08 décembre 2015

Déferlante FN : ils n’ont toujours pas compris

Les réactions au score du Front National sont sidérantes. Les responsables politiques n’ont toujours pas compris. Le problème n’est pas le FN, le problème ce sont eux. 


france,régionales,fn,front national,le pen,valls,socialistes,doit,déni,Manque de courage

Eux dont le discours n’est plus en phase, ni avec les problèmes du pays, ni avec les attentes de citoyens. Qu’ils s’époumonent donc, ils ne font que renforcer la marche de MLP vers le pouvoir suprême. Et ce jour-là il ne faudra pas se demander: « Comment est-ce possible? »

La décision socialiste de se retirer dans trois régions est inacceptable. En politique on va au combat ou on dépose le bilan. Et même en mauvaise posture on se bat jusqu’au bout. Le maintien de leur liste aurait assuré la victoire des femmes Le Pen? Et alors? Au moins les socialistes seraient dans la place, à se battre, à participer aux commissions, à ameuter la société civile si besoin. Dehors ils n’auront plus rien à dire. Plus rien.

Si j’adhérais à un parti et qu’il bafoue ainsi mon vote, mon engagement et la démocratie elle-même, je serais très fâché. Je n’accepterais pas ce qui est à mes yeux un lâchage, une trahison, une décision infantile. Un manque de courage politique. Alors, Valls peut jouer le républicain en appelant à voter pour les listes de centre-droit, il ne fait qu’accentuer le malaise.

 

Le changement c’est maintenant

Ces gens n’ont pas su créer l’adhésion, ils ne représentent plus rien au yeux de nombre de français, et ils veulent encore donner des leçons de morale en appelant à un barrage. C’est no way.

france,régionales,fn,front national,le pen,valls,socialistes,doit,déni,Ils refusent la sanction des urnes. Ils considèrent qu’ils doivent penser encore à la place des électeurs. Ils feraient bien de lire ce que disent des commentateurs lucides. Tel Xavier Alonso dans la Tribune de Genève papier de ce jour.

Il est question d’un vote d’adhésion et non plus d’exaspération. Le FN est aujourd’hui perçu comme une force de changement. Il est audible. Son électorat s’élargit. En particulier, un tiers des jeunes de 18 à 30 ans a voté FN. Un tiers! Ce n’est pas la Génération Bataclan comme titrait de manière démago Libération il y a quelques jours, c’est la Génération FN. Le canard du réducteur de tête Jaurent Joffrin a fait sa une sur MLP lundi. Une Une particulièrement dégueulasse: « Ca se rapproche ».

Ça, c’est presque 30% des votants. Ça, c’est un courant politique qui ne peut plus être contenu par les imprécations émotionnelles. Dire ça en montrant Marine Le Pen, c’est le mépris le plus intolérant. Libération, qui a connu quelques hauteurs politiques à certaines époques, est devenu un tabloïde caca digne de l’ancien brûlot facho Je suis partout. Joffrin lâche sa haine, elle n’a plus de limites.

 

Rien compris

Prétendre que le Front National est un parti fasciste est aberrant. Ses origines le lient certes à un courant peu démocratique, soit l’ancienne OAS. Les saillies de son fondateurs ont fleuré l’antisémitisme. Il a flirté avec les skinheads dont le niveau intellectuel était alors proche de celui d’une limace couverte de sel et la violence récurrente. Mais on doit aussi admettre qu’il évolue. Après tout, une majorité des socialistes de 1940 ont voté le soutien à Pétain. Mitterrand lui-même a d’abord soutenu le gouvernement de Vichy et y a collaboré. Les socialistes ne sont pas pour france,régionales,fn,front national,le pen,valls,socialistes,doit,déni,autant aujourd’hui des pestiférés. Les anathèmes ne servent plus à rien, il est trop tard pour cela. La France sort de l'étouffement et rattrape tout ce qui a été interdit de langage pendant trop longtemps. Ceux qui votent FN ne se laissent plus enfermer dans la honte par le camp du bien autoproclamé. Ce n'était pas de morale dont la France avait besoin en élisant Hollande, c'était d'un projet et de politique audacieuse.

Le remue-ménage du PS ne sert qu’à renforcer le Front National, puisqu’il n’y a face à lui aucun discours raisonnable ni projet d’avenir. Les thèmes du FN parlent aux français. Ces thèmes que François Hollande a lui-même repris depuis les attentats. C’est un peu tard aujourd’hui. Il fallait entendre cette réalité avant.

Les partis au pouvoir depuis 30 ans ont dénié la réalité, celle qui leur a explosé au visage avec les attentats. Ils ont capturé le langage à leurs propres fins, fait semblant d’autre chose. Quand Jean-Marie Le Pen venait sur un plateau télé, il y a 30 ans, ses interlocuteurs parfois s’en allaient. 

Ils récoltent aujourd’hui ce qu’ils ont semé alors, et ce à quoi ils n’ont pas eu le courage de s’attaquer.

