22 novembre 2015

Liberté, égalité, diversité : un train de retard

On croirait entendre Harlem Désir faisant le remake de Touche pas à mon pote. 30 ans de retard. Une génération. Un train. Un très long train.


diversité,égalité,france,attentats,La bigarrure

Samedi soir une petite chaîne télé française, Numéro 23, a programmé une soirée spéciale sur le thème de la diversité. Une soirée inspirée par les attentats du 13 novembre.

Diversité: le mot exprime une réalité naturelle. Biodiversité, multiformité de la vie, variété des espèces, pluralité des opinions, multitude des désirs humains, la grande bigarrure telle qu’elle existe depuis le commencement des temps. 

L’idée est évidemment de plaider la cause des français et étrangers dont l’origine ou l’ascendance est non-européenne. Il ne faut pas différencier ni stigmatiser ces populations différentes. Ce qui, en passant, confirme qu’elles sont perçues et classifiées comme différentes. 

Entendons-nous: ni les musulmans ni les juifs ni les polonais ni les animistes ni les ritals ni les ruskov ni les autres gueules de charbon ou faces de lune ne sont particulièrement mauvais, intrinsèquement méchants, prêts à manger nos ti nenfants et nos mères-grands. Pas plus que ces faces de craies de blanskis. Aucun groupe auto-proclamé ou reconnu par la science, la culture, la maréchaussée et la psychiatrie ne mérite d’être cloué comme une chauve-souris sur les panneaux publicitaires de Decaux.

 

diversité,égalité,france,attentats,Pas la question

Je n’ai pas vu l’émission. Peu l’ont vue. Bien qu’annoncée par plusieurs médias son audience a été 0,1% de parts de marché. 33’000 téléspectateurs. Qu’une petite chaîne s’empare du sujet montre à quel point les grands médias s’en écartent. Ce n’est pas vraiment d’actualité. 

Sans quoi TF1 et France 2 auraient fait un Diverthon qui cartonne grave dans les chaumières, là où croupissent les salauds qui ont regardé Ali de travers le 14 novembre. Ali, vous savez, le petit épicier d’en bas qui vend des briks dans sa boutique nommée Big Badaboum. Ali est un fan du Cinquième élément et de Milla Jovović, que pensiez-vous? Une serbak, Milla. Elle sont trop belles ces serbak, c’est comme Stana Katic de la série Castle.

Je ne m’égare pas. C’est la diversité dans les séries télé. Mais ce n’est pas vraiment la question. La question est: pourquoi en France a-t-on laissé les choses aller aussi loin? Pourquoi a-t-on accepté sans broncher l’influence salafiste grandissante dans de nombreux quartiers et mosquées, et ouvertement dénoncée depuis 2002 (et avant)? Pourquoi des chauffeurs de bus à la RATP refusent de serrer la main des collègues femmes? Ou de conduire des bus préalablement conduits par une femme? Et que va-t-on faire?

 

Divorce

Un rapport récent a déjà alerté les autorités françaises:

diversité,égalité,france,attentats,« Des prières sur la pelouse à la mi-temps d’un match d’une équipe de Perpignan, des éducateurs sportifs, fichés comme étant des musulmans salafistes par les services de renseignement, qui prient «en déployant des tapis de prière dans les gymnases» tout en encadrant des adolescents. Autant de faits mentionnés par le rapport de treize pages à destination de différents préfets et ministères. » 

Mais cela se sait depuis beaucoup plus longtemps. Quand des tapis de prières sont déployés dans les vestiaires ou sur la pelouse des équipes de foot amateur, c’est que la radicalisation est admise par la chaîne des responsables et que les administrations, forcément averties, ferment les yeux.

Pourquoi laisse-t-on une partie de la génération beur montante divorcer de la société française? Pourquoi est-ce si incorrect d’en parler? Le fait que la géopolitique (Syrie) influence à ce point cette génération montre que le communautarisme identitaire fonctionne à plein. 

