09 décembre 2015

Super Marion a raison : il faut délégitimer le Planning familial

Marion Maréchal Le Pen – MMLP – a proposé de supprimer les subventions au Planning familial. Une courte polémique s’en est suivie. L’avocat Thierry Collard est intervenu. Il a nuancé les propos de Super Marion. Pourtant Super Marion a raison.


front national,MMLP,le pen,planning familial,Planning Familial

Beaucoup de personnes pensent que sous ce nom il y a un concept général, comme on parlerait de « politique familiale », et dont la mise en pratique est assurée par l’Etat. Il n’en est rien.

Le Planning familial est comme une marque, une association privée mandatée par l’Etat. Ses premiers objectifs étaient de soutenir l’avortement et la contraception. Depuis elle s’est radicalisée. Aujourd’hui cette association privée est devenue un outil de propagande politique.

Elle prend par exemple part dans le débat du genre en affichant une posture ouvertement politisée dans la droite ligne du féminisme radical et des groupuscules LGBT de l’ultra-gauche. Que lit-on sur le site de cette association:

« Or omettre, voire occulter les dimensions affectives et relationnelles de la sexualité, ainsi que l’hégémonie de la norme hétérosexuelle et l’impact de l’assignation aux rôles sociaux des femmes et des hommes, perpétue les inégalités femmes/hommes et la stigmatisation de l’homosexualité. »

 

front national,MMLP,le pen,planning familial,Idéologie du genre

L’idéologie du genre n’est en rien une vérité scientifique. C’est un parti-pris minoritaire, jamais démontré, jamais passé par de vastes débats de société. Le Planning familial (©) prend ici part à la déconstruction des normes et valeurs de notre civilisation. Car il y a bien une norme hétérosexuelle dans la reproduction. Toute reproduction, même dans un couple gay, suppose qu’il y ait à un moment une forme d’hétérosexualité. Le contester est juste une folie sociale. La norme de principe doit être défendue avec vigueur. Cela ne rejette personne tout en remettant les notions à l’endroit.

Plus loin le PF ajoute:

« Ainsi, d’un côté l’affichage de "libération des mœurs" soumet notre quotidien à une hypersexualisation, une banalisation du discours et de l’imagerie pornographique empreinte de sexisme, assortie d’une quasi injonction à la liberté sexuelle et au plaisir. Et d’un autre côté, la persistance d’un ordre moral prônant des valeurs familiales, patriarcales et homophobes s’accompagne plus généralement d’un recul net sur des avancées conquises pour le droit des femmes. »

On ne peut être plus clair: les valeurs familiales seraient associées au patriarcat et à l’homophobie, et l’ordre moral qui en découle serait de nature à faire reculer les « droits des femmes ». Il faut donc détruire la famille pour que vivent libres les gay et lesbiennes.

 

front national,MMLP,le pen,planning familial,Anticonstitutionnel

Il n’y a pas de doits des femmes, il n’y a que des Droits humains, des droits non genrés. Toute autre formulation est un communautarisme contraire à la République. Le Planning familial, comme la majorité des groupes féministes, est donc en contradiction patente avec la Constitution. C’est d’autant plus grave que ce groupe (cette secte devrait-on dire) est payée par les impôts des hommes et des femmes de France.

Il faut dire que cette radicalisation féministe du PF est entretenue par une gouvernance de 8 femmes sur les 9 dirigeants. Il semble que les socialistes n’aient pas poussé la parité là où elle pourrait les déranger.

Le PF revendique d’ailleurs une relation à la société « engagée et militante », lutte contre la violence dans le couple en ne voyant que les victimes femmes, et affirme son identité (eh oui, il y a partout une identité):

« Le Planning Familial, association féministe… »

La messe est dite: depuis des décennies le Planning familial, groupe privé payé par l’Etat, diffuse des valeurs moralement malsaines. On ne peut être militant d’une cause qui se discute dans la société, et garantir la neutralité voulue par l’Etat.

Super Marion a raison. Ça doit en énerver. Et ce n’est pas le Front National qui est contraire aux valeurs de la République, c’est le Planning familial, qui devrait se voir retirer son mandat voire même être dissous.

 

 

16:42 Publié dans Féminisme, Politique | Lien permanent | Commentaires (83) | Tags : front national, mmlp, le pen, planning familial | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

HL, après ces politiques pour soutenir des "ouais ben c'est pas de ma faute si chsui enceinte", va falloir s'attaquer aux prises en charge gratos "pour raisons médicales" des prothèses de seins posées pour "motifs dépressifs", des lipo & autres réductions gastriques, des "j'y peux rien c'est pas ma faute"

A moins que
De la médecine préventive qui ne favorise la prise de chimiques, de la bonne connaissance des fonctionnements de son corps et de sa tête, ça peut prévaloir et exister chez nous, ici et maintenant?

question de politiques.. quand on parle de l'environnement, ça commence par le point zéro: soi-même

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 09 décembre 2015

Dans la même veine, j'ai pensé à vous l'autre soir quand j'ai vu ça au journal de 20h de France2.

http://www.francetvinfo.fr/societe/education/mathematiques-comment-les-idees-recues-changent-elles-le-cerveau-des-filles_1212967.html

On prétend que c'est parce que la société leur répète inlassablement qu'elles sont nulles en maths que les filles le sont. Et l'expérience avec l'IRM est censée le prouver. Ca me paraît totalement inversé parce que je n'imagine pas un professeur de maths annoncer: "Les filles surtout ne vous fatiguez pas à essayer de comprendre mon cours, vous n'avez de toute façon pas les capacités nécessaires. Alors allez plutôt jouer à la marelle ou à la poupée!" Il est vrai que le fait de recevoir des mauvaises notes quand on s'est donné de la peine est très démotivant. Mais cela ne fait que sanctionner l'échec et ce n'est pas la sanction qui est la cause de l'échec. D'autant plus que c'est aussi vrai pour les garçons que pour les filles, donc ça n'explique rien du tout.

Et même si c'était le cas, je trouve qu'elles seraient bien faibles de caractère d'accepter sans broncher un discours aussi misogyne. D'ailleurs c'est oublier que certaines filles sont très bonnes en maths et que le seul fait d'être en moyenne moins bonnes en maths (ce qui reste à démontrer) n'explique pas leur sous-représentation dans les grandes écoles techniques. Elles sont par exemple bien moins sous-représentées dans les branches scientifiques ou médicales, nécessitant pourtant un bon niveau en math elles aussi. Et comment expliquer que les femmes soient encore plus sous-représentées dans des professions techniques à caractère manuel ne nécessitant pourtant que très peu d'aptitudes pour les mathématiques ?

Pour moi le problème n'est pas les maths, mais leur désintérêt pour les disciplines techniques. Nous n'avons tout simplement pas les mêmes centres d'intérêt et nous ne faisons donc pas, en général, les mêmes carrières.

Écrit par : Kad | 10 décembre 2015

@ Kad

tout à fait vrai, mais les féministes sont tellement connes quelles ne veulent pas admettre que les hommes et les femmes sont différents.

"Malgré plusieurs décennies de « girl power« , les femmes montrent peu ou pas l’envie de pénétrer de nombreux domaines traditionnellement masculins. Le Bureau of Labor Statistics rapporte que plus de 90 % des travailleurs dans le bâtiment, électriciens, mécaniciens de l’aviation, éboueurs, grutiers, pompiers, plombiers, tuyauteurs, réparateurs de lignes de télécommunication, et ingénieurs électriques sont des hommes. Ce sont encore des hommes qui déposent plus de 90 % des brevets."

https://jcdurbant.wordpress.com/2014/01/01/camille-paglia-si-la-civilisation-avait-ete-laissee-aux-mains-des-femmes-nous-vivrions-encore-dans-des-cases-en-paille-how-ignoring-biological-differences-undermines-western-civilization/

Écrit par : leclercq | 10 décembre 2015

Et on attend toujours une vocation masculine plus représentative dans les métiers suivants (inférieure à 10%):

- Aides à domicile, assistants maternels (services à la personne)
- Secrétaires
- Secrétaires de direction, assistants de direction
- Employés de maison, aides de ménage (tâches ménagères)
- Aides-soignants
- Instituteurs, professeurs des écoles (maternelles, primaires)
- Aides comptables, aides sociales, aides juridiques
- Esthéticiens

Viennent ensuite (représentation inférieure à 25%):

- coiffeurs (~12%)
- infirmiers (~13%)
- assistants comptables, assistants sociaux, assistants juridiques (~15%)
- caissiers et employés de libre-service (~22%)
- employés de banque, employés d'assurances (~23%)
- employés administratifs d'entreprise (~23%)

Écrit par : Chuck Jones | 10 décembre 2015

@ Chuck Jones

"Et on attend toujours une vocation masculine plus représentative dans les métiers suivants (inférieure à 10%):"

l'on attend !! les féministes avec leurs délires attendent !!!

et bien quelles continuent d'attendre, au moins ça les occupe.

c'est bien qu'il existe encore des femmes honnêtes pour dénoncer l'imposture féministe.

".Une rancune mesquine et hargneuse contre les hommes a été l’une des caractéristiques les plus désagréables et injustes du féminisme de la deuxième et de la troisième vague. Les fautes, les défauts et les faiblesses des hommes ont été saisis et décuplés par d’affreux actes d’accusation."

Écrit par : leclercq | 10 décembre 2015

@Kad

- « Pour moi le problème n'est pas les maths, mais leur désintérêt pour les disciplines techniques. Nous n'avons tout simplement pas les mêmes centres d'intérêt et nous ne faisons donc pas, en général, les mêmes carrières. »

Et les hommes, comment décrivez vous le leur, de désintérêt ?

Écrit par : Chuck Jones | 10 décembre 2015

Chuck,

Pourquoi donc faudrait-il une égale représentation numérique dans tous les métiers? Pourquoi n'y aurait-il pas, pour quelque raison que ce soit, des préférences sexuées? Pourquoi les femmes sont-elles plus dans les soins que les hommes? Va savoir, cette foutue @&%*!!! de maternité y est peut-être pour quelque chose.

Non que les camps soient étanches, mais il semble bien y avoir des prévalences.

https://www.unige.ch/fapse/sensori-moteur/lcdb/fg/

Et même si tout cela n'était que culturel, ce serait aussi bien, car il a toujours été préférable d'éduquer les garçons comme futurs soldats, les mères portantes ou potentielles devant être protégées pour la survie du clan.

Écrit par : hommelibre | 10 décembre 2015

En Suisse, les féministes des années septante demandaient qu'à travail égal corresponde salaire de même.

En revanche les féministes pas atteintes mentalement ne niaient jamais la différence entre hommes et femmes.

En revanche,il semblait utile d'informer les jeunes filles concernant leur sexualité (les mères d'alors, en grand nombre, étant encore gênée d'"en parler")!

La problématique, avec les plannings, était le non respect du ressenti puis, pour le plus grand bien de l'ado, l'indifférence à la volonté parentale concernant le vécu sentimental des filles lesquelles dès 13-14 ans obtenaient sans autre la "pilule"!

Peu importait leur âge, leur âge mental, leur maturité (visites au planning sans en parler aux parents).

Une aberration.

Ce d'autant plus qu'à la maison "pilule" en poche tant de filles narguèrent mères et pères.

Pour, concernant ces filles, toujours, leur plus grand bien?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10 décembre 2015

Chuck, les femmes ont des dons plus élevés que les hommes pour la communication, pour l'organisation. Elles sont douées d'une plus grande empathie. Ca se ressent naturellement dans les carrières qu'elles choisissent. Bien sûr il ne faut pas faire des généralités. Mais avouez quand même qu'aucune carrière ou presque n'est fermée à l'un des deux sexes. (sauf l'esthéticien, je ne pense pas que le pauvre aurait beaucoup de clientes...) Donc je ne vois aucune raison sociétale pour expliquer les disparités.

Mais en moyenne, les hommes et les femmes se dirigent plus ou moins vers certaines carrières. Je ne parle bien sûr pas de métiers tels que les employé(e)s de maison qui ne font en général pas cela par choix, mais de personnes qui font des études puisque c'est de cela que parle le reportage. Les femmes sont plus intéressées par des métiers de l'économie, des finances, de la communication, du droit, de la gestion de ressources humaines. Elles se tournent aussi plus facilement vers des métiers médicaux ou d'assistance. En revanche elles ne s'intéressent que très peu à la technique.

Écrit par : Kad | 10 décembre 2015

@leclercq

« Tout à fait vrai, mais les féministes sont tellement connes quelles ne veulent pas admettre que les hommes et les femmes sont différents. »

Et les leclercqs ?
Est-ce que tous les leclercqs sont aussi con que vous ?
Vous qui ne voulez pas admettre que les femmes sont parfaitement capables d'exercer n'importe quel métier qu'un homme est lui-même capable d'exercer, quelles que soient les différences entre hommes et femmes ?

ET, vous êtes ENCORE hors-sujet pour déverser votre mépris.

Écrit par : Chuck Jones | 10 décembre 2015

@ Chuck Jones

je ne suis pas hors sujet, et la politesse vous l'avez apprise où, on n'a pas garder les cochons ensemble à ce que je sache.

votre façon de faire l'empêcheur de tourner en rond devant des évidences qui apparemment n'en sont pas pour vous, vos écrits on dirait dans certains domaines les écrits d'une féministe radicale, ce constat n'enlève rien à votre grande culture quoique déconnectée dans certains cas de la réalité de terrain.

"les femmes sont parfaitement capables d'exercer n'importe quel métier"

déjà la majorité n'a nullement envie d'exercer certains métiers que ça vous plaise où non, et les femmes ne sont pas capables d'exercer n'importe quel métier, la majorité des femmes n'a pas les aptitudes physiques pour exercer certains métiers. dans l’espèce humains il y a un grand dimorphisme sexuel.

Écrit par : leclercq | 10 décembre 2015

John,

- « Pourquoi donc faudrait-il une égale représentation numérique dans tous les métiers? »

Deux questions en une ...

Petit a) Moi-même, je ne revendique aucune égalité de représentation.

Petit b) Comme objectif féministe, c'est un but que je comprends, et que je soutiens à 100%, pour chaque métier, afin d'identifier et abattre les obstacles discriminatoires structurels, systémiques et abusifs qui viendraient empêcher les femmes d'accéder à un métier donné. Une fois cet objectif atteint, ce besoin de parité n'est plus justifié et ne retrouve une justification légitime que très périodiquement (tous les 10 ans ?) dans une démarche de contrôle d'intégrité du système, ou en cas de constat flagrant de discrimination. Naturellement, je soutiens de façon équivalente la réciproque pour les métiers dits "de femme".

En revanche, je m'oppose résolument à toute idéologie qui vise à contrôler les relations, quelles qu'elles soient, entre individus adultes consentants et capables de discernement, hommes ou femmes, en dehors de dispositions professionnelles légales.


- « Pourquoi n'y aurait-il pas, pour quelque raison que ce soit, des préférences sexuées ? »

Mauvaise question, John! (A laquelle je vous réponds néanmoins ... "Faute de preuve suggérant le contraire ... c'est possible. Et alors, ca prouve quoi ?")

La bonne question c'est ...
Il y a t-il un seul métier qui garantit l'absence de toute discrimination sexuelle institutionelle ?


- « Pourquoi les femmes sont-elles plus dans les soins que les hommes? »

Pas que cela soit inintéressant, mais quel intérêt dans la critique du mouvement féministe d'égalité des droits (mouvement que des esprits malveillants tentent de faire passer pour une religion ou une idéologie politique) ?

Quelle que soit la réponse, comment peut-elle être une justification légitime d'une discrimination sexuelle dans un métier dit "d'homme", ou la réciproque ?


- « Et même si tout cela n'était que culturel, ce serait aussi bien, car il a toujours été préférable d'éduquer les garçons comme futurs soldats, les mères portantes ou potentielles devant être protégées pour la survie du clan. »

Ha!
Et vous ne vous êtes jamais posé la question ... Et si c'était les femmes qui poussaient les hommes à la guerre en leur faisant croire cela ?

Vous les croyez aussi moins cruelles que les hommes ?

Je vous souhaite de délicieux rêves, Hommelibre.

