25 janvier 2016

Wiam Berhouma : face au pir on ne se taira pas

Elle fait le buzz depuis jeudi soir et son passage sur France 2. L’émission donnait la parole à Daniel Cohn-Bendit et Alain Finkielkraut. A un moment l’animateur, le journaliste David Pujadas, passe la parole à une spectatrice dans l’assistance.

 


france,finkielkraut,pujadas,islam,dpda,Faire le buzz

Présentée comme une enseignante d’anglais, elle ajoute qu’elle est de confession musulmane et n’appartient à aucun parti. Elle demande rapidement à M. Finkielkraut s’il est conscient du mal qu’il fait à la France. Elle termine en paraphrasant le philosophe: « Taisez-vous Monsieur Finkielkraut. »

Elle reprend ainsi un propos que le philosophe avait utilisé à Ce soir ou jamais chez Taddéï, contre un intervenant qui le coupait sans cesse alors qu’il lui était demandé de répondre. Mais ici l’usage qu’en fait Madame Berhouma est de demander non pas qu’il se taise pour qu’elle réponde, mais qu’il se taise définitivement. 

Madame Wiam Berhouma est une jolie femme. Elle parle très bien, avec assurance. Mais qui est-elle? Au premier abord son intervention m’a fait penser à ceux qui parlent parfois en agressant un chroniqueur pour se faire valoir et connaître, pour avoir leur 5 minutes de célébrité. Telle une jeune femme qui avait agressé verbalement Nicolas Bedos et qui par la suite était devenue sa copine. Un bon moyen pour gagner du galon sans trop d’effort. Un peu de culot suffit.

france,finkielkraut,pujadas,islam,dpda,Mais ici l’objectif est plus que la célébrité personnelle. Madame Berhouma dit n’appartenir à aucun parti. Or le magazine Marianne en ligne a retrouvé sa trace sur internet, une trace que l’équipe de Pujadas n’a visiblement pas cherchée. Omission volontaire ou paresse de l’équipe? On apprend donc que l’invitée s’est déjà faite connaître par le passé.

 

 

Proche du pir

Wiam Berhouma serait ainsi très proche du PIR, le Parti des Indigènes de la République, fondée par la tristement célèbre Houria Boutelja, connue entre autres pour sa sortie sur les sous-chiens (jeu de mots sur souchiens, de souche – notons toutefois qu’elle a été relaxée en appel de l’accusation de racisme), les blancs. Deux phrases d’elle suffisent à rappeler sa profession de foi: « ...la société toute entière devra assumer pleinement le racisme anti-Blanc. » Et aussi: « … Aujourd’hui, il y a encore des gens comme nous qui vous parlons encore. Mais demain, il n’est pas dit que la génération qui suit acceptera la présence des Blancs. » C’est une beur de troisième génération, descendante des colons conquérants racistes et esclavagistes arabo-musulmans, radicalisée, qui affirme cela. 

france,finkielkraut,pujadas,islam,dpda,Le pir est à l’origine d’une initiative nommée Marche des Femmes pour la Dignité, MAFED. Wiam Berhouma a signé l’appel à la Marche (image 2), aux côtés de Houria Bouteldja, et Sihame Assbague, cette radicale aussi tristement célèbre pour son passage sur un plateau, elle aussi membre du pir, et présentée par Pujadas comme militante associative. Pujadas aime frayer avec le pir.

Madame Berhouma a participé à la marche, en tête du cortège. La page Facebook du pir contenait une photo de la manifestation avec Wiam Berhouma. Cette photo a été retirée depuis, mais elle continue à circuler sur le net (image 3, deuxième depuis la droite). Elle a également été candidate aux régionales sur une liste électorale aux côtés de membres du pir. Elle dénonce une discrimination raciste dans l’emploi. Mais peut-être que si les jeunes beurs faisaient l’effort de bien parler et écrire le français, ils seraient mieux perçus.

 

 

france,finkielkraut,pujadas,islam,dpda,Le pir est là

Revenons à cette banderole de la manif afin de découvrir qui est soutenu lors de cette marche. Un visage en particulier, celui derrière le « t » de dignité (image 4 et 5), a retenu l’attention des observateurs. Une fois agrandi on découvre Bertrand (Bilal) Nzohabonayo, qui a blessé trois agents à Joué les Tours en décembre 2014 avant d’être abattu par la police. Un exemple de dignité citoyenne, peut-être? Encore un gentil musulman victime des méchants colons français racistes?

En résumé: Wiam Berhouma est une musulmane activiste, proche du parti pir dont la fondatrice est connue pour ses propos anti-blancs. Elle vient sur un plateau, se présente comme neutre, alors qu’elle est plus vraisemblablement en mission commandée, avec un discours préparé pour faire le buzz en agressant Alain Finkielkraut et en jouant sur la posture victimaire de certains musulmans.

france,finkielkraut,pujadas,islam,dpda,Même si les radicaux sont une minorité, même si je pense toujours que la majorité d'entre eux veut vivre en paix, prétendre qu’il n’y a pas de problème avec l’islam en France est de l’aveuglement. Ne serait-il pas temps que la France mette un moratoire à l’immigration d’origine musulmane?

Face à ces propos il faut déjà ne pas se taire. Et oser dire qu’entre Houria Bouteldja, Wiam Berhouma (musulmane qui attaque frontalement trois hommes juifs, comme c’est étrange), les Coulibaly, l’antisémitisme des arabo-musulmans de France dans certains quartiers après les attentats de novembre, les terroristes, les incendiaires de voitures, etc, ceux qui font du mal à la France et à l’islam ne sont pas du côté d’Alain Finkielkraut. Ce sont les amis de Wiam Berhouma.

Alors, qu’elle ne se cache pas derrière une supposée islamophobie pour éviter de parler d’un vrai problème dans la société française et bientôt dans l’ensemble de la société européenne. L’immigration italienne en France a mis 100 ans pour être intégrée et assimilée. Combien de temps pour l’immigration arabo-musulmane?

 

 

 

 

 

12:45 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (104) | Tags : france, finkielkraut, pujadas, islam, dpda | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

L'immigration arabo-musulmane ne sera jamais intégrée ni assimilée parce qu'intarissable et conquérante. La stopper c'est la seule solution.

Écrit par : norbert maendly | 25 janvier 2016

"Même si les radicaux sont une minorité, même si je pense toujours que la majorité d'entre eux veut vivre en paix"
Cette constatation ne suffit malheureusement pas: d'abord parce que c'est cette minorité que l'on voit et entend sans cesse, ce qui arrange évidemment les media, dont c'est le métier de rapporter ce qui est à voir et entendre, même si elle risque ainsi de nuire à ce qui lui permet de vivre, à savoir la liberté de penser et de s'exprimer.
D'autre part, comme dans les autres religions, ce sont toujours les fanatiques qui se battent pour étendre leur pouvoir. Ceux qui ne veulent que "vivre en paix" et pratiquer leur religion en privé n'ont aucune raison de monter aux barricades, d'autant plus que l'Islam, puisqu'il s'agit plus spécifiquement de cette religion ici, n'encourage pas (non plus que le Christianisme à son époque de plus grand pouvoir) l'expression critique.
Si on ne veut pas pousser les gens pacifiques à s'armer pour défendre leurs droits, il est essentiel que la démocratie leur donne les moyens de se défendre autrement que par les armes, ce qui ne peut être que par le droit de s'exprimer sans risquer sans cesse les reproches de racisme ou de phobie quelconque.
Il reste évidemment les élections, moyen de dernier recours souvent à double tranchant puisqu'il risque d'exprimer avant tout le "ras-le-bol" sans nécessairement aboutir à une solution meilleure pour la société.

Écrit par : Mère-Grand | 25 janvier 2016

"Même si les radicaux sont une minorité, même si je pense toujours que la majorité d'entre eux veut vivre en paix"
Cette constatation ne suffit malheureusement pas: d'abord parce que c'est cette minorité que l'on voit et entend sans cesse, ce qui arrange évidemment les media, dont c'est le métier de rapporter ce qui est à voir et entendre, même si elle risque ainsi de nuire à ce qui lui permet de vivre, à savoir la liberté de penser et de s'exprimer.
D'autre part, comme dans les autres religions, ce sont toujours les fanatiques qui se battent pour étendre leur pouvoir. Ceux qui ne veulent que "vivre en paix" et pratiquer leur religion en privé n'ont aucune raison de monter aux barricades, d'autant plus que l'Islam, puisqu'il s'agit plus spécifiquement de cette religion ici, n'encourage pas (non plus que le Christianisme à son époque de plus grand pouvoir) l'expression critique.
Si on ne veut pas pousser les gens pacifiques à s'armer pour défendre leurs droits, il est essentiel que la démocratie leur donne les moyens de se défendre autrement que par les armes, ce qui ne peut être que par le droit de s'exprimer sans risquer sans cesse les reproches de racisme ou de phobie quelconque.
Il reste évidemment les élections, moyen de dernier recours souvent à double tranchant puisqu'il risque d'exprimer avant tout le "ras-le-bol" sans nécessairement aboutir à une solution meilleure pour la société.

Écrit par : Mère-Grand | 25 janvier 2016

Merci pour cet éclaircissement quant à l'identité de cette jolie jeune femme. Elle a du culot, cet dame. Elle attaque la personne de Finkielkraut, elle n'avance aucun argument au sujet débat. Pujadas aurait du la remettre à sa place.

Écrit par : Ben Palmer | 25 janvier 2016

La position de l'intéressé, excellence, élégance et puits de science. Bref, Alain Finkielkraut y est lumineux.

https://www.youtube.com/watch?v=8gU5TudZxxU

Écrit par : Giona | 25 janvier 2016

Et.... Immortel le "pseudo intellectuel" dixit l'islamiste pas voilée, la "chance pour la France" re-dixit Hollande!

Le philosophe Alain Finkielkraut, 66 ans, a fait son entrée, jeudi, à l'Académie française.
AFP/Jacques Demarthon

Le philosophe Alain Finkielkraut, 66 ans, est Immortel. il a en effet fait son entrée, jeudi, à l'Académie française. Un moment fort pour ce descendant de juifs polonais dont le père est un rescapé du camp d'Auschwitz et qui a affirmé : «C'est à n'y pas croire.»

«C'est aux miens que je pense», a dit Alain Finkielkraut, 66 ans, en préambule de son discours d'intronisation prononcé debout au milieu des académiciens réunis au grand complet, en présence du Premier ministre Manuel Valls.

«À mes parents bien sûr, qui ne sont pas là pour connaître ce bonheur: l'entrée de leur fils à l'Académie française alors que le mérite leur en revient», a ajouté le philosophe, connu pour ses emportements et son ardeur à défendre l'identité française ou l'école républicaine.

Habitué des plateaux de télévision, l'essayiste à succès avait été élu en 2014 au premier tour par 16 voix sur 28, mais son nom avait été barré d'une croix, en signe de désaveu, sur huit bulletins. Comme le veut la tradition, l'auteur de «L'identité malheureuse» a fait l'éloge de son prédécesseur sous la Coupole, le dramaturge d'origine belge, Félicien Marceau.

Reporter à Radio Bruxelles entre 1940 et 1942, Félicien Marceau fut condamné par contumace à la Libération à 15 ans de prison pour collaboration avant que le général de Gaulle ne lui accorde la nationalité française. «Un défenseur exalté de l'identité nationale, oublieux de ses origines vagabondes et astreint à faire l'éloge d'un collabo: il n'y a pas de hasard, pensent nos vigilants, et ils se frottent les mains, ils se lèchent les babines», a lancé Alain Finkielkraut.