La diversité en bocaux hermétiques rangés séparément sur une étagère, ce n’est pas la diversité. L’émission de Numéro 23 avait un train de retard. Ou une génération de retard. L’ambiance n’est plus à « Marions-nous », mais à « Pourquoi avons-nous divorcé et que caches-tu derrière ton dos? »

 

 

19:55 Publié dans Philosophie, Politique, société | Lien permanent | Commentaires (21) | Tags : diversité, égalité, france, attentats | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

@ hommelibre

Je n’ai pas vu l’émission. Peu l’ont vue.

je suis tombé dessus hier soir, et je l'ai regardé en replay ce matin édifiant, des gens déconnectés de la réalité dans leur monde comme les Bobo.

rien ne trouve grâce à leur yeux même pas la gauche qui les aime tant.

http://www.tv-replay.fr/redirection/21-11-15/liberte-egalite-diversite-emission-speciale-numero-23-replay-11314189.html

http://www.tv-replay.fr/21-11-15/liberte-egalite-diversite-emission-speciale-numero-23-replay-11314187.html

http://www.tv-replay.fr/22-11-15/liberte-egalite-diversite-emission-speciale-numero-23-replay-11314251.html

Écrit par : leclercq | 22 novembre 2015

"Selon le JDD, en moyenne chaque semaine, un employé se voit refuser l'accès aux sites nucléaires en raison d'une radicalisation islamiste."

www.lepoint.fr/societe/les-centrales-nucleaires-face-a-la-radicalisation-islamiste-22-11-2015-1983846_23.php

Leclercq, c'est grâce à votre lien sous le billet précédent que j'ai trouvé. Mais je n'ai pas eu le courage de tout regarder...

Écrit par : hommelibre | 22 novembre 2015

@hommelibre


- « Pourquoi a-t-on accepté sans broncher l’influence salafiste grandissante dans de nombreux quartiers et mosquées, et ouvertement dénoncée depuis 2002 (et avant)? »

L'influence ? Parce que aujourd'hui, en France et en Suisse, "on" a le droit d'endoctriner des enfants, des ados, des jeunes gens, des retardés mentaux, un privilège dont se sert toutes les religions.

Si vous interdisez les salafistes, pourquoi pas aussi les satanistes, les wiccans, les juifs, ou les végétariens ?


- « Pourquoi des chauffeurs de bus à la RATP refusent de serrer la main des collègues femmes? »

Est-ce qu'en Russie, l'on demande aux chauffeurs de bus d'embrasser leurs collègues hommes sur la bouche ?


« Ou de conduire des bus préalablement conduits par une femme? »

Un chauffeur de bus qui refuse de conduire un bus, c'est de l'incapacité professionelle. Après, faut voir la loi et la politique de l'entreprise lorsqu'un pareil cas se présente.


- « Des prières sur la pelouse à la mi-temps d’un match d’une équipe de Perpignan, ... »

Ca c'est un problème d'adaptation des règles du football ou du code pénal.

Il y a bien une règle qui attribue un carton jaune à tout joueur qui enlève son maillot pendant la partie, ou ...

... un délit réprimé connu sous le nom de "Outrage public à la pudeur".


- « ... des éducateurs sportifs, fichés comme étant des musulmans salafistes par les services de renseignement, qui prient «en déployant des tapis de prière dans les gymnases» tout en encadrant des adolescents. »

"Outrage public à la pudeur".


- « Quand des tapis de prières sont déployés dans les vestiaires ou sur la pelouse des équipes de foot amateur, c’est que la radicalisation est admise par la chaîne des responsables et que les administrations, forcément averties, ferment les yeux. »

Il y a quelques décennies de celà, dans les rames de métro et dans les bus, on pouvait lire un panneau où il était écrit "interdit de cracher". A l'époque, fallait-il une loi pour instaurer et faire appliquer une telle interdiction ?

Voyager dans les bus à Genève est soumis à ...