Écrit par : Chuck Jones | 10 décembre 2015

@leclercq


- « je ne suis pas hors sujet, ... »

C'est une opinion personnelle de ma part. Pas une accusation.
Quelle soit vraie ou fausse ne vous interdit aucun propos.
Vous pouvez me croire ou pas, c'était vraiment pour vous aider à améliorer votre rapport signal qualité/bruit.
Et pour éviter le détournement de thèmes et de problématiques originaux et intéressants introduits par hommelibre en duels partisans simplistes conservateur/progressiste comme vous êtes coutumier.
De nouveau, ce n'est pas une accusation ou un réquisitoire, c'est une opinion personnelle que nul n'a d'obligation à partager.


- « ... et la politesse vous l'avez apprise où, on n'a pas garder les cochons ensemble à ce que je sache. »

Bon, pris sur le fait.
J'avoue, j'ai présumé.
La paraphrase vous a échappé ou vous auriez compris que faire des généralisations, c'est courir le risque de provoquer des individus qui croient facilement être personnellement visés par des propos méprisants d'un inconnu.
J'ai eu tort.
Mea culpa, mea maxima culpa.
Je vous présente mes très humbles excuses, Monsieur leclercq.


- « ... votre façon de faire l'empêcheur de tourner en rond ... »

Oui, vous avez raison.
Les idées préconçues sont mes moulins à vent.
Difficile à les regarder sans réagir ...
Mais impossible de leur tourner le dos ...
Combien de charges inutiles ...
Je ne m'en lasse jamais.
Peut-être quand je serai vieux ?
Mais en attendant ...


- « ... les femmes ne sont pas capables d'exercer n'importe quel métier, la majorité des femmes n'a pas les aptitudes physiques pour exercer certains métiers. ... »

Et en dehors d'inséminateur humain naturel, quels sont donc ces métiers qui leur sont physiquement inaccessibles, Monsieur leclercq ?

- « ... dans l’espèce humains il y a un grand dimorphisme sexuel. »

C'est vrai.
Et en dehors de mère porteuse et nourrice, voyez vous un autre métier qu'un homme ne peut physiquement pas faire ?

Écrit par : Chuck Jones | 10 décembre 2015

@Myriam Belakovsky

- « En Suisse, les féministes des années septante demandaient qu'à travail égal corresponde salaire de même. »

« En revanche les féministes pas atteintes mentalement ne niaient jamais la différence entre hommes et femmes. »

Euh ... je ne suis pas très sûr de vous avoir compris ...

Ai-je bien lu dans votre comentaire que demander "A travail égal, salaire égal" est le résultat d'un handicap mental ?


- « ... la volonté parentale concernant le vécu sentimental des filles ... »

Est-ce moi qui vous ai mal compris, ou vous qui n'avez pas compris le rôle des "planning familial" pour les jeunes filles ?

Car c'est bien connu, les jeunes filles ne couchent qu'avec l'assentiment de la "volonté parentale".

Evidemment, c'est la faute des jeunes filles si elles couchent sans ...


- « Une aberration. »

Oui, c'est bien ce qu'on a voulu nous faire croire.
Mais en réalité, c'est une vraie abomination ...

http://www.rtbf.be/info/societe/detail_des-bebes-arraches-a-leur-mere-dans-des-couvents-dans-les-annees-70?id=8367423

http://www.letemps.ch/monde/2014/06/04/centaines-corps-enfants-localises-un-couvent-irlandais

https://www.rts.ch/docs/histoire-vivante/a-lire/3314307.html/BINARY/histoirevivante_ve050811.pdf


- « Ce d'autant plus qu'à la maison "pilule" en poche tant de filles narguèrent mères et pères. »

Les filles menaçaient leurs parents de ne pas prendre la pilule et de tomber enceinte ?


- « Pour, concernant ces filles, toujours, leur plus grand bien? »

Non, vous n'avez vraiment pas compris le rôle du planning familial.
Pour éviter un plus grand mal (voir les articles ci-dessus).

Écrit par : Chuck Jones | 11 décembre 2015

@Chuck Jones

Vous avez mal lu (et sans doute le savez aussi bien que moi). Atteintes mentalement les féministes qui auraient prétendu être sans différences avec les hommes!

Je ne commenterai pas davantage sinon pour préciser qu'ayant en tant que féministe MLF participé à la création d'un planning à CH Renens où à l'époque il n'y avait aucun gynéco je sais exactement de quoi je parle.

Egalement par métier, éducatrice, d'une part, et mère de famille, de l'autre.

Les filles tellement souvent mal informées ignoraient que ce n'est pas le nombre de fois qu'elles vivaient une pénétration avec leur partenaire qui leur ferait courir le risque d'être enceinte: une seule pénétration au fin moment de leur cycle suffirait amplement!

Il s'agissait donc en premier lieu d'éviter les grossesses non désirées.

En second, s'ensuivant, d'éviter les avortements à l'époque encore délictueux et juridiquement punissables.

Les féministes travaillèrent également en ces années septante (et l'obtinrent) à la fin de l'avortement compris comme délit mais, selon les militantes, dont j'étais, "uniquement lorsqu'il n'y a pas d'autre solution" c'est-à-dire que la mère ne peut ou ne veut vraiment pas avoir un enfant lequel non désiré risquerait ensuite d'en souffrir toute sa vie.

L'avortement, de notre point de vue, ne devrait jamais devenir un moyen de contraception!


Tel était alors, dans les années septante, l'aspect indiscutable, irréprochable des plannings.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11 décembre 2015

Chuck,

Aujourd'hui la doxa égalitariste pousse à relire sous un jour très politisé le système d'organisation sociale qui a prévalu. La répartition des rôles a été mise en place, à mon avis parce que cette économie de complémentarité était performante. Les humains ne sont pas idiots et de ne privent pas de ce qui peut leur apporter un bénéfice.

Par ailleurs, à d'autres époques, beaucoup de métiers étaient pratiqués par les femmes et les hommes: agriculture, élevage, artisanat, commerce. Seuls des métiers très particuliers étaient réservés à un sexe ou à l'autre: les hommes ne s'occupaient ni de l'accouchement et des soins à la naissance, ni des soins aux morts. Les femmes ne faisaient pas la guerre ni ne travaillaient dans les mines (sauf au début en France mais cela a vite été abandonné).

Donc les empêchements structurels sont moins importants qu'on ne le dit. Mais il est vrai aussi que cette économie de répartition a fait des insatisfaits et insatisfaites. Mais imaginez que dans 100 ans un nouveau courant propose une nouvelle répartition complémentaire: ses partisans seront ostracisés et tournés en ridicule, comme dans le passé pour ceux et celles qui voulaient moins de répartition. Les sociétés sont ainsi faites.

L'empêchement structurel n'est plus guère de mise puisque la tradition de répartition complémentaire qui la sous-tendait a été abandonnée. Sauf qu'il y a de drôles d'effets pervers à "l'égalité": le nivellement par le bas dans certains corps de métier, comme les pompiers ou les marine's. Les femmes ne peuvent réaliser les mêmes performances physiques que les hommes, cela a été récemment un débat aux USA, alors on a abaissé le seuil des exigences...

Qu'elles bossent dans les bureaux, tranquilles et bien payées, comme dans le bâtiment (presque aucune femme sur le terrain malgré des campagnes d'incitation comme en Norvège), cela évitera de faire baisser le niveau d'exigence. Le sale boulot aux hommes? On a l'habitude. Rien de révolutionnaire.

D'accord avec votre question de fin:

"Et si c'était les femmes qui poussaient les hommes à la guerre en leur faisant croire cela ?"

Je pense que tout système et toute organisation de la vie est un choix collectif. L'humanité a toujours eu besoin de collaborer, donc, n'aimant pas infantiliser les femmes et ayant une bonne opinion générale d'elles, je pense qu'elles ont choisi elles aussi le système de répartition. Pour un bénéfice, n'en doutons pas! Celui déjà qu'elles survivent et que l'espèce survive, car trop de femmes tuées à la guerre cela menaçait la survie d'un clan. D'ailleurs quand on lit la bible les vainqueurs tuaient les hommes mais gardaient les femmes, car elles étaient une richesse.

Le fait que les femmes du XXe siècle aient influé fortement sur la société montre en tous cas que si les femmes veulent quelque choses elles savent l'obtenir. Il n'y a pas de raison de penser qu'il en ait été autrement dans le passé et donc les systèmes précédents doivent être considérés comme un choix de l'ensemble des société, pas des seuls hommes sous l'effet d'une supposée "domination" dont on voit mal les raisons et l'intérêt économique dans une société qui a été longtemps marquée par la survie grâce à la collaboration. Ce qui fait tomber toute la revendication victimaire.

Écrit par : hommelibre | 11 décembre 2015

@ Chuck Jones

- « ... les femmes ne sont pas capables d'exercer n'importe quel métier, la majorité des femmes n'a pas les aptitudes physiques pour exercer certains métiers. ... »

Et en dehors d'inséminateur humain naturel, quels sont donc ces métiers qui leur sont physiquement inaccessibles, Monsieur leclercq ?

la majorité des femmes ne sont aptes à travailler dans les métiers du bâtiment, à être soldat d'infanterie, à remplir toutes les missions de pompier.

" Sauf qu'il y a de drôles d'effets pervers à "l'égalité": le nivellement par le bas dans certains corps de métier, comme les pompiers ou les marines. Les femmes ne peuvent réaliser les mêmes performances physiques que les hommes, cela a été récemment un débat aux USA, alors on a abaissé le seuil des exigences... "

dans les temps anciens les femmes auraient incapables d'être soldat. des témoignages ci-dessous.

actuellement on a droit à la fumisterie du cinéma.

http://www.air-defense.net/forum/topic/18025-les-%C3%A9normit%C3%A9s-et-clich%C3%A9s-du-cin%C3%A9ma-et-s%C3%A9ries-t%C3%A9l%C3%A9vis%C3%A9es/?page=2

"- ce qui est devenu, environs depuis les années 90, un code ultra-dominant, sinon absolu: les femmes gagnent toujours un combat contre un homme (ou plusieurs, ou plein) à l'écran. C'est désormais une convention (et si ça arrive pas de façon quasi permanente, c'est du sexisme). Ca se voit en séries, en films, et dans d'autres spectacles (démos d'arts martiaux, comme le Gif plus haut, diverses ligues de catch....). Quelques facteurs relativisant existent, liés aux mêmes directives de politiquement correct/attrappe-audiences spécifiques: les noirs ont quelques passe-droits, les vieux et les enfants aussi. La "minorité" qui n'en a presque aucun dans cet univers de fiction télé/ciné, c'est le mâle caucasien :-[ : il ne peut gagner de combat que s'il est super-ultra gentil, pur et parfait et évidemment un héros/perso principal, si le scénar est d'accord, et/ou si son adversaire est un autre mâle caucasien et/ou un très très méchant. C'est compliqué tous ces codes!!!



Mais bon, comme l'audience ultra-dominante de ces séries et films est faite de mecs (surtout jeunes pour la part la plus captive/consommatrice) avec une forte dimension de fantasme maternel/wonder woman..... Ca passe tout seul et ça en redemande :happy: ."


"J'ai fais 17 ans chez les Pompiers de Paris et je peux vous assurer que tout à commencé à partir en vrille quand vous êtes arrivé mesdames : barème sportif différent, exercice de la planche différent, chambre individuelles, histoires de cul à foison (une merdeuse à l'instruction a quand même fait virer un colon), apparition de groupes dans les casernes, graves difficultés sur intervention parce que on ne peut pas demander les mêmes efforts physique aux femmes,c'est génétique, vous ne pouvez rien y faire (Les meilleures athlètes féminines n'auront jamais les même perfs que les meilleurs hommes dans la même discipline).
Alors arrêtez de vous regarder le nombril et vouloir être les premières femme à faire ceci ou faire cela mais demandez vous ce qui est bien pour les institutions et surtout ce qui est bien pour les hommes qui les servent.
Mettez-vous en danger si vous voulez mais faites le toutes seule !!!!!!!!!!

Ex-Sergent Normant

"graves difficultés sur intervention" !!! merci les délires féministes."

"Autre expérience très éclairante : l’ENSOA de Saint-Maixent. Quand j’y étais cadre, il y avait encore des sections d’élèves sous-offs uniquement composées de filles. Résultats : absence totale d’esprit de cohésion dans la section, jalousie, crêpages de chignon, rivalité exacerbée pour devenir « la préférée » du chef de section, refus d’obéir aux consignes de l’élève de jour féminin, méchancetés et coups de p… en tous genres. Un vrai régal ! De même, il fallut se résoudre à nommer des hommes comme chefs des sections féminines car mettre une femme chef de section provoquait là encore des problèmes de discipline : les EVSO féminins n’acceptaient pas d’être commandées par une autre femme… En revanche, elles acceptaient sans aucun problème (instinctivement ?) l’autorité masculine… !!!
"de Pierro

Il y a déjà des femmes dans les fonctions soutien à la légion.

Pour les unités de mêlée, les arguments sont les mêmes que pour le reste de l’infanterie, les capacités physique: sont elles capables de partir avec armes gilets pare-balles et vivres ?

Si je ne dis pas de conneries, en Afghanistan avec le sac de patrouille et les munitions c’était dans les 50kg. En tombant le sac pour le combat encore 30.

Je conseille ce reportage sur le Charles de Gaulle où une femme pompier, manifestement sportive, avoue que porte l’équipement respiratoire de 17kg lui est plus difficile que pour les hommes.

A bord des bâtiments quand les brancardiers sont des brancardières c’est un sketch pour évacuer un mec de 80kg + son équipement…

D’après mes cours de bio à entraînement égal, un homme c’est 25% de masse musculaire en plus…"

"Il ne s’agit pas de s’opposer par dogmatisme mais de s’opposer à un dogmatisme ou même à plusieurs.
A celui des féministes-hystériques qui nient le réel et à celui des barbares qui nient la « qualité d’être humain » (par leurs actions comme ils le nient) aux femmes.

Les femmes militaires que j’ai connue trouvaient ridicules leur barèmes sportifs qui leur « imposait » le 20/20.

Pour rester concis, je conclurai en disant qu’avoir des gens « partiellement » aptes est un luxe qui n’est pas dans nos moyens.
En somme, fasciné par les « chocs » et les « FS », les « faiseurs de règles » oublient que le « de base » qu’il soit flic ou soldat doit pouvoir faire face sans préparation ni avertissement…
C’est certainement le plus difficile et, même si ce n’est pas « le même niveau » il faut un certain niveau…

Tout ça sous prétexte de faux égalitarisme, très « à la mode » dans notre pensée unique actuelle et qui ressemble encore moins à un progrès mais à une régression supplémentaire pour les femmes.

