18 mars 2016

Taxe rose et marketing genré (2) : mais non mais non…

En deuxième partie je propose d’aller plus loin. Nombre de services ou produits apparemment identiques sont tarifés différemment selon qu’ils sont destinés à des femmes ou à des hommes? Il y a encore d’autres aspects à prendre en compte en plus de ceux déjà abordés précédemment.


taxe rose,discrimination,sexe,hommes,femmes,rasoirs jetables,Je cède la plume à mon correspondant français qui alerte inlassablement sur ce genre de surenchère communautaire et victimaire et écrit régulièrement aux journaux concernés par un article pour en démonter le contenu. Voici donc ce qu'il écrit sur le documentaire signalé dans mon précédent billet:

 

« ... Malheureusement, cette enquête n’est guère convaincante. Certes, on relève des différences de prix mais pour lesquelles il existe bien souvent une explication rationnelle. Par exemple, on nous dit que les cosmétiques auraient une texture plus riche et nourrissante, particulière à la peau des femmes. Les coiffures de ces dames demanderaient plus de temps à sculpter,  conformément à leurs exigences. Au pressing, les vêtements féminins, en général plus sophistiqués, nécessiteraient plus de soins, etc. Mais, pour en juger, il faudrait une étude exhaustive et indépendante, afin de comparer les coûts de tous les composants utilisés et les temps d’innovation, de recherche et de préparation répondant aux désirs de la clientèle.

D’ailleurs, le documentaire reconnaît que l’essentiel du différentiel-prix est justifié par la loi de l’offre et de la demande. En effet, les articles testés s’adressent d’abord aux femmes car ils concernent la beauté corporelle ou vestimentaire, les hommes étant, en ce domaine, plus faciles à contenter. La publicité, qui utilise parfois des top- modèles onéreux, cible en priorité les achats féminins. Et son coût  se retrouve taxe rose,discrimination,sexe,hommes,femmes,rasoirs jetables,évidemment dans le prix de vente. C’est la loi du marché qui s’applique également aux hommes pour ce qui concerne les produits et les services qui ont leur préférence. Mais, le reportage ayant insisté sur les emplettes féminines, c’est « la taxe rose » que l’on met en avant.

Notons cependant que les clients ne sont pas tous célibataires. Quand madame fait son marché, elle utilise vraisemblablement le compte commun aux deux conjoints. Quand elle s’achète une crème solaire rose et une bleue pour son époux sans comparer les prix, c’est l’argent du ménage qui en pâtit. On cite aussi le cas du vélo rose de la fille aînée mais dont le petit frère ne voudra pas à cause de sa couleur. Un second vélo aura bien un coût, mais supporté par le budget familial qui n’est, ni rose, ni bleu. La réalisatrice s’étend longuement sur les rayons genrés des jouets pour enfants. Que la différence soit tantôt favorable ou tantôt défavorable aux filles, la dépense supplémentaire pénalise autant le père que la mère. Si le marketing est sexué, c’est d’abord pour vider les poches du couple.

Camille Roperch a donc interrogé le Ministère de droits des femmes censé les protéger. Or celui-ci, principal relais du lobby féministe au gouvernement, avait déjà enquêté pendant plusieurs mois sur cette affaire et conclu que les distorsions financières existaient dans les deux sens. Faut-il être plus royaliste que le roi, surtout quand on connaît les moyens dont dispose ce ministère et qui se chiffrent en dizaines de millions d’euros uniquement destinés aux femmes ? Suit alors une taxe rose,discrimination,sexe,hommes,femmes,rasoirs jetables,longue digression sur les stéréotypes, comme si les clichés ne touchaient pas autant les garçons que les filles.

Mais poussons jusqu’au bout ce petit jeu mesquin et stupide qui consiste à opposer les sexes. Peut-être faudrait-il s’inquiéter de ce que coûte la femme et de ce que l’homme débourse. Les dépenses de santé sont majoritairement féminines. Les femmes consultent davantage que les hommes et leur espérance de vie est nettement supérieure. Tout cela entraîne des frais supplémentaires, de soins, d’équipements, de personnels, dont elles profitent plus que les hommes, sans compter les pensions de réversion. Mais personne ne le leur reproche. Et pourtant ce sont les hommes qui alimentent le plus les aides sociales, les caisses de retraite, la sécurité sociale et le trésor public, pour la bonne raison qu’ils s’investissent davantage dans le travail professionnel et gagnent, en moyenne, plus que les femmes (ndlr: pour des raisons non discriminatoires mais structurelles).

On est bien loin des quelques centimes qu’il faut ajouter pour acheter un rasoir rose. On se demande alors pourquoi la gent masculine doit encore payer une redevance afin de promouvoir cette idéologie victimaire féminine. Ou alors, par souci de parité, il faudrait également une émission du genre : Les impôts ont-ils un sexe ? »

 

Henri L’Helgoualc’h

 

 

14:45 Publié dans Féminisme, société | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : taxe rose, discrimination, sexe, hommes, femmes, rasoirs jetables | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Cher hommelibre,

- « Les femmes consultent davantage que les hommes et leur espérance de vie est nettement supérieure. Tout cela entraîne des frais supplémentaires ... »

"Supplémentaires" ... par rapport à quoi ? A quelle norme ? Qu'est-ce qui vous fait croire que les hommes n'augmenterait pas leur espérence de vie en consultant plus souvent ?

- « ... les hommes ... s’investissent davantage dans le travail professionnel et gagnent, en moyenne, plus que les femmes. »

Euh ... et c'est quoi au juste qui vous fait dire cela ?

- « (ndlr: pour des raisons non discriminatoires mais structurelles) »

Structurelles ??? Qu'est-ce que les _structures_ ont à voir avec les salaires supérieurs des hommes ?

- « On est bien loin des quelques centimes qu’il faut ajouter pour acheter un rasoir rose. »

Si les quelques centimes sont aussi dérisoires que cela, qu'est-ce que les fabricants attendent pour en faire cadeau aux femmes alors et en faire le sujet de leur publicté --- Razetounet, le rasoir pour femmes au même prix que le rasoir pour hommes ! --- ?

Et puis n'est-ce pas là le propre même d'une taxe, à moins d'avoir une vocation dissuassive, que de ne représenter qu'une fraction d'un prix de vente ?

- « On se demande alors pourquoi la gent masculine doit encore payer une redevance afin de promouvoir cette idéologie victimaire féminine. »

Pour la même raison que des pacifistes français paient pour l'achat de bombes larguées au dessus de la Lybie ou de la Syrie, que des jeunes paient la retraite des vieux, et des individus en bonne santé paient des primes d'assurance pour soigner d'autres individus malades.

