17 février 2016

Ces discriminations dont on parle peu

Du moins n’en parle-t-on pas comme d’un délit. On ne voit pas le Parquet intervenir, ni les ligues de défenses de la superégalité oussque tout le monde est pareil et radieux. La volonté de fabriquer le meilleur des mondes semble sélective.

 


égalité,égalitarisme,discrimination,professionnelle,grands,petits,obèses,Pas assez beau

Par exemple les grands. Ils sont privilégiés, c’est sûr. Et les petits discriminés – sauf pour les chaussures où ils trouvent à peu près toutes les tailles qu’ils veulent, même chez les enfants, contrairement aux grands limités dans les tailles 45 et plus.

Les petits sont discriminés par les femmes qui préfèrent les grands. Ils sont discriminés dans les équipes de basket: on ne les prend pas. Les joueurs sont choisis en bonne partie selon leur taille, soit selon une caractéristique physique qui n’est pas un choix personnel. C’est pas une discrimination, ça?

Et les obèses? Dis-cri-mi-nés! Et les mal habillés? Aussi! Le quotidien Libération a publié un article sur le sujet:

« «Pas assez beau pour vendre», «sa tête ne me revient pas», «ça va la baleine?», «salut gros lard». Au quotidien ou au moment du recrutement, la discrimination liée à l’apparence physique ou au style vestimentaire est «un critère de discrimination à part entière»»

 

 

égalité,égalitarisme,discrimination,professionnelle,grands,petits,obèses,Préférences

Le quotidien ajoute, citant le Défenseur des Droits de l’OIT dont la récente étude est sous-titrée Le physique de l’emploi:

« Ces dernières (discriminations) peuvent être liées à des «caractéristiques physiques innées ou apparues, non modifiables» (les traits du visage, la silhouette, la corpulence, la couleur des yeux, de la peau, ou le handicap visible) ou à une «apparence vestimentaire et autres caractéristiques modifiables» (vêtements, coiffure, tatouages, piercings…). »

Cet organisme a publié un document de synthèse à l’usage des employés. On y trouve entre autres ceci:

Il y a discrimination lorsque vous êtes victime d’un traitement défavorable à cause de votre apparence corporelle :

Recrutement (stage, concours, entretien d’embauche) : « Pas assez beau pour vendre »

Carrière (rémunération, promotion) : « Sa tête ne me revient pas ».

Ciel, un employeur n’aurait-il plus le droit de choisir selon ses propres critères tant pour les relations internes dans l’entreprise que pour l’image de celle-ci ? Chaque commerce a sa clientèle qui s’identifie à cette image, et chaque employeur a ses préférences. 

 

 

égalité,égalitarisme,discrimination,professionnelle,grands,petits,obèses,Égalitarisme non merci

Il ne s’agit pas de subordonner les compétences à l’apparence physique. Il est certainement douloureux pour une personne obèse d’être rejetée à cause de son poids, alors que dans ce corps il y a une personne à part entière. Encore faut-il voir dans quelle entreprise et pour quel poste la personne a proposé sa candidature. 

Faudrait-il traiter génétiquement tous les embryons afin de rendre tous les humains semblables: beaux, gentils, grands, sveltes, bons vendeurs, et tant qu’à faire les rendre unisexes pour en finir avec la lutte de pouvoir entre hommes et femmes au sommet de l’échelle politique et économique?

C’est vrai, quoi, le fait que les grands malingres ou les petits gros ne puissent être sélectionnés pour courir le 100 mètres aux jeux olympiques est discriminant.

Conclusion: c’est la discrimination sur le physique qui empêche Fanfrelande et les obèses de petite taille d’être médailles d’or du 100 mètres et de jouer au basket. La société les empêche de concourir et de gagner...

A moins qu’il soit normal d’être différents. Normal d’ajuster chacun selon ses données et compétences professionnelles et relationnelles, mais aussi physiques. Et aussi selon le sentiment ou l’intuition de l’embaucheur, plus que selon une dictature égalitariste qui laisse penser que l’État voudrait formater notre comportement jusque dans l’intimité de nos pensées.

