06 janvier 2016

Festival d’Angoulême : la BD est-elle sexiste ?

Une bien jolie ville qu’Angoulême. La Charente y serpente comme un long chat tranquille. Des jardins font plage de ce fleuve sans excès. Aujourd’hui les excès sont dans la ville.


sexisme,bd,angouleme,festival,Que des mecs

En l’occurrence l’excès est une polémique sur les 30 albums cités pour le Grand Prix du Festival de BD, qui se tiendra à la fin de janvier. Car aucune femme ne figure parmi les nominés. Quelques auteurs sont montés au créneau, ainsi que le Collectif des créatrices de bande dessinées contre le sexisme.

Quelques auteurs nominés ont déjà démissionné de cette liste, en protestation contre l’absence de femmes. Bah, cela fait parler du Festival. 

Certes on peut se demander pourquoi aucune femme ne figure dans ce palmarès des trente auteurs papables. Et s’étonner que seules deux femmes aient obtenu le grand prix en 43 éditions.

Mais s’en étonner reviendrait à dire que le fait d’être femme produit une condition différente. Par nature ou par définition, une femme au moins devrait figurer dans la liste des nominés? Et pourquoi? Si le jury de préselection juge qu’il n’y a pas lieu, c’est son choix. Je parie que s’il y avait trente femme et pas un homme, aucune d’elles ne démissionnerait de la liste.

 

 

sexisme,bd,angouleme,festival,Traîtresses!

C’est à ma connaissance la première fois que le choix du jury fait polémique. Mais qui est ce jury? Un infâme quarteron de mecs plus misogynes les uns que les autres? Même pas. Ceux et celles qui choisissent les trente papables et les candidats aux autres prix sont connus. Le comité est composé de quatre hommes et deux femmes:

« … Juliette Salin, rédactrice en chef du "Monde des ados", Nicolas Albert (La Nouvelle République du Centre-Ouest), Matthieu Charrier (Chef Adjoint Service Societe Culture d’Europe 1), d’un libraire, Charles Ferreira (Librairie Gibert Jeune), de Jean-Pierre Mercier, conseiller scientifique de la Cité de la bande dessinée et d’Ezilda Tribot (image 3), responsable de la programmation jeunesse au Festival d’Angoulême… »

Les femmes ont donc voté pour des hommes? Les traîtresses! Les salôôôpes! A qui faire encore confiance si l’esprit partisan n’éclaire plus les frêles têtes de nos délicieuses compagnes? Ou plus simplement aucune femme ne correspondait-elle suffisamment aux critères de sélection? Faut-il être nominé parce que l’on est femme (ou homme) ou parce que le jury reconnaît un talent?

 

 

sexisme,bd,angouleme,festival,Ce qu’ils en pensent

Sur le forum du Figaro quelques réactions montrent que, bien plus que de s’offusquer d’un supposé sexisme, les internautes expriment leur ras-le-bol du dogme féministe:

 

  • Doit-on nominer des femmes à tout prix même si leur talent est limité ? Cette sacro-sainte parité commence à me le briser.
  • combien de blonds, bruns, roux, chauves, grands, petits, avec un grand nez, de petites oreilles etc….. Au secours, ils sont devenus fou !
  • Ras le bol de cette parité partout. On désigne les meilleurs et les méritants, qu'ils soient hommes ou femmes, cela n'à pas d’importance. Bientôt la parité obligatoire pour les candidats aux prix littéraires…. Stop à cet égalitarisme bolchévique d'état.
  • La parité ! C'est bizarre mais ça ne fonctionne pas chez les ouvriers, les étudiantes en droit, en médecine, etc. Le "féminisme" est une escroquerie totale. Des femmes violées en masse par des migrants ? aucune féministe à l’horizon. Pas de femmes chez les nominés de la BD ? en voilà une cohorte !
  • La députée, Laurence Dumont, vice-présidente de l'Assemblée nationale, a envoyé il y a deux ans à toute sa circonscription, une carte de vœux où elle figurait au milieu d'un aréopage composé uniquement de femmes, une douzaine, de préférence issues de la diversité. A ma connaissance, ça n'a pas provoqué de scandale. Comme quoi, la parité, c'est toujours dans le même sens.
  • Donc le plus important n'est plus l'oeuvre mais le génotype de son auteur. Remarquable.

 

 

sexisme,bd,angouleme,festival,Un non-événement

Et j’en passe. 

Bon, il y a quand-même un avis différent:

 

  • L’humanité est constituée de 50% de femmes. Qu'y aurait t'il d'hurluberlu de constater la présence de femmes dans les sélections de manifestations culturelles?

Aucun problème pour qu’elles figurent dans une sélection culturelle. Cela fut déjà le cas à Angoulême, ça l’est ailleurs. Mais pas pour leur qualité femme: ce serait du sexisme à l’envers et un mépris de leur talent.