Avant la cérémonie, ses amis lui avaient remis son épée d'académicien. Sur cette arme symbolique, le philosophe a demandé que soit gravée: une vache normande, un Aleph, première lettre de l'alphabet hébraïque, et cette phrase de Charles Péguy qui résume son engagement : «La République Une et indivisible, notre royaume de France».

Écrit par : Patoucha | 28 janvier 2016

@ Ben,

Pujadas a ménagé cette intervenante. J'ai pensée à deux possibilités: soit il était sous le charme, soit il craignait d'être traité de raciste et d'islamophobe (par elle ou par sa direction). De toutes façons il montre où sont ses loyautés.


@ Giona:

Alain Finkielkraut a trop d'élégance pour répondre de manière cinglante. Cette intervenante méritait qu'on lui rappelle en direct que ce sont ses coreligionnaires qui ont fait du mal à la France le 13 novembre, et pas seulement ce jour-là.


@ Mère-Grand:

Je suis d'accord que malgré la volonté pacifique d'à mon avis une majorité, la base arrière belliciste et haineuse, avec ses têtes de pont en Europe (imams et radicalisés) pose un problème qui rejaillit sur l'ensemble de cette communauté. On ne peut savoir où ira la loyauté en cas de gros problème.

Écrit par : hommelibre | 25 janvier 2016

"Pujadas a ménagé cette intervenante. J'ai pensée à deux possibilités: soit il était sous le charme, soit il craignait d'être traité de raciste et d'islamophobe (par elle ou par sa direction)."

HL, vous avez la réponse ici:

https://youtu.be/8gU5TudZxxU

Écrit par : Patoucha | 27 janvier 2016

".... cette péronnelle.... dont on frémit à l'idée de penser qu'elle enseigne.... "

En effet, elle mériterait d'être limogée comme notre Hani national. Mais ça ne risque pas d'arriver en France. On peut être relativement sûrs qu'elle diffuse la haine de l'Occident en général et de la France en particulier tout en banalisant l'antisémitisme. Si on devait découvrir de l'entrisme musulman dans l'instruction publique, la France est mal barrée.

J'aime bien aussi l'idée d'un Prix de la Soumission

Merci à Giona pour le lien vers cette émission de radio (voir plus haut)

Écrit par : Arnica | 25 janvier 2016

« Elle demande rapidement à M. Finkielkraut s’il est conscient du mal qu’il fait à la France. »
« Elle termine en paraphrasant le philosophe: « Taisez-vous Monsieur Finkielkraut. » »
« ... ceux qui font du mal à la France et à l’islam ne sont pas du côté d’Alain Finkielkraut. »

Vous avez oublié de préciser que, entre *** la fin de la question posée *** et *** la fin (?) du débat ***, que vous décrivez par "Elle termine ... etc...", qu'en guise de réponse, ce brillant intellectuel a passé à peu près 3 minutes 30 à répondre *** hors-sujet ***, à expliquer pourquoi ... pour citer Monsieur Finkielkraut citant lui-même ce non moins brillant sociologue connu et reconnu en France et Navarre, Smaïn Lacher (?), ... 'Cet antisémitisme, il est comme l'air que l'on respire'.

C'est peut-être pas faire du mal à "la France et à l'islam", mais c'est prendre les français, en particulier les intellectuels et les musulmans pour, ne dit-on pas ... des canards sauvages ?

C'est fou ce que les "hors-sujets" sont ennuyeux, ne trouvez vous pas ?

Écrit par : Chuck Jones | 25 janvier 2016

Il aurait dû probablement lui demander des exemples précis, étayés, de "vaseux", "approximatif", "pseudo intellectuel", et ne rien répondre tant qu'elle n'étayait pas son attaque par des exemples. Quitte à faire le vide sur scène. Elle aurait probablement été dans les cordes. Pujadas a bien essayé de lui demander mais elle a débité son discours préparé.

Finkielkraut a répondu comme il a pu, comme il sait le faire: en prenant le temps d'élaborer sa parole. Hors sujet? Je ne partage pas votre point de vue. Il est question de racisme, il répond par ce qu'il connaît du racisme. Anyway l'attaque était visiblement préparée, pas besoin d'avoir fait l'ENA pour s'en rendre compte. Donc elle ne cherchait ni le dialogue ni la justesse de ton et de propos, elle faisait sa propagande victimaire.

Tout cela n'était pas hors sujet, car pourquoi ne pas l'aborder, mais c'était surtout une séquence dont le ton guerrier sous le masque de la séduction n'appelait pas vraiment de réponse. Je trouve Finkielkraut trop gentil et trop poli, trop respectueux de ses adversaires. Elle est une inculte, encore une image de musulmane délétère.

Vous parlez des intellectuels musulmans? J'espère que vous ne pensez pas à elle en disant cela. Maintenant s'il y en a qui prennent mal ces propos à eux de le dire. Ils ne s'en privent pas avec Finkielkraut.


On peut lire dans Causeur:

http://www.causeur.fr/dpda-finkielkraut-wiam-berhouma-islam-36400.html?utm_source=Envoi+Newsletter&utm_campaign=b5543a4f36-Newsletter_10_12_15&utm_medium=email&utm_term=0_6ea50029f3-b5543a4f36-57355593

"Déjà, quand Finkielkraut échangeait, il y a quelques années, dans une émission grand public, avec Abdallah Zekri, Secrétaire Général du Conseil Français du Culte Musulman et Président de l’Observatoire National de l’Islamophobie, le spectacle était accablant. Après que le philosophe eut rapporté ce jour-là des témoignages d’enseignants exerçant en zones sensiblement musulmanes, où les contenus des cours sont contestés et où l’antisémitisme règne, le représentant communautaire, sourd et aveugle au constat n’eut qu’un mot en guise de réponse : « Tout ceci est faux. » Plus récemment, c’est Tarek Oubrou, censé représenter l’élite, l’exemple, l’initiateur d’un islam de France à la visibilité occidentale, alors invité de l’émission « Répliques », qui a eu ce mot pour conclure un échange éclairant sur le Coran et ses interprétations guerrières : « L’islam c’est la paix », avant de rétorquer à son interlocuteur qui avançait quelques objections historiques bien connues qu’ « on insultait là des millions de musulmans »."

C'est un intellectuel musulman qui l'écrit.


Alors les intellectuels musulmans, à de rares près comme l'auteur de cet article, c'est un concept inexistant, sans consistance hors de la doxa.

Écrit par : hommelibre | 25 janvier 2016

"un intellectuel musulman": bel oxymore.
Personnellement ras le bol de cette guerre importée entre juifs et musulmans.
"Madame Wiam Berhouma est une jolie femme.": remarque hors-sujet et sexiste.

Écrit par : Lucretius | 26 janvier 2016

Remarque sexiste? En quoi? Depuis quand n'est-il plus permis de constater un trait caractéristique? Mettre du sexisme là-dedans c'est parfaitement abusif. Non, rien de sexiste, ni en évoquant sa beauté, ni en rappelant qu'elle est une femme. Je dis aussi qu'en plus d'être jolie elle parle bien. Deux atouts indéniables quand une oratrice veut convaincre, deux éléments facilitants dans une stratégie de communication.

Et remarque en plein sujet car la séduction est possiblement un moyen de faire passer un discours antisémite de sa part sans que cela ne choque grand monde sur le plateau. La séduction est un cheval de Troie, l'image télévisuelle est une arme. Ne pas le remarquer, ne pas le mentionner, serait faire fi voire dénier un aspect important du langage non verbal.

Donc ni hors sujet, ni sexiste.

Écrit par : hommelibre | 26 janvier 2016

J'ajoute même que son look moderne, cheveux très bien soignés (et sans voile), visage montré , sont là pour faire passer l'image d'une musulmane intégrée, prof, libre, presque assimilée, dont la radicalité du discours avait plus de chance de passer la rampe. C'est forcément pour cela qu'elle a été choisie. C'est bien dans le sujet.

Écrit par : hommelibre | 26 janvier 2016

C'est curieux mais vous analysez la femme, mais pas l'homme. Rien à dire de ce côté-là? Comme c'est bizarre. Pas même un mot sur le langage corporel de celui-là pourtant très expressif. Elle est présentée comme musulmane, elle ne se présente pas elle-même comme telle même si c'est évident par son discours. "Elle demande rapidement"? Non après plus de 6 minutes. Ensuite vous escamotez complètement le fond pour ne vous intéresser qu'aux apparences, à la "séduction". Pauvre mâle en chaleur. Par vous on ne saura rien du discours de cette dame, ni de la réponse de l'autre. Vous auriez pu dire que son discours était pour le moins indigent et qu'elle était incapable d'une répartie. Sa question était totalement dépourvue d'argument. Et que la réponse quoique plus élaborée était elle-même à côté sauf que par un formidable retour de manivelle elle pouvait servir d'illustration aux propos de la dame. Ces sont toujours les mêmes "pseudo-intellectuels" à qui on donne la parole alors que l'on coupe assez systématiquement la parole à des "contradicteurs" qui servent en fait de faire valoir. Oui, votre remarque est sexiste: une ravissante idiote, ou autrement dit on met en scène une souris face à un lion. Oui, une mise en scène au profit exclusif du juif en ridiculisant le musulman. C'est tout simplement malsain. Il suffit d'observer le comportement de l'animateur.

En quoi son discours était-il antisémite?

En quoi parle-t-elle "bien"? C'est tout le contraire. Elle n'arrive pas à sortir d'un discours préparé et maladroit. Elle récite plus qu'elle ne discoure. Elle dit "taisez-vous" parce qu'elle n'a plus rien à dire, plus aucune répartie sur les propos tenus. Finalement un dialogue de sourds. Une faire-valoir qui se ridiculise. Il semble qu'elle n'en soit en plus absolument pas consciente.

Écrit par : Lucretius | 26 janvier 2016

J'analyse la dame parce que c'est elle qui pose le plus question, quand on découvre que sa présentation a été nettement en-dessous du degré d'implication politique qu'elle a réellement eue. Le décalage intrigue. Elle a été présentée comme musulmane et s'est également présentée elle-même comme telle (3'28"), et c'est bien ainsi qu'elle a dû se présenter elle-même à M. Pujadas avant l'émission. Au tout début celui-ci ne fait que reprendre la manière dont elle-même se définit, cela fait toujours l'objet d'un consensus avant l'émission.

Le langage corporel de M. Finkielkraut est assez connu: il baisse la tête, souvent, tant dans l'écoute que dans la réponse, une manière de rester dans l'écoute d'une part, et de prendre le temps d'élaborer sa parole. Il fonctionne souvent ainsi. Il a le langage corporel de celui dont la pensée prend corps. Le lien proposé par Giona le montre ainsi avec Elisabeth Lévy. C'est sa manière, un peu fermée pourrais-je dire de prime abord, mais plutôt réflexive en réalité, plus tourmentée presque. Quand sa pensée est en route d'une manière qu'il perçoit comme claire et communiquante il regarde fréquemment son ou sa partenaire de débat de manière directe.

Elle demande "rapidement": le rapidement est la durée de la question par rapport à son entrée en matière, alors qu'elle aurait justement pu donner là des exemples précis sur le discours de M. Finkielkraut.