- « Ou alors, par souci de parité, il faudrait également une émission du genre : Les impôts ont-ils un sexe ? »

Et dans la même série, ...

... les impôts ont-ils une race ?, et ...
... les impôts ont-ils une religion ?

Écrit par : Chuck Jones | 18 mars 2016

En lisant le texte du correspondant d'hommelibre, deux choses me sont venues à l'esprit :

- Sois belle et tais-toi !

- La femme a toujours tort, forcément tort. (même de soigner sa santé, puisqu'elle coûte non seulement sur le moment, mais sur la longueur...)

Car ce que je lis, ce n'est pas la critique des féministes apothicaires, mais celle des femmes en général.

Dans ce dossier des prix affichés, je vois d'abord un problème de la société de consommation et du pouvoir du marketing. Et cette incroyable survalorisation des icônes ou des "égéries" qu'elle implique.
L'adorable Penelope Cruz est payée des millions par des femmes qui achètent Elnett.
Pourquoi ? Parce qu'un fugace instant, elles imaginent qu'elles vont lui ressembler.
Il faut non seulement se libérer de l'illusion de l'effet embellissant suggéré, il faut aussi se demander, s'il est tellement important d'être aussi belle que ça ! D'autant plus que dans la vraie vie, photoshop ne peut rien pour nous.
En lisant le texte ci-dessus, je me suis dit que ça poussait vraiment au tourisme d'achat... Si on est attentives aux prix, par nécessité ou par esprit de revanche, il y a des solutions seulement coûteuses en temps pour obtenir de gros rabais. ( Mais cela ne vaut que pour les Suissesses habitant assez proches de la frontière.)

Il ne me viendrait pas à l'esprit de comptabiliser si je coûte trop à mon compagnon ! Je gagne ma vie et j'effectue des travaux que personne d'autre n'est capable de faire dans cette maison. Je pense qu'il est amplement gagnant dans l'affaire, tout compte fait. Quand les enfants étaient petits et que je m'absentais quelques jours, les choses partent en cacahuète et j'avais un boulot énorme au retour. Comme je suis une femme, on me dira que mes standards d'hygiène sont trop élevés, par principe.
Il est inélégant et inutile de parler de la double journée, puisqu'il existe plein de calculs savants pour prouver que le travail lié au ménage et aux enfants n'est rien du tout à côté de tout ce que que fournit un père de famille.
En m'occupant du maintien à domicile de ma mère âgée ( elle a eu le malheur de survivre à son mari, qui effectivement ne s'est pas bien occupé de sa santé, malgré les exhortations de son épouse, qui comptait mourir la première), j'ai mesuré la quantité de personnes qu'il faut mobiliser et payer, pour que la vie quotidienne puisse avoir lieu. Il y a un immense réservoir d'emploi du côté "aide à la personne", aussi pour les hommes.
Cela a revalorisé mon travail domestique à mes propres yeux, à postériori.
Sans parler de l'importance que ma disponibilité actuelle et mes compétences de gestionnaire de ménage peuvent avoir pour la personne âgée dépendante.
Lorsque les femmes arrêteront d'acheter tous les petits trucs qu'elles croient indispensables, un pan important de l'économie s'écroulera et même des hommes se retrouveront au chômage. Ce sera encore la faute des femmes ;-))))
Mais je pense qu'elles achèteront toujours et encore, car nous avons tant plaisir à plaire. A commencer par plaire à nous-mêmes.
Le regard de l'autre est incontournable, mais il est trop dommage d'en devenir dépendante, ainsi que du rasoir, de la laque, des talons hauts et du rouge à lèvres. Ce n'est pas le seul modèle imaginable, mais là, je frise le féminisme !
La voie correcte est très étroite.

Toute cette discussion est un peu futile ! A chacune de gérer son budget selon ses propres critères et contraintes.

Écrit par : Calendula | 19 mars 2016

@ Chuck Jones

"Qu'est-ce que les _structures_ ont à voir avec les salaires supérieurs des hommes"

faux les hommes n'ont pas des salaires supérieurs aux femmes.

@ Calendula

" j'effectue des travaux que personne d'autre n'est capable de faire dans cette maison."

dans les jeunes générations c'est plutôt l'inverse qui se passe, il n'y a plus que les hommes capables de tout faire ce qui doit être fait comme travail domestique, les femmes sous l'emprise du féminisme ont intégrer le fait quelles étaient aliénées par les taches ménagères, donc elles en font de moins en moins, malgré tout l'électro ménager inventé par les hommes, les hommes de votre génération ont aussi effectués des taches que personne d'autres n'étaient capables de faire dans le ménage, ils ont battis des maisons, ils s'en sont mordu les doigts pour beaucoup, éjectés de la maison qu'ils avaient construite parce que madame trouvait qu'il n'y avait pas assez de romance dans le couple, les jeunes maintenant font attention ils achètent et réparent avant de se mettre en couple comme ça ils gardent la maison si madame a des problèmes de romance. bon ils faut dire que l'homme fait des efforts mais la femme donne des enfants a son mari, mais elle gère seule sa fécondité, son compagnon n'est pas concerné !!!

"Comme je suis une femme, on me dira que mes standards d'hygiène sont trop élevés"

une femme célibataire passe 2/3 de temps en plus qu'un homme célibataire à faire le ménage.

maintenant une certaine proportion de femmes sont dingues de la traque à la poussière, c'est prioritaire par rapport à cuisiner des bons petits plats pour la famille, à l'époque des femmes maitresse de maison d'entreprise agricole, les femmes avaient autre chose à foutre que de traquer le moindre brin de poussière, les hommes de cette époque n'auraient pas accepté que la cuisine ne soit pas prioritaire par rapport aux ménage. actuellement ce sont des bonnes pattes acceptant, et plus ils en acceptent plus le féminisme les critique !!!

"combien d'homme mariés sous le régime de la communauté universelle se sont fait dépouillés par leurs épouses lors du divorce incapables de racheter la moitié de la maison qu'ils avaient batis eux mêmes et souvent payés en grande partie.

solution il faut se marier sous le régime de la séparation de biens et faire prendre en compte les travaux d'amélioration du bien indivis

http://www.defrenois.fr/services/revue_presse/e-docs/00/00/12/9D/document_revue_presse.phtml

Indivision – Bien immobilier – Amélioration – Travail personnel d’un indivisaire – Plus-value apportée au bien. – I. Prise en compte – Modalités. – II. Attribution de la plus-value – Créance sur l’indivision – Effets – Réduction de l’actif net à partager
INDIVISION





L’immeuble indivis ayant été amélioré à la suite de travaux réalisés personnellement par un des concubins à partir de matériaux achetés en commun, la cour d’appel a souverainement estimé que le montant de la plus-value apportée à l’immeuble indivis correspondait à la rémunération de l’activité de celui-ci.

