20 novembre 2015

L’amalgame ? Trop tard, il est déjà fait. Par eux-mêmes.

François Hollande revient-il à la case bisounours ? Après avoir déclaré que la France était en guerre, il affirmait hier que « la France répondra à la haine par la fraternité. » Avec qui? Avec ces jeunes beurs de Seine-Saint-Denis qui sont au bord de crier leur joie après les attentats?


attentats,paris,terrorisme,daec,islam,musulmans,gauche,racisme,amour,chrétien,colonialisme,Retour du déni

Il n’aura pas fallu longtemps pour qu’un discours d’avant les attentats ne revienne à la une. Est-ce à son aile gauche ou à d’invisibles conseillers que l’on doit ce zouk présidentiel? Sa fermeté n’aura-t-elle survécu que six jours? Il semble avoir remis ses lunettes de pluie.

Le vieux fond post-chrétien socialiste, qui fonctionne sur le déni, est réaffirmé: si ton ennemi vient vers toi avec un couteau, ouvre-lui les bras, aime-le, peut-être qu’il changera. Et le blanc coupable, forcément coupable, invitera chez lui ses meurtriers, dans une sorte de fête macabre et d’expiation infinie.

Par crainte de paraître méchant, xénophobe, raciste, fasciste, hitlérien, bref, tout le vocabulaire à la con d’une gauche nauséabonde, paternaliste et déconnectée, il se refusera à être circonspect, prudent, exigeant, lucide, ouvert sous conditions. L’amour inconditionnel, cette invention stupide sortie de quelque cerveau dérangé, a encore frappé. Ne te défends pas si l’on te blesse, offre-toi en holocauste sur l’autel de la repentance éternelle.

Certes François Hollande a donné l’ordre d’accentuer les bombardements contre Daech en Syrie. Mais pas un mot sur les ennemis de l’intérieur. Car ils sont là, partout, à deux pas de chez vous. La journaliste et philosophe Alexandra Laignel-Lavastine, qui habite en Seine-Saint-Denis, en a rencontré le matin du 14 novembre, dans les bistrots de son quartier. Ce qu’elle rapporte est hallucinant.

 

attentats,paris,terrorisme,daec,islam,musulmans,gauche,racisme,amour,chrétien,colonialisme,Salir les musulmans

Elle les questionne sur l’horreur de la veille. Réponse:

« Réfléchis trois secondes: un musulman, ça tue pas. Tuer, chez nous, c’est haram. C'est marqué dans le Coran. » Et le communiqué de l’EI? « C’est quoi ces conneries? Un communiqué, ça se fabrique, c’est comme les images: tout est bidon. »

Elle insiste. Rien n’y fait:

« La vérité, de toute façon, on la connaît: c’est un complot contre nous et contre l’islam, comme avec Merah et le reste». Le reste? Un autre m’éclaire de façon assez prévisible en m’expliquant que les chambres à gaz seraient une «invention sioniste», le 11-Septembre un complot du Mossad et le massacre de Charlie-Hebdo un coup monté de la DCRI. »

Et quand elle demande par qui ces complots seraient orchestrés:

« Justement, on le saura jamais».  «Tu déconnes!», s’énerve Réda qui prend à son tour la parole avec véhémence: «T’sé quoi Madame, avec tout mon respect: les gros salauds, les barbares, les criminels qu’faudrait régler à la kalach, c’est les Juifs! Mais ça, tu pourras pas l’écrire dans ton journal vu qu’ils contrôlent tout». Vraiment tout? «Nan, en fait, seulement 80 %», estime Kamel, plus raisonnable et qui dispose de chiffres plus… exacts. »

 

attentats,paris,terrorisme,daec,islam,musulmans,gauche,racisme,amour,chrétien,colonialisme,Des caricatures

Le reste de l’article est à l’avenant. Il peut être lu en entier ici. Elle ajoute qu’un livre, Les Territoires de la République, qui « réunissait dès 2002 les témoignages alarmés de professeurs du secondaire, aurait pu permettre de faire — à temps? — le bon diagnostic. La gauche, dont la lâcheté fut affligeante, a préféré le bouder et le considérer comme raciste: comment osait-on constater une offensive salafiste dans certains quartiers? Scandaleux! »

La journaliste précise bien que les avis qu’elle rapporte ne représentent pas la majorité de la population musulmane de sa région. Mais ils existent, nombreux, et s’expriment avec force chez des jeunes déculturés, stupides jusqu’à être des caricatures – comme les idiots du village de la France rurale, sans aucune compétence intellectuelle, et parlant le français comme des boeufs. Des « chances » pour la France, comme disent certains à gauche. Un tel point de stupidité démontre l’échec grave des politiques antiracistes, d'intégration et de l’école. Le vrai racisme, c’est de ne rien avoir osé leur dire, justement parce qu’on ne les considérait pas comme les autres. C'est d’avoir, comme la ministre Taubira, épargné aux jeunes beurs la charge de réaliser que leurs ancêtres étaient les pires esclavagiste que la Terre ait portés.

Alors, comment faire le tri entre bons et mauvais musulmans? Ceux qui s’intègrent et ceux qui tuent? Ceux qui ont compris la démocratie et ceux qui ne peuvent aligner plus de trois neurones intelligemment? Entre les capables et les sous-développés du bled nés en France?

 

Pas d’amalgame? Trop tard

L’amalgame est déjà fait. C’est un musulman qui le dit, connu sous le pseudo Chronic 2 Bass (vidéo ci-dessous). Il est fait à cause d’eux. Eux qui se disent musulmans, français, et qui sont racistes et haineux. Au point où Harlem Désir se suiciderait s’il osait les entendre sans condescendance ni complaisance.

attentats,paris,terrorisme,daec,islam,musulmans,gauche,racisme,amour,chrétien,colonialisme,L’amalgame est là, automatiquement, quand des gens, certes très minoritaires mais très actifs, prennent le même livre du coran, les mêmes mots, les mêmes références, les mêmes prières, le même prophète, que les majoritaires. A cause de cela ils restent mous dans leurs condamnations, faites de mots sans force. Ils ne réalisent pas que ces voyous incultes sont en train de détruire leur propre religion. Ils assistent sans bouger au suicide de leur foi.

Ce n’est pas à nous d’éviter tout amalgame à leur place. C’est à eux, en tant que membres d’une communauté aux racines étrangères à l’Europe, de tout faire pour l’éviter. Quand je lis encore que des politiques veulent éviter tout amalgame, je leur dis qu’il est trop tard. L’amalgame est fait. Pas par nous mais par eux-mêmes. Pourquoi les musulmans tolèrent-ils des imams salafistes dans leurs mosquées? Faiblesse, loyauté ou complicité? L’ambiguïté est là, quel que soit le nom qu’elle porte. Sans actes forts nous pouvons nous poser toutes les questions. 

Désolés d’être prudents à l’avenir. Loin de moi l’idée que tous sont des bombes potentielles, je l’ai déjà dit et je ne me mets pas à courir dans une chasse au musulman. Mais permettez que l’on pense que tous ne sont pas nos frères. Permettez que l’on demande qui est qui quand des bandes de tueurs sont presque félicités par des jeunes musulmans des banlieues. Et que l’on ne dise plus que c’est la pauvreté qui les motive. C’est bien l’idéologie anti-occidentale, anti-juive, anti-américaine, et maintenant anti-française.

Il y a des décennies la France était l’amie, l’idéal des arabes. En laissant des situations se pourrir, par peur de nommer les choses et d’exiger des jeunes beurs de se plier aux règles, par peur d’être taxés de racisme, par la culpabilité anti-colonialiste de gauche, une partie du personnel politique français a fait que ce capital de sympathie est aujourd’hui détruit. Daech est l’idole de beaucoup de jeunes musulmans. La France est désormais leur ennemie.

Le déni, qui revient au galop six jours après les attentats, prépare de nouveaux lendemains terribles.

132 morts n’auront pas suffi.

 

 

 

Dans cette courte vidéo, voici le musulman français qui parle clairement:

 

 

 

14:54 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (67) | Tags : attentats, paris, terrorisme, daec, islam, musulmans, gauche, racisme, amour, chrétien, colonialisme | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

"132 morts n’auront pas suffi."

à se demander si des milliers de morts seraient suffisants à ces gens là, pour qu'ils comprennent que ces jeunes beurs des banlieues doivent se plier aux règles de la démocratie.

http://www.neoprofs.org/t85717-comportement-des-eleves-face-a-l-attentat-de-charlie-hebdo

Écrit par : leclercq | 20 novembre 2015

On dirait le discours de Gabor Fonyodi, mot pour mot ...

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 20 novembre 2015

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par Oliv396 le Sam 10 Jan 2015 - 9:29
De toute manière, ces terroristes, c'est quand même de purs produits des errements du système éducatif français et de son laxisme institutionnalisé. Pour les auteurs des attentats de Londres, c'était pareil. Il est temps qu'on se réveille et qu'on arrête de croire que les terroristes, c'est ailleurs, bien loin. Surtout que comme le disait hier soir un journaliste TV, c'est quand même surprenant, ces réseaux dont une grosse partie est en prison (ou a été en prison) en France, mais qui continuent à vaquer à leurs petits plans sans que personne ne les dérange.

Quand je parle des errements du système, je ne parle évidemment pas des enseignants (du moins la plupart) qui essaient de faire de leur mieux dans un cadre profondément frustrant. Mais force est de constater que quand tout est permis, et que l'école est le lieu où l'on s'entraîne à remettre constamment et impunément en cause l'autorité (celle du prof pour commencer), il n'est pas étonnant que certains jeunes aillent chercher leurs repères ailleurs, même si c'est dans les camps d'endoctrinement d'Al Qaida.

Ils sont évidemment trop stupides pour comprendre que la République va quand même réagir, et qu'ils finiront au milieu d'une mare de sang sur la chaussée, au lieu de s'en tirer avec l'habituel avertissement de comportement, qu'il est si difficile d'arracher aux CDE. Ils nous prennent visiblement tous pour des c..s, et étant donné la tolérance dont ils ont été bénéficiaires, comment s'en étonner ?

Écrit par : leclercq | 20 novembre 2015

http://www.neoprofs.org/t85717p40-comportement-des-eleves-face-a-l-attentat-de-charlie-hebdo

Re: comportement des élèves face à l'attentat de charlie-hebdo

Message par little-moon le Sam 10 Jan 2015 - 11:44
Maintenant qu'on a dit tout ça, quelque chose m'étonne encore...

on retourne déjà à nos querelles politiciennes dérisoires : FN, pas FN dimanche prochain, etc.

sur le site neoprofs on aborde la question du rapprochement de JP Brighelli avec Debout la France comme quelque chose d'étonnant, qui prête sujet à polémique, signe d'une régression, d'un fascisme rampant.

http://www.neoprofs.org/t85561-jean-paul-brighelli-rejoint-debout-la-france

A mon sens, non, nous sommes au cœur du débat, que cela déplaise à la grande majorité de la classe politique ou journalistique ne doit pas nous faire perdre de vue les enjeux réels.