Je n'escamote pas le fond, il figure dans la vidéo et je l'ai incorporée à ce billet pour que l'ensemble des propos soit présentée sans filtrage personnel. Par contre le langage de la représentation corporelle n'est pas explicité. Il agit comme un langage subliminal, on sait ce qu'il nous dit sans en être vraiment conscient. Il me paraît important d'en souligner les points majeurs car ils contribuent au discours cognitif.

Votre attaque ad hominem réductrice de "pauvre mâle en chaleur" tombe d'autant plus à plat qu'une amie femme m'a fait la même remarque avant que je ne lui en parle. Ne pas voir cela, le laisser au rang d'un regard libidineux d'homme en chaleur est une remarque de bien peu de pertinence. Il n'y a pas besoin d'être en chaleur pour remarquer la séduction d'une personne. Cohn-Bendit est souvent dans la séduction, Pujadas aussi, Finkielkraut quasiment jamais. La séduction est une manière de capter l'attention et de disposer bien envers soi, indépendamment du contenu cognitif de notre discours. Plusieurs éléments concourent à la séduction. Il est vraiment très réducteur de la ramener au plan de chaleurs animales...

"Par vous on ne saura rien du discours de cette dame, ni de la réponse de l'autre." : non, comme dit plus haut, parce que j'ai mis la vidéo et qu'elle est plus fidèle du discours cognitif.


Vous êtes très aimable de vouloir me signifier ce que j'aurais dû dire:

"Vous auriez pu dire"...

Waow... Je ne me souvenais pas vous avoir demandé un cours ni d'être mon mentor intellectuel. Ne m'attribuez donc pas ce que VOUS avez envie de dire. C'est cela le débat: pas de dire à l'autre ce qu'il aurait dû dire, mais dire vous-même, à votre compte, ce qui vous semble manquer ou l'angle sous lequel vous voyez les choses. Votre formule rhétorique tient davantage de l'injonction autoritaire et du défaussement que du dialogue.

Chacun a pu constater son discours, et je vous rejoins quand vous le qualifiez d'indigent. La réponse de Finkielkraut est telle qu'il répond souvent, telle que répond souvent un penseur: il ne répond pas du tac au tac, il a lui aussi besoin de "contextualiser" comme le dit Madame Berhouma. Je pense qu'il aurait été bien inspiré de lui demander des précisions avant de lui répondre.

Une ravissante idiote? C'est votre point de vue, ce n'est pas le mien. Je ne l'ai pas écrit, ni même pensé. J'ai dit qu'elle présente bien pour faire passer son discours, mais je n'ai pas dit qu'elle était idiote. C'est vous-même qui utilisez ce mot, il vous appartient donc et décrit ce que VOUS pensez d'elle. C'est donc vous qui faites une remarque sexiste, selon vos critères (qui ne sont pas les miens). La souris face au lion? Image exagérée à mon sens. Le juif ridiculisant le musulman? Ou le musulman agressant le juif? Car dans l'ordre c'est ce qui s'est passé. Et je n'ai pas entendu M. Finkielkraut la ridiculiser, c'est votre projection, ce n'est pas ce qui s'est dit.

Discours antisémite parce que quand elle mentionne qui véhicule une pensée contre les musulmans, elle signale trois hommes juifs. L'islamophobie, la haine du musulmans, serait donc la faute de juifs. Liste on ne peut moins exhaustive et plus ciblée...

Malgré son discours préparé je trouve qu'elle parle bien, avec clarté, elle prend le temps de dire, elle sait tenir à distance, et même si sa logorrhée est sous contrainte comme on le sent et le remarque à son absence de répartie, elle parle avec clarté et continuité en un français châtié, par comparaison avec beaucoup d'autres musulmans qui ne possèdent qu'un français approximatif. Elle a choisi de reproduire un discours visiblement préparé, elle s'est enfermée elle-même, c'est regrettable. Mais c'est peut-être le ton et le style des gens avec lesquels elle semble engagée malgré ses dénégations. Celles que j'ai déjà entendues dans cette mouvance ont cette même manière de débiter sans dialogue.

Elle dit "taisez-vous" parce que c'était fort probablement prévu, c'était sa chute, et elle demande à M. Finkielkraut de se taire non simplement dans l'émission, mais en général pour faire "moins de mal" à la France. D'ici à ce qu'elle dise que les kalachnikov de novembre sont la réponse à Finkielkraut et aux juifs... C'est presque l'avis de certains musulmans interrogés dans l'article que j'ai mis en lien (5e lien).

Écrit par : hommelibre | 26 janvier 2016

voilà ce les merdes de féministes radicales ont aidée à créer.

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2016/01/22/31003-20160122ARTFIG00301-cologne-quand-le-feminisme-fait-le-lit-du-communautarisme.php

ces personnes dans leur compassionnel n'ont pas compris que de créer l'antiracisme, pour sois disant lutter contre le racisme était une énorme erreur, en faisant cela, on victimise les immigrés et on culpabilise les souchiens, donc tout ce qu'il faut pour louper l'assimilation, l'assimilation se fait sous la contraint du peuple pas avec de grandes idées mis en loi par des élites déconnectées de la réalité.

en 2005 le traitement des émeutes a été une erreur, il fallait passer à tabac tous ces jeunes voyous, ça se serait vite arrêté, la république s'est montrée faible on voit le résultat, ça s’envenime.

on en est au stade a se laisser insulter par des ordures comme Wiam Berhouma à la télévision.

les 500 morts et blessés des attentats sont déjà oubliés, l'arabe respecte la force il faut lui montrer sinon il vous écrase comme fait cette femme.

Écrit par : leclercq | 26 janvier 2016

La vidéo ci-dessus montre un échange entre deux personnes que tout oppose.
Et c'est un bon exemple de l'incommunicabilité.
La jeune enseignante tient un discours qui est une accusation, même sa question l'est.
Elle ne peut pas entendre la réponse de A. Finkielkraut, parce que c'est une réponse inconfortable, car argumentée.
Dans sa réponse à elle, elle s'attache au fait que Finkielkraut ait évoqué la situation des femmes en pays musulmans et elle a ces phrases ( 10.08) :
"Je ne me sens pas opprimée. Je parle de moi. Je ne vois pas du tout de quoi vous me parlez." ( à l'évocation de "Ni putes, ni soumises")
C'est totalement incohérent. Elle n'a donc aucune exigence intellectuelle envers elle-même ? Et elle se permet de faire un diagnostic sur la qualité d'intellectuel de M. Finkielkraut ...
A. Finkelfraut est-il un pseudo-intellectuel ?
Je trouve incroyable qu'on puisse dire qu'il soit "pseudo" ! Quelle légitimité avons-nous de dénier une longue carrière et des dizaines de publications ?!? Il faut vraiment être ignorant pour utiliser ce terme -là.
On peut ne pas aimer ce qu'il dit, souhaiter qu'on le fasse taire par une censure plus ou moins concertée, mais dire qu'il n'est pas un intellectuel est simplement un non-sens.
Voir une personne incapable de dialogue est effectivement difficile et pas très valorisant pour W. Berhouma, mais le principe même de cette émission est de donner la parole à de simples citoyens. (Certes, dans le cas de W. Berhouma, c'est un peu plus compliqué.) Ainsi, tous les autres intervenants sont soumis au même traitement qu'elle.
Je comprends qu'Alain Finkielkraut dérange, il dérange beaucoup de monde, parce qu'il a un discours cohérent et exigeant. Il a cité quatre intellectuels ( philosophes et écrivains) musulmans qui réfléchissent publiquement ( en publiant et en apparaissant dans les médias) au fonctionnement de l'islam et il a raison de le faire. Madame Berhouma n'a pas voulu répondre à cela ... Peut-être qu'elle ne les connaît pas non plus. Elle voulait parler d'elle ! Ben, nous abondons dans son sens !

Écrit par : Calendula | 26 janvier 2016

"Je ne me sens pas opprimée. Je parle de moi. Je ne vois pas du tout de quoi vous me parlez."

Vous n'avez donc pas lu le billet de John, Calendula?
Vraiment, elle ne se sent pas opprimée? Ce n'est pas le mensonge qui l'étouffe:

"Le pir est à l’origine d’une initiative nommée Marche des Femmes pour la Dignité, MAFED. Wiam Berhouma a signé l’appel à la Marche (image 2), aux côtés de Houria Bouteldja, et Sihame Assbague..."

Pour en savoir plus sur cette islamiste dévoilée:

http://www.europe-israel.org/2016/01/limposture-dune-militante-pro-hamas-qui-a-interpelle-alain-finkielkraut-dans-des-paroles-et-des-actes/

Écrit par : Patoucha | 29 janvier 2016

On ne peut pas dire que Finkielkraut soit sans responsabilité, les bons et les méchants selon le principe de la prédestination, cela ne correspond pas forcément au réel.

Écrit par : Rémi Mogenet | 26 janvier 2016

@Rémi Mogenet,

Je ne comprends pas bien votre commentaire.
A. Finkielkraut serait-il prédestiné à être un "méchant", mais dans un sens non-réel ?
Il a donc en tout cas une responsabilité. Mais en quoi en a-t-il plus qu'un autre ?
De par le fait qu'il ait publié des livres, j'imagine, avec un discours qui dérange. Et quelle est la responsabilité de ceux qui l'ont publié et qui l'ont invité à s'exprimer dans les médias ?

Écrit par : Calendula | 26 janvier 2016

Non, Finkielkraut n'est pas un méchant prédestiné, pas du tout, je répondais à l'article de John Goetelen, qui présente l'opposante à Finkielkraut comme une méchante. Je pense en fait que Finkielkraut par ses excès a créé des occasions à ses opposants de s'en prendre à lui. Il n'est pas encore un martyr parce qu'une dame du camp opposé lui a dit: Taisez-vous. D'ailleurs je ne crois pas que lui-même ait dit "Taisez-vous" parce qu'on l'interrompait, il donnait l'impression de penser que seuls les bons esprits avaient le droit à la parole. Ce n'est pas le cas.

Écrit par : Rémi Mogenet | 26 janvier 2016

Si Finkielraut dérangeait on ne le verrait pas toutes les semaines dans les médias.

Écrit par : Riro | 26 janvier 2016

Comme il a fait l'Ecole Normale Supérieure on se croit obligé de le prendre au sérieux. Mais quand on l'attaque, à tort ou à raison, c'est moins la personnalité de ceux qui l'attaquent, qu'il faut regarder, que leurs arguments. C'est ce qui est objectif, philosophique et rationnel.

Écrit par : Rémi Mogenet | 26 janvier 2016

@ Rémi:

S'agit-il vraiment d'une logique de bons et de méchants. Il ne me semblait pas, mais peut-être est-ce sorti ainsi. J'ai d'abord mis en évidence le décalage entre la présentation très neutre de Madame Berhouma et sa réelle implication dans un mouvement revendicateur très radical. Pourquoi ce décalage? À l'entendre on comprend que le but n'est pas de dialoguer ou de poser des questions mais d'accuser.

Partant de là la séquence est biaisée. Pujadas a sa part car c'est la deuxième fois à ma connaissance qu'il invite une personne de cette mouvance, avec le même résultat et la même idéologie victimaire et considérant toujours qu'elle a face à elle des colons du haut en bas de la société. Venant de descendants de colons et qui le sont toujours, la ficelle est grosse.