Car il s’agit bien ici, au final, de la capacité réelle et non fantasmée de faire la guerre, qui reste l’unique fonction réelle des armées (ce qui est différent que de faire la police ou les gardiens de la paix !), et non d’exercer un quelconque métier, pour prouver que l’on en est capable, en suivant un effet de mode somme toute assez pervers quant à ses finalités réelles.
Comme il y a un siècle, il était de mode que les dames s’évanouissent à la moindre émotion, aujourd’hui on voudrait leur faire croire qu’il suffit d’avoir fait partie de la génération Lara Croft, pour se fantasmer en commando et en guerrière !
Qu’en sera-t-il en cas de vraie guerre de haute intensité et de réel problème, la psychologie et la simple physiologie nous ont livré déjà beaucoup d’éléments de réponse, il serait peut être temps de s’en inspirer et de sérié les possibilités et les impossibilités !
de Mouilhayrat

La presence des femmes aux seins de nos formes armees ne posent aucun probleme dans la quasi totalite des armes ou des services ;
Artillerie (piece automatisee), Arme blindee cavalerie, Genie, Transmission, Train, Intendance : NO PROBLEMO
Infanterie : NIET ! C’est pas leur place.
Aviation : aucune restriction mis a part les Cocoys.
Marine : aucune restriction mis a part les sous-marin et les Fusco.
Pour etre intervenu a plusieurs reprises sur le terrain avec des elements feminin, je sais que dans la grande majorite des cas ou ca cartonne physiquement, elles representent plus un probleme supplementaire a gerer qu’une aide vraiment efficace.
C’est une analyse personnelle et objective des faits, non une quelconque reaction mysogine. Je cherche a alimenter le debat et non la polemique.

de Mouilhayrat

S’il est un test qui représente au mieux les différents obstacles pouvant être rencontres sur le terrain, et au cours duquel on doit effectuer des techniques spécifiques, c’est bien le parcours du combattant. Tout soldat devrait pouvoir être en mesure de réaliser l’ensemble du parcours sans « sécher » sur un obstacle. J’ai rarement vu des filles réussir a passer la planche irlandaise ou a sortir de la fosse.
Nombreux sont les fiers Marines US qui y ont montre de façon pathétique leurs faiblesses…"

"Le Quotidien du médecin publie aujourd’hui une enquête sur les médecins militaires français face à l’Afghanistan. Voici des extraits de leurs témoignages.
«Un départ pour Kaboul fait réfléchir tout médecin militaire. Plus jeune, avec une certaine inconscience, je suis moi-même parti pour Sarajevo un peu la fleur au fusil. (...) Aujourd’hui, je considère une mission à Kaboul avec une appréhension légitime. On ne peut pas ne pas se demander : qu’est-ce que je viens f... dans ce m... ? C’est un théâtre où l’on ignore qui sont les amis et qui sont les ennemis ; pour aller récupérer un blessé, il faut traverser des check-points en risquant de se faire tirer dessus. Cela dit, nous sommes formés à l’urgence et aux conditions opérationnelles de soutien de nos forces. »
« Nous observons une raréfaction du nombre des médecins disponibles, conséquence de la féminisation du service. La pression se fait sentir d’autant plus sur les médecins hommes. Maintenant, si pour remplir sa mission de médecin militaire, je dois exposer ma vie et être tué, il faut l’accepter par avance. Sans être une tête brûlée, cela fait partie du contrat à honorer. »
« Pour éviter de se retrouver en Afghanistan, certains mettent en avant des problèmes de conjugopathie, ainsi que des soucis liés aux enfants. Mais cela ne fait que repousser le départ de quelque temps. D’autres se font mettre en congé-maladie. Deux cas de démission ont aussi été évoqués.«
»Le problème le plus massif découle de la féminisation du SSA. Ceux d’entre nous qui partent en OMLT (Operational Monitoring Liaison Team) sont susceptibles d’être intégrés à l’armée afghane et les femmes en sont exclues. D’autre part, dans les missions de GTIA (groupement tactique interarmes), assez physiques, les femmes sont peu nombreuses. On ne sollicite donc, principalement, que le vivier masculin. Et ce sont toujours les mêmes qui s’y collent. Cela crée un problème, sur lequel nous avions alerté la direction centrale il y a dix ans, en demandant l’instauration de quotas, ou d’épreuves de sélection physique au concours. Maintenant, c’est trop tard, nous avons le nez dedans. »
« J’ai servi précédemment dans la Légion et dans les paras. J’ai fait la guerre du Golfe. En Afghanistan, le niveau de risque est supérieur à celui de la Nouvelle-Calédonie, l’éventualité de revenir d’un théâtre comme celui-là entre quatre planches n’est pas exclue. Mais nous sommes formés pour le prendre et l’assumer. Si un médecin militaire n’est pas d’accord, il faut qu’il change de métier. »"

pendant la guerre de 14-18, les outils de travail agricole n'étaient pas adaptés à leur force physique.

le travail de munitionnette épuisait une femme en quelque mois, le matériel de manutention date de cette époque a été créer spécialement pour les femmes.

http://emancipation-des-femmes.e-monsite.com/pages/deuxieme-partie/b-le-role-economique.html

Mais leurs conditions de travail difficiles et déplorables ont de quoi faire peur à certaines femmes. A l’instar de la journaliste féministe Marcelle Capy, qui travaille quelques semaines anonymement dans une industrie de guerre. Son témoignage est publié dans La Voix des femmes entre novembre 1917 et janvier 1918 :

"L'ouvrière, toujours debout, saisit l'obus, le porte sur l'appareil dont elle soulève la partie supérieure. L'engin en place, elle abaisse cette partie, vérifie les dimensions (c'est le but de l'opération), relève la cloche, prend l'obus et le dépose à gauche. Chaque obus pèse 7 kg. En temps de production normale, 2 500 obus passent en 11 heures entre ses mains. Comme elle doit soulever deux fois chaque engin, elle soupèse en un jour 35 000 kg. Au bout de 3/4 d'heures, je me suis avouée vaincue. J'ai vu ma compagne toute frêle, toute jeune, toute gentille dans son grand tablier noir, poursuivre sa besogne. Elle est à la cloche depuis un an. 900 000 obus sont passés entre ses doigts. Elle a donc soulevé un fardeau de 7 millions de kilos. Arrivée fraiche et forte à l'usine, elle a perdu ses belles couleurs et n'est plus qu'une mince fillette épuisée. Je la regarde avec stupeur et ces mots résonnent dans ma tête: 35 000 kg."

Écrit par : leclercq | 11 décembre 2015

suite

http://emancipation-des-femmes.e-monsite.com/pages/deuxieme-partie/b-le-role-economique.html

http://www.air-defense.net/forum/topic/18025-les-%C3%A9normit%C3%A9s-et-clich%C3%A9s-du-cin%C3%A9ma-et-s%C3%A9ries-t%C3%A9l%C3%A9vis%C3%A9es/?page=2

c'est bien ce que je disais plus haut vous êtes déconnecté de la réalité et méprisant en plus.

"Et en dehors d'inséminateur humain naturel, quels sont donc ces métiers qui leur sont physiquement inaccessibles, Monsieur leclercq ? "

je parlais plus haut du bâtiment, je suis Artisan chauffagiste électricien, je sais la force physique nécessaire pour ce travail, incompatible avec la force physique de la majorité des femmes. plaquiste idem, les seules femmes qui travaillent dans le bâtiment sont peintres, camionneur il leur faut une heure pour ranger dans leur camion les palettes au lieu de dix minutes, donc ce sont les hommes de quai qui le font à leur place. mécanicien poids lourds agricole où travaux publics impossible, voiture à la rigueur en se faisant aider.

"Pour moi le problème n'est pas les maths, mais leur désintérêt pour les disciplines techniques. Nous n'avons tout simplement pas les mêmes centres d'intérêt et nous ne faisons donc pas, en général, les mêmes carrières."

vrai, il y en a peu en bureau d'étude, ça ne les intéresse pas, avant d'être artisan, j'ai fait vingt ans de bureau d'étude, pas vu une seule dessinatrice passionnée de technique, elles sont en réalité victimes d'ingénierie coercitive.

Doreen Kimura Psychologie
http://www.science.ca/scientists/scientistprofile.php?pID=10&pg=1&-table=activities&-action=list&-cursor=0&-skip=0&-limit=30&-mode=list&-lang=fr

"Les expériences de Kimura ont pour but unique d’approfondir la connaissance humaine en ce qui concerne les différences homme femme, et ne sont pas destinées à une application pratique. Cependant, dans un environnement où il peut être politiquement dangereux de questionner des notions populaires comme celles de l’égalité entre les hommes et les femmes, sa recherche est perçue comme étant très controversée. Doreen Kimura croit qu’il est naturel pour les hommes et les femmes de choisir des carrières différentes, et de préférer des emplois qui correspondent mieux à leurs talents innés.
D’après elle, le nombre plus important d'hommes dans le domaine des mathématiques, de l'informatique, de l'ingénierie et de la physique est un fait de la vie et elle critique les initiatives récentes visant à augmenter le nombre de femmes actives dans ces domaines. Elle déclare : « Se lancer dans un processus coercitif d'ingénierie sociale afin d'équilibrer la représentation distinctive des sexes pourrait bien être la pire des discriminations. Cela sert également à entraîner des gens dans des activités qu’ils n’apprécieront pas et pour lesquelles ils 'n'ont aucun talent. »"

Guerre des sexes: Si la civilisation avait été laissée aux mains des femmes, nous vivrions encore dans des cases en paille (Camille Paglia

Écrit par : leclercq | 11 décembre 2015

allez quelques extraits qu'on rigole un peu.

http://www.air-defense.net/forum/topic/18025-les-%C3%A9normit%C3%A9s-et-clich%C3%A9s-du-cin%C3%A9ma-et-s%C3%A9ries-t%C3%A9l%C3%A9vis%C3%A9es/?page=6

"Pour son poids, c'est souvent encore moins que ça (quoique l'emplacement du centre de gravité donne l'impression qu'il est plus lourd qu'en réalité), tournant autour de 1kg à 1,5Kg (il rejoint une rapière "lourde" façon XVIème siècle dans cette tranche), mais c'est raisonnablement lourd pour une épée/un sabre: le poids d'une arme de ce type ne se sent pas quand tu le soulèves, mais quand tu essaies de la manier rapidement (et en la tenant fermement et en la maintenant droite pour bien frapper) et précisément, et ce pendant de longues minutes (ou heures à l'entraînement) de stress. 1,5kg d'épée maniés régulièrement dans des entraînements sérieux, en un ou deux ans, avec la bonne alim et l'accompagnement sportif (pour équilibrer l'impact d'un entraînement asymétrique), ça peut te faire 10kg de muscles faciles sans même que tu t'en aperçoives."

Mais pour les archers gallois (y'en avait plus trop à Azincourt: z'étaient anglais pour la plupart) et longbowmen en général, faut imaginer que les assises d'armes des rois d'Angleterre requéraient un service de tous les hommes libres ayant un peu de bien, tous obligés d'apprendre le tir depuis leur adolescence.... Et que parmi cette masse, seuls étaient sélectionnés ceux qui pouvaient utiliser les plus grands arcs (1,8 à 2m) qui seuls avaient la tension suffisante pour balancer des "perceuses d'armures" et avoir une bonne portée utile, ce qui devait représenter un pourcentage réduit de la masse initiale de "miliciens": des gars d'environs 1,70-1,80m avec la musculature suffisante (et une surdose de viande -plus rare et chère au MO- pour l'obtenir) permettant cette capacité. Les squelettes de longbowmen envoyés en France (donc ceux qui ont les dites capacités "rares") révèlent des déformations profondes du bras tenseur, de l'épaule, du dos, de la colonne.... Mais non, dans les films, des gamins, des nanas taille mannequin et des vioques tout chenus tirent des volées d'une capacité égale ou supérieure à ces types là.

Mais moi, c'est toujours les combats au corps à corps qui m'impressionnent .

Surtout lorsqu'une femme de 50 kilos fout à terre 5 ou 6 mecs ou même une quinzaine tel qu'on peut le voir dans les vieux films de Hong Kong .

- de la nana facile (pour Damian) et de la nana caractérielle avec flingues et surplus de testostérone (pour Damian et pour Michael semble t-il) et pour qui les lois de la physique et du combat semblent légèrement modifiées (à noter un combat vicieux/crade avec l'une d'elles), genre avoir le droit de faire des "trucs de FS" en talons aiguilles, cogner aussi fort que des taureaux avec des bras de mannequins, encaisser comme des bunkers, briser des nuques d'une torsion des doigts.... Contrat rempli aussi.

Le personnage de Ziva dans NCIS a de même cumulé les codes débiles qui existent de façon immanente dans la réalité parallèle de la télé: les nanas israéliennes sont entraînées au combat et sont passées par l'armée (et "armée" veut dire "unité combattante"), elles sont toutes championnes de close combat (et en chaleur), le gabarit n'existe pas, un "espion" est avant tout une caricature de super commando/FS puissance 10, les "espions" savent tout faire et sont doués en tout.... L'arrivée relativement récente de l'archétype de la "nana d'action" semble avoir poussé ces grandes tendances à des niveaux extrêmes

Ca, l'épaule déboîtée qu'on remet en place à volonté, c'est devenu un classique depuis Mel Gibson dans l'Arme Fatale II; on serre les dents virilement, et hop, comme neuf. On peut faire ça en cours de baston, et une fois fini, on reprend le combat et on gagne évidemment. Mais bon, c'est Nikita: personne lui a expliqué que son gabarit mannequin sans muscle dégagerait en 4 secondes chrono à la première beigne.

Tu oublies que ce genre d'action ne lui fait jamais "consommer" son physique, dans la durée: il reste toujours aussi musclé.... Pour les femmes, le paradigme est différent: elles n'ont pas besoin de muscles (ça nuirait au gabarit télégénique qui est là pour rappeler que 80% de l'audience des séries d'action.... Sont des mecs).

Autre chose "terrible" et naze à la fois tant elle est éculée : l'effet de surprise quand on introduit un personnage féminin hyper-balaise. Au début on en parle (sans préciser que c'est une femme, juste en donnant son nom de famille) et en détaillant son palmarès de folie (passage dans les F.S., parle dix langues, a connu le combat plus de fois que tout un peloton de SEAL...). Là les hommes font "Ouah, trop balèze le type !" et là pouf ! le perso se pointe et c'est une bonne femme bien roulée. Surprise !

L'autre aspect des hommes de mains et adversaires en général en combat à mains nues: la passivité. Ils ne parent pas ou n'évitent pas les coups, et sont essentiellement des opposants extrêmement coopératifs, présentant leur gueule (ou autres parties) aux meilleurs angles possibles pour les coups des personnages principaux, rendent peu ou pas de coups (ou juste un ou deux mouvements pour la forme), et ceux qu'ils donnent sont sans grande conviction et sans rapport avec leur taille/poids, et/ou aisément parés sans aucun effet (cas type: une nana part le coup d'un grand gabarit avec son avant-bras/brindille sans même accuser de recul). Décidément, l'homme de main est une espèce étrange.... Mais il est TOUJOURS passé par une unité de FS dont on se demande de quoi elle est faite s'ils l'ont accepté.

- un spécifique aux femmes à l'écran: existence dans un espace-temps différent. Elles sont plus rapides, toujours précises, et placée dans une "bulle" de réalité différente (où visiblement le temps passe plus vite) permettant d'exister en "god mode".

- un générique aux personnages à l'écran: le double syndrôme "tout leur réussit", ajouté à celui des "adversaires passifs et/ou ultra-coopératifs". Les coups donnés le sont toujours en position et distance optimale et à angle permettant la puissance maximale, tandis que l'adversaire ne part ni n'évite, n'accompagne pas le coup et n'en rend aucun ou presque, voire fait tout pour ne pas gêner les mouvements du perso et leur faciliter la vie en présentant la partie du corps visée le mieux possible. Sympa le gars (oui, c'est toujours un gars).

Écrit par : leclercq | 11 décembre 2015

@ hommelibre

car il a toujours été préférable d'éduquer les garçons comme futurs soldats, les mères portantes ou potentielles devant être protégées pour la survie du clan.

je crois que nous somme influencés par le syndrome lara croft

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2014/03/11/de-l-utilite-d-un-stereotype-253904.html

les femmes ont en moyenne deux fois moins de forces dans le haut du corps, un guerrier utilisant une épée de 1,5 kgrs, a dix kilos de muscles de plus qu'un homme normal, alors la différence avec la moyenne des femmes passe à 3 où 4 fois plus de puissance dans le haut du corps, comment une femme même bien charpentée peut-elle faire pour avoir une puissance équivalente, tout en sachant que les muscles des hommes et des femmes ne sont pas les même, il faut beaucoup plus de travail pour une femme pour obtenir la même augmentation de puissance musculaire que pour un homme.

" à d'autres époques, beaucoup de métiers étaient pratiqués par les femmes et les hommes: agriculture, élevage, artisanat, commerce."

dans l'agriculture les taches des hommes et des femmes étaient très différenciées, il y a eu que pendant la première guerre mondiale où les femmes ont été obligées de faire le travail des hommes en étant aidées par les hommes ayant moins de 18 ans, les hommes de plus de cinquante ans et les prisonniers, et une certaine proportion se sont suicidées.


Les conséquences de la Guerre 14/18 sur l'agriculture aveyronnaise
Les conséquences de la Guerre 14/18 sur l'agriculture aveyronnaise

Gérard Bonnafis, fils d'agriculteur du Ségala tarnais, ancien conseiller agricole à la Chambre d'agriculture de l'Aveyron, en collaboration avec le Cercle Généalogique du Rouergue, s'intéresse à l'évolution de l'agriculture aveyronnaise après la Guerre de 14/18. Il vient d'être invité pour animer une conférence de Rencontres Citoyennes.