 

 

 

12:20 Publié dans Philosophie, Politique, société | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : égalité, égalitarisme, discrimination, professionnelle, grands, petits, obèses | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Comme toujours dans ce genre de cas, des catégories sont oubliés, dont les ... vieux, ou autrement dit : les seniors.
Il me semble que la difficulté de trouver ou retrouver du travail après 50 ans est attestée et déplorée, mais je n'ai pas connaissance de cas, dans lesquels on aurait réellement dénoncé et déposé plainte pour une discrimination due à l'âge. Peut-être aux USA, où on trouve matière à intenter des procès pour moins que ça !

Nous savons pourtant que l'âge de la retraite va être augmentée et qu'on devra travailler plus longtemps, mais on est encore à la veille de ce ce changement.
En attendant, les quinqua- et sexagénaires n'ont qu'à trouver moyen de paraître plus jeunes que leur âge.

Écrit par : Calendula | 17 février 2016

Une autre discrimination à l'emploi qui m'a surprise est l'accent: s'il est trop "régional" (ici andalou ou galicien par exemple), certains postes nationaux vous sont difficiles d'accès...
Corriger les effets de l'âge (si juste Calendula), son parler, maigrir...on aimerait tant penser que c'est de la science-fiction!
Bonne journée HL.

Écrit par : colette | 18 février 2016

Cher hommelibre,

« C’est vrai, quoi, le fait que les grands malingres ou les petits gros ne puissent être sélectionnés pour courir le 100 mètres aux jeux olympiques est discriminant. »

Sous "discrimination", l'un des sens que le Larousse nous indique et qui correspond à ce que vous semblez vouloir dire est le suivant ...

... "Fait de distinguer et de traiter différemment (le plus souvent plus mal) quelqu'un ou un groupe par rapport au reste de la collectivité ou par rapport à une autre personne"

Dans l'exemple que vous citez, il n'y a pas "discrimination" puisque vous ne dites pas si "les grands malingres" ou "les petits gros" sont traités différemment des autres personnes, ni à la sélection, ni au cours de la course elle-même.

Le constat des résultats d'une comparaison entre catégories de gens n'est pas en soi une "discrimination". C'est le fait de ne pas placer les gens dans les mêmes conditions pour les comparer qui l'est ... "discriminant".

- « Conclusion: c’est la discrimination sur le physique qui ... »
« A moins qu’il soit normal d’être différents. »
- « Normal d’ajuster chacun selon ses données et compétences professionnelles et relationnelles, mais aussi physiques. »

Euh ... "Normal d'ajuster" ? ... désolé, j'ai pas compris.
"Ajuster chacun" ? Les étirer ? Les raccourcir ?
Qui "ajuste chacun", selon les données de qui, dans quel but et pourquoi ?
Mais surtout, ne croyez vous pas que, au contraire, c'est celà qui est "discriminant", puisque vous semblez vouloir ajuster" certains individus seulement, et pas d'autres ?

- « Et aussi selon le sentiment ou l’intuition de l’embaucheur, plus que selon une dictature égalitariste qui laisse penser que l’État voudrait formater notre comportement jusque dans l’intimité de nos pensées. »

Au secours! Je suis perdu !
Vous prêtez des sentiments, des idées et des intentions aux gens mais là je ne sais plus quoi à qui ou s'il s'agit même des vôtres!

Écrit par : Chuck Jones | 18 février 2016

De l'histoire des présidentielles aux USA, c'est toujours le plus grand des deux candidat qui a été élu. Sauf lors de sa première élection, Obama qui était plus petit que McCain.

