17 décembre 2015

Jeff Koons, artiste peut-être, gagman sûrement

Il est l’artiste vivant le plus cher au monde. Signe de la perte de goût et de discrimination dans le domaine de l’art. Car, il paraît que c’est de l’art. Quelle définition faut-il en donner? Le dico en ligne cnrtl.fr dit ceci à propos de l’art:


jeff koons,art plastique,beauté,subjectif,clownQu’est-ce que l’art?

« Ensemble de moyens, de procédés conscients par lesquels l'homme tend à une certaine fin, cherche à atteindre un certain résultat. »

Et précise: P. oppos. à la nature ,conçue comme puissance produisant sans réflexion (Lal. 1968) et à la science, conçue comme pure connaissance indépendante des applications.

Si l’on parle de l’art non comme un savoir-faire abouti ou une habileté, par exemple un ouvrage d’art ou l’art médical, mais comme une représentation artistique, le cnrtl ajoute:

« Expression dans les œuvres humaines d'un idéal de beauté.

  • Correspondant à un type de civilisation.
  • Correspondant à une catégorie sociale (origine ou destination).
  • Correspondant à une vision, à une conception propre à l’artiste. »

Ces précisions permettent évidemment d’accepter une grande variété d’expressions comme étant de l’art. Suffit-il qu’une pièce soit unique pour qu’elle soit classée dans l’art, parce qu’elle serait issue de la vision d’un artiste? C’est un peu court mais pas impossible.

 

 

jeff koons,art plastique,beauté,subjectif,clownLa pédagogie dans l’art

Qu’est-ce qu’un idéal de beauté? Un sentiment du beau. Doit-il être partagé? Si possible, sans quoi l’artiste ne communique pas avec le public. Car il y a dans l’art une intention philosophique par rapport au beau mais aussi pédagogique. En montrant son travail, l’artiste définit le beau et l’enseigne. Il pourrait faire une oeuvre dans la nature, sans en parler, sans la montrer ni la vendre. Ce serait aussi une forme de philosophie mais sans pédagogie.

Jeff Koons montre des oeuvres reproduisant des images déjà existantes. Rien d’exceptionnel: les portraits et les natures mortes font de même. Ce qui sert de modèle, on le voit sur les images ici et sur son site, ce sont par exemple les petits chiens en ballons gonflables que clowns et illusionnistes font pour les enfants dans les foires.

Matière lisse et brillante, couleurs pétantes: le visuel est percutant. Mais quel est l’intérêt philosophique et pédagogique? La beauté selon l’artiste? Pourquoi pas. Mais enfin, reproduire quelque chose qui est déjà une reproduction, et une reproduction stéréotypée, sans travail de recherche profonde sur l’image, son sens, son inscription dans un temps, je trouve que cela tient plus du gag que de la création artistique. Même la traditionnelle femme nue, vantée depuis longtemps par Playboy et la page 3 de certains magazines et aujourd’hui par les stars pop, figure dans sa panoplie. Elle n’éveille même plus d’émotion. Qu’en plus ces oeuvres soient celles qui se vendent le plus cher au monde pour un artiste vivant, c’est de l’usurpation.

 

 jeff koons,art plastique,beauté,subjectif,clown
Relativisme?

On peut dire que tout est relatif. On peut même aimer ces représentations de représentations comme on aime Super Mario. Je ne juge pas celui qui regarde mais celui qui produit. J’ai longtemps admis le relativisme esthétique et philosophique: tout se vaut, la beauté est subjective. Aujourd’hui j’ai changé de point de vue et je pense autrement.

On peut en rester au fait qu’une oeuvre d’art n’a pas à se justifier. Mais qu’est-ce qui définit une oeuvre d’art? Si je peins un cailloux et que je le vend un million de francs, je trouverai peut-être preneur. La valeur ne sera que marchande. Le collectionneur aura réalisé un investissement et son prix donnera valeur à mon caillou. Mais qu’aurait-je vraiment créé, comment aurai-je travaillé la matière pour rendre un message philosophique et pédagogique? Rien, du vide conceptuel. J’aurai posé et fait posé le regard sur un objet, sans plus, sans lui ajouter un sens. 

Jeff Koons nous renvoie à nous-même, comme certains artistes dits modernes. Comme si la modernité était une valeur en soi! Mais si c’est nous, public, qui devons donner la valeur et le sens de l’oeuvre, alors c’est l’artiste qui devrait nous payer. 

