03 février 2016

« Casse-toi pauv’ con » : le droit européen sur les injures par internet

La Cour européenne des Droits de l’Homme a défini sa doctrine concernant les injures diffusées sur des forums internet. Pour une injure sans diffamation, seul le modérateur du forum est responsable.


casse-toi01.jpgPauvre c…

La simple injure est considérée comme une opinion ou un jugement de valeur. Elle fait partie de la liberté d’expression. Le portail n’est considéré comme responsable qu’en cas de propos diffamatoires et d’appels à la haine ou à la violence.

Les injures font donc partie de la liberté d’expression et ne sont pas automatiquement imputables au portail internet qui propose des blogs et des forums. Elles ne sont pas présentées comme la diffusion d’un fait réel mais comme le résultat d’un mouvement d’humeur. Personne ne peut confondre l’expression Pauvre con avec une quelconque accusation de délit manifeste.

Toutefois certaines injures restent punissables légalement, selon chaque pays. Mais on peut se demander si une injure doit être poursuivie. Après tout il s’agit de jugements de valeur et n’ont d’autre fonction que de montrer l’humeur de celui ou celle qui les exprime. Elles n’ont pas pour but de dire une vérité, même si le Pauvre con l’est réellement, con, à notre avis. 

Même quand une parole désigne un autre, elle illustre d’abord celui ou celle qui parle.

 

 

LEquipe-2010.jpgL’injure comme expression

On pourrait chinoiser: traiter quelqu’un de pauvre con est discriminatoire. Pourquoi pauvre? Avez-vous remarqué que certaines injures ne s’accouplent qu’aux pauvres? Bon sang quelle bâtardise doivent engendrer ces obscures copulations! 

Ne peut-on être un riche con? Et quand on est pauvre, ce qui est déjà une tare sociale impardonnable comme tout le monde le sait, faut-il être condamné à la double peine en étant con en plus?

Au nom de l’égalité absolue les riches demandent aussi à pouvoir être traités de cons, comme les pauvres. l’État pourrait leur demander une taxe: le droit à être traité de con.

L’injure est rapide, sèche, elle dit en très peu de mots bien plus qu’un long discours. Elle peut avoir un effet cathartique sur des sujets manifestement au bord de la crise de nerfs. Imaginez sale con! Sale et con, ah, déchéance totale. Mais dans un fil sur un forum c’est tout sauf intéressant. Outre le fait que les injures n’apportent aucun argument, elles pourrissent un fil. 

Sur internet les injures se crachent parfois avec une facilité déconcertante. Pour ma part je refuse en principe qu’injures et attaques personnelles injustifiées soit postées sur mon blog. Il peut cependant être difficile d’évaluer quand un intervenant est dans l’injure détestable et quand il exprime un jugement de valeur suite à un différent. Je préfère en tous cas quand les gens s’expliquent plutôt qu’ils ne s’insultent pour solde de tout contentieux.

 

 

 

11:20 Publié dans Humour, Liberté, Philosophie, société | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Juste une remarque de non-francophone, mais pas de féministe:

Quand j'ai appris ce que "con" signifie vraiment, j'étais quand-même stupéfaite.
Alors être pauvre, riche ou sale ...
L'utilisation de ce mot ( tout comme celui de "putain") ne me dit rien qui vaille.

Écrit par : Calendula | 03 février 2016

Vous avez raison Calendula.
Il y en a d'autres: "tête de noeud"... Personne n'est à l'abri.
En anglais dickhead, ou tête de bite, est une injure classique.
En roumain l'insulte Prost ca gardu signifie con comme une clôture.

Le mot "con" est largement sorti de son sens originel, au point où je doute que la plupart des gens qui l'emploient pensent à ce qu'il représente du point de vue anatomique. Si certains mots sont actuellement détournés, comme "discriminer", con a acquis une forme d'autonomie. Le film Dîner de cons n'a pas été perçu comme un film sexiste.

Ce mot a l'avantage d'être cours et sonore et d'exprimer clairement sa désapprobation. Mais évidemment il reste une manière de dévaloriser l'autre, et la comparaison anatomique me déplaît autant qu'à vous. Si je l'emploie parfois, il désigne clairement un comportement, sans aucune connotation avec un organe ô combien magnifique.

Il faudrait écrire un éloge du con...
:-)

Écrit par : hommelibre | 03 février 2016

Ne serait-il pas regrettable que l'injure moyen de défoulement comme un autre à la longue donne aux juges européens un droit de censure contre lequel nous n'y pourrons plus rien.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03 février 2016

@hommelibre,

Le choix de l'insulte peut être un cas de conscience épineux. Celui de l'éloge ne l'est pas moins. ;-))
Difficile de trouver le bon niveau de langage pour en parler, sans tomber dans une sorte d'étalage scabreux.
En allemand et anglais, une insulte assez fréquente commence par un A ou un a et nomme ce qu'a tout vertébré. ( hmm, les oiseaux ou reptiles ont, je crois, un cloaque...) et ainsi, ces langues évitent un peu une sexualisation de l'insulte passepartout.
Mon intervention n'avait d'autre but que de dire que l'adjectif accompagnant "con" n'est pas le seul problème.

Écrit par : Calendula | 03 février 2016

Hooo le pauvre !
C'est ainsi que l'on a désigné quelqu'un qui n'a vraiment pas de chance. Ceci indépendamment de sa richesse ou non. C'est aussi une extension du langage.
Évidemment si l'on prend tout cela à la lettre, cela devient : "t'as pas de chance t'es un vagin !"
Ce qui pourrait largement être interprété comme étant sexiste.

Écrit par : aoki | 03 février 2016

Il existe une nouvelle insulte chez les ados, que peu d'adultes semblent connaître, c'est " bolos" , qui peut s'écrire bolosse , boloss etc.

Définition du Wikitionnaire :
" Mot apparu dans la banlieue parisienne (Val-de-Marne ou Seine-Saint-Denis) dans les années 2000, d’origine incertaine : soninké, arabe ou verlan[1]. Le dictionnaire de la zone cite l’hypothèse du linguiste Jean-Pierre Goudaillier selon laquelle bolos serait le verlan de lobos (« lobotomisés »)[2]. D’autres Référence nécessaire soutiennent que le mot est la contraction de bourgeois et lopette, le bolos étant alors un individu dont il est facile d’extorquer de l’argent. Une autre hypothèse est l'évolution salaud > verlan lauss > mon lauss > beau lauss > bolos, compte tenu de l'utilisation de mon lauss dès 1995 par Sté Strausz dans le refrain du titre de rap C'est la même histoire[3]."

Ce mot est entré dans le Larousse et a provoqué plein de débats.
Il fait donc absolument partie du domaine abordé par ce billet ;-)))

Écrit par : Calendula | 03 février 2016

Un con est forcément pauvre dans sa capacité à comprendre. Ainsi un riche peut très bien être un pauvre con.
En fait, c'est une insulte qui présuppose que celui qui la profère est soit riche de sa culture, soit compassionné pour celui qui n'est pas équipé pour.
Le pauvre con n'y peut pas grand-chose.
Reste à savoir si celui qui insulte est vraiment riche de quoi que ce soit. On peut en douter car de tels propos mettent en principe fin à un débat.

Écrit par : Pierre Jenni | 04 février 2016

Les commentaires sont fermés.