03 avril 2016

François Fillon, homme de Devoir et casseur de baraque

Il déclarait hier vouloir casser la baraque s’il est élu. Pourtant l’homme nous a habitué à la discrétion, à la réserve, à l’obéissance au chef plus qu’à être lui-même un chef. On voit mal FF donner du poing dans un débat.


 

france,présidentielle,primaire,droite,hollande,francois fillon, candidat,2017,économie,Homme de devoir

Son image a été profondément marquée par cinq ans à Matignon. FF n’est pas sexy. Mais alors, pas du tout. Je veux dire qu’il ne suscite pas de rêve, d’adhésion à sa personnalité, voire d’image d’homme providentiel. Il est sérieux, ne rit presque jamais, parle sans en rajouter, ne vend pas de promesses déraisonnables. En gros il ne joue pas sur les ressorts habituels de la politique française, où le sauveur est porté par les espoirs de la nation avant d’être jeté sans ménagement dans les poubelles de l’Histoire.

Son angle d’approche en tant que candidat est adéquat à son personnage: il est candidat par devoir et non par envie. C’est ce qu’il affirmait en 2013:

« … pour une raison simple : la situation en France est tellement difficile que chacun doit comprendre la difficulté de gouverner notre pays aujourd’hui. Cela ne peut pas être par envie, en tout cas pas dans la psychologie qui est la mienne. »

Le devoir plus que l’envie? La vocation nationale plus que l’ambition personnelle? Ouaip. À voir. Je doute qu’un candidat n’ait aucune ambition personnelle, et d’ailleurs cela ne me dérange pas s’il sert sa fonction et les citoyens au moins autant qu’il fait reluire son ego.

 

 

france,présidentielle,primaire,droite,hollande,francois fillon, candidat,2017,économie,Mais…

Mais sa cote reste basse, à 7% d’intentions pour la primaire à droite. Hier il a donné un coup d’accélérateur. Entouré de ses soutiens il a déclaré vouloir casser la baraque. Amazing: un candidat qui ne promet ni l’unité, ni la pacification, ni l’apaisement, au contraire. 

Son programme en faveur de l’entrepreneuriat propose une feuille de route détaillée: faciliter le financement des PME, baisser l’impôt sur le revenu, suppression de l’impôt sur la fortune, exemption des droits de succession pour sécuriser l’actionnariat familial, réduire les contraintes des entrepreneurs pour attirer les talents. Il parle lui-même d’électrochoc

Il faudra voir si la rue, habituellement supplétive aux gouvernements en France, le laissera faire en cas de victoire. D’autant plus qu’il suggère également un sérieux allègement du droit du travail. Là où les socialistes reculent sous la pression, il propose d’aller encore plus loin dans la réforme:

« Il préconise que le code du travail se limite aux normes sociales fondamentales et que tout le reste fasse l’objet de négociation dans les entreprises et les branches, notamment la durée du travail car il supprimera la référence légale des 35 heures. »

Cela suppose un président pas trop normal, qui ne verse pas dans la démagogie, l’illisibilité ou le clientélisme. Un président qui sache rappeler que sans économie dynamique le social tombe en panne. Que l’État n’est pas un papa ou une maman mais au mieux un médiateur entre les partenaires sociaux, et surtout un facilitateur pour l’économie. FF devra donc se construire une image forte. En a-t-il les moyens personnels? Sans charisme, sans avoir à ce jour vraiment imprégné le tissu électoral, je n’en suis pas sûr.

 

 

 

12:02 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : france, présidentielle, primaire, droite, hollande, francois fillon, candidat, 2017, économie | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Après mûre réflexion sur le programme et sur la personnalité de Fillon, il me semble que c'est le candidat de l'avenir.
Il n'a jamais menti, jamais trahi.

Jupé est un repris de justice ayant accepté la construction de la deuxième plus grande mosquée d'Europe si mes informations sont confirmées.

Les autres dont Sarkozy n'ont pas la capacité de gérer une faillite annoncée.

Nous produisons plus de salariés dont la plupart iront se faire chier chez Paul sans emploi.

La France, comme l'Europe, a besoin d'entrepreneurs, des spécialistes, des ingéniers et des politiciens avec une autre éducation que celles données par les écoles de la médiocrité et les centres de formation bidon.

Fermer l'ENA et les centres de formation ou de réinsertion -bidons- pour financer les besoins de la France est une des solutions.

J'attends avec impatience de connaître ses objectifs sur l'islamisation de la France et l'Europe et sur son action en faveur des jeunes et futurs entrepreneurs.

Excellent sujet mon cher John!

Écrit par : Pierre NOËL | 04 avril 2016

Il a un programme économique libéral, il a bossé après il ne s'est pas encore positionné sut tout mais on connaît sa position sur de nombreux sujets même si tout n'est pas encore mentionné.
Il serait temps de ne plus faire dans une sorte de conformisme :
http://www.jeanmarc-sylvestre.com/2016/03/30/la-politique-doffre-ne-marche-pas-ce-qui-plombe-la-gauche-et-gene-la-droite

Écrit par : Lafaux | 05 avril 2016

Les commentaires sont fermés.