 

 

jeff koons,art plastique,beauté,subjectif,clownLe droit de juger

Koons n’apporte pas de vision au-delà d’une esthétique déjà existante. On dirait du Photoshop en trois dimensions. Il n’y a à mon avis plus assez d’exigences, de discrimination dans l’art – et pas seulement dans l’art. Aujourd’hui je dis que nous avons le droit de juger de la valeur philosophique d’une oeuvre, sa valeur marchande n’indiquant rien sur ce point. 

On peut ne pas être d’accord avec un jugement émis mais je refuse d’accepter en silence que de telles idioties soient représentatives de l’art aujourd’hui. Il n’y a aucun message de beauté au-delà de cette lisse frontière du plastic, de la reproduction de reproductions, aucun message philosophique ou pédagogique. L’oeuvre est fermée sur elle-même. 

Et je n’accepte pas l’idée que cela, justement, soit représentatif de notre monde. C’est uniquement représentatif d’un système visuel qui fait gagner beaucoup d’argent à Jeff Koons. Posons des jugements comme des balises, puis débattons-en. Mais ne laissons pas sans rien dire quelque chose qui à mon sens usurpe le titre d’oeuvre d’art.

Parlons plutôt de gag visuel.

 

12:46 Publié dans Art, Art et culture | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : jeff koons, art plastique, beauté, subjectif, clown | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Ouf je me sent enfin moins seule, merci John. Bonne fin de journée.

Écrit par : grindesel | 17 décembre 2015

Une oeuvre d'art se défini en tant que telle , aussi parce qu'elle est habillée du souffle dynamique de sa création, qui fait réagir la subjectivité du spectateur.

Les racines de l'art proviennent de ce besoin cathartique de l'homme, il y a plus de 40 000 mille ans, à faire surgir des ressentis intérieurs dans une action créatrice d'expression.
Catharsis, exploration, représentation chamanique, sacré; cette activité a très probablement participé à développer notre cerveau, notre conscience et même par la suite nos capacités d'inventions technologiques.

A travers les millénaires, sans interruption, l'art continue de convoquer les sens et leurs interprétations par le public. Même un portrait ou une nature morte nécessite une interprétation impliquant une originalité du coup d'oeil sur les formes, la lumière ou les couleurs.

En ce sens l'art participe au développement de la culture humaine, puisqu'elle questionne autant qu'elle propose une interprétation de l'esprit comme des sens.

Je ne vois effectivement rien de ce genre dans ce travail de Jeff Koons

Écrit par : aoki | 17 décembre 2015

@hommelibre

« Il n’y a à mon avis plus assez d’exigences, de discrimination dans l’art – et pas seulement dans l’art. »

Exigences exprimées par qui, John ?

Discrimination menée par qui ? Pour qui ?

Peut-être est-ce parce que ...

... écrire et discriminer sont eux-mêmes des arts, et que ...

... les exigences et discriminations dont tu regrettes l'absence, ...

... n'ont pas satisfait les exigences, ...

... ni échappé à la discrimination ...

... de quelqu'un d'autre ?

Écrit par : Chuck Jones | 17 décembre 2015

Oh pas mal de gens peuvent exprimer des exigences ou des analyses discriminantes dans le bon sens du terme.

D'abord on peut dire qu'on aime ou non. Puis qu'on trouve ça moche ou non. Puis qu'il faut être con pour chanter des millions un truc pareils.

Puis il y a des gens qui enseignent, des profs d'art et autre, qui ont étudié les choses. Puis il y a des libres penseurs qui ont aussi une analyse. Plus tous ceux qui, sans avoir bac plus 20, observent le monde, s'informent, réfléchissent.

Bref, pas mal de gens.

Oui, bon, le final est tiré par les cheveux. On arrive au relativisme, tout se vaut ou tout le monde a la même capacité de vision et d'analyse. Moi je ne le crois pas. Le sens critique s'aiguise, se travaille.

Écrit par : hommelibre | 17 décembre 2015

coucou Homme Libre,
j'étais en train de me dire que le message philosophique c'était ptre qu'il ne fallait pas chercher de sens mais sinon je trouve ça très esthétique les trucs gonflés en plastic,ça a de la prestance, ;))) bizzouxxx!!!

Écrit par : Sarah | 17 décembre 2015

Coucou Sarah,

ça alors... Jeff Koons sera-t-il cause de notre première scène de ménage?¿...
Oooohhhh....

D'accord, ces arrondis sont mignons et les couleurs pétantes. Je vous en offrirais bien un pour l'anniversaire de notre rencontre (informatique), mais il faut que je vous achète une pièce supplémentaire pour le mettre dedans.
....

:-DDD

Bizzzouxxx!!!

Écrit par : hommelibre | 18 décembre 2015

Les commentaires sont fermés.