14 janvier 2016

Les images de Cologne, et Aylan en tripoteur de fesses

Dans notre société d’images, où chaque événement est immédiatement fixé et envoyé à travers le monde, il y en a peu, si peu sur les incidents de la gare de Cologne. A part quelques photos qui n’en sont pas. C’est intrigant. On croit ce qu’on nous dit. On ne voit rien.


CologneImages01.jpgImages fausses

Ainsi cette image (1) d’une jeune femme en sang présentée comme une victime à Cologne. En réalité il s’agit d’un mannequin britannique, Danielle Lloyd, agressée en 2009 par une femme dans un club de Londres. Ciel, les dance clubs londoniens sont-ils plus dangereux que les rue de Cologne, et les femmes plus dangereuses que les jeunes migrants hommes?

Ces images fausses quant à leur origine – il y en a d’autres – sont diffusées principalement par des réseaux d’extrême-droite, qui n’hésitent pas à titrer : « Viols de masse des allemandes ». Les mêmes titres que les féministes. Ciel, féminisme et extrême-droite, même langage, mêmes excès, même combat!

Pourquoi ne trouve-t-on pas d’images des agressions proprement dites? Et si peu de témoignages? La police retient-elle celles des caméras de surveillance? Ils en ont puisqu’ils ont identifié des hommes. Et des images prises par des smartphones? Rien, ou si peu. Il y a surtout des images devant la gare et la basilique, sur le Dom, et les mouvements dus aux feu d’artifice. Il existe même une vidéo d’une chaîne de télévision prise en direct à minuit, et qui ne fait état d’aucun débordement.

 

 

CologneImages03.jpgI love refugees

C’est à n’y rien comprendre. Il faudra qu’on nous explique. Parce qu’en attendant cela alimente tous les fantasmes et permet d’accuser tous les réfugiés en bloc. Or il ne faut pas exagérer. Je suis d’accord avec l’idée qu’il faut pouvoir intégrer les réfugiés à une culture très, très différente de la leur, et pour cela qu’il faut se donner le droit de choisir. Par exemple uniquement ceux qui viennent de zones de guerre. Et éviter les grosses concentrations et les trop grands nombres. Car la ghettoïsation des réfugiés est déjà en route. Je ne crois pas que l’on peut tout absorber en disant J’aime les réfugiés.

Evidemment Jésus a dit: « J’étais étranger, vous m’avez accueilli. » Oui, mais il était tout seul. Ou il parlait symboliquement, à une période où 1’000 personnes c’était déjà énorme! Vous vous imaginez ouvrir votre maison à  1’000 personnes au nom du Christ? 

Vous allez trier. Immanquablement. Les blessés en premier, puis les femmes et les enfants. Pas trop les jeunes hommes seuls, ceux qui ont fui les combats, laissant famille et vieux derrière eux se faire réduire en pâté pour chats. Pas ceux qui hurlent en dansant comme à la place Tahrir au Caire. Ben quoi, vous n’avez pas envie de partager les chambres de vos jolies fifilles blondes de 18 ans avec eux. Vos fifilles que vous avez élevées dans l’ouverture à l’autre, le sourire et la bienveillance. On vous traitera de raciste bien sûr, car après tout vos filles sont en âge de se reproduire et l’amour du prochain passe aussi, peut-être, par le corps. En tous cas c’est ainsi que eux risquent de le comprendre.

 

 

CologneImages02.jpgL'hypothèse du plan

On sait qu’il s’agit d’étrangers à peau mate ou foncée. Mais différents témoignages montrent que le réveillon à Cologne n’était pas de tout repos. Un supermarché du vol à la tire. La technique utilisée y fait penser avec insistance, bien plus qu’une agression spécifique contre les femmes parce qu’elles seraient des femmes. Les sacs des femmes sont facile à arracher quand on stresse la personne. 