Écrit par : archi-Bald | 18 février 2016

Chuck jones

"Le constat des résultats d'une comparaison entre catégories de gens n'est pas en soi une "discrimination". C'est le fait de ne pas placer les gens dans les mêmes conditions pour les comparer qui l'est ... "discriminant".
Il n'empêche que je ne pourrais jamais faire carrière dans le basket à cause de ma taille. Si on suivait votre logique une société plus égalitaire devrait proposer différents championnats en fonction de la taille et du poids des joueurs composant les équipes. Ainsi on aurait le championnat de basquet des petits gros, celui des grands malingres etc etc...
C’est d'ailleurs ce qui est pratiqué pour les femmes : il existe des championnats uniquement pour les femmes, idem pour les personnes handicapées, ce genre de raisonnement existe aussi dans les sports de combat (boxe, judo).
Donc soit on pousse l'égalitarisme au bout de la logique, soit on discrimine sans détail, mais dans ce cas il n'y aura plus aucune femme sur aucun podium.

Écrit par : steppenwolf | 18 février 2016

@ Chuck:

Il y a deux sens à discrimination. Le sens originel a ma préférence, mais le sens politique aujourd’hui est « exclure », sans même qu’il y ait besoin de traiter mal une personne. Or le sens d’origine est: trier, comparer, choisir, préférer selon certains critères. Ou, selon le cnrtl.fr: « Différencier, en vue d'un traitement séparé, (un élément des autres ou plusieurs éléments les uns des autres) en (le ou les) identifiant comme distinct(s). Synon. distinguer. »

Dans l’usage actuel, il suffit de refuser à l’embauche une personne pour des raisons par exemple d’ordre physique ou esthétique pour être coupable de discrimination. C’est abusif, à moins que l’on ne veuille que l’État choisisse les travailleurs pour les entreprises.

Dans mon exemple les petits sont éliminés par principe des équipes de basket, ils ne sont même pas recrutés car exclus par avance à cause de leur taille.

Idem pour les gros qui voudraient entrer en compétition sur le 100 mètres.

« Ne pas placer les gens dans les mêmes conditions »: cela me paraît pourtant la bonne voie à suivre. À chacun selon ses qualités propres, ses compétences, ses caractéristiques, ses goûts, si possible. L’armée américaine a voulu abolir la discrimination militaire. Les femmes ne pouvant atteindre les objectifs des test comme les hommes, l’armée a abaissé le niveau d’exigences. Nivellement par le bas: comme cela ils sont dans les mêmes conditions…

Ajuster? C’est faire en sorte que la personne trouve ce qui lui convient le mieux selon ses compétences, caractéristiques, goûts, etc. Rien de discriminant, non, mais plutôt une intelligence des gens et des choses.

A l’embaucheur les sentiments ou intuitions, à tous le risque d’être formaté.

Écrit par : hommelibre | 18 février 2016

@Steppenwolf

« Il n'empêche que je ne pourrais jamais faire carrière dans le basket à cause de ma taille. Si on suivait votre logique une société plus égalitaire devrait proposer différents championnats en fonction de la taille et du poids des joueurs composant les équipes. »

Ma "logique" me fait dire que ... vous semblez confondre ... "faire carrière" ... et _jouer_ au "basket".

Ma "logique" me fait dire que ... la société ne se porte ni mieux, ni moins bien, depuis que l'on joue au basket.

Ma "logique" me fait dire que ... le basket est un jeu ... et un spectacle.

Ma "logique" me fait dire que ... ce qui permet de faire carrière dans le basket, donc qui rapporte de l'argent ... c'est le spectacle, ... des gens qui paient pour voir se dérouler le jeu, ou des annonceurs qui paient pour montrer de la publicité aux gens qui regardent le spectacle ... et PAS le "jeu" de basket lui-même.

Ma "logique" me fait dire que ... ce n'est pas la poursuite d'une société plus égalitaire qui incitera les organisateurs de matches de basket à organiser ... plus de matches de basket, ... mais la poursuite de ... l'argent.