DRT-tpg - Dispositions Règlementaires pour le Transport de voyageurs, de bagages et d’animaux sur le réseau des Transports publics genevois.

http://www.tpg.ch/documents/10162/4662383/DRT-tpg_et_reglement_d_execution-14.12.2014.PDF

... où on peut y lire ...

Art. 42 Interdictions diverses sur le réseau tpg

Sur l’ensemble du réseau tpg, il est interdit à toute personne, sous peine de sanctions (art. 55 et ss), de gêner ou d’entraver l’activité des tpg, en particulier :

a) en manquant d’égard à l’encontre du personnel, notamment en lui proférant des injures, en se livrant à des voies de fait ou en lui faisant subir tout autre atteinte à sa santé ou à son intégrité. Demeure réservée l’application de l’art. 285 CP ;

b) en empêchant l’accès du personnel des tpg aux compartiments ou aux armoires
techniques situés dans les véhicules et, d’une manière plus générale, en perturbant les interventions du personnel des tpg ;

c) en occupant abusivement les sièges avec des effets ou autres objets ou en créant des obstacles à la libre circulation dans les couloirs, passages, portes dans les véhicules sur l’ensemble du réseau tpg ;

d) en occupant les sièges sans respecter le droit du voyageur prioritaire ;

e) en parlant sans nécessité au personnel lorsque celui-ci est en fonction ou en intervention technique ;

f) en retardant, de quelque manière que ce soit, le départ du véhicule ou en entravant son mouvement, notamment en empêchant ou en retardant la fermeture des portes ;

g) en montant à bord du véhicule ou en descendant lorsque ce dernier est encore
en mouvement ;

h) en s’asseyant à même le sol ou en s’allongeant ;

i) en mettant les pieds sur les sièges ou en y plaçant un objet ou une substance susceptible de les souiller ;

j) en manœuvrant ou en utilisant de quelconque façon que ce soit un appareil, un dispositif ou un équipement dont l’usage est réservé au personnel ;

k) en souillant un bien, notamment en déposant sur ce bien ou en y abandonnant tout déchet, papier, liquide ou autre rebut ailleurs que dans une poubelle ou un réceptacle destiné à contenir un tel rebut ;

l) en pratiquant toute forme de mendicité ;

m) en troublant de quelque manière que ce soit la tranquillité des autres voyageurs ;

n) en pénétrant à l’intérieur des véhicules tpg avec un véhicule privé à moteur à combustion, un chariot de type « supermarché » ou tout autre objet similaire ;

o) (abrogé)

p) en s’agrippant ou en s’asseyant à l’extérieur des véhicules que ceux-ci soient à l’arrêt ou en mouvement ;

q) en passant un bien, un objet ou une partie du corps par les portes et les fenêtres des véhicules ;

r) (abrogé)

s) en fumant, y compris avec des cigarettes électroniques ou d’autres types de
procédés analogues pouvant occasionner une gêne pour les autres voyageurs ;

t) en criant, en clamant, en se livrant à une altercation ou à tout autre forme de tapage susceptibles d’incommoder les autres voyageurs ;

u) en faisant usage d’un objet ou d’une substance susceptible d’incommoder les autres voyageurs ou le personnel ;

v) en provoquant des flammes, en introduisant des matières inflammables, explosives ou pyrotechniques ou tout gaz, liquide ou matière dangereuse (toxique, radioactive ou corrosive) ;

w) en consommant de l’alcool ou toute substance illicite ;

x) en produisant des nuisances sonores de manière excessive ou incommodante pour autrui par l’usage de tout appareil ou dispositif électronique, notamment téléphone portable, ordinateur portable, radio, lecteur de musique, alarme, sirène, haut-parleur, avertisseur sonore ;

y) en jouant de la musique ou en animant un spectacle de quelque nature que ce soit, sous réserve d’une autorisation des tpg ;