Quand on regarde les vidéos de cette manif les slogans, le ton, ne sont pas à un apaisement. Il y a des pros de l'agitation qui font chauffer une population, laquelle vide ses frustrations en accusant le français blanc colonial. Le climat est à la radicalité, et l'on ne doit pas s'étonner de la situation en France. Depuis des décennies des personnes d'origine maghrébine ont fait leur place en France, et sont respectées. Ceux qui ne la font pas devraient aussi se questionner eux-mêmes.

Vous citez les excès de Finkielkraut? Lesquels précisément?

Sur son "Taisez-vous" chez Taddéï, je ne partage pas du tout votre appréciation. Réécoutez cette séquence, il s'explique sur le fond et il en a marre d'être interrompu:

https://www.youtube.com/watch?v=t91bIKAHhLE

Écrit par : hommelibre | 26 janvier 2016

Merci, R. Mogenet ! Je comprends un peu mieux à présent.
Il est important de prendre le temps de développer sa pensée, même lorsqu'en face, il y a désir de comprendre!
Ce n'est pas toujours facile... ;-))

Ce qui m'intéresse, dans le cas télévisuel en question, c'est la capacité à échanger ou pas. Cherche-t-on à dialoguer ou à abattre son vis-à-vis ?
Le dialogue entre une anonyme et un personnage public est à priori asymétrique.
Elle, elle est censée connaître une partie au moins du discours de celui qu'elle semble qualifier de "pseudo-intellectuel", mais lui, il ne sait rien d'elle. Il est attaqué en tant que personne, elle est censée être une simple enseignante d'anglais.
Elle n'est pas martyr, lui non plus ! En revanche, elle pense qu'il doit se taire. Elle doit juste se demander, comment elle peut être perçue par les téléspectateurs un peu critiques que nous pouvons être !
Le tribunal médiatique est imprévisible. Madame Berhouma n'aura probablement convaincu que ceux qui l'étaient déjà.
Si vous aviez la possibilité de poser une question à A. Finkielkraut, laquelle serait-ce ?
Et à W. Berhouma ?

Écrit par : Calendula | 26 janvier 2016

Sur le principe cette affirmation vaut si chacun est objectif et ne représente pas un clan ou une communauté:

"Mais quand on l'attaque, à tort ou à raison, c'est moins la personnalité de ceux qui l'attaquent, qu'il faut regarder, que leurs arguments. C'est ce qui est objectif, philosophique et rationnel."

Dans les faits ce n'est pas ce qui se passe. Je pense que l'on peut et doit regarder les arguments, mais aussi d'où ils viennent (sans tomber dans l'attaque ad hominem) et sur la manière de les avancer. Quand une personne assène sans dialoguer, je ne peux m'empêcher de me demander pourquoi et de mettre cela dans le pot global de la communication. Car souvent cela sous-tend un autre argumentaire non explicité dans le discours. Peut-on constamment séparer ce qui est dit de qui le dit? Non, pas constamment à mon avis.

Suffit-il dès lors de regarder rationnellement l'argumentaire pour débusquer le deuxième discours? Loin s'en faut.

Écrit par : hommelibre | 26 janvier 2016

Combien sont-ils en France à avoir prit position et annoncé les déroutes de la politique d'immigration et ses incidences sur les dangers du terrorisme ?

Il y a eu, "Islam! Cette religion monstrueuse a pour toute raison son ignorance, pour toute persuasion sa violence et sa tyrannie, pour tout miracle ses armes, qui font trembler le monde et rétablissent par force l’empire de Satan dans tout l’univers." (Bossuet /1627-1704).

Et Voltaire, qui était très hostile à l’islam. La pièce théâtrale « Mahomet, ou le fanatisme » composée en 1742, était considérée comme le parfait exemple pour dépeindre le personnage du Prophète Mohammed.

Mais encore, "Tous les germes de la destruction sociale sont dans la religion de Mahomet. »(Chateaubriand / 1768-1848)

Il y eu Georges Marchais, qui avait également jeté un pavé dans la marre, déjà en 1970 et ensuite en 1981 après l'affaire Vttry.

Et J-M Le Pen, qui lui par contre, avait apporté son soutient à la politique gaulliste de France en hébergeant khomeny et en fomentant un coup d'état en Iran largement soutenue à gauche comme dans la droite.

Eric Zemmour, qui avait annoncé le désastre en se faisant classé dans l'extrême droite, alors qu'il n'a cessé de déclarer que cette aventure bobo-gaucho finira avec l'arrivée de l'extrême droite au pouvoir.

Et Alain Finkielkraut qui reste l'un des derniers bastion de cette cause maintenant reprise par de plus en plus de français.

Toute ces personnes, Rémi de Morgenet resteront dans la postérité et ceux qui accusent aveuglément au nom de principes fallacieux et douteux.

Vous accusez Alain Finkielkraut d'être "sans responsabilité", "Je pense en fait que Finkielkraut par ses excès a créé des occasions à ses opposants de s'en prendre à lui" ?

Quelles responsabilité, quels excès ?

C'est facile d'accuser sans exposer des faits clairs, c'est ce que faisaient les nazis contre les juifs et c'est ce qu'ils font encore en 2016, mais expliquez, développez vos accusations creuses et mensongères.

C'est la base de toute forme de dialogue.

Concernant cette musulmane non-voilée, c'est à dire déguisée en "démocrate" et dont les lèvres suintent de venin putride, elle n'a absolument rien dit, si ce n'est d'insulter un futur membre de l'académie française.

Écrit par : Jésus | 26 janvier 2016

@Remi Mogenet

Il ne s'agit pas ici de question de savoir qui a droit à la parole ou pas. Simplement de transparence quant à la personne qui parle. Cette femme a pris un discour à la fois en son nom propre tout en masquant son activisme idéologique, qui teintait pour beaucoup son propos. Elle a habillé d'une apparence mielleuse son personnage pour mieux dénigrer son interlocuteur. C'était d'ailleurs son seul but. Pas de vrais arguments démontrés et projetais son propre propos oiseux sur son interlocuteur. En fait ce qu'elle a fait s'appelle de l'imposture. On ne peut pas reprocher à Finkielkraut sa réaction

Écrit par : aoki | 26 janvier 2016

L'Allemagne continue d'accueillir en 2016 une moyenne de 3'300 migrants par jour.

Les autres pays mentent sur le nombre d'envahisseurs pénétrants sur leurs territoires, la France annonce 35'000 pour 2015 : énorme mensonge, (entre-autres) puisque 150'000 migrants sont passés par la France pour rejoindre l'Angleterre.

Et l'UE martèle inlassablement par le biais des médias compatissants le chiffre d'un million pour l'Europe en 2015 alors que rien que l'Allemagne en a accueillie 1 million cent milles. En 2015, entre 350'000 et 450'000 migrants se sont déplacés en France !

Autre mensonge bien français, le nombre de musulmans en France :

Le gouvernement, par la voix de son premier ministre a pour la première fois laissé entendre le chiffre de 7 millions, alors que le diapason était fixé sur 5 millions et le FN, lui qui annonce, plus de 12 millions.

Je ne vais pas me prononcer, mais après le mensonge de l'UE, divisant par 2 le nombre de musulmans, ont peut facilement imaginer que le mensonge français représente la même proportion en matière de mensonges.

Il y a certainement plus que 7 millions de musulmans en France, voir certainement plus que 10 millions et des hordes organisées ne cessent d'enfler cette triste statistique.

Écrit par : Jésus | 26 janvier 2016

En France, je dis bien sur le territoire français, plus de 20'000 excisions par an.

Silence, c'est pour leur bien.

Écrit par : Jésus | 26 janvier 2016

Il me semble, Rémi, que vous tombez dans ce que vous demandez aux autres d'éviter: prendre en compte les particularités de la personne au-delà de son seul argumentaire. Vous écrivez:

"Comme il a fait l'Ecole Normale Supérieure on se croit obligé de le prendre au sérieux."

En quoi devrait-on le prendre moins au sérieux s'il n'avait pas ce parcours? N'est-ce pas plus par sa réflexion et ses ouvrages qu'il est connu plutôt que par cette formation (que j'ignorais)? Les métadonnées (personnalité, parcours personnel) font partie de ce qui amène à certaines idées, même s'il ne faut pas les hypertrophier. Madame Berhouma se revendique d'ailleurs de sa particularité de femme musulmane pour contrer Monsieur Finkielkraut. Cela me semble légitime et signifie que l'on doit éviter les généralisations. Si elle ne se citait pas elle-même son témoignage aurait moins de force car pure théorie. Ici il s'appuie sur sa pratique, c'est d'ailleurs le point que je trouve utile dans son témoignage.

Écrit par : hommelibre | 26 janvier 2016

@ Jésus: les chiffres que vous citez reposent-ils sur une source fiable?

On peut avoir une attitude critique sans faire dans la surenchère ni l'attaque ad hominem (venin putride).

Écrit par : hommelibre | 26 janvier 2016

Si le fait de rapporter les mots sortis de la bouche du premier ministre et les chiffres annoncés par le FN, n'est pas fiable, alors expliquez plus en profondeur ce que vous entendez par fiable ?

Quant au venin, est-ce que cette personne a fait autre-chose que de vociférer des généralités absconses à l'encontre d'Alain Finkielkraut ?

Lorsqu'une personne appel quiconque de ne pas exprimer ses idées et des faits réels, cela s'appel "du venin putride", car ça commence toujours par des dérapages isolés pour finir dans le sang, il suffit d'observer les "taisez-vous" largement pratiqués par les dictateurs arabes, pour ne plus avoir à s'en convaincre.

Allez en personne faire le constat des "surenchères" après 50 ans de régime syrien et autres !

Après avoir fait un pareil constat, nous pourrons ensemble définir quel est le niveau d'insanité, pour votre connaissance, j'ai à plusieurs occasions, visité la Syrie dans toute sa grandeur.

Écrit par : Jésus | 26 janvier 2016

"N'est-ce pas plus par sa réflexion et ses ouvrages qu'il est connu plutôt que par cette formation (que j'ignorais)?"

Non.

Écrit par : Plouf Ploufovitch | 26 janvier 2016

Le gouvernement allemand avait aussi dit au journalistes "taisez-vous" concernant les milliers de violes pendant les fêtes de fin d'année 2015.

Écrit par : Jésus | 26 janvier 2016

Désolé d'avoir froissé votre égo. Je vois que vous avez une susceptibilité à fleur de peau. Et que vous faites une montagne de la manière dont j'affirme qu'effectivement dans votre présentation vous avez passé sous silence le fond du non débat. C'est trop facile de vous défausser sur la vidéo. Elle illustre seulement votre silence sur le fond.
Plutôt que de vouloir faire le buzz avec une caricature de non dialogue (ahah vous allez encore prétendre que je veux décider à votre place), il vaut mieux regarder cet extrait autrement plus intéressant où Finkelkraut parle des inégalités qui touchent les musulmans.
https://youtu.be/pug9MlMTBr8

Il y a aussi l'émission en entier. Mais c'est moins vendeur.
https://www.youtube.com/watch?v=EPe1qBTIobY

Dès l'introduction on est dans le spectacle et le mensonge.
Pourquoi donne-t-on toujours la parole aux mêmes personnes?

Chacun son égo et la manière de la mettre en valeur.

Vous n'avez pas compris quand je parle de "ravissante idiote": je n'affirme nullement que cette personne est idiote (ravissante c'est vous qui l'écrivez, bon "jolie", on en va pas jouer sur les mots), mais que vous lui faites jouer ce rôle comme dans une mise en scène. Alors sexiste, vous pouvez le garder pour vous.