Écrit par : Chuck Jones | 19 février 2016

Cher hommelibre

- « Dans l’usage actuel, il suffit de refuser à l’embauche une personne pour des raisons par exemple d’ordre physique ou esthétique pour être coupable de discrimination. »

Je crains hélas que vous ne confondiez _procédure de recrutement_ et _sélection_.
La "discrimination" n'est pas constatée à la "sélection" d'un candidat pour l'attribution d'un travail donné, mais lors de la phase de "recrutement", s'il y a barrage au _processus_ de sélection.

Et vous savez quoi ? Y'a même un *** guide *** !!! Si si ! Comme pour le consentement sexuel !:-)
Les termes employés pour désigner cette "discrimination" sont d'ailleurs très précis.
Mais ce guide ci ... on parle bien de la France, n'est-ce pas ?, ... est publié, avec un auteur ayant une autorité en la matière, vérifié par des juristes, et tout et tout ! Mais oui mais oui :-)))
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1642

- « Dans mon exemple les petits sont éliminés par principe des équipes de basket, ils ne sont même pas recrutés car exclus par avance à cause de leur taille. »
« Idem pour les gros qui voudraient entrer en compétition sur le 100 mètres. »

Rien ne vous empêche d'organiser des matches de basket entre petits, ou des courses de 100 mètres pour les gros, ou des concours de tricot ... pour les hommes. :-)

- « L’armée américaine a voulu abolir la discrimination militaire. Les femmes ne pouvant atteindre les objectifs des test comme les hommes, l’armée a abaissé le niveau d’exigences. Nivellement par le bas: comme cela ils sont dans les mêmes conditions… »

En parlant de "discrimination militaire", vous vous méprenez. Il n'y a _aucune_ considération "militaire" dans la discrimination qui était faite envers les femmes dans l'armée américaine jusque là. Cette discrimination était instaurée pour des motifs purement culturels ou politiques. Cette discrimination est d'ailleurs tellement peu "militare" puisque ...

° Jeanne d'Arc ne s'est pas fait connaître pour sa virginité,

° aucune mention de discrimination dans "l'Art de la Guerre" de Sun Tzu ...
http://art-de-la-guerre.blogspot.ch/

° l'armée US, toute masculine et discrimante qu'elle était, a quand même plié bagages au Vietnam.

Écrit par : Chuck Jones | 19 février 2016

@ Chuck Jones

"Cette discrimination était instaurée pour des motifs purement culturels ou politiques. Cette discrimination est d'ailleurs tellement peu "militare" puisque ...

faux discrimination physique, la majorité des femmes ne sont pas aptes physiquement a être des fantassins.

image: http://3.bp.blogspot.com/-SUje7_BHlnU/UkruYtTCVhI/AAAAAAAAC8s/1DGeBgTPx8k/s200/2013ECPA006G016_221.JPG

"La rusticité et l'endurance doivent utilement venir compléter ce tableau. Aujourd'hui un soldat porte sur lui un gilet pare-balles, des munitions et de l'eau pour un total de 40 kilos. Il faut reproduire ce poids à l'entraînement. Et étant entendu que le fantassin termine immanquablement son combat à pied, parfois sur de longues distances, la marche doit rester au centre de l'entrainement.

Tout ceci est aisément faisable lors des périodes de préparation opérationnelle. La simulation ne permettra pas de s'aguerrir, la marche avec charge lourde, oui."

c'est pourtant logique, vous n'arrivez pas à admettre ça !!! c'est votre marxisme à la mode féministe qui vous membrue la cervelle.

"Jeanne d'Arc ne s'est pas fait connaître pour sa virginité,"

jeanne n'avait strictement aucune chance de sortir vainqueur contre un simple soldat de l'époque dans un combat à l'épée.

https://www.youtube.com/watch?v=5hlIUrd7d1Q

"
° l'armée US, toute masculine et discriminante qu'elle était, a quand même plié bagages au Vietnam."

les aptitudes physiques ne sont pas le seul critère qui rentre en compte pour gagner une guerre. vous mélangez tout quand ça vous arrange où ça arrange votre féminisme à la petite semaine mais ça vous empêche pas de chercher des poux dans la paille aux autres pour des vétilles, balayez donc devant votre porte.