z) en distribuant des tracts, feuillets, journaux, prospectus ou tout autre imprimé, sous réserve d’une autorisation des tpg ;

aa) en faisant, en apposant ou en gravant sur l’ensemble des biens et installations du réseau tpg une inscription, une affiche, un tract, un imprimé, un dessin, un graffiti, un tag, un autocollant ou tout autre figure ;

bb) en déplaçant un panneau, un pictogramme, une affiche, un chevalet, une
barrière, un cordon de sécurité ou tout autre objet similaire ;

cc) en endommageant un bien, en le déréglant ou en le modifiant de façon à en
empêcher ou à en limiter le fonctionnement normal ;

dd) en lançant ou en faisant en sorte qu’un objet ou un liquide soit projeté sur une personne ou un bien ;

ee) en insérant, dans un distributeur automatique de titres de transport ou dans un appareil qui fait de la monnaie, d’autres moyens de paiement que ceux autorisés par les tpg ;

ff) en sollicitant la signature d’une pétition, d’une initiative ou d’un référendum, sous réserve d’une autorisation des tpg ;

gg) en offrant, en louant, en vendant quoi que ce soit, en se livrant à une quelconque publicité sur l’ensemble du réseau tpg ailleurs que dans les espaces affectés à cet usage, sous réserve d’une autorisation des tpg ;

hh) en vendant, en revendant un quelconque bien ou service, ou en procédant à
tout autre forme de commerce avec un titre de transport, sans l’autorisation
préalable des tpg ;

ii) en introduisant dans les véhicules ou les agences comme bagages ou bagages
à main les matières, les objets ou les animaux vivants (sous réserve de l’art. 52 des DRT-tpg) exclus du transport selon l’art. 63 et 64 OTV [RS 745.11 – OTV] ;

jj) en consommant des pique-niques et autres repas à l’emporter, à l’exception des petits encas tels que notamment fruits ou barres chocolatées ;

kk) en montant avec des boissons ouvertes ou en les consommant à bord des
véhicules; ou en y entrant avec des liquides dans des contenants, en verre
notamment, pouvant servir de projectiles, sauf s’ils sont transportés en toute
sécurité et protégés contre d’éventuels chocs


Art. 43 Consignes de sécurité à bord des véhicules

Le voyageur est tenu de s’assurer de sa sécurité, en particulier

a) en se tenant aux poignées et barres de maintien ;

b) en restant à distance de toutes les parties mobiles du véhicule (notamment des soufflets dans les articulations), afin surtout de ne pas entraver la manœuvre automatique d’ouverture et de fermeture des portes et les virages du véhicule ;

c) en appuyant systématiquement sur le bouton d’ouverture des portes en montant et en descendant du véhicule pour maintenir ses portes ouvertes ;

d) en appuyant toujours le pied sur la marche ou en passant le corps dans la zone sensible marquée du véhicule pour éviter une fermeture soudaine des portes en montant et en descendant du véhicule ;

e) en s’abstenant de monter dans les véhicules avec des objets encombrants ou exclus du transport au sens de l’art. 53 ;

f) en s’asseyant si le voyageur est chaussé de rollers ou de patins à roulettes ou autres chaussures similaires


Même question ... faut-il une loi pour instaurer et faire appliquer toutes ces interdiction ?


- « Pourquoi laisse-t-on une partie de la génération beur montante divorcer de la société française? »

« L’ambiance n’est plus à « Marions-nous », mais à « Pourquoi avons-nous divorcé et que caches-tu derrière ton dos? » ».

Pas compris.
Sans métaphore, s'il vous plaît ?

Écrit par : Chuck Jones | 23 novembre 2015

Si tu as loupé aussi Caroline Roux sur France 5, ce dimanche, voici le lien pour revoir l'émission dans laquelle elle démolit Guigou, la ministre de la Justice.

http://www.france5.fr/emissions/c-politique/videos/replay_-_c_politique_22-11-2015_988706

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 23 novembre 2015

Chuck:

La pléthore d'interdictions est une sorte de manuel de savoir-vivre! Intéressant, précis, exhaustif, on devrait en faite une lecture éducative.