Il faut détruire les ghettos, redonner du sens et un cadre de valeurs et de règles de vie à une partie de la jeunesse des quartiers. Il faut que les Français regardent les choses en face. Il ne faut pas se contenter lâchement de la relégation et s'étonner ensuite des drames que nous vivons actuellement.

Les terroristes français ont le profil de "loosers" de la République, de petits délinquants qui ont fait leurs classes à leur manière et pris un chemin plutôt qu'un autre, celui de l'islamisme radical plutôt que le trafic de drogues ou le braquage de banques. Ou plutôt, qui ont pris tout ces chemins: échec scolaire, déstructuration familiale et identitaire, petits larcins, violence, case prison, endoctrinement et radicalisation rendu possible par la case prison qui est censée assurer la réinsertion...

Oui, il y a des quartiers et des écoles ghettos qui vivent dans la relégation.

Oui, il y a aussi beaucoup de bêtise et d'intolérance dans ces quartiers. Mais pas que...

Oui, il ne faut pas être manichéen et se contenter d'amalgames faciles.

Mais oui, on ne peut pas faire l'impasse sur le fait de muscler moralement et politiquement notre pays quitte à déranger un peu les bonnes consciences, notamment celles de gauche et d'extrême-gauche qui ne cessent de s'aveugler par peur d'une guerre civile ou par peur de devoir revenir sur certains idéaux. Et non, ce n'est pas la police qui pourra tout régler. Il serait trop facile d'évacuer le débat en se cachant uniquement derrière des dispositifs sécuritaires.

Oui, le sujet de l'identité nationale est un vrai sujet. Celui de l'éducation aussi. Celui de l'emploi des jeunes. De leur avenir. De la place des minorités et de leur intégration/assimilation au groupe majoritaire de ce pays, groupe divers, de toutes origines, mais creuset de la France.

Écrit par : leclercq | 20 novembre 2015

http://www.neoprofs.org/t96845-explication-de-texte-par-brighelli-de-la-revendication-daech-des-attentats-de-paris?highlight=attentats

Re: Explication de texte par Brighelli de la revendication Daech des attentats de Paris

Message par Reine Margot le Mar 17 Nov 2015 - 18:01
Un article de N Polony plus étayé et que je partage en grande partie:

"Ce que nous craignions le plus a fini par se produire. Ce qui devait arriver a fini par arriver. Passés les premiers moments de sidération devant l’horreur, il nous faut regarder la réalité en face : les grandes proclamations autour de la « patrie menacée » ne suffiront pas. Parce qu’elles ont déjà servi il y a onze mois, pendant quelques jours, avant que tout ne se remette en place, le déni, la culpabilisation d’une France présentée comme un pays raciste et recroquevillé. Souvenons-nous, déjà, la solennité, la fermeté, « plus rien ne sera comme avant », « il faut désormais nommer les choses ». Qu’en est-il resté ?

Mais aujourd’hui, la situation a changé. Pas seulement parce que l’ampleur et la nature du massacre nous font entrer, en ce terrible 13 novembre, dans une ère nouvelle, où chaque habitant de ce pays peut être frappé. Mais aussi parce que toutes les échappatoires des derniers mois, pour ne pas prendre la mesure de ce qui se jouait, sont tout à coup obsolètes. Les considérations sur ces dessinateurs qui « jetaient de l’huile sur le feu », les accusations contre « l’islamophobie rampante », les discours sur l’apartheid français… Nous n’en sommes plus là. Il n’y aura plus moyen, cette fois, de prétendre que ce sont, selon les mots d’Edwy Plenel, « nos propres démons ». Plus moyen de faire croire que le combat pour la laïcité est une obsession délirante et que la dénonciation de l’Islam radical et de sa conquête de l’espace public constituent une « stigmatisation » des musulmans dans leur ensemble.

Écrit par : leclercq | 20 novembre 2015

Depuis les attentats terroristes à Paris, Hani Ramadan se fend des billets intitulés "Réflexions". Or dans un de ceux-là j'ai posté un commentaire que disait à peu près:


C'est des réflexions comme celle ci dont on a besoin:

https://www.youtube.com/watch?v=o_WJz3PGMBE

Elle ne doit pas lui plaire, car il n'a pas publié mon commentaire. Or que cela ne lui plaise pas, ne devrait pas l'empêcher de le publier. Lui que dans ses soit disant "réflexions" il est constamment en train de rappeler que les investigations doivent se dérouler en respectant les règles d'un Etat de droit, il est incapable de respecter un principe démocratique, celui de la libre expression. Il veut en fait profiter de ce qu'il n'est pas près lui-même de donner. Quel type idiot !

Écrit par : Daniel | 20 novembre 2015

Moi j'en ai marre d'entendre les associations musulmanes nous dire qu'ils condamnent les attentats, que l'islam c'est pas ça, que l'islam c'est l'amour, etc. On s'en fout de leurs condamnations, on s'en fout de leur religion. Tout ce qu'on veut, c'est ne plus entendre parler d'eux. Que leur religion se vive dans le cadre privé et qu'elle n'influe plus sur la vie publique.

Très bien la vidéo. En effet, il parle on ne peut plus clairement ! :)

Pourvu qu'il soit entendu, au moins un peu.

Écrit par : Kad | 20 novembre 2015

Quand à François Hollande, à part proposer dans la précipitation une réforme constitutionnelle qui risque bien de nuire gravement à la liberté publique en proposant un nouveau régime d'exception qu'il pourra maintenir à loisir, je n'ai pas retenu grand chose de sa médiocre action. Ce retour à une médiocrité pleinement assumée ne m'étonnne pas du tout.

Il devrait prendre exemple sur Poutine qui a joué un beau rôle à la Liam Neeson dans Taken en confirmant l'attentat du Sinaï. Lui au moins ne prête pas à rire. Si j'étais son ennemi, j'aurais même très peur.

Le FN va faire un carton aux régionales.

Écrit par : Kad | 20 novembre 2015

Rien de surprenant, c'est parfaitement dans la ligne de l’incompréhensible auto flagellation ethnique et manque de cohérence de la gauche, juste en plus vaste et plus grave:

- Il faut pas mettre de cameras de surveillances sur les lieux de deal et vandalisme,c'est liberticide (pour qui?). Mais pour les vrais criminels, les automobilistes, oui pas de problème on en redemande même.
- Il ne faut pas fouiller la vie privée et ficher les citoyens... sauf quand c'est pour des raisons fiscales bien entendu.
- Un contrôleur des tpg est un camarade qui défend le bien public quand il débusque un banquier resquilleur... et un sale raciste quand c'est un honnête passager "ethnique" qui n'a pas payé son billet
- La gauche défend les travailleurs. Ok, mais encore plus les branleurs victimes des sales kapitalistes, a tel point qu'un petit toxico à l'aide sociale avec appart, lamal payés et revenu d'insertion dispose de nettement plus d'argent disponible a la fin du mois qu'un vendeur de la migros qui pourtant se lève tous les matins a 6h pour gagner sont salaire.

D'autres exemples ?

Écrit par : Eastwood | 20 novembre 2015

http://www.marianne.net/agora-flamme-resistance-100238058.html

Il n’est plus temps de se gargariser de « diversité » pour éviter de définir ce qui nous lie. Il n’est plus temps de croire que nous pourrons continuer dans l’insouciance à nous imaginer que parce que nous sommes « ouverts » et « tolérants », nous convaincrons l’ennemi de notre bonne volonté : « Frère djihadiste accepte ma main tendue car je respecte ta détresse ».

La Nation doit se rassembler pour appeler chacun de ses citoyens, quelle que soit sa religion, quelle que soit son origine, à se lever et crier haut et fort que notre République croit en elle-même, en ses valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, portées par un principe inaliénable : la laïcité. Cette Nation abîmée par des années de flottement idéologique, par un relativisme cherchant à imposer le multiculturalisme contre le modèle républicain, il nous faut désormais œuvrer à son redressement.

Ce redressement passe par la rupture avec toutes les erreurs qui ont conduit au désarmement moral et idéologique, au morcèlement et au déni, à la complaisance et à la repentance obsessionnelle.

Écrit par : leclercq | 21 novembre 2015

le premier problème est d'abord l'éducation des enfants, les profs doivent être un contre pouvoir par rapport aux parents, aux mères toutes puissantes et ça dans tous les milieux. et en réalité ils ne l'ont pas ce contre pouvoir c'est le contraire qui se passe avec les résultats qu'on connait.

http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/la-symbolique-du-pere-l-autorite-l-41717

Écrit par : leclercq | 21 novembre 2015

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/famille/remettre-l-enfant-a-la-bonne-place_489894.html

"Après le rapport sur la violence dans les banlieues rédigé par le juge Alain Bruel en 1998, on a compris qu'il manquait du père et qu'il fallait en fabriquer: carnet de paternité, congé de paternité, etc. Je ne suis pas contre, mais ce n'est pas suffisant. Remettre du père symbolique, c'est dire à la mère: «L'enfant n'est pas votre chose exclusive.» Ici, on s'est plutôt inspiré du modèle de la mère. "

http://www.cairn.info/article.php?ID_REVUE=EP&ID_NUMPUBLIE=EP_021&ID_ARTICLE=EP_021_0058

Eric 6 juillet 2008 14:10

La place de l’enfant au sein de la famille a affecté l’école, devenue elle aussi maternante.

La fonction paternelle, source symbolique de l’autorité, a définitivement disparu. Le père, réduit à son rôle de géniteur, a été amené à devenir une "mère bis". Ce qui le conduit à se lancer avec la mère dans un concours de maternité, toxique pour l’enfant. Les valeurs maternelles, conjointes à un enfant devenu roi, ont envahi les structures de nos sociétés, qui sont devenues maternantes. Plus aucun tarissement du lait maternel, même si celui-ci est servi en boîte et même si maman travaille. La féminisation de la société a contribué à brouiller un peu plus le problème par une surimpression de la femme sur la mère, bien entendu en l’absence de tout symbolisme du masculin et du père... L’enfant doit être un consommateur et rien d’autre. Pas d’altérité et pas d’effort non plus, qui pourraient contrarier son potentiel à consommer. Le besoin infini de l’enfant et la consommation, sont les modèles référant de notre société. Ils soutendent notre système tout entier.

Cette vague déferlante a atteint le système scolaire. Les enseignants sont censés devoir combler le déficit éducationnel, derrière lequel se cache, en réalité, le déficit du père, ils sont invités "à accompagner l’enfant dans la découverte de son savoir", comme la mère et la fonction maternelle l’avait accompagné dans ses premiers besoins et comme si l’enfant avait un génie inné, à la façon de son besoin infini. Il n’est plus question de délivrer un savoir ou d’éduquer ! L’enfant est au centre de l’école a la place du savoir, comme il est au centre de la famille à la place de l’éducation. Derrière ce système maternel, ce cache en réalité le consumérisme érigé en système absolu et non dépassable. Le monde de la mère, non dépassé, c’est la satisfaction du besoin materiel, érigé en finalité absolue.