Je relativise donc l’aspect purement sexuel souvent avancé, l’aspect mépris des femmes, l’aspect purement culturel. Pourquoi ne parle-t-on que de cela quand quasiment toutes les agressions se sont terminées par un vol, et que celles ayant un caractère sexué sont 40% de l’ensemble? Pourquoi ne manifeste-t-on pas en disant: Halte au vol à la tire? Le sexe a drainé toute l’attention. Comme d’habitude. On comprend pourquoi l’industrie du porno marche si bien. Le sexe procure toujours des émotions fortes. Surtout féminin. Les supportrices de la théorie du genre en prennent pour leur grade.

L’idée d’un plan organisé par la mafia marocaine aidée de quelques réfugiés me paraît plausible. Mais il y a plusieurs thèses en présence et je n’ai pas plus d’éléments de preuve que personne.

Il y aurait des voleurs et agresseurs parmi les réfugiés? Sur 1 millions, pas surprenant. J’imagine le nombre de brigands et de gens incultes envoyés lors des grandes migrations vers l’Amérique, pour en débarrasser l’Europe. Alors, quelques centaines sur 1 millions ce n’est presque rien. Ce qui n’enlève pas mon propos précédent: trop de personnes d’une culture très différente, c’est très problématique. Simple constat. 

 

 

charlieAylan01.jpgAylan, le retour

Comment expliquer à un garçon de 20 ans, qui vient d’un pays où les femmes sont inaccessibles, où elles tirent des mines tristes, où la sexualité hors mariage est bridée, des gars frustrés, bouillants de leur âge, qu’une femme qui sourit dans une rue de Cologne n’est pas disponible pour baiser? Leurs codes explosent!

Et c’est ici qu’intervient Aylan. Le petit garçon mort sur une plage de Turquie avait déclenché une vague d’émotion en faveur des réfugiés. Il symbolisait toute la souffrance d’un peuple ayant perdu son avenir. 

Aylan était tous les réfugiés. Y compris ceux qui ont agressé à Cologne, donc. Alors Riss, dessinateur à Charlie, s’est amusé à imaginer ce qu’Aylan serait devenu s’il avait vécu. Et il l’a imaginé en tripoteur de fesses!

Provocation. Polémique. Evidemment. Certains internautes ont traité Riss de raciste pour ce dessin. Pfff... Stupidos. Je trouve cette provocation plutôt intéressante, même si je n’aime pas le genre de dessin. Il est dangereux d’être un symbole ou une icône. Avec cette image Aylan descend de son piédestal. Retour au réel. Aylan avait fait fonctionner la machine à fantasmes, fait carburé le moteur à émotions, de manière totalement irrationnelle, sentimentale et esthétique. Pleurer sur Aylan c’était comme donner aux pauvres. 

Alors, Aylan en agresseur sexuel, c’est plutôt cocasse. 

 

 

PS: il faut ajouter qu’hier des demandeurs d’asile se sont installés sur le Dom à Cologne avec des pancartes présentant des excuses pour ce qui s’est passé le soir du réveillon. Dont acte.

 

 

 

12:22 Publié dans Politique, société | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : cologne, aylan, charlie, images, video, réfugiés | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Iconneries saison 2:
Je n'oublie pas que Siné dessinateur historique de Charlie Hebdo s'est fait viré par le rédacteur pour antisémitisme après s'en être pris à l'enfant de ...Sarko qui s’apprêtait à tripoter les fesses de l'héritière de Darti "Le contrat de Confiance"

Écrit par : briand | 14 janvier 2016

J'aimerais bien qu'on nous montre le genre de caricature qui paraît dans la presse du monde arabe-musulman. Il n'y aurait pas que la maman du petit Aylan qui serait choquée.

Être choqué, être blessé dans sa sensibilité, être victime de [au choix]phobie est une arme très puissante pour faire taire son adversaire. C'est bien plus efficace que tous les missiles sol-air, tous les drones, tous les sous-marins. En effet, toute réplique est impossible. C'est du Ghandi à la puissance 10.

Il est intéressant de constater, en passant, que la maman du petit Aylan lit Charlie Hebdo, là-bas au Canada. J'espère qu'elle se souvient que c'est grâce à son petit garçon sacrifié qu'ils sont tous là-bas, au chaud et en sécurité.

