31 décembre 2015

Coup de chaleur au Pôle Nord

La température avoisinait hier le 0° au Pôle arctique. Alors qu’elle devrait être de -40° environ. De quoi faire transpirer les ours qui sautillent d’une plaque de glace à l’autre. Ils sont facétieux les ours: c’est à celui qui tient le plus longtemps sur une plaque avant qu’elle ne fonde. La créativité des plantigrades est illimitée.


Mét-31-12-01.jpgMais on s’en fiche des ours. Il disparaîtront avec le reste dans moins de 4 milliards d’années. Quand le soleil grossissant fera une omelette de tout ce qui vit. Pas de panique, il y a encore du temps, juste assez pour fêter la nouvelle année.

 

Alors c’est quoi cette température au Pôle Nord? Ils installent un Club Med? 

 

Non: c’est une situation météo exceptionnelle, dont j’ai déjà parlé il y a peu. L’Oscillation Nord-Atlantique a fait gonfler un anticyclone maousse costaud qui tient presque toute l’Europe jusqu’en Laponie, et creuse une super-dépression sur l’Islande.

 

Mét-31-12-02.jpgElle est connue la dépression d’Islande, c’est une habituée. Mais aussi puissante et vaste, c’est comme une grosse tempête. On la voit bien sur les images copies d'écran à différentes altitudes, tirées de earth.nullschool (cliquer pour agrandir). 

 

L’image 1 prise ce matin montre les vents au sol avec la température de l’air. Le bleu froid n’occupe qu’une portion très congrue de la calotte glacière. L’image 2 montre les vents seuls à la même hauteur. On voit l’air remonter du sud jusqu’au Groenland.

 

Mét-32-12-03.jpgÀ 500 hpa (l’altitude est mesurée en rapport à la pression moyenne de l’air), soit environ 5’500 mètres d’altitude, les vents sont plus forts à 164 km/h et mieux marqués. La dépression pousse l’air du sud au-delà du Groenland pendant qu’un autre courant domine l’Europe du sud-ouest vers le nord-est. Ce n'est donc pas du froid. 

 

À l’ouest de l’Espagne on voit l’anticyclone des Açores, qui rejoint celui centré sur l’est de l’Europe (zone allongée bleue depuis la Méditerranée). La situation est plus automnale qu’hivernale.

 

Mét-31-12-04.jpgSi l’on monte encore plus haut dans la troposphère, vers 10’000 mètres, soit environ 250 hpa, on rencontre le courant jet en rouge, le fameux jet-stream qui creuse les dépressions. Il est dans sa situation d’automne, trop haut et sinueux pour l’hiver. Il devrait se trouver plus bas afin de permettre à l’air froid d’atteindre nos région. 

 

Au lieu de cela on voit la puissance de ce jetstream qui pousse l’air jusqu’à la région du Pôle, où une dépression l’aspire encore un peu plus. On le voit aussi creuser fortement l’anticyclone de Russie.

 

Les hautes pressions font barrage: pas de grand froid en vue rapidement chez nous. L’effet d’El Niño est invoqué pour tenter d’expliquer cette situation de blocage très durable à nos latitudes. El Niño continuera en 2016, la planète entière est donc comme une cocotte minute. 

 

Mét-32-12-05.jpgSauf en Russie et les pays alentour, où une vague de froid est bien installée. Les températures oscillent entre -5° dans l’est de l’Allemagne et -15° à - 21° en Russie. Napoléon aurait adoré.

 

L’image 5 d’infoclimat.fr montre bien la situation globale sur l’Europe, et la limite chaud/froid verticale. L’Europe de l’ouest jusqu’au cercle polaire est dans la douceur.

 

Bah, un peu de douceur dans ce monde de brutes!

Et bonne année! Ce soir, billet spécial fêtes. Un peu acide. Il faut bien nettoyer la rouille de 2015...

 

 

10:23 Publié dans Météo | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Une autre coup de chaleur, il y a 75 ans. Pourtant, l'ours polaire ainsi que l'humanité ont survécus. Le 24 décembre 1940, Minneapolis a souffert sous une chaleur de 7 °C alors que les températures y sont plutôt au dessous de zéro en décembre.
http://www.climatedepot.com/2015/12/30/flashback-1940-ny-times-santa-claus-ran-into-some-of-the-strangest-weather-of-his-career-as-he-flies-through-all-time-record-high-temps/

Écrit par : Ben Palmer | 31 décembre 2015

Merci pour le lien d'archive, Ben. C'est toujours intéressant les archives, elle donnent du recul.

Ici un lien vers les pressions aujourd'hui dans le monde. La montée plus chaude sur l'Atlantique est très localisée et ne concerne pas l'ensemble de l'0hémisphère nord.

www.wetterzentrale.de/pics/Rwavn001.gif

Écrit par : hommelibre | 31 décembre 2015

Quoi qu'il en soit, cette élévation régionale de la température n'a aucun rapport avec le CO2, étant donné que selon les papiers du GIEC, le CO2 est un gaz uniformément réparti (well mixed) dans l'atmosphère: par conséquent l'élévation devrait aussi être mesurable partout.

Écrit par : Ben Palmer | 31 décembre 2015

Et très peu de cyclones majeurs pour cette année El Niño. Surprenant, l'inverse était annoncé.

Écrit par : hommelibre | 31 décembre 2015

Comme quoi la météorologie est une science inexacte ...

Écrit par : sahara au pôle nord | 02 janvier 2016

Bonne année à tous, et des voeux particuliers à vous, hommelibre.

« Et très peu de cyclones majeurs pour cette année El Niño. Surprenant, l'inverse était annoncé. »

Pourtant les tornades ont commencé fort cette année aux Etats-Unis.

Écrit par : Chuck Jones | 03 janvier 2016

Merci Chuck, de même pour vous.

Ah, ces tornades de décembre! On a déjà oublié celles de Noël 2014. Et dans l'ensemble ce fut une année plutôt sous la moyenne côté tornades. J'en parle dans quelques jours.

Écrit par : hommelibre | 03 janvier 2016

Des sauts de température au pôle nord ne sont pas rares, elle durent en général juste quelques jours. C'est ce qu'on appelle "le temps". Des sauts d'une ampleur comparable, il y en a eu plus que 70 depuis 1958; rien qu'en 1959 il y en eu deux! Mais les températures de l'arctique restent tout de même largement au dessous de 0°C.
Les journalos qui ne regardent pas plus loin que la machine à café dans leur bureau sont visiblement mal renseignés.

Écrit par : Ben Palmer | 04 janvier 2016

Les commentaires sont fermés.