Le résultat est préoccupant. Car, si les milieux cultivés parviennent avec leur progéniture au minimum requis, il n’en va pas de même pour les autres. Le système actuel fabrique tous les ans 60 000 enfants qui finissent leur parcours scolaire avec moins de 400 mots de vocabulaire et qui confondent Napoléon et Louis XIV. Ces jeunes parlent pratiquement par onomatopées et slogans comme les spots publicitaires. Le déficit lexical entraine un déficit analytique. Mais ceux sont surtout les besoins insatisfaits qui se transforment en frustration parce que l’apprentissage de la limite n’a pas été effectué. Toutes ces frustrations se transforment en violence. On a de quoi s’inquiéter.

On comprend maintenant pourquoi le mot éducation n’a plus la cote... Il signifie "conduire hors de", on lui préfère dans les milieux autorisés le mot formation qui est le substantif de " formater". On a compris effectivement le complément circonstanciel.

Eric de Trévarez

Écrit par : leclercq | 21 novembre 2015

suite

Eric 6 juillet 2008 16:11

Les archétypes de la pensée, depuis la nuit des temps, les valeurs symboliques qu’ils ont véhiculées, et la psychanalyse, ont toujours révélé que le rôle du père, est de freiner puis de canaliser par l’éducation et la loi, le désir de l’enfant. Si la grossesse de la mère est visible, et si son lien avec l’enfant est évident, aussi bien que total, c’est-à-dire fusionnel, en revanche le père et son lien avec l’enfant, relèvent du « verbe » c’est-à-dire de la reconnaissance de son acte sexuel et de sa conséquence, du domaine de la parole et du crédit qu’il accorde à la mère, et à son affirmation qu’il est le père. Le Père est le contrat originel, à la base de toute l’organisation de la société, il est le premier « savoir dire non », et le premier « savoir dire oui », extérieurs à la mère, qui engagent et sans lequel aucun développement n’est possible… Avec le père commence la vie en société et la lente sortie de l’état fusionnel avec la mère. Le père représente la toute première ascèse, nécessaire à l’apprentissage de la « vie ».

Pour ceux qui disent que ce rôle peut être tenu par la mère, car en fait c’est à ce niveau que se situe la grande mutation de la société actuelle, il faudrait revenir sur les archétypes et le rôle du Phallus symbolique en tant qu’élément déterminant. Les déboires de notre système éducatif ne sont, peut-être pas, à chercher ailleurs.
S’il s’avère, comme cela semble être le cas, que ce rôle symbolique ne peut être tenu par la mère, notre système actuel d’éducation est voué à l’échec et son résultat sur toute une génération n’est pas prévisible pour l’instant.…

Comment c’est mis en place le paradigme moderne ? Les féministes pensent qu’il s’agit d’une évolution, fruit de la pensée et de l’analyse, d’un refus d’une hiérarchisation obsolète, source de discrimination.

Cette vision est probablement idéaliste. Ne s’agit-il pas plutôt d’une nécessité d’un système économique qui favorise à outrance la consommation ? Tout désir, dans notre société doit se concrétiser par un acte d’achat ! Il ne s’agit plus d’éduquer le désir, démarche qui a été un formidable moteur de civilisation et de hiérarchisation des valeurs, mais plutôt de laisser libre cours à son expression, car les enfants, et le niveau de conscience et de besoins qui caractérise cet état, sont un élément déterminant et moteur de la consommation et de tout notre système. L’enfant et l’infantilisation de l’adulte et des foules, sont avec la mère érigée en principe absolu et non dépassable, les trois piliers de la consommation. Savoir dire non au désir peut se révéler couteux en termes de demande en économie marchande. Toute forme d’ascèse est actuellement bannie de l’éducation, le mot étude est lui-même rangé au rayon du ringard en raison de l’effort qu’il suggère. Tout apprentissage se doit d’être ludique parce que le ludique est rentable économiquement et qu’il peut se vendre car sa demande est spontanée, mais surtout, et c’est ce qui doit être noté et souligné, parce qu’il n’éduque pas la volonté….

La société actuelle semble ignorer, dans sa superbe et son mépris des enseignements du passé, que le mot éducation que nous employons, maintenant à tord, signifie « conduire hors de… » . C’est vrai que pour l’heure nous allons tout droit dedans !

Eric de Trévarez

" S’il s’avère, comme cela semble être le cas, que ce rôle symbolique ne peut être tenu par la mère, notre système actuel d’éducation est voué à l’échec et son résultat sur toute une génération n’est pas prévisible pour l’instant.…" !!!

Écrit par : leclercq | 21 novembre 2015

Pas d’amalgame...

Sur Paris Première dans Zemmour & Naullau, un immam s'est enfin lâché: «dans nos mosquées, les radicalisés pullulent et les musulmans modérés n'arrivent pas à en faire façon».

Écrit par : petard | 21 novembre 2015

http://www.uniondesfamilles.org/absence_du_pere.htm

La violence n'est pas un phénomène nouveau. Comme le dit André Comte-Sponville, l'agressivité est naturelle chez l'être humain. Par contre, la convivialité et la paix sont le fruit de l'éducation. Ce qui est nouveau aujourd'hui, c'est l'absence de crédibilité des adultes pour réguler cette violence et, chez les jeunes, l'absence de repères et de limites. A Argenteuil, un gamin de 1' ans a mortellement blessé avec un couteau un autre de 16 ans pour un blouson prêté et rendu sali. Je ne partage pas l'avis de certains psychiatres évoquant des désordres graves de la personnalité. Ce sont, en fait des enfants comme les autres. Ces enfants souffrent d'un déficit d'éducation : ils n'ont pas appris à supporter la frustration.

Il est bien difficile pour une mère d'élever seule un adolescent. Prenons l'exemple d'un ado de 16 ans sans père qui rentre chez lui à 2 heures du matin, avec un autoradio volé dans les mains. Si sa mère l'accueille elle devient complice ; si elle le renvoie, il va traîner dans les rues...

la majorité des délinquants sont issus de familles monoparentales.

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/bockel-veut-reperer-les-delinquants-des-2-ou-3-ans_933341.html

Plusieurs propositions portent sur "la responsabilité parentale". "Dans certains quartiers où explose la délinquance juvénile, plus d'un foyer sur deux est une famille monoparentale", constate le rapport, préconisant de "confier un statut aux beaux-parents" afin d'aider à restaurer l'autorité.

"Il propose aussi de "généraliser le contrat de responsabilité parentale", qui permet aux conseils généraux de suspendre les allocations familiales des parents qui ne respectent pas leurs obligations. "

je ne suis pas d'accord ça ne sert à rien !!!

Écrit par : leclercq | 21 novembre 2015

@leclercq

« La Nation doit se rassembler pour appeler chacun de ses citoyens, quelle que soit sa religion, quelle que soit son origine, à se lever et crier haut et fort ... »


... et pendre les récalcitrants pour haute trahison. Ca entretient l'autorité de l'Etat.

Écrit par : Chuck Jones | 21 novembre 2015

http://www.psychologies.com/Famille/Education/Regles-de-vie/Articles-et-Dossiers/Enfants-delinquants-parents-responsables

Les mères sont débordées et désespérées. Certaines, issues de l’immigration, élèvent leurs enfants avec l’idée que nous sommes une version moderne des troupes coloniales qu’elles ont elles-mêmes connues enfants.Le résultat : des gamins de 5 ans qui nous crachent dessus et qui se retrouveront à 16 ans en détention. »

connues enfants (la décolonisation date de 1960, les Africains qui on connus la colonisation la regrette).où plutôt le résultat des repentants anti-colonialistes bobo qui sévissent en Afrique.

Les mères seules, quittées par les pères.

c'est bizarre on dit toujours que ce sont les pères qui quittent alors qu'en réalité ils sont éjectés par les mères il n'y a pas assez de romance dans le couple.

"Et que dire de ces parents élevés eux-mêmes sans repères, qui ne pourront jamais être des figures d’identification sociale auprès de leurs propres enfants ? « Ils deviennent les enfants de leurs enfants, constate Judith, institutrice à Cachan (Val-de-Marne)."

2 iéme génération sans repères ça c'est grave !!!

ils connaissent la loi et leurs droits.

lois maternantes déconnectées de la réalité.

"la petite délinquance prend aussi ses racines au sein d’une institution scolaire qui ne parvient plus à inculquer des valeurs. Jadis formidable outil d’insertion sociale, l’école d’aujourd’hui est discréditée par de nombreux parents."

Écrit par : leclercq | 21 novembre 2015

Les musulmans sont-ils des humains comme les autres ?
J'en doute.

https://fr.wikisource.org/wiki/D%C3%A9claration_islamique_universelle_des_droits_de_l%E2%80%99homme_de_1981

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 21 novembre 2015

"Les musulmans sont-ils des humains comme les autres ?"
Ils le sont à la naissance, comme l'étaient les SS allemands qui ne sont nés SS. Quant à la suite, c'est affaire de culture et d'éducation. Et de ce point de vue, les différences sont abyssales entre les diverses sociétés du monde. Avec les conséquences que vous relevez aujourd'hui.

Écrit par : Mère-Grand | 21 novembre 2015

"François Hollande revient-il à la case bisounours ?"
Très probablement, comme l'idéologie de son parti le commande.

Écrit par : Mère-Grand | 21 novembre 2015

@Mère-Grand

- « Ils le sont à la naissance, comme l'étaient les SS allemands qui ne sont nés SS. Quant à la suite, c'est affaire de culture et d'éducation. Et de ce point de vue, les différences sont abyssales entre les diverses sociétés du monde. »

A part l'uniforme et la langue d'aboiement, quelle différence avec les marines made in USA ou les légionnaires français ?



@Victor-Liviu Dumitrescu

- « Les musulmans sont-ils des humains comme les autres ?
J'en doute.
Déclaration_islamique_universelle_des_droits_de_l'homme_de_1981 »

Alors vous non plus ne reconnaissez pas la "Déclaration universelle des droits de l'homme".

Écrit par : Chuck Jones | 21 novembre 2015

Le musulman Français qui parle aux musulmans sur cette vidéo, est un soldat dangereux de l'islam.

La recrudescence des mères "Mes-rats" enchiffonnées sur les plateaux TV pour mieux nous enfumer sur le bel islam, va favoriser les votes du FN, car le débat sur le concept mortifère est faussé voir absent en France.

Affirmer que les musulmans s'intègrent avec de plus en plus de femmes soldates, soumises et enchiffonnées est d'une débilité profonde.