Antisémite parce qu'elle cite Finkelkraut, Lévy et Zemmour? C'est une plaisanterie. La principale qualité de ces messieurs est d'être omniprésents dans l'espace médiatique avec plus ou moins le même discours constamment rabâché. Surprenant, non? Elle aurait pu citer Onfray, mais pas de chance il tient un discours différent.

Alors continuez donc à vous attacher à la forme du spectacle plutôt qu'au contenu de ce qui est débattu ou non débattu. C'est ce qui marche pour faire le buzz et pour attirer les spectateurs. Ah zut, je vous ai encore dire ce qu'il fallait faire! Je vais encore attirer votre courroux et prendre un savon.

Heureusement le savon glisse sur ma tendre peau.

Écrit par : Lucretius | 26 janvier 2016

Vous ne donnez pas de source précise, donc. Le FN n'est pas un organisme de statistique, il faut voir d'où lui-même tient ses sources. Sur les 20'000 fillettes excisées par an en France, il doit bien y avoir une piste pour chiffrer cela?

Sur l'Allemagne il semble que ce ne soit pas le gouvernement mais la police de Cologne qui ait initialement renoncé à annoncer les agressions. D'autre part il ne s'agit pas de "milliers de viols", ni même de centaines, ni même de dizaines, selon ce que la police a annoncé depuis, et qui n'a pas encore été jugé. Vous comprendrez que je reste circonspect sur vos chiffres.


@ Plouf:

Non? Un peu court. Je pense ne pas être le seul qui connaisse AF par sa réflexion sur la société plus que par son passage à l'ENA.

Écrit par : hommelibre | 26 janvier 2016

Je n'aime pas Soral, mais pourquoi n'est-il jamais invité sur les chaînes nationales (à ma connaissance) pour débattre avec ces prosémites? Au moins lui il a de la répartie et des arguments et le spectacle serait certainement divertissant.

Écrit par : Lucretius | 26 janvier 2016

Lucretius, non je n'y reviens pas. Vous remettez la même couche, j'ai répondu. Que ma réponse ne vous ait pas plu c'est comme ça.

Entre jolie femme et ravissante idiote, il y a un différence de taille, mais si vous voulez faire l'idiot libre à vous. Vous y réussissez très bien.

Je ne prends rien de ce que vous tentez de me coller sur la peau, et ma réaction n'avait rien de froissé. J'ai seulement remis les pendules à l'heure.

Écrit par : hommelibre | 26 janvier 2016

Maintenant sur le fait d'inviter souvent les mêmes, je suis d'accord avec vous. C'est très parisien. D'un autre côté on invite des gens qui prennent des positions sur la durée, qui apportent un éclairage quel qu'il soit. On ne peut en prime time faire une émission avec uniquement des inconnus de la société civile. Non qu'ils n'aient rien à dire mais c'est comme ça, cela ne fonctionnerait pas. La société du spectacle est ce qu'elle est et comme presque tout le monde y souscrit, elle tourne.

Personnellement j'aime voir des personnes qui ont déjà réfléchi et qui ont un certain parcours, même quand je ne suis pas d'accord.

Écrit par : hommelibre | 26 janvier 2016

Je pense que quand Finkielkraut dit que la banlieue est pleine de barbares, il est excessif, dans la mesure où il s'agit aussi de citoyens français. Je n'ai pas vraiment lu Finkielkraut, j'ai lu des articles sur ses livres, dans lesquels des citations étaient rapportées, où il semblait dire que la civilisation devait se garder des barbares de la banlieue. Je trouve cette description de la société caricaturale. Je crois que ce n'est pas aussi simple. Pour moi les valeurs de la République, comme on les appelle, ne sont pas es valeurs importées d'un extérieur miraculeux et imposées à une tradition préexistante, mais une évolution de ce qu'il y avait avant vers le mieux. Et pour les imposer, il faut justement voir de quelle façon, à partir de ce qui existe, on peut les faire éclore. Les imposer ne pourra pas se faire. Se défendre en pratique c'est normal, mais brosser un tableau qui place dans un conflit les bons et les méchants, je ne pense pas que ça fasse beaucoup de bien. Cela ne fait pas trop de mal non plus, les enfants voient les choses de cette façon, l'important est de proposer des représentations plus complexes.

Écrit par : Rémi Mogenet | 26 janvier 2016

Les imposer d'un bloc ne pourra pas se faire, je voulais dire.

Écrit par : Rémi Mogenet | 26 janvier 2016

Les banlieues regorgent de barbares le: "je pense que" doit être basé sur la réalité on ne raisonne pas sur des sentiments ou des approximations. Il existe suffisamment de reportages et vidéos depuis des années ou il est démontré que la charia s'applique dans beaucoup de quartiers des banlieues.

Arrêtez de vouloir protéger les religions dont l'islam qui est un concept de mort et de conquête pour instaurer la charia.

Les soldates de l'islam ôtent de plus en plus les chiffons, comme d'autres s'habillent comme tout le monde pour s’infiltrer et se fondre dans la foule.

Vous êtes, Mr Mogenet, aussi dangereux que certains imams ou prélat cathos et rabbins.

Écrit par : Pierre NOËL | 26 janvier 2016

Rémi,

Je comprends mieux votre point de vue. Je suis d'accord avec le fait que certains termes n'ont pas de valeur pédagogique ni même de valeur de dialogue. Il faudrait lire dans le texte certains passages de AF, mais sur ce point la critique à son encontre peut être justifiée. Mais il parle de barbarie, à ma connaissance davantage en mentionnant les multiculturalistes français que les beurs de banlieues.

Il défend sans ambiguïté l'identité culturelle française. Voir les voitures brûler dans les banlieues, entendre parler un français très approximatif, constater la valorisation d'une cohabitation culturelle qui risque fort d'aboutir à un morcellement de la société française, ça le travaille.

J'ai trouvé un passage de lui, avec lequel je ne suis pas d'accord, sur le rire:

"Peut-on rire de tout?
Non. Et toute hilarité n'est pas respectable. Le rire est d'abord le propre du barbare. Des films comme Les Damnés nous ont fait oublier que les nazis riaient à gorge déployée. Ils riaient de l'altérité des juifs en caftan, de leur barbe et de leurs papillotes, ils s'esclaffaient devant leur faiblesse."

www.lejdd.fr/Culture/Livres/Alain-Finkielkraut-Le-rire-est-d-abord-le-propre-du-barbare-688674

Je comprends bien ce qu'il tente d'illustrer mais un jour, dans 10'000 ans peut-être, on rira de Hitler comme on rit de Jules César aujourd'hui.

Il faudrait creuser pour comprendre cet aspect provocateur chez lui. Peut-être un contrepied à ceux qui justifient tout au nom de la victimisation.

On ne peut inculquer de force des valeurs, c'est vrai, il y faut beaucoup de temps. Raison de plus pour mener une politique d'immigration réfléchie.

Écrit par : hommelibre | 26 janvier 2016

Pour le rire je suis moralement d'accord avec lui, mais ce n'est pas au gouvernement de dire ce dont on doit rire ou pas. Il est vrai qu'il n'est pas séant de rire des plus faibles. On rit en principe de ceux qui se croient forts et ne sont pas en phase avec le réel. Par exemple, on peut rire des intellectuels qui parlent à la télé et se pensent très intelligents, on peut rire de Finkielkraut.

L'identité nationale, je n'y crois pas, il n'y a que des identités individuelles, teintées de cultures collectives. Est-ce qu'on ne donne pas raison à des poètes d'avoir écrit en langue vulgaire, au lieu du latin, à un moment donné? Le français classique n'est pas à sacraliser ou à immortaliser.

Écrit par : Rémi Mogenet | 26 janvier 2016

Valls était à la recherche de quelques blancos, quelques white, à Évry ...
Donc, est-ce que Finkielraut aurait raison ... ?

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 26 janvier 2016

Rémi, je vous invite à aller faire un tours à quelques km de Genève et de vous lâcher dans une banlieue de votre choix, enfin une banlieue digne de l'islam tel que ça se comprend.

Écrit par : Jésus | 26 janvier 2016

Concernant les viols, il y a eu plus de 500 plaintes déposées par des victimes rien qu'à Cologne, plus de 220 à Berlin, à Munich, Düsseldorf, Francfort etc., également des centaines de plaintes ont été déposées et cela que pour la nuit du réveillon.

Si l'on sait qu'une moyenne d'un femme sur 5 dépose plainte en cas de viol, on peut imaginer facilement que ces chiffres sont bien en dessous des actes commis, je le répète, rien que durant la soirée du réveillon.

Egalement en Suède, au Danemark, en Norvège, de très nombreuses femmes ont été victimes de viols et d'agressions sexuelles, malgré les nécromants de la presse qui ont mis plus de 10 jours pour révéler ces faits peu coutumiers des pays nordiques.

Écrit par : Jésus | 26 janvier 2016

"On ne peut inculquer de force des valeurs, c'est vrai, il y faut beaucoup de temps. "

l'assimilation en France a été faite par le peuple qui était majoritaire par rapport aux immigrés condition indispensable, et cette assimilation ne s'est pas toujours faite dans la douceur mais elle s'est faite, et actuellement on a dénié au peuple son rôle d'assimilateur et cette assimilation est en panne.

https://youtu.be/pug9MlMTBr8

rien ne se résoudra en écoutant les récriminations de ces jeunes excités. ils ne sont pas prêts à accepter un ascendant culturel de la France.

lire Michéle Tribalat Assimilation la fin du modèle français, elle explique trés bien cette réalité.

Écrit par : leclercq | 26 janvier 2016

Concernant les excisions, wiki n'affiche pas de chiffre en ce qui concerne la France, mais par contre, l'Angleterre annonce :

"En Angleterre
Selon un rapport de la commission parlementaire daté de 2014, 170 000 femmes sont susceptibles d'avoir subi l'excision tandis que 65 000 filles de moins de 13 ans en sont menacées, et ce, malgré une loi de 1985 l'interdisant. Ces mutilations sont essentiellement pratiquées par les populations immigrantes de la corne de l'Afrique. Ce rapport souligne l'échec des politiques dans la lutte contre les mutilations génitales et souligne que « le souci déplacé de respecter les sensibilités culturelles au détriment des droits de l'enfant est l'une des principales raisons » de cet échec20."

Je rappel qu'en Angleterre, la grande majorité de la population musulmane est originaire de régions musulmanes où l'excision est beaucoup moins pratiquée que les régions d'où proviennent les populations musulmanes immigrées en France. Il s'agit des pays francophones comme le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, la Côte d'Ivoire, Djibouti, le Gabon, les Guinées, Madagascar, le Sénégal, Le Mali, le Niger, de l'Algérie, Maroc, Tunisie, Tchad, le Togo, etc.

Écrit par : Jésus | 26 janvier 2016

Leclerq, la France s'adaptera à l'islam, si c'est pas déjà fait.

Écrit par : Jésus | 26 janvier 2016

Je n'ai lu qu'un livre de Finkielkraut, "Le juif imaginaire". Dans ce bouquin, l'auteur part à la recherche de ce qu'est l’identité juive. Ecrit en 1980, on peut résumer la conclusion de Finkielkraut comme étant la suivante: Le juif sera toujours victime de l'antisémitisme, intégré ou non. C'est le devoir des juifs d'aujourd'hui de défendre leur judaïté en mémoire des victimes de l'antisémitisme.

Pas un mot sur l'islam des banlieues ou l'émigration musulmane en France.... le livre datant des 80's.