Viole les articles 815-13 et 815-17, alinéa 1er, du Code civil, la cour d’appel qui attribue au concubin la moitié du prix de vente de l’immeuble et la totalité de la plus-value apportée par lui à ce bien. S’agissant d’une créance sur l’indivision, l’indemnité due au concubin à raison de son travail doit être déduite de l’actif net à partager, qui ne peut donc être égal à la moitié du prix de vente de l’immeuble.



Réf : L’épineuse question des plus-values de l’indivision.

Note sous Cass. civ. 1re, 13 mars 2007,

par Dominique FIORINA,

Defrénois 2008, art 38770, p. 1093.


Le projet de loi fait de la séparation de biens le régime patrimonial de droit commun du PACS (article 21 ter). Par conséquent, le partenaire ayant fourni les deniers nécessaires à l'acquisition, à la conservation ou à l'amélioration d'un bien personnel de l'autre partenaire, ou qui a contribué lors de l'acquisition, de la conservation ou de l'amélioration d'un bien indivis dans des proportions excédant sa part sur les biens, sera titulaire d'une créance.














Chose indivise - amélioration ou conservation - frais engagés par un indivisaire - créance sur l'indivision

Une cour d'appel estime souverainement que le montant de la plus-value apportée à un immeuble indivis à la suite de travaux réalisés personnellement par un indivisaire, à partir de matériaux achetés en commun, correspond à la rémunération de l'activité de cet indivisaire.
S'agissant d'une créance sur l'indivision, l'indemnité due à un indivisaire pour l'amélioration d'un bien indivis doit être déduite de l'actif net à partager.
Cass. 1ère civ. 13 mars 2007 – BICC n° 664 du 01 juillet 2007

les concubins sont automatiquement en séparation de biens.

"solution il faut se marier sous le régime de la séparation de biens et faire prendre en compte les travaux d'amélioration du bien indivis, ce qui n'est pas évident, il faut faire écrire sur l'acte de vente, que l'indivision devra une créance à l'indivisaire qui améliore le bien indivis, et là la clerc de Notaire vous répond on va voir si on peut le faire !!!

être complice qu'une ex épouse dépouille son ex mari là pas de problème, mais ça ça les dérange pourtant c'est la loi, et puis quand les travaux sonts finis là il faut faire changer le pourcentage d'indivision, pour celà il faut faire une donation entre époux qui est imposable au-dessus de 20 000 €

un cas concret bonne lecture !!!

"indivision, concubinage

--------------------------------------------------------------------------------

bonjour
je me permets de venir afin d'avoir vos lumières!
en effet, j'ai acheté une maison en indivision en fevrier 2002, j'ai payé le credit seul depuis le début.
Nous nous sommes séparé en décembre 2004 et je continue à vivre dans cette maison.
j'ai fait estimé la maison 144826 euros (pour le rachat de soulte), il reste 94518 euros de credit.
le notaire qui est charge de ce partage a fait le calcul de la soulte que je dois en mon ex, maison - credit restant divisé par 2, (jusque la pas de problème) puis apport des 2 parties (moi 7622 euros, elle 10671 euros à prouver) et les frais engagés pour les travaux que j'ai effectué + le credit que j'ai supporté.
- en definitive après le calcul du notaire, il resterait à mon ex, 2286 euros,

j'ai proposé à mon ex amie 12195 euros ce dont elle refuse car elle invoque qu'elle a fait fructifier la maison (je ne voies pas comment, car lorsqu'elle est partie, elle a pris le mobilier des enfants (paye par mes soins et pas mal de choses jusqu'aux douilles de lumière des pièces!!)

- elle voudrait que la soulte qui devrait lui revenir soit :
estimation maison - reste credit divisé par 2 ce dont je refuse.

qu'en est il ?
suis je dans mon droit en lui versant la somme proposée ou alors faut il que je lui verse ce qu'elle demande ou alors carrement lui verser que ce que calcule le notaire!!
merci d'avance de vos reponses car j'ai vu 2 avocats, j'ai 2 avis différents

--------------------------------------------------------------------------------
Dernière modification par Phildemelun 28/06/2005 à 10h56.


Phildemelun
Voir le profil public
Trouver tous les messages de Phildemelun

#2 28/06/2005, 12h08
Dethau Contributeur Majeur
Pilier du Forum Confirmé
Participation Très Active





indivision, concubinage

--------------------------------------------------------------------------------

Le calcul opéré par votre ex compagne serait correct dans son principe si elle avait contribué équitablement au paiement du crédit ce qui ne semble pas être la cas.

Aussi, celui de votre notaire semble équilibré tout autant que l'un comme l'autre puissiez prouver le montant effectif de vos contributions.

Dans la mesure du possible, dans de semblables circonstances, vous auriez tout intérêt à tenter un compromis car elle, de son côté, peut vous demander une indemnité d'occupation de cette maison à votre entière disposition depuis décembre 2004 jusqu'à la date de l'acquisition de sa part.
__________________
DETHAU


Dethau
Voir le profil public
Trouver tous les messages de Dethau

#3 28/06/2005, 14h06
Phildemelun
Membre
Participation Occasionnelle




Localisation: melun

Re : indivision, concubinage

--------------------------------------------------------------------------------

merci de votre réponse
en effet, elle peut me demander une indemnite de non occupation mais vu que je paye pas loin de 900 euros de credit, l'indemnite ne va pas monter bien haut.

certes ce serait bien de s'entendre mais vu qu'elle est bornée (je charge un max pour l'instant a cause de ses mensonges devant le jaf, j'attends avec impatience l'enquete psy-sociale et repasser devant le jaf).
j'en deviens aussi borné qu'elle car a force de payer!! dur dur
merci encore"

Écrit par : leclercq | 19 mars 2016

@ calendula

"puisqu'il existe plein de calculs savants pour prouver que le travail lié au ménage et aux enfants n'est rien du tout à côté de tout ce que que fournit un père de famille."

les calculs savants ne disent pas ça, ils disent juste que les femmes ne font pas de double journée, que le temps contraint des hommes et des femmes est le même. il n'est dit nulle part que le travail lié au ménage et aux enfants n'est rien du tout à côté de tout ce que que fournit un père de famille

Écrit par : leclercq | 19 mars 2016

Bonjour leclercq,

Je vous attendais et vous êtes bien au rendez-vous !