Le mot amalgame est terroriste, car tout musulman pratiquant est un ennemi de la Liberté, du non musulman, ce faisant un terroriste au repos, pouvant devenir un fou de dieu et commettre le pire.

Il faudrait une plainte contre X pour: "islamisation de la France et de l'Europe mettant en danger les populations, corruption et association de malfaiteurs avec des états musulmans prêchant la mort du juif, du mécréant, de l'apostat, la lapidation des femmes et des voleurs, les viol des enfants."

A quoi servent la cours Européenne de justice et le Tribunal Pénal International?

Quant à Hollande, comme Merkel, ils devront être jugés, au même titre que des gangsters ou la mafia.

"Une décision rare. Ashraf Fayad, un poète palestinien réfugié en Arabie Saoudite, a été condamné à mort pour "apostasie", c'est-à-dire pour son renoncement à l'islam, a annoncé l'organisation Human Rights Watch."

C'est bien la preuve que les musulmans mentent sur le bel islam.

http://insolentiae.com/2015/11/20/attentats-michel-houellebecq-sen-prend-violemment-a-francois-hollande-et-manuel-valls/

Écrit par : Pierre NOËL | 21 novembre 2015

@Mère-Grand

-« Ils le sont à la naissance, comme l'étaient les SS allemands qui ne sont nés SS. Quant à la suite, c'est affaire de culture et d'éducation. Et de ce point de vue, les différences sont abyssales entre les diverses sociétés du monde. »

" ... les légionnaires français"

Je voulais évidemment dire les "légionnaires de la Légion étrangère française".


Incidemment ...

"A la fin de la Seconde Guerre mondiale, des milliers de soldats allemands faits prisonniers en France se sont engagés au côté des képis blancs dans le conflit colonial. Un jeune chercheur français retrace leurs parcours oubliés dans un livre, «l’Ennemi utile»."

"Commence alors une guerre coloniale dont la Légion étrangère va être le fer de lance. Dans ses rangs, beaucoup d’Allemands, dont un nombre non négligeable de Waffen-SS. La pointe du fer de lance en Indochine, ce sera donc l’ennemi de la veille."

"Combien furent-ils ? Entre 20 000 et 30 000 sur un contingent de 70 000 hommes, estime-t-on aujourd’hui, sans exclure une proportion plus forte encore."

"En revanche, il est avéré que la présence de combattants allemands a été déterminante en Indochine. Ces derniers ont été très présents parmi les instructeurs et l’encadrement de la Légion, ce qui ne posait guère de problème puisque 70% des légionnaires servant en Indochine étaient germanophones. C’est que les képis blancs ont eu une forte culture germanique dès la création du corps en 1831 : trois des sept bataillons initiaux étaient constitués uniquement d’Allemands."

"En Indochine fut mise à profit l’expérience d’anciens membres d’unités d’élite, comme les parachutistes de la Luftwaffe, qui s’étaient illustrés dans les batailles de Normandie et de Monte Cassino. C’est ainsi que l’«ennemi héréditaire» est devenu l’«ennemi utile»

"Ceci n’a pas aidé au rapprochement entre la France et l’Allemagne dans l’après-guerre. «Nous avons pu retrouver dans les fichiers de décès de légionnaires allemands des demandes de familles formulant expressément le souhait que la mention "mort pour la France" soit retirée du dossier de leur fils»

"In Foreign Service, documentaire diffusé par Arte en 2005,Marc Eberle a retracé quelques-uns de ces parcours hallucinants. L’un des anciens légionnaires confie que, lorsqu’il a été fait prisonnier par un groupe vietminh, il a été mené droit au capitaine… qui était allemand."

http://www.liberation.fr/monde/2014/03/05/indochine-la-legion-des-inconnus-de-la-wehrmacht_984735

---

Quand les Etats-Unis recrutaient d'anciens nazis ...


De nouvelles révélations soulignent l'indulgence dont les Etats-Unis ont fait preuve, après guerre, vis-à-vis d'ex-agents du IIIe Reich. Ils n'ont pas été les seuls.

Otto von Bolschwing est mort sous le soleil de Sacramento (Californie), le 9 mars 1982. Il avait 72 ans et plusieurs vies derrière lui. Dans la première, ce rejeton de la noblesse allemande, membre des services de renseignement de la SS - l'ossature nazie du IIIe Reich - a exercé ses talents d'agent secret en Palestine. Devenu aide de camp du responsable des Affaires juives, Adolf Eichmann, il s'est attelé avec zèle à l'élaboration du programme d'extermination des juifs d'Europe.

Après la guerre, le capitaine von Bolschwing a rejoint les rangs de la CIA, sous le nom de code de "Grossbahn". En récompense de ses loyaux services, ses nouveaux maîtres lui ont offert une deuxième vie aux Etats-Unis, où l'ancien SS s'est taillé une belle carrière dans l'industrie. Jusqu'à devenir, en 1969, président de l'entreprise californienne de high-tech TCI.
Des diplomates très compromis

Un autre rapport a secoué l'Allemagne, à la fin d'octobre. Commandé voilà cinq ans par l'ex-ministre des Affaires étrangères Joschka Fischer, celui-là devait faire la lumière sur le rôle de la diplomatie sous le IIIe Reich. Le résultat est accablant. Les 6000 membres du corps diplomatique ont "presque tous" participé aux persécutions contre les juifs et à leur extermination.

Pis: la mainmise des tenants de l'idéologie hitlérienne n'a pas disparu après la guerre. En 1952, 49 des 75 directions du ministère étaient entre les mains d'ex-agents nazis. Quant à la "cellule de protection juridique", elle a fourni des renseignements à des criminels de guerre en fuite. Comme à Klaus Barbie, le "Boucher de Lyon", condamné en 1987 pour crimes contre l'humanité.

Dix ans plus tard, la justice l'a rattrapé. L'Office of Special Investigations (OSI), créé au sein du ministère de la Justice pour débusquer les anciens nazis installés chez l'oncle Sam, a exhumé son dossier. Et découvert que la CIA avait fermé les yeux sur les antécédents vert-de-gris de son protégé. Déchu de sa nationalité américaine, von Bolschwing a échappé à l'extradition pour cause de santé chancelante.

Cette histoire édifiante figure dans un rapport de 600 pages, dévoilé à la mi-novembre par le quotidien The New York Times, qui dresse le bilan de l'OSI, de ses succès, de ses tâtonnements et de ses échecs. Le document révèle surtout l'ampleur des manoeuvres et des manipulations orchestrées par les autorités et les services de renseignement américains afin de permettre à d'anciens nazis, scientifiques de haut vol ou dignitaires du régime, de trouver refuge aux Etats-Unis. Et de mettre leurs compétences au service de leurs hôtes.
Même Israël

Une "collaboration du gouvernement avec les persécuteurs", dixit le rapport - dont les Etats-Unis n'ont pas eu l'apanage. "Même Israël a recruté d'anciens SS, souligne l'historien israélien Tom Segev. A commencer par Walter Rauff, l'inventeur des chambres à gaz mobiles, et le lieutenant-colonel Otto Skorzeny, champion des opérations commandos, qui a libéré Mussolini en 1943."

Skorzeny avait mis une condition à sa collaboration avec les services de renseignement de l'Etat juif: que Simon Wiesenthal, le chasseur de nazis, biffe son nom de la liste des criminels de guerre les plus recherchés. "Wiesenthal a dit non, rapporte Segev, qui vient de publier Simon Wiesenthal, l'homme qui refusait d'oublier (Editions Liana Levi). Et Skorzeny a tout de même travaillé pour Israël."

Des décennies plus tard, le sujet reste sensible. Tellement sensible que le département américain de la Justice a tenu sous le boisseau pendant quatre ans le rapport consacré à l'OSI...

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/quand-les-etats-unis-recrutaient-d-anciens-nazis_942358.html

Écrit par : Chuck Jones | 21 novembre 2015

le constat est plutôt alarmant, le gouvernement actuel ne fera rien, où pas plus que l'état d'urgence pour neutraliser d'autres terroristes prêts à agir.
il ne peut bien y avoir des milliers de morts, tant que le problème ne sera pas réglé en amont, rien ne changera, déjà de multiples facteurs sont en jeu, population déculturés, venant de pays où déjà les repentants ont instillé la haine de l'homme blancs, en plus des acteurs sociaux reprennent le même discours une fois qu'ils arrivent en France.

" À l’inverse, toute une idéologie gauchisante minoritaire au sein du milieu associatif réduit l’histoire de notre pays à ses pages les plus sombres et renforce la mentalité victimaire des jeunes désaffiliés en présentant leur situation dans la continuité de celle qui fut celle des esclaves et des peuples colonisés. Cette idéologie travaille à l’encontre de l’intégration et elle peut recouper ou se trouver mêlée à des thèmes fondamentalistes musulmans. "

les dégâts suite à la société maternante sont encore plus présents au sein de ces populations, père ne jouant plus leur rôle, où éjectés, 28 % de famille monoparentale en banlieues, parents ne soutenant plus les professeurs eux mêmes non soutenus par leur hiérarchie, éducation nationale devenue maternante comme les parents. lois qui protègent les délinquants au lieu des victimes, forces de l'ordre qui sont des sous citoyens sans réelles autorité donc non respectés.
parents de deuxième génération, qui sont de grands enfants eux mêmes. L'islam intégriste a un terreau tout trouvé pour se développer. et ce n'est pas prés de changer, aucun indice dans ce sens.

en plus le Bobo ont leur sociologue pour les soutenir. et il faudrait qu'ils commencent à se poser les bonnes questions parce que pour la première fois ce sont eux qui ont été touchés par les attentats.

http://www.lagazettedescommunes.com/384638/il-faut-adapter-la-citoyennete-a-notre-societe-multiculturelle-laurent-mucchielli/

Écrit par : leclercq | 21 novembre 2015

Chuck Jones, si, je ne me sens pas différent des autres humains ... moi.

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 21 novembre 2015

il est plus fou que je croyais

http://www.regards.fr/web/article/laurent-mucchielli-ramener-les

Néanmoins, c’est à se projeter dans l’avenir qu’il invite afin d’enrayer « les cercles vicieux de la stigmatisation et de la contre-stigmatisation » et la violence qui « naît de l’impossibilité d’exprimer autrement le conflit ».

et se lecteurs sont encore plus fou que lui.



Nous payons notre passé colonial et les centaines de milliers de morts qui vont avec, nous payons le fait que nos protestations sont majoritairement inexistantes ou molles face au quotidien du racisme ordinaire car nous véhiculons malgré nous des réflexes - plus ou moins forts selon les personnes mais réels - de supériorité vis à vis de l’homme et de la femme africaine...qu’ils soient arabes ou noirs...
Avec un inconscient collectif de cet ordre, comment s’étonner que la mère facho engrange...alimentée qu’elle par les chiens médiatiques aux ordres des diviseurs du peuple.Je pense qu’il faudrait une riposte beaucoup plus forte contre « « la bfmisation » de la vie politique sur l’ensemble des médias.
Dominique FILIPPI Le 31 janvier à 08:22

Écrit par : leclercq | 21 novembre 2015

@Victor-Liviu Dumitrescu

« Chuck Jones, si, je ne me sens pas différent des autres humains ... moi. »

Pourtant VOUS ... niez bien le statut d'être humain à 1.6 milliards d'individus sur cette planète, contrairement aux principes de la Déclaration universelle des droits de l'homme ...