Le PS appelant à voter pour Les Républicains se démet d’une analyse politique sérieuse de la France. Il parle encore le langage d’avant. D’avant le 6 décembre. Peut importe dès lors que sa stratégie fasse barrage dimanche prochain. A jouer les vierges effarouchées ses responsables sont déjà morts intellectuellement et moralement. Ils ne font que reporter et accentuer l’ampleur de la fracture politique. Ils n’ont rien compris.

 

 

18:45 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : france, régionales, fn, front national, le pen, valls, socialistes, doit, déni | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Comme en Suisse, au Danemark, en Finlande, en Suède, etc... se sont les partis Patriotes; les vrais, et le peuple contre les élites nauséabondes qui se concertent pour se maintenir au pouvoir coûte que coûte!

Écrit par : Corélande | 09 décembre 2015

Une fois de plus : merci d'une analyse si pertinente, si fouillée et si lucide. Le PS français en abandonnant le champ de la lutte démocratique se moque de la démocratie, elle bafoue ses principes et finalement lâche ses électeurs. Comment croire que l'adversaire contre lequel le parti a émis maintes critiques, démoli les arguments et vertement critiqué les propositions puisse d'un coup de baguette magique être celui qui incarne l'avenir de la région, celui qui a toutes les qualités ? Comment ne pas se sentir méprisé, abandonné par les burocrates parisiens et considéré comme de la vulgaire piétaille destinée à obéir aux ordres. Non, l'époque n'est plus aux ordres venant d'en haut, aux imprécations vides. En fuyant les assemblées régionales le PS adopte la politique du vide or la nature a horreur du vide. Mais au fait, le PS n'a-t-il pas peur que le FN réussisse là ou`il a tellement échoué, i.e. la politique régionale ?

Écrit par : uranus2011 | 09 décembre 2015

Le FN profite en grande partie des problèmes posés par la politique d'immigration de l'Union européenne. Pourtant une autre voie était possible pour elle, si elle s'était souvenu du passé.
Lorsque des événements, aussi bien religieux que politiques ou économiques, ont posé des problèmes de survie à l'Europe, c'est vers l'Amérique, aussi bien du Nord que du Sud suivant les époques et les circonstances, que sont partis ceux qui ne pouvaient plus vivre chez nous.
On aurait pu penser qu'à un certain moment le mouvement allait s'inverser, mais cela se passe essentiellement avec les Etats-Unis, qui lutte farouchement contre l'immigration mexicaine. L'Europe, stupidement, a pris la décision de fermer la frontière aux milliers, sinon millions, de Sud-Américains qui aimeraient venir travailler chez nous, certains descendants relativement récents descendants des émigrés mentionnés plus haut, tous culturellement proches de l'Europe, notamment pour leurs racines dites "judéo-chrétiennes".
Or, à part les femmes de ménage si utiles à nos classes sociales favorisées, que l'on maintien dans une situation de quasi esclavage en les menaçant d'expulsion tout en acceptant leurs enfants dans nos écoles, nous ne voyons pratiquement aucun ouvrier sud-américain dans nos pays, bannies qu'ils sont par la politique désastreuse de l'UE qui a tout misé sur les pays de l'Est, sans parler de l'Allemagne qui se trouve avec une majorité d'immigrants musulmans.
Les conséquences sont maintenant claires: crise d'identité culturelle et religieuse et crise politique due au fait qu'une partie grandissante de la population européenne ne se reconnaît pas dans ses propres frontières.

Écrit par : Mère-Grand | 09 décembre 2015

L'attitude des dirigeants du PS est simplement incompréhensible. Que vont-ils faire si dans le grand est (là où le candidat socialiste a refusé de retirer sa liste)le FN est battu alors qu'il gagne dans les deux régions où les socialistes (depuis Paris, il est vrai) ont ordonné la fuite en retirant leur liste ? Quelle excuse ou stratégie iront-ils inventer ? Pour le moins et par loyauté envers leurs électeurs ils auraient dû annoncer avant le premier tour qu'ils retireraient leur liste dans telle ou telle hypothèse !

Écrit par : uranus2011 | 09 décembre 2015

Elle est d'autant plus incompréhensible que si dans 5 ans la situation au premier tour est la même je doute qu'ils se retirent à nouveau. Voudraient-ils être absents des régionales pour 10, 20 ou 30 ans? C'est insensé.

Je ne comprends d'ailleurs pas ce qui va se passer dans le grand est. La liste PS n'a plus l'aval de Paris, mais alors sous quel nom continue-t-elle, si elle continue?

Écrit par : hommelibre | 09 décembre 2015

A force de vouloir à tout prix interdire le changement climatique, François Hollande n'a pas vu venir le changement politique.

Écrit par : Ben Palmer | 10 décembre 2015

"interdire le changement climatique"
Je veux bien qu'il ne soit pas très malin politiquement (sauf si on trouve malin de se moquer des électeurs), mais de là à l'accuser de vouloir "interdire" un changement climatique, naturel ou causé par l'homme, c'est quand même un peu cruel ...

Écrit par : Mère-Grand | 10 décembre 2015

Les commentaires sont fermés.