J'espère que vous avez compris que mon intervention avait pour objectif de dire, qu'en cas de vie en commun avec enfants, chacun est indispensable et que de se mettre à se demander combien coûte une femme ( parce qu'elle va plus souvent chez le médecin etc ) c'est se tromper lourdement sur les coûts et les prix.
Engager un(e) salarié(e) pour faire le travail domestique d'une famille de 4 personnes représente une dépense majeure. Si la femme travaille à l'extérieur, elle finit par représenter plutôt un bon investissement ;-))))

Les standards des femmes ? Il ne faut pas généraliser, j'ai vu de tout.
Comme je suis sous pseudo, j'ose parler des standards de mon compagnon. Lorsque je l'ai connu au début des années 80, il vivait comme un célibataire qui ne passait pas 1/8 de son temps à s'occuper de son "ménage". Il n'avait pas jugé nécessaire d'installer un boiler à la cuisine et faisait de temps en temps sa vaisselle dans la baignoire, il mangeait le plus souvent au bistrot. Il vivait sans frigo. Je n'ai jamais réussi à savoir, pourquoi celui de la cuisine était débranché, porte fermée et donc une niche écologique riche pour toutes sortes de moisissures. Lorsqu'il allait de temps en temps faire une machine de lessive à l'extérieur, il attendait souvent plusieurs jours avant de la suspendre sur un minuscule étendage. Inutile de dire, que son linge de douche était en boule humide, quelque part dans un coin...
Comme c'est toujours pour finir la faute des femmes, disons qu'il avait été mal éduqué par sa mère, dont les standards n'étaient pas très élevés, mais qui avait malgré tout réussi à lui apprendre à faire la cuisine de façon magistrale.
A plus de 30 ans, on est adulte et à mon sens, il aurait pu être un chouïa plus performant dans la tenue de son intérieur.
Pourquoi je me suis pas enfuie ? Parce que le ménage est vraiment secondaire et que ces anecdotes m'ont toujours fait bien rire et pas que moi. Ses copains trouvaient tout ça très folklorique également.

Comme vous, j'espère que ces tâches puissent être partagées à l'avenir, mais je lis souvent, ici même, que c'est trop demander aux hommes, que c'est un abus du féminisme.
A mon avis, les situations sont très différentes selon les milieux sociaux et les traditions des couples, selon leurs origines culturelles, très variées ici à Genève.
La présence des de l'électroménager est un progrès formidable, mais cela ne remplacera jamais l'initiative, la capacité à prévoir les courses, les lessives, les rendez-vous divers des enfants, les goûters, les transports, les sorties d'école, les fêtes et cadeaux d'anniversaire, les achats de vêtements et de chaussures pour ne citer que quelques activités chronophages.
Je ne me plains pas du tout d'avoir géré ça, car j'ai aimé avoir des enfants et je me félicite chaque jour de les avoir. Et d'avoir eu la présence d'un père certes peu enclin à prendre la relève du côté logistique, mais bien aux fourneaux, aux jeux et au sport.

Si vous tenez absolument à nier la double journée des femmes, regardez quand-même, qui fait majoritairement les courses, qui transporte des enfants en poussette et dans le bus. Vous ne pouvez pas voir, qui fait les nuits, mais vous pouvez peut-être l'imaginer.
Avoir une femme, ce n'est pas un luxe, ça se rapproche probablement d'une nécessité, si on désire avoir une famille.
C'est embêtant, mais c'est comme ça.
Les sociétés qui se sont arrangées pour avoir davantage d'hommes que de femmes (Chine, Inde ) se retrouvent devant des problèmes autrement plus terribles que nous, qui calculons ce que coûte réellement une femme !

Écrit par : Calendula | 19 mars 2016

@ calendula

mon épouse est passionnée de chiens, fille de divorcée, pas de culture entretien ménage donc c'est moi qui n'y colle, bon là il fait beau je vais rentrer du bois pour l'hiver, ce matin et hier après midi, j'ai abattu le bois pour l'hiver 2017-2018, à tout à l'heure.

http://dudomaineduvaldeloire.chiens-de-france.com/leonberger,du-domaine-du-val-de-loire,chiens-resultats,49642_0.html

Écrit par : leclercq | 19 mars 2016

@ Calendula
Sur la chine :
AFP le 05/03/2016 à 09:09
La population chinoise, déjà la plus nombreuse au monde, devrait augmenter de 45 millions d'individus d'ici cinq ans -- presque la population de l'Espagne --, mais reste confrontée à un inquiétant vieillissement, selon les projections officielles annoncées samedi.
En 2020, la Chine devrait ainsi compter "autour de 1,42 milliard" d'habitants, prévoit le 13è plan quinquennal présenté à l'ouverture de l'Assemblée nationale populaire (ANP), le parlement chinois, qui entérine l'abandon de la politique controversée de l'enfant unique au profit de celle de deux enfants par couple, annoncée en octobre dernier.
Les 45 millions de "nouveaux Chinois" attendus représentent une accélération démographique significative par rapport à la période précédente, qui en avait enregistré 33 millions de plus.
En 2011, le plan quinquennal élaboré sous la politique de l'enfant unique fixait l'objectif de contenir la croissance démographique "en-deçà de 1,39" milliard d'ici 2015.
Un objectif atteint -- la Chine comptait officiellement fin 2015 1,37 milliard d'habitants --, mais marqué par une chute de 320.000 naissances par rapport à 2014.
Des décennies de stricte application de la politique de l'enfant unique, accompagnée souvent de violences faites aux femmes, ont favorisé l'essor économique mais ont conduit à une raréfaction de la main d'oeuvre et un important déséquilibre homme/femme.
Et malgré l'autorisation d'un deuxième enfant, beaucoup de parents se montrent très réticents, invoquant essentiellement les coûts supplémentaires à venir.
"Nous adhérerons à la stratégie nationale fondamentale du planning familial et appliquerons entièrement la politique autorisant chaque couple à avoir deux enfants", déclare le texte du 13è plan, qui doit être formellement approuvé par l'ANP.
La population active -- les 15 à 59 ans -- a poursuivi son déclin, tandis que le nombre de retraités, ceux au-dessus de 60 ans, ne cesse d'augmenter, accentuant la pression déjà énorme sur le système de retraites.
Fin 2014, 212 millions de Chinois étaient officiellement âgés de plus 60 ans, un chiffre très inférieur à celui du nombre de retraités, les femmes prenant leur retraite à 55 ans et même à 50 ans pour les ouvrières.
La population active a commencé à reculer pour la première fois depuis 1963 en 2012 et a accéléré l'an dernier son déclin, perdant 4,87 millions d'actifs contre 3,71 millions en 2014, selon les chiffres officiels.
Pour contrer le phénomène, un "recul graduel de l'âge de la retraite" sera mis en place, selon le plan, qui veut faciliter l'accès à l'emploi pour les seniors.
Il prévoit également, mais sans aucune précision, de traiter le déséquilibre homme/femme, dû à la préférence traditionnelle pour les garçons, via des avortements sélectifs voire des infanticides.
En 2014, il est né en moyenne 116 garçons pour 100 filles, pour un ratio général dans la population de 105 hommes pour 100 femmes.
Quelque 30 millions d'hommes chinois sont ainsi dans l'impossibilité de trouver une femme. Une "crise des célibataires", potentiellement génératrice de violence et d'instabilité, hantise des autorités