image: http://1.bp.blogspot.com/-H2OW2txOaEk/VSGt_xazTEI/AAAAAAAAD5E/MXFi3A11doM/s1600/article-2441235-18759C7300000578-568_964x637.jpg

Écrit par : leclercq | 20 février 2016

En réfléchissant encore à la "discrimination dans le sport professionnel" et en restant sur l'idée que l'âge est un facteur non-négligeable sur le marché de l'emploi, il est évident qu'on ne peut pas parler de discrimination, lorsqu'un sportif de pointe commencer à baisser, par la force de l'âge. Personne n'aurait l'idée de crier à la discrimination, car on n'a pas droit à gagner. Et au sport, il faut gagner, c'est le but du jeu.

Nous sommes inquiets à chaque fois que Roger perd un match, nous espérons qu'il sera éternel, tout en sachant que ce ne sera pas possible.

Ainsi, l'élimination des trop petits, trop gros, trop lents se fait tout seul. Du moment qu'il y a besoin d'aller plus haut, plus, fort, plus vite et que ça se mesure au centième et au millième, il n'y pas de place pour les même très bons. Il faut être le meilleur.
Et c'est là qu'entre en scène le dopage.
En poussant un peu le bouchon, on pourrait dire que c'est celui qui a trouvé le dopant le plus raffiné, le meilleur préparateur physique , le meilleur médecin du sport qui va gagner...

En appliquant cette logique au monde du travail, qu'il s'agisse de mannequinat, de construction de bâtiments et de routes ou de négociation en bourse, on sait qu'il faut assurer, rester performant et de préférence beau.
La pression est là et si on regarde bien, à la télévision, on ne voit plus de femmes ridées, d'hommes avec des poches sous les yeux ou des cheveux clairsemés. Et lorsqu'on se regarde dans le miroir, on peut se demander, s'il ne faudrait pas faire quelque chose ;-)))

Écrit par : Calendula | 20 février 2016

suite

http://lavoiedelepee.blogspot.fr/2013/10/afghanistan-mali-laboratoires-tactiques.html

"La rusticité et l'endurance doivent utilement venir compléter ce tableau. Aujourd'hui un soldat porte sur lui un gilet pare-balles, des munitions et de l'eau pour un total de 40 kilos. Il faut reproduire ce poids à l'entraînement. Et étant entendu que le fantassin termine immanquablement son combat à pied, parfois sur de longues distances, la marche doit rester au centre de l'entrainement.

Tout ceci est aisément faisable lors des périodes de préparation opérationnelle. La simulation ne permettra pas de s'aguerrir, la marche avec charge lourde, oui."

http://lavoiedelepee.blogspot.fr/2015/04/leffondrement-invisible.html

http://www.air-defense.net/forum/topic/18025-les-%C3%A9normit%C3%A9s-et-clich%C3%A9s-du-cin%C3%A9ma-et-s%C3%A9ries-t%C3%A9l%C3%A9vis%C3%A9es/?page=22

"Cette discrimination était instaurée pour des motifs purement culturels"

purement culturels !!!

pour vaincre sur le terrain, il faut des super combattants qui sortent de la masse.

http://lavoiedelepee.blogspot.fr/2011/09/de-lemploi-et-de-la-reconnaissance-des.html

"Une armée est finalement une machine à former les tueurs de faible rendement. Dans une application guerrière de la loi de Pareto, la majorité des résultats micro-tactiques sont le fait d’une minorité d’individus doués et dont ceux qui survivent assez longtemps obtiennent le statut d’As. On peut sur une seule action de combat, apparaître héroïque et brillant alors que l’on est que chanceux. Avec la répétition, le facteur chance s’élimine et les héros survivants apparaissent alors vraiment comme des experts. Outre d’être chanceux, leur point commun reste une stabilité émotionnelle et des capacités de coordination sensorielles et motrices supérieures à la moyenne. Passé un premier seuil d’expériences, ces capacités innées se développent très vite en se nourrissant de chaque victoire, jusqu’à un seuil de quasi invincibilité mais aussi souvent de dépendance.