Pour ces recherches, il utilise les journaux agricoles de cette époque, notamment «Le cultivateur aveyronnais», les archives de la Société centrale d'Agriculture et les procès-verbaux de ses réunions trimestrielles de 1912 à 1923. Il dresse ainsi le tableau de cette agriculture en 1914 et les conséquences de sa participation à cette guerre de 1914 à 1918.
Son travail s'articule autour de 4 thèmes:
- la mobilisation
- la main d'oeuvre de remplacement
- les réquisitions
- les nouvelles organisations agricoles

La mobilisation

L'Aveyron compte 364000 habitants en 1911,270000 personnes sont directement liées à l'agriculture et il faut y ajouter tous les artisans qui gravitent autour des métiers agricoles. Ce sont 89000 exploitations dont les surfaces sont très variables. Seules 3000 exploitations ont plus de 50 hectares, 316000 ha sont cultivées et les céréales représentent 40% de leur production.
La Société Centrale Agricole est constituée par de grands propriétaires qui sont des notables de ce département, M.de Rodat de Druelle est président de cette société.
Les grandes exploitations sont très affectées par la mobilisation car elles utilisent une main d'oeuvre importante.
65000 Aveyronnais sont mobilisés dont 40000 agriculteurs. La guerre fera 14174 victimes dont 9000 agriculteurs, laissant 5000 veuves et 5500 orphelins dans ce département.
Toute l'activité agricole est désorganisée:
* la production de céréales diminue de 45% de 1914 à 1917
* la production du lait de brebis chute de 30% chute plus ou moins rapide des cheptels qui ne se reconstituent pas.
Ces pénuries ont des causes diverses:
* la diminution de la main d'oeuvre à cause de la mobilisation
Dès le 8 aoùt1914 le Préfet alerte les Pouvoirs Publics sur l'impérative nécessité de libérer des mobilisés pour faire les récoltes et assumer les travaux saisonniers. Il demande 1300 libérations, seules 430 sont accordées pour le département.
* les femmes font fonctionner les fermes, recevant les ordres de leurs hommes sur le front. Le 7 aoùt 1914 le Président du Conseil Viviani lance un vibrant appel aux femmes pour assurer la continuité de l'agriculture. En octobre 1916, 49 agricultrices demandent l'attribution de travailleurs étrangers. Leur investissement, leur courage ne sont pas reconnus. Le 2/12/1917, la Société Centrale crée une récompense pour les femmes les plus méritantes, mais cette démarche ne sera pas suivie d''effet(1925).
Ces difficultés d'exploitation ont des conséquences sur le foncier. Une entraide familiale ou de voisinage permettent de maintenir des structures, mais des fermes s'arrêtent rapidement de produire, d'autres sont cédées par manque de bras.

La main d'oeuvre de remplacement

La Société Centrale se mobilise et des travailleurs étrangers arrivent en Aveyron. Ce sont des Belges qui fuient la zone de front (468 en 1915), des Italiens volontaires jusqu'en 1916, des Espagnols - 600 sur 2923 - s'installent dans les fermes entre 1916 et 1917, des prisonniers de guerre allemands (leur encadrement est très strict, 680 en 1919 seront employés par 180 agriculteurs), des soldats russes (cette aide résulte d'une convention de 1892 signée par Poincaré et Nicolas de Russie stipulant une aide réciproque entre les deux armées - 303 russes arrivent en 1918. 176 sont placés chez 96 agriculteurs et les autres chez les artisans ruraux), quelques soldats français sont libérés sous la responsabilité des maires – 170,180 - qui contrôlent leurs activités tout manquement entraîne le renvoi sur le front.

Écrit par : leclercq | 11 décembre 2015

http://www.upba.fr/UPBA_Documents%2014-18/les%20femmes%20dans%20la%20grande%20guerre%20france%20allemagne.pdf

Cet état de fait renforce la difficulté des travaux des femmes pendant la Première Guerre mondiale, car les corps sont affaiblis par les privations. Or, certains travaux des champs sont extrêmement physiques et éprouvants pour les corps féminins.. Elles ont le double de travail : le leur et celui de leur mari.

Aux champs « À la ferme de la bonne église, la machine à battre ronfle… on travaille dur mais sans la gaîté des années précédentes. Plus de rires, plus de bons mots. Les figures sont graves si les bras sont agiles. Sur l’aire, des vieillards, des femmes, des enfants. Le travail est plus lent que les années précédentes, malgré l’activité de la fermière qui tâche de remplacer le mari, parti là-bas… »Disaient les femmes en temps de guerre. La guerre commencée au moment des vendanges et des moissons, les femmes durent s’unir pour poursuivre : « il faut finir la moisson en réunissant les femmes, les jeunes qui ne sont pas encore mobilisable, les vieux qui ne le sont plus » (mémé Santerre) Le travail des moissons effectué par les femmes était très difficile. Elles durent apprendre à effectuer des travaux les plus durs et gérer leurs exploitations de la manière la plus rentable.

http://anthony-fitness.com/femmes-tres-musclees-naturellement/

Le plus grand souci des femmes qui commencent à pratiquer la musculation est la peur de devenir costaudes et de perdre leurs féminités. Mais est-ce vraiment possible?



Je vous assure que cela est impossible pour 99% des femmes et en voici la raison :

Habituellement la musculation est censée être réservée aux hommes qui veulent se construire de gros muscles, cependant elle présente aussi une multitude de bienfaits pour les femmes. L'un de ces bienfaits et le plus important surtout est d'aider à perdre du poids plus rapidement.

Sans prise de produits à base de stéroïdes, les femmes ne deviennent pas et ne peuvent pas devenir costaudes juste en faisant des exercices de musculation, avec des barres ou haltères qui sont habituellement réservées aux hommes.


Pourquoi les femmes ne deviennent pas très musclées ?

Si votre peur d’avoir une apparence masculine vous éloigne de la salle de musculation, vous serez soulagées de savoir que le corps féminin N'EST PAS capable naturellement de construire du muscle comme un homme !!

Les femmes ne possèdent pas le même niveau de testostérone que les hommes (la testostérone est l’hormone du mâle responsable de la prise de masse musculaire).

C’est déjà très difficile pour un homme de construire du muscle, cela demande des années d’entrainement durant lesquelles un homme possède en moyenne 20 fois plus de testostérone qu’une femme !

Écrit par : leclercq | 11 décembre 2015

En Suisse, au départ, les plannings informaient les filles sur leur sexualité et la contraception pour "éviter" l'avortement qui n'est jamais démarche anodine.

Il est toujours encourageant d'entendre les êtres dont il est question, présentement les femmes, s'exprimer plus qu'entendre les hommes à leur sujet.

En tant de guerre les femmes se chargent de leurs tâches quotidiennes ainsi que de celles de leurs époux ou parents partis en guerre.

La femme dont on a dit qu'elle est l'avenir de l'homme est capable de prodiges à une condition: ne jamais cesser d'être en tout premier lieu elle-même en aucun cas l'autre ou un autre

(caricatures terribles apportées par les premières femmes pasteurs imitant et reproduisant, pour ne pas parler de la prédication...! la gestuelle de leurs confrères masculins, effet de manches, notamment).

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11 décembre 2015

@Myriam Belakovsky

Sans douter de, ou déprecier votre immense expérience comparée à la mienne ...

- « Vous avez mal lu (et sans doute le savez aussi bien que moi). »

J'invoque la bonne foi!
Promis, juré, craché.

J'ai bien lu ... "En revanche, ".
De sorte, vous opposez les féministes demandant "A travail égal, salaire égal.", aux féministes "pas atteintes mentalement ...".
Ce qui implique que ... celles demandant "A travail égal, salaire égal." sont atteintes mentalement.


- « Les filles tellement souvent mal informées ... »

Mais, Madame, en relevant un tel "détail", vous suggérez que la responsabilité de ce fait en incombe au planning familial, alors que c'est AUSSI le rôle du planning familial que d'informer et d'éduquer, dans la mesure où l'école publique n'assume pas ce rôle, et que dans les familles, tout peut arriver, les cigognes, les choux, les roses, la basse-cour et les documentaires sur la savane africaine.

Écrit par : Chuck Jones | 12 décembre 2015

@hommelibre

- « ... les femmes veulent quelque choses elles savent l'obtenir. ... Ce qui fait tomber toute la revendication victimaire. »

Non, John, pas d'accord.

Vous ne jugerez pas la plainte d'une victime à sa capacité (ou celle de n'importe quel autre individu du même genre que vous utilisez pour la discriminer) à avoir pu éviter l'injustice à son égard, ou de n'importe quel détail caractérisant son avocat.

Ou c'est le passé maoïste de Jacques Vergès qu'il aurait fallu lire pour décrire le passé nazi de Klaus Barbie.

Écrit par : Chuck Jones | 12 décembre 2015

@leclercq

- « ... la majorité des femmes ne sont aptes à travailler dans les métiers du bâtiment, à être soldat d'infanterie, à remplir toutes les missions de pompier. »

Monsieur leclercq, ce dont il est question, c'est des femmes qui le sont, aptes, et à qui on créé des difficultés que l'on ne créé pas pour les hommes, pour les disqualifier.


- « ... Sauf qu'il y a de drôles d'effets pervers à "l'égalité": le nivellement par le bas ... »

Monsieur leclercq, la revendication féministe première est ... l'égalite des DROITS.

Le problème, c'est que vous pervertissez le sens de cette revendication pour lui donner le sens d'égalité de REPRESENTATION, que les féministes ne réclament pas pour des métiers, mais pour des *** fonctions de pouvoir ***, pour que les décisions prises prennent en compte, *** à mesure égale ***, les caractéristiques spécifiques des femmes.


- « Je conseille ce reportage sur le Charles de Gaulle où une femme pompier, manifestement sportive, avoue que porte l’équipement respiratoire de 17kg lui est plus difficile que pour les hommes. »

Monsieur leclercq, vous n'évoquez pas le métier de "pompier", vous évoquez le métier de *** "pompier de porte-avion militaire" ***.

Etonnant que vous n'évoquiez pas le *** courage *** de cette jeune femme qui va au feu avec une charge proportionellement plus importante que ses "frères d'armes".

*** Epreuve de virilité. ***

Sur terre, dans la mission des pompiers *** civils ***, la lutte contre le feu, c'est *** 6% *** de l’ensemble des interventions.

Ensuite, l'excuse que l'équipement pèse 17kg est ridicule.
Si une volonté réelle existe pour incorporer des femmes, cette volonté doit inclure de les équiper de matérial adéquat, *** adapté *** à leur morphologie.

Dans le monde des pygmées, ce n'est pas parce que l'équipement des hommes blancs pèse 17kgs qu'ils vont se passer de pompiers, ou d'équipement respiratoire qui leur est *** adapté ***.

*** La caserne de pompiers : un lieu d’expression privilégié de la virilité et de la violence machiste. ***

Et, vous oubliez SURTOUT un détail crucial, Monsieur leclercq.

Pompier, c'est d'abord, et toujours ... un travail d'équipe.


Des femmes chez les sapeurs-pompiers, Roland Pfefferkorn

https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2006-1-page-203.htm


- « ... je parlais plus haut du bâtiment, ... incompatible avec la force physique de la majorité des femmes. ... »

C'est bien connu, les cimentiers ne produisent que des sacs de ciment de 100kg au moins.

Écrit par : Chuck Jones | 12 décembre 2015

@ Chuck Jones


Vous qui vous permettez de traiter les féministes de "connes"
tordez ce que l'on écrit. Je ne devrais pas prendre la peine de cous préciser que de mon point de vue de féministe des années septante

le planning était une idée géniale, certes, "mais que"(...)!

Perso je suis choquée de lire que Marion Maréchal Le Pen a l'intention de faire délégitimer les plannings. De quel droit, de quoi se mêle-t-elle, qui est-elle?!

Ensuite, simplement, je notai en cours de route que le planning, selon usage, pouvait contribuer à la démolition de nos valeurs particulièrement quant aux très jeunes filles l'écoute voire le "tenir compte"! du "ressenti parental" à commencer par maternel suite à quoi ces très jeunes filles disaient ou oui ou non mais avec une clause réservée à la voix de leur conscience laquelle conscience telle une plante se cultive ou s'entretient.

Evidemment nous croyions alors encore au "grand amour" en l'attente d'une telle Rencontre plus qu'en la constitution des tableaux de chasse actuels quant aux mâles orgasmes à tire larigot compris. A propos de la sexualité active le psychologue Christophe Baroni CH Nyon avait écrit un livre en disant à cet égard: sexualité, oui, "mais avec amour"! de quoi, hélas, faire glousser bien du monde aujourd'hui.

Je confirme que je crois qu'il y a problème mental lorsqu'une femme nie la différence entre mâles et femelles (dès les années septante ou peut-être même auparavant, je l'ignore, certaines femmes, pas toutes, absolument pas! tels les hommes se mirent à vouloir uriner debout)!

Sachant en même temps qu'en le masculin il y a du féminin comme du féminin en le masculin. Yin et Yang.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12 décembre 2015

@Myriam Belakovsky

- « Vous qui vous permettez de traiter les féministes de "connes" ... »

Madame, vous faites erreur.
C'est tout à fait le contraire de ce que je pense et j'ai pour règle de ne *** jamais *** faire de généralisations sur les êtres humains.

Écrit par : Chuck Jones | 12 décembre 2015

@ Chuck Jones

https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2006-1-page-203.htm

lien pas objectif et misandre.

"Et, vous oubliez SURTOUT un détail crucial, Monsieur leclercq.

Pompier, c'est d'abord, et toujours ... un travail d'équipe."

vous êtes à coté de vos pompes, la priorité c'est la mission.

"graves difficultés sur intervention parce que on ne peut pas demander les mêmes efforts physique aux femmes,c'est génétique, vous ne pouvez rien y faire"

- « ... je parlais plus haut du bâtiment, ... incompatible avec la force physique de la majorité des femmes. ... »

C'est bien connu, les cimentiers ne produisent que des sacs de ciment de 100kg au moins.

réponse nulle, méconnaissance totale des métiers du bâtiment.

"Ensuite, l'excuse que l'équipement pèse 17kg est ridicule.
Si une volonté réelle existe pour incorporer des femmes, cette volonté doit inclure de les équiper de matérial adéquat, *** adapté *** à leur morphologie."

on en finit plus du matériel adéquat maintenant, l'égalité comme elles disent c'est de pouvoir faire exactement ce que font les hommes.

Monsieur leclercq, la revendication féministe première est ... l'égalite des DROITS.

non c'est la similarité. maintenant on est dans ce délires.

"Alors arrêtez de vous regarder le nombril et vouloir être les premières femme à faire ceci ou faire cela mais demandez vous ce qui est bien pour les institutions"

"Monsieur leclercq, ce dont il est question, c'est des femmes qui le sont, aptes, et à qui on créé des difficultés que l'on ne créé pas pour les hommes, pour les disqualifier."

sois disant on créerait des difficultés aux femmes qui sont aptes !!!
j'ai vu des reportages sur les femmes pompiers de paris. des physiques de femmes normales comme on en croise tous les jours, pas des gabarits approchant celui d'un homme.

selon les critères normaux des pompiers de paris elles ne sont pas aptes point, elle bénéficient de discrimination positive et encore les misandres se plaignent qu'on leur crée des difficultés, mais les misandres ont obtenu quelles bénéficient de discrimination positive et il faudrait encore que les hommes disent amen, qu'ils ne leur crée pas de difficultés, quand vous avez un boulet dans une équipe d'intervention au feu ça n'amuse personne c'est d'abord ça l'esprit d'équipe.

Monsieur leclercq, vous n'évoquez pas le métier de "pompier", vous évoquez le métier de *** "pompier de porte-avion militaire" ***.

et ça c'est pas le métier de pompier.

"J'ai fais 17 ans chez les Pompiers de Paris et je peux vous assurer que tout à commencé à partir en vrille quand vous êtes arrivé mesdames : barème sportif différent, exercice de la planche différent, chambre individuelles, histoires de cul à foison (une merdeuse à l'instruction a quand même fait virer un colon), apparition de groupes dans les casernes, graves difficultés sur intervention parce que on ne peut pas demander les mêmes efforts physique aux femmes,c'est génétique, vous ne pouvez rien y faire (Les meilleures athlètes féminines n'auront jamais les même perfs que les meilleurs hommes dans la même discipline).
Alors arrêtez de vous regarder le nombril et vouloir être les premières femme à faire ceci ou faire cela mais demandez vous ce qui est bien pour les institutions et surtout ce qui est bien pour les hommes qui les servent.
Mettez-vous en danger si vous voulez mais faites le toutes seule !!!!!!!!!!