D'ailleurs la chine est un pays qui a constaté les problèmes d'éducation des garçons (moins de diplômés par rapport aux filles, moins sur d'eux,... )
Il même plusieurs programmes dans leurs différentes provinces

Écrit par : Lafaux | 20 mars 2016

@Lafaux,

Merci pour cet article intéressant, même s'il décrit une réalité pénible.
Je pensais effectivement à la "crise des célibataires", qui occasionne de véritables rapts de femmes de l'autre côté de certaines frontières reculées.

La gestion de la démographie est un sujet complexe et délicat et ceux qui ont pris une décision comme celle de "la politique de l'enfant unique" n'avaient probablement pas anticipé le déséquilibre hommes/femmes. Ce manque de femmes va permettre de maintenir la natalité à un niveau relativement bas pendant encore quelque temps.

Le Japon est également dans une situation particulière, puisqu'il y a beaucoup de personnes très recluses, repliées sur la technologie et les écrans. Les relations sociales sont devenues problématiques.
J'ai vu un reportage hallucinant (sur "arte" évidemment ;-))), où on voyait la fabrication de grandes poupées en silicone très réalistes, des "Love Dolls", destinées à devenir compagnes d'hommes, qui trouvent la construction de relations avec de vraies femmes trop compliquée, fatigante et coûteuse.

L'histoire ne disait pas, s'il existait l'équivalent masculin pour les Japonaises dans une situation équivalente.

Voici un article intéressant paru dans "Elle" en ligne, et qui me semble sérieux :

http://www.elle.fr/Love-Sexe/Sexualite/Dossiers/Enquete-pourquoi-les-Japonaises-ne-font-plus-l-amour-3017949

Sommes-nous destinés à en arriver là, à notre tour ?!?!

Écrit par : Calendula | 20 mars 2016

@ Calendula

"Engager un(e) salarié(e) pour faire le travail domestique d'une famille de 4 personnes représente une dépense majeure. Si la femme travaille à l'extérieur, elle finit par représenter plutôt un bon investissement ;-))))"

http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ref/FHPARIT12g_D3tachesd.pdf

"en 2010 les hommes ont une demi/heure de temps libre de plus que les femmes" !!! page 69.

"Dans les couples où l’homme est en emploi et la femme travaille à temps plein,
l’écart de travail domestique est stable, à une heure et demie par jour en moyenne. Au final,
lorsqu’on ajoute le temps professionnel au temps consacré aux tâches domestiques, les écarts
sont faibles au sein des couples où les deux conjoints travaillent, leur durée totale étant
comprise entre 8 et 8 heures 30 par jour." page 74.

votre phrase ci-dessus dit le contraire de l'enquête expliquez moi ?
tableau, on arrive a une différence de temps contraint d'un quart d'heure par jour, ce tableau 5 page 74 détruit le mythe de la double journée.
5. Répartition du travail professionnel et domestique en 2010 et 1999

"Comme c'est toujours pour finir la faute des femmes,"

personne ne dit que c'est de la faut des femmes, des femmes ont fait des enquêtes il suffit de les lire. et je ne pense pas que les enquêtrices de l'INSEE soient pro hommes.

Écrit par : leclercq | 21 mars 2016

@leclercq,

Merci pour cet intéressant dossier de l'INSEE, que j'ai étudié un peu plus loin que la seule page 74.

Je ne suis pas sûre, que ma phrase dise le contraire de l'enquête, car je suis un cas individuel et l'enquête travaille sur des moyennes.
Dans ma longue vie, j'ai fréquenté toutes sortes de familles, que ce soit dans le contexte de mon métier d'enseignante et maîtresse de classe dans une école publique (en milieu urbain) ou dans mon entourage privé. Je n'ai pas fait d'enquêtes, mais j'ai constaté que les femmes arrivaient à réconcilier des plannings assez exigeants, pour arriver à avoir un emploi et des enfants en même temps.
Si le terme "double journée" vous dérange vraiment, laissons-le tomber et lisons encore un peu le document de l'INSEE:

Par exemple à la page 77 : "La progression de la participation des femmes au marché du travail ne semble pas se traduire par un partage plus égalitaire des tâches domestiques entre les sexes. Si les femmes en font effectivement moins, les hommes n’en font pas plus. De plus, il semblerait que la moindre participation des personnes aux tâches domestiques n’ait pas été remplacée par des substituts marchands ou de l’aide informelle. Peut-on en déduire que les normes ou exigences sociales liées au travail domestique auraient évolué conduisant les ménages à accorder moins d’importance à l’entretien de leurs intérieurs ? Une telle tendance n’est cependant pas observée partout : ainsi, au Canada, la durée consacrée aux tâches domestiques par les femmes n’a pas évolué en dix ans tandis que la participation des hommes a augmenté d’un quart d’heure. "

Ou l'encadré page 79 : "Dans la théorie de la famille proposée par
G. Becker (1985), la spécialisation d’un conjoint dans les tâches domestiques est expliquée par le rendement de son temps relativement plus élevé dans ce domaine. Selon cette approche, il est plus rentable pour la famille que le conjoint ayant les plus faibles perspectives de gain sur le marché du travail se spécialise dans les tâches domestiques afin de laisser le second conjoint tirer le plus de profit possible du marché du travail. Toutefois ce modèle a été critiqué empiriquement car il
présuppose l’agrégation des préférences de chacun des conjoints en une préférence unique valable pour l’ensemble de la famille.
D’autres approches, en particulier celles des modèles de négociation, considèrent que chaque conjoint négocie en fonction des conditions de
vie probables en cas de séparation. Comme les hommes ont en moyenne un revenu plus élevé que les femmes, ils disposent d’un plus grand
pouvoir de négociation et sont plus à même de contraindre leur conjointe à effectuer les tâches domestiques."

