26 janvier 2016

Réactionnaires de tous les pays, unissez-vous !

Le débat devrait être univoque. Décidons une fois pour toutes que seuls les tenants du progrès ont droit de parole et de vote. Les autres n’étant que des obstacles au sens de l’Histoire.

 


réaction,politique,réactionnaire,progrès,Le terme réactionnaire a une origine. Au temps de la révolution française et après, il désignait ceux qui voulaient revenir à ce que l’on appelle l’Ancien régime. Depuis, son sens a évolué. Aujourd’hui il s’est généralisé en désignant tous ceux qui refusent les changements politiques et sociétaux.

Le réactionnaire juge le présent déliquescent. Il lui préfère le passé.

Le mot réactionnaire est dévalorisant. C’est presque une insulte, a minima une opprobre. L’avenir est toujours radieux, le passé obscur. Paraît-il. Mais comme l’avenir devient un jour le passé, au fond l’avenir est aussi obscur que le passé.

Et est-ce si mauvais d’être réactionnaire? La réaction peut être vue comme une capacité à dire non, à ne pas avaler tout cru le suchi moderne supposément meilleur que les frites de chez Eugène. Si nous réagissons cela signifie d’abord que nous nous mobilisons en vue d’un débat. Ceux qui n’aiment pas le débat traitent les autres de réactionnaires. Comme cela ils n’ont pas besoin d’argumenter. C’est leur guillotine morale.

Comme le souligne Wikipedia, 

«… les véritables réactionnaires sont ceux qui se cachent derrière le terme de progressistes et utilisent le terme de réactionnaire pour disqualifier leurs opposants dans une optique de terrorisme intellectuel voire d’« inquisition ». Pour Taguieff, « le progressisme, c’est la foi dans le progrès sans l’esprit critique ni le sens de la tolérance, avec la conviction dogmatique de posséder la vérité et d’être installé dans le Bien. »

Mais aujourd’hui les notions sont devenues très interchangeables. Les étiquettes se sont mélangées. Ainsi en écologie le progrès est le retour aux conditions atmosphériques des années 1950-1980. C’est un retour en arrière. C’est réactionnaire. Et en matière de protection sociale, on voit encore des gens s’opposer à la simplification du code du travail, au nom des acquis sociaux. Quoi de plus réactionnaire, d’opposé à tout changement?

D’un côté le terme n’a plus vraiment de sens aujourd’hui. Il vaut mieux parler de manière ouverte sur chaque dossier. Aucun débat n’est passéiste. Il n’y a pas de camp du Bien et de camp du Mal. Tout change toujours. Donc aucune loi ne doit s’imposer sans discussion et comme de droit divin.

De l’autre, si l’on veut retrouver une unité sociale, les réactionnaires étant les plus nombreux, ils devraient tous se réunir. Gens de gauche, écolo passéistes, centristes mous, cathos traditionalistes, droite classique ou identitaire, tous ceux qui se réfèrent à une tradition, un ordre préexistant, une réalité ancienne ou passée, sont tous des réactionnaires.

On se demande pourquoi ils ne sont pas tous dans le même parti.

Blague à part je trouve regrettable que l’on désigne un opposant sur un projet de réactionnaire. L’important n’étant pas la posture valorisante ou non que les uns ou les autres tiennent, mais le sujet de fond et les raisons d’y adhérer ou non. C’est aussi la liberté du débat qui est en jeu. Les accusations mutuelles encombrent l’espace intellectuel des citoyens. Le sujet de fond et les argumentaires priment sur toute autre considération personnelle.

 

 

17:32 Publié dans Humour, Politique | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : réaction, politique, réactionnaire, progrès | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Remplacer les étiquettes et les slogans par des définitions et des explications nécessite tu temps, du temps de parole et du temps d'écriture.
Or le temps c'est ce que les moyens de communication modernes et "de masse" ne nous laissent plus, à cause de l'illusion (j'allais ajouter fallacieuse) que plus cela va vite, plus on communique, alors qu'on ne fait qu'échanger.
Si l'échange est vide de substance et donc de sens, il est inutile, sauf a servir de "caresse ou d'agression vocale", différence que l'auditoire ou le public devrait clairement être capable de percevoir.

Écrit par : Mère-Grand | 26 janvier 2016

Mère Grand, vous l'avez exprimé bien mieux que ce que je m'apprêtais à dire.

Tant dans les médias, on s'indigne, on s'accuse, voir même on vocifère, que dans les réseau sociaux on "piaille". Mais tout ceci ne cache qu'un grand vide !

Écrit par : aoki | 27 janvier 2016

Vous pouvez prendre tout le recul que vous voulez ... votre blog est profondément rétrograde et réactionnaire.

Écrit par : El Captain | 27 janvier 2016

Venant du seul commentateur que même les analphabètes peuvent lire, c'est un compliment.

Écrit par : hommelibre | 27 janvier 2016

@hommelibre

- « Ainsi en écologie le progrès est le retour aux conditions atmosphériques des années 1950-1980. C’est un retour en arrière. C’est réactionnaire. »

Non, hommelibre.