Ex-Sergent Normant

Sur terre, dans la mission des pompiers *** civils ***, la lutte contre le feu, c'est *** 6% *** de l’ensemble des interventions.

et bien dans ce cas interdiction aux femmes d'aller au feu, mais alors augmentation des effectifs pour prendre en compte le personnel féminin inapte à aller au feu.

"Étonnant que vous n'évoquiez pas le *** courage *** de cette jeune femme qui va au feu avec une charge proportionnellement plus importante que ses "frères d'armes"."

une charge quelle charge, la réalité c'est des missions que physiquement elles ne peut pas accomplir que les hommes font a sa place. c'est pas plus compliqué que ça.

"le sens d'égalité de REPRÉSENTATION, que les féministes ne réclament pas pour des métiers"

elles réclament bien qu'il y ait plus de femmes dans le bâtiment.

http://www.capeb.fr/actualites/plan-sectoriel-mixite-promouvoir-le-travail-des-femmes-dans-les-metiers-du.html

ces gens là sont autant déconnectés de la réalité que toi.

http://www.capeb.fr/media/document/cp-resultats-concours-conjuguez-les-metiers-du-batiment-au-feminin-2015_vd.pdf

Le diaporama détaille ensuite leur rencontre avec Emeline et la découverte des différentes facettes de son métier entre chantier et atelier de peinture.

Corinne Rivoire, peintre pour l’entreprise DRC Décor à Chavanay

"un diaporama abordant avec humour certains clichés sur le bâtiment afin de les mettre à mal. Ils se sont particulièrement attachés à promouvoir la complémentarité homme/femme depuis la formation jusque sur les chantiers. Ils en retirent que la mixité est bel et bien à l’épreuve des préjugés."

les conneries habituelles !!!

bon j'ai mis plus haut des témoignages de terrain réalistes honnêtes, et vous un lien misandre. et des réponses d'une personne déconnectée de la réalité qui veut avoir raison envers et contre tout.

"pour que les décisions prises prennent en compte, *** à mesure égale ***, les caractéristiques spécifiques des femmes."

ah il faudrait prendre en compte les caractéristiques spécifiques des femmes. !!!

Écrit par : leclercq | 12 décembre 2015

@Chuck Jones

Je maintiens ce que j'ai écrit. Vous traitiez les féministes de connes. Veuillez relire votre commentaire du 10 décembre 2015, soit: "(...) mais les féministes SONT TELLEMENT CONNES qu'elles ne veulent pas admettre que les hommes et les femmes sont différents."!

C'est également de ces femmes qui ne "veulent pas admettre que les hommes et les femmes sont différents" que j'avais écrit qu'il doit y avoir en l'occurrence concernant ces féministes ou de telles "féministes" comme un problème mental.

Une époque comptant tant de jeunes désemparés (pour ne parler que d'eux)! sans emplois sans avenir comptant sur le djihad en guise de réconfort, réorientation, "rétablissement"...

Avec pour nombre d'eux seul le sexe en guise de compensation.

Croyez-moi! les centres d'accueil plannings comme autres centres d'accueil gratuits avec CONSEILLERS FORMES à L'ECOUTE non seulement sont à confirmer en leur légitimité mais à multiplier.

S'il m'arrive, étant donné la gratuité lancinante des insultes médiatiques et partis politiques avec, par Valls, en guise d'argumentation solide et fiable, plausible: "en cas de victoire du FN guerre civile" (!)

s'il m'arrive, donc, de me demander ce qu'arrivé au pouvoir le FN réaliserait ou non... Marion Maréchal Le Pen fait aussitôt, me concernant, repencher la balance de l'autre côté.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12 décembre 2015

@

- « ... la majorité des femmes ne sont aptes à travailler dans les métiers du bâtiment, à être soldat d'infanterie, à remplir toutes les missions de pompier. »

Monsieur leclercq, ce dont il est question, c'est des femmes qui le sont, aptes, et à qui on créé des difficultés que l'on ne créé pas pour les hommes, pour les disqualifier.

c'est plutôt le contraire elles bénéficient de discrimination positive, finalement ça sert à quoi de faire de la discrimination positive pour les femmes à rien il y a encore des personnes qui mentent et qui disent qu'on leur crée des difficultés alors que c'est le contraire.

donc ce dont il est question c'est les femmes qui sont aptes, je reviens à l'infanterie, et bien celles qui sont aptes sont une rareté, parcours du combattant que tous les soldats d'infanterie appelé ont effectué, moi y compris.

j'ai fait mon service militaire en 1981 à Valence au 75 iéme régiment d'infanterie motorisée, stage commando N°7 et encore là on ne parle que des aptitudes physiques !

"Pour etre intervenu a plusieurs reprises sur le terrain avec des elements feminin, je sais que dans la grande majorite des cas ou ca cartonne physiquement, elles representent plus un probleme supplementaire a gerer qu’une aide vraiment efficace.
C’est une analyse personnelle et objective des faits, non une quelconque reaction mysogine. Je cherche a alimenter le debat et non la polemique.

de Mouilhayrat"


"S’il est un test qui représente au mieux les différents obstacles pouvant être rencontres sur le terrain, et au cours duquel on doit effectuer des techniques spécifiques, c’est bien le parcours du combattant. Tout soldat devrait pouvoir être en mesure de réaliser l’ensemble du parcours sans « sécher » sur un obstacle. J’ai rarement vu des filles réussir a passer la planche irlandaise ou a sortir de la fosse."

Écrit par : leclercq | 12 décembre 2015

Quelqu'un de ma parenté très proche, une jeune femme parfaitement féminine à poigne, également, a travaillé dans la maçonnerie plusieurs années ainsi qu'à la construction des grues.

Cette jeune femme un peu sur active a réussi à parfaitement s'équilibrer et stabiliser.

Une condition: femme ou homme, a priori, en "avoir envie"!

Etre attiré par..

Centres d'intérêts alors que nos sociétés, hélas, de ces centres d'intérêts, ce, dès l'école, n'en tiennent pas suffisamment compte à commencer par la situation des élèves non "scolaires" par ce fait dès l'enfance atteints, *marquéa" alors que l'on devrait mettre l'accent non sur leurs points parfois irrémédiablement faibles ou qui se débloqueront éventuellement plus tard mais bien sur leurs talents et aptitudes en les encourageant à les cultiver dès l'école alors que trop souvent le système scolaire fait de ces êtres humains non moins dignes que les autres des "minables" sortant de ces temps scolaires en ayant perdu toute confiance en eux-mêmes: dépassés, déclassés, "out"!!

Calvaire que l'"école" pour ces enfants puis plus tard les cours de leurs apprentissages.

En cas de chômage par mauvais souvenirs scolaires: réticences, non "paresse"! non seulement concernant la recherche d'emploi mais par crispation et peur, mais oui "peur"/s relatives au passé concernant cours et stages.

Les sanctions, prestations sociales atteintes, bien entendu! mais en profondeur n'arrangeant rien parce que passant à côté des vrais problèmes de ces personnes.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12 décembre 2015

@Myriam Belakovsky

« Vous traitiez les féministes de connes. Veuillez relire votre commentaire du 10 décembre 2015, soit: "(...) mais les féministes SONT TELLEMENT CONNES qu'elles ne veulent pas admettre que les hommes et les femmes sont différents."! »

Madame, je crains hélas que les détails suivants ne vous aient échappé:

- ce message était un commentaire en réaction à un commentaire de Monsieur leclercq;

- dans mon commentaire, la phrase dont vous m'attribuez l'origine, était mise entre guillemets, convention habituelle pour indiquer une citation, en l'occurence d'une affirmation antérieure de Monsieur leclercq;

- l'affirmation de Monsieur leclercq, à laquelle j'ai fait référence, se trouve exactement dans le septième (7) message au-dessus de (donc paru avant) mon message du 10 décembre auquel vous avez fait vous-même référence.

Je peux garder ma tête sur les épaules, Madame la juge ?

Écrit par : Chuck Jones | 12 décembre 2015

@Myriam Belakovsky

« C'est également de ces femmes qui ne "veulent pas admettre que les hommes et les femmes sont différents" que j'avais écrit qu'il doit y avoir en l'occurrence concernant ces féministes ou de telles "féministes" comme un problème mental. »

"Problème mental", c'est un peu comme cela que hommelibre décrit les dissidents mélées aux phénomènes du concept "d'emportation" qu'il introduit dans l'un de ses précédents billets:

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2015/12/03/cop-21-4-l-emportation-272264.html

L'affirmation que vous dénoncez durement est très générale.
Vous même y gagneriez à faire preuve de largesse d'interprétation, et de la considérer comme résultante d'une perspective ou d'un point de vue différents.

Vus d'ici, Mars et Venus ne sont que 2 gros points lumineux dans le ciel.

Écrit par : Chuck Jones | 12 décembre 2015

@leclercq

« ... c'est plutôt le contraire elles bénéficient de discrimination positive, finalement ça sert à quoi de faire de la discrimination positive pour les femmes ... »

C'est très simple, Monsieur leclercq ... Pour bénéficier sur le terrain de qualités dites "féminines", vous savez, des qualités que l'on retrouve plus fréquemment chez les femmes.


« ... ce dont il est question c'est les femmes qui sont aptes ... »

Les féministes n'ont que peu d'intérêt pour les femmes aptes.
C'est bien de féministes dont il est question, ou vous cherchez encore à changer de sujet de discussion ?


- « ... Pour etre intervenu a plusieurs reprises sur le terrain avec des elements feminin, je sais que dans la grande majorite des cas ou ca cartonne physiquement, elles representent plus un probleme supplementaire a gerer qu’une aide vraiment efficace ... »

Oui, il se dit la même chose des journalistes, des médecins, des grosses légumes (ou les huiles, si vous préférez, et tous les autres militaires pas formés dans le même corps (les marins pour les soldats, les simples soldats pour les commandos, etc, etc ...).


- « "S’il est un test qui représente au mieux les différents obstacles pouvant être rencontres sur le terrain, ... c’est bien le parcours du combattant. ... J’ai rarement vu des filles réussir a passer la planche irlandaise ou a sortir de la fosse."»

Dans votre "parcours du combattant", il n'y manque pas par exemple, des civils, des blessés, des femmes et des enfants assoiffés, affamés, paniqués, desemparés, réclamant de l'aide pour soigner un proche, ou dégager des personnes prisonnières de décombres ?

Écrit par : Chuck Jones | 12 décembre 2015

Petite rectification avant de devoir lire un roman dessus ...

Dans un de mes messages du jour précédents, en place de ...

... "Les féministes n'ont que peu d'intérêt pour les femmes aptes."

il faut lire ...

... "Les féministes n'ont que peu d'intérêt pour les femmes aptes qui ont réussi à se faire incorporer ou nommer "

Merci.

Écrit par : Chuck Jones | 12 décembre 2015

@ Chuck Jones

En effet, je n'ai pas vu les guillemets.
Veuillez, sur ce point, m'excuser.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12 décembre 2015

@ Chuck Jones

C'est très simple, Monsieur leclercq ... Pour bénéficier sur le terrain de qualités dites "féminines", vous savez, des qualités que l'on retrouve plus fréquemment chez les femmes.

erreur c'est la nouvelle mode qu'on les autorités de baisser leur froc devant les féministes. s'il est demandés sur le terrai ex: pompiers la planche à rétablissement c'est que c'est nécessaire, dans le type d'exigence de ces métiers les qualités féminines sont inutiles.

le parcours du combattant est une épreuve test pour des soldats point.

« ... Pour etre intervenu a plusieurs reprises sur le terrain avec des elements feminin, je sais que dans la grande majorite des cas ou ca cartonne physiquement, elles representent plus un probleme supplementaire a gerer qu’une aide vraiment efficace ... »

ça c'est du vécu.

Oui, il se dit la même chose des journalistes, des médecins, des grosses légumes (ou les huiles, si vous préférez, et tous les autres militaires pas formés dans le même corps (les marins pour les soldats, les simples soldats pour les commandos, etc, etc ...).

ça c'est de la parlote de contestation sans fondements.

et puis au sujet des médecins, voir plus haut.

"Le Quotidien du médecin publie aujourd’hui une enquête sur les médecins militaires français face à l’Afghanistan. Voici des extraits de leurs témoignages.
«Un départ pour Kaboul fait réfléchir tout médecin militaire. Plus jeune, avec une certaine inconscience, je suis moi-même parti pour Sarajevo un peu la fleur au fusil. (...) Aujourd’hui, je considère une mission à Kaboul avec une appréhension légitime. On ne peut pas ne pas se demander : qu’est-ce que je viens f... dans ce m... ? C’est un théâtre où l’on ignore qui sont les amis et qui sont les ennemis ; pour aller récupérer un blessé, il faut traverser des check-points en risquant de se faire tirer dessus. Cela dit, nous sommes formés à l’urgence et aux conditions opérationnelles de soutien de nos forces. »
« Nous observons une raréfaction du nombre des médecins disponibles, conséquence de la féminisation du service. La pression se fait sentir d’autant plus sur les médecins hommes. Maintenant, si pour remplir sa mission de médecin militaire, je dois exposer ma vie et être tué, il faut l’accepter par avance. Sans être une tête brûlée, cela fait partie du contrat à honorer. »
« Pour éviter de se retrouver en Afghanistan, certains mettent en avant des problèmes de conjugopathie, ainsi que des soucis liés aux enfants. Mais cela ne fait que repousser le départ de quelque temps. D’autres se font mettre en congé-maladie. Deux cas de démission ont aussi été évoqués.«
»Le problème le plus massif découle de la féminisation du SSA. Ceux d’entre nous qui partent en OMLT (Operational Monitoring Liaison Team) sont susceptibles d’être intégrés à l’armée afghane et les femmes en sont exclues. D’autre part, dans les missions de GTIA (groupement tactique interarmes), assez physiques, les femmes sont peu nombreuses. On ne sollicite donc, principalement, que le vivier masculin. Et ce sont toujours les mêmes qui s’y collent. Cela crée un problème, sur lequel nous avions alerté la direction centrale il y a dix ans, en demandant l’instauration de quotas, ou d’épreuves de sélection physique au concours. Maintenant, c’est trop tard, nous avons le nez dedans. »
« J’ai servi précédemment dans la Légion et dans les paras. J’ai fait la guerre du Golfe. En Afghanistan, le niveau de risque est supérieur à celui de la Nouvelle-Calédonie, l’éventualité de revenir d’un théâtre comme celui-là entre quatre planches n’est pas exclue. Mais nous sommes formés pour le prendre et l’assumer. Si un médecin militaire n’est pas d’accord, il faut qu’il change de métier. »"

ça aussi c'est du vécu pas de la parlote !!!

Écrit par : leclercq | 12 décembre 2015

@ Chuck Jones

trouvez la même vidéo avec une femme.

https://www.youtube.com/watch?v=05Wr1bpbjxM

https://www.youtube.com/watch?v=NaJIe4WqCKc

https://www.youtube.com/watch?v=xbSs0SB8sFM

ça me rappelle des souvenirs chronométré évidement.

Écrit par : leclercq | 12 décembre 2015

je fais des trouvailles impressionnant le mec

https://www.youtube.com/watch?v=kkHNrGz1gU0

Écrit par : leclercq | 12 décembre 2015

http://www.pompiersparis.fr/la-brigade/les-traditions/la-planche

j'ai rien trouvé en recherche femme planche à 15

Écrit par : leclercq | 12 décembre 2015

@Monsieur leclercq

- « ... s'il est demandés sur le terrai ex: pompiers la planche à rétablissement c'est que c'est nécessaire, dans le type d'exigence de ces métiers les qualités féminines sont inutiles. »

Oui, mais s'il est demandé sur le terrain des qualités féminines, Monsieur leclercq, où irez vous les chercher ?