L'enquête est assez poussée et envisage beaucoup de paramètres, par exemple : les citadins et les non-citadins.
Mon souci se place au niveau des femmes à bas revenu et souvent originaires du Sud de l'Europe, où le partage des tâches ménagères n'est pas une aussi grande évidence qu'au Nord.
De plus, des "bourgeoises" comme moi avons la possibilité d'employer des aides. J'ai souvent essayé de demander à mes femmes de ménage, comment elles arrivaient à trouver l'énergie de s'occuper en plus de leur propre intérieur. (Car moi, à un moment donné, je n'en peux plus !)
Leurs réponses ont été un peu évasives et je n'ai pas insisté. Je me suis toujours trouvée privilégiée de ne pas devoir tout le temps tout faire moi-même, car il y a un côté "éternel recommencement" dans ces tâches incontournables. Vous me soupçonnez bien sûr d'être maniaque ! J'aimerais bien, mais je n'y arrive pas ! Je me concentre sur l'essentiel et avec deux enfants, ça a souvent fini par représenter un certain volume : les courses, les lessives, les maladies, les réveils nocturnes, les loisirs et leurs transports.
On s'en rend souvent compte après coup, une fois que ça s'arrête complètement. Que de calme, des sacs de commissions moins lourdes et de temps libre ...

Écrit par : Calendula | 21 mars 2016

@ Calendula

"Si le terme "double journée" vous dérange vraiment, laissons-le tomber"

oui ça me dérange vraiment, puisque ça veut dire qu'une certaine proportion de femmes travaillent à l'extérieur et font tout le travail à la maison. ce qui est faux on vient de le voir plus haut dans ces cas là, les femmes ont un quart d'heure de temps contraint de plus que les hommes par jours c'est tout, pourquoi mentez vous en parlant de cette double journée, ça vous décrédibilise, il y a assez des féministes pour mentir pour ne pas être crédibles.

mais avec la chape de plomb actuelle la contestation de leurs mensonges est interdite, donc on ne sait plus quelles ne sont pas crédibles.

"Par exemple à la page 77 : "La progression de la participation des femmes au marché du travail ne semble pas se traduire par un partage plus égalitaire des tâches domestiques entre les sexes. Si les femmes en font effectivement moins, les hommes n’en font pas plus. "

pourquoi en ferais t'ils plus ? leur temps de travail est plus important que celui des femmes, s'il en faisant plus, le temps contraint des conjoints ne serait plus équivalent alors qu'il l'est à un quart d'heure près.

"la spécialisation d’un conjoint dans les tâches domestiques est expliquée par le rendement de son temps relativement plus élevé dans ce domaine."

je ne suis pas de cet avis, le temps de travail des femmes est plus faible et avec des métiers moins rémunérateurs choisis par elles, par que pour 80% des femmes la vie de famille est prioritaire par rapport à la carrière.

"Comme les hommes ont en moyenne un revenu plus élevé que les femmes, ils disposent d’un plus grand
pouvoir de négociation et sont plus à même de contraindre leur conjointe à effectuer les tâches domestiques."

pas d'accord "contraindre leur conjointe" !!!

"Si la durée totale consacrée au travail domestique et au travail professionnel est proche en
moyenne entre hommes et femmes, sa répartition entre les deux composantes demeure très
inégale entre les sexes."

et alors où est le problème, pourquoi voudrait t'on que la répartition soient égale entre les sexes, les hommes et les femmes sont égaux en droit mais ne sont pas identiques.

le temps contraint des femmes et des hommes est identique pour moi tout va bien, ces enquêtrices partent d'une base fausse qu'homme et femmes sont identiques, d'ailleurs les femmes n'effectuent pas certaines taches domestiques, page 78, 371 373 374 382 672. donc il faudrait donc que les hommes continuent d'effectuer ces taches, que la proportion du temps de travail reste la même, (m'étonnerait que les femmes d'un coup de baguette magique donnent la priorité à leur carrière où a des métiers dit masculins), et partagent à égalité les autres taches ménagères, ça tient pas debout, il ne faut pas prendre les hommes pour des lapins de trois semaines.

"Mon souci se place au niveau des femmes à bas revenu et souvent originaires du Sud de l'Europe, où le partage des tâches ménagères n'est pas une aussi grande évidence qu'au Nord.
De plus, des "bourgeoises" comme moi avons la possibilité d'employer des aides. J'ai souvent essayé de demander à mes femmes de ménage, comment elles arrivaient à trouver l'énergie de s'occuper en plus de leur propre intérieur. (Car moi, à un moment donné, je n'en peux plus !)"

vous ne parlez que des taches effectuées par les femmes, mais souvent ces femmes se font aidées par leurs hommes à la maison (portugaises), sont des dragons à la maison, leurs hommes ont construit et réparés des maisons, là pour le coup c'était vraiment des doubles journées pas du mensonge féministe.

"Quand les enfants étaient petits et que je m'absentais quelques jours, les choses partent en cacahuète et j'avais un boulot énorme au retour. "

quand votre mari s'absentait vous n’effectuaient pas les taches que lui seul effectuait !!!

vos critères d’exigence n'étaient pas les mêmes que les siens pas étonnant vu comment il vivait en étant célibataire !!!

Écrit par : leclercq | 22 mars 2016

@leclercq,

Il faut que nous recadrions ce dialogue.
J'ai bien compris que vous ne lâcherez rien. Heureusement qu'il s'agit seulement d'une discussion et non de la tentative d'une négociation en vrai ;-))))
J'essaye de vous suivre, de lire vos liens et de les utiliser à mon tour. Je lâche un élément auquel je crois ( "la double journée" des mères de famille de condition modeste, qui travaillent à temps plein et dont pas tous les maris sont prêts à assumer quelque tâche domestique), mais cela ne fait pas avancer la recherche d'un point de consensus minimal.

L'argumentation est difficile, car nous ne poursuivons pas le même objectif, me semble-t-il.
Vous, vous voulez me faire comprendre que les hommes n'ont pas plus de loisirs, si on compte tout le temps qu'ils passent au travail, dans les transports et avec les tâches domestiques masculines ( bricolage, construction, coupe du bois). Je le concède volontiers, d'autant plus que des chiffres sérieux sont là pour le prouver. En moyenne.