Au cas où pour VOUS, ça ne sert qu'à "blanchir" votre conscience ...

Article premier

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Article 2

1.Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.

2.De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

...

http://www.un.org/fr/documents/udhr/index.shtml

Écrit par : Chuck Jones | 21 novembre 2015

@ Chuck Jones

où est le problème qu'il y ai eu beaucoup d'allemands dans la Légion étrangère en Indochine.

ces soldats étaient avant tout des légionnaires parfaitement encadrés, qui risquaient des condamnations à mort pour viol, au contraires des troupes nord africaines qui avaient une attitude déplorables vis à vis des populations.

Combien furent-ils ? Entre 20 000 et 30 000 sur un contingent de 70 000 hommes légionnaires qui ont servi en Indochine.

Le CEFEO a été constitué d'unités provenant de l'ensemble de l'Union française, aidées par les forces des États associés d'Indochine. En 1954, le CEFEO comprenaient 177 000 hommes dont 59 000 autochtones. Les soldats coloniaux représentaient une part très importante des effectifs. Entre 1947 et 1954, 122 900 Maghrébins et 60 340 Noirs d'Afrique débarquèrent en Indochine soit 183 240 Africains au total. Le 1er février 1954, ils représentaient 43,5 % des 127 785 hommes des Forces terrestres (autochtones non compris)

De septembre 1945 au cessez-le-feu en juillet 1954, 488 560 hommes et femmes débarquèrent en Indochine8 :

223 467 Français de métropole,
122 920 Algériens, Tunisiens ou Marocains,
72 833 Légionnaires,
60 340 Africains

Auxquels, il faut ajouter environ 8 000 militaires déjà basés en Indochine en 1945, internés par les Japonais lors du coup de force du 9 mars 1945, non rapatriés après leur libération.

à croire Libé, la légion aurait été le fer de lance j'estime pas plus que les parachutistes où les troupes nord africaines, 3000 légionnaires d’origine allemande sont morts en Indochine, et 10 000 légionnaires morts. sur environ 40 000 morts.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Corps_exp%C3%A9ditionnaire_fran%C3%A7ais_en_Extr%C3%AAme-Orient

Écrit par : leclercq | 21 novembre 2015

Chuck Jones, je ne suis pas musulman, donc je ne suis pas concerné par la Déclaration Islamique, ok ?
Quand vous l'aurez lue, on pourra peut-être aborder le sujet ...

Les musulmans, par cette Déclaration Islamique, se déclarent être différents des autres humains, comme les SS (merci Mère-Grand d'en faire justement allusion aux SS).

Si vous êtes anglophone, Chuck Jones, je peut aussi vous exprimer mon point de vue en anglais.

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 21 novembre 2015

@leclercq

« ... où est le problème qu'il y ai eu beaucoup d'allemands dans la Légion étrangère en Indochine ... ».

Désolé, je ne sais pas de quoi vous parlez, je n'ai pas exprimé *** d'opinion *** sur le nombre d'allemands dans la Légion étrangère en Indochine.

Il vous sera certainement utile de remonter le fil de la discussion, où je me réfère à la "culture" et "l'éducation" dans l'argumentation de Mère-Grand, pour éviter de noyer la discussion dans du hors-sujet, comme vous démontrez une certaine prédisposition.

Écrit par : Chuck Jones | 21 novembre 2015

@Victor-Liviu Dumitrescu

« Chuck Jones, je ne suis pas musulman, donc je ne suis pas concerné par la Déclaration Islamique ... ».

Moi non plus ! Ce à quoi j'ai fait référence, c'est la "Déclaration Universelle" ayant fait l'objet d'une résolution de l'ONU en 1948, et pour laquelle je relève que vous portez le même désintérêt, si ce n'est carrément pas du mépris.

Écrit par : Chuck Jones | 21 novembre 2015

Vous avez tout faux, Chuck Jones.
Quel mépris avez vous lu ?
Et où ?

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 21 novembre 2015

"A part l'uniforme et la langue d'aboiement, quelle différence avec les marines made in USA ou les légionnaires français ?"
J'imagine que vous donnez cet exemple pour illustrer mon propos sur la culture l'éducation. Il faut inclure dans la notion de culture, telle que je l'ai employée, tout ce qui conditionne le futur développement d'un être humain, y compris le meilleur et le pire. Votre exemple fait référence à la formation et au conditionnement auquel les futurs soldats sont soumis. Je ne sais pas s'il varie très profondément d'une nation à l'autre, d'une siècle à l'autre. Mon propos était cependant plus général.

Écrit par : Mère-Grand | 21 novembre 2015

@Victor-Liviu Dumitrescu

- « Vous avez tout faux, Chuck Jones.
Quel mépris avez vous lu ?
Et où ? »

Voyons, voyons ...

V-LD: "Les musulmans sont-ils des humains comme les autres ? J'en doute."

Écrit par : Chuck Jones | 21 novembre 2015

@Mère-Grand

- « Votre exemple fait référence à la formation et au conditionnement auquel les futurs soldats sont soumis. Je ne sais pas s'il varie très profondément d'une nation à l'autre, d'une siècle à l'autre. Mon propos était cependant plus général. »

Heureusement alors que les articles que j'ai cités parlent aussi de scientifiques.

Écrit par : Chuck Jones | 21 novembre 2015

@ Chuck Jones

alors quel rapport les légionnaires allemand en Indochine et la culture ?

"comme vous démontrez une certaine prédisposition."

erreur tout se tient tout est lier rien n'est simple.

Écrit par : leclercq | 21 novembre 2015

Oui Chuck Jones, les musulmans ne sont pas comme nous, ils nous sont supérieurs, n'est-ce pas ?
Pourquoi vouloir une déclaration islamique, sinon ?

Pondre une telle déclaration en 1981, après celle de 1948, n'est-ce pas le signe évident d'une telle tentative ?

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 21 novembre 2015

Une fois encore, cela se vérifie, Chuck Jones ... "Vous avez tout faux, Chuck Jones."
Tout comme sur le blog de Madame Richard-Favre ...

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 21 novembre 2015

@leclercq

- « alors quel rapport les légionnaires allemand en Indochine et la culture ? »
- « ... tout se tient tout est lier ... »

Effectivement, raison pour laquelle vous multipliez les hors-sujet.

Remontez le fil jusqu'au premier message de Mère-Grand.

Écrit par : Chuck Jones | 21 novembre 2015

@ Chuck Jones

alors quel rapport les légionnaires allemand en Indochine et la culture ? »

vous n'avez pas répondu à ma question. et je ne multiplie nullement les hors sujet.

Écrit par : leclercq | 21 novembre 2015

@Victor-Liviu Dumitrescu

« Oui Chuck Jones, les musulmans ne sont pas comme nous, ils nous sont supérieurs, n'est-ce pas ? »

Négatif, mon Général.

« Pourquoi vouloir une déclaration islamique, sinon ? »

Pourquoi Henri VIII declara le schisme de l'Eglise d'Angleterre avec Rome ?
Pour se maintenir au pouvoir, par exemple ?

« Pondre une telle déclaration en 1981, après celle de 1948, n'est-ce pas le signe évident d'une telle tentative ? »

Négatif, mon Général.
Conséquence de la révolution islamique en Iran.

Juste une brique de plus dans le mur de séparation qu'une élite séculière, dont sont issus les dirigeants et religieux musulmans, élève pour empêcher leurs sujets, plus subtilement leur éviter, d'écouter des non-musulmans et se laisser pervertir par des valeurs différentes leur permettant de s'émanciper, s'autodéterminer, et s'affranchir de cette élite.

Probalement aussi, une tentative de faire cesser la guerre Irak-Iran et une réponse aux tentatives des USA d'isoler l'Iran.

Écrit par : Chuck Jones | 21 novembre 2015

Chuck Jones, merci de confirmer donc mon avis, mon point de vue, mon commentaire.

"Oui Chuck Jones, les musulmans ne sont pas comme nous, ils nous sont supérieurs, n'est-ce pas ?
Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 21 novembre 2015"

"se laisser pervertir par des valeurs différentes leur permettant de s'émanciper, s'autodéterminer, et s'affranchir de cette élite.
Écrit par : Chuck Jones | 21 novembre 2015"

Révélateur d'un certain état d'esprit ...

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 21 novembre 2015

@leclercq

- « alors quel rapport les légionnaires allemand en Indochine et la culture ? »
vous n'avez pas répondu à ma question. »

Mère-Grand avance l'hypothèse que ( et me corrigera si nécessaire )...

A la naissance, les musulmans sont des humains, comme les SS, parce que les humains ne naissent pas musulman ou SS.

Et que par conséquent, si un humain devient "pas humain", ou "moins humain", ...

"... c'est affaire de culture et d'éducation. Et de ce point de vue, les différences sont abyssales entre les diverses sociétés du monde. »

Suite à quoi je lui demande quelles sont ces "différences abyssales" de culture et d'éducation entre SS allemands, français, autres nationalités présentes dans la légion étrangère (dont des nord-africains musulmans), et marines US ... différences qui rendent donc certains humains moins humains que d'autres ... dans le mesure où tous ces soldats de nationalité, de culture, et d'éducation différente, se sont tous comportés en Indochine/Vietnam de façon aussi "inhumaine", aussi bien (mal) les uns que les autres.

Écrit par : Chuck Jones | 21 novembre 2015

@Victor-Liviu Dumitrescu

« Chuck Jones, merci de confirmer donc mon avis ... »
« les musulmans ne sont pas comme nous, ils nous sont supérieurs »

Désolé, vous faites erreur.
Vous avez certainement du mal lire.
Je ne leur reconnais pas de supériorité.

Maintenant, il est possible que vous vouliez dire ...

... "les musulmans ***se croient*** supérieurs (aux non-musulmans)".

Permettez moi de vous poser les questions suivantes ...

- Quelle religion, ou quelle nationalité, ou quelle race n'a pas parmi ses représentants certains individus se croyant supérieurs aux individus ne partageant pas les mêmes distinctions ?

- D'après vous, parmi tous individus partageant une distinction commune, lesquels se feront davantage remarquer et connaître ? Ceux qui se croient supérieurs aux individus ne partageant pas les mêmes distinctions ? Ou ceux qui ne se croient pas supérieurs aux autres ?

Écrit par : Chuck Jones | 21 novembre 2015

Oui, ils se croient supérieurs ...