A présent, lorsque je vois Finkielkraut à la tv, je ne peut m'empêcher de voir un "intellectuel communautariste". Il me paraît clair que Finky ne vient pas en défenseur de la nation française, bien qu'il soit sensible à la culture française. Il vient en représentant des juifs adresser un message d'avertissement à la France. Car bien que les jeunes kamikases ont, bien souvent, des papiers français, cela n'en fait pas des français de coeur. La France, fille aînée de l'Eglise ne sera jamais musulmane. Ou sinon, il ne faut plus appeler l'Hexagone "France".... C'est d'ailleurs le projet du PIR. Ce dernier est un parti anti-français et anti-occident.

Écrit par : Riro | 26 janvier 2016

@ Jésus

"Si l'on sait qu'une moyenne d'un femme sur 5 dépose plainte en cas de viol, "

c'est une affirmation féministe aucune fiabilité.

"Concernant les viols, il y a eu plus de 500 plaintes déposées par des victimes rien qu'à Cologne, plus de 220 à Berlin, à Munich, Düsseldorf, Francfort etc., également des centaines de plaintes ont été déposées et cela que pour la nuit du réveillon."

est-ce que ce sont des agressions sexuelles où des viols ?

viol implique une pénétration "un doigt suffit", avec un consentement valide préalable.

Écrit par : leclercq | 26 janvier 2016

Il y a même des viols dans lesquels des femmes ont été violées par des dizaines de migrants !

En réponse à Riro :

Dans les années 80, l'immigration était contenue et les immigrés travaillaient, ce n'est pas le cas des immigrations ultérieures à l'an 2000.

D'autre part, la communauté juive française est spécialement visée par les islamistes français ou autres, ce n'est pas "communautariste" que de faire le bilan ou le constat touchant sa propre communauté, attention les jugements et les préjugés. Assassiner des enfants dans une école juive, n'a rien de communautariste. Si le nazisme ou son éritage est une forme de communautarisme, dans ce cas, nous pourrions parler de communautarisme nazi, mais en aucun cas de communautarisme juif.

Ne pas confondre les causes et les résultats.

Écrit par : Jésus | 26 janvier 2016

@ Rémi Mogenet

"L'identité nationale, je n'y crois pas," lisez ce livre pour mieux connaitre le sujet, après vous verrez si vous y croyez où pas.

http://www.lefigaro.fr/vox/culture/2014/06/13/31006-20140613ARTFIG00427-natacha-polony-je-ne-suis-pas-decliniste-car-je-crois-en-la-france.php

http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/44221

Écrit par : leclercq | 26 janvier 2016

belle analyse d'un Bobo du "PIR"

http://gauchedecombat.net/2015/06/02/le-pir-est-un-parti-raciste-et-extremiste/

Écrit par : leclercq | 26 janvier 2016

@ Jesus:

Ces chiffres sont des hypothèses. On ne sait sur quoi ils sont basés mais ils sont au conditionnel. C'est insuffisant comme source.

Quant aux plaintes à Cologne, les mots doivent désigner un acte précis. En l'occurrence la désignation de viol a été reçue, sauf erreur, pour trois plaintes. Les autres sont des agressions sexuelles, ce qui va de l'insulte sexiste au pelotage voire à l'attouchement même au travers des vêtements.

Écrit par : hommelibre | 26 janvier 2016

Des livres, j'en ai lu un tas, l'identité pour moi n'est que dans l'individu, car d'un point de vue national, l'unité n'existe qu'au-delà du monde physique, manifesté. Mais les individus sont en fait libres de s'en dégager. Comme disait Joseph de Maistre, il existe un génie national; oui, mais l'être humain n'est pas soumis à ce génie.

Écrit par : Rémi Mogenet | 26 janvier 2016

Pour Polony, quelle logique y a-t-il à dire que la tradition nationale émancipe l'individu, si ensuite on dit que l'individu est soumis à cette tradition nationale?

Mais je ne crois pas que ce soit la tradition nationale qui ait émancipé l'individu, je crois que l'émancipation de l'individu a été plus ou moins ressentie selon les lieux, et je ne suis pas persuadé que ce soit en France qu'il l'ait été le plus.

Écrit par : Rémi Mogenet | 26 janvier 2016

Qu'elle l'ait été le plus, plutôt.

Écrit par : Rémi Mogenet | 26 janvier 2016

@ Rémi Mogenet

bonne lecture

http://blog.lefigaro.fr/education/archives.html

Écrit par : leclercq | 26 janvier 2016

Mo qui adorais Polony ça tombe bien!

Mais je ne crois pas à la transmission, je crois que les enfants sont comme des plantes qui aspirent à épanouir leur humanité, et que la tradition nationale est comme du compost, et pas comme la graine même. Un compost trop uniforme du reste n'est pas à conseiller, et en outre la tradition nationale n'est pas vitalisante de façon uniforme sur le territoire de la République, car par exemple Louis XIV en Savoie ne correspond qu'à un roi étranger qui a envahi le pays. Il faut donc surtout se préoccuper de la tradition du lieu de vie, c'est ce qui est le plus fertile, comme dans l'agriculture biologique.

Écrit par : Rémi Mogenet | 26 janvier 2016

Moi

Écrit par : Rémi Mogenet | 26 janvier 2016

@hommelibre

- « Il aurait dû probablement lui demander des exemples précis, étayés, de "vaseux", "approximatif", "pseudo intellectuel", et ne rien répondre tant qu'elle n'étayait pas son attaque par des exemples. »


Aussi brillant que ses fans le croient et laissent le croire ...

... "L'ignorance a ceci de commode, c'est qu'elle ignore la timidité, la discrétion et l'humilité."

Écrit par : Chuck Jones | 26 janvier 2016

Rémi, quelques leçons de biologie ne vous ferait pas du tort.

Par exemple, si Alain Finkeilkraut est capable d'être aussi éloquent dans ses raisonnements, ça vient aussi de son éducation. Pourquoi pas ?

Les "terreaux" varient selon la richesse qu'ils peuvent transmettre à la plante, essayez de faire pousser un dattier sur une tourbe écossaise ?

Votre raisonnement ne veut rien dire, fausse piste.

Écrit par : Jésus | 26 janvier 2016

Par contre, cette Wiam Berhouna, en tant qu'être conscient tient à vivre en France et refuse de s'adapter à l'ouverture de la tradition française, à la culture française, ça ne fait aucun doute. Mais le problème ne vient pas de cette femme seule, des centaines de milliers de personnes qui habitent la France, refusent de s'adapter aux autres qui vivaient sur cette terre avant eux, mais rien ne vous empêche d'accueillir des migrants, puisque vous refusez même d'aller leur rendre visite dans les zones perdues de la république.

Écrit par : Jésus | 26 janvier 2016

Cela me rappelle qu'en Savoie on ne cultivait pas trop l'éloquence, on estimait qu'elle ne servait pas à grand-chose pour l'édification intérieure. Essayer de l'y faire pousser, est-ce comme mettre un dattier dans la tourbe écossaise? Car l'éloquence c'est entendu est un art très français. Mais François de Sales la trouvait plutôt vaine.

Finkielkraut est éloquent, c'est vrai, il n'a pas volé ses diplômes parisiens. Et l'éloquence c'est bien en soi. Mais tout le monde ne veut pas forcément être éloquent.

Écrit par : Rémi Mogenet | 26 janvier 2016

(Puisque nous nous exprimons sur la Tribune de Genève, je voudrais dire qu'Amiel, le grand écrivain genevois, estimait que l'éloquence française était au fond inférieure à l'esprit philosophique allemand, quoique bonne en soi. C'est un point de vue. Plutôt proche de François de Sales, au fond. http://remimogenet.blog.tdg.ch/archive/2011/12/07/amiel-et-la-france.html)

Écrit par : Rémi Mogenet | 26 janvier 2016

@hommelibre

- « Finkielkraut a répondu comme il a pu, comme il sait le faire: en prenant le temps d'élaborer sa parole. Hors sujet? Je ne partage pas votre point de vue. »

Mais alors, auriez vous, s'il vous plaît, l'aimable obligeance de résumer, selon vous, la réponse de Monsieur Finkielkraut à la question ...

... "Avez vous conscience que vous faites mal à la France ?"

A-t-il répondu :

a) oui
b) non
c) peut-être

Écrit par : Chuck Jones | 26 janvier 2016

Rémi, "Mais tout le monde ne veut pas forcément être éloquent."

Personne n'oblige personne, surtout pas de contrer l'intelligence avec des "taisez-vous" et surtout au nom d'un islam peu conciliant, voir fasciste.

Rémi, Finkielkraut s'exprime envers des phénomènes qui ont provoqués la morts d'innocents, de jeunes, d'enfants, de femmes, ne pas trop épiloguer sur des chapitres aussi terribles, intello ou pas, Finkielkraut est critiqué parce qu'il décrit la situation, donne des repères, prévient des dangers futurs. Ce à quoi nous assistons, il l'avait décrit déjà bien avant, et il met en garde des dangers encore plus sanglants que le futur réserve à l'inaction, à certains égarements, à des erreurs cultivées depuis les prémisses dans l'éducations des enfants de France.

Si c'est ça que vous reprochez à Finkielkraut, alors, formulez le clairement !

Écrit par : Jésus | 26 janvier 2016

@ Rémi Mogenet

"Mais je ne crois pas à la transmission," ne lisez pas ces archives, elles ne sont pas faites pour vous.

extrait du livre "la France ce pays qu'on abat."

La France entre universel et local

"

Écrit par : leclercq | 26 janvier 2016

"Je n'ai pas vraiment lu Finkielkraut"
Bien sûr que non: il n'est ni de l'époque de Joseph de Maistre ni de celle de Teilhard de Chardin ;-(

Écrit par : Mère-Grand | 26 janvier 2016

Pour moi le lien entre l'universel et le local se fait par l'individu. L'individu a un lien intérieur avec l'universel. La culture française l'y aide, mais à elle seule elle ne peut pas suppléer aux efforts de l'individu. Je crois beaucoup déjà à une ouverture sur la culture francophone non française, notamment romande et savoyarde, mais aussi à la culture française non francophone, provençale ou corse. Par là l'individu s'ouvre à autre chose sans que cela lui apparaisse comme étranger.

Personnellement, je pense que mettre en garde contre les dangers est légitime et important, mais j'aime surtout les penseurs qui donnent des perspectives. Comme Teilhard de Chardin, par exemple. Je pense que lorsqu'on ne fait que mettre en garde contre les dangers (comme le faisait aussi Teilhard de Chardin, à sa manière), on court le risque de devenir inaudible, et de ne pas être réellement utile à l'ensemble de la société, qui au fond cherche des solutions, et un moteur pour l'avenir, plutôt qu'une simple mise en garde contre ce qui pourrait abîmer le passé.

D'ailleurs Teilhard de Chardin mettait en garde contre le communisme, qui créait un faux universalisme, et contre le nationalisme, qui empêchait l'universalisme de progresser, même s'il admettait que le nationalisme était aussi une réaction de la personne qui avait peur d'être fondue dans une masse informe. Il pensait possible de concilier la culture particulière avec l'universalisme, et je pense que c'est une perspective porteuse.