- « ... ça c'est de la parlote de contestation sans fondements. »
« ... les médecins militaires ... »

Je parlais de médecins ou paramédics *** civils *** , naturellement.


- « ... ça aussi c'est du vécu pas de la parlote !!! »

Et Les cicatrices, Monsieur leclercq, où sont les cicatrices ???
Sans les cicatrices, c'est comme du Canada Dry.

https://www.youtube.com/watch?v=o6LiMrCCzhg

https://www.youtube.com/watch?v=iIcEvJP9f-k

https://www.youtube.com/watch?v=XE7537D0Ho0

https://www.youtube.com/watch?v=5vx_lqTVJ1U

https://www.youtube.com/watch?v=NHQwQKJN-1E

https://www.youtube.com/watch?v=r-s1HOa_j_o

https://www.youtube.com/watch?v=A145k4cdWUA

Écrit par : Chuck Jones | 12 décembre 2015

@Myriam Belakovsky

« ... En effet, je n'ai pas vu les guillemets. Veuillez, sur ce point, m'excuser. »

Excuses acceptées, l'erreur est humaine.
Bonne journée à vous, chère Madame.

Écrit par : Chuck Jones | 12 décembre 2015

@ Chuck Jones

Oui, mais s'il est demandé sur le terrain des qualités féminines, Monsieur leclercq, où irez vous les chercher ?

regardez bien ce qu'il est écrit ci-dessous, au feu on ne demande pas des qualités féminines.

S'il veut partir en compagnie ou encore progresser par la suite au niveau hiérarchique, il sera obligé de la réussir. La planche est en effet vue comme exercice de sélection d'aptitude au feu .

"Et, vous oubliez SURTOUT un détail crucial, Monsieur leclercq.

Pompier, c'est d'abord, et toujours ... un travail d'équipe."

vous le voyez où là le travail d'équipe.

"Autre expérience très éclairante : l’ENSOA de Saint-Maixent. Quand j’y étais cadre, il y avait encore des sections d’élèves sous-offs uniquement composées de filles. Résultats : absence totale d’esprit de cohésion dans la section, jalousie, crêpages de chignon, rivalité exacerbée pour devenir « la préférée » du chef de section, refus d’obéir aux consignes de l’élève de jour féminin, méchancetés et coups de p… en tous genres. Un vrai régal ! De même, il fallut se résoudre à nommer des hommes comme chefs des sections féminines car mettre une femme chef de section provoquait là encore des problèmes de discipline : les EVSO féminins n’acceptaient pas d’être commandées par une autre femme… En revanche, elles acceptaient sans aucun problème (instinctivement ?) l’autorité masculine… !!!
"de Pierro

Écrit par : leclercq | 12 décembre 2015

@Monsieur leclercq

« ... elles réclament bien qu'il y ait plus de femmes dans le bâtiment. »
« http://www.capeb.fr/actualites/plan-sectoriel-mixite-promouvoir-le-travail-des-femmes-dans-les-metiers-du.html »

Monsieur leclercq, vous confondez allègrement "promotion" et "réclamation".


« ... ah il faudrait prendre en compte les caractéristiques spécifiques des femmes. !!! »

Un vrai selfie sans photo!

Écrit par : Chuck Jones | 12 décembre 2015

@ Chuck Jones

les féministes font la promotion des métiers du bâtiment pour augmenter le nombre de femmes dans le bâtiment

Promouvoir les métiers du bâtiment auprès des publics féminins dès l’école

La sensibilisation des femmes aux métiers du Bâtiment est au cœur de ce plan. Des actions spécifiques seront menées aux moments déterminants de leur orientation (ou de leur réorientation) professionnelle.

conneries de gens déconnectés de la réalité.

Écrit par : leclercq | 12 décembre 2015

@Monsieur leclercq

« ... regardez bien ce qu'il est écrit ci-dessous!!! »

Comme on n'est plus à un hors-sujet ou à une histoire fumeuse près, ca vous intéresse quelques histoires de pompiers pyromanes ?

http://www.estrepublicain.fr/edition-haut-doubs/2015/11/13/pontarlier-un-an-ferme-pour-le-pompier-pyromane

Écrit par : Chuck Jones | 12 décembre 2015

@ Chuck Jones

aucun rapport avec le sujet

"une histoire fumeuse près"

l’honnête des commentaires ci-dessus euh vous appelez ça des histoires fumeuses.

vous n'êtes pas capables de comprendre que des femmes n'ont pas leur place dans les interventions au feu. il y a des règles aux pompiers de Paris, le passage de la Planche à 15. un passe droit n'aurait jamais du être accordé aux femmes les règles sont valables pour tout le monde.

Écrit par : leclercq | 12 décembre 2015

Elle a raison le planning familial est trop politisé avec un féministe radical très dangereux.
Pour donner quelques éléments sur les différences hommes femmes :
Si on demande la même chose a un homme et à une femme faudrait le même en pratique peut importe le pourcentage à la fin :
http://www.military.com/military-fitness/army-fitness-requirements/army-basic-training-pft
https://en.wikipedia.org/wiki/United_States_Army_Physical_Fitness_Test
http://fr.wikihow.com/se-pr%C3%A9parer-pour-suivre-la-formation-de-base-des-marines-am%C3%A9ricains
http://www.rand.org/pubs/research_reports/RR1103.html
Pour la gendarmerie (notamment simulation d'un combat) :
le:///C:/Users/User/AppData/Local/Microsoft/Windows/Temporary%20Internet%20Files/Content.IE5/OROSYC5I/Présentation%20EPG.pdf
Soit on demande la même chose soit au fait des concessions un cavalier, un artilleur,... peut dehors de sa spécialité être employé comme fantassin
Dans le civil il existe des actions spécifique le filles/femmes dans le recrutement ou l'éducation par exemple pendant les visites d'entreprises surtout dans les filières scientifique et technique mais la même journée n'existe pas pour les hommes (par de réseau dans l'entreprise)
Alors égalité réelle ou de féministe ?

Écrit par : Lafaux | 12 décembre 2015

@Monsieur leclercq

« ... vous n'êtes pas capables de comprendre que des femmes n'ont pas leur place dans les interventions au feu. »

Ce que je comprends c'est qu'il n'existe AUCUNE loi de la physique qui interdit aux femmes de combattre le feu.

Par conséquent, toutes les règles qui interdisent leur incorporation dans le corps de sapeur-pompiers, ou la restreignent sont artificielles et donc arbitraires.

Et si certaines règles sont basées sur des raisons pratiques fondées, aucune de ces raisons n'est suffisamment forte ou sacrée pour ne pas être remise en question et modifiée, pour supprimer une instance de discrimination (de plus!) des femmes.

Accessoirement ...

"En France, les femmes pompiers représentent environ 8% de l’effectif global, soit un total de 20 300 femmes sapeurs pompiers, dont 14 000 pompiers civils. Cela fait plus de quinze ans que les femmes pratiquent le métier, de la même manière que les hommes.

Les femmes de la Brigade de Paris, en revanche, ont dû attendre 2002 pour pouvoir prétendre aux mêmes fonctions que leurs collègues du sexe opposé.

Question sport, les épreuves sont les mêmes pour les femmes que pour les hommes, mais les objectifs sont différents.

Il leur est interdit d’avoir les cheveux longs, c’est une question de sécurité (ce qui est valable pour les deux sexes !)

Les hommes et les femmes suivent la même formation. Pour devenir sapeur-pompier, ils passent 3 jours dans un centre de sélection et d’orientation de l’armée de terre (pour les femmes et les hommes ). Ensuite, la formation initiale d’un sapeur-pompier de Paris représente environ 600 heures de cours réparties sur 8 mois.

Interview de Delphine, pompier à la caserne d’Antony ... (cliquer le lien pour lire la suite)"

http://www.mag3fr.fr/?p=1254

Essayez un peu d'expliquer aux 20'300 femmes pompiers de France qu'elles n'ont pas leur place sur le terrain à combattre le feu.

Écrit par : Chuck Jones | 12 décembre 2015

@Lafaux

- « Si on demande la même chose a un homme et à une femme faudrait le même en pratique peut importe le pourcentage à la fin ... »

Pourquoi "faudrait la même" ?

- « ... un cavalier, un artilleur,... peut dehors de sa spécialité être employé comme fantassin ... »

Curieusement, je ne vois pas en quoi cela ne s'applique pas aux femmes.

Écrit par : Chuck Jones | 12 décembre 2015

@ Chuck Jones

"Ce que je comprends c'est qu'il n'existe AUCUNE loi de la physique qui interdit aux femmes de combattre le feu."

si celle là

La planche pompier est l’exercice de choix de la Brigade de la BSPP. L' objectif des pompiers étant la sauvegarde des personnels et des individus, un pompier doit pouvoir se sauver lui-même en cas de chute, et pour se faire être capable de soulever le poids de son corps et équipement afin de rétablir en position de sécurité.

http://www.pompiersdeparis.com/la-planche-pompier.html

"Par conséquent, toutes les règles qui interdisent leur incorporation dans le corps de sapeur-pompiers, ou la restreignent sont artificielles et donc arbitraires."

donc faux

"Et si certaines règles sont basées sur des raisons pratiques fondées, aucune de ces raisons n'est suffisamment forte ou sacrée pour ne pas être remise en question et modifiée, pour supprimer une instance de discrimination (de plus!) des femmes."

sauver sa vie et celle des autres n'est pas raison sacrée !!! c'est quoi pour vous une raison sacrée.

"Cela fait plus de quinze ans que les femmes pratiquent le métier, de la même manière que les hommes."

faux on s'est tellement habituer à la discrimination positive pour les femmes que certaines personnes comme vous en arrivent à écrire des conneries.

"Question sport, les épreuves sont les mêmes pour les femmes que pour les hommes, mais les objectifs sont différents."

les critères aux épreuves sont différents et les objectifs sont différents on voit le résultat. "graves difficultés sur intervention parce que on ne peut pas demander les mêmes efforts physique aux femmes,c'est génétique, vous ne pouvez rien y faire"

mais les pro féministes comme vous sont aussi malhonnêtes que vous ne veulent pas voir la réalité en face et veulent imposer leur mensonges aux autres à coup de parlote butée, comme on dit il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis.

"Essayez un peu d'expliquer aux 20'300 femmes pompiers de France qu'elles n'ont pas leur place sur le terrain à combattre le feu."

elles savent très bien quelles ne peuvent pas faire ce que fait un homme.
elles savent que les hommes et les femmes sont différents, qu'un homme a deux fois plus de force en moyenne qu'une femme dans le haut du corps, ce qui lui permet de faire une chose qu'une femme ne peut pas faire. c'est normal quelles sont conscientes quelles bénéficient de passe droit, ce qui est anormal c'est que des gens comme vous leur fasse croire le contraire avec des phrases comme ça

"Les femmes de la Brigade de Paris, en revanche, ont dû attendre 2002 pour pouvoir prétendre aux mêmes fonctions que leurs collègues du sexe opposé."

et oui il y a un grand dimorphisme sexuel entre les hommes et les femmes, la bêtise des féministes et devenue tellement crasse quelles en sont arrivées à ne même plus admettre un fait avéré.

comment expliquez vous qu'une femme normale est incapable de monter sur la planche et qu'un homme entrainé arrive à monter 379 fois en 1 heure comment expliquez qu'en gymnastique les épreuves hommes et femmes sont totalement différentes.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/rhone-alpes/2012/11/27/record-montee-de-planches-battu-par-un-sapeur-pompier-du-rhone-431-tractions-152859.html

bon je vous aime bien j'ai retrouvé une vidéo où où voit mieux les différents exercices du parcours du combattant.

https://www.youtube.com/watch?v=IFweTBAHIbE

à part ça vous avez fait votre service militaire où ?
quel stage commando avez vous effectué ?

https://www.facebook.com/recrutementpompiersparis/videos/619596908144742/

Vtr Vtr
Vtr Vtr quel bon vieux temps elle devrais être obligatoire chez les pro comme chez les volontaires comme il font le même travail c'est normal
3 · 27 février, 10:18
Sébastien Leroy
Sébastien Leroy Je ne suis pas vraiment d accord avec toi on fait peut être le même travail comme tu dis mais on a aussi notre journée de boulot et on ne fais pas tous des gardes posté au ci on fais le même travail mais on n a pas la même vie professionnel
2 · 5 mars, 08:47

il a raison elle devrait être obligatoire chez les volontaires.

Écrit par : leclercq | 13 décembre 2015

@ Chuck Jones

"pour supprimer une instance de discrimination (de plus!) des femmes."

citez en des discriminations qu'on creuse un peu le sujet, je me doute bien du niveau de vos vos réponses mais c'est pas grave je commence à avoir l'habitude.

Écrit par : leclercq | 13 décembre 2015

@ Chuck Jones

c'est dur de vouloir faire comme les hommes et là ce n'est que le bas qui corps qui est utilisé là où les femmes sont le plus proche des hommes mais en étant plus légères, c'est pour ça que porter le sac à dos normal d'infanterie est si dur pour elle.

https://www.youtube.com/watch?v=-K92F7wmB1o

là on est exactement dans ce cas. où va la connerie féministe.

Alors arrêtez de vous regarder le nombril et vouloir être les premières femme à faire ceci ou faire cela mais demandez vous ce qui est bien pour les institutions et surtout ce qui est bien pour les hommes qui les servent.
Mettez-vous en danger si vous voulez mais faites le toutes seule !!!!!!!!!!

Tout ça sous prétexte de faux égalitarisme, très « à la mode » dans notre pensée unique actuelle et qui ressemble encore moins à un progrès mais à une régression supplémentaire pour les femmes.

Car il s’agit bien ici, au final, de la capacité réelle et non fantasmée de faire la guerre, qui reste l’unique fonction réelle des armées (ce qui est différent que de faire la police ou les gardiens de la paix !), et non d’exercer un quelconque métier, pour prouver que l’on en est capable, en suivant un effet de mode somme toute assez pervers quant à ses finalités réelles.
Comme il y a un siècle, il était de mode que les dames s’évanouissent à la moindre émotion, aujourd’hui on voudrait leur faire croire qu’il suffit d’avoir fait partie de la génération Lara Croft, pour se fantasmer en commando et en guerrière !

Écrit par : leclercq | 13 décembre 2015

@ Chuck Jones

"Ce que je comprends c'est qu'il n'existe AUCUNE loi de la physique qui interdit aux femmes de combattre le feu."

si celle là

La planche pompier est l’exercice de choix de la Brigade de la BSPP. L' objectif des pompiers étant la sauvegarde des personnels et des individus, un pompier doit pouvoir se sauver lui-même en cas de chute, et pour se faire être capable de soulever le poids de son corps et équipement afin de rétablir en position de sécurité.

http://www.pompiersdeparis.com/la-planche-pompier.html

"Par conséquent, toutes les règles qui interdisent leur incorporation dans le corps de sapeur-pompiers, ou la restreignent sont artificielles et donc arbitraires."

donc faux

"Et si certaines règles sont basées sur des raisons pratiques fondées, aucune de ces raisons n'est suffisamment forte ou sacrée pour ne pas être remise en question et modifiée, pour supprimer une instance de discrimination (de plus!) des femmes."

sauver sa vie et celle des autres n'est pas raison sacrée !!! c'est quoi pour vous une raison sacrée.

"Cela fait plus de quinze ans que les femmes pratiquent le métier, de la même manière que les hommes."

faux on s'est tellement habituer à la discrimination positive pour les femmes que certaines personnes comme vous en arrivent à écrire des conneries.

"Question sport, les épreuves sont les mêmes pour les femmes que pour les hommes, mais les objectifs sont différents."

les critères aux épreuves sont différents et les objectifs sont différents on voit le résultat. "graves difficultés sur intervention parce que on ne peut pas demander les mêmes efforts physique aux femmes,c'est génétique, vous ne pouvez rien y faire"

mais les pro féministes comme vous sont aussi malhonnêtes que vous ne veulent pas voir la réalité en face et veulent imposer leur mensonges aux autres à coup de parlote butée, comme on dit il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis.