Moi, je ne discute pas des loisirs ou du temps libre, j'essaye de faire valoir la thèse selon laquelle avoir une femme à la maison est un atout financier, plutôt qu'une dépense insupportable.
Si on prend le taux horaire de 25 Fr/ heure (= env. 23 euros), qui est celui d'une femme de ménage ou d'un prestataire de services pour personnes âgées en France voisine et qu'on compte 6 heures par jour ( j'imagine la confection de deux repas, vaisselle, rangement, ménage, lessive, repassage, courses ). Puisqu'une famille vit également le week-end, je multiplie les 150 Fr journaliers par 30 = 4500 Fr. mensuels (sans charges sociales)
Cela ne comprend pas les nuits, mais c'est un calcul trop compliqué, car les prestations pour une famille avec petits enfants sont difficilement calculables. Dans les barèmes français pour le département de l'Ain, une garde de nuit calme est facturée 163 euros, pour personnes âgées.(ça fait tout de même 4890 euros par mois ...)
On pourrait imaginer engager quelqu'un au SMIC et de verser en plus toutes les charges sociales. Comme j'aide passablement ma mère âgée domiciliée dans l'Ain, je suis au fait des tarifs et des services existants.

Cette démonstration d'apothicaire pour dire que généralement, une femme fournit un travail à domicile qui n'est pas comptabilisé comme tel. Si en plus, elle travaille à l'extérieur et qu'elle apporte un salaire au ménage, je continue à penser que la femme est plutôt un avantage qu'un inconvénient financier, même si elle va davantage chez le médecin, qu'elle achète des fanfreluches roses et qu'elle vit plus longtemps.

Il ne faut pas mélanger le niveau de notre vécu personnel avec des moyennes nationales d'une enquête de l'INSEE.
Je crois comprendre que vous vivez dans un contexte plus campagnard que moi. Genève est une ville très chère, où presque personne n'est amené à couper du bois ou a construire une maison de ses mains. Nous vivons comme des citadins à l'étroit.

Les moyennes donnent une fausse idée des cas particuliers.
Cette réalité est très tangible à l'école. Une moyenne de 4,5 peut cacher des parcours d'élèves très variés : quelqu'un de régulier ( qui a toujours 4,5), quelqu'un de brillant, qui a eu un accident de parcours, ou quelqu'un en fort progrès ou un bon élève, qui a arrêté de travailler etc etc.
Vous pouvez être un homme qui fait le 100% du travail ménager en plus de votre travail non-domestique, cela ne veut pas dire que tous les hommes sont ainsi. De même, si vous avez connu des femmes portugaises à poigne, cela ne veut pas dire qu'elles le soient toutes.

Personnellement, le ménage ne me pose pas un problème existentiel, puisque j'ai l'argent nécessaire pour payer honnêtement une femme de ménage,à quinzaine. Mais je peux admettre que cela puisse être un fardeau pour certaines et certains, surtout si ce travail n'est pas reconnu à sa juste valeur.
Les absences de l'un ou de l'autre conjoint sont effectivement intéressantes, parce qu'elles mettent en évidence les compétences et domaines spécifiques de chacun. Je dirais que les tâches typiquement féminines ont un côté marathonien ( effort à fournir sur la durée, surtout en ce qui concerne les enfants ) , alors que les tâches typiquement masculines pourraient s'apparenter à des sprints ( dépannage, réparation).

Le coup de baguette magique des femmes, pour privilégier la carrière ? J'espère que vous aurez remarqué que ces baguettes se sont quand-même répandues ces derniers temps ! Les femmes qui font carrière, sont justement celles qui peuvent engager du personnel.
Certes, elles renoncent souvent à avoir des enfants, mais c'est un autre débat.

Écrit par : Calendula | 22 mars 2016

@ Calendula

"Si on prend le taux horaire de 25 Fr/ heure (= env. 23 euros), qui est celui d'une femme de ménage ou d'un prestataire de services pour personnes âgées en France voisine et qu'on compte 6 heures par jour ( j'imagine la confection de deux repas, vaisselle, rangement, ménage, lessive, repassage, courses ). Puisqu'une famille vit également le week-end, je multiplie les 150 Fr journaliers par 30 = 4500 Fr. mensuels (sans charges sociales)
Cela ne comprend pas les nuits, mais c'est un calcul trop compliqué, car les prestations pour une famille avec petits enfants sont difficilement calculables. Dans les barèmes français pour le département de l'Ain, une garde de nuit calme est facturée 163 euros, pour personnes âgées.(ça fait tout de même 4890 euros par mois ...)"

dans les taches ci-dessus il faut aussi compter l'homme, dans le cas où la femme travail l'homme effectue 2h30 de travail domestique pour 4 heures pour la femme par jour, mais il a plus de temps de trajet et de temps de travail parmi les taches qu'il effectue il a celles qui sont les mêmes que celles de la femme au même taux et celles dont il est le seul à effectuer et dont le taux est supérieur, page 78, taches n°371 373 374 382 672.

le taux horaire d'un Artisan garagiste informaticien est plus élevé qu'une garde d'enfant où qu'une femme de ménage, donc les taches qu'effectuent spécifiquement les hommes ont une plus forte valeur ajoutée que celles qu'effectuent les femmes.

"Cette démonstration d'apothicaire pour dire que généralement, une femme fournit un travail à domicile qui n'est pas comptabilisé comme tel"

idem pour les hommes.

"Si en plus, elle travaille à l'extérieur et qu'elle apporte un salaire au ménage, je continue à penser que la femme est plutôt un avantage qu'un inconvénient financier, "

idem pour les hommes

"même si elle va davantage chez le médecin, qu'elle achète des fanfreluches roses et qu'elle vit plus longtemps."

et pourquoi même son avantage n'est pas supérieur à celui de l'homme, mais j'accepte très bien quelle achète des fanfreluche pour plaire à son homme, et n’oublions pas que c'est elle qui donne des enfants à son homme, mais quand elle le décide euh où est l'égalité la dedans !!! et elle se barre parce qu'elle a décréter qu'il n'y avait pas assez de romance dans le couple, c'est l'épée de Damoclès qui est suspendu au dessus de la tête des hommes actuellement, qu'on t'ils fait de mal pour mériter ça rien !!!

"Il ne faut pas mélanger le niveau de notre vécu personnel avec des moyennes nationales d'une enquête de l'INSEE. "

donc sous entendu les enquêtes ne serait pas représentatives dites ça aux enquêtrices elles vont apprécier.