Écrit par : Arnica | 15 janvier 2016

Pourquoi ne pas ici parler du "taharrush" ?

- « Taharrush GAMEA » signifie harceler et attaquer les femmes dans la rue, dans le but de montrer la prédominance des hommes

- L’ordre aurait bien été diffusé de s’attaquer en groupe aux femmes occidentales le 31 décembre

- Agressions sexuelles dans un train belge commises par des migrants domiciliés en France

http://www.postedeveille.ca/
http://jforum.fr/2016/01/police-allemande-taharrush-le-jeu-arabe-arrive-en-europe-video/
http://www.islamisme.fr/

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 15 janvier 2016

ok viens de le lire, vous parlez du Taharrush dans votre note suivante - féministes à la dérive
mais son l'objet est centré sur l'approche des féministes socialistes / qui mérite effectivement son propre traitement et une critique des plus sévère


- à craindre que ces Taharrush gamea ne se démultiplient / effet de masse avec surnombre d'individus migrants &/ou binationaux issus d'immigration

habitués à us & coutumes de comportement criminel
de mâles faisant valoir la loi du sexe le plus fort et au pouvoir, sur femmes & vulnérables
acceptés en toute impunité en pays africains / sans distinction d'éducation, culture ou religions


face au consensus occidental en faveur du comportement passif du collectif (masculin à mixte) en public, satisfaisant son voyeurisme et tolérant toute lâcheté

- situation fréquente: groupes de témoins assistant à viols en trains

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 15 janvier 2016

Arnica, faut s'attaquer au fait que les journalistes & salariés de merdias ont pour l'instant le droit de faire leur beurre à leur guise et en toute impunité,

sur des iconneries / selon le bon mot de Briand
qu'ils peuvent monter en mayonnaise ad nauseam

- à bien-plaire pour leur employeur pour le politique dominant, pour du boulot vite-fait, pour leur salaire

Par définition, les lois ont pour but de gérer la société civile et sont modifiables dans l'évolution de cette société :

in fine, il nous reste donc à nous, société civile, d'exiger de nos élus et de voter, de nouvelles lois obligeant les médias face à leurs responsabilités

pour ma part, j'élimine les associations, pas question de faire confiance à des tiers pour ce job, telles asssoces dont les membres salariés ne sont plus que des parasites souvent au bénef de discrimination positive, rattrapés par leurs dépendances au social et subventionnés, incapables sinon d'assumer une vie professionnelle per se

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 15 janvier 2016

@hommelibre

Utiliser des images trouvées on ne sait où et sans relation avec l'incident, comme prétexte pour en remettre une couche ...

Méfiez vous des prédispositions qui tournent en obsessions.

Écrit par : Chuck Jones | 15 janvier 2016

chuck jones: dire que s'organiser pour commettre agressions sexuelles contre femmes, attaques agrémentées de vols et d'attouchements sexuels voire de viol en groupe, ne soit qu'un incident

soutenir que cette volonté d'action de groupe ne soit qu'un incident, rien de plus

sinon, vouloir considérer une tentative de viol commise par un groupe qui s'est organisé pour ce faire, ou de viol par la suite difficile à prouver,

comme un incident...

..euh pour vouloir vous en tenir à dire ça, faut que soit que votre cerveau détenu par vos couilles restées vierges vous embrigade, soit que votre haine de votre naissance vous submerge

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 15 janvier 2016

@ Chuck:

Dans vos différentes facettes, j'ai l'impression que le "Chuck sibyllin" est une de vos favorites... :-)

Écrit par : hommelibre | 15 janvier 2016

@hommelibre

Oui, mais c'est difficile de trouver les mots pour décrire une situation sans laisser un jugement personnel s'insinuer dans le propos.

- Recentrer mon attention sur l'intérêt de l'individu au lieu d'un groupe d'individus, et ...

- prévenir sans juger,

... deux de mes résolutions pour cette année.

Écrit par : Chuck Jones | 15 janvier 2016

Les commentaires sont fermés.