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 21 novembre 2015

@ Chuck Jones

"dans le mesure où tous ces soldats de nationalité, de culture, et d'éducation différente, se sont tous comportés en Indochine/Vietnam de façon aussi "inhumaine", aussi bien (mal) les uns que les autres."

comment pouvez affirmer que ces soldats se sont constamment comportés de façon inhumaine envers les habitants de ce pays.

votre affirmation prouve que vous n'avez strictement aucune connaissance de ce conflit, vos affirmation ne sont que des préjugés. les soldats étaient très attachés à la population vietnamienne. ça s'appelle le mal jaune.

vous faites le malin depuis tout à l'heure en réalité, vous êtes décevant. quand on ne connait pas un sujet on se renseigne, au lieu de prendre les autres pour des imbéciles.

http://www.persee.fr/doc/outre_0300-9513_1994_num_81_303_3200

Écrit par : leclercq | 21 novembre 2015

Je rejoins Chuck quand il parle d'une élite. quoique j'userais d'un autre terme, peut-être minorité dirigeante. Je doute que les dirigeants de Daech s'intéressent vraiment à l'islam. Ce sont pour beaucoup d'anciens de Saddam, mis à la porte sans solde. Dons pas des religieux.

Mais l'islam semble permettre une telle construction idéologique.

Écrit par : hommelibre | 22 novembre 2015

@leclercq

- « les soldats étaient très attachés à la population vietnamienne. ça s'appelle le mal jaune. »

La Légion Etrangère en Indochine

https://www.youtube.com/watch?v=cjP20yebZf8

https://www.youtube.com/watch?v=8REH1aW_KRA

https://www.youtube.com/watch?v=vPIRV5znstc

https://www.youtube.com/watch?v=mreL92z214g

https://www.youtube.com/watch?v=TS_Dl92H6nQ

https://www.youtube.com/watch?v=grqJ_jfwq-Q

Écrit par : Chuck Jones | 22 novembre 2015

@ Chuck Jones

ce reportage est connu il est passé à la télé il y a plusieurs années déjà.

- « les soldats étaient très attachés à la population vietnamienne. ça s'appelle le mal jaune. »

ça n’enlève rien à cette réalité, lisez correctement mon lien ça sera aussi bien que le film. j'ai l'impression que vous n'avez pas compris l'horreur de l'embrigadement communiste Vietminth, les PIM soldats Vietminth prisonniers, ne cherchaient nullement à rejoindre les rangs de leur armée, ils préféraient servir de Boys aux soldats de l'armée française, ça veut tout dire, mais à l'heure actuelle il est de bon tout de cracher sur les soldats du corps expéditionnaire, en oubliant le contexte asiatique, en oubliant les horreurs, Vietminth, vous connaissez quoi à la guerre d'Indochine, apparemment pas grand chose, vous avez lu des livres dessus sur différente approches, je réponds non, vous avez lu mon lien je ne pense pas, donc quel est votre expertise, incomplète, parcellaire orientée !!!

Écrit par : leclercq | 22 novembre 2015

@ Chuck Jones

- « les soldats étaient très attachés à la population vietnamienne. ça s'appelle le mal jaune. »

rien ne réfute cette phrase, film N°2

je connais ce film il est passé sur Arte il y a des années. film orienté communiste, non exhaustif.

très loin du livre de lucien Bodard "la guerre d'Indochine", 4 tomes de 500 pages. dont j'ai mis un extrait il y a deux jours, qui montre suffisamment l'horreur du conditionnement du soldat Vietminth.

la réalité communiste est omise, le Vietminth a enrôlé les populations sous la contrainte, tuants avec les comités d’assassinats les anciens des villages, massacrants les nationalistes non communistes. les PIM prisonniers Vietminth, préféraient être boys de soldats français que de retourner dans leur camp ça veut tout dire.

cette série de Film est même moins exhaustive que mon lien au-dessus.

"qui risquaient des condamnations à mort pour viol" six mois de prison film 2.

en Cochinchine (sud Vietnam), les représailles sur un village ayant tuer des soldats français dans une embuscade, étaient strictement interdites "Général Chanson". il faut livre un livre comme celui de Lucien Bodard pour comprendre le contexte de ce type de guerre, la cruauté asiatique, la torture est normale ça fait parti de la culture locale, on a du mal à appréhender ce type de fonctionnement, c'est tellement loin de notre culture humaniste.

on ne peut pas se faire une opinion sur une série de films orientés vous devriez le savoir. je doute que vous ayez lu des livres sur la guerre d'Indochine. (en ce moment je relis pour la deuxième fois la guerre d’Indochine de lucien Bodard j'en suis au tiers du tome 3, une heure tous les soirs, et ça fait 30 ans que je lis des livres sur la guerre d'Indochine). avez vous même lu mon lien au-dessus j'en doute. votre manière de faire de chercher que des lien orientés, me fait penser à Johann

donc je reconfirme ma phrase. "comment pouvez affirmer que ces soldats se sont constamment comportés de façon inhumaine envers les habitants de ce pays".

Écrit par : leclercq | 22 novembre 2015

@leclercq

« donc je reconfirme ma phrase. "comment pouvez affirmer que ces soldats se sont constamment comportés de façon inhumaine envers les habitants de ce pays". »

Votre question, par l'emploi du mot "constamment", est de toute évidence orientée, sans réponse alternative, et donc absurde.

En fait, vous pourriez poser exactement la même question à propos des soldats japonais pendant la 2ème guerre mondiale, ou les soldats US au Vietnam et vous obtiendrez toujours la même réponse ... pour nier la violence coloniale reposant largement sur la force militaire.

Comme votre injonction est très loin du sujet original de cette discussion, je vais éviter de noyer les lecteurs de ce fil et vous référer à un excellent mémoire titré ...

"De la situation de la violence coloniale devant les accidents de la méemoire nationale (le cas vietnamien)"

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00734090/document

Enfin, accéssoirement, puisque vous semblez ressentir une certaine nostalgie, citant Lartéguy comme on allume une pipe d'opium, et que vous semblez ne pas avoir oublié comment ouvrir un livre et tourner les pages, vous trouverez encore quelques réponses à cette question que vous posez avec tant d'insistance dans les ouvrages suivants...

- Sur la Route Mandarine, Roland Dorgelès, 1925
- Un Parisien chez les Sauvages, Roland Dorgelès, 1923
- Au Pays de la Cloche Félée, Ngo Van
- L'Aventure Indochinoise, André Malraux
- Viet-Nam, la Tragédie Indochinoise, Louis Roubaud
- Nous, à qui rien n'appartient, Guy de Pourtalès
- SOS Indochine, Andrée Viollis, 1935
- Les Jauniers, Paul Monet, 1930

Et en bonus:

- Lecture par Freddy Gomez, Des geôles du colonisateur à celles du Viêt-Minh.
http://plusloin.org/acontretemps/n4/geole-colonisateur.pdf

- "A Saigon dans les années trente, un journal militant : « La Lutte » (1933-1937)", Daniel Hémery
http://virtual-saigon.net/Asset/Source/dbArticle_ID-88_No-1.pdf

- SOS Indochine, en PDF
http://belleindochine.free.fr/Viollis-Indo%20SOS%20Indochine%20(TEXTE).pdf

- Les Jauniers en PDF
http://belleindochine.free.fr/images/LeTravailEnIndochine/Monet-Les%20Jauniers%20(TEXTE).pdf

Écrit par : Chuck Jones | 22 novembre 2015

@ Chuck Jones

vous avez écrit ça, "dans le mesure où tous ces soldats de nationalité, de culture, et d'éducation différente, se sont tous comportés en Indochine/Vietnam de façon aussi "inhumaine",

donc vous sous entendez que ces soldats se sont uniquement comporter de façon inhumaine envers la population. vous oubliez ce qui est appelé le mal jaune, je le comprends vu votre connaissance réduite du sujet.

et puis il ne sert à rien de citer des livres que vous n'avez pas lu.

merci pour ces liens communistes.

"En fait, vous pourriez poser exactement la même question à propos des soldats japonais pendant la 2ème guerre mondiale, ou les soldats US au Vietnam et vous obtiendrez toujours la même réponse ... pour nier la violence coloniale reposant largement sur la force militaire."

et non vous avez tort, ce qui prouve votre méconnaissance totale du sujet. et je ne nie nullement la violence coloniale (du corps expéditionnaire), mais il n'y avait pas que de la violence, les soldats français se sont profondément attachés au pays et a leur habitants, et toutes les unités à part celles d'Afrique étaient fortement jaunis. mais ça vous voulez l'ignorer vous préférez le point de vue communiste, orienté.

Écrit par : leclercq | 22 novembre 2015

@leclercq

- « il faut livre un livre comme celui de Lucien Bodard pour comprendre le contexte de ce type de guerre, la cruauté asiatique, la torture est normale ça fait parti de la culture locale »

Vous ne semblez pas réaliser à quel point votre pensée est corrompue.

En suivant votre raisonnement, c'est donc tout à fait "normal" de manger de la chair humaine si le cannibalisme fait partie de la culture locale.

En une phrase, vous venez de réduire en poussière toute justfication philanthropique de la colonisation.


- « ... vous oubliez ce qui est appelé le mal jaune ... »

C'est fou hein ?
Une maladie que seuls les blancs attrapent!
Ou connaissez vous des noirs ou des arabes qui l'ont aussi attrapé ?


- « ... mais il n'y avait pas que de la violence, les soldats français se sont profondément attachés au pays et a leur habitants, ... »

Vous savez, les esclavagistes étaient très attachés à la confédération sudiste des Etats-Unis et à leurs esclaves.