Ce n'est pas "le retour" qui est --- réactionnaire ---.

L'adjectif "réactionnaire" ... ne qualifie pas le changement ... il qualifie la non-reconnaissance des valeurs de progrès apportées par le changement.

C'est de ne pas considérer "le retour" comme un progrès, qui l'est, *** réactionnaire ***, pour autant qu'il soit établi que ce changement constitue un progrès, et non une décision visant à réparer ce qui peut être considéré comme une "erreur" ou un "abus", par exemple la mise sur le marché du "Thalidomide".

Ainsi, ce n'est pas la "contraception" ou la "prise en charge par l'assurance maladie" qui est réactionnaire.

Ce sont les opposants à sa légalisation qui le sont, réactionnaires, parce qu'ils nient le bien à la société que représente le comfort apporté à ceux et celles qui décident de l'utiliser.

Écrit par : Chuck Jones | 28 janvier 2016

Esprit critique, tolérance

solidarité

Pourquoi pas un parti nouveau, comme vous l'écrivez, John Goetelen, de "tous les pays"?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 28 janvier 2016

Chuck,

Vous jouez encore une fois sur les mots. Le "retour" à l'Ancien régime était considéré comme réactionnaire il y a 200 ans. Il s'agissait bien d'un retour, d'une réhabilitation, qui implique ou la non-reconnaissance des valeurs de progrès apportées par le changement, ou la mise en doute que ces valeurs soient un réel progrès.

Le retour synthétise le processus. On qualifie aussi les réactionnaires de passéistes, signe qu'il s'agit bien de temporalité et non de contenu. Qui peut affirmer sans l'ombre d'un doute que le retour aux conditions de 1950 soit un progrès? Par rapport à quoi? Qu'est-ce qu'un progrès? En quoi peut-on qualifier ce retour de progrès? Le réchauffement n'est-il pas un progrès vu ses avantages divers?


Sur la contraception, je ne suis pas sûr que ceux – peu nombreux – qui s'y opposent refusent de considérer qu'il y a un confort. Ils refusent le principe de stérilisation chimique au nom d'un autre principe, c'est tout. C'est peu honnête de vouloir les cataloguer dans le créneau réactionnaire, alors qu'ils ne font que considérer leur vision du monde, comme les pro-contraception considèrent la leur. Le système d'avant est-il un enjeu réactionnaire? Ou le système d'après est-il délétère malgré son confort?


@ Myriam:

Non, pas de nouveau parti. C'est une boutade pour relativiser les étiquettes et pour prôner le débat plus que l'anathème.

Écrit par : hommelibre | 30 janvier 2016

@hommelibre

- « Vous jouez encore une fois sur les mots. Le "retour" ... »
- « Il s'agissait bien d'un retour, d'une réhabilitation, ... »

... "retour" qui n'a, "hélas", pas eu lieu donc.

Ainsi, votre phrase, sans ambiguïté, est fausse, même si elle est involontaire.

... "Il" étant --- ce à quoi aspiraient les "réactionnaires" --- , et "retour" étant *** l'action *** qu'ils tentèrent d'entreprendre pour revenir à cet état antérieur, sans y parvenir.

Etes vous d'accord qu'une action n'a pas de conscience et si on peut "donner" à une action une valeur, une action ne peut, pour autant, *** avoir *** "des valeurs" ?


- « ... qui implique ou la non-reconnaissance des valeurs de progrès apportées par le changement, ou la mise en doute que ces valeurs soient un réel progrès. »

Vous avez bien écrit "qui implique" ?
Bravo. C'est *** ce *** que celà "implique" qui est *** réactionnaire ***.
Pas le "retour".


- « Sur la contraception, je ne suis pas sûr que ceux – peu nombreux – qui s'y opposent refusent de considérer qu'il y a un confort. Ils refusent le principe de stérilisation chimique au nom d'un autre principe, c'est tout. »

Naturellement, on parle *** aussi *** de ceux qui s'y *** sont opposés ***, comme vous parlez des "réactionnaires" qui se *** sont opposés *** au nouveau régime.

Alors, par exemple, quel principe ?

Et naturellement, on parle d'opposants qui refusent, ou "ont refusé", le confort procuré *** aux autres ***, pas à eux-mêmes.

Écrit par : Chuck Jones | 30 janvier 2016

Allez dire cela à tous les pisse-froids marxistes qui font la loi dans la télé et sur le Web, sous forme d'article pseudo révolutionnaire ou encore en trollant les articles qui ne respecteraient pas le dogme du progrès tout azimut

Écrit par : spartacus | 01 février 2016

Apparement je n'ai pas tort, ils sont partout à lancer des fatwas trotskistes et leur doge à la con

Écrit par : spartacus | 01 février 2016

Car oui appelons un chat un chat, aujourd'hui les ennemis de la liberté son les intégristes islamistes et les marxistes, vivement qu'ils s'entretuent l'humanité aura enfin la paix qu'elle mérite

Écrit par : spartacus | 01 février 2016

Les commentaires sont fermés.