Je remarque aussi combien les enfants crachent au sol depuis des années, à l'image des footeux complaisamment filmés par les caméras. C'est voulu, on ne sait pas pourquoi, mais pour les saisir au bon moment c'est qu'il y a un décalage de quelques secondes entre le temps réel et la diffusion. Donc cracher est tendance et les gamins reproduisent partout, dans la rue, dans les parcs, dans les cours d'école. Cracher est devenu normal, même si c'est dégueulasse pour les autres, pas sain, méprisant pour la Terre.

Mais quelle solution? Censurer les images? Stigmatiser les footeux comme des gros porcs?

Cela pour dire qu'une loi de plus pour appliquer le règlement ne sert à rien, les outils existent déjà, et le problème est également culturel. La contradiction entre l'éducation et les modèles est balancée en plein poste.

Mais entre des ados qui posent leurs pieds sur les sièges dans un bus et les imams qui séparent les jeunes beurs du cadre de vie français, il y a un fossé. Vous mentionnez les satanistes, etc, mais il y a des facteurs de nombre et de degré de nuisances à prendre en compte. L'islamisme est adossé sur un groupe nombreux et fort idéologiquement, sa dangerosité est assez démontrée. Après, que faire? Déjà se donner des moyens de faire respecter les lois. Oser intellectuellement dire les choses sans renvoyer cela à la stigmatisation de xénophobe ou raciste, sans craindre de confronter ses propres croyances sur la fraternité et les jeunes en cause.

A propos de la métaphore, je veux dire qu'il y a trente ans on cherchait à rapprocher les groupes sociaux, ethniques,culturels, pour éviter de plonger dans une fracture (même si la manière a été erronée puisque Harlem Désir a renforcé l'accusation des français d'origines et à victimiser les beurs), et aujourd'hui pour une part non négligeable de gens la rupture est là, bien visible, avec une dangerosité très réelle comme aboutissement de cette rupture. Cette rupture est en partie partagée par des adultes, plus passivement, ou par des enseignants (imams) qui attisent la rupture, et par une part hors-europe de cette idéologie. Donc quand un frère en nationalité d'origine ethnique et culturelle non européenne vient vers un français d'origine caucasienne celui-ci doit se poser la question du pourquoi de cette rupture, quelle est maintenant l'intention de celui qui vient vers lui, et cesser d'ouvrir les bras sans discernement.

Il y a un retour à une légitime défiance à l'égard d'une partie d'une communauté, c'est évidemment encore mal vu et c'est moralement malheureux mais les événements et la rupture sont d'une telle ampleur que l'on ne peut plus cacher la crotte sous le tapis.

La gauche a d'évidence voulu fermer les yeux sur le problème, par idéologie. C'est comme dire d'un malade qu'il n'a pas la fièvre parce que la direction de l'hôpital (de gauche) considère que la fièvre est une invention de droite...

Écrit par : hommelibre | 23 novembre 2015

Victor: Madame Grigou fait du blabla, mais enfin des questions qui dérangent sont posées.

Écrit par : hommelibre | 23 novembre 2015

John, tu répétera 100 fois, Guigou ...

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 23 novembre 2015

« La gauche a d'évidence voulu fermer les yeux sur le problème, par idéologie. »

Euh ... John,

Ces 20 dernières années, en France, la droite n'était-elle pas au pouvoir pendant pas moins de 16 ans ?

Écrit par : Chuck Jones | 23 novembre 2015

14 années sous Mitterand ...

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 23 novembre 2015

Oui Chuck c'est vrai, mais c'est aussi vrai pour la gauche: Mitterrand, Jospin. Et surtout ce sont les organisations de gauche qui ont dicté le programme moral de la France, par exemple avec SOS racisme, et un discours généralement dominant dans les médias, la sociologie, le social. La sécurité a été longtemps opposée à la liberté au nom de la gauche.