Écrit par : Chuck Jones | 22 novembre 2015

@ Chuck Jones

"- « ... mais il n'y avait pas que de la violence, les soldats français se sont profondément attachés au pays et a leur habitants, ... »

Vous savez, les esclavagistes étaient très attachés à la confédération sudiste des Etats-Unis et à leurs esclaves.

mon lien plus haut explique très bien ce qu'est le mal jaune, mais vous vous rendez compte ce que vous écrivez, quel mépris vous avez pour les soldats qui ont aimé ce peuple !!! c'est votre mentalité communiste qui vous déconnecte comme ça de la réalité, où vous avez trop l'habitude de voir des émissions de socialos qui salissent les soldats.

http://www.persee.fr/doc/outre_0300-9513_1994_num_81_303_3200

L'emploi des autochtones contribua au développement, parmi les Français, de ce qu'on a appelé le « mal jaune », c'est-à-dire un amour quasi charnel pour l'Indochine qui fait oublier les mauvais moments et magnifie les bons . Les contacts forcés créèrent des liens profonds d'estime, de respect et d'amitié dont parlent encore les anciens combattants. Il fallait, en effet, se mêler directement aux hommes lorsqu'on était affecté dans une formation indochinoise, essayer de les comprendre — en apprenant, par exemple, des rudiments de langue et les coutumes — et de vivre comme eux pour s'adapter au milieu ; par exemple, des
chefs d'unité mixte supprimaient les rations réglementaires en opération pour les remplacer par du riz et du poisson. Ils avaient ainsi des troupes plus légères donc plus efficaces. Après les premières surprises, témoin ce gendarme qui eut à son arrivée une démonstration de tir à la sarbacane par des Moi, quotidien généra un attachement sincère pour ces gens, d'autant que l'Indochine bénéficia d'un transfert d'affection consécutif à l'indifférence de la nation pour le Corps expéditionnaire. Arrivés avec l'idée de peuples sournois, cruels et sales, les rapatriés rentraient en France avec le souvenir de populations courageuses, travailleuses et gentilles que leurs hommes leur avaient fait découvrir. Il y eut des phénomènes d'acculturation et des habitudes prises au contact des indigènes ; des Métropolitains, une fois revenus chez eux, plus que du riz bouilli. Certains même refusaient un matelas moelleux et préféraient dormir sur une descente de lit.
Mais ces liens permanents causèrent des drames. Lorsque le décidait d'évacuer un secteur, il fallait abandonner les supplétifs. De hommes restent marqués par les regards de ceux qu'ils avaient aimés et qui les avaient aimés ou par ses mains qui s'accrochaient à leurs manches ou aux ridelles des camions. Pour beaucoup, on avait trahi les autochtones ; on les avait laissés à une mort certaine. Cela fut déterminant en Algérie et maintes réactions prennent racine dans ces abandons.

Écrit par : leclercq | 22 novembre 2015

@

"- « il faut livre un livre comme celui de Lucien Bodard pour comprendre le contexte de ce type de guerre, la cruauté asiatique, la torture est normale ça fait parti de la culture locale »

Vous ne semblez pas réaliser à quel point votre pensée est corrompue.

oui c'est le seul a avoir analysé avec autant de perspicacité et de lucidité l'Indochine de cette époque. ma pensée n'est pas corrompue, le fonctionnement asiatique de cet époque n'a rien à voir l'humanisme béat de la société occidentale actuelle, tout ne doit pas être analysé avec le prisme actuel, Daniel Lefeuvre le montre bien dans son livre "pour en finir avec la repentance colonial".

et puis pensée corrompue, avec la dernière phrase que vous écrivez balayez devant votre porte, vous n'avez pas de leçon à donner dans ce domaine.

En une phrase, vous venez de réduire en poussière toute justfication philanthropique de la colonisation.

ah oui et quel rapport de l'utilisation normale de la torture par les asiatiques en état de guerre.

Écrit par : leclercq | 22 novembre 2015

@ Chuck Jones

jean Lartéguy justement à écrit un livre sur le sujet "le mal jaune".

http://www.lexpress.fr/informations/bodard-97-kilos-de-plume_624996.html

Bodard pénètre France-Soir comme une balle dum-dum - le flamboyant France-Soir, celui de Lazareff: «De la couleur, coco! Un journaliste est fait pour être lu.» Se délestant d'un trop-plein d'adjectifs ou de métaphores, salaire convenable et notes de frais à gogo, atteignant vite la Une que lui accorde Lazareff, Lucien Bodard apprend son métier, reporter - celui qui rapporte des faits, des informations, une intrigue, des personnages. La IVe République offrait à Bodard une guerre d'Indochine sur mesure. «Il brode souvent», disaient les uns, épatés. «Il bidonne également», coassaient d'autres, chétifs du style. Reste qu'aujourd'hui les historiens saluent sa trilogie, L'Enlisement, L'Humiliation, L'Aventure, son chef-d'oeuvre peut-être. «Chez Bodard, rien n'est exact, mais tout est vrai», soupirent les survivants. Prions, mes frères et confrères. La vérité de Bodard défie le principe du tout-organique. A la relecture de ses livres ou de ses articles surgit une puissante description de la société indochinoise au-delà de ses célèbres portraits. Ainsi, celui de De Lattre de Tassigny: qui posséda l'autre dans le ballet de la séduction? Bodard, aux points. Bodard fut sacré «réac» par certains stratèges et dialecticiens parisiens. Comme Simone de Beauvoir le vomissait! En 1997, les meilleurs sinologues reconnaissent sa perspicacité. Double tort: il eut de la patte et de la plume, et trop souvent raison.

Écrit par : leclercq | 22 novembre 2015

@leclercq

Chuck: « En une phrase, vous venez de réduire en poussière toute justfication philanthropique de la colonisation. »

leclercq: « ah oui et quel rapport de l'utilisation normale de la torture par les asiatiques en état de guerre. »


Que vous trouviez l'utilisation de la torture "normal".

J'ai de la peine à voir le progrès humain que vous prétendez tant apporter aux indigènes, qui vous paraissent tant sous-développés, si vous vous appliquez à les torturer comme si c'était un passe temps familial.

Écrit par : Chuck Jones | 23 novembre 2015

@ Chuck Jones

https://books.google.fr/books?id=gbFdo3p0z0kC&pg=PT43&lpg=PT43&dq=la+guerre+dindochine+lucien+bodard&source=bl&ots=cChw-KvvfD&sig=Bs2-C3_8Itz_rUXAjYN_wd-fFps&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjwj4SO3qTJAhUCyRoKHaU_Bzg4ChDoAQhtMA0#v=onepage&q=la%20guerre%20dindochine%20lucien%20bodard&f=false

lisez bien ce lien ça vous instruira sur la culture asiatique.

"si vous vous appliquez à les torturer comme si c'était un passe temps familial."

comment arrivez vous à écrire des phrases aussi débiles.

la guerre d'Indochine est ne guerre contre insurrectionnelle, les forces insurrectionnelles ne respectent pas les lois de la guerre, tous les moyens sont bons, une force contre insurrectionnelle, pour lutter contre fonctionne pareil, c'est la guerre totale. comme il y en a de plus en plus, les américains obligent les soldats à avoir des règles d'engagement en Afghanistan pour faire plaisir à leur humanistes, ça ne tient pas debout, les talibans en ont pas eux de règles d'engagement.

vous jugez avec votre votre conscience d'occidental moderne, vous n'avez certainement rien lu de ce que je vous ai écrit, pour critiquer avec honnêteté, lisez au moins le lien ci-dessus, il vous plongera dans l’atmosphère de l'époque, vous jugez en étant ignorant, votre démarche est bidon, vous vous comportez comme un ignare, excusez moi de vous dire la vérité.

"J'ai de la peine à voir le progrès humain que vous prétendez tant apporter aux indigènes, qui vous paraissent tant sous-développés."

qu'a à voir le progrès humain dans des conditions de guerre insurrectionnelle, amener doucement en temps de paix des populations en temps de paix à avoir des mœurs moins cruelles, c'est fort louable. mais en temps de guerre !!!

"qui vous paraissent tant sous-développés".

vous avez trouvez que je trouvais ces populations tant sous développés ?

Écrit par : leclercq | 23 novembre 2015

pour les musulmans qui ont de l'humour

Un musulman doit se faire opérer de l' appendicite.
On l' emmène dans la salle d' opération et il voit le chirurgien qui vient vers lui avec un bistouri."

Eh docteur ! Je ne suis pas encore endormi !!!!!!!!"



"Je sais", dit le chirurgien, " mais aujourd'hui j'opère halal "

Écrit par : leclercq | 02 décembre 2015

Vraiment chouette le "pas_d'amalgam". Comme on l'observe en ce moment en France où la police met le nez dans le caca et gratte un peu dans le périmètre des mosquées, ce sont des expulsions et des fermetures "d'établissements" à la pelle. Alors, évidemment, nous les "nauséabonds" de droite on avait tout faux, hein ?

Écrit par : petard | 02 décembre 2015

"la guerre d'Indochine est ne guerre contre insurrectionnelle"

La guerre d'Indochine fut une guerre de libération nationale face à des envahisseurs venus d'ailleurs. Les frouzes n'avaient aucune légitimité d'y aller imposer leur présence coloniale. Ils ont pris une rouste mémorable au lieu de se retirer avec honneur.

Écrit par : Johann | 03 décembre 2015

Fragment de texte à lire et à relire 10x 20x 50x...
(propos tenus par Pierre Aeppli, anc. cdt de la gendarmerie vaudoise - 24h de ce jour)

«Répéter sur tous les tons que l’islam n’est pas le problème, c’est refuser de réfléchir. N’est-il pas alors dans l’islam? Ce sont bien ses textes saints qui fournissent aux extrémistes une lecture qui propage la haine et empêche l’intégration des musulmans. Les interdits, les prescriptions vestimentaires, le repli communautaire provoquent la suspicion, la stigmatisation et le rejet des non-musulmans; en retour, ils alimentent les humiliations et les frustrations de ceux que l’attachement à ces normes isole de la société.»

PS
Sur les paquet de clopes, on colle bien: «la fumée tue, la fumée provoque le cancer...» même si Helmuth Schmidt, grand torailleur devant l'éternel est mort à 96 ans !

Écrit par : petard | 03 décembre 2015

@ Johann

les vietnamiens auraient nettement préféré, être indépendants et sous protection française comme c'était prévu, si la France n'avait pas été vaincue, que d'êtres communistes. mais apparemment cette réalité là vous l'ignorer, les communistes c'est des ordures pas autre chose.

j'ai déjà mis quelques extrait du livre "la guerre d'Indochine de lucien Bodard que vous avez peut-être lu, qui fait bien voir cette réalité.

j'ai envie de vous mettre un autre extrait, "l'échange de prisonniers"

"- six Morane charges de douze blesses vietminhs,
les premiers de ceux que lon doit « livrer ›› pour
l’échange. La plupart sont en bon état, guéris,
quelques-uns cependant avec des pansements; parmi
eiix,_des gamins de quatorze ans. Ils ont cette impas-
sibilité où se réfugient les Orientaux en situation
critique, occupés à cacher leurs sentiments. ,Car ce
calme est faux. On en avait sous la main un lot de
deux cents, tous ramassés à Vinh Yen en plus ou
moins piteuse condition, mais bien soignés depuis.
Il en fallait cent deux. On réclama des « volon-
taires ››. Quarante seulement se proposèrent, et on
dut désigner le restant _ dont trois menacèrent de
se suicider. Ils disaient : « Nous voulons .rentrer
dans nos villages, pas dans l'armée Viet. ››"

"Cependant,_ les réguliers rendus sont reçus sans
aucun ménagement : à coups de pied au cul. Ils
crèvent de peur d'être fusillés. Leur figure `a pris la
couleur de la « frousse ›› asiatique _ le gris-vert.
Aussitôt encadrés solidement par des « combattants
populaires ›› baïonnette au canon, leurs anciens
frères d'armes, ils disparaissent, emmenés vers un
destin très incertain, la mort ou tous les raffinements
de la purification."

quel enthousiasme pour retourner se battre parmi tes chers communistes de merde. les pauvres Vietnamiens n'ont pas gagné au change, les ordures de communistes français avaient bien formaté Ho Chi Minh .