Écrit par : Rémi Mogenet | 26 janvier 2016

@Chuck Jones
Pensez-vous vraiment que la question posée peut trouver une réponse adéquate parmi celles que vous proposez ?
Je la vois comme un de ces pièges que les directs à la télévision favorisent: la réponse "non", qui est évidemment celle qui s'imposait du point de vue de Finkelkraut, ne pouvait que paraître simpliste ou même méprisante, une réponse plus élaborée, quant à elle, aurait été perçue comme une dérobade.
P.S.
1. A-t-elle vraiment utilisé l'expression "faire mal" au lieu de "faire du mal", qui atténue quelque peu la personnification du terme "France" et joue encore plus sur le registre de l'émotif ?
2. Un intellectuel de la réputation de Finkelkraut aurait-il simplement pu répondre quelque chose comme "Et qu'en est-il de vous-même ?", sans paraître s'abaisser à une dispute de cours d'école, alors que la question était bien de ce niveau ?

Écrit par : Mère-Grand | 26 janvier 2016

suite

Ainsi Robespierre définissait-il l'identité française.
Ce qui signifiait que n'y entrait aucune considération
d'ethnie ou de religion. Ce qui signifiait également que
la France existait comme volonté politique, par le choix
d'un peuple de se donner un avenir commun. La défini-
tion pèche pourtant par cette abstraction qu'elle construit,
et qui trouve aujourd'hui ses limites. Limites pour ceux
qu'elle laisse se chercher des identités de substitution,
plus concrètes et plus enveloppantes. Limites pour ceux
également qui prétendent ne voir dans la France qu'Lme
démocratie libérale semblable à toutes les autres et que
l'on pourrait fondre dans une entité européenne définie
comme un simple marché libéralisé pour le plus grand
bonheur des consommateurs.
Quand les penseurs des Lumières ont formulé l'idéal
universaliste comme un refus des inégalités criantes qui
faisaient que, pour reprendre la formule de Voltaire, qui
traversait la France changeait plus souvent de lois que
de cheval, pouvaient-ils imaginer que, deux siècles plus
tard, le développement de l'urbanisme et de la technologie
aurait totalement coupé les hommes des réalités concrètes
que sont un paysage, une lumière, une géographie ? Pour
eux, l'universalisme ne s'opposait en aucun cas à l'incar-
nation de cet idéal dans une identité locale. Ce que résu-
mera plus tard Iules Ferry en incitant les instituteurs, pour
faire aimer la grande patrie aux élèves, à développer chez
eux l'amour des

Écrit par : leclercq | 26 janvier 2016

suite

Ainsi Robespierre définissait-il l'identité française.
Ce qui signifiait que n'y entrait aucune considération
d'ethnie ou de religion. Ce qui signifiait également que
la France existait comme volonté politique, par le choix
d'un peuple de se donner un avenir commun. La défini-
tion pèche pourtant par cette abstraction qu'elle construit,
et qui trouve aujourd'hui ses limites. Limites pour ceux
qu'elle laisse se chercher des identités de substitution,
plus concrètes et plus enveloppantes. Limites pour ceux
également qui prétendent ne voir dans la France qu'Lme
démocratie libérale semblable à toutes les autres et que
l'on pourrait fondre dans une entité européenne définie
comme un simple marché libéralisé pour le plus grand
bonheur des consommateurs.
Quand les penseurs des Lumières ont formulé l'idéal
universaliste comme un refus des inégalités criantes qui
faisaient que, pour reprendre la formule de Voltaire, qui
traversait la France changeait plus souvent de lois que
de cheval, pouvaient-ils imaginer que, deux siècles plus
tard, le développement de l'urbanisme et de la technologie
aurait totalement coupé les hommes des réalités concrètes
que sont un paysage, une lumière, une géographie ? Pour
eux, l'universalisme ne s'opposait en aucun cas à l'incar-
nation de cet idéal dans une identité locale. Ce que résu-
mera plus tard Iules Ferry en incitant les instituteurs, pour
faire aimer la grande patrie aux élèves, à développer chez
eux l'amour des petites patries .
C'est la double erreur de ceux qui croient qu'il suffit de
mettre un tampon sur une carte d'identité pour fabriquer
des Français et de ceux qui croient qu'il suffit de promettre
la croissance économique pour faire aimer une Europe
vidée de sa substance et de son histoire : ils oublient que
l'homme est un être de chair et que, à défaut de trouver
autour de lui, dans la géographie et les modes de vie, ce
qui le façonne - selon la fameuse théorie des climats déve-
loppée par Montesquieu -, il le cherchera dans des identi-
tés fantasmées, souvent plus rigides et totalitaires.
Sortir la France de la crise qui lamine aujourd'hui néces-
site de comprendre ce qu'est ce pays dans son unicité. Un
pays composé d'une diversité de régions, de climats et de
langues qui font sa richesse et dont il doit à tout prix pré-
server non seulement la mémoire mais la culture vivante,
autrement que sous la forme d'un folklore pour touristes.
Un pays héritier de l'Antiquité gréco-romaine et de deux
millénaires chrétiens, qui s'est construit au fil des siècles,
très loin de l'imagerie d'une France éternelle courant de
Clovis à Napoléon, mais réuni autour d'un idéal poli-
tique, une République laïque définie par des valeurs phi-
losophiques, liberté, égalité et fraternité. Un pays que les
nouveaux arrivants ne pourront faire leur que s'ils s'en
approprient l'histoire et la géographie, plutôt que de les nier
comme le préconisent aujourd'hui des idéologues persua-
dés que c'est en effaçant les identités (celles de la France et
de ses régions, pas celles des migrants et de leurs ancêtres)
que l'on fabrique de l'égalité.
Sortir la France de la crise qui lamine nécessite un véri-
table discours sur la nation, qui sache réconcilier l'idéal
universaliste et l'ancrage territorial à travers la notion
de patrimoine partagé. Qui réponde à l'abstraction de la
consommation et des marchés par l'histoire et la culture,
qu'elles soient régionales, françaises ou européennes.

Écrit par : leclercq | 26 janvier 2016

En France le régional peut contredire frontalement le national, Louis XIV n'a gouverné ni la Savoie ni la Corse. Les souvenirs de Louis XIV, en Savoie, ce sont les ruines des forteresses qu'il a fait raser, comme Montmélian. Le patrimoine en Savoie ce sont les restes des ducs de Savoie et rois de Sardaigne.

Écrit par : Rémi Mogenet | 26 janvier 2016

Chuck, vous ne savez pas y répondre par vous-même? Bon:

1. il répond que l'islam cherche à se victimiser et que cette question sur le mal fait à la France est en réalité le mal fait à l'islam; (d'ailleurs, note personnelle, on peut questionner le mal que l'islam – du moins nombre de musulmans – mais pas tous – font à la France depuis longtemps);

2. que l'islam n'arrive pas à se remettre en question (sauf quelques penseurs qu'il cite) alors que c'est un passage obligé à ses yeux;

3. que si l'on va dans ce sujet il faut regarder toutes les réalités en face, y compris l'antisémitisme ancien et ancré de familles musulmanes;

4. que si l'on veut avancer sur ces questions il faut le faire ensemble, mais qu'attaquer comme elle le fait ne fera rien avancer.

Vos oui, non, peut-être, je vous laisse remplir?

Écrit par : hommelibre | 26 janvier 2016

Bien vu Mère-Grand.

Écrit par : hommelibre | 26 janvier 2016

"si vous voulez faire l'idiot libre à vous. Vous y réussissez très bien."
Alors nous sommes deux, car vous refusez ne serait-ce que d'évoquer le contenu de ce qu'elle a dit. Et qui est important et à quoi personne n'a répondu. Votre choix bien sûr. Vous n'aimez pas qu'on manipule ou qu'on réduise votre discours alors que vous faites exactement cela avec cette "jolie femme". C'est amusant, mais je n'ai jamais lu qu'un homme était joli. Votre discours sur la séduction est creux. Il vise une fois de plus à masquer le contenu du discours. Tout dans l'apparence, tout dans le spectacle.

Quant à votre interprétation du langage non verbal de Finkelkraut, vous auriez pu remarquer (oulala, je sais, je me mets à votre place, je vous force, etc. alors que je ne fais que montrer votre parti pris unilatéral) qu'il est plus d'une fois dans la dénégation, dans l'agacement, voire dans l'exaspération, toutes attitudes qui vise à déstabiliser l'autre pendant que Cohn-Bendit a une attitude goguenarde, qui montre un certain amusement et un certain recul, voire une certaine empathie. Le spectacle semble lui plaire. Vous auriez aussi pu remarquer à qui on coupe la parole. Vous auriez pu remarquer les regards et l'absence répétée du regard de Finkelkraut qui exclut l'autre.

Écrit par : Lucretius | 26 janvier 2016

"pendant que Cohn-Bendit a une attitude goguenarde, qui montre un certain amusement et un certain recul, voire une certaine empathie."

Comme pour les pédophiles...!

Cohn-Bendit: de chien fou à chien de garde

"A l’occasion du duel qui l’a récemment opposé à son vieil ami, Dany le Rouge a une nouvelle fois livré une solide prestation télévisuelle conjuguant envolées lyriques et appel à l’amour du prochain, seul remède possible à tous nos malheurs. Tentant bon gré mal gré de sauver ce qu’il reste du dogme sans-frontiériste qui a fait sa carrière, il s’est comporté en parfait avocat de l’idéologie dominante qui consiste à résoudre l’ensemble de nos problèmes sociétaux à coup d’ouverture et de tolérance, conseillant tout de même l’usage de « médiateurs » en cas de pépin. Assez lucide (adroit ?) pour accepter l’idée d’une société en crise, l’ex-révolté s’est astreint durant de longues minutes à minimiser l’ampleur de l’incendie, piochant ici et là quelques exemples historiques censés aider à relativiser nos maux et à calmer l’irritation du bon peuple… Un peuple d’ailleurs sans doute un peu paumé, prisonnier de la Caverne, mystifié par le spectacle des ombres dont vient justement nous délivrer le Philosophe en déjouant les apparences, révélant ainsi le caractère tout à fait illusoire de nos vilaines angoisses."


http://www.causeur.fr/daniel-cohn-bendit-dpda-bourgeois-36467.html

Écrit par : Patoucha | 30 janvier 2016

@riro

« Si Finkielraut dérangeait on ne le verrait pas toutes les semaines dans les médias. »

C'est logique.
Ca doit expliquer pourquoi y'a autant de publicité à la télé.

Écrit par : Chuck Jones | 26 janvier 2016

"car vous refusez ne serait-ce que d'évoquer le contenu de ce qu'elle a dit."

le contenu de ce quelle a dit il est là

http://gauchedecombat.net/2015/06/02/le-pir-est-un-parti-raciste-et-extremiste/

contenu qui finit même par exaspérer les gens de gauche qui défendent les gens comme elle et croient en parti à leurs mensonges !!!

"Je suis le premier à reconnaitre qu’il y a actuellement un discours raciste particulièrement inquiétant qui mine les fondements de notre société française,"

c'est la mode chez les anti-racistes de voir des discours racistes partout surtout où il y en a pas, comme d'autres voient du sexisme où il y en a pas suivez mon regard.

cette "Wiam Berhouma" c'est une menteuse dans ces affirmations. elle n'a aucune objectivité, je l'affirme et pourrait le prouver par des écrits honnêtes.

son fonctionnement c'est ça

http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/44221

A force de laisser s'installer les revendications personnelles ou communautaristes qui vont à l'encontre des règles démocratiques (au nom d'une liberté d'expression dévoyée et utilisée par ceux qui l'ignorent ou veulent justement la faire taire), la société française signe sa désagrégation.