Le thème de l'immigration a été laissé à JM Le Pen alors que je pense que ce devrait être un thème régalien, comme la sécurité. Mais l'immigré est devenu le nouveau prolétaire de la gauche coupée des ouvriers, une gauche restant aux mains principalement des idéologues (Michel Foucault, Théorie du genre, Terra Nova, etc). Pour la gauche les origines sont un défaut, en tenir compte est déjà du racisme. Autre aspect de l'idéologie de gauche (reprise par le FN): le patronat reste en France l'un des plus suspecté d'Europe dans la culture populaire.

Même quand elle n'étais pas au pouvoir l'idéologie de gauche a dominé la scène culturelle. Le renvoi de la dissidence intellectuelle accusée par réflexe d'être "nauséabonde" est largement documenté, hélas, et le débat intellectuel a été captif du jugement moral très sombre porté sur les contradicteurs ou sur ceux qui osent chercher un autre angle de vue.

Par exemple la gauche a torpillé le débat sur l'identité, au nom du fait que l'identité française c'est la République et rien d'autre. C'est un peu court – d'autant que la gauche réclame sa propre identité idéologique et sociale à tour de bras, surtout depuis l'accession de Hollande dont l'identité de gauche est mise en question toutes les semaines.

Résultat: l'identité revient en force avec le terrorisme et la radicalisation. Elle n'a pas été traitée avant, cela n'a donc pas permis l'apprivoisement mutuel. On ne peut pas aimer, accueillir, donner sa foi, sur ordre politique. D'où l'échec du "Marions-nous" et le constat de divorce.

Écrit par : hommelibre | 23 novembre 2015

John,

"Même quand elle n'étais pas au pouvoir l'idéologie de gauche a dominé la scène culturelle."

Est-tu sur qu'il s'agisse seulement du domaine culturel ?
Et l'éducation ?
Les entreprises nationalisées, comme Renault ?

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 23 novembre 2015

En parlant de foot..... J'ai un ami footballeur récemment arrivé à Genève. Il se cherche un club et atterris au Stade Français, un club genevois surtout composé de joueurs musulmans. Cet ami m'a raconté comment, dans ce club, il est obligatoire de se doucher en caleçon ou en slip pour ne pas heurté les pratiquants musulmans..... Et cela semble être la règle dans beaucoup de clubs en France.

Écrit par : Riro | 23 novembre 2015

Victor, je veux dire culturel au sens large, au sens des valeurs ou idéologie d'une époque. Donc aussi l'éducation, et les notions qui sous-tendent l'organisation sociale.

Le pouvoir politique est une chose, celui des idées en est une autre.

Écrit par : hommelibre | 23 novembre 2015

@ Riro, les cinémas anglais ont refusé une pub d'une minute sur la prière le Notre Père, sous prétexte que cela pourrait "blesser" certains spectateurs. Bon, pas de pub religieuse, après tout ce sont des entreprises privées et elles font ce q'elles veulent. Mais l'argument est difficile, car il s'agit bien évidemment en priorité des spectateurs musulmans, ensuite des athées.

Mais alors beaucoup de choses peuvent "blesser", par exemple la vue de corps dénudés dans les pubs, ou la violence et le meurtre à l'écran.

Ceux qui pourraient se sentir blessés ne sont pas obligés d'y aller.

Écrit par : hommelibre | 23 novembre 2015

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2014/10/04/sihame-assbague-la-militante-associative-a-l-emeute-dans-la-260404.html

Sihane Assbague était intervenante dans le débat, et ceux qui ne sont pas d'accord avec elle sont des charognard qui véhiculent une idéologie nauséabonde !!!