"Vous pouvez être un homme qui fait le 100% du travail ménager en plus de votre travail non-domestique, cela ne veut pas dire que tous les hommes sont ainsi. De même, si vous avez connu des femmes portugaises à poigne, cela ne veut pas dire qu'elles le soient toutes."

il existe des enquêtes honnêtes comme celle là ne commençons pas à les réfuter.

"Mais je peux admettre que cela puisse être un fardeau pour certaines et certains, surtout si ce travail n'est pas reconnu à sa juste valeur."

mais ce sont plutôt les taches effectuées exclusivement par les hommes qui ne sont pas reconnues à leur juste valeur personne n'en parle, on ne parle que des taches ménagères comme si les hommes étaient de gros feignants,

"( effort à fournir sur la durée, surtout en ce qui concerne les enfants "

il y a certaines taches que l'effort n'est pas bien violent pour celles qui ne travaillent amener les enfants à l'école et papoter deux heures avec les copines et idem l'après midi où retour à la maison et facebook avec les copines ju'usqu'a la sortie des classes, le monde actuel pour les femmes qui ne travaillent pas c'est le club med,

"Le coup de baguette magique des femmes, pour privilégier la carrière ? J'espère que vous aurez remarqué que ces baguettes se sont quand-même répandues ces derniers temps ! "

quelles sont vos chiffres, moi les miens, seulement 20% de femmes donnent la priorité à leur carrière et ils sont récents, issus d'une spécialiste américaine.

http://revuecivique.eu/articles-et-entretiens/citoyens-vie-publique/susan-pinker-des-differences-hommes-femmes/#.VvV3v8UdPCY

http://la-cause-des-hommes.com/spip.php?article312

"Certes, elles renoncent souvent à avoir des enfants, mais c'est un autre débat."

et puis l'horloge biologique les rattrape et là elles regrettent d'avoir privilégier la carrière, d'avoir écouter les sirènes de l'indifférenciation.

Écrit par : leclercq | 25 mars 2016

@ Calendula

"Si on prend le taux horaire de 25 Fr/ heure (= env. 23 euros), qui est celui d'une femme de ménage ou d'un prestataire de services pour personnes âgées en France voisine et qu'on compte 6 heures par jour ( j'imagine la confection de deux repas, vaisselle, rangement, ménage, lessive, repassage, courses ). Puisqu'une famille vit également le week-end, je multiplie les 150 Fr journaliers par 30 = 4500 Fr. mensuels (sans charges sociales)
Cela ne comprend pas les nuits, mais c'est un calcul trop compliqué, car les prestations pour une famille avec petits enfants sont difficilement calculables. Dans les barèmes français pour le département de l'Ain, une garde de nuit calme est facturée 163 euros, pour personnes âgées.(ça fait tout de même 4890 euros par mois ...)"

dans les taches ci-dessus il faut aussi compter l'homme, dans le cas où la femme travail l'homme effectue 2h30 de travail domestique pour 4 heures pour la femme par jour, mais il a plus de temps de trajet et de temps de travail parmi les taches qu'il effectue il a celles qui sont les mêmes que celles de la femme au même taux et celles dont il est le seul à effectuer et dont le taux est supérieur, page 78, taches n°371 373 374 382 672.

le taux horaire d'un Artisan garagiste informaticien est plus élevé qu'une garde d'enfant où qu'une femme de ménage, donc les taches qu'effectuent spécifiquement les hommes ont une plus forte valeur ajoutée que celles qu'effectuent les femmes.

"Cette démonstration d'apothicaire pour dire que généralement, une femme fournit un travail à domicile qui n'est pas comptabilisé comme tel"

idem pour les hommes.

"Si en plus, elle travaille à l'extérieur et qu'elle apporte un salaire au ménage, je continue à penser que la femme est plutôt un avantage qu'un inconvénient financier, "

idem pour les hommes

"même si elle va davantage chez le médecin, qu'elle achète des fanfreluches roses et qu'elle vit plus longtemps."

et pourquoi même son avantage n'est pas supérieur à celui de l'homme, mais j'accepte très bien quelle achète des fanfreluche pour plaire à son homme, et n’oublions pas que c'est elle qui donne des enfants à son homme, mais quand elle le décide euh où est l'égalité la dedans !!! et elle se barre parce qu'elle a décréter qu'il n'y avait pas assez de romance dans le couple, c'est l'épée de Damoclès qui est suspendu au dessus de la tête des hommes actuellement, qu'on t'ils fait de mal pour mériter ça rien !!!

"Il ne faut pas mélanger le niveau de notre vécu personnel avec des moyennes nationales d'une enquête de l'INSEE. "

donc sous entendu les enquêtes ne serait pas représentatives dites ça aux enquêtrices elles vont apprécier.

"Vous pouvez être un homme qui fait le 100% du travail ménager en plus de votre travail non-domestique, cela ne veut pas dire que tous les hommes sont ainsi. De même, si vous avez connu des femmes portugaises à poigne, cela ne veut pas dire qu'elles le soient toutes."

il existe des enquêtes honnêtes comme celle là ne commençons pas à les réfuter.

"Mais je peux admettre que cela puisse être un fardeau pour certaines et certains, surtout si ce travail n'est pas reconnu à sa juste valeur."

mais ce sont plutôt les taches effectuées exclusivement par les hommes qui ne sont pas reconnues à leur juste valeur personne n'en parle, on ne parle que des taches ménagères comme si les hommes étaient de gros feignants,

"( effort à fournir sur la durée, surtout en ce qui concerne les enfants "

il y a certaines taches que l'effort n'est pas bien violent pour celles qui ne travaillent amener les enfants à l'école et papoter deux heures avec les copines et idem l'après midi où retour à la maison et facebook avec les copines ju'usqu'a la sortie des classes, le monde actuel pour les femmes qui ne travaillent pas c'est le club med, tout le confort moderne.

"Le coup de baguette magique des femmes, pour privilégier la carrière ? J'espère que vous aurez remarqué que ces baguettes se sont quand-même répandues ces derniers temps ! "

quelles sont vos chiffres, moi les miens, seulement 20% de femmes donnent la priorité à leur carrière et ils sont récents, issus d'une spécialiste américaine.

http://revuecivique.eu/articles-et-entretiens/citoyens-vie-publique/susan-pinker-des-differences-hommes-femmes/#.VvV3v8UdPCY

http://la-cause-des-hommes.com/spip.php?article312

"Certes, elles renoncent souvent à avoir des enfants, mais c'est un autre débat."

et puis l'horloge biologique les rattrape et là elles regrettent d'avoir privilégier la carrière, d'avoir écouter les sirènes de l'indifférenciation.

Écrit par : leclercq | 25 mars 2016

Les commentaires sont fermés.