Aucune femme dans les trente nominés au Grand Prix 2016? Les Gorgones peuvent bien glousser, c’est un non-événement. Cela en deviendrait un si l’on instaurait en France un Ministère des Droits des Hommes, et pas seulement des femmes.

 

Ce n’est pas pour demain.

 

 

14:45 Publié dans Féminisme, société | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : sexisme, bd, angouleme, festival | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Moralité, pour un monde moins débile supprimons le marxisme !

Un bon slogan tien ;)

Écrit par : venim | 07 janvier 2016

Oui, moi aussi j'en ai ras le bol de l'idéologie paritaire à sens unique. Il est naturel de s'en tenir à la qualité de l’œuvre et non pas au sexe de la personne. Une promotion ne peut être acquise que par la compétence et non par l'appartenance à un groupe, une communauté, une catégorie. C'est le B.A.BA de l'égalité républicaine. Aujourd'hui, on assiste au retour des privilèges. On introduit des quotas pour permettre aux femmes d'être élues en nombre égal à celui des hommes, sans tenir compte des capacités et des mérites. L'égalité des droits laisse place à l'égalité numérique. Et tout cela pour faire plaisir aux féministes. La démagogie de notre classe politique en devient écœurante...

Écrit par : Henri | 07 janvier 2016

Il faudrait enquêter au delà de la pathologie cacophonique émotionnelle (un triple pléonasme?)de savoir si sexisme il y a comment et pourquoi en ayant les opinions du jury.
Par contre dans une situation plus sérieuse où il est admis que la violence est intrinsèquement"masculine" et où les hommes sont toujours coupables je ne vois pas beaucoup de censeurs.
Comme quoi la justice n est pas objective et encore moins quand c'est la connerie humaine qui fait foi.

Écrit par : miss beauf | 07 janvier 2016

@Henri

« On introduit des quotas pour permettre aux femmes d'être élues en nombre égal à celui des hommes, sans tenir compte des capacités et des mérites »

Je ne sais qui est "On" et dans quels cas pratiques le principe que vous énoncez est appliqué, mais une politique dite "égalitariste" se base sur *** l'absence de discrimination *** défavorisant l'un ou l'autre des représentants de chaque sexe, ce qui suppose que ... il est tout à fait possible que --- plus --- de femmes que d'hommes soient élues à une fonction partagée entre plusieurs membres.

Maintenant il existe des cas où c'est une *** volonté politique *** que de faire en sorte que LES femmes soient représentées dans une assemblée élue dotée de pouvoirs, pour évoquer et faire considérer les problèmes spécifiques que rencontrent les femmes dans le ou les domaines où ce pouvoir est exercé.

Personellement, je ne connais pas de cas d'assemblée élue, où il existe un quota minimum de représentantes du sexe féminin.

Si l'exemple que vous avez en tête, c'est par exemple l'existence d'un quota dans la constitution d'une liste électorale d'un parti, il s'agit d'une décision de la direction de ce parti, appliquée AU parti, PAS d'une décision modifiant le processus démocratique *** d'élection *** des membres d'une assembleé.

Ainsi, cela peut être la volonté d'une assemblée que d'élire une direction composée d'un nombre identique de membres du sexe masculin et du sexe féminin, ou de deux nombres différents. Dans les deux cas, il ne s'agit pas d'une élection unique avec un quota d'élues femmes, mais bien de deux élections distinctes, chacune visant à pourvoir les sièges réservés aux membres de chaque sexe.

Cependant, personne n'éxige de vous d'élire une femme à la direction, ou à un conseil ou comité de direction d'une association dont le but est explicitement voué à des problèmes spécifiquement masculins. Par contre, ce qui peut vous attirer des critiques bien senties, non pas de l'extérieur, mais de l'intérieur même de cette association, c'est si vous écartez toute candidature d'un membre de l'association du sexe féminin, quelles que soient les raisons invoquées, si celles ci ne s'appliquent pas de façon uniforme à --- tous --- les candidats, femmes ET hommes.

Écrit par : Chuck Jones | 08 janvier 2016

L'idéologie féministe dans sa splendeur le prochain festival il faudra autant d'homme que de femme sinon attention aux stéréotype et à l'image de la femme. Il faudra également un "Collectif des créateur de bande dessinées contre le sexisme." Depuis la dernière loi "égalité" homme femme (ou de discrimination positive contre les hommes) qui a été adopter avec un faible nombre d'homme, il y faut la parité partout (conseil d'administration, association, jury...) le slogan est pas paritaire ou féminin c'est sexiste. Les labels égalité c'est un nombre minimum de femme dans les recrutements et nombreuses actions spécifique pour les femmes. La parité comme cette exemple le montre c'est la représentation qui est favorisé a la place de la sélection. Il y a rarement des critiques quand c'est les hommes qui sont discriminé ou sont sous représenté comme le conseil d'administration de GDF suez, ou dans les université c'est le sexisme moderne "trop d'homme" c'est égalitaire "trop de femme" c'est sexiste.