Écrit par : leclercq | 23 novembre 2015

@hommelibre

« Oui Chuck c'est vrai, mais c'est aussi vrai pour la gauche: Mitterrand, Jospin. Et surtout ce sont les organisations de gauche qui ont dicté le programme moral de la France ... »

« La gauche a d'évidence voulu fermer les yeux sur le problème, par idéologie. »

Ahem ... 1973-1974, c'est pas l'idéologie de Pompidou-Giscard d'Estaing ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ratonnades_de_1973
https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_Charles-Martel

Marseille, quarante ans après les ratonnades de 1973, peu de leçons ont été tirées:

- "Si Marseille s’affiche aujourd’hui comme la « capitale de la culture », il y a quarante ans, les journaux titraient « capitale du racisme »"

- "Les ambiguïtés du Gouvernement ont largement été mises en cause dans ces crimes racistes. De la circulaire Marcellin-Fontanet à la non-application de la loi anti-raciste Pleven en passant par l’approbation des discours et meetings de l’extrême droite sur un fond de passivité des forces de l’ordre, ce nouveau phénomène n’a pas su ou n’a pas voulu être géré. Trente années sont passées et selon l’historien Yvan Gastaut, « le racisme semble être un comportement toujours présent dans notre société. Sa flamme […] se rallume dès qu’un problème apparaît »."

http://www.med-in-marseille.info/Marseille-quarante-ans-apres-les.html

Écrit par : Chuck Jones | 24 novembre 2015

" Trente années sont passées et selon l’historien Yvan Gastaut, « le racisme semble être un comportement toujours présent dans notre société. Sa flamme […] se rallume dès qu’un problème apparaît ». Dès le début, "


l’immigration a été la réponse à tous les problèmes d’ordre social, économique et politique mais jusqu’à quand cette spirale et cette méconnaissance vont-elles rester ancrées dans les mentalités"

la bonne blague, il n'est pas menteur à moitié celui là. quelle bouffonnerie,


Média euroméditerranéen des diversités à Marseille / mardi, 24 novembre 2015.

après les attentats à Paris c'est tout ce que ces gens là savent écrire, aucune remise en cause aucune analyse lucide.

même genre de bouffons que ceux du débat cité ci-dessus.

remettez nous en encore des liens comme ça, Chuck Jones, merci un grand merci, vous êtres super doué pour nous trouver des truc sans aucune objectivité, continuer dans cette voix encore merci.

ça permet vraiment d'appréhender la gravité de la situation, franchement devant un fonctionnement pareil il n'a a qu'une solution, le serrage de vis, l'abrogation des lois de censure genre "la loi anti-raciste Pleven", lois de genre, lois mémorielles, qui ne sont pas des lois mais de la fumisterie, suppression des associations anti-racistes.

Écrit par : leclercq | 24 novembre 2015

@leclercq

« remettez nous en encore des liens comme ça, Chuck Jones, merci un grand merci, vous êtres super doué pour nous trouver des truc sans aucune objectivité, continuer dans cette voix encore merci. »

Tout ce que je peux pour vous donner l'opportunité de réagir, cher Monsieur. Je ne m'en lasse pas.

Écrit par : Chuck Jones | 24 novembre 2015

Yvan Gastaut cité plus haut

https://www.youtube.com/watch?v=57_blmfMwEc

thomas Guenolé dans le débat.

http://www.bvoltaire.fr/videos/et-ce-type-est-enseignant-a-sciences-po,169307

Écrit par : leclercq | 24 novembre 2015

@ Chuck Jones

cher Monsieur. Je ne m'en lasse pas.

encore in grand merci à vous, dans votre réponse ci-dessus pas de lien intéressant, faites un effort s'il vous plait.

Écrit par : leclercq | 24 novembre 2015

mise au point sur les discriminations à l'école dont seraient victimes les jeunes de banlieues. d’après le débat cité plus haut,

belle analyse du fonctionnement de l'éducation nationale.


http://www.politique-autrement.org/Inegalites-et-discriminations

Écrit par : leclercq | 24 novembre 2015

Les commentaires sont fermés.