Ces soldats d’exception contribuent grandement à la victoire, quand ils ne les arrachent pas eux-mêmes par leur seule action. Il reste à déterminer leur place dans l’organisation militaire et dans la société. "

la masse c'est des tueurs à faible rendement, c'est pas ça "Outre d’être chanceux, leur point commun reste une stabilité émotionnelle et des capacités de coordination sensorielles et motrices supérieures à la moyenne."

mais le minimum qu'on demande à la masse c'est de ne pas se débander.

le seul essai dans les temps modernes n'a pas été concluant épaulées par deux tiers d'hommes, je pense c'est le pourquoi de son non renouvellement.

Smorgon

sur 2000 300 ont acceptée de participer à un assaut soutenues par 600 hommes,

http://books.google.fr/books?id=ReWvxz_4zWUC&pg=PT15&lpg=PT15&dq=smorgon+bataillon+de+la+mort&source=bl&ots=i_NlKu7jzY&sig=0ujiWCME4IH-IkWx7dAr7xSstu4&hl=fr&sa=X&ei=2wsUVPLQD4rqaPLVgogE&ved=0CDoQ6AEwBA#v=onepage&q=smorgon%20bataillon%20de%20la%20mort&f=false

voir l'alinéa 33 !!!

une partie des femmes est restée dans les tranchées hystériques où prêtes à s'évanouir, d'autres à peine le talus franchi ont fait aussitôt marche arrière où plutôt se sont mises à ramper aussi vite que possible pour rejoindre un abri.

merci à l'honnêteté de Florence Farmborough.

Écrit par : leclercq | 20 février 2016

"Et lorsqu'on se regarde dans le miroir, on peut se demander, s'il ne faudrait pas faire quelque chose ;-)))"
Calendula : Mais non, ne faites rien! A force de voir des visages comme des masques on finit par trouver que nos rides animent joyeusement notre visage.
Stop à la discrimination des vieilles peaux;-))) qui ont trop souri et ri et, pleuré. Qui ont vécu quoi!

Écrit par : Ambre | 28 février 2016

@ Ambre,

Au fond, je suis complètement d'accord avec vous, d'où le ;-)))
On ne peut pas encore signifier les rides avec des émoticones, où peut-être comme ça :
>. .<

J'ai vu des images d'un meeting de D. Trump à la télé, où il était entouré de trois femmes à la silhouette parfaite et le visage refait. Elles avaient l'air d'extra-terrestres. Trump se veut si proche des gens, si sincère et authentique, mais il véhicule malgré tout la vision d'un monde ayant non seulement le temps et l'argent pour la chirurgie esthétique, mais également le culte du conformisme et du jeunisme. Certes, lui-même, il a la liberté de se présenter tel qu'en lui-même et ça passe auprès de tout un électorat. En poussant le bouchon, il arrive à donner à son arrangement capillaire une dimension identitaire. Très fort et très habile. C'est là que l'on reconnaît l'expert des médias.
Hilary Cinton fait certainement un gros travail sur son look, elle n'est pas non plus au naturel, ce ne serait simplement pas possible. Si on voyait sur son visage toute son expérience de vie, ce serait difficile pour ses contemporains ! On n'est plus capables de ce regard, je crois.
Même si, dans l'absolu, je préfèrerais le naturel, l'authentique.

Mes rides sont camouflées par l'anonymat et le pseudo, mais les personnes travaillant sur la scène publique ( médias, spectacle, politique) ont une vraie pression et à répondre à la question : Où s'arrête la politesse envers le public et où commence l'exagération dénaturante ?
Et : faut-il admettre le recours aux manipulations diverses et variées ou prétendre avoir un patrimoine génétique hors du commun ?

Écrit par : Calendula | 29 février 2016

Les commentaires sont fermés.