Écrit par : Lafaux | 10 janvier 2016

@Lafaux

- « ... le prochain festival il faudra autant d'homme que de femme ... »

Pour faire quoi ?
Pour servir de décor ?
Evidemment, quoi de plus normal dans un festival d'art ?


- « Il faudra également un "Collectif des créateur de bande dessinées contre le sexisme." »

Vous faites erreur.
D'abord il s'appelle le "Collectif des CREATRICES de bande dessinée contre le sexisme".
Ensuite, c'est pas "Il faudra", puisqu'il existe DEJA aujourd'hui, et a été créé avant l'edition 2015 du festival d'Angoulême.


- « Depuis la dernière loi "égalité" homme femme (ou de discrimination positive contre les hommes) ... »

Contre la *** domination *** des hommes.
Acessoirement, qualifier cette discrimination de "positive", c'est l'opposer à une autre discimination, "négative" celle là, entretenue par ... les hommes ... contre ... les femmes.

- « ... qui a été adopter avec un faible nombre d'homme ... »

Voyons l'assemblée nationale française, qui a donc adopté la loi en question, compte 577 sièges ... occupés par ... 422 hommes.

C'est vrai que 422 hommes ne font pas du tout le poids face à ... 155 femmes.

- « il y faut la parité partout (conseil d'administration, association, jury...)»

De ce que vous citez, il n'est question dans la loi que vous citez, QUE d'une "parité" de "40% de femmes au moins" dans les conseils d'administration des entreprises et établissements publiques, et dans entreprises privées de plus de 250 employés.

http://femmes.gouv.fr/le-parlement-a-definitivement-adopte-le-projet-de-loi-pour-legalite-reelle-entre-les-femmes-et-les-hommes/

Écrit par : Chuck Jones | 10 janvier 2016

@ Chuck Jones
Pour faire quoi ?
Pour servir de décor ?
Evidemment, quoi de plus normal dans un festival d'art ?
Vous savez c'est ce genre de question qui peut être posé quand on considère qu'il faut nommer une femme car femme. Voir une discrimination ou inégalité à chaque fois c'est plutôt vouloir un égalitarisme.

Vous faites erreur.
D'abord il s'appelle le "Collectif des CREATRICES de bande dessinée contre le sexisme". Je ne fais pas erreur c'est quand ont fait un collectif pour les femmes ont peut en faire pour les hommes a près tout l'égalité n'est pas qu'une affaire de femme et du sexisme les hommes peuvent en être victime et de la part des femmes.

Voyons l'assemblée nationale française, qui a donc adopté la loi en question, compte 577 sièges ... occupés par ... 422 hommes.
Sur cette loi tout les femmes était majoritaire à voter ils ne siègent pas tous a chaque vote.
Il y la loi Copé avec les conseils d'administration (je ne suis pas pour, quand vous avez un sexe majoritaire dans le groupe,filière, c'est normal qu'ils soient plus représenté dans les fonctions dirigeantes)

Et la dernière :
http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article379&var_recherche=loi
23 juillet :
Titre V : il prévoit de nouvelles mesures élargissant la mise en place de la "parité". Il y en a de toutes les sortes : quotas pour les fédérations sportives, les instances publiques, aggravation des pénalités pour les partis ne respectant pas la règle aux élections, etc. La prétendue "parité" étant en fait un système de quotas sexués, tout ce qui a été voté sur le sujet représente un renforcement de la discrimination.

Pour les comités exécutifs comme la part des femmes ne peuvent pas être paritaire par la loi c'est sur les réseaux sociaux (et les femme présente dans les réseaux d'entreprise) que Mme Belkacem espérait une sensibilisation, c'est sur BFMTV Business pendant la journée de la femme entrepreneur. (distinction de genre au passage pour des personnes contres)

C'est vrai que 422 hommes ne font pas du tout le poids face à ... 155 femmes.
Vous faite erreur il ne s'agit pas de représenter un sexe mais de savoir ce qui est bon ou mauvais, de donner son avis et aujourd'hui les 155 femmes ne sont pas en infériorité c'est pas le sexe qui est important ou le poids sur la balance de chaque sexe mais les idées ou l'idéologie ici de politique. Mais il faut données les mêmes moyens ou soutien à chaque sexe et la cela ne veut pas dire une représentation identique il y a des différence entre un homme et une femme.
De plus ils existent pour le parlement deux délégations aux droits des femmes notons qu'il y en a pas pour les hommes (ni de ministère, délégué) pas les mêmes moyens.

Écrit par : Lafaux | 12 janvier 2016

Les commentaires sont fermés.