"Essayez un peu d'expliquer aux 20'300 femmes pompiers de France qu'elles n'ont pas leur place sur le terrain à combattre le feu."

elles savent très bien quelles ne peuvent pas faire ce que fait un homme.
elles savent que les hommes et les femmes sont différents, qu'un homme a deux fois plus de force en moyenne qu'une femme dans le haut du corps, ce qui lui permet de faire une chose qu'une femme ne peut pas faire. c'est normal quelles sont conscientes quelles bénéficient de passe droit, ce qui est anormal c'est que des gens comme vous leur fasse croire le contraire avec des phrases comme ça

"Les femmes de la Brigade de Paris, en revanche, ont dû attendre 2002 pour pouvoir prétendre aux mêmes fonctions que leurs collègues du sexe opposé."

et oui il y a un grand dimorphisme sexuel entre les hommes et les femmes, la bêtise des féministes et devenue tellement crasse quelles en sont arrivées à ne même plus admettre un fait avéré.

comment expliquez vous qu'une femme normale est incapable de monter sur la planche et qu'un homme entrainé arrive à monter 379 fois en 1 heure comment expliquez qu'en gymnastique les épreuves hommes et femmes sont totalement différentes.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/rhone-alpes/2012/11/27/record-montee-de-planches-battu-par-un-sapeur-pompier-du-rhone-431-tractions-152859.html

bon je vous aime bien j'ai retrouvé une vidéo où où voit mieux les différents exercices du parcours du combattant.

https://www.youtube.com/watch?v=IFweTBAHIbE

à part ça vous avez fait votre service militaire où ?
quel stage commando avez vous effectué ?

https://www.facebook.com/recrutementpompiersparis/videos/619596908144742/

Vtr Vtr
Vtr Vtr quel bon vieux temps elle devrais être obligatoire chez les pro comme chez les volontaires comme il font le même travail c'est normal
3 · 27 février, 10:18
Sébastien Leroy
Sébastien Leroy Je ne suis pas vraiment d accord avec toi on fait peut être le même travail comme tu dis mais on a aussi notre journée de boulot et on ne fais pas tous des gardes posté au ci on fais le même travail mais on n a pas la même vie professionnel
2 · 5 mars, 08:47

il a raison elle devrait être obligatoire chez les volontaires.

Écrit par : leclercq | 13 décembre 2015

@ Chuck Jones

je me demande si vous vous rendez compte que les hommes et les femmes sont physiquement différents.

http://www.sportmedecine.com/differences-hommes-et-femmes.htm

Écrit par : leclercq | 13 décembre 2015

@ Chuck Jones

https://www.youtube.com/watch?v=-K92F7wmB1o

il suffit pas de porter le sac il faut aussi se battre après.

http://lavoiedelepee.blogspot.fr/2013/10/afghanistan-mali-laboratoires-tactiques.html

Et celle-ci s'est accrue grâce à la grande rusticité de cette infanterie qui a conservé les savoir-faire du combat à pied. La résistance aux longues marches sous un soleil de plomb, en portant des charges importantes a permis de conserver l'initiative en allant réduire les postes de combat d'AQMI dans les rochers de l'Adrar.

La rusticité et l'endurance doivent utilement venir compléter ce tableau. Aujourd'hui un soldat porte sur lui un gilet pare-balles, des munitions et de l'eau pour un total de 40 kilos. Il faut reproduire ce poids à l'entraînement. Et étant entendu que le fantassin termine immanquablement son combat à pied, parfois sur de longues distances, la marche doit rester au centre de l'entrainement.

Écrit par : leclercq | 13 décembre 2015

@leclercq

- « ... il suffit pas de porter le sac il faut aussi se battre après. ... »

Vous voulez évidemment parler du sac qui renferme ces fameux et précieux bijoux de famille, bien entendu ?

Écrit par : Chuck Jones | 13 décembre 2015

@leclercq

« ... Aujourd'hui un soldat porte sur lui un gilet pare-balles, des munitions et de l'eau pour un total de 40 kilos ... »

Entre autres, pré-requis physiques minimum pour participer au recruitement des pompiers de Tokyo: 1m60-52kgs pour les hommes, 1m50-42 kgs pour les femmes.

Allez, osez dire que les pompiers japonais sont des boulets.

Écrit par : Chuck Jones | 13 décembre 2015

@leclercq

« ... Tout ça sous prétexte de faux égalitarisme ... »

C'est pas un prétexte, c'est une revendication.

Écrit par : Chuck Jones | 13 décembre 2015

@leclercq

« ... Car il s’agit bien ici, au final, de la capacité réelle et non fantasmée de faire la guerre ... »

Oui, on a vu le résultat en Algérie, en Indochine, et récemment en Irak.

Incidemment, le nombre de suicides réussis parmi les vétérans US d'Irak 2003 est supérieur au nombre de tués US au combat.

Écrit par : Chuck Jones | 13 décembre 2015

@leclercq

« La planche pompier est l’exercice de choix de la Brigade de la BSPP. L' objectif des pompiers étant la sauvegarde des personnels et des individus, un pompier doit pouvoir se sauver lui-même en cas de chute, et pour se faire être capable de soulever le poids de son corps et équipement afin de rétablir en position de sécurité. ... »

Vous n'avez pas oublié le principal ... battre des ailes ?

Écrit par : Chuck Jones | 13 décembre 2015

@ Chuck Jones

Vous voulez évidemment parler du sac qui renferme ces fameux et précieux bijoux de famille, bien entendu ?

non du sac à dos.

Allez, osez dire que les pompiers japonais sont des boulets.

ça n'empêchera nullement les femmes pompiers japonaises de ne pas être capables de

"un pompier doit pouvoir se sauver lui-même en cas de chute, et pour se faire être capable de soulever le poids de son corps et équipement afin de rétablir en position de sécurité."

donc ça n'empêchera nullement les pompiers japonais d'avoir "graves difficultés sur intervention parce que on ne peut pas demander les mêmes efforts physique aux femmes,c'est génétique"

comme en France.

les japonaises n'ont pas des physiques différents des européennes.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Comparaison_biologique_entre_la_femme_et_l'homme#/media/File:Human_Body.jpg

http://www.ilosport.fr/articles/hommes-et-femmes-quelles-differences-de-performa/

http://www.thierrysouccar.com/sport/info/corps-femininmasculin-les-differences-morphologiques-360

http://slenderline.com/infos/documentation/difference-homme-femme.php

http://www.vulgaris-medical.com/forum-sante/comparaison-entre-l-homme-et-la-femme

http://fr.slideshare.net/ledrkin/diffrences-hommes-femmes

http://www.statcan.gc.ca/pub/82-625-x/2010001/article/11089-fra.htm

je viens de trouver une féministe aussi illuminée que toi, il faudrait quelle lise les liens au-dessus ça lui éviterait d'écrire n'importe quoi.

http://blog.plafonddeverre.fr/post/La-force-des-femmes-est-elle-moindre-que-celle-des-hommes2

Écrit par : leclercq | 13 décembre 2015

@leclercq

« à part ça vous avez fait votre service militaire où ?
quel stage commando avez vous effectué ? »

Ah la douce liberté du hors-sujet ...
Mais je crains que si je ne vous donne pas de réponse, je n'aurai pas fini de vous entendre.

Dès 16 ans, j'ai appris à conduire des camions et des chars M113 et M60A1 du génie, en formation pré-recruitement à l'étranger.

Ensuite école de recrue et incorporation en suisse comme sapeur de char, spécialiste combat anti-char, puis formation spéciale en tactique anti-char.

Écrit par : Chuck Jones | 13 décembre 2015

@ Chuck Jones

Oui, on a vu le résultat en Algérie, en Indochine, et récemment en Irak.

pauvre rigolo quand on a aucune connaissance sur ces conflits on écrit rien.

http://www.histoire-en-questions.fr/guerre%20algerie/armee-djebel-jumelles.html

« ... Tout ça sous prétexte de faux égalitarisme ... »

C'est pas un prétexte, c'est une revendication.

l'égalité c'est l'égalité en droit qui est effective.

le reste s'appelle de la similarité plus de l'égalité, donc imposture féministe.

Vous n'avez pas oublié le principal ... battre des ailes ?

on demande pas un un pompier de battre des ailes mais de remplir une mission.

Écrit par : leclercq | 13 décembre 2015

@ Chuck Jones

pour la guerre d'Indochine lire en fin des commentaires de ce billet sa réalité.

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2015/11/16/retour-a-molenbeek-%C2%A0-l-echec-du-multiculturalisme-271810.html#more

Dès 16 ans, j'ai appris à conduire des camions et des chars M113 et M60A1 du génie, en formation pré-recruitement à l'étranger.

tiens un homme des blindés.

Oui, on a vu le résultat en Algérie, en Indochine, et récemment en Irak.

vous vous estimez capables de juger les autres alors que l'armée suisse n'a aucune expérience réelle de la guerre. d'un autre coté c'est pratique on ne peut pas porter de jugement sur l'armée suisse.

et pourtant dieu sait si l'expérience est indispensable, toute armée sans expérience vit comme dans un cocon déconnectée de la réalité.

http://lavoiedelepee.blogspot.fr/2013/10/afghanistan-mali-laboratoires-tactiques.html

Écrit par : leclercq | 13 décembre 2015

@ Chuck Jones

c'est parce que vous avez fait votre armée dans une armée qui n'a jamais combattu que vous êtes déconnecté de la réalité de la guerre si méprisant envers les armées des autres pays c'est facile d'être méprisant quand on a jamais rien fait.

http://www.histoire-en-questions.fr/guerre%20algerie/armee-djebel-jumelles.html

Vingt-cinq mille hommes de troupes opérationnelles adjointes aux quinze mille du secteur prenaient possession du réduit kabyle. Bombardements, canonnades, pilonnage d'artillerie et partout la troupe. Et pas une troupe de bidasses nonchalants, des hommes galvanisés dont le moindre commando de chasse avait autant de punch que ceux des terrifiants régiments de paras.

mon père était para appelé en Algérie.

http://secretdefense.blogs.liberation.fr/2008/08/19/afghanistan-le/


leclercq 03 novembre 2008 à 08:54

Bonjour, je vous écris pour vous faire part de mon avis sur les combats en Afghanistan, j'ai parlé récemment avec mon père de ce conflit, ancien parachutiste appelé au 2 Rpima mi 56 mi 58 en Algérie

Tireur FM dans la compagnie du capitaine Gildas Lebeurrier, celui là même qui a délogé une compagnie nord coréenne d'un piton avec sa section en corée voir le livre d'erwan bergot batailon de

Corée

et compagnon de Bob Denard et Steiner au Biafra 67, en Algérie une embuscade comme celle de Surobi était recherchée, pourquoi parce qu'en une heure maxi le régiment était héliporté en bouclage

de la katiba qui avait tendue l'embuscade, une fois le bouclage effectué, le groupe rebelle était traité au 105 et 155 des batteries installées sur les pitons voisins, les Corsairs et bien sur les bidons

spéciaux. maintenant on a quand même les mortiers de 120, les A10 américains, les hélicoptères d'attaques pour remplacer les batteries de canon. les bidons spéciaux (le napalm) sont évidement

interdits. mon constat on envoie pas des compagnies en renfort mais des sections par la route, pas d'héliportage, pas d'hélicoptères quel manque de moyens. donc pas d'extermination du groupe

rebelle.

Les éléments tombés dans l'embuscade ne pouvaient pas mieux faire leur devoir, ils ne pouvaient que baisser la tête sous un feu aussi nourri, le feu maintenant est plus important qu'a l'époque

tous les soldats ont une arme automatique, à l'époque quand une MG42 crachait 1100 coups minutes, tout le monde baissait la tête, solution le tireur FM tirait de petites rafales en se déplaçant

constamment, le tireur fells faisait de même c'était à celui qui béquillait l'autre, (mon père était apprécié des camarades à ce jeu là), après le 57 sans recul est arrivé, c'est lui qui se chargeait de la MG

quand la notre l'obligeait à se déplacer. mais pendant les assauts les engagés disaient aux appelés bouger pas c'est notre boulot.

On a eu de la chance à l'embuscade de surobi que les talibans n'aient pas de missiles sol-air, le stinger fourni par la CIA, avait renversé la situation à l'époque des russes, ils ne pouvaient plus héliporté

ni utilisé leurs hélicoptères d'attaques qui étaient la terreur des moudjadhines (s'il reste des stingers de cette époque il parait qu'is sont trop vieux pour fonctionner encore).

Je pense qu'il faut créer l'insécurité aux talibans leur tendre des embuscades de nuit, de jour partout, par tous les temps, chaque fois que eux en fonts une, faire un bon bouclage hermétique pour les

exterminer, et puis garder correctement cette frontière avec le Pakistan qui est une passoire.

A quoi servent ces 70 000 hommes en Afghanistan, s'ils ne sont pas sur le terrain à traquer les talibans, à quoi sert de faire des convois sur les routes avec des véhicules de plus en plus blindés de plus en

plus chers, on a l'impression que le but actuellement d'une troupe, ce n'est pas de remplir la mission, donc détruire l'élément adverse, mais de revenir d'un accrochage avec le minimum de pertes

tout ça pour ne pas traumatiser l'opinion, drôle d'état d'esprit nos glorieux anciens doivent se retourner dans leur tombe, dix morts dans une unité d'élite on parle de drame national, où vas-ton

et cet état d'esprit est général dans le monde occidental, on a remplacer les italiens à surobi qui ne bougeait plus de leurs bases, les américains eux ne se déplacent qu'en convois,

et sont spécialistes des frappes chirurgicales qui loupent quelquefois leurs cibles et nous mettent la population afghane à dos, les allemands idem, quand les armées occidentales se remettront t'elles

à faire la guerre au lieu de s'inquiéter de l'opinion publique de leurs pays respectifs.

Les renseignements qui lui parvenaient étaient de jour en jour plus désespérants. Il était devenu impossible de communiquer par radio. Chaque message, si court fût-il, provoquait une réaction de la part des troupes françaises. Les missions de liaison étaient de plus en plus difficiles. En cinq semaines, la wilaya 3 avait perdu l'initiative. La situation devenait tragique pour les djounoud qui cherchaient plus à subsister qu'à combattre. Chaque sortie pour se ravitailler se soldait par des pertes énormes. Les maquisards ne mouraient plus au combat mais au ravitaillement. Les hommes de Mohand Ou el-Hadj devaient se battre pour manger. Non seulement contre l'armée mais contre certains villages hier favorables à l'A.L.N. !

On ne pouvait plus bouger, racontera plus tard le lieutenant Saada, on ne mangeait plus. J'étais si faible que je n'arrivais même plus à porter ma mitraillette. L'implantation des postes militaires, la multiplication des autodéfenses et des agents de renseignement nous rendaient la vie et même la survie impossibles. Il a fallu reprendre la population en main. On a liquidé certains traîtres pour l'exemple. En une nuit, à Yakouren, on a liquidé sept Kabyles. Et pourtant il y avait un poste français. On a laissé passer une patrouille française et quand les harkis de l'autodéfense sont arrivés on leur est tombé dessus. Le propre fils d'un des traîtres s'était proposé pour le liquider. Après quelques exemples comme celui-là, du jour au lendemain, beaucoup d'autodéfenses assurèrent notre protection. Des villages dits pacifiés se tournèrent à nouveau vers nous. C'est grâce à cela qu'on a pu survivre. En exécutant les traîtres en série. Mais jamais on n'a réussi à reprendre l'initiative.

Écrit par : leclercq | 13 décembre 2015

@leclercq

« ... c'est parce que vous avez fait votre armée dans une armée qui n'a jamais combattu que vous êtes déconnecté de la réalité de la guerre si méprisant envers les armées des autres pays c'est facile d'être méprisant quand on a jamais rien fait. »

Vous faites erreur.
Je ne méprise pas l'armée, je méprise certains cultes entretenus (incidemment, la plupart) militaires dans l'armée, et politiques à propos de l'armée.

Écrit par : Chuck Jones | 13 décembre 2015

@leclercq

« tiens un homme des blindés. »

Fantassin dans l'infanterie mécanisée précisément.

