donc être à la fois épilées ... et avoir dans leur sac à main des postiches pour se les coller sous les bras, ... et donc elles doivent s'épiler et n'ont pas le choix, c'est bien ça ?

Ca n'a pas l'air facile de plaire quand on est une femme, hein Madame Lise ?

Écrit par : Chuck Jones | 22 avril 2016

@ Chuck Jones : vous interprétez ce qu'il n'y a pas lieu de l'être !!!

Sachez que je ne juge pas les dames de la rue de Berne, ni les personnes qui s'y rendent, chacun est libre de ses actes.

Cela étant, j'écrivais au sujet aux hommes qui préfèrent les femmes épilées, de ceux qui laissent les femmes en décider elles-mêmes et dans le même état d'esprit le choix des chaussures et je le répète "c'est aussi simple que cela".

Quant à votre dernière ligne, elle est déplacée.

Enfin et pour terminer, notez que je ne suis pas votre "chère", merci d'en prendre note.

Écrit par : Lise | 22 avril 2016

Madame Lise,

- « Sachez que je ne juge pas les dames de la rue de Berne, ni les personnes qui s'y rendent, chacun est libre de ses actes. »

Je crains qu'il y ait un léger malentendu. Moi je demandais juste "poils OU pas de poils ?" et vous me répondez que c'est comme "ballerines OU talons hauts !". Je vous demande alors "ballerines OU talons hauts?" et vous me repondez "ballerines ET talons hauts". Moi je comprends alors "poils ET pas de poils!" ! Je n'en pense rien de plus !

- « Cela étant, j'écrivais au sujet aux hommes qui préfèrent les femmes épilées ... »

Et comme je disais avant, je crains un léger malentendu. Moi j'écrivais au sujet des _femmes_ qui doivent aujourd'hui choisir entre "s'épiler" OU "pas s'épiler", en disant qu'elles n'ont pas vraiment le choix. C'est aussi simple que ça.

Comme quand il n'y a pas si longtemps, une femme ne pouvaient pas vraiment choisir de coucher avec un homme sans être mariée avec. Elle ne _devait pas_ le faire. Elle n'avait pas le choix, vous savez, comme quand dans la vitrine il n'y a QUE des talons hauts, et pas de ballerines. Ca ne dépendait pas d'elle. Ca dépendait d'autres personnes qui disaient qu'elle ne _devait pas_ le faire. Comme quand quelqu'un veut vous faire acheter des talons hauts, et ne met en vitrine que des talons hauts, pas de ballerines. C'était alors ... aussi simple que ça.

Aujourd'hui une femme a plus de liberte pour choisir. Plus de liberté, ça veut dire que ça dépend maintenant plus de ce qu'elle veut, elle, et moins de ce que veulent ou disent les autres. Dans la vitrine ... des talons hauts ... ET des ballerines.

Quant à ma dernière ligne que vous qualifiez de "déplacée" ... j'ignorais qu'il était déplacé de relever que ... choisir est difficile ... après que vous-même ayez écrit de RENONCER à choisir ... "achetez les deux , soit les ballerines et les talons hauts !!!".

Écrit par : Chuck Jones | 22 avril 2016

Les commentaires sont fermés.