Écrit par : leclercq | 03 décembre 2015

suite


La guerre d'Indochine fut une guerre de libération nationale

libération drôle de libération, pour se retrouver sous le joug communiste.
ça s'appelle tomber de Charybde en Scylla, ah je rigole. les gentils communistes n'avaient pas oublié de massacrer les autres nationalistes

face à des envahisseurs venus d'ailleurs.



http://pavie.culture.fr/rubrique.php?rubrique_id=7

Écrit par : leclercq | 03 décembre 2015

suite

autre extrait édifiant du livre "la guerre d'Indochine", tome 4 , l'aventure, page 521. Alors les gentils communistes "les bons"


En fait, malgré toutes ses vantardises, malgré tout
ce qu'il avait raconté dans les conférences de presse
sans y croire complètement, de Lattre avait été à
Vinh ,Yen bien plus vainqueur qu'il ne le pensait.
La vérité, c’était que cette victoire lui avait fait
peur. Et pourtant, sans qu'il le sache, les Viets,
même si Giap avait arrêté les frais dès qu'il avait pu
étaient presque au bord de L'effondrement, en tout
cas très mal en point. Un « coup ›› alors, un raid massif
aurait peut-être pu les achever. ,
C'est du moins ce que m'a raconté un médecin
le docteur Chuong, bien plus tard, à Hanoi. Du temps
de Vinh Yen, il était encore chez Ho Chi Minh un
de ses ministres même -- mais un nationaliste genre
« Intellectuel moderne ››, ce que l'on pourrait appeler
un socialisant, pas le vrai communiste. Ensuite il
avait changé de camp. Ce fut alors que je le ren-
contrai dans une vieille maison annamite, près du
Petit Lac. Autour de lui, comme toujours dans ces
cas en Asie, des tasses de thé, une atmosphère de
Conspiration, des gens aux figures inconnues et
Énigmatiques, qui ne me dirent pas leurs noms. Lui,
un homme crapaud, un gnome très laid et très intel-
ligent, avec d'énormes lunettes, me parla d'abon-
dance, devant un cercle de muets et de sourds, qui
cependant devaient palpiter; car eux aussi avaient
été vietminhs, car eux aussi avaient eu des existen-
ces mystérieuses et sanglantes, car eux aussi avaient
été acculés à cette impasse du reniement de leur
passé.
A Vinh Yen, disait Chuong, ce fut affreux.
Après, ce fut pire. Il y avait eu des pertes en hommes
Effroyables. Ce n'était pas le plus grave. Mais, après
Ces mois de guerre, .ces victoires et cette défaite,
Après tout ce temps entre la R.C. 4 et Vinh Yen où
L’on s'était battu presque sans arrêt, on était dépour-
vus de tout. La prise d'Hanoi devait tout résoudre,
Mais 'Hanoi n'avait pas été pris. Les immenses stocks
Accumulés dans les forêts avaient été épuisés. Le
Butin de Langson était insuffisant, beaucoup de
Choses capturées ne nous convenaient pas, ne pou-
vant nous faire aucun usage. On se retrouva sans
Rien - plus de munitions, plus de nourriture et même
Plus de médicaments. On soignait les blessés lamen-
tahlement, de façon primitive et dégoûtante. Beau-
coup sont morts de leurs plaies, de dysenterie, de
fièvres étranges, de maladies tropicales inconnues
Mais affreuses, où les peaux même étaient comme un
Champ de carnage, se gonflant de pus, de chancres,
De fissures. D`autres, par faiblesse, par faim, se dessé-
chaient ou se vidaient. Dans ce que l'on appelait
Les hôpitaux, des clairières ou des cavernes ou les
Gens gisaient à même le sol plein de miasmes, il y
Eut bien plus de morts qu°à Vinh Yen même. On a eu
Des épidémies. On creusait des fosses communes. On
Pouvait compter les vrais docteurs sur les doigts des
Mains, et ils étaient impuissants. Tout le monde était
Atteint dans son corps ou dans son âme. Malgré toute
La science curative des dialectiques, le moral était
Bas, très bas.. On_ croyait que tout serait fini dans
Quelques jours, et maintenant on était devant des
Années de luttes impitoyables - et encore si tout
Allait bien. Chacun, dans son for intérieur, se deman-
dait : « Et moi, est-ce que je survivrai aux combats,
aux fièvres, aux épurations? ›› C'était la question
Secrète qu'on gardait en soi, pour soi, car si elle avait
Été exprimée, elle aurait coûté la mort. Ho Chi Minh,
Lui, était lointain, disparu, invisible, dans l'une de
Ses cachettes. On se murmurait qu'il était rongé par
Un, nouvel accès de tuberculose et qu'il fumait
L’opium pour calmer ses douleurs. ,Giap, lui, était
Comme un roc. Il faisait fusiller par centaines 'les
Défaillants, tous ces gens que l'on classait « défai-
tistes ›› sur un indice. Il y eut la « campagne de la
Dénonciation de la lâcheté ›› avec des meetings où
Tous les gens s'entre accusaient, où l'on abattait
Sur-le-champ les « coupables ››. C'était hallucinant.
La troupe en uniforme hurlait des noms et des méfaits
Et les gens désignés se « confessaient ››, s'accablant de
Forfaits encore plus grands - soit dans l'espoir de
Se sauver par le repentir, soit plus probablement
Entraînés vers leur propre perte, jouant le jeu ter-
Rible sous l'effet d'une force mystique. De toute
Façon ils étaient perdus. Il fallait du sang pour laver
la défaite, pour refaire des soldats battus des « hom-
mes neufs », de vrais combattants du peuple. Le
Parti avait, à l'avance, déterminé le nombre néces-
saire de victimes expiatoires : tant d’officiers, tant de soldats
Les embarras de la victoire
De soldats. D'ailleurs, en ce qui concernait les officiers
C’étaient leurs soldats qui devaient les dénoncer.

"Après L'infrastructure, il y a le matériel humain. Celui-là,
on le rééduque en Chine, dans d'immenses camps comme ceux
de Nanning, de Trung Khan Phu, de Montseu. Là, on com-
mence par la « rééducation politique ». Selon Giap, il s'agit
d°« élever le niveau idéologique de l'Armée, afin de lier la
révolution nationale à la révolution internationale qui est
actuellement en plein essor dans le monde entier ». Autre-
ment dit, l'Armée de Giap, qui refusait de se dire commu-
niste, devient une armée rouge comme une autre. Le natio-
nalisme est > _ c'est désormais le ferment
spécifique de la masse, mais ce que 1'on appelait le > est supprimé. Pour cela, c'est la grande
« épuration >> au sein des forces armées. Les . Le département politique (le l'Armée, dirigé par
Nguyen Chi-tanh, a prérogative sur l"Etat-Major général de
Giap.
Mais la rééducation militaire est aussi intense. Les
Vietminh politisés apprennent le maniement des armes
modernes, ils apprennent la tactique « chinoise ›>. Pour eux,

la guerre, ce n°est plus désormais de se jeter en hurlant à
l'assaut; c est de nanœuvrer sans cesse en pleine nature, dans
le silence, en utilisant au maximum le terrain, sans jamais
aucune fatigue, aucun découragement. C'est alors que sont
formées les cinq divisions de choc -- la 304«, la 308, la 312,
,la 316- qui meneront la Guerre d Indochine Jusqu'au
bout, qui la gagneront.
La méthode d°instruction, c'est d'automatiser chaque
homme avec les quelques gestes, les quelques réflexes néces-
-saires de l'en saturer jusqu°à ce qu”il les accomplisse comme
au naturel. C'est la fabrication en série de soldats simplifiés
et parfaits, complètement insensibles, complètement fanatisés
ne sachant que ce qu°ils doivent faire mais l°exécutant en
robots _ meme si cela équivaut à un suicide. Quand un
homme est promu, on lui enseigne quelques gestes et quelques
reflexes supplémentaires, strictement déterminés, correspon.
dant à son nouveau grade. C'est ainsi que sont fabriqués les
cadres, le plus simplement possible, le plus efficacement
aussi.
C'est le système de la promotion sans fin pour les survi.
vants. Chaque bon combattant qui n'est pas tué est après
le combat, reconditionné, resoumis à une rééducation poli.
tique et militaire, pourvu d'un surplus de gestes et réflexes _
juste ce qu°il faut pour accéder au rang supérieur-_ De cette
façon, ceux des Vietminh qui continuent à s'améliorer et qui restent vivants, en dépit des pertes terribles arrivent même les plus simples aux postes supérieurs. c'est ainsi qu'il y a des colonels Vietminth excellent comme colonels, dans leur partie , et qui savent à peine lire.
Mais jamais dans ce processus, aucune faiblesse n'est admise. le sentiment de la peur doit être annihilé, complétement éteint; par contre l’obéissance et le zèle sont poussés au degré absolu. Au retour d'une campagne, dans
chaque unité, les hommes sont obligés de se dénoncer, de s'accuser,
de se repentir. Ils apprennent à faire mieux; et ceux qui sont
incapables de progrès sont punis, éduqués de toutes les facons
ou fusillés. °
A mesure que les survivants s'élèvent, les pertes -- celles
de la bataille, celle des éliminations politiques et idéologiques
-- sont comblées au niveau d'en bas par des guérilleros, des
hommes des unités populaires que l'on envoie dans des camps.
Là, ils deviennent des soldats réguliers, ils participent désor-
mais au mouvement permanent de la mort ou de l'ascension.
Cependant, de la masse sont tirés des nha-qués qui, à leur place deviendront guérilleros des unités populaires;
et ceux-là, plus tard, à leur tour, iront dans les camps pour
être transformés en réguliers.
Pendant cette Guerre d'Indochine, les Français tueront
énormément de Viets, des centaines de milliers - pas seule-
ment des irréguliers, beaucoup de réguliers aussi. Mais tou-
jours, en face d'eux, ils en trouveront autant, à cause de ces
camps et de leur production en soldats de remplacement. Pour
Giap, il n°y aura jamais de problème d'effectifs, car il puisera
indéfiniment dans l'insondable plèbe jaune, dans le peuple,
dans la multitude des agents, des tueurs, des coolies, des
espions; et de ces êtres primitifs il fera des soldats et des
officiers redoutables, politiquement éclairés et militairement
capables.

https://books.google.fr/books?id=gbFdo3p0z0kC&pg=PT43&lpg=PT43&dq=la+guerre+dindochine+lucien+bodard&source=bl&ots=cChw-KvvfD&sig=Bs2-C3_8Itz_rUXAjYN_wd-fFps&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjwj4SO3qTJAhUCyRoKHaU_Bzg4ChDoAQhtMA0#v=onepage&q=la%20guerre%20dindochine%20lucien%20bodard&f=false


c'est bien inhumanité communiste hein

Écrit par : leclercq | 03 décembre 2015

Les commentaires sont fermés.