Écrit par : Chuck Jones | 13 décembre 2015

@ Chuck Jones

http://www.vtg.admin.ch/internet/vtg/fr/home/militaerdienst/rekrut/rekrutierung.parsys.67113.downloadList.19903.DownloadFile.tmp/92055f.pdf

Si les valeurs
d’évaluation en vue de l’incorporation sont
identiques pour les hommes et les femmes,
celles donnant droit à la distinction de sport
sont spécifiques au genre.

les femmes sont sur un pied d’égalité avec les
hommes et peuvent accéder, si elles en ont les capacités, à toutes les fonctions et être
promues à tous les grades. Autrement dit, «à compétences égales, chances égales».

les valeurs sont différentes pour la distinction au sport, et après on parle de compétences égales, mais si les valeurs sont différentes les capacités sont différentes.

l'armée suisse a expliqué à ces femmes que pour être opérationnelle un fantassin devait pouvoir faire ça.

" La résistance aux longues marches sous un soleil de plomb, en portant des charges importantes "

en Algérie aussi c'était ça, sac à dos à 30 Kgrs + mitrailleuse approvisionnée à 5000 coups portés par le pourvoyeur et deux GV l'AA52 ça fait 10 Kgrs.

http://paras.forumsactifs.net/t68-l-arme-automatique-modele-1952-aa52

mais peut-être que l'Armée suisse ne sait pas réellement ce que doit faire un, fantassin en conditions réelles.

Écrit par : leclercq | 13 décembre 2015

@ Chuck Jones

et moi
Fantassin dans l'infanterie motorisée précisément.

"Je ne méprise pas l'armée."

moi j'appelle ça du mépris.

« ... Car il s’agit bien ici, au final, de la capacité réelle et non fantasmée de faire la guerre ... »
"Oui, on a vu le résultat en Algérie, en Indochine, et récemment en Irak."

moi je pense qu'une armée qui n'a jamais combattu est déconnectée de la réalité.

Écrit par : leclercq | 13 décembre 2015

@ Chuck Jones

http://valor.militarytimes.com/recipient.php?recipientid=106613

médaille militaire américaine en Corée à Gildas Lebeurrier, chef de compagnie de mon père en Algérie

http://www.france-phaleristique.com/lh_promo_25-04-05.htm

Écrit par : leclercq | 13 décembre 2015

http://fr.1001mags.com/parution/terre-information-magazine/numero-240-dec-12-jan-2013/page-48-49-texte-integral

Un monument près de Séoul honore aujourd’hui les 269 Français tués et 1 008 blessés dans des combats aussi épiques que la bataille de Heartbreak Ridge (le « crève-cœur ») ou la côte 247, quand la section du lieutenant Gildas Lebeurrier mena ce qui est, jusqu’à aujourd’hui, la dernière attaque à la baïonnette de l’armée française. Dans l’immense coalition internationale qui vint au secours de la Corée, la contribution française fut modeste par le nombre, car la France était alors très engagée en Depuis la fin de la guerre il y a près de 60 ans, il y a eu de nombreux incidents qui ont causé des morts des deux côtés. » Général Wan Sun Yoon. Indochine. Mais la renommée des Français était grande et le général Ridgeway, chef de la VIII e armée américaine, rappela à ses troupes après l’exploit du LTN Lebeurrier que « la baïonnette n’a pas été inventée uniquement pour ouvrir les boîtes de conserves » !

Écrit par : leclercq | 13 décembre 2015

@ Chuck Jones

Merci pour votre vœu.

Si j'ai sans aucun problème reconnu n'avoir pas vu des guillemets en revanche votre à moi "Madame le juge" ne me convient ni ne me correspond.

Je demandai si les femmes qui ne veulent pas voir les différences qu'il y a entre les hommes et les femmes n'ont pas un problème mental voire plus que demander je donnais à penser qu'il doit y avoir ou pourrait bien y avoir problème mental.

Est-ce "juger"?
Condamner, innocenter?


Pour éviter de s'égarer combien de temps de rencontre d'une femme qui ne veut ou ne "peut" voir aucune différence entre un homme et une femme chez un psy?


Pour moi, ado: problème de famille éclatée avec remariage.
Pas forcément la rigolala tous les jours.


Un ami prêtre observateur, pénétrant sans que je ne lui dise rien me donna un conseil que j'observe encore aujourd'hui: non juger mais de "tacher de comprendre"!

Comprendre est également "inclure".

Empathie, donc.

Bonne soirée à vous, Chuck Jones.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13 décembre 2015

@ Chuck Jones
J'avais publié mon commentaire un peut trop vite, je me suis pas relu.
- « ... un cavalier, un artilleur,... peut dehors de sa spécialité être employé comme fantassin ... »

Curieusement, je ne vois pas en quoi cela ne s'applique pas aux femmes.

Quand on décide de féminiser les armées c'est sous prétexte (entre autre)que "avec la technologie on réduit les différences", en gros pour faire simple "on appui sur un bouton" mais il faut faire attention a cela, ils excitent différents modèle d'organisation et un des argument de la professionnalisation des armées était "un soldat avant d'être spécialiste", un marines est avant tout un fantassin (entrainement et mentalité de polyvalence) comme un légionnaire. Prenons l'exemple de la chine ils existent des batillons féminins même pour les unités spéciales ou forces spéciales chez les russes pour les troupes aéroportés elles sont en section féminine. Avoir des unités entièrement masculines comme féminines peut également signifier que la meilleur proportion de chaque sexe est représenté et une égalité réciproque. A combien estime t-on le nombre de femmes (sans aménagement ou suppression d'épreuve voir le cas des marines) et d'hommes capable de remplir les exigences physique ? Chez nous on veut féminiser sous le prétexte aucune différence (sauf quand il s'agit des femmes), mixité ne veut pas égalité.

Toutefois vous n'avez pas relevé ceci : Dans le civil il existe des actions spécifique le filles/femmes dans le recrutement ou l'éducation par exemple pendant les visites d'entreprises surtout dans les filières scientifique et technique mais la même journée n'existe pas pour les hommes (par de réseau dans l'entreprise)

Pourquoi fait on des pourcentages minimum de femme dans les fonctions, recrutement pour lutter contre un plafond de verre on applique se que j'appelle un plancher de verre (pourcentage minimum de femme) qui peut être contraire a un droit fondamentale celui de la liberté de se présenter (il y avait un article du parisien la dessus). Ce n'est pas le nombre de femme qui détermine l'égalité d'ailleurs les indicateurs standards de l’égalité des sexes rendent plus compte de l’émancipation des femmes que d’attitudes et de normes réellement neutres en termes de genre.

Deux derniers articles même si le premier faut le prendre avec du recul :
http://www.washingtonian.com/articles/people/jim-webb-women-cant-fight/
http://www.45enord.ca/2015/09/remous-au-pentagone-sur-les-performances-des-femmes-au-combat/

Écrit par : Lafaux | 13 décembre 2015

@ Lafaux

oui remous

http://www.opex360.com/2015/09/12/etude-de-lus-marines-corps-sur-les-performances-des-femmes-au-combat-fait-polemique/

"Car celles et ceux qui remettent en cause l’étude en question déplorent que les personnels féminins évalués aient été issus d’unités non combattantes et que leurs tests d’aptitude physique n’avaient pas été aussi exigeants que pour les hommes. En clair, pour eux, les résultats auraient été différents avec une sélection plus sévère et une meilleur préparation physique."

aussi exigeants.

ces personnes ne savent pas que les tests pour les hommes et pour les femmes sont différents.

en Israël il ont fait une constatation quand une femme est blessée les hommes délaissent la mission et protègent la femme.

http://www.troupesdemarine.org/discussion/viewtopic.php?f=1&t=923

Les Israéliens, beaucoup plus récemment ont tiré de solides enseignements de la présence des femmes dans les armées. Pas d’unité de mêlée avec des femmes ; ni d’unité mixte, sauf en soutien. Car un homme, face à une femme blessée ne réagit pas comme le ferait un soldat envers un soldat (homme). Psycologiquement l’homme voit, entend sa mère. Et c’est sa mère qu’il va essayer de sauver. Il pourra alors avoir des comportements irrationnels et mettant en danger le groupe auquel il appartient etc. etc. Et on peut dire que l’analyse est assez sérieuse, car les Israéliens, eux ils font la guerre,la vraie, pas le CENTAC.

Et les grandes brutasses aussi hautes que larges, si elles peuvent desserrer l’écrou et jouer du coin de culasse, ne sont pas chose courante, Dieu soit loué.

Écrit par : leclercq | 14 décembre 2015

http://www.checkpoint-online.ch/CheckPoint/Monde/Mon0059-FemmesCombatUSAIsrael.html

Les unités engagées dans des combats directs, comme l'infanterie ou le corps des blindés, restent inaccessibles aux femmes. Quelques unes sont autorisées à servir au sein d'une unité d'infanterie dans l'Arava, parce qu'il s'agit d'une frontière considérée comme paisible [il s'agit de la frontière sud dans le secteur d'Eilat, note du traducteur]. La politique officielle des FDI est de garder les femmes hors de la ligne de front, et hors du combat direct.

La troisième raison affirme que les femmes sont physiquement plus faibles. C'est un argument plus difficile à rejeter. La dernière commandante du Corps féminin, le brigadier-général Suzy Yogev, a révélé que les militaires féminins ont 30% de fractures dues au stress de plus que les hommes. Ceci importe peu pour de nombreuses tâches accomplies dans une armée de plus en plus high tech – ce qui est l'une des raisons pour lesquelles les femmes, aux Etats-Unis comme en Israël, ont été amenées à faire un travail plus difficile dans les Forces armées. Mais pour le combat direct à l'ancienne, la taille et la force importent toujours. Almog remarque qu'il y a des femmes individuelles aussi fortes que des hommes. Mais dans l'ensemble, il y a une différence.

La plus grande sensibilité des femmes aux fractures peuvent être surmontées par une diète riche en calcium et un entraînement physique adapté, maintient-il. Lorsque les femmes ont été admises dans la police des frontières, elles ont été attentivement surveillées par une équipe de nutritionnistes, de gynécologues, d'orthopédistes et d'épidémiologistes, qui ont étudié l'impact physiologique du changement. Si les FDI veulent déployer des femmes comme commandos, elles doivent investir dans des programmes de recherche de d'entraînement pour améliorer la condition physique des femmes, dit-il, sans diminuer les standards de l'armée. Mais aucun effort de ce type n'a été fait.

" Malgré des opportunités accrues, elle remarque que "les femmes ne sont pas volontaires en masse pour servir dans des unités de combat." Ce qui condamne également bien des programmes à l'échec.

Écrit par : leclercq | 14 décembre 2015

Cher/Chère Lafaux,

- « A combien estime t-on le nombre de femmes (sans aménagement ou suppression d'épreuve voir le cas des marines) et d'hommes capable de remplir les exigences physique ? »

Permettez moi de vous poser la même question que j'ai déjà posée à Monsieur leclercq ...

... Des exigences définies sur la base de quelles valeurs de référence et pourquoi ces valeurs là ?


- « Pourquoi fait on des pourcentages minimum de femme dans les fonctions, ... »

Parce que ... il est jugé que ... il y a disfonctionnement dans les organisations qui emploient insuffisamment de femmes, chiffre minimum de référence arbitraire mais jamais au-dessus de 50%, à l'heure où les femmes réussissent approximativement aussi bien que les hommes dans les études universitaires et les formations professionnelles, et que ...

... il existe un consensus politique qu'il est grandement préférable de changer l'organisation de l'intérieur par les mécanismes de promotion existants, et d'abattre les obstacles discriminants artificiels intérieurs lorsqu'ils se manifestent, plutôt que d'imposer des changements de gouvernance arbitraires de l'extérieur ou de parachuter à la tête d'une organisation quelqu'un en dehors du sérail, et de gravement détériorer le fonctionnement de l'organisation par méconnaissance de son fonctionnement interne.

Écrit par : Chuck Jones | 14 décembre 2015

http://www.terrafemina.com/societe/international/articles/2211-usa-la-fin-de-linterdiction-de-combat-pour-les-femmes-soldats-.html

journal féministe on voit les mensonges quelles sont capables d'écrire.

et les vieux préjugés sur la force physique justifiaient jusqu’ici le blocage de l’armée

"préjugés" !!!

et en réalité il y a très peu de femmes qui ont réellement envie de combattre.

Écrit par : leclercq | 14 décembre 2015

http://koide9enisrael.blogspot.fr/2014/04/tsahal-ouvre-un-2eme-bataillon-de.html

Tout le monde est d'accord pour dire que les femmes qui servent dans le bataillon " Caracal " sont des tigresses. !!!

" les femmes qui cherchaient à servir dans des rôles de combattantes devaient effectuer des essais sur le terrain afin de tester leurs capacités physiques et mentales avant leur conscription. Maintenant, la seule exigence pour les femmes est de passer un entretien,"

donc plus de test physiques !!!

http://tsahal.fr/armee-de-defense-israel/unites-de-tsahal/forces-armees/forces-terrestres/corps-dinfanterie/bataillons-independants/bataillon-karakal/

le bataillon caracal c'est de la garde de frontières.

" Lorsque les femmes ont été admises dans la police des frontières,"

Écrit par : leclercq | 14 décembre 2015

« FemmesCombatUSAIsrael.html »

L’armée israélienne dénonce la violence contre les femmes et appelle à l’égalité

https://blogtsahal.wordpress.com/2011/12/01/larmee-israelienne-denonce-la-violence-contre-les-femmes-et-appelle-a-legalite/

Écrit par : Chuck Jones | 14 décembre 2015

@leclercq

- « Les Israéliens, beaucoup plus récemment ont tiré de solides enseignements de la présence des femmes dans les armées. ... un homme, face à une femme blessée ne réagit pas comme le ferait un soldat envers un soldat (homme). Psycologiquement l’homme voit, entend sa mère. »

Toujours en retard d'une guerre, Monsieur leclerc ?


- « ... le bataillon caracal c'est de la garde de frontières. »

Des boulets, quoi ?

Et au grand jeu du KiKaDi ... Dans ce billet, KiKaDi ...

... "vous êtes déconnecté de la réalité de la guerre si méprisant envers les armées des autres pays c'est facile d'être méprisant quand on a jamais rien fait." ?

Écrit par : Chuck Jones | 14 décembre 2015

« A combien estime t-on le nombre de femmes (sans aménagement ou suppression d'épreuve voir le cas des marines) et d'hommes capable de remplir les exigences physique ? »

http://www.opex360.com/2015/09/12/etude-de-lus-marines-corps-sur-les-performances-des-femmes-au-combat-fait-polemique/

36% de femmes ont été au bout avec aménagement d'épreuve et 99% des hommes.

. Des exigences définies sur la base de quelles valeurs de référence et pourquoi ces valeurs là ?

pour ça "La résistance aux longues marches sous un soleil de plomb, en portant des charges importantes "

http://lavoiedelepee.blogspot.fr/2013/10/afghanistan-mali-laboratoires-tactiques.html

je sais vous êtes issu d'une armée qui ne fait pas la guerre, je comprends que vous ayez du mal à comprendre la réalité de terrain. c'est pas votre faute, en plus même devant des faits avérés vous ne comprenez toujours pas, je ne voient pas ce que je peux faire pour vous, votre cas est désespéré.

https://blogtsahal.wordpress.com/2011/12/01/larmee-israelienne-denonce-la-violence-contre-les-femmes-et-appelle-a-legalite/

"La violence contre les femmes, un problème universellement répandu dans toutes les classes de nos sociétés modernes, "

lien pas objectif, mensonge habituel sur la violence universelle que subirait les femmes dans le monde occidental.

Parce que ... il est jugé que ... il y a disfonctionnement dans les organisations qui emploient insuffisamment de femmes, chiffre minimum de référence arbitraire mais jamais au-dessus de 50%, à l'heure où les femmes réussissent approximativement aussi bien que les hommes dans les études universitaires et les formations professionnelles, et que ...

comment ça se fait quelles réussissent aussi bien coté étude et quelles soient nulles après dans les BE, études déconnectées de la réalité peut-être !!!
ceux qui les poussent par égalitarisme forcené dans les études techniques feraient bien d'analyser un peu plus près la réalité avec objectivité, c'est vrai aussi que l'objectivité n'est pas la qualité première des féministes. on le voit a quelques liens que j'ai mis au-dessus (les derniers).

"Parce que ... il est jugé que ... il y a disfonctionnement dans les organisations qui emploient insuffisamment de femmes,

Ah bon première nouvelle !!!

Écrit par : leclercq | 14 décembre 2015

Les commentaires sont fermés.