Écrit par : leclercq | 26 janvier 2016

"idéologues persuadés que c'est en effaçant les identités (celles de la France et de ses régions, pas celles des migrants et de leurs ancêtres)"
Vous touchez là à quelque chose d'essentiel, qui ne concerne évidemment pas que la France, mais toute l'Europe, surtout celle de l'UE.
Il est, en effet, très curieux que ceux qui exigent de nous que nous comprenions (au premier sens de "prendre avec") et acceptions les autres, ceux qui viennent d'ailleurs et qui viennent avec leur cultures propres, exigent en même temps que nous fassions le sacrifice de ce qui nous distingue nous-mêmes d'eux, comme si seul la mort de notre cultures et de nos moeurs pouvaient permettre la vie de celle des autres.
Ainsi pour les plus extrêmes d'entre eux, nous avons l'obligation de "respecter" autrui sans même avoir le droit d'exiger nous même ce respect de leur part.
Je lis aujourd'hui que pour la visite d'un chef d'Etat iranien le Vatican a fait voiler des statues qui pouvaient l'offenser par leur nudité.
Bien, mais alors, y a-t-il un pays musulman, l'Iran peut-être, qui feraient le geste de cacher à nos yeux des images ou des symboles de ce qui nous choque, par exemple les femmes entièrement dissimulées sous par des vêtements qui ne laissent percevoir que les yeux ?
Y a-t-il même un chef d'Etat en visite dans ces pays qui ose mentionner cet affront nos "sensibilités" ?

Écrit par : Mère-Grand | 26 janvier 2016

@hommelibre

« J'ajoute même que son look moderne, cheveux très bien soignés (et sans voile), visage montré , sont là pour faire passer l'image d'une musulmane intégrée, prof, libre, presque assimilée ... »

Ah ben tiens, question pour un champion ...

... Ca se distingue à quoi "complètement assimilée" et "presque assimilée" ?

Écrit par : Chuck Jones | 27 janvier 2016

@Mère-Grand

- « Pensez-vous vraiment que la question posée peut trouver une réponse adéquate parmi celles que vous proposez ? »

Mais ... pas du tout. Je demande juste le résumé, ou le verdict de son introspection. Pourquoi ? J'ai pas du tout compris la réponse de Finkielkraut à la question qui lui a été posée. Pour autant qu'il en ait fourni une ayant un sens en rapport avec ce qui lui a été démandé de considérer, en l'occurence, l'effet de son discours publique sur la France.


- « Je la vois comme un de ces pièges que les directs à la télévision favorisent: »

Voyons Mère-Grand, *** toutes *** les questions révelant sa sincérité sont piégeuses. Pour ce grand intellectuel ... philosophe ... essayiste ... et académicien français ... ça aurait pourtant dû être du gâteau.


- « 1. A-t-elle vraiment utilisé l'expression "faire mal" au lieu de "faire du mal", qui atténue quelque peu la personnification du terme "France" et joue encore plus sur le registre de l'émotif ? »

Aucune importance dans ce qui était attendu de Finkielkraut, sans expression de mépris envers vous Mère-Grand.


- « 2. Un intellectuel de la réputation de Finkelkraut aurait-il simplement pu répondre quelque chose comme "Et qu'en est-il de vous-même ?", sans paraître s'abaisser à une dispute de cours d'école, alors que la question était bien de ce niveau ? »

Hypocrite ... ET cruel ?

Écrit par : Chuck Jones | 27 janvier 2016

@hommelibre

- « 1. ... le mal fait à la France est en réalité le mal fait à l'islam; »

Et ainsi, le Professeur de Philosophie à la retraite Finkielkraut reformule la question qui lui a été posée, de ...

... "Etes vous concient que vous faites mal à la France ?".

en ... "Etes vous concient que vous faites mal à l'islam ?".

Je ne sais pas trop à quoi ca sert, mais ca devrait donner des idées aux étudiantes et étudiants en philo.


- « 2. que l'islam n'arrive pas à se remettre en question ... »

Et c'est donc la faute à l'islam.


- « 3. que si l'on va dans ce sujet ... »

Donc c'est *** encore plus *** la faute de l'islam ?


- « 4. que si l'on veut avancer sur ces questions il faut le faire ensemble ... »

Naturellement, avec toute la brillance de Monsieur Finkielkraut pour éclairer le chemin, surtout des musulmans puisqu'il n'a été question que d'eux ce soir là, n'est-ce pas ?


- « ... mais qu'attaquer comme elle le fait ne fera rien avancer. »

Une façon de dire que, sa question, elle peut se la rouler et la fumer.


- « Vos oui, non, peut-être, je vous laisse remplir? »

Merci infiniment pour votre amabilité. Vraiment, merci.

Écrit par : Chuck Jones | 27 janvier 2016

"avec toute la brillance de Monsieur Finkielkraut..... "

Et naturellement vous défendez l'islamiste activiste, menteuse, racisto-antisémite, pro-Hamas pour son outrecuidance et son insolence haineuse des Indigènes de la République...française ou islamiste.....?!

http://www.ikhwan.whoswho/blog/archives/9647

Écrit par : Patoucha | 27 janvier 2016

@Mère-Grand


- « Je lis aujourd'hui que pour la visite d'un chef d'Etat iranien le Vatican a fait voiler des statues qui pouvaient l'offenser par leur nudité. »

Ptet ben que le but de la visite n'est pas un cours d'anatomie ?
Ptet ben même que le Vatican avait quelque chose à demander, *** très gentiment *** ?


- « Bien, mais alors, y a-t-il un pays musulman, l'Iran peut-être, qui feraient le geste de cacher à nos yeux des images ou des symboles de ce qui nous choque, par exemple les femmes entièrement dissimulées sous par des vêtements qui ne laissent percevoir que les yeux ? »

Pauvres femmes !!! Encore un voile de plus ???
Elles ont déjà pas droit à la parole, en plus de tenir chaud.
Vous voulez leur cacher *** aussi *** les yeux ?

Écrit par : Chuck Jones | 27 janvier 2016

@ Chuck Jones

le problème chuck c'est que les pauvres filles comme "Wiam Berhouma", n'ont pas compris que le laxisme dont la république a fait preuve envers les populations immigrées et descendantes d'immigrés ne les a pas aidés, au contraire, ces populations ne se sont pas sentis contraintes de faire des efforts pour s'assimiler, elles ont fait le contraire, elles se sont ensauvager, se sont désocialisées, déculturées, sont devenues inemployables, évidement une certaine proportion sont encore employable, mais on ne peut pas critiquer les employeurs de généraliser c'est normal, leur but c'est de prendre le moins de risque possibles.

elle dit que les actes islamophobes ont augmenter de 300%, et alors c'est normal, vu les efforts que déploient ces populations pour se faire détestées du peuple français, ces populations c'est 10% de la population française et ils remplissent les prisons à 80%, il ne faudrait pas quelle oublie de le dire cette brave fille, mais je crois quelle est trop conne pour ça.

a part ça, je considère que vous êtes quelqu’un d'intelligent quoique borné, ces temps ci vous êtes incapable de faire avancer d'enrichir un débat, juste capable de jouer avec les mots, juste capable de jouer à plus idiot que vous êtes.

Écrit par : leclercq | 27 janvier 2016

"a part ça, je considère que vous êtes quelqu’un d'intelligent quoique borné, ces temps ci vous êtes incapable de faire avancer d'enrichir un débat, juste capable de jouer avec les mots, juste capable de jouer à plus idiot que vous êtes."

Excellent! J'ai dit bien moins que cela et j'ai été signalée.... :)

Écrit par : Patoucha | 28 janvier 2016

discriminés cette cruche elle affirme !!!



http://blog.lefigaro.fr/education/2011/04/discrimination-dites-vous.html

Écrit par : leclercq | 27 janvier 2016

Bravo, c'est qui la cruche ?

Écrit par : Lucien | 27 janvier 2016

Bravo, c'est qui la cruche ?

c'est elle "Wiam Berhouma"

Écrit par : leclercq | 27 janvier 2016

Non, parce-que j'apprécie particulièrement beaucoup Natacha Polony, tandis que pour l'autre, ça tournerait presque au compliment.

Écrit par : Lucien | 27 janvier 2016

Très bon article de Polony !

Écrit par : Philemon | 27 janvier 2016

C'est triste à écrire, ce pseudo "Chuke Jones" a la typologie du crabe caché sous un rocher. Dès que vous mettez la main pour ramasser un bulot, il vous pince le doigt. Son objectif est de pincer rien de plus.

Il faut bien s'occuper les pinces quand le cerveau est en veille permanente.

De plus en plus de gens comme lui traînent sur les blogs empêchant tout débat constructif la perte de temps est énorme.

Faut-il lui répondre et ainsi lui donner une petite importance qu'il pense très grande?

J'ai perdu cinq minute sur ce commentaire ça ne vaut pas plus.


le sujet est pourtant grave car nous constatons de plus en plus que des femmes non voilées ne se voilent plus pour se faire passer pour des musulmanes sincères du bel islam.

La propagande bat son plein ou le mensonge et la dissimulation sont flagrants.

De plus en plus de gens veillent au grain en les dénonçant, c'est l'essentiel pour un débat sur l'islam et sa dangerosité, désormais mondial.

Écrit par : 3615 georgette | 29 janvier 2016

@3615 georgette

Bienvenue au club! :)

Écrit par : Patoucha | 29 janvier 2016

@3615 georgette

- « C'est triste à écrire, ce pseudo "Chuke Jones" a la typologie du crabe caché sous un rocher. ... »
« J'ai perdu cinq minute sur ce commentaire ça ne vaut pas plus. »


Il faut un peu plus qu'un éternuement sur le coin d'un table pour faire un beau bébé.

Écrit par : Chuck Jones | 29 janvier 2016

@3615 georgette

Précision: ... au club des anti-crabes :)

Écrit par : Patoucha | 30 janvier 2016

"Il faut un peu plus qu'un éternuement sur le coin d'un table pour faire un beau bébé."

– Gabrielle? – Oui mon Johnny? – Moi je n’ai pas de problème avec les conservateurs. – Tu m’inquiètes déjà. – Non, je t’assure. Je suis un homme de progrès et j’ai réglé la question de la conservation. – Ah? Comment? – Tous au réfrigérateur! – Au moins ça leur donne des idées fraîches. – Mais pour pas qu’on se les gèle, j’ai la solution. – Tu m’inquiètes de plus en plus. – Ah que, après ça j’allume le feu. – … j’avais raison de m’inquiéter…

MDCR MDRRRR

Écrit par : Patoucha | 30 janvier 2016

"les hommes libres" ... mdr ... vous êtes complétement prisonniers de réflexes identitaires ... naze, prévisible, ridicule et ...drôle ... je reviendrai peut être vous lire pour me marrer un peu ... Marc

Écrit par : DOUCET Marc | 02 février 2016

pour moi cette fille n'est qu'une honte aux musulman car ceci n'est guerre l'islam depuis quand les musulmanes s'affichent comme cela ? cheveux lâchés tenue digne d'une double peau elle ne connaît même pas comment faire les ablutions et ce permet de parler de la religion ? elle devrait plutôt fermer ca grosse gueule car elle fait honte aux musulmans les vrai car en parlant de cette religion sans la connaître c'est parler au nom de milliard de personnes y compris les prophètes Jésus Moise Noé etc....

Écrit par : monsieur | 17 juillet 2016

